Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

France-Brésil : vingt ans de coopération

 | 
Luiz Claudio Cardoso
, 
Guy Martinière

I. Institutions et organismes français

L’Institut national de la recherche agronomique (INRA)

Texte intégral

1La volonté nouvelle de coopérer plus intensément exprimée lors de réunions officielles entre la France et le Brésil, s’est concrétisée récemment par une série de nouveaux accords scientifiques, le lancement du « Projet France-Brésil », ainsi que par l’étude de mise en place d’un Centre franco-brésilien des biotechnologies. Mais, il faut reconnaître que la coopération entre l’Institut national de la recherche agronomique en France (INRA) et les organismes brésiliens de recherche agricole demeure très modeste. Ce qui prouve d’ailleurs qu’une collaboration entre des équipes est moins le fait des accords au niveau politique que de la compréhension, de l’estime et de l’intérêt mutuels des hommes qui les composent. Essayons de voir comment cette situation peut évoluer.

2Avant 1979, et depuis le premier Accord de coopération technique et scientifique de 1967, les échanges de l’TNRA avec le Brésil étaient peu nombreux et aléatoires, sans thématique ni partenaire définis. Ils n’étaient pas organisés et résultaient de relations personnelles entre chercheurs. En 1980, une convention a été signée entre l’INRA et son homologue l’Empresa brasileira de pesquisa agropecuaria (EMBRAPA — Entreprise brésilienne de recherche agronomique), qui ne concerne pas les universités. Cet accord a permis la réalisation de missions exploratoires réciproques en vue de définir des thèmes par filière sur lesquels la coopération scientifique pouvait être possible : par exemple, cultures maraîchères (tomate-asperge), cultures fruitières et viticulture, plantes oléagineuses, bovins, porcins, technologie des céréales et des produits laitiers ; il n’était pas question de forêt.

3Dans la réalité, ces programmes ont eu beaucoup de difficultés à se concrétiser à partir de 1983. Est-ce seulement le fait que, comme partout ailleurs, les chercheurs brésiliens sont très soumis d’autres sollicitations, notamment nord-américaines, ou bien en raison des à-coups de la politique générale du Brésil, de la révision à la baisse de certains crédits prévus par la France, ou encore d’une différence d’organisation entre les deux instituts ? Quoi qu’il en soit, il faut reconnaître que l’EMBRAPA agit davantage en fonction des filières par produits alors que l’INRA se préoccupe surtout des questions scientifiques à partir des disciplines ; l’EMBRAPA aspire davantage à des recherches appliquées et au développement alors que 1TNRA est plus orienté vers des recherches qui intègrent davantage les aspects fondamentaux. En ce sens, les interlocuteurs français privilégiés de l’EMBRAPA sont plutôt le Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (CIRAD), autant si ce n’est plus que l’Institut de recherche scientifique pour le développement en coopération (ORSTOM), les instituts techniques français et le Service de la protection des végétaux.

4Il demeure cependant que l’INRA a joué convenablement un rôle important dans la formation des chercheurs, puisque, tant pour l’EMBRAPA que par l’intermédiaire des accords universitaires entre la Coordenação de aperfeiçoamente de pessoal de nível superior (CAPES) et le Comité français d’évaluation de la coopération universitaire avec le Brésil (COFECUB), de nombreux stagiaires sont venus acquérir une formation ou un diplôme de doctorat dans des laboratoires de 1TNRA. Au total soixante et un boursiers ont été accueillis depuis 1980 dont le profil s’établit comme suit pour quelques années caractéristiques :

5Les thèmes retenus par les deux parties (EMBRAPA et INRA) et soutenus par un support financier ont été : technologie laitière et en particulier récemment : biotechnologie appliquée à l’industrie laitière ; fermentation continues ; arboriculture fruitière et en particulier : adaptation des espèces fruitières aux hivers doux ; lutte biologique : champignon entomopathogène contre les virus des insectes ; élevage porcin ; vitiviniculture ; systèmes agraires et éco-développements en liaison avec l’INRA de Guyane ; et tout récemment, biologie moléculaire et cellulaire : clonage et tranfert de gènes.

6D’autre sujets ont été délimités en relation avec la coopération universitaire : aquaculture et hydrobiologie, science du sol, agronomie, productions animales.

7Lorsque l’on définit la coopération scientifique comme des actions en commun de préparation de protocole, d’exécution de manipulations et de publications communes, force est de dire que la coopération franco-brésilienne est encore insuffisante. C’est encore plus vrai si l’on complète cette définition en admettant que ces actions doivent recevoir directement l’aval des professionnels français.

8Il faut cependant faire une place toute particulière au domaine des biotechnologies, où la présence successive de plusieurs jeunes chercheurs de l’INRA au Centro nacional de recursos genéticos (CENARGEN) — Centre national des ressources génétiques — a été très fructueuse. Ces derniers ont donné une réelle impulsion au Laboratoire de biologie cellulaire et moléculaire ; ils ont formé — et forment — de jeunes Brésiliens à cette discipline ; ils organisent des cours ouverts aux agents à la fois de l’EMBRAPA et de l’université ; ils poursuivent des recherches de haut niveau.

9Ce succès est lié, bien sûr, aux choix des chercheurs qui ont été envoyés et à leurs compétences, mais aussi à la discipline elle-même qui correspond à une cible opportune.

10Cette expérience sera poursuivie, d’autant plus que les laboratoires brésiliens de biotechnologie sont bien équipés (voire suréquipés) et que les chercheurs sont jeunes et dynamiques.

11D’autres liaisons existent en biotechnologie dans le cadre des universités, mais elles sont moins exemplaires. Il s’agit des universités de São Paulo et de Campinas où l’identification de bons partenaires est plus difficile. Les thèmes de travail sont les suivants : vaccins animaux, semences pour cultures maraîchères, rhizobium pour la fixation de l’azote, additifs alimentaires, plantes médicinales pour produits pharmaceutiques, aquaculture, fermentation de la biomasse (production d’alcool), assainissement des eaux usées.

12Tous ces thèmes — qui n’en sont qu’à leur début — devraient avoir évidemment des prolongements industriels très importants. Les entreprises qui devraient être intéressées pourraient d’ailleurs participer au coût des études. Malheureusement, elles n’ont pas encore compris le profit qu’elles en retireraient inévitablement. Pour y remédier, la France a proposé la création d’un Centre franco-brésilien des biotechnologies, ayant pour mission première de favoriser les rencontres entre les chercheurs et surtout les industriels des deux pays. Ce serait la première étape tangible pour élaborer et réaliser des projets communs.

13Il faut noter, cependant, que ces mêmes sujets ont été proposés aux Argentins qui ont déjà commencé à coopérer effectivement avec l’TNRA. Ne peut-on espérer que le récent accord argentino-brésilien sur les biotechnologies pourra jouer un rôle de catalyseur et engendrer des actions tripartites entre la France, l’Argentine et le Brésil ?

14Enfin, toujours dans le domaine des biotechnologies, il convient de remarquer l’importance de la création variétale. Toutefois, pour que ce thème de recherche aboutisse à des semences commercialisables — tout en préservant les droits de propriété des auteurs — encore faut-il que les deux pays aient signé la Convention internationale de la protection des obtentions végétales. Si tel est le cas de la France, n’est-il possible d’espérer que le Brésil percevra un intérêt identique afin de ne pas limiter toute coopération scientifique sur ce sujet ?

Conclusion

15La coopération au Brésil avec notre interlocuteur privilégié l’EMBRAPA n’est donc ni suffisamment active ni suffisamment fructueuse compte tenu du potentiel existant des deux organismes, si ce n’est dans le domaine de la biologie cellulaire et moléculaire. Ce constat est identique pour les relations avec les universités par l’intermédiaire du Conselho nacional de desenvolvimento científico e tecnológico (CNPq). Dans les deux cas, le seul point positif concerne la formation des jeunes chercheurs brésiliens, même si quelques expériences sont encore à revoir sur certains critères et la méthode de choix de stagiaires (CAPES-COFECUB). Cette coopération scientifique et technique a été surtout féconde dans les décennies antérieures en ce qui concerne la formation des chercheurs ; elle l’est encore, quoiqu’à un degré moindre, mais les travaux et études menés de concert et à parité, ainsi que les échanges de scientifiques bien formés (post-doc ou seniors) pour des séjours profitables de longue durée, sont insuffisants. Certes, les situations politiques et financières y sont pour quelque chose, mais avons-nous bien su choisir les meilleures cibles de travail ? L’exemple des biotechnologies semble donner raison à cette thèse. Peut-on imaginer que l’accord argentino-brésilien permette, indirectement, de donner un coup de fouet à notre coopération bilatérale avec le Brésil ?

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1738/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 20k

© Éditions de l’IHEAL, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540