Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

France-Brésil : vingt ans de coopération

 | 
Luiz Claudio Cardoso
, 
Guy Martinière

II. Institutions et organismes brésiliens

Le Centro técnico aerospacial CTA (Centre technique aérospatial)

Texte intégral

1Le Centro técnico aerospacial (Centre technique aérospatial) est un organisme d’enseignement et de recherche du Departamento de pesquisas e desenvolvimento (Département recherches et développement) du ministère de l’Aéronautique (Ministétio da Aeronáutica).

2Fondé dès les années 1950, il s’implante progressivement dans l’Etat de São Paulo, en commençant par l’Instituto tecnológico de aeronáutica (ITA) (Institut technologique de l’aéronautique), Ecole d’enseignement technique supérieur de l’aéronautique, afin de former des ingénieurs dans les domaines de l’électronique, de la mécanique et des infrastructures de l’aéronautique, tout en réalisant des recherches orientées vers l’application de l’aéronautique.

3Au sein de l’équipe de professeurs de l’ITA, se développe l’embryon de ce qui va devenir l’Instituto de pesquisas e desenvolvimento (IPD) (Institut de recherches et développement), rassemblant des chercheurs ayant pour objectif le développement du secteur aéronautique. Cet Institut, novateur et productif, mit au point aussi le complexe nécessaire à son industrialisation, mondialement connu sous le nom d’EMBRAER (Empresa brasileira de aeronáutica) qui fabrique aujourd’hui des avions comme le Xingú, le Brasília, le Tucano, parmi d’autres.

4Lors de sa phase d’implantation, le CTA a détaché des équipes de l’ITA et de l’IPD pour créer un troisième noyau dont l’objectif est de stimuler le parc indusrriel brésilien pour élever sa qualité au niveau exigé par l’industrie aéronautique. Ce noyau a donné naissance à l’Instituto de fomento e coordenação industrial (IFI) (Institut de soutien et de coordination de l’industrie), chargé à la fois d’homologuer entreprises et produits, entreprenant et rationalisant les transferts de technologie, et de stimuler les relations et le développement des entreprises dans le domaine de l’aéronautique et de l’espace.

5L’évolution croissante du domaine spatial a stimulé la mise en œuvre de recherches, initialement modestes, mais dont le développement rapide a amené le CTA a créer un quatrième institut, l’Instituto de atividades espaciais (IAE) (Institut des activités spatiales). Cet institut met au point des technologies et développe de petites fusées d’entraînement et d’applications générales, des fusées de portée intermédiaire pour le sondage atmosphérique, comme Sonda II (400 kg), Sonda III (1,6 t.) et Sonda IV (7,3 t.). Cette dernière possède même un dispositif de contrôle d’altitude et une instrumentation complexe, y compris une plateforme inertielle de référence.

6L’IAE s’attache actuellement à développer une fusée lanceur de satellites de collecte de données et de communications.

7De tels résultats de recherche ont conduit le CTA à créer, encore une fois, une nouvelle équipe avec des objectifs de pointe, issue cette fois du noyau de l’IAE, la Divisão de estudos avançados qui allait devenir, par la suite, l’Instituto de estudos avançados (IEAv) (Institut des études avancées). Il revient à ce nouvel institut d’entreprendre des études dans les domaines de l’énergie, notamment les lasers.

8Aujourd’hui, le CTA comprend un ensemble technico-scientifique regroupant cinq mille personnes travaillant dans cinq instituts d’enseignement, de recherche et de développement qui dépendent du ministère de l’Aéronautique ; cet ensemble soutient d’une manière décisive l’évolution technologique brésilienne dans le secteur aéronautique et spatial et se trouve entouré d’un dense réseau d’industries à l’avant-garde de ce secteur.

9Nous savons que le fait d’agréger des chercheurs génère des idées et stimule des activités qui donnent naissance à des réalisations nouvelles que l’on ne pourrait obtenir si chacun continuait à travailler isolément dans son propre domaine. Une analyse de la manière dont le CTA s’est développé pourrait conduire même les personnes les moins susceptibles d’être convaincues de l’exactitude de cette thèse, devant les résultats déjà obtenus. En parcourant la documentation et les archives du CTA, on constate que cette évolution ne doit rien au hasard : elle était précédée de textes et d’organigrammes contenant déjà en germes les noms des institutions qui vont être constituées par la suite. Par conséquent, un choix délibéré de nos prédécesseurs a permis de mettre effectivement en place cet agrégat de chercheurs pour atteindre les objectifs de créativité de ce centre d’excellence qu’est le CTA.

10On peut aisément constater qu’une troisième source a beaucoup contribué à générer des idées et stimuler les réalisations toujours croissantes du CTA, la coopération technico-scientifique avec d’autres groupes de chercheurs.

11Dès la création de l’ITA, nous observons une coopération avec d’autres groupes. En particulier, l’TTA fut organisé et a obtenu la formation de ses premières promotions d’ingénieurs grâce à un corps d’enseignants composé de professeurs brésiliens et américains. Vont s’ajouter à ce corps enseignant de l’ITA, des professeurs d’origine allemande, chinoise, anglaise, française, etc. Nous avons eu l’occasion de participer à des cours avec des professeurs brésiliens qui ont obtenu leurs diplômes outre mer. Nous constatons aussi la présence de participants français à la construction de l’avion Bandeirante.

12Après la signature de l’Accord de coopération technique et scientifique avec la France (16 janvier 1967), la coopération de la France s’est sensiblement renforcée, aussi bien avec le secteur privé qu’avec le secteur public.

13Concernant l’ITA, la coopération est devenue plus active avec les universités françaises : nous avons reçu des professeurs et des conférenciers et nous avons envoyé en France des professeurs suivre des cours spécialisés et des études doctorales (posgraduação). Des piofesseuis et des étudiants ont aussi effectué de nombteuses visites auprès des entreprises françaises.

14A l’égard de l’IPD, d’un autre côté, la coopération s’est renforcée sur la base de relations entre les gouvernements, donnant à de jeunes coopérants la possibilité de venir travailler dans nos laboratoires comme dans l’industrie sur la base de projets de développement, avec l’aide d’entreprises françaises comme Thomson-CSF dans le cas du Radar météorologique ; ou encore dans la formation de spécialistes en vol avec des institutions militaires.

15Des travaux furent entrepris avec l’IFI dans les domaines de la garantie de qualité et de l’homologation d’avions et produits aéronautiques avec la participation de la Direction générale de l’Aviation civile, à la suite d’un accord de reconnaissance réciproque de qualification des produits pour les deux pays.

16Avec l’IAE, la coopération se dessine sur différents fronts : dans le domaine universitaire, de nombreux spécialistes de l’IAE suivent des cours spécialisés et des études doctorales ; dans le domaine industriel, on remarque des cessions de technologie, l’organisation de stages de spécialistes dans des entreprises, notamment à l’Aérospatiale, à la Société européenne de propulsion (SEP) ; dans le domaine gouvernemental, en particulier avec le Centre national d’études spatiales (CNES) et grâce aux accords complémentaires de coopération, les relations s’étendent d’une part à la formation de personnel, aussi bien sur les installations qui se trouvent en métropole que sur celles du Centre spatial guyanais, en Guyane française, d’autre part à l’assistance technique au travers des spécialistes et aussi aux prestations de services concernant les essais d’éléments.

17Les rapports étroits établis avec le CNES et l’importance des relations entretenues avec l’Agence spatiale européenne (ASE) ont entraîné le gouvernement brésilien à signer aussi des accords avec l’ASE, permettant la formation de personnel brésilien et la prestation des services brésiliens d’accompagnement du lanceur Ariane.

18Une étude de faisabilité pour le développement conjoint d’un lanceur de satellites — Projeto BR-2, a aussi été entreprise, où participèrent des spécialistes du CNES et de l’industrie française, dans laquelle on a testé les potentialités industrielles et dont on a tiré nombre d’enseignements.

19Toujours avec le CNES, les spécialistes de l’IAE ont suivi des stages dans les domaines particuliers de la gestion et de l’administration de projets, de l’aérodynamique appliquée aux fusées, de l’analyse et de la prévision des trajectoires de fusées, de l’instrumentation et des structures de fusées, etc.

20Dans un bilan sommaire, nous pensons avoir un solde nettement positif quant au résultat de cette étroite et intense coopération avec les organismes français.

21Il est certain, toutefois, que les bénéfices ne peuvent être considérés de façon unilatérale. La fréquentation par nos spécialistes des milieux français de recherche et de développement les a conduits à se familiariser avec les équipements et les composants typiques de l’industrie française, de telle sorte que la connaissance directe de leurs caractéristiques spécifiques oriente l’acquisition de ces produits. Une grande quantité de pièces est ainsi achetée sur le marché français, que ce soient de simples éléments ou des systèmes entiers, comme ceux qui vont être installés au Centre de lancement d’Alcântara.

22Convaincus des résultats positifs obtenus dans l’expérience de ces vingt ans de coopération, nous espérons pouvoir poursuivre et même intensifier et étendre le champ de la coopération franco-brésilienne. Dans le seul domaine de l’aéronautique et de l’espace, pour ne rien dire des autres secteurs d’intérêt national, comme les arts, la santé, l’éducation, l’agriculture, etc. que nous n’abordons pas dans cet article, nous pouvons envisager comme futurs axes de coopération : la formation de personnel : cours spécialisés et études doctorales dans les sciences de l’espace ; la cession de technologie : accords et stages dans l’industrie française pour l’acquisition de « know-how » en aérodynamique, structures, instrumentation, matériaux composites, propulsion, systèmes inertiels, etc. ; la libération des restrictions : dans l’acquisition de matériel et d’éléments qui, pour être identifiés comme matériels sensibles, rendent très difficile l’avancée du développement.

Fiche technique du CTA
1. Présentation de l’organisme
1.1 Centro técnico aerospacial (CTA) ;
1.2 Organisme de l’administration fédérale, directement subordonné au directeur-général du Departamento de pesquisas e desenvolvimento (DEPED) du ministère de l’Aéronautique ;
1.3 Le Centro técnico aerospacial est, dans le domaine du ministère de l’Aéronautique, l’organisme responsable de l’exécution des programmes d’enseignement, de recherche et de développement nécessaires à la réalisation des objectifs de politique nationale d’aéronautique et d’espace dans les secteurs de la science, de la technologie et de l’industrie ;
1.4. Adresse : Centro técnico aerospacial (CTA)
12225 - São José dos Campos - São Paulo - Brasil teleph : PABX (0123) 21 13 11
telex : 1233393 CTAE BR
2. Structure interne
2.1 Direction du CTA
1) Directeur :
1.1. Conseil de direction ;
2) cabinet
3) directeur adjoint :
3.1.Conseil technique et scientifique
2.2.Instituts :
1) Instituto tecnológico de aeronáutica (ITA) ;
2) Instituto de pesquisa e desenvolvimento (IPD) ;
3) Instituto de atividades espaciais (IAE) ;
4) Instituto de fomento e coordenação industrial (IFI) ;
5) Instituto de estudos avançados (IEAv) ;
6) et Grupo de infraestrutura e apoio (GIA).
3. Ressources et personnel
3.1. Les ressources du CTA proviennent des ressources budgétaires du ministère de l’Aéronautique ;
3.2. Dans son actuelle dotation, le CTA dispose pour 38 % de son budget, de 2 148 agents civils et militaires qui se consacrent aux activités scientifiques et techniques, répartis de la façon suivante :
1) cadres supérieurs : 1 040 dont 102 docteurs (PhD)
246 ingénieurs (MsC)
692 techniciens supérieurs (BS)
2) cadres moyens : 1 808 dont 940 assistants techniques
868 agents techniques

© Éditions de l’IHEAL, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540