Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

France-Brésil : vingt ans de coopération

 | 
Luiz Claudio Cardoso
, 
Guy Martinière

I. Institutions et organismes français

L’Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM)

Elisabeth Catu

Texte intégral

1L’Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM) a été créé en juillet 1964, lorsqu’il est apparu nécessaire d’officialiser l’évolution progressive qui avait transformé l’Institut national d’hygiène (INH), né en 1941, avec des missions ptincipales d’information sanitaire du gouvernement, en un institut de recherche susceptible d’assumer, à un haut niveau de compétence, les tâches de recherche médicale incombant à un pays comme la France.

2Etablissement public scientifique et technologique, placé sous la double tutelle du ministre chargé de la Recherche et du ministère chargé de la Santé, l’INSERM a pour mission d’encourager, d’entreprendre et de développer, à son initiative ou à la demande des pouvoirs publics, tous travaux de recherche et de veiller à favoriser l’insertion effective de ces connaissances dans le processus de développement économique, social et culturel de la nation.

3Ces travaux de recherche ont pour principaux objectifs la connaissance de la santé de l’homme et des facteurs qui la condirionnent, sous leurs aspects individuels et collectifs, dans leurs composantes physiques, mentales et sociales, l’acquisition ou le développement des connaissances dans les disciplines de la biologie et de la médecine, ainsi que dans l’ensemble des disciplines qui concourent au progrès sanitaire et social et la découverte et l’évaluation de tous moyens d’intervention tendant à prévoir et à traiter les maladies ou leurs conséquences aux fins d’améliorer l’état de santé de la population.

4Ainsi, aux missions fondamentales d’acquisition des connaissances, se sont ajoutées des missions d’échanges avec la société.

5Depuis sa création, les moyens dont l’INSERM dispose, en personnel et en crédits, n’ont cessé d’évoluer : en 1964, l’Institut disposait d’un budget de cinquante-quatre millions de francs pour un effectif de mille cent chercheurs et techniciens ; en 1987, il dispose de mille six cent vingt-quatre millions de francs pour un effectif de près de quatre mille cinq cents agents dont mille huit cents chercheurs auxquels il faut ajouter quelques deux mille cinq cents hospitalo-universitaires travaillant à temps partiel dans les unités de recherche.

6Le directeur général de l’INSERM est assisté de trois instances qui interviennent au niveau national, pour l’organisation générale et l’évaluation des recherches : le conseil d’administration qui fixe les grandes orientations de la politique de l’Institut ; le conseil scientifique qui fait des propositions en matière de développement de la politique scientifique de l’Institut et les commissions scientifiques spécialisées, au nombre de dix, couvrant chacune un secteur de spécialisation. A ces trois instances nationales doivent être ajoutées les conseils consultatifs régionaux.

7L’INSERM intervient dans le développement de la recherche biomédicale et sanitaire selon trois modalités principales : des unités et services communs, des contrats de recherche externes, des réseaux de recherche clinique ou en santé publique.

8Les laboratoires propres de l’organisme comprennent, en 1987, deux cent trente-huit unités de recherche et onze services communs.

9Les contrats de recherche externes sont, comme leur nom l’indique, réservés à des équipes n’appartenant pas à l’Institut, en majorité universitaires.

10Les réseaux de recherche clinique et en santé publique s’attachent à favoriser les travaux coopératifs entre professionnels de la recherche et professionnels des soins. Ils sont, à cette fin, constitués d’un certain nombre d’équipes appartenant à des unités de recherche de l’Institut et d’équipes de cliniciens ou de praticiens de la santé.

11A côté de la mission fondamentale de développement et d’acquisition des connaissances dans le domaine de la santé et de la recherche biomédicale, l’Institut a accentué sa politique d’ouverture et d’échanges avec la société par la valorisation de ses résultats de recherches, par le développement de l’information et de la communication, de la participation à la formation à et par la recherche, et de la coopération internationale, notamment de la coopération pour le développement.

De l’intérêt d’une coopération entre l’INSERM et le Brésil

12La recherche biomédicale française et spécialement celle engagée par les unités INSERM attache actuellement beaucoup de prix à une meilleure connaissance des maladies parasitaires, microbiennes et virales. Cette évolution, tout à fait naturelle, vise à combler certains vides dans les domaines physiopathologiques cliniques et thérapeutiques, concernant des maladies à large diffusion, le plus souvent mondiale.

13Dans tous ces domaines, les unités INSERM sont parfaitement capables de fournir de substantielles contributions en matière technologique. Cependant, les mêmes unités ne peuvent mettre à profit leurs compétences que dans la mesure où elles disposent de matériels de base, c’est-à-dire essentiellement les parasites, les bactéries, les virus ou, au minimum, leurs antigènes. C’est la raison pour laquelle la coopération franco-brésilienne a une valeur tout à fait exemplaire. Elle représente en effet la seule possibilité pour plusieurs de nos laboratoires de disposer de souches et plus encore des analyses épidémiologiques fines concernant les grandes endémies mondiales. Enfin, le milieu scientifique brésilien est parfaitement apte à dialoguer et collaborer avec des équipes étrangères de qualité. C’est dire tout l’intérêt aussi bien pour le Brésil, qui en tire des avantages technologiques, que pour les unités INSERM, qui bénéficient de sources inaccessibles en France, d’une collaboration franco-brésilienne s’affirmant particulièrement prometteuse depuis quelques années.

Les moyens mis en œuvre pour cette coopération

14Dans cet esprit, un accord de coopération a été signé, dès 1981, entre l’INSERM et le Conseil national de développement scientifique et technologique (CNPq) afin de donner un cadre officiel aux contacts déjà existants entre les laboratoires des deux pays travaillant dans le domaine de la recherche biomédicale. Cet accord prévoyait au départ des échanges ponctuels de chercheurs. Il a été révisé en 1985 à la suite de la visite du directeur général de l’INSERM à Brasilia. Les quotas d’échanges ont alors été sensiblement augmentés et sont consacrés dorénavant à une coopétation sur projets conjoints retenus pour deux ans. Treize programmes sont actuellement en cours et concernent plus patticulièrement les maladies parasitaires (maladie de Chagas, bilharzioses, schistosomiases), les maladies virales (hépatites, gastroentérites) et l’immunologie.

15Trois de ces programmes sont mis en œuvre avec l’Institut Butantã de São Paulo. Deux sont entrepris par le laboratoire d’immunologie virale sous la direction de C. Pereira sur le thème de l’influence d’un régime riche en cholestérol et carencé en protéines sur la sensibilité d’un organisme aux maladies infectieuses avec l’unité 74 de l’INSERM dirigée par le professeur Kirn à Strasbourg et le thème des analogies entre des neurotoxines de venins de serpents et le virus de la rage avec l’unité 285 de l’INSERM sous la direction de Boris Vargaftig à Paris ; le troisième programme établi entre la division de pathologie dirigée par L. Machado et l’Institut de techerche sur le cancer de Villejuif, sous la direction d’O. Picard, concerne l’étude comparative des différents types de tumeurs.

16Trois autres programmes sont coordonnés avec la faculté de médecine de l’univer-sité de São Paulo (USP). Un premier projet concerne les recherches sur les hépatites NANB et delta au Brésil entre l’unité 271 de l’INSERM dirigée à Lyon par le professeur Christian Trépo et l’unidade de Figado dirigée à São Paulo pat le professeur Luiz Carlos Gayotto ; la coordination de ce projet, confiée au Dr Edna Strauss, consiste à testei des stratégies dans la mesure où le virus NANB unique, mystérieusement apparenté au VHB, paraît être responsable de la majorité des hépatites post-transfusionnelles dont l’incidence, déjà de 7 % en France, atteint 20 % au Brésil. Le second projet porte sur la recherche d’une association entre HLA et maladies parasitaires, en particulier la leishmaniose et la maladie de Chagas et concerne l’unité 93 de l’INSERM dirigée par les professeurs Jean Dausset et L. Degas, à Paris, et le laboratoire d’immunologie de l’Institut du cœur dirigé par le professeur Jorge Kalil, à São Paulo. Le troisième projet qui s’attache à analyser le rôle de divers facteurs de complément est coordonné par le professeur Vargaftig de l’unité 285 de l’INSERM déjà mentionnée et l’Institut des sciences biomédicales dirigé par W. Dias da Silva.

17Six autres projets de recherche ont été définis avec des laboratoires situés à Rio de Janeiro. Cinq d’entre eux ont été mis en œuvre avec l’université de l’Etat (UERJ). Il s’agit de l’étude immunohistologique et fonctionnelle du thymus de souris au cours de la maladie de Chagas expérimentale entre W. Savino et l’unité 25 de l’INSERM dirigée à Paris par le professeur M. Dardenne ; de l’analyse des interactions cellules-matrices conjonctives dans le granulome bilharzien à S. Mansoni entre le département de pathologie sous la direction de D. de Paola et le laboratoire de pathologie cellulaire de l’Institut Pasteur de Lyon dirigé par le Dr Jacques-Alexis Grimaud ; de l’étude des mécanismes de défenses anti-bactériennes du poumon entre le service de microbiologie et immunologie entre la faculté des sciences de l’UERJ sous la direction de M.C. Plotkowski et le laboratoire d’histologie-embryologie de la faculté de médecine de Reims dirigé par E. Pucelle ; de l’analyse de la caractérisation des MAPII dans les cultures de neurones mésencéphaliques et les cellules gliales mésen-céphaliques et striales entre l’Institut de biologie sous la direction de V. Moura Neto et l’unité 114 de l’INSERM dirigée à Paris par J. Glonowski. Le cinquième projet consiste à entreprendre l’analyse comparée à partir des réalités socio-économiques brésilienne et française des rapports entre industrialisation et santé entre l’Institut de médecine sociale animé par I. Picaluga et l’unité 292 de l’INSERM à Bicêtre sous la responsabilité de la sociologue Annie Thébaud.

18Toujours à Rio, mais avec le département de sirologie de la Fondation Oswaldo Cruz, et sous la responsabilité d’H. Schatzmayr, des recherches en vue de la mise au point d’une technique de diagnostic rapide des gastroentérites infantiles à adénovi-rus sont entreprises avec le laboratoire de virologie moléculaire de l’unité 233 de l’INSERM à Lille sous la direcrion de Jean-Claude Halluin ; dans la mesure où ce sont les communautés de condition socio-économiques les moins favorisées qui sont le plus affectées par ce type d’infection, et notamment les plus jeunes enfants atteints avec un indice élevé de morbidité et de mortalité, on peut espérer que la création d’un « kit » de diagnostic pourra être utilisé dans les laboratoires de santé publique au Brésil et peut-être étendu à d’autres pays en voie de développement.

19Enfin, un programme de recherche a été mis en œuvre avec des équipes de Salvador de Bahia. Le projet de caractérisation des antigènes de surfaces des promastigotes de Leishmania donovani chagasi et l’analyse de leur rôle dans l’immunité a été confié à Z. Andrade et M. Sadigowsky du Centre de recherche Gonçalo Moniz et à l’unité 167 de l’INSERM sous la direction de F. Santoro à Lille ; et le laboratoire de pathologie cellulaire de l’Institut Pasteur de Lyon, sous la responsabilité de Jacques-Alexis Grimaud, s’attache à analyser la stabilité et le remodelage des fibromes d’organe d’origine parasitaire après une thérapeutique spécifique anti-parasitaire.

20Ainsi, dans le cadre de cet arrangement complémentaire entre l’INSERM et le CNPq, des programmes de recherche ont donc été établis avec les principaux centres et laboratoires brésiliens de São Paulo, Rio de Janeiro et Salvador de Bahia. L’originalité des structures de l’INSERM a permis d’associer aux unités INSERM divers centres régionaux hospitalo-universitaires ou des laboratoires liés à d’autres organismes ayant une forte tradition de coopération avec le Brésil comme l’Institut Pasteut.

21Toutefois l’accord INSERM-CNPq ne représente qu’un des volets de notre coopération.

22La politique volontariste menée par l’INSERM depuis quelques années pour développer les relations scientifiques avec les pays de la zone Sud s’est traduite par la mise en place de réseaux Nord-Sud destinés à faciliter la réalisation de projets conjoints de recherche dans le cadre de réseaux constitués au minimum de deux laboratoires français et deux laboratoires de la zone Sud. L’essentiel du financement (quatre cent mille francs pour deux ans) est consacré aux laboratoires étrangers qui, s’ils ont la compétence scientifique, n’ont pas toujours les facilités matérielles adaptées. Sur les quinze réseaux financés depuis 1986, six impliquent le Brésil et traitent des maladies parasitaires, de la virologie et de la nutrition.

23Il convient d’ajouter à ces diverses actions, l’accueil chaque année dans les unités de recherche de l’INSERM d’une trentaine de jeunes Brésiliens en formation ainsi que l’octroi annuel d’une dizaine de postes de longue et courte durée à des chercheurs brésiliens confirmés.

24Deux « premières » récentes, hautement symboliques, mettent en valeur les liens qui unissent nos deux pays : l’attribution pour la première fois du titre de « Correspondant scientifique émérite de l’INSERM » au professeur Carlos Chagas Filho, émi-nent savant brésilien et grand ami de la France, ainsi que la publication du premier numéro spécial bilingue du bulletin INSERM Actualités consacré à la coopération entre l’INSERM et le Brésil qui analyse de façon détaillée plusieurs exemples de coopération.

Auteur

(Mission des relations internationales de l’INSERM)

© Éditions de l’IHEAL, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540