Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

France-Brésil : vingt ans de coopération

 | 
Luiz Claudio Cardoso
, 
Guy Martinière

I. Institutions et organismes français

L’Institut français de recherche scientifique pour le développement en coopération (ORSTOM) et le Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (CIRAD)

Jean-Claude Leprun

Texte intégral

  • * Fait à Brasília, en mars 1988, à partir des notes ébauchées par Alain Perraud, et retrouvées après (...)

1Note portant sur l’auteur*

2L’Institut français de recherche scientifique pour le développement en coopération (ORSTOM) et le Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (CIRAD) sont deux organismes français de recherche qui œuvrent au Brésil depuis plus de vingt ans.

3Cette contribution permet de faire connaître l’éventail des recherches entreprises et leurs aspects originaux ainsi que les résultats obtenus, les apports et les profits mutuels, en deux mots, la vitalité et la richesse de cette coopération. Celle-ci est basée sur la qualité du système brésilien de recherche, la diversité écologique du pays et sa grande « ouverture » vers la France.

I. — L’ORSTOM, le CIRAD et le Brésil

L’ORSTOM

4L’ORSTOM, anciennement dénommé Office de la recherche scientifique et technique d’outre-mer dont il a conservé le sigle, s’intitule depuis 1984 l’Institut français de recherche scientifique pour le développemenr en coopération.

5C’est un établissement public national à caractère scientifique et technologique. Il est placé sous la double tutelle du ministre chargé de la Recherche et du ministre chargé de la Coopération et du développement. Avec un effectif de sept cents chercheurs et de cinq cents ingénieurs et techniciens de disciplines variées, il gère cinquante centres et missions dans trente pays sur les cinq continents. En Amérique latine et dans les Caraïbes, il est présent dans huit pays et administre trente centres ou antennes. Son budget annuel total approche les sept cents millions de francs. En 1986, le total de ses dépenses au Brésil s’élevait à 25,7 MF soit plus de 35 % des dépenses en Amérique latine. Les grands domaines d’intervention qui correspondent à des départements sont au nombre de cinq : terre, océan, atmosphère ; milieux et activité agricole ; eaux continentales ; homme et santé ; villes, sociétés, développement.

6Ces départements sont constitués d’unités de recherche (une cinquantaine au total) et définissent des axes scientifiques porteurs.

7Ce sont ces axes scientifiques au nombre de vingt-deux qui structurent l’ensemble de son activité de recherche en coopération.

L’ORSTOM et le Brésil

8Les premiers chercheurs de l’ORSTOM qui ont travaillé au Brésil sont arrivés en 1961 dans une SUDENE (Surintendance du développement du nord-est) alors récemment créée, pour y réaliser des études hydrogéologiques et une carte pédologique dans la partie semi-aride de l’Etat du Ceará. Ce n’était pas là un hasard : notre connaissance de l’Afrique sèche nous prédestinait à intervenir dans cette région, qui, encore aujourd’hui, regroupe une part importante des effectifs des deux Instituts. Depuis, le contingent s’est accru et a essaimé dans toutes les régions du pays. Les spécialités et les projets se sont multipliés. Longtemps issus de contacts et d’initiatives ponctuels, les implantations et les projets sont maintenant régis par des accords contractuels et la coopération est institutionnalisée.

9Deux accords ont été signés par l’ORSTOM et le CIRAD. Le premier, en 1980 avec l’EMBRAPA (Entreprise brésilienne de recherche agronomique), renouvelable tous les cinq ans par tacite reconduction, concerne les recherches appliquées au développement de l’agriculture, de l’élevage et des forêts. Les programmes de travail sont fixés annuellement en commission mixte. Pour ce qui concerne l’ORSTOM, en 1987, six programmes ont été menés avec les entités suivantes de l’EMBRAPA : SNLCS (Service national de cartographie et conservation des sols), CPATSA (Centre de recherches agropastorales du tropique semi-aride), CPAC (Centre de recherches agropastorales des cerrados), CNPGC (Centre de recherche sur l’élevage bovin d’embouche — Centre national de recherche zootechnique), DRH (Département des ressources humaines) et DMQ (Département d’informatique).

10Une convention a été signée avec la SUDENE en 1980 pour l’étude des bassins hydrologiques représentatifs de la région nord-est. Un avenant, le huitième, prolonge cette convention jusqu’à la fin de l’année 1988.

11Le second accord a été signé avec le CNPq (Conseil national de développement scientifique et technologique brésilien) le 2 janvier 1981 pour cinq ans renouvelables par tacite reconduction. Il règle les projets conjoints de recherches et de formation. Les programmes de travail sont fixés annuellement en commission mixte. En 1987, vingt-quatre programmes de recherche-formation ont ainsi pu s’effectuer et être évalués. Onze stagiaires brésiliens devaient se rendre en France. Ces programmes concernent principalement :

121) La gestion des ressources naturelles :

  • dans le nord-est : l’eau, les sols, la végétation et leurs rapports ; la disponibilité de l’eau pour les projets d’aménagement agricoles ; la gestion des petits réservoirs d’eau, le stockage et l’organisation des données de base : la constitution de banques de données de pluviométrie et de fluviométrie ;
  • dans différentes régions : les processus d’eutrophisation et la productivité du plancton dans les lacs de barrages et les lagunes ; la recherche appliquée à la gestion des ressources en eau ; l’étude de la matière organique des sols et son évolution selon les écosystèmes, la constitution de banque de données pédologiques, climatologiques, botaniques, hydrologiques, à partir des données de base existantes ; l’étude des roches, de leurs altérations et des minéralisations qui leur sont liées ; les paléoclimats et les variations du niveau de la mer et leurs conséquences sur la sédimentation côtière ;
  • en Amazonie : la pêche et la modification écologique de la forêt liée à l’exploitation agricole.

13L’inventaire, le regroupement, l’organisation et la gestion des données de ressources naturelles constituent près des trois quarts des activités de l’ORSTOM au Brésil.

142) Les études socio-économiques sur l’expansion des frontières agricoles dans le Rondonia ; l’impact du front pionnier sur les sociétés indigènes d’Amazonie ; la formation des villes dans le centre-ouest ; l’anthropologie de la santé et de la maladie chez les indiens Tukano ; le monde du travail dans la petite entreprise à João Pessoa ; la politique de gestion de la main-d’œuvre, les conditions de travail et de vie et l’impact des politiques alimentaires sur les femmes dans le grand São Paulo ; les pratiques familiales et culturelles chez les travailleurs de l’industrie pétrochimique à Bahia.

153) La médecine et l’entomologie médicale : l’écologie de la fièvre jaune et des autres arborviroses (dengue, etc.).

Le CIRAD

16Le CIRAD est un établissement public à caractère industriel et commercial depuis 1984, à la suite de la transformation du Groupement d’études et de recherches pour le développement de l’agronomie tropicale (GERDAT).

17Organisme scientifique spécialisé en agronomie des régions chaudes, il intervient dans le cadre de programmes de recherche, de développement agricole et rural, d’actions de formation dans plus de cinquante pays tropicaux, arides et méditerranéens.

18Il comprend mille huit cents personnes.

19La compétence de ses différents départements et unités de recherches permet au CIRAD d’intervenir dans tous les secteurs d’activité contribuant au développement de l’agriculture. Ces départements sont : le Centre technique forestier tropical (CTFT) ; le Département systèmes agraires (DSA) ; l’Institut d’élevage et de médecine vétérinaire des pays tropicaux (IEMVT) ; l’Institut de recherches agronomiques tropicales et des cultures vivrières (IRAT) ; l’Institut de recherches sur le caoutchouc (IRCA) ; l’Institut de recherches du café, du cacao et autre plantes stimulantes (IRCC) ; l’Institut de recherches du coton et des textiles exotiques (IRCT) ; l’Institut de recherches sur les fruits et agrumes (IRFA) ; l’Institut de recherches pour les huiles et oléagineux (IRHO) ; le Centre d’études et d’expérimentation du machinisme agricole tropical (CEEMAT), et le GERDAT/PRIFAS (Acridologie et écologie opérationnelle).

20Les recherches menées par le CIRAD sont directement appliquées au développement. Les innovations qui en découlent sont testées dans le milieu réel afin de répondre au mieux aux nécessités sociales et économiques du pays ou de la région.

Le CIRAD et le Brésil

21Les relations des instituts français de recherche agronomique tropicale avec les institutions brésiliennes de recherche et de développement datent de la fin de la Seconde guerre mondiale. Elle se sont intensifiées à partir de 1970 avec la création en France du GERDAT (qui regroupait alors ces instituts), puis, au Brésil, de l’EMBRAPA, organisme brésilien de recherche agronomique.

22La coopération entte l’EMBRAPA et le GERDAT, amorcée en 1975, a débouché sur une convention générale signée le 6 octobre 1980. Des protocoles ont ensuite été conclus entre l’EMBRAPA et divers départements du GERDAT devenu CIRAD. Des conventions particulières ont également été signées entre l’EMBRAPA, l’EMBRATER (Assistance technique et vulgarisation agricole), et le CEEMAT (5 avril 1980) en ce qui concerne la culture attelée dans le nord-est ; le CIRAD et le CNPq ; le CIRAD et l’INPA (Institut national de recherches en Amazonie) en matière de foresterie tropicale ; le PRIFAS, l’EMBRAPA et le CNPDA (Centre national de recherche de défense de l’agriculture soit défense des cultures).

23A partir de 1982, avec la collaboration de l’EMBRAPA et du CNPSD (Centre national de recherche sur le caoutchouc et le palmier à huile), l’IRHO crée la station de recherche « Rio Urubu » de trois cent cinquante hectares sur le palmier.

24Enfin, le CIRAD signe un peu plus tard (mars 1983) une convention avec la Surintendance brésilienne du caoutchouc (SUDHEVEA) pour la réalisation d’un programme de caoutchouc naturel du Brésil (techniques de culture et production de latex dans le nord-est).

25La qualité des partenaires brésiliens, la nature originale des programmes scienrifiques et l’important courant de formation attaché à ces opérations font que le Brésil représente le plus important partenaire non francophone du CIRAD (avec dix-huit chercheurs sur le terrain et sept départements de recherche concernés).

26Les principaux programmes de recherche du CIRAD au Brésil sont les suivants : amélioration génétique du palmier à huile (Manaus - IRHO) ; technologie du bois (Manaus - CTFT) ; sylviculture en Amazonie (Manaus - CTFT) ; protection sanitaire sur les programmes palmier et cocotier (Aracaju, Belém - IRHO) ; caoutchouc naturel : hévéa, guayule, maniçoba, mangabeira (Recife, Brasília - IRCA) ; machinisme agricole adapté aux petits et moyens producteurs (Petrolina, Brasilia - CEEMAT) ; systèmes de production des cerrados (Brasília, Silvania - DSA) ; amélioration du bananier, de l’ananas (Brasília, Cruz das Almas - IRFA) ; acridologie (Petrolina -PRIFAS) ; systèmes de production du tropique semi-aride (Petrolina - DSA) ; amélioration variétale du riz pluvial (Goiânia - IRAT) ; systèmes de production à base de riz et haricot (Goiânia - IRAT) ; génétique du maïs (Campinas - IRAT) ; écologie opérationnelle (Jaguariuna - PRIFAS).

II. — LES CARACTÉRISTIQUES ORIGINALES DE CETTE COOPÉRATION

27Toute recherche et tout programme envisagés par l’un ou l’autre des deux partenaires doivent être d’intérêr réciproque et deviennent un projet commun, établi après analyse, discussion et accord mutuels.

28L’équipe est donc mixte. Elle est constituée d’un ou plusieurs chercheurs français, et souvent d’une équipe brésilienne de chercheurs, techniciens et du personnel d’appui. Le coordonnateur du projet est généralement brésilien. Dans le domaine agricole où le projet découle d’un besoin, le thème du programme d’étude est, le plus souvent, proposé par l’institut brésilien qui fournit un profil du chercheur souhaité. C’est le cas le plus fréquent à l’EMBRAPA.

29Les chercheurs français sont « permanents ». Ils sont affectés à temps complet pour toute la durée du projet, généralement plusieurs années. Les missions de courte durée ne sont prévues que dans les cas d’appui ou d’évaluation.

30Ce sont, dans la majorité des cas, des chercheurs et des techniciens « seniors » c’est-à-dire aguerris, compétents, à large expérience dans leur domaine. Ce sont des spécialistes. Leur bagage universitaire est tel qu’il leur permet, lorsque le cas se présente, et c’est fréquent, de diriger ou orienter une thèse ou un magistère. Ce sont donc des « docteurs ». Cette qualité est importante car elle donne confiance et permet au chercheur français de faire son réel travail de coopérant qui est de former, d’aider, de canaliser les efforts et les données recueillies dans un but commun et non à son seul profit.

31Les moyens sont également communs. Salaires et voyages internationaux sont à la charge de l’institution française concernée. L’organisme brésilien fournit les moyens de travail, c’est-à-dire les voyages intérieurs, les frais de déplacement, le local et les fournitures professionnelles. Une contribution financière sous forme d’une aide au logement est également versée par l’EMBRAPA. Le CNPq prend en charge les indemnités de mission de courte durée à partir de la France. Réciproquement, les instituts français versent les indemnités journalières aux stagiaires brésiliens en France. La SUDENE alloue une certaine somme mensuelle qui équivaut au salaire d’un technicien brésilien confirmé. Il y a donc une très grande réciprocité dans les contributions financières. Le chercheur français est soumis, en ce qui concerne les moyens de travail, aux mêmes contraintes que ses collègues brésiliens. Mêmes implantations, quelquefois éloignées, mêmes locaux, souvent même salle, même soucis quand les dotations financières sont en retard. Mêmes montants et modalités de contrôle des frais de déplacement. C’est là un réel effort d’adaptation à fournir pour qui arrive de France et est habitué à travailler dans un bureau individuel, qu’il conforte et personnalise, et à une gestion plus régulière et autonome des budgets de recherche. Le système du pays hôte n’est pas sans avantage : on y gagne en convivialité, en esprit d’équipe, en connaissance mutuelle.

32Les résultats, les innovations sont communes. Ceci est très important. Publications et valorisation se font d’un commun accord. Toute l’équipe participante signe. Les publications sont écrites en langue portugaise d’abord et quelquefois reprises en français dans des articles de synthèse. Ce n’est pas le cas pour tous les autres pays qui coopèrent avec le Brésil. Tout coopérant technique arrivant dans ce pays découvre rapidement que la clé de son insertion rapide est la langue. Il fait donc des efforts pour communiquer avec ses partenaires et écrire ses premiers rapports. Et il se prend au jeu, à la magie de la langue portugaise, à la musique qu’elle acquiert au Brésil. Ici encore, nous avons une preuve de la volonté de compréhension, de rapprochement, d’entente.

33Enfin, les évaluations sont également communes. Une réunion conjointe réalisée annuellement soit à Brasilia, soit à Paris, est destinée à examiner des projets en cours, à les réorienter ou les recentrer quand cela est nécessaire et à analyser les projets nouveaux. Au cours de cette réunion, les projets sont approuvés et reconduits, ou font l’objet d’une évaluation ou ne sont pas reconduits. L’évaluation était, jusqu’à présent, faite essentiellement par la partie brésilienne. La réunion qui a eu lieu en novembre 1987 avec le CNPq a permis la mise en place d’un système d’évaluation plus équilibré et d’une programmation plus efficace. Les évaluations seront désormais faites par un groupe de travail conjoint franco-brésilien constitué de spécialistes dans chaque domaine d’intervention. Le groupe de travail ORSTOM comprend cinq personnes représentant un des axes prioritaires de l’institut ; activités agricoles, eau, terre-océan-atmosphère, sciences sociales. Une évaluation par chacune des deux parties de projets en cours avec l’EMBRAPA est déjà entamée. De son côté, le CIRAD procède en ce début d’année 1988 à l’évaluation des quatre projets déjà évalués par l’EMBRAPA en 1987. Il s’agit des projets : mécanisation, palmier à huile, riz pluvial et système de production.

34Ces modifications du mode d’évaluation vont permettre de faire le point des travaux en cours, d’identifier les regroupements, les cohérences, les délais, la qualité, la valorisation et la diffusion, d’examiner les réponses possibles aux priorités brésiliennes qui sont, entre autres, la biotechnologie, l’agro-alimentaire, les techniques de culture de certains produits comme les fruits tropicaux, l’hévéa, etc.

35Tous ces exemples montrent à l’évidence la volonté et la capacité de travailler, de réfléchir, de produire en commun, de participer, de réussir. Cela demande de l’humilité, de la générosité, de la compréhension, parfois de l’abnégation, toujours de l’enthousiasme. Ne pourrait-on traduire cette coopération par une image ? Cette image pourrait être celle de deux chercheurs face à face faisant un pas l’un vers l’autre pour ensuite marcher de concert.

36Ce type de coopération entraîne parfois une avance progressive ; la recherche de la meilleure structure et des meilleurs éléments de part et d’autre, de même que quelques délais de prospection et d’adaptation.

III. — QUELQUES EXEMPLES DES PROGRAMMES EN COURS OU RÉALISÉS ET DES RÉSULTATS OBTENUS

37La région nord est celle qui, du fait des potentialités et des problèmes liés à l’Amazonie, regroupe le plus de projets d’études.

38L’une des principales ressources naturelles est l’eau. Le fleuve Amazone est le plus grand et puissant du monde, il draine 20 % de toute l’eau des fleuves qui arrivent dans les océans. Du fait de sa dimension exceptionnelle et des difficultés d’accès pour la saisie des données hydrométriques, un réseau expérimental de télétransmission par satellite composé de vingt stations équipées de balises de technologie française a été implantée dans tout le bassin amazonien. Les résultats techniques et économiques obtenus sont tels que l’extension du réseau est prévue par le DNAEE (Département national des eaux et de l’énergie électrique). D’autre part, pour pouvoir jauger de manière correcte les énormes volumes d’eau du fleuve et de ses tributaires, une méthode de mesure a été mise au point, appliquée et enseignée avec succès. De même, le traitement et l’analyse de l’information des données hydropluvio-métriques des treize mille stations du pays ont nécessité la création d’un modèle mathématique informatisé appelé « méthode du vecteur régional » qui teste la qualité des données, en fait un échantillonnage objectif et les synthétise à l’échelle régionale.

39Une autre ressource naturelle importante de l’Amazonie est, bien sûr, sa forêt. A l’INPA de Manaus, alors que des chercheurs de l’ORSTOM étudient l’impact de la mise en valeur agricole sur l’écologie de la forêt, des chercheurs du CIRAD/CTFT définissent les propriétés technologiques des bois et tentent de promouvoir les espèces peu connues et non commercialisées. D’autres recherchent les modes de gestion ordonnée de l’exploitation de cette forêt, c’est-à-dire déterminent quelle doit être l’intensité de l’exploitation en continu qui provoque le moins de dégâts sur la régénération et permet les meilleurs rendements en bois.

40Comme on le voit, à l’aspect économique, se joint ici le souci de la préservation de cet écosystème exceptionnel et fragile. L’image est celle d’hommes plongés dans cette forêt pour l’étudier et la valoriser, loin des clameurs internationales de l’Amazonie poumon du monde qui irritent tant nos partenaires brésiliens (depuis quand un poumon rejette-t-il de l’oxygène ?).

41Une autre ressource, peu exploitée, est la pêche. Des recherches en cours sur les faunes de poissons et d’espèces de crevettes d’eau douce non encore cultivées et de l’impact de la construction des barrages hydroélectriques fourniront des données indispensables à une exploitation rationnelle de ces faunes.

42Les formations superficielles de la région nord recèlent des minéralisations intéressantes, notamment le fer, l’aluminium, l’or, etc. L’étude de l’organisation spatiale et du fonctionnement des sols est en cours et a déjà donné des résultats précieux sur les transformations de certaines propriétés physiques (densité, compactation, infiltration,...) et chimiques (toxicité aluminique, pertes en éléments nutritifs, transformation du stock et de la nature de la matière organique,...) lorsque l’on passe de la forêt naturelle aux défrichements agricoles ou pastoraux.

43La maladie du palmier à huile guia podre, endémique à l’Amérique latine et dont on ne connaît pas encore l’agent transmetteur, fait d’importants dégâts dans les cultures du Pará. Le recensement de cent trente-six espèces d’insectes fréquentant ces palmiers a permis à l’IRHO d’en isoler sept suspectes. Des essais de transmission sous cages vont permettre de découvrir le responsable et de lutter contre lui.

44Les arboviroses sont des virus transmis par des arthropodes suceurs de sang à des hôtes vertébrés par voie veineuse. La région amazonienne est unique au monde pour son nombre d’insectes hématophages. L’agent de la fièvre jaune a été isolé ; on a étudié sa bioécologie, on a pratiqué des tests de sérologie. Ces recherches entomolo-giques et épidémiologiques entreprises à l’Institut E. Chagas de Belém par des chercheurs de l’ORSTOM, concernent également le virus de la dengue qui s’est récemment manifesté dans tout le Brésil tropical, et des fièvres amazoniennes locales. Le retentissement de ces études est international.

45Les travaux de sciences humaines de la région amazonienne ne sont pas pour autant négligés. L’étude des médecines traditionnelles chez les indiens Tukano du haut Rio Negro, indiens confrontés à un pluralisme d’intervention médicale et aux « maladies des blancs », donne lieu à des enquêtes conjointes anthropologiques et médicales intéressantes et utiles. D’autre part, les méthodes comparatives et pluridisciplinaires d’étude des trois types de populations de l’espace amazonien : indigènes, métisses et pionnières et leurs inter-relations fournissent des informations indispensables pour l’identification des blocages qui entravent la diffusion de l’innovation technique et sociale et l’acceptation de types d’agriculteurs adaptés.

46La région nord-est. Nous avons vu qu’elle constitue la plus ancienne zone d’activités de l’ORSTOM au Brésil. Durant vingt-six années, les recherches ont porté principalement sur l’hydrologie, la pédologie et la géologie. S’y rajoutent aujourd’hui des spécialités comme la botanique, les sciences sociales... Dans le domaine de l’hydrologie, a été constituée dès 1973, à la SUDENE, une banque de données hydropluvio-métriques et fluviométriques qui compte plus de trente millions de données. Un réseau de bassins versants représentatifs a été installé et géré. Certains bassins sont devenus des bassins hydrologiques expérimentaux modèles qui ont été repris par les universités de la Paraíba et du Ceará et ont donné lieu à des projets CNPq. Des conventions internationales ont aidé à approfondir les études. Des données de base, on est passé aux applications : modèle de stockage de l’eau dans les retenues collinaires ou açudes en région semi-aride ; influence des couvertures pédologiques et végétales sur les bilans hydriques et minéraux du sol ; modèle déterminant les besoins en eau des plantes cultivées en fonction de la distribution statistique des pluies et les dates optimas de semis ; qualité de l’eau et risques de salinisation ; gestion de l’eau stockée pour la petite irrigation, etc. Une inventaire et la synthèse de tous les travaux de conservation de l’eau et du sol ont été dressés et des recommandations de lutte comte l’érosion préconisées. Des cartes pédologiques et des études de pédogenèse ont été réalisées à partir de l’université fédérale de Bahia (UFBa) où, durant dix ans, plusieurs chercheurs ont dispensé un enseignement complet de pédologie, minéralogie, agronomie et orienté de nombreuses thèses et magistères. L’étude de la végétation et, en particulier, celle de la caatinga et une évaluation des ressources naturelles de la zone semi-aride groupant morphopédologie, phytosociologie, cartographie, écologie, sont en cours au CPATSA de Petrolina.

47Toujours avec le CPATSA, le CIRAD/DSA met en place une démarche de recherche / développement permettant de dégager des solutions, face aux difficultés de l’agriculture dans cette région du nord-est (cette démarche est également appliquée dans la région des cerrados).

48Par ailleurs, la conception, l’expérimentation et la fabrication de chaînes d’équipement adaptés à la culture attelée ont été un succès pour le CIRAD/CEEMAT et ses partenaires brésiliens. A travers l’EMBRATER, ces unités polyvalentes à trois niveaux de traction ont été transférées dans le « milieu » et très bien adoptées par les producteurs.

49C’est pourquoi les Brésiliens ont demandé au CEEMAT d’élargir leur programme au niveau fédéral (et non plus seulement au nord-est) pour toute la mécanisation quelle que soit « l’énergie » utilisée. Une partie de ses chercheurs a donc été transférée au sud du pays à Sete Lagoas.

50Les recherches sur la géologie et la métallogénie des granitoïdes de Bahia qui se poursuivent à l’UFBa et l’estimation des potentialités métallifères, uranifères en particulier, sont prometteurs et suscitent un vif intérêt de la part des milieux scientifiques et miniers.

51Le Brésil qui était, au début du siècle, le premier producteur de caoutchouc du monde grâce à l’hévéa d’Amazonie, est aujourd’hui en position d’importateur et dépend pour plus de 60 % des pays asiatiques et africains. Un projet de production de caoutchouc naturel dans le nord-est peut paraître une gageure et pourtant les essais de culture de l’hévéa par le CIRAD/IRCA, dans les zones littorales les plus humides où il pourrait en partie remplacer la canne à sucre, est un succès. Il faut signaler l’intérêt porté par les partenaires brésiliens à développer l’hévéa dans la région de São Paulo, apparemment exempté de microcyclus ulei. En outre, on a introduit d’autres expèces susceptibles de produire du caoutchouc comme le guayule originaire du Mexique. On relance également la production d’espèces autrefois exploitées : le maniçoba qui peut être également utilisé par le bétail et la manga-beira dont les fruits sont appréciés. Les résultats sont très encourageants.

52L’étude de l’industrialisation et des changements dans les relations sociales et raciales dans l’Etat de Bahia est en cours pour essayer de comprendre les relations entre la procédure du travail et les revendications sociales.

53La région centre-ouest, qui est une région agricole en pleine mutation, ne fait pas encore l’objet de nombreux projets, mais ceux en cours manifestent une grande vitalité et suscitent un grand intérêt chez nos partenaires. Ainsi de l’opération Panicum maximum qui peut être considérée comme l’une des plus belles réussites des projets ORSTOM au Brésil. En vingt ans, l’ORSTOM a réuni, en Afrique, la plus grande collection mondiale de cette graminée qui est considérée comme la meilleure plante fourragère tropicale pour l’embouche, quatre cents cultivars africains ont été introduits et testés sur mille six cents parcelles dans le centre spécialisé de l’EMBRAPA à Campo Grande dans le Mato Grosso. Une multitude de variables a été analysée : poids de matières sèche, taux de protéines, production de graines, taux de repousse, résistance aux insectes prédateurs, etc. Les meilleurs cultivars ont été sélectionnés pour satisfaire aux exigences locales des éleveurs. Le lancement commercial est prévu dès cette année et est, dès à présent, un grand succès technique et économique.

54Un autre projet est déjà une réussite. C’est celui de l’élaboration de systèmes de cultures améliorés à base de riz pluvial dans le Brésil central. Il s’agissait, pour deux chercheurs du CIRAD et leurs homologues nationaux du CNPAF (Centre national de recherche sur le riz et le haricot), d’étudier, de définir et de proposer un choix optimisé de systèmes de cultures alternatifs capables de revaloriser la culture du riz pluvial dans cette région. Un diagnostic agro-socio-économique régional est réalisé et un référentiel technique adapté est constitué. Ce référentiel est fondé sur le diagnostic précédent et constitué d’unités pérennes de création-diffusion implantées dans des propriétés et des coopératives. La technique du labour profond associée à d’autres pratiques comme les rotations culturales, avec le soja er le maïs, et à l’utilisation de variétés nouvelles s’avère très efficace. Elle élimine la semelle créée par les façons superficielles habituellement pratiquées dans la région ; elle favorise un meilleur enracinement, une meilleure exploitation des éléments nutritifs du sol et une infiltration plus profonde de l’eau. Elle assure ainsi de meilleurs rendements. Les systèmes de culture préconisés permettent une rentabilité et des gains annuels largement supérieurs à ceux des autres systèmes et sont, dès à présent, mis en application à une grande échelle chez les agriculteurs.

55Dans le même centre de l’EMBRAPA, une équipe de chercheurs généticiens et physiologiste du CIRAD/IRAT a réussi à mettre au point de nouvelles variétés de riz pluvial susceptibles d’être cultivées dans les régions les moins favorisées. La coopération concerne les régions pauvres ou riches.

56L’élaboration du système SISGEO par une équipe mixte EMBRAPA-ORSTOM vise des objectifs ambitieux. SISGEO est un système d’informations géographiques sur l’environnement rural brésilien. Il est constitué de différents systèmes informatiques indépendants permettant le stockage des données concernant le sol, le climat, la végétation, la socio-économie, l’hydrologie, etc. Il se propose d’évaluer les potentialités agricoles de chaque région et donc d’en rationaliser l’exploitation. Il est prévu pour sept ans et s’achèvera en 1990. Des logiciels sont déjà au point. Leur utilisation donne lieu à une émulation mais aussi à une compétition.

57Le projet « écologie opérationnelle » lie les compétences de l’EMBRAPA (CPATSA et CNPDA) et celles du CIRAD (PRIFAS/Département GERDAT) depuis 1982 pour étudier les conséquences inattendues des projets de développement agricole au Brésil et, en particulier, en réduire les effets indésirables. Le thème le plus important a été celui des criquets ravageurs au Nordeste, au Mato Grosso, dans le Rondônia, mais les chercheurs des deux équipes ont aussi coopéré en méthodologie d’enquête et de traitement numérique (typologie des petits producteurs), en expertises de situation écologique (Serra do Mar, confins amazoniens, Pantanal), en appui à la formation d’écologistes de haut niveau (université de Sao Paulo, congrès divers), et ont préparé le montage d’un système pluri-institutionnel consultatif inspiré des principes d’Ecoforce Internationale. La coopération a été très bénéfique aux deux parties. Le PRIFAS a impliqué dans ces opérations conjointes cinq de ses experts.

58Enfin, une analyse spatiale et sociale des villes du centre-ouest par une équipe de l’université de Brasilia a déjà, en partie, expliqué les buts des migrations locales ou inter-régionales et le processus d’occupation de l’espace et son déplacement vers l’ouest. Des liens se sont établis entre différentes universités et les organismes traitant des problèmes de développement urbain et régional au Brésil et en France. La coopération devient réciproque et passe les frontières.

59La région sud-est. Les chercheurs affectés dans cette région sont généralement impliqués dans des projets qui dépassent le plus souvent les frontières de la région et qui, quelquefois, intéressent l’ensemble du Brésil. De l’université de São Paulo (USP), une importante équipe franco-brésilienne a, pendant plus de douze années, mené des opérations de recherche-développement géologiques et minières : altération des itabirites du Minas Gerais (accumulation du fer) ; étude des cheminées alcalines à concentration en titane, zircon, terres rares, barium, strontium, etc. ; paragenèse et concentration en cuivre dans les formations métamorphiques altérées ; géochimie des couvertures latéritiques et les minéralisations associées et en particulier de l’uranium. L’aspect économique est évident. La comparaison des concentrations minérales et des altérations avec celles d’autres régions du monde a favorisé la tenue de nombreux congrès et symposia internationaux. Un projet de conservation des sols pour l’ensemble du territoire national établi par le SNLCS (Service national de cartographie et de conservation des sols) de l’EMBRAPA à Rio de Janeiro et l’ORSTOM vise à dresser la situation actuelle des connaissances dans ce domaine de manière à établir un diagnostic et proposer un plan d’actions et d’études prioritaires. Deux chercheurs, l’un à São Carlos, l’autre à l’université fluminense de Niteroí, étudient les processus d’eutrophisation actuelle des lacs et lagunes. L’impact des pollutions urbaines et agricoles, le rôle de l’ouverture sur la mer, le métabolisme de l’écosystème sont pris en compte sur le littoral de l’Etat de Rio. L’impact des poissons consommateurs de plancton sur la croissance du phytoplancton et l’eutrophisation dans les lacs de barrage ont été étudiés à partir de São Carlos. L’enjeu est très important : il s’agit de la restauration d’écosystèmes aquatiques dégradées par des solutions biologiques « douces ».

60Par ailleurs, une équipe de chercheurs travaille sur la reconstitution des climats anciens et leurs manifestations sur les paysages. Cette reconstitution n’est pas un exercice académique mais permet d’expliquer les dépôts corrélatifs de ces épisodes climatiques et les climats actuels. Ces études sont menées depuis l’Observatoire national de Rio de Janeiro et à l’USP. Une série de cartes géologiques des formations sédimentologiques récentes du littoral de la Santa Cararina jusqu’au Nord-Est a été publiée. Après le littoral, on passe à l’intérieur des terres : les lacs des hauts plateaux amazoniens de Carajas sont sondés, les âges reculent. Un projet, établi entre l’ORSTOM et l’INPE (Institut national de recherches spatiales), s’intègre dans le cadre du programme international « Tropical ocean and global atmosphere » pour étudier les paramètres responsables des anomalies climatiques des régions du nord-est brésilien, du Sahel africain et du pacifique équatorial (phénomène El Niño).

61On peut donc déduire de tout ce qui précède une très grande volonté commune de la part de la France et du Brésil de réaliser une coopération scientifique et technique efficace, originale, chaleureuse, réciproque, faite par des hommes pour des hommes. L’image de cette coopération donne à une idée abstraite la forme d’un objet sensible. La coopération scientifique franco-brésilienne est une glace dans laquelle deux cultures communiquent, où deux savoirs s’observent, se réflètent, se fondent, se révèlent, se fortifient, se complètent. Chaque coopérant français partira, sa mission terminée, avec son image du Brésil, légère ou lancinante, avec sa saudade des paysages des matins brumeux des forêts amazoniennes, de l’air sec des savanes des cerrados, des taillis gris ou très verts de la caatinga. Avec sa douce image des amitiés tissées. Il arrive que l’un d’entre eux ne reparte pas. Il laisse alors plus que de la saudade, il laisse ce qu’il a de plus précieux, sa vie.

« Oui, mais chacun a bien le droit de trier parmi les dix mille Brésil que contient le Brésil. Ce pays n’est pas chiche. Il distribue à profusion. Il jette ses images à pleines brassées. » (G. Lapouge, Equinoxiales.)

Fiche technique de l’ORSTOM
1. Statut et missions
Etablissement public national à caractère scientifique et technologique placé sous la tutelle conjointe des ministères de la Recherche et de la Coopération (décret 84-430 du 5 juin 1984).
L’institut a pout mission :
– de promouvoir et réaliser des travaux de recherche pour le développement en coopération ;
– d’en valoriser les résultats au plan social, économique, culturel ;
– de contribuer à la formation à la recherche et pat la recherche de français et d’étrangers ;
– d’assurer l’information scientifique et technique dans les divers milieux concernés.
Conseil d’administration et direction générale : 213, rue La Fayette - 75010 Paris. Tél. 48.03.77.77
Le Président du conseil d’administration Le Directeur général
2. Organisation :
2.1. Un conseil scientifique.
2.2 Cinq départements regroupant 47 Unités de recherche (UR) : 1) Terre, Océan, Atmosphère (TAO) ; 2) Milieu et Activités Agricoles (MAA) ; 3) Eaux Continentales (DEC) ; 4) Santé (DES) ; 5) Sociétés, Développement, Ufbanisation (SDU).
2.3. Sept commissions scientifiques : 1) Géologie-Géographie ; 2) Pédologie-hydrologie ; 3) Océanologie et hydrobiologie ; 4) Sciences du monde végétal ; 5) Sciences biologiques et biochimiques appliquées à l’homme ; 6) Sciences sociales ; 7) Sciences de l’ingénieur et de la communication.
2.4.Six missions techniques :
1) Informatique ; 2) Télédétection ; 3) Equipements et infrastructure scientifique ; 4) Moyens navigants ; 5) Fotmation ; 6) Information scientifique et technique.
3. Budget et personnel :
– Budget annuel de l’ordre de 785 millions de francs.
– 2 400 personnes dont 760 chercheurs, 650 ingénieurs et techniciens, 206 administratifs ; s’y ajoutent 1 056 agents de recrutement local dans les pays partenaires.
– L’évantail des compétences scientifiques est exceptionnellement vaste : sciences de la terre (30 % des chercheurs), sciences de la vie (24 %), sciences sociales (22 %), sciences de la mer (15 %), sciences médicales (9 %)
3. Une implantation mondiale
L’ORSTOM dispose de centres, missions ou antennes selon les cas dans une quarantaine de pays du monde tropical.

Notes de fin

* Fait à Brasília, en mars 1988, à partir des notes ébauchées par Alain Perraud, et retrouvées après sa mort. En collaboration avec le CIRAD-Paris.

Auteur

(Chercheur ORSTOM)

© Éditions de l’IHEAL, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540