Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

France-Brésil : vingt ans de coopération

 | 
Luiz Claudio Cardoso
, 
Guy Martinière

II. Institutions et organismes brésiliens

La Comissão nacional de energia nuclear CNEN (Commission nationale pour l’énergie nucléaire)

Texte intégral

1Au Brésil, le processus de développement du secteur nucléaire, dès le début, s’est engagé, aux côtés d’un effort croissant d’aptitude à l’autonomie, sur la voie d’une recherche de la coopération extérieure.

2Lors des premières étapes du développement nucléaire brésilien, on constate une prédominance marquante pour une collaboration assurée avec les centres les plus avancés soit sous forme d’actions bilatérales, soit par l’intermédiaire d’organismes internationaux spécialisés tels le Programme des Nations-Unies pour le développement (PNUD) et, surtout, l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA).

3A partir du moment où notre pays a atteint des niveaux plus élevés d’aptitude technologique, l’utilisation du segment extérieur a commencé à subir des réductions graduelles, avec des variations sectorielles et conjoncturelles. Cela est arrivé lorsque notre pays était en train de réaliser des progrès et s’est produit, fondamentalement, dès lors des arbitrages et des exigences qui ont conditionné, de façon progressive, les prestations de coopération des pays plus développés. Une telle évolution n’a pas entraîné pour autant une absence globale de continuité dans le flux de la coopération extérieure. Mais cette coopération, outre le fait de se trouver conditionnée par les difficultés du fonctionnement global de l’économie brésilienne, est devenue pour l’essentiel fonction des restrictions internationales qui l’entourent.

4Dans le cadre de la coopération extérieure propre au secteur nucléaire, la France a toujours été un de nos principaux partenaires. Au début, la collaboration française s’est essentiellement préoccupée de recherches des minerais.

5Il convient de rappeler que, lors de la création de la Comissão nacional de energia nuclear (CNEN) (Commission nationale pour l’énergie nucléaire), en 1956, les recherches d’uranium étaient très dispersées au Brésil, à la charge de divers laboratoires. Cette situation s’est prolongée jusqu’en 1963, année où fut créé, sous le couvert de la CNEN, le Departamento de exploração mineral (DEM) (Département des recherches minières) aux attributions proches du Département des prospections et recherches minières du Commissariat français à l’énergie atomique (CEA).

6Ce fait, de grande importance pour le développement ultérieur de l’industrie de l’uranium au Brésil, a été le fruit de la coopération bilatérale entre le Brésil et la France, commencée dès 1961, avec la venue au Brésil des géologues André Gestner et Claude Pinaud, du CEA.

7La coopération française dans ce domaine s’est poursuivie jusqu’au milieu de l’année 1966 ; elle contribua à la réalisation d’un travail de prospection systématique d’uranium dans notre pays grâce à la préparation de personnel, à l’installation de laboratoires d’analyse et à un transfert de technologie. Par la suite, le CEA maintenait en permanence à la CNEN au moins trois géologues. D’autres venaient en outre au Brésil accomplir des missions ponctuelles de plus courte durée.

8La CNEN tira de nombreux bénéfices de cette coopération. En effet, le CEA et l’Association des techniciens étrangers en France, alors subventionnée par le ministère de l’Economie, organisèrent des stages techniques dans les mines françaises d’uranium pour le personnel du Departamento de exploração mineral de la CNEN ; ils attribuèrent des bourses d’études et de missions techniques totalisant l’équivalent de 195 mois/chercheurs, allant jusqu’à contribuer à la formation de 83 % des experts de ce département ; enfin, la CNEN reçut du CEA de nombreux équipements de laboratoire et de terrain.

9En raison de cette formation et de l’acquisition des méthodes de travail, la coopération s’est révélée extraordinairement constructive dans ce domaine permettant une assimilation rapide de la technologie française ; il en est résulté une augmentation considétable de la rentabilité des travaux du DEM. Cette collaboration a continué à porter ses fruits après la création de Empresas nucleares brasileiras S.A. (NUCLE-BRÁS) : elle fonda les bases et les conditions de l’expansion significative des activités de prospection d’uranium au Brésil, qui détient aujourd’hui de substantielles réserves de cette source d’énergie.

10Assurée dans le domaine de la prospection, la coopération française s’est étendue à d’autres secteurs. A cet égard, il conviendrait de citer une collaboration entreprise avec un groupe dit « Groupe du thorium ». Ce groupe s’est constitué en septembre 1965 au sein de la Divisão de engenharia de reatores (Division du génie des réacteurs) de ce qui était alors l’Instituto de pesquisas radioativas (IPR) (Institut des recherches radioactives) aujourd’hui Centro de desenvolvimento de tecnologia nuclear (CDTN) (Centre de développement des technologies nucléaires), de Belo Horizonte. Ses principaux objectifs étaient : a) développer le projet pilote d’un réacteur de puissance utilisant le thorium, qui pourrait être construit au Brésil ; b) réaliser des études sur les cycles de combustibles afin d’évaluer l’intérêt réel de l’utilisation du thorium dans le programme nucléaire brésilien.

11A l’époque où le dit groupe achevait l’analyse des options techniques fondamentales, ses activités s’étaient trouvées insérées dans le champ plus vaste de la coopération entre le Brésil et la France par un échange de lettres entre la CNEN et le Commissariat à l’énergie atomique et concrétisées par l’envoi d’une mission technique française en juin 1966, aux fins d’évaluer les possibilités des réacteurs à eau lourde et thorium.

12En dépit de l’élaboration d’une programmation détaillée des études, l’effort conjoint a fini par être interrompu dans ce domaine, avec la dispersion du « Groupe du thorium », peu après que le gouvernement brésilien ait entériné l’option en faveur des réacteurs à uranium enrichi.

13La coopération avec la France dans le domaine des accélérateurs linéaires d’élections a été particulièrement heureuse. Le stage de techniciens brésiliens en France, en particulier à la Faculté des sciences de Paris, où plusieurs d’entre eux soutinrent leur doctorat, a contribué de façon significative à la formation du personnel brésilien dans ce domaine. Les connaissances et la compétence ainsi acquises et transmises ont permis, par la suite, d’entreprendre la construction entièrement nationale de plusieurs accélérateurs de ce type, depuis 8 MeV, dont l’un d’eux se trouve à l’Instituto militar de engenharia (IME) (Institut militaire d’ingénierie) jusqu’à 200 MeV, comme celui qui est en cours de fabrication au Centro brasileiro de pesquisas físicas (CPBF) (Centre brésilien de recherches physiques).

14Parmi les autres activités de coopération française dans le domaine nucléaire, on peut encore mentionner : l’assistance offerte par le Centre d’études nucléaires de Cadarache à ce qui était alors l’Instituto de pesquisas radioativas (IPR) de Belo Horizonte dans le projet et la construction du réacteur sous-critique « Capitu » ; la collaboration du Centre d’études nucléaires de Grenoble concernant le projet, la construction et le programme expérimental du circuit thermique de l’IPR ; l’assistance du Centre d’études nucléaires de Saclay au projet, à l’extension et à l’opération du Laborarorio de ensaios de componentes de reatores (Laboratoire d’essais des composants de réacteurs) de l’IPR ; l’assistance du Centre de Grenoble à la phase initiale d’un programme expérimental de circuit du sodium à l’Instituto de engenharia nuclear (IEN) (Institut de génie nucléaire) de Rio de Janeiro.

Fiche technique de la CNEN
1. Présentation de l’organisme
1.1 Comissão nacional de energia nuclear (CNEN) (Commission nationale pour l’énergie nucléaite) ;
1.2. Commission directement dépendante de la Ptésidence de la République ;
1.3. Organisme supétieur d’orientation, de planification, de contrôle, d’inspection et de recherche scientifique dans le domaine nucléaire ;
1.4 Adresse : Comissão nacional de energia nuclear (CNEN)
Rua Gen. Severiano, 90
Rio de Janeiro - RJ – Brasil
2. Structure interne
2.1. Définir les normes, les licences et les autorisations des installations nucléaires, du matériel et des équipements nucléaires ;
2.2 Surveiller et exercer le monopole sur les minerais nucléaires et les minerais d’intérêt nucléaire au nom du gouvernement fédétal ;
2.3. Promouvoit et inciter à l’utilisation de l’énetgie nucléaire pour le développement, la formation du personnel et l’application des tadio-isotopes ;
2.4. Promouvoir, organiser et créer des laboratoires et des institutions de recherche appliquée ;
2.5. Promouvoir et coordonner les activités de techerche dans le domaine nucléaire.
3. Institutions rattachées
3.1. Instituto de pesquisas enetgéticas e nucleares (IPEN) (CNEN/SP) São Paulo
3.2. Instituto de engenharia nuclear (IEN) - Rio de Janeiro
3.3. Instituto de radioproteção e dosimettia (IRD) - Rio de Janeiro

© Éditions de l’IHEAL, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540