Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

France-Brésil : vingt ans de coopération

 | 
Luiz Claudio Cardoso
, 
Guy Martinière

II. Institutions et organismes brésiliens

La Coordenação dos programas de pós-graduação em engenharia de l’Universidade federal do Rio de Janeiro COPPE / UFRJ (Coordination des programmes de doctorat en ingénierie de l’Université fédérale de Rio de Janeiro)

Amaranto Lopes Pereira

Note de l’auteur

Note portant sur l’auteur1

Texte intégral

Introduction

1Les programmes de doctorat en ingénierie, mis en place à l’Université fédérale de Rio de Janeiro (UFRJ) en mars 1963, sont issus du cours de doctorat en sciences du génie chimique qui donnait alors accès, seulement, au grade de M. Sc. (Magister scientia) (magistère en science). C’est ainsi qu’est née la COPPE — Coordenação dos programas de pós-graduação de engenheria — (Coordination des programmes de doctorat en ingénierie). Son fondateur et premier directeur, le professeur Alberto Luiz Coimbra, a joué un rôle essentiel autant pour le développement de la COPPE que pour l’essor des études doctorales strico sensu en ingénierie dans tout le Brésil. Il est ainsi considéré, à juste titre, comme le pionnier d’une telle initiative dans notre pays.

2Actuellement, sous la direction du professeur Luiz Pinguelli Rosa, qui a marqué sa gestion d’un grand dynamisme administratif, la COPPE compte aujourd’hui douze programmes d’enseignement et de recherche, y compris un domaine interdisciplinaire (l’énergie), et un Programme aux caractéristiques spéciales (COPPETEC), imaginé par le professeur A.L. Coimbra et qui a pour pour objectif d’assurer la participation de la COPPE, celle de ses professeurs, de ses élèves et de ses techniciens, au processus de développement technologique national, sous forme de prestations de services et de consultations pour les entreprises d’Etat et les entreprises privées. La COPPE dispose aujourd’hui, en cette année 1988 qui marque son vingt-cinquième anniversaire, de deux cent trois professeurs-chercheurs, soixante-dix techniciens supérieurs, cent trente-neuf cadres techniques moyens, deux cent huit fonctionnaires occupant différents postes d’administration, quatre cent dix élèves de maîtrise à temps plein (boursiers), cent vingt élèves en doctorat à temps plein (boursiers) et mille cent élèves de doctorat en ingénierie. La recherche technologique est effectuée dans cinquante-trois laboratoires de recherche, et cent trente programmes contractuels avec des entreprises brésiliennes, contrôlés et gérés par le COPPETEC, sont en cours de réalisation. Concernant les sources de financement, la COPPE avait initialement reçu un soutien du Banco nacional de desenvolvimento econômico (BNDE) (Banque nationale de développement économique), qui joua un rôle fondamental dans l’organisation des groupes de recherche, tant pour l’acquisition des équipements que pour la constitution des bibliothèques spécialisées. Ce soutien est aujourd’hui assuré par la Financiadora de estudos e projetos (FINEP) (Agence de financement d’études et de projets), du ministère de la Science et de la technologie, et il faut aussi mentionner l’importante contribution d’organismes d’Etat chargés du financement de la recherche comme le Conselho nacional de desenvolvimento científico e tecnológico (CNPq) (Conseil national du développement scientifique et technologique) et la Coordenação de aperfeiçoamento de pessoal de nível superior (CAPES) (Coordination de perfectionnement du personnel d’enseignemenr supérieur), notamment par le versement d’allocations d’études aux élèves boursiers de maîtrise et doctorat qui travaillent à plein temps.

3L’assistance technico-scientifique étrangère, pour sa part, a fourni à la COPPE, depuis le début, une coopération de professeurs étrangers hautement qualifiés, par l’intermédiaire de l’Organisation des Etats américains (OEA), de l’Organisation des Nations-unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO), de la Commission Fulbright et la Fondation Rockfeller, du Comité européen de migration, du British Council, de la coopération technique française, du Japon, de la Hollande, de l’Ecosse et de divers autres pays.

La coopération technique française

4Depuis la signature de l’Accord de coopération technique et scientifique entre le Brésil et la France, survenue le 16 janvier 1967 à Paris, nous tenons à signaler, avec satisfaction, grâce à cette publication commémorative de l’événement, combien cette coopération fut profitable et fructueuse dès sa mise en œuvre pour le Brésil en général et la COPPE en particulier. Elle s’est dessinée initialement, après la visite du professeur Coimbra en France en 1966, à travers le séjour, au début de l’année 1968, de jeunes professeurs venant principalement de Toulouse et de Paris, dans le cadre de leur service militaire er a pris la forme d’une coopération universitaire conçue sous l’angle d’un enseignement et d’une recherche à vocation appliquée et expérimentale afin de contribuer à la mise en œuvre de nos programmes de génie électrique et de génie civil. La coopération technique et scientifique française s’est ensuite développée et étendue aux autres programmes, incluant non seulement la venue de professeurs titulaires (« seniors ») lors de missions de courte, moyenne et longue durée, mais aussi le séjour en France de chercheurs et professeurs afin de participer à des stages, conférences, congrès et séminaires où ils présentaient des travaux de nature technique et scientifique. En outre, parmi les aspects généraux et les raisons historiques qui ont accompagné les relations entre la COPPE et le Service français de coopération technique et scientifique, nous ne pouvons pas ne pas signaler sa contribution décisive à la création du programme de génie nucléaire.

5D’un autre côté, parmi les aspects que nous estimons comme les plus significatifs de l’échange technico-scientifique français avec la COPPE, il convient de relever le fait que ce fut de Toulouse (ville du sud-ouest de la France qui fut à l’origine de la première action concrète de coopération avec le Nordeste du Brésil, Recife, capitale de l’Etat du Pernambuco, dans le domaine du génie civil, en 1947), que vint la première mission française officielle qui séjourna à la COPPE en avril 1972. Cette mission avait été entreprise par le professeur Jean Lagasse, de l’Université Paul-Sabatier, fondateur et premier directeur du Laboratoire d’automatique et de ses applications spatiales (LAAS) du CNRS, dont l’anniversaire de la vingtième année de sa création a été célébrée en octobre 1987. Cette mission a marqué le début d’une nouvelle phase des relations technico-scientifiques entre la France et le Brésil. Ce fut, en particulier, grâce à l’action du professeur Lagasse, avec l’appui du ministère français des Affaires étrangères et à l’action du professeur Coimbra, directeur de la COPPE, avec l’appui du CNPq, notamment celui du professeur Frota Moreira, directeur général de la Divisão técnica e científica (Division technique et scientifique) de cet organisme, que l’accord bilatéral de coopération technique et scientifique entre le CNRS et le CNPq a pu être signé par la suite. Auparavant, en 1970, un premier accord de même nature avait été signé entre le LAAS-CNRS et la COPPE-UFRJ. Cet accord a été concrétisé et dynamisé lors du séjour du professeur Lagasse à Rio de Janeiro qui a donné naissance à un projet englobant l’ensemble de cinq programmes de la COPPE : génie chimique, génie électrique, génie des systèmes, productique et génie biomédical. Grâce à ce projet, parmi d’autres avantages, la COPPE bénéficia de la présence, dans le programme de génie électrique, du professeur titulaire de l’Institut national des sciences appliquées de Toulouse (INSAT) et agent détaché du LAAS, Christian Mira. Le professeur Mira dirigea pendant deux ans les recherches et organisa les enseignements des cours de maîtrise et de doctorat dans les domaines du contrôle automatique et mécanique non linéaire, dont il est un des meilleurs spécialistes européens. Ce séjour de longue durée était la deuxième mission du professeur Mira à la COPPE, après avoir assuré une première mission de courte durée (deux mois). Un autre chercheur du LAAS, le professeur Pierre Thierry, conjointement avec le professeur Mira, développa le programme en question en 1974 et 1975 et son travail fut très apprécié.

6Il n’est cependant pas possible, dans le cadre de cette contribution, d’indiquer avec davantage de précision toutes les actions entreprises par les professeurs et chercheurs français de ces vingt dernières années qui portèrent leur fruit à la COPPE. Pour ce qui est de la collaboration avec le LAAS (aujourd’hui Laboratoire d’automatique et d’analyse des systèmes), que nous estimons comme une des plus efficaces et plus régulières, nous souhaiterions signaler encore d’autres missions qui, même si elles furent de plus courte durée, ont été extrêmement profitables au développement de notre institution. Ce sont les suivantes. A plus de trois reprises : le professeur Alain Costes (actuel directeur du LAAS), le professeur G. Authié ; deux ou trois fois : G. Giralt (actuel responsable du Groupe de recherches de robotique et intelligence artificielle) ; J.-P. Babary (actuel responsable du Groupe systèmes non-linéaires stochastiques répartis) ; une, deux ou trois fois : les professeursJ.-C. Martin (qui fut, il y a quelque temps, recteur de l’académie de Bordeaux), J.-L. Abatut (actuellement au groupe Théorie des signaux et systèmes) ; B. Pradin (actuellement membre du groupe Décentralisation, hiérarchisation, parallélisme en optimisation et commande).

7Parmi les missions de moyenne durée, il nous est impossible de ne pas signaler la très belle collaboration apportée au programme de génie électrique de la COPPE par les professeurs G. Banon (actuellement installé au Brésil et travaillant au Centro técnico aerospacial (CTA) de São José dos Campos (Centre technique aérospatial) et R. Valette (actuellement responsable de l’équipe de recherche : méthodes d’information sur le fonctionnement des systèmes de production).

  • 2 En français dans le texte (N. du T.).

8D’ailleurs, d’une certaine manière, la contribution d’autres institutions d’enseignement et/ou de recherche de Toulouse dans le cadre de la coopération technique et scientifique de la France a été très importante. Il s’agit, par exemple, de l’Ecole nationale supérieure d’électrotechnique, d’électronique, d’informatique et d’hydraulique de Toulouse (ENSEEIHT), de l’Institut national des sciences appliquées de Toulouse (INSAT), de l’Ecole nationale supérieure de l’aéronautique et de l’espace (ENSAE), du Centre d’études et de recherches de Toulouse (CERT). Ces coopérations ont été mises en œuvre, soit conjointement avec la COPPE, par l’intermédiaire des « coopérants militaires »2 (une douzaine) ou par l’intermédiaire de professeurs et spécialistes de réputation internationale comme, par exemple, le professeur André Fossard (de l’ENSAE et du CERT), soit, en plus de la COPPE, avec d’autres institutions comme l’Escola de engenharia (Ecole d’ingénierie) de l’Université fédérale de Rio de Janeiro (UFRJ). Dans la plupart des cas, ces coopérations ont été entreprises avec le soutien direct du professeur Jean Lagasse, qui a été nommé par la suite directeur technico-scientifique de la Régie nationale Renault. Toutes ces coopérations confirment l’importance, depuis sa création, par le général de Gaulle, lorsqu’il était Président de la République, du Service de coopération culturelle, technique et scientifique du ministère français des Affaires étrangères, de la contribution des institutions d’enseignement et de recherche de Toulouse pour le développement des activités universitaires au Brésil, et ce, depuis le Nordeste, où cette action a débuté, jusqu’au Sud du Brésil, en passant naturellement par les Etats du Sud-Est brésilien où Rio de Janeiro dispose, avec la COPPE-UFRJ, d’un centre exemplaire d’enseignement et de recherche en ingénierie parmi les plus performants et les plus significatifs, fort de ces différents atouts et assurant la formation d’ingénieurs et de docteurs.

9Nous sommes sûrs que, dans les vingt prochaines années, l’échange scientifique et technique avec la France, non seulement va augmenter, mais aussi se diversifier, constituant une expérience enrichissante et bénéfique qui permettra d’établir une plus grande et encore meilleure relation entre les organismes et les chercheurs français et brésiliens. Aujourd’hui, à la COPPE, il existe plus de trente professeurs qui ont soutenu leur doctorat en France dont dix-sept à Paris et huit à Toulouse. La micro-informatique, la robotique, l’intelligence artificielle, la normalisation, les systèmes de production seront, parmi d’autres, les secteurs de pointe dans lesquels la France pourra impulser, comme le pense la COPPE, un projet de coopération scientifique encore plus important et plein d’avenir.

Fiche technique de la COPPE
1. Présentation de l’organisme
1.1. Coordenação dos programas de pós-graduação de engenharia (COPPE) (Coordination des programmes de doctorat en ingénierie).
1.2. Natute juridique : gestion autonome.
1.3. Rattachement : Université fédérale de Rio de Janeiro (UFRJ).
1.4. Objectifs : enseignement de doctotat et techerche dans les domaines de l’ingénierie et de l’informatique.
1.5. Adresse : COPPE – UFRJ
Centto de tecnologia - Bloco G
Caixa Postal 68501 CEP 21945
Ilha do Fundão - Rio de Janeiro - RJ – Brasil
teleph : 280 88 32
telex : 21 33 817 UFCO BR
2. Structure interne
2.1. Directeur Directeur-adjoint
Sous-directeur chatgé des questions académiques
Sous-directeur chargé des accords et du développement technologique
Sous-ditecteut chargé de l’administration.
2.2. Départements :
Programa de engenharia biomédica ;
Programa de engenharia civil ;
Programa de engenharia elétrica ;
Programa de engenharia mecânica ;
Programa de engenharia metalúrgica e de materiais
Programa de engenharia nuclear ;
Programa de engenharia oceânica ;
Programa de engenharia de produção ;
Programa de engenharia química ;
Programa de engenharia de sistemas e computação
Programa de engenharia de transportes ;
Area interdisciplinar de energia.
3. Ressources
3.1. Budget
— douze millions de dollars US en 1987 ;
— source de financement : MEC (ministère de l’Education) ; FINEP / MCT ; CNPq / MCT ; CAPES.
3.2. personnel scientifique et technique
— 250 professeurs chercheurs à plein temps ;
— 510 fonctionnaires, agents techniques et d’administtation ;
1 550 élèves de maîtrise et doctorat, dont 750 boursiers à plein temps.
4. Secteurs géographiques d’intervention
4.1. Elèves en provenance de tous les Etats du Brésil, d’Amérique latine et des Caraïbes (Argentine, Chili, Pérou, Uruguay, Bolivie, Colombie, Equateur, Nicaragua, République dominicaine, Haïti, Vénézuéla, Panama et Costa Rica).
Coopération internationale avec différents pays comme : France, Angleterre, Italie, Portugal, Allemagne, Hollande, Belgique, Argentine, Nicaragua, Cuba, Union Soviétique, Etats-Unis, Tchécoslovaquie.

Notes de fin

2 En français dans le texte (N. du T.).

1 Professeur ritulaire de la COPPE et de l’Escola de engenharia (Ecole d’ingénierie) de l’Université fédérale de Rio de Janeiro (UFRJ), « docteur ingénieur » (Faculté des sciences de l’Université de Toulouse -Université Paul-Sabatier), membre associé du Laboratoire d’automatique et d’analyse des systèmes (LAAS - CNRS).

© Éditions de l’IHEAL, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540