Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

France-Brésil : vingt ans de coopération

 | 
Luiz Claudio Cardoso
, 
Guy Martinière

I. Institutions et organismes français

L’Institut Pasteur

Texte intégral

1L’Institut Pasteut a une longue tradition de coopération avec des institutions scientifiques brésiliennes. On sait que l’empereur Pedro II manifesta, il y a plus d’un siècle, le plus grand intérêt pour l’œuvre personnelle de Louis Pasteur. Cette admiration se traduisit pat une invitation à entreprendre au Brésil une campagne de lutte contre la fièvre jaune qui frappait alors les grandes villes du littoral. Lors de son voyage en Europe, qui dura presqu’un an (mai 1871 - mars 1872), Pedro II a visité le laboratoire de Pasteur à Paris ainsi que les laboratoires d’autres chercheurs, s’attachant, par la suite, à établir différentes actions de formation de jeunes Brésiliens à partir des réseaux scientifiques qui gravitaient autour du noyau des sections scientifiques de l’Ecole normale supérieure.

2Quelques années après la fondation de l’Institut Pasteur, dont on vient de commémorer le centenaire (1887), une mission de chercheurs pastoriens, dirigée par Emile Marchoux, se rendit au Brésil afin d’aider le gouvernement de la jeune république à évaluer les opérations de lutte comte la fièvre jaune. En 1896, l’Institut Pasteut accueillit le jeune médecin hygiéniste Oswaldo Cruz. A son retour, Oswaldo Cruz créa la première véritable institution de médecine expérimentale et préventive du Brésil, l’Institut de bactériologie de Manguinhos. Inauguré en 1900, cet Institut pris le nom de son fondateur en 1909 et sa rénommée en parasitologie ne tarda pas à se confirmer sous l’impulsion de ses différents directeurs dont Carlos Chagas, Henrique Aragão ou Olympio da Fonseca.

3Comprendre les relations qui se sont développées entre l’Institut Pasteur et le Brésil implique donc de bien prendre la dimension du temps : cette coopération est séculaire, liée de façon étroite à l’histoire même de la coopération scientifique entre la France et le Brésil. Ainsi, l’Institut Pasteur a-t-il pu accueillir un grand nombre de scientifiques brésiliens dans le domaine de la microbiologie, de la virologie et de l’immunologie, contribuant à renforcer leur spécialisation ou à l’occasion de stages post-doctoraux. De nombreux pastoriens ont séjourné dans des laboratoires brésiliens pour des périodes de plus ou moins longue durée et participé à nombre de congrès et conférences scientifiques au Brésil.

4Au cours de ces dernières années, cette coopération s’est renforcée grâce, notamment, à l’effort accompli dans le cadre des arrangements complémentaires à l’Accord de coopération technique er scientifique signés entre le Centre national de la recherche scientifique (CNRS) et l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM) du côté français et le Conselho nacional de desenvolvimento científico e tecnológico (CNPq), du côté brésilien. Cet effort a permis de financer une série d’actions de coopération scientifique dans le domaine des sciences de la vie et de la santé entte les deux pays, dans lequel l’Institut Pasteut a pris une participation décisive.

5Les institutions brésiliennes qui ont participé à ces actions sont surtout l’Institut Oswaldo Cruz à Rio de Janeiro et l’Institut Butantã à São Paulo, mais également l’Institut des sciences bio-médicales de l’université de São Paulo, le département de biologie de l’université de Campinas, les instituts de biophysique et de microbiologie de l’université de Rio de Janeiro et l’institut de biotechnologie de Porto Alegre.

6Les principales recherches en coopération mises en place dans le domaine de l’immunobiologie, de la virologie et de la parasitologie concernent le paludisme, la poliomyélite, la trypanosomiase cruzi, les substances naturelles, les drogues anti-trombotiques et la physiopathologie du PAF-acéther chez le rat.

7La collaboration entre l’unité de parasitologie expérimentale de l’Institut Pasteur et le département de parasitologie de l’université de Sâo Paulo a pour objectif l’analyse de souches brésiliennes de plamodium, structure moléculaire des antigènes, l’étude du polymorphisme et de la variation antigénique et la réponse humorale er cellulaire aux infections paludéennes. Concernant la poliomyélite, le typage et la caractérisation des souches de Polio virus au Brésil font l’objet d’un projet de recherche entre l’unité de virologie médicale de l’Institut Pasteur et le département de virologie de l’Institut Oswaldo Cruz ; de même des recherches sur l’utilisation du virus vaccinia dans le clonage de la protéine du capside du virus Polio sont réalisées entre l’unité de virologie moléculaire de l’Institut Pasteur et le département de génétique de l’Institut Butanta.

8La coopération entre le département d’immunologie de l’université de Sâo Paulo et l’unité d’immunoparasitologie de l’Institut Pasteur porte sur les aspects humoraux et cellulaires de la réponse immunitaire dans la maladie de Chagas expérimentale chez la souris (trypanosomiase cruzi). L’étude de l’activité antagoniste anti PAF-acéther de molécules d’origine naturelle est établie sur la base d’une coopération de recherche en chimie des substances naturelles entre l’unité de pharmacologie cellulaire de l’Institut Pasteur et l’Institut de chimie de l’université de Sâo Paulo. Le programme sur le potentiel antitrombotique de drogues provenant de la recherche pharmaceutique française est conduit conjointement par l’unité de pharmacologie cellulaire de l’Institut Pasteur et le département de chirurgie de la faculté de médecine de Botucatu à São Paulo. Enfin, la même unité de pharmacologie cellulaire de l’Institut Pasteur anime un programme de recherche sur l’immunopathologie et la pharmaco-logie expérimentale concernant le rôle du PAF-acéther dans la pleurésie expérimentale et le choc avec le département de physiologie et pharmacodynamique de l’Institut Oswaldo Cruz.

  • * Texte rédigé d’après les informations aimablement transmises par Luiz Pereira da Silva, professeur (...)

9Afin de donner une idée précise des principales activités scientifiques de coopération développées par l’Institut Pasteur avec le Brésil ces dernières années, il ne paraît pas inutile de signaler quels ont été les principaux cours spécialisés donnés au Brésil par des chercheurs pastoriens, des indications relatives aux séjours de courte et de moyenne durée de chercheurs de l’Institut Pasteur, des indications relatives aux séjours de longue durée effectués par des scientifiques brésiliens à l’Institut Pasteur ainsi que la liste des chercheurs brésiliens en stage de longue durée à l’Institut Pasteur en 1987. Toutefois, il convient de remarquer que des chercheurs pastoriens ont pris l’initiative d’organiser des colloques et congrès franco-brésiliens dont la réputation internationale a confirmé la qualité de recherches de haut niveau, notamment le Colloque franco-brésilien sur la chimie et la pharmacologie des substances naturelles en inflammation, allergie et thrombose qui s’est tenu à Rio de Janeiro du 16 au 19 novembre 1986, et la Première rencontre franco-brésilienne sur la pharmacologie et l’inflammation qui a eu lieu à São Paulo les 21 et 22 novembre de la même année*.

Annexes

ANNEXE

I. — Liste des principaux cours spécialisés (niveau post-graduation) donnés au Brésil par des chercheurs pastoriens

  • Génétique bactérienne, en juillet 1980 (durée d’un mois), dirigée par le professeur Agnès Ullmann, à l’Institut Oswaldo Cruz (quinze étudiants de tout le pays) ;
  • Physiopathologie des plaquettes sanguines, en 1980 et 1983 (mois de juillet), par Boris Vargaftig, à l’Escola paulista de medicina (département de pharmacologie) ;
  • Génétique de mammifères de laboratoire, en juillet 1986 (durée d’une semaine), dirigé par Jean-Louis Guenet, à l’Institut Butantã.
  • Techniques immuno-enzymatiques, en novembre 1985 (durée de trois semaines) dirigé par le professeur Stratis Avrameas, à l’Institut Butantã (seize étudiants de tout le pays) ;
  • Techniques cellulaires et moléculaires en virologie, en juin 1986 (durée de quatre semaines), organisé en collaboration par Henri Tsiang de l’Institut Pasteur et Carlos A. Pereira de l’Institut Butantã (cours latino-américain) ;
  • Génétique moléculaire bactérienne, en août 1986 (durée de trois semaines) par Elie Dassa, Jean-Marie Clément et Jean-Pierre Rousset à l’Institut Butantã (dix-huit étudiants de São Paulo et Rio de Janeiro) ;
  • Physiopathologie de l’asthme et le PAF-acéther, en juillet 1987, à la faculté de médecine de l’université de Ceará, par B. Boris Vargaftig.
  • Thèmes avancés d’immunologie, en juillet-août 1987 (durée de trois semaines) par Antonio Coutinho, à l’Institut de sciences biomédicales de l’université de São Paulo (douze étudiants).

II. — Séjours de courte et moyenne durée de chercheurs de l’Institut Pasteur au Brésil

Les chercheurs pastoriens ayant effectué des séjours d’au moins deux semaines au Brésil pour donner des conférences, séminaires, participer à des cours et/ou développer des programmes de recherche en collaboration au cours des six dernières années sont : Antonio Coutinho, Jean-Louis Guénet, Harvey Eisen, Luiz Pereira da Silva, Stratis Avrameas, Brigitte Gilbert, Michel Rabinovitch, Mireille Joskovitz, Marc Fel-lous, Alain Israel du département d’immunologie ; Cécile Wandersman, Jean-Pierre Rousset du département de biologie moléculaire ; Elie Dassa, Jean-Marie Clément du département de biotechnologie ; Marc Girard, Florian Horaud, Pierre Sureau, Henri Tsiang, Alain Ermine, du département de virologie ; Bernardo Boris Vargaftig, Gilles Marchai, Claude Bon, du département de physiopathologie expérimentale (un jeune chercheur de l’unité de pharmacologie cellulaire est actuellement affecté au département de pharmacologie de l’université de São Paulo dans le cadre de son service national (VSN) et avec une bourse brésilienne de la Fundação de amparo à pesquisa de São Paulo (FAPESP)) ; Léon Le Minor, Hugo David, Christian Marchal, du département de bactériologie et mycologie ; Agnès Ullman, Simone Beguin, du département de biochimie et génétique moléculaire.

III. — Colloques et congrès franco-brésiliens organisés par des pastoriens

  • Colloque franco-brésilien sur la chimie et la pharmacologie des substances naturelles en inflammation, allergie et thrombose (Rio de Janeiro, 16-19 novembre 1986) organisé par B. Boris Vargaftig (assistance de trois cent cinquante personnes dont une trentaine de Français).
  • Première rencontre franco-brésilienne sur la pharmacologie de l’inflammation, à Sao Paulo, département de pharmacologie de l’université de Sao Paulo, 21-22 novembre 1986, organisé par B. Boris Vargaftig (une centaine de personnes a participé dont dix chercheurs français).

IV. — Séjours de longue durée de scientifiques brésiliens à l’Institut Pasteur

(liste non exhaustive sélectionnée parmi des personnalités scientifiques plus connues au Brésil)

  • Mme Antoniana Kretli, 1979, à l’Unité de parasitologie expérimentale, actuellement professeur à la faculté de médecine de l’université de Minas Gerais à Belo Horizonte ;
  • M. Sylvio da Costa, stage spécialisation, 1979-1980, à l’unité d’immunophysiologie cellulaire, actuellement chercheur à l’Institut Oswaldo Cruz ;
  • M. Sergio Schenkman, stage post-doctoral à l’unité de génétique moléculaire, de 1981 à 1983, actuellement professeur à l’Escola paulista de medicina de Sao Paulo ;
  • M. Gil Vital Alvares Pessoa, stage post-doctoral à l’unité d’enterobactéries, en 1980, actuellement professeur en microbiologie à l’Institut de sciences biomédicales de l’université de Sao Paulo ;
  • M. Zoilo Perez de Camargo, séjour post-doctoral, en 1981-1983, à l’unité de mycologie, actuellement professeur à l’université de São Paulo ;
  • Professeur Erney Plessman de Camargo, séjour sabbatique, à l’unité de parasitologie expérimentale, en 1983, actuellement professeur au département de parasitologie de l’université de Sao Paulo ;
  • Professeur Mary Medeiros, séjour de recherches à l’unité de pharmacologie cellulaire, en 1983, actuellement professeur au département de pharmacologie de l’université de Ceará à Fortaleza ;
  • Professeur Renato Cordeiro, séjour de recherche, à l’unité de pharmacologie cellulaire, en 1983, actuellement directeur du département de physiologie et pharma-codynamique de l’Institut Oswaldo Cruz ;
  • Mme Rugimar Marcovitz, préparation de thèse d’Etat au département de virologie, séjour de 1978 à 1986, actuellement chercheur à l’Institut Oswaldo Cruz.
  • M. Carlos Augusto Pereira, séjour post-doctoral, à l’unité de la rage, en 1981 et 1982, actuellement chef de service à l’Institut Butantã ;
  • Mme Fatima Fernandes da Cruz, séjour post-doctoral, en 1984, à l’unité de mycologie, actuellement chercheur à l’Institut Oswaldo Cruz ;
  • Mlle Suelly Blames Damy, stage spécialisation, en 1985, à l’unité de génétique de mammifères, actuellement à l’Institut Butantã ;
  • Mme Albetiza Lobo de Araujo, séjour de recherches, en 1985-1986, à l’unité de pharmacologie cellulaire, actuellement professeur à l’universiré de Campinas ;
  • M. Paulo de Araujo, séjour de recherches, en 1985-1986, à l’unité d’immunobio-logie, actuellement professeur à l’université de Campinas ;
  • Mlle Celia Liberman, stage post-doctoral, en 1985, à l’unité d’écologie bactérienne, actuellement chercheur à l’Institut Butantã ;
  • M. Luiz Shozo Ozaki, séjour post-doctoral, de 1985 à 1987, à l’unité de parasitologie expérimentale, actuellement professeur à l’université de São Paulo ;
  • M. Clovis José Pascarelli de Souza, stage de spécialisation, en 1986, à l’unité de génétique de mammifères, actuellement à l’Institut Oswaldo Cruz ;
  • Mme Amélia Keylo Nishikawa, stage de spécialisation, en 1986 et 1987, à l’unité d’immunocytochimie, actuellement chercheur à l’Institut Butantã ;
  • Professeur Nelson Vaz, séjour sabbatique en 1986 et 1987 à l’unité d’immunologie, professeur à l’université de Minas Gerais à Belo Horizonte ;
  • M. Carlos Winter, stage post-doctoral, en 1986 et 1987, à l’unité de virologie moléculaire, actuellement à l’Institut Butantã ;
  • Mme Lucila Winter, stage post-doctoral, en 1986 et 1987, à l’unité de virologie moléculaire, actuellement professeur à l’université de São Paulo ;
  • Mme Mitiko Fujita, séjour de recherche, en 1987, à l’unité de virologie médicale, actuellement chercheur à l’Institut Oswaldo Cruz.

V. — Chercheurs brésiliens actuellement en stage de longue durée à l’Institut Pasteur (en 1987)

  • Silvia Celina Alfïeri, unité d’immunoparasitologie, bourse post-doctorale du CNPq ;
  • Livia Pedrosa Martins de Almeida, unité de biologie et immunologie moléculaire des retrovirus, bourse de doctorat du CNPq ;
  • Liège Galvão Quintão, unité d’immunoparasitologie, bourse de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) ;
  • Paola Minoprio, unité d’immunoparasitologie, bourse Roux de l’Institut Pasteur ;
  • Luiz Andrade, unité d’immunobiologie, bourse de doctorat du CNPq ;
  • Nancy Starobinas, unité d’immunoparasitologie, séjour financé par l’accord INSERM-CNPq ;
  • Tomas Aroldo da Mota Santos, unité d’immunobiologie, bourse post-doctorale du CNPq ;
  • Mitiko Fujita, unité de virologie médicale, bourse de la Coopération, ministère des Affaires étrangères ;
  • Marisa Gonçalves Morgado, unité d’immunochimie analytique, bourse de doctorat du CNPq ;
  • Denise Mattei, unité de parasitologie expérimentale, sur contrat de recherche de l’Institut Pasteur ;
  • Leila de Souza Fonseca, unité de pharmacologie, chargée de recherches au CNRS ;
  • Lia Prado de Carvalho, unité de pharmacologie neuro-immuno-endocrinienne ;
  • Debora Regina Veiga Sacramento, unité de la rage, bourse de doctorat du CNPq.

Notes de fin

* Texte rédigé d’après les informations aimablement transmises par Luiz Pereira da Silva, professeur à l’Institut Pasteur (parasitologie expérimentale) et directeur de recherches au CNRS et le Secrétariat général de l’Institut Pasteur.

© Éditions de l’IHEAL, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540