Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

France-Brésil : vingt ans de coopération

 | 
Luiz Claudio Cardoso
, 
Guy Martinière

I. Institutions et organismes français

La Maison des sciences de l’Homme de Paris (MSH) et les réseaux de recherche en sciences sociales avec le Brésil. L’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHSS) L’Institut des hautes études de l’Amérique latine (IHEAL) Le Centre de recherche et de documentation sur l’Amérique latine (CREDAL)

Texte intégral

La Maison des sciences de l’homme (MSH)*

  • * Texte rédigé par Guy Martinière, à la demande de Clemens Heller, administrateur de la MSH.

1Fondation reconnue d’utilité publique, la Maison des sciences de l’homme est une des plaques tournantes de la recherche en sciences de l’homme et de la société en France, créée par décret le 4 janvier 1963. Chargée d’exercer auprès de la recherche française en sciences sociales une mission de soutien et d’accompagnement, elle constitue à la fois un service national et une plate-forme de collaboration scientifique entre institutions et disciplines.

2Dès sa création, son administrateur, Fernand Braudel, s’attachait à définir son action comme complémentaire des grands établissements d’enseignement et de recherche s’attachant plus particulièrement, non seulement à regrouper, physiquement, des formations de recherche et de documentation tout en mettant en place des structures de collecte, publication et diffusion d’informations scientifiques, mais encore à promouvoir des équipes expérimentales susceptibles de favoriser des orientations et des méthodes nouvelles de recherche et aussi de faciliter l’organisation de réseaux nationaux et internationaux de coopération scientifique. Ainsi, dans le cadre du Secrétariat scientifique de la MSH qui a créé à cette fin le Centre de recherche interdisciplinaires et comparatives, l’action scientifique de la Fondation a donné naissance à de nombreux projets à l’avant-garde de la recherche. Le regroupement thématique de ces projets est réalisé autour d’actions disciplinaires ou à la frontière des disciplines : histoire et sciences sociales, histoire et sociologie des sciences, histoire de la sociologie, sociologie des œuvres culturelles, sociolinguistique et littérature, études sur les organisations, sociologie économique et politique, économie et développement, anthropologie, psychologie, psychologie sociale et psycholinguistique, philosophie. Un tel regroupement n’exclut pas des préoccupations relatives aux domaines culturels, un peu à la manière dont les chercheurs en sciences sociales, aux Etats-Unis, ont entrepris des recherches sur les aires culturelles (area studies).

3Toutefois, l’articulation des réseaux nationaux et internationaux de recherche a rapidement permis de privilégier des coopérations scientifiques dépassant le seul cadre des recherches sur tel ou tel pays ou sur telle ou telle aire culturelle. De telles coopérations ont entraîné la mise en place de véritables programmes internationaux de collaboration bilatérale avec les chercheurs de ces différents pays sans identifier ces programmes de recherche à la seule production conjointe de travaux sur les pays concernés. Quatre d’entre eux ont été créés à la fin des années 1970 : les programmes franco-indien (1975), franco-italien (1977), franco-allemand (1977) et franco-brésilien (1979). Plus récemment, deux nouveaux programmes ont été définis, le programme franco-chinois en 1982 et le programme franco-soviétique en 1984, alors que les relations avec les Etats-Unis se trouvaient stimulées depuis la création du « Fernand Braudel center for the study of economies, historical Systems and civilizations » à l’université de l’Etat de New York à Binghamton en 1976 sous l’impulsion d’Immanuel Wallerstein.

***

4De fait, le Brésil a toujours occupé une place de choix dans les préoccupations personnelles des principaux responsables de la MSH. On sait le rôle que le Brésil a joué dans l’éveil de Fernand Braudel à sa conception nouvelle de l’histoire et des sciences sociales. Son séjour au Brésil, de 1935 à 1937, dans le cadre de la mission universitaire française, contribua à la formation d’une première génération de jeunes véritables chercheurs brésiliens en sciences sociales à la faculté de philosophie, sciences et lettres de l’université de São Paulo (USP) dès sa création en 1934, aux côtés d’une pléiade de « missionnaires français » dont Claude Lévi-Strauss, Pierre Monbeig, Roger Bastide et quelques autres de grande réputation. Ce séjour fut aussi pour lui un des moments importants de l’« invention » de sa nouvelle interprétation de l’histoire, un des laboratoires d’expérimentation de ce qui allait devenir La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II. Son retour en France en octobre 1937 lui donna l’occasion de connaître véritablement Lucien Febvre qu’il rencontra sur le paquebot, venant de Buenos Aires où il avait prononcé une série de conférences.

5Elu en 1949 au Collège de France au départ de Lucien Febvre, Fernand Braudel venait de fonder, avec le même Lucien Febvre et Charles Morazé, la sixième section « sciences économiques et sociales » de l’Ecole pratique des hautes études. Or, Charles Morazé allait connaître à son tour l’expérience pauliste d’où il revenait avec son livre Les Trois âges du Brésil, dédié à Maria Isaura Pereira de Queiroz et publié en 1954 par Armand Colin, l’éditeur de la revue des Annales.

6D’ailleurs, plusieurs des neuf membres fondateurs du conseil d’administration de la Maison des sciences de l’homme eurent l’occasion de trouver dans leur expérience personnelle de connaissance du Brésil un révélateur scientifique de leur propre discipline dont ils contribuèrent d’autant à modifier les méthodes et hypothèses de recherche. Au delà du Brésil, le « laboratoire » latino-américain, identifié par Lucien Febvre dans un célèbre article de la revue Annales en 1929, imprégna profondément Marcel Bataillon, Gabriel Le Bras, Charles Morazé, Jean Serrailh et Pierre Monbeig, directeur de l’Institut des hautes études de l’Amérique latine (IHEAL), qui fut appelé par cooptation à remplacer en décembre 1964 André Aymard, décédé en juillet de la même année. Lorsque l’on sait le rôle d’administration et de direction de recherches que ces membres fondateurs de la Maison des sciences de l’homme ont joué en France dans le développement des sciences sociales, aussi bien à l’université que dans des institutions comme le Centre national de la recherche scientifique (CNRS), on mesure à quel point le réseau relationnel ainsi constitué par Fernand Braudel a pu aider au développement des relations franco-brésiliennes et à l’essor des recherches sur le Brésil.

7Ainsi, fut-ce tout naturellement que des chercheurs brésiliens en sciences sociales, obligés de quitter leur pays à partir de 1964, ont trouvé, en France, en dépit de difficultés certaines, un accueil leur permettant de poursuivre malgré tout leurs travaux universitaires. Tel fut le cas, par exemple, de Josué de Castro, du géographe Milton Santos, de l’économiste Celso Furtado, qui avait soutenu en 1948, à la faculté de droit et de sciences économiques de l’université de Paris une thèse de doctorat sur l’économie coloniale du Brésil devant un jury composé de Maurice Byé, René Courtin et Louis Baudin.

8Accueilli en France après un exil forcé aux Etats-Unis, Celso Furtado publia en 1966 un substantiel article dans la revue Annales intitulé : « Amérique latine : développement et stagnation ». Cet article devait être repris par la suite dans un ouvrage Développement et sous-développement publié dans une collection dirigée par François Perroux et montrer à quel point l’histoire et l’économie pouvaient être des préoccupations communes aux personnalités sensibles aux recherches de prospective et de planification comme Pierre Massé, Jacques R. Boudeville, Maurice Byé et François Perroux. D’ailleurs, en 1967, l’année même où était signé l’Accord de coopération technique et scientifique entre la France et le Brésil, Celso Furtado contribuait à éclairer le public intellectuel français sur les réalités brésiliennes en assurant la coordination d’un numéro spécial de la revue Les Temps modernes dirigée par Jean-Paul Sartre et Simone de Beauvoir. D’une certaine manière, le travail accompli en France par Celso Furtado contribua à renouveler les études « brasilianistes » en leur imprimant une certaine vision « structuraliste » de l’économie internationale où se détachaient les problématiques du développement / sous-développement communes aux analyses économiques théoriques et appliquées mises en œuvre par les spécialistes de la Commission économique pour l’Amérique latine (CEPAL), l’une des cinq commissions établies par les Nations-Unies pour étudier les origines et la nature des problèmes régionaux de développement.

9En ce sens, les travaux de Celso Furtado étaient devenus un point de référence obligé aussi bien de journalistes d’information de réputation comme Hubert Beuve-Méry, Claude Julien, Edouard Bailby ou Marcel Niedergang que de spécialistes d’organisations internationales ou d’organisations non-gouvernementales. Ces derniers, dans les revues comme Développement et civilisation, Esprit ou Tiers-Monde, travaillaient en relation avec les réseaux de formation et d’éducation comme l’Institut international de recherche et de formation, éducation et développement (IRFED) ou l’Institut œcuménique pour le développement des peuples (INODEP), etc. Ne convient-il pas d’avoir en mémoire le rôle d’éveilleur de recherche et de conscience joué par le Père Lebret tant lors de la création de la CEPAL qu’à la tête de la revue Economie et humanisme ? On retrouvera de nombreux intellectuels et universitaires sensibilisés aux questions de développement du tiers-monde dont le Brésil apparaissait comme un des « pays clés », selon l’expression d’Edouard Bailby, dans les actions de terrains et les analyses théoriques entreprises sous l’impulsion des organisations non-gouvernementales engagées dans des opérations de coopération en matière agricole et urbaine, comme, par exemple, le géographe Alain Ruellan qui fut, à partir de 1982, directeur général de l’Office de la recherche scientifique et technique outremer (ORSTOM) devenu Institut français de recherche scientifique pour le développement en coopération ou encore l’économiste Pierre Gervaiseau.

10Tel fut aussi le cas du sociologue Fernando Henrique Cardoso, élève de Roger Bastide et l’un des fondateurs du Centro brasileiro de análise e planejamento (CEBRAP) fondé à São Paulo, au moment où plusieurs chercheurs brésiliens en sciences sociales n’avaient plus la possibilité d’enseigner à l’université. Tel fut le cas de l’historienne Maria Yedda Leite Linhares qui trouva à Toulouse, un accueil réconfortant. Et de bien d’autres encore.

11Ainsi, pendant les difficiles années de la vie universitaire brésilienne, les réseaux d’accueil établis en France permirent-ils à nombre de chercheurs brésiliens en sciences sociales, pour ne rien dire d’autres domaines scientifiques comme la physique, de trouver matière à poursuivre leurs recherches sur le Brésil, renouvelant d’autant les études « brasilianistes » françaises. Mais ces chercheurs brésiliens purent aussi découvrir d’autres horizons que les seules réalités brésiliennes et confronter leurs perspectives de latino-américanisation des sciences sociales avec d’autres réalités, ouvrant la voie aux études comparatives. Lorsque le Brésil s’éveilla à nouveau à la démocratie, lorsqu’une vie intellectuelle créative fut à nouveau possible, les réseaux informels de coopération établis autour de la Maison des sciences de l’homme ont donné leur mesure en établissant de nouveaux axes de recherche avec les institutions et organismes parmi les plus dynamiques du Brésil. Dès lors, la collaboration franco-brésilienne en science sociales trouva dans les activités de la Sociedade brasileira para o progresso da ciência (SBPC) un partenaire privilégié.

12Le rôle joué par la SBPC à la tête du mouvement de démocratisation du Brésil fut considérable : il s’est révélé étroitement articulé aux progrès de la recherche prise en compte directement par la communauté scientifique brésilienne. Celso Furtado, Fernando Henrique Cardoso, Luciano Martins, Maria Isaura Pereira de Queiroz, Ignacy Sachs et bien d’autres facilitèrent le développement des rapports entre la Maison des sciences de l’homme et la SBPC. Les accords de principe de participation de chercheurs français coordonnés par la MSH aux réunions annuelles de la SBPC devaient être conduits de pair avec les réunions de coordination sur les études brésiliennes en France organisées par la MSH dont les deux premières purent se tenir les 5 février 1979 et 24 janvier 1980. La première participation française organisée à la trente-deuxième réunion de la SBPC, alors présidée par le physicien José Goldemberg, eut lieu à Rio en juillet 1980. Composée de l’historien Guy Martinière, de l’anthropologue Luiz de Aragão, de l’archéologue Niède Guidon, des géographes Hélène Rivière d’Arc et Hervé Théry et du sociologue Jean Tavarès, cette mission confirma les nouveaux objectifs de recherche en coopération entre les deux pays et engagea un processus de présentation des recherches réalisées en France conjointement par des équipes mixtes de chercheurs brésiliens et français pendant plusieurs années. Celso Furtado, l’économiste Jean-Marie Martin, Luciano Martins et Ignacy Sachs participèrent à la trente-troisième réunion de la SBPC à Salvador en 1981, les sociologues F. Lert et Annie Thébaud à la trente-quatrième réunion en 1982 à Campinas, etc.

13Grâce à cette action entre la SBPC et la MSH, qui reçut l’appui financier des ministères français des Affaires étrangères et de l’Education nationale, les opérations coordonnées par la MSH ont permis d’établir de nombreux programmes de recherche comme, par exemple, les programmes culture et classes sociales ; énergie, environnement et société ; planification et éco-développement ; l’intelligentsia et l’Etat ; le potentiel de développement endogène : analyse comparée entre le Brésil et l’Inde ; les conditions de la démocratie : naissance, restauration, extension ; identité nationale et expression culturelle ; perspectives de développement face à la crise économique internationale ; énergie et développement ; marché de l’emploi dans le Nordeste ; Projet Piauí ; industrialisation et santé ; anthropologie du quotidien et planification urbaine ; évolution des systèmes de production foncière et immobilière dans les villes du tiers-monde ; changement social et rôle du psychologique dans la société.

14Les principales institutions concernées sont, du côté français, l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS), la Fondation nationale des sciences politiques (FNSP), l’Institut des hautes études de l’Amérique latine (IHEAL), l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM), le Centre national de la recherche scientifique (CNRS), l’université des sciences sociales de Grenoble (Groupe de recherches et d’études économiques et sociales sur l’Amérique latine — GRESAL — et l’Institut d’économie et de politique de l’énergie — IEPE), l’université de Toulouse-le-Mirail (Groupe de recherche sur l’Amérique latine — GRAL). Du côté brésilien, ce sont l’Associação nacional de centros de posgradução em economia (ANPEC), le Centro brasileiro de análise e planajamento (CEBRAP), le Centro de pesquisa e documentação de historia contemporânea (CPDOC) de la Fundação Getulio Vargas, le Centro de estudos rurais e urbanos (CERU) de la USP, l’Escola de administração de empresas de São Paulo (EAESP) de la Fundaçao Getulio Vargas, l’Instituto de estudos economicos, sociais e políticos (IDESP) de São Paulo, l’Instituto Mauà de tecnologia, l’Instituto de medicina social de Rio de Janeiro, l’Instituto de pesquisas universitarias de Rio de Janeiro (IUPERJ) du Conjunto universitario Cândido Mendes, le Museu nacional de l’Universidade federal de Rio de Janeiro (UFRJ), 1’Universidade de São Paulo (USP) et bien sûr la SBPC.

15Plusieurs colloques et rencontres ont été organisées, notamment avec l’Association française en sciences sociales sur l’Amérique latine, présidée par Frédéric Mauro, l’Association Futuribles, le Centre Thomas More de l’Arbresle, le GRESAL, l’EHESS et, en particulier le Centre international de recherche sur l’environnement et le développement (CIRAD) dirigé par Ignacy Sachs, l’Institut international d’administration publique (IIAP), le Commissariat général au plan, l’université des Nations-Unies, etc.

16Un enseignement spécialisé a été entrepris depuis 1978 autour du Groupe de réflexion sur le Brésil contemporain animé par Ignacy Sachs ; des séminaires ont été régulièrement organisés par Luiz de Aragão, Fernando Henrique Cardoso, Celso Furtado, Ana Maria Montenegro et E. da Silva.

17Enfin, les éditions de la MSH ont consacré au Brésil une de leurs collections intitulée Brasilia. Créée en 1981, composée d’un comité de lecture dont font partie Celso Furtado, Luciano Martins, Daniel Pécaut, Jean Revel-Mouroz, Ignacy Sachs et Monique de Saint-Martin, elle est dirigée par Guy Martinière. Cette collection a pour but de mieux faire connaître en France les travaux de chercheurs brésiliens et donner à lire au public scientifique les travaux de chercheurs français spécialisés sur le Brésil dont les recherches ont été soutenues par le programme franco-brésilien de coopération. A ce jour, sept ouvrages ont été publiés ; de Sergio Micelli : Les Intellectuels et le pouvoir au Brésil (1920-1945) ; Guy Martinière : Aspects de la coopération franco-brésilienne. Transplantation culturelle et stratégie de la modernité ; Maria Andrea Loyola : L’Esprit et le corps. Des thérapeutiques populaires dans la banlieue de Rio ; de Fernando Henrique Candoso : Les Idées à leur place. Le concept de développement en Amérique latine ; de Celso Furtado : Le Brésil après le miracle ; sous la direction d’Hélène Rivière d’Arc : Portraits de Bahia. Travail et modernisation dans quatre régions agricoles d’un Etat du Brésil ; de Helgio Trindade : La Tentation fasciste au Brésil dans les années trente ; un huitième ouvrage, de Daniel Pécaut : Les Intellectuels et la politique au Brésil, est sous presse.

***

18Ainsi, la Fondation de la Maison des sciences de l’homme, administrée par Fernand Braudel puis, depuis 1986, par Clemens Heller, a-t-elle joué son rôle de réseau national et international de recherche dans les sciences sociales entre la France et le Brésil. Il en est résulté l’émergence de nouvelles relations entre chercheurs, de nouveaux thèmes et problématiques de recherche, une meilleure connaissance de travaux de chercheurs brésiliens et de travaux sur le Brésil en France.

19Actuellement, la MSH envisage d’élargir le réseau national français de coopération à un réseau de dimension européenne. En ce sens, la récente création, au seins de l’EHESS du Centre de recherche sur le Brésil contemporain qui assure, depuis 1987, avec l’IHEAL la publication des Cahiers du Brésil contemporain, apparaît comme un élément notable de l’importance du rôle de ces réseaux nationaux et internationaux de coopération entre les deux pays.

L’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS)

  • Marc Augé, président de l’HESS.

20Pays de contrastes sociaux, culturels et politiques, le Brésil a toujours été pour l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS) un véritable laboratoire d’analyse du monde contemporain et de la modernité. Domaine traditionnellement privilégié des anthropologues, les échanges scientifiques se sont peu à peu diversifiés ; actuellement des chercheurs spécialistes de toutes les sciences sociales ont un terrain ou un programme de recherche au Brésil.

21En outre, l’EHESS joue un rôle de tout premier ordre dans la diffusion des théories et des méthodes de la recherche en sciences sociales au Brésil tant pour la formation des étudiants que pour la mise en place de programmes de recherches bilatéraux privilégiant l’analyse comparative, l’interdisciplinarité, inséparables de l’analyse de la science comme activité de recherche. Ces programmes concernent l’analyse du monde contemporain brésilien dans sa diversité culturelle et sa profondeur historique, l’examen critique des méthodes et problématiques en sciences sociales et la formation à la recherche française d’étudiants et de chercheurs brésiliens qui caractérisent la politique scientifique de l’Ecole vis-à-vis de ses partenaires brésiliens.

22Pour conforter des champs de réflexion relativement nouveaux, l’Ecole a mis en place un certain nombre de procédures d’échanges sur une base de réciprocité tant intellectuelle que financière autour de programmes de recherche et d’actions incitatives pour pallier les insuffisances dans des domaines restés quelque peu lacunaires.

23Par exemple, en sociologie, trois directions de recherche ont été définies. Sous la direction de Pierre Bourdieu, une sociologie comparée du champ intellectuel au Brésil et en France est complétée par un projet culture et politique et un projet sociologie de la famille.

24Sous la direction d’Alain Touraine, un programme concerne la sociologie des mouvements sociaux.

25Sous la direction de Daniel Pécaut, deux thèmes s’articulent autour de la sociologie de la violence sociale et de l’analyse des formes d’intervention politique des intellectuels dans la phase démocratique.

26En histoire, deux directions de recherche ont été mises en œuvre.

27Sous la direction de François Furet, est réalisée une analyse comparée du concept de démocratie, des tensions entre égalité civique et inégalité sociale. Sous la direction de Marc Ferro, les projets concernent le cinéma et l’histoire et les juifs en France, au Maghreb et au Brésil.

28Pour mener à bien ces programmes, l’Ecole invire chaque année une dizaine de chercheurs brésiliens et envoie au Brésil à peu près le même nombre de chercheurs de l’école qui donnent des séminaires dans les universités et collaborent aux recherches. Ces différents programmes ont donné lieu à des colloques et publications dans les différentes revues de l’Ecole et dans des revues brésiliennes.

29L’Ecole accueille chaque année une cinquantaine d’étudiants brésiliens en diplôme d’étude approfondie (DEA) et en doctorat. Autant que faire se peut, l’Ecole incite les étudiants brésiliens à s’ouvrir aux réalités européennes et françaises, en organisant des stages sur le terrain notamment pendant l’année de préparation au DEA.

30Pour mener à bien ces différentes collaborations, l’Ecole a signé des accords avec les universités de São Paulo, de Brasilia, de Rio de Janeiro et de Campinas.

31Enfin, pour donner une nouvelle impulsion aux échanges scientifiques, l’école a créé en 1985 un Centre de recherches sur le Brésil contemporain (CRBC). Dirigé par Ignacy Sachs, ce centre a pour objectif de promouvoir les études pluridisciplinaires sur le Brésil dans le domaine des sciences sociales. Ses activités de recherches sont catalysées autour de divers programmes d’études réalisés en collaboration étroite avec des universités et centres de recherche brésiliens. Ils permettent des échanges scientifiques, en particulier avec les universités de São Paulo, Campinas, Rio, Brasília et Recife.

32Le CRBC est également au centre d’un enseignement de DEA à partir duquel on privilégie le Brésil comme laboratoire dans l’analyse des problèmes de développement. Par ailleurs, grâce aux contacts entretenus avec les organismes universitaires sus-mentionnés, il offre chaque année des cycles de conférences données par des spécialistes brésiliens d’une discipline ou d’une autre (énergie, développement, économie politique, problèmes urbains, socio-culturels, etc.). Parallèlement, le CRBC a passé un accord interuniversitaire dans le cadre du programme entre la Coordenação de aperfeiçoamento de pessoal de nível superior (CAPES) et le Comité français d’évaluation de la coopération universitaire avec le Brésil (COFECUB), avec l’Institut d’économie industrielle de l’université de Rio de Janeiro afin de favoriser la réalisation d’études précises portant sur les problèmes de planification et de développement.

33Outre ces échanges universitaires, le CRBC collabore avec la Maison des sciences de l’homme, dans le cadre des « années France-Brésil », pour la mise en place d’un congrès sur « le Brésil au seuil du xxie siècle ».

34Celui-ci devrait avoir lieu en janvier 1990, au moment où se tiendra, à la Cité des sciences de l’industrie de La Villette une exposition dont le thème sera identique.

35Enfin, le Centre publie, avec l’appui de la Maison des sciences de l’homme et de l’Institut des hautes études de l’Amérique latine, les Cahiers du Brésil contemporain, revue trimestrielle qui vise à faire connaître en France les travaux des chercheurs brésiliens ou « brasilianistes » et à faire circuler une information scientifique entre les deux pays.

L’Institut des hautes études de l’Amérique latine (IHEAL) et le Centre de recherche et de documentation sur l’Amérique latine (CREDAL)

  • Bernard Bret, membre de l’équipe « Brésil » du CREDAL.

36Le Brésil tient une place de choix dans les fonctions d’enseignement notamment de troisième cycle et d’encadrement de la recherche de l’Institut des hautes études de l’Amérique latine (IHEAL). Cette place est liée, bien sûr, à l’importance intrinsèque de ce pays dans le sous-continent latin. Elle dépend aussi, pour beaucoup, d’une tradition d’intérêt, initiée par le géographe Pierre Monbeig, longtemps directeur de l’IHEAL et fondateur du Centre de recherche er documentation sut l’Amérique latine (CREDAL), laboratoire dépendant du Centre national de la recherche scientifique (CNRS). On sait que la réputation « brasilianiste » de Pierre Monbeig a été établie à la suite du long séjour d’enseignement qu’il effectua à l’université de São Paulo (USP) au lendemain de sa création et à partir des travaux qu’il réalisa, notamment son maître ouvrage Pionniers et planteurs de São Paulo publié chez l’éditeur Armand Colin en 1952. Cet ouvrage a pu être considéré comme un classique de la géographie française et il est impossible de faire le décompte exact des jeunes chercheurs que Pierre Monteig a formés aux réalités brésiliennes.

***

37La décision de créer, en France, l’Institut des hautes études de l’Amérique latine avait été adoptée en 1952 par le Conseil de l’université de Paris en sa séance du 11 février, sur proposition du recteur de l’Académie, l’hispaniste Jean Sarrailh. Exposée au Conseil des ministres par le président André Marie, la délibération avait été approuvée à l’unanimité. Cette proposition avait reçu un accueil enthousiaste de la part des ambassadeurs des pays d’Amérique latine en France et le projet avait été présentée par le ministre Edouard Bonnefous lors d’une visite accomplie sur le continent latin pendant l’été 1952. Dans un discours prononcé en Sorbonne l’année suivante, le recteur Sarrailh avait esquissé les objectifs à atteindre :

« L’Institut comportera des cours permanents et des conférences extraordinaires. Des cours permanents qui seront confiés à des maîtres français et aussi à des maîtres américains résidant à Paris. Des conférences demandées à d’illustres américains de passage dans notre capitale, aussi bien qu’à des personnalités françaises de retour d’Amérique latine, dont les observations et les réflexions pourront être d’un haut intérêt. Tandis que les conférences aborderont les sujets les plus divers, les cours permanents seront rigoureusement méthodiques. Ils devront porter sur les traits éternels de l’Amérique latine — sur son développement historique, économique et culturel — et surtout sut son état présent. C’est d’abord à une étude du cadre et du milieu qu’il faudra se livrer. C’est dire que l’étude des sols, des climats, des végétations, infinis et variés, aussi bien que celle des éléments constitutifs de la population, et non pas leur simple juxtaposition, mais de leur fusion, retiendront l’attention de nos étudiants. Ethnographie, géographie physique et humaine, sociologie constitueront donc le premiet programme d’enseignement. Un autre groupe se proposera l’étude des grands événements historiques et politiques qui se sont déroulés dans l’Amérique latine, tout particulièrement et pour ne parler que des plus grands, des conquêtes espagnoles et portugaises et de la glorieuse indépendance des colonies. Mais, patallèlement, on exposera suttout les progrès réalisés dans les divers domaines de la vie matérielle et spirituelle, jusqu’à l’époque actuelle. On étudiera les prodigieuses civilisations autochtones dont les puissants vestiges nous émerveillent encore, leurs contacts avec la civilisation importée d’Europe ou d’Afrique, et l’on mesurera les effets de leur mélange dans le gigantesque creuset où tant de sang a coulé et tant de charité a fleuri… Il importera, par-dessus tout, de montrer la puissance actuelle des nations qui, de plus en plus, joueront un rôle décisif dans l’histoire du monde, tant dans le domaine spirituel que dans le domaine économique […]. »

38Ce fut dans ce contexte que Paul Rivet présenta la leçon inaugurale du nouvel institut, le 3 mars 1954, dans des locaux alors provisoires à la Sorbonne. Le 10 juin, la première pierre de l’édifice de la rue Saint-Guillaume était posée. Le 3 mai 1956, les nouveaux locaux de l’IHEAL, au 28 de la rue Saint-Guillaume, jouxtant ceux de l’Institut d’études politiques de Paris, étaient inaugurées en présence du Président de la République, René Coty, de trois ministres, François Mitterrand, Garde des Sceaux, ministre de la Justice, Christian Pineau, ministre des Affaires étrangères, et René Billères, ministre de l’Education nationale.

39De 1957 à 1977, l’IHEAL fut dirigé par Pierre Monbeig, puis par l’historien Jean-Pierre Berthe et, depuis quelques années, par Jacques Chonchol. Non seulement, Pierre Monbeig a contribué à mettre en place cet enseignement dont le programme sur l’Amérique latine avait été tracé, mais encore il développa avec ses collègues latino-américains et surtout brésiliens un réseau de collaborations et d’amitiés qui se consolidera grâce à son action personnelle en faveur des scientifiques latino-américains victimes des régimes autoritaires, leur facilitant l’accueil dans l’université française ou au CNRS dont il fut directeur scientifique pour les sciences humaines. Par exemple, avant d’enseigner à l’EHESS, l’économiste Celso Furrado a longtemps dirigé un séminaire à l’IHEAL, tout en se trouvant professeur associé de sciences économiques à l’université de Paris I, Panthéon-Sorbonne. En 1968, Pierre Monbeig créait la revue de l’IHEAL, Cahiers des Amériques latines, qui assura la livraison de trente numéros jusqu’en 1984 et dont il existe aujourd’hui une nouvelle série imaginée collectivement par les chercheurs et enseignants de l’IHEAL à la suite des « Etats généraux de l’enseignement et de la recherche sur l’Amérique latine en France » qui eurent lieu en mai 1983. Cette revue a publié de nombreux articles et numéros spéciaux consacrés au Brésil, dont, par exemple, dans ses dernières livraisons, des études concernant l’analyse des rapports entre « modernisation et pouvoir local » er un dossier sur différents aspects de l’industrialisation.

40Parallèlement, Pierre Monbeig avait donné une impulsion notable à une collection d’ouvrages, les « Travaux et mémoires de l’IHEAL ». Cette collection vient de s’enrichir d’une mongraphie du musicologue Marcel Beaufils consacrée à Villa-Lobos, musicien et poète au Brésil, et a publié un instrument de travail fondamental relatif aux relations entre les deux pays : Le Guide des sources de l’histoire du Brésil aux archives du ministère français des Affaires étrangères. Elle s’énorgueillit de publier aujourd’hui ce quarante-quatrième ouvrage France-Brésil. Vingt ans de coopération (science et technologie) et comprend dans son programme éditorial les actes du colloque international organisé conjointement en 1986 par le CREDAL et l’Institut français de recherche scientifique pour le développement en coopération (ORSTOM), intitulé Les Hommes devant la sécheresse, Nordeste brésilien. Sahel africain, ainsi que les actes de la table ronde sur Les Images réciproques du Brésil et de la France organisée en décembre 1987, et présidée par le ministre de l’Education nationale, René Monory, avec le parrainage du président du Sénat, Alain Poher et du ministre d’Etat, chargé de la culture, Celso Furtado. Le travail effectué à cette occasion par le directeur-adjoint du CREDAL, Jean Revel-Mouroz, et l’inspecteur général de l’enseignement du portugais en France, Solange Parvaux, a facilité l’émergence d’un nouveau dialogue entre les chercheurs « brasilianistes » en sciences sociales et les spécialistes de langue et littérature lusophones en France, donnant à la connaissance du Brésil et à la diffusion de cette connaissance dans l’enseignement secondaire une nouvelle dimension.

41Ainsi, l’IHEAL constitue donc bien un des principaux pôles de la recherche sur l’Amérique latine et le Brésil en France. Il abrite la première formation doctorale pluridisciplinaire sur l’Amérique latine dont le diplôme d’études approfondies (DEA) a été établi en 1976, sous la responsabilité de Pierre Monbeig. Depuis quelques années, la direction de cette formation doctorale a été confiée au géographe Claude Collin-Delavaud. Le seul relevé des thèses sur le Brésil soutenues à l’IHEAL (Université de Paris III - Sorbonne nouvelle) fait apparaître une vingtaine de titres pour les années 1980-1987. Mais si l’on compte le nombre des thèses de doctorat soutenues dans les universités françaises qui ont été dirigées par des professeurs, enseignants à temps partiel à l’IHEAL, en poste dans d’autres universités, on peut facilement multiplier ce chiffre par cinq. D’ailleurs, une publication récente du « Réseau documentation Amérique latine » du CNRS (le Groupement de recherches coordonnées n° 26 - GRECO 26) relative aux Thèses sur l’Amérique latine soutenues en France, 1980-1984, fait état de deux cent vingt thèses sur le Brésil. Comme l’écrivait avec un sentiment d’étonnement mêlé d’admiration, Ignacy Sachs : on soutient en France « près d’une thèse par semaine » sur le Brésil.

42En 1987, le rôle joué par l’IHEAL dans l’animation de la recherche sur le Brésil et la coopération avec les chercheurs brésiliens s’est intensifié grâce à l’accord interuniversitaire conclu entre l’IHEAL - Université de Paris III et l’université fédérale du Pernambuco, dans le cadre des accords généraux CAPES-COFECUB. Le programme de coopération, établi entre le mestrado de géographie et le département de sociologie, est d’autant plus intéressant qu’il n’a été élaboré qu’après une longue pratique de collaboration entre les deux institutions. Ce programme concerne les projets de recherche suivants : la petite production agricole et, en particulier, la production alimentaire ; les pouvoirs dans la gestion des territoires, dans la perspective d’une géographie politique de l’aménagement local ou régional ; le traitement des données pat ordinateur et l’expression cartographique informatisée ; le traitement de la documentation dans la perspective d’établir un réseau documentaire regroupant les différentes sources d’information du Nordeste et pouvant fonctionner comme banque de données.

43Cet accord a déjà permis la participation d’un professeur de l’université fédérale du Pernambuco à un colloque organisé en juin 1987 à Paris par le CREDAL sur le thème « Pouvoirs locaux, régionalisation, décentralisaton. Enjeux territoriaux et territorialité en Amérique latine. » La programmation des travaux pour l’année 1988 a été définie par Christian Gros, coordonnateur de la partie française et directeur-adjoint de l’IHEAL, lors d’une mission à Recife en octobre 1987. Il est envisagé d’étendre cet accord à d’autres partenaires brésiliens qui ont fait état de leur intérêt à développer leur coopération avec l’IHEAL.

***

44Toutefois, du point de vue institutionnel, si l’IHEAL a naturellement mis en place un enseignement sur l’Amérique latine qui intègre des activités de recherche universitaire, il appartient plus particulièrement au Centre de recherche et de documentation sur l’Amérique latine (CREDAL) d’animer de façon intense les activités de recherche latino-américanistes de la rue Saint-Guillaume. Créée en 1968 par Pierre Monbeig, ce laboratoire, aujourd’hui unité associée au CNRS n° 111 est dirigé par Jean Revel-Mouroz qui a succédé à Claude Collin-Delavaud. Le CREDAL comprend une équipe pluridisciplinaire spécialisée sur le Brésil. Coordonnée par Hélène Rivière d’Arc, cette équipe réalise des travaux de recherche dans le cadre des orientations générales retenues par le laboratoire. Il convient de mentionner, parmi les activités marquantes de ces dernières années, cinq programmes de recherche qui ont donné des résultats précis. Une recherche sur les pôles de croissance comme outils d’aménagement du territoire, notamment les pôles industriels envisagés dans leur capacité à générer des effets d’entraînement, a permis d’analyser en détails le complexe pétrochimique de Camaçari. L’action thématique programmée (ATP) du CNRS, entreprise pendant quatre ans, concernant « le Tiers-Monde », s’est achevée par une table ronde internationale en juin 1987 sur le thème « Pouvoirs locaux, régionalisation, décentralisation » à laquelle quatre chercheurs brésiliens ont participé et où cinq communications relatives au Brésil ont été présentées. Une recherche sur les transformations du marché du travail dans les campagnes de l’Etat de Bahia a été menée en coopération avec le Centre de ressources humaines de la faculté de philosophie de l’université fédérale de Bahia, en application d’un accord entre le CNRS et le Conselho nacional de desenvolvimento científico e tecnológico (CNPq). Au terme des travaux effectués sur le terrain, un colloque a été organisé à Salvador, en novembre 1985, sur le thème « Structure de l’emploi et dynamique spatiale de la force de travail » ; un ouvrage de la collection « Brasilia », publiée par les éditions de la MSH, a permis au public scientifique français de connaître de nouveaux et inattendus Portraits de Bahia. Une recherche sur l’économie des villes moyennes du Brésil et leur place dans l’aménagement du système urbain a été réalisée en collaboration avec d’autres centres de recherches français dans le cadre de travaux de la commission de la recherche urbaine du ministère de la Recherche et de la technologie. Enfin, en collaboration avec l’ORSTOM, le CREDAL a entrepris une série d’études sur le thème « Intégration, adaptation et résistance dans le travail, les modes de vie et les rapports de pouvoir au Brésil et en Amérique latine ».

***

45Les activités d’enseignement et de recherche de l’IHEAL et du CREDAL consacrées au Brésil dans le domaine des sciences sociales représentent donc une part très importante des activités latino-américanistes universitaires en France. Non seulement ces activités sont complémentaires des coopérations établies par d’autres institutions et établissements parisiens, comme l’Ecole des hautes études en sciences sociales, mais encore elles sont coordonnées avec des recherches entreprises dans des universités situées dans différentes régions françaises. Tel est le cas, en particulier, du réseau de recherche sur l’Amérique latine qui a été constitué avec les différentes composantes toulousaines de l’Institut pluridisciplinaire d’études latino-américaines (IPEALT), institut d’université de Toulouse II-Le Mirail, dirigé par le géographe Romain Gaignard, à savoir le Groupe de recherche sur l’Amérique latine (GRAL) du CNRS, le Centre de documentation sur l’Amérique latine (CEDOCAL), la formation de DEA-doctorat d’Etat « Etudes de l’Amérique latine ». Ce réseau de recherche fonctionne aussi avec des composantes bordelaises dont les sections latino-américanistes des deux formations collaborant dans le Groupe interdisciplinaire de recherche sur l’Amérique latine (GIRDAL), l’équipe de recherche associée (ERA) du CNRS n° 830 de Bordeaux III et le Centre de géographie tropicale (CEGET), laboratoire propre du CNRS. D’autres composantes régionales sont associées à ce réseau, notamment le Groupe de recherches et d’études économiques et sociales sur l’Amérique latine (GRESAL) de l’Université des sciences sociales de Grenoble.

46Toutefois, la dynamique de ces réseaux latino-américains où la part des chercheurs spécialisres du Brésil, les « brasilianistes », apparaît variable, ne doit pas dissimuler le rôle spécifique des réseaux de coopération avec le Brésil constitués par la Maison des sciences de l’homme. En ce sens, le rôle joué par le fondateur de la MSH, Fernand Braudel, et celui joué par Pierre Monbeig, directeur de l’IHEAL pendant vingt ans, ont permis au Brésil d’occuper une place exceptionnelle dans les laboratoires de recherche en sciences sociales. Ce rôle vient d’ailleurs d’être reconnu par les historiens français qui ont créé, en juillet 1987, grâce à la volonté de politique scientifique du ministère de l’Education nationale, la première chaire d’histoire du Brésil en France, à l’Université de Paris IV-Sorbonne.

47Il avait été prévu, initialement, par les coordonnateurs de cet ouvrage de demander à Fernand Braudel et à Pierre Monbeig d’apporter leurs témoignages personnels sur leur expérience brésilienne, la place que le Brésil a occupée dans l’élaboration de leurs propres travaux de sciences sociales. Le destin en a décidé autrement. Si Fernand Braudel et Pierre Monbeig nous ont quittés, à quelques mois d’intervalle, puisse cet ouvrage, dont l’objectif est d’illustrer l’importance scientifique de la coopération franco-brésilienne, traduire, à sa mesure, l’hommage qui leur est dû.

Notes de fin

* Texte rédigé par Guy Martinière, à la demande de Clemens Heller, administrateur de la MSH.

Marc Augé, président de l’HESS.

Bernard Bret, membre de l’équipe « Brésil » du CREDAL.

© Éditions de l’IHEAL, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540