Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

France-Brésil : vingt ans de coopération

 | 
Luiz Claudio Cardoso
, 
Guy Martinière

I. Institutions et organismes français

L’Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer (IFREMER)

Texte intégral

1La recherche-développement dans le domaine océanique a pris une importance nouvelle depuis une vingtaine d’années. Plusieurs pays industrialisés ont pris la mesure de cette nouvelle donne, d’autant que, depuis la mise en place des zones économiques exclusives, la France dispose du troisième espace océanique mondial, d’une superficie de onze millions de kilomètres carrés grâce à l’ouverture sur l’océan de ses côtes métropolitaines et de celles des départements et territoires d’outre-mer. Aujourd’hui, la recherche océanique ne se limite plus aux activités d’exploitation des ressources vivantes comme la pêche ou les cultures maritimes. Pourtant, celles-ci ont connu de profondes mutations ces dernières années et se révèlent comme un réservoir exceptionnel de ressources alimentaires du futur. Mais les engins d’observation et de pénétration du milieu marin, les matériels et les techniques de plongée profonde développées ces dernières années à l’occasion de l’exploitation des fonds marins, dans la perspective de mise en valeur de gisements pétroliers, ont considérablement fait évoluer les perspectives de recherches géologiques tant énergétiques que minérales. Dès lors, la connaissance de l’environnement marin, la protection du littoral, l’inventaire et l’exploitation des fonds marins sont devenus une nouvelle frontière de la recherche. Pour mieux répondre à ce défi, le gouvernement français décidait, le 5 juin 1984, de fusionner en un seul établissement, l’Institut scientifique et technique des pêches maritimes (ISTPM) et le Centre national pour l’exploitation des océans (CNEXO) : l’Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer (IFREMER) était né.

2Etablissement public à caractère industriel et commercial, l’IFREMER a pour vocation de développer les recherches et les actions de développement technologique et industriel nécessaires à la mise en valeur des ressources océaniques. Près de 1 600 personnes si l’on compte ses filiales, disposent de douze navires de recherche, de deux submersibles habités d’intervention profonde — le Cyana (– 3 000 mètres) et le Nautile (– 6 000 mètres) ainsi que d’un engin robot autonome pour des interventions plus profondes. Ces chercheurs et techniciens sont répartis dans cinq grands centres de recherche comprenant chacun plusieurs stations de rattachement et dans cinq délégations d’outre-mer. Outre les activités de ressources vivantes (technologies de la pêche et des cultures marines, innovation pour les industries de la conservation, contrôle sanitaire, etc.), l’IFREMER s’attache particulièrement à développer toutes les activités d’ingénierie et de technologie nécessaire à la connaissance des fonds marins comme à l’exploration de l’environnement du littoral. De ce point de vue, l’utilisation des techniques spatiales pour la connaissance physique des océans a été la grande nouveauté de ces dix dernières années, modifiant radicalement le système de mesures et de relevés cartographiques des zones océaniques. Naturellement, les activités internationales de l’IFREMER, tant en matière de recherche océanique en coopération qu’en matière d’exportation des techniques, systèmes et équipements, contribuent à la mise en œuvre de programmes comparatifs dans les différentes zones géographiques mondiales. En ce sens, la coopération en recherche océanique entre la France et le Brésil joue un rôle particulier, tant ce pays, avec ses huit mille kilomètres de côte, occupe une place exceptionnelle dans les répartitions littorales des continents. Cette coopération, qui vient d’être très récemment décidée par les deux gouvernements, est donc riche de potentialités.

3L’arrangement complémentaire à l’Accord de coopération technique et scientifique de 1967, assurant la coordination des politiques de recherche entre le Brésil et la France en matière de coopération océanologique, a été signée par les deux ministres des Affaires étrangères le 7 janvier 1987 à l’occasion du séjour de M. Jean-Bernard Raimond au Brésil. Son objectif est de contribuer à une meilleure utilisation des ressources naturelles existantes dans les espaces maritimes dans lesquels les deux Etats exercent leur souveraineté, afin de permettre non seulement une connaissance plus étendue du milieu marin, mais aussi l’exploitation rationnelle économique, exempte d’effets nocifs sur l’environnement, des ressources naturelles biologiques ou non biologiques. Les deux gouvernements ont aussi explicitement mentionné que cette coopération concernera les espaces maritimes qui peuvent présenter un intérêt commun. Cela signifie-t-il qu’elle peut concerner, au besoin, les espaces maritimes « frontières » de la Guyane française et de l’Etat de Pará ?

4La mise en œuvre de cette coopération est confiée du côté français à l’IFREMER et du côté brésilien à la Comissão interministerial para os recursos do mar (CIRM). Cette commission vient d’ailleurs d’élaborer le deuxième plan sectoriel pour les ressources de la mer qui doit se développer sur trois ans, de 1986 à 1989. Ce plan s’attache à définir les conséquences que devrait avoir, au Brésil, l’application de la Convention des Nations-Unies sur le droit de la mer ; il s’efforce aussi d’assurer la promotion des perspectives nouvelles offertes par les ressources maritimes minérales, énergétiques et vivantes et leurs conditions d’exploitation aussi bien climatiques, géologiques que technologiques, notamment en matière de télédétection côtière.

5En fait, l’accord franco-brésilien a surtout trouvé, dans l’immédiar, une application concrète dans ce dernier secteur : un programme scientifique bilatéral de télédétection appliquée à l’océanologie côtière a été mis en place entre l’IFREMER et l’Institut d’océanographie de l’université de São Paulo (USP). Ce programme a fait l’objet d’une convention particulière signée le 23 mars 1987. Il a été initié en 1985, sous l’impulsion de Renato Herz, professeur au département d’océanographie physique de l’Institut, qui s’attache depuis plusieurs années à comprendre les milieux littoraux à mangroves du Brésil.

6L’équipe du professeur Herz s’intéresse au relevé général des surfaces de mangroves, en liaison avec les biologistes, afin d’évaluer l’ampleur de cette ressource et son état de santé. Pour ce faire, son équipe avait déjà utilisé les documents planimétriques au 1/250 000e obtenus d’après le procédé RADAM (« Radar para Amazonia ») sur l’ensemble du littoral et le projet SERMA sur la côte pauliste. D’après les techniques de photointerprétation planimétrique des couples photographiques, les cartes classent la mangrove suivant sa hauteur, son état de dégradation et mettent en évidence d’autres traits physiographiques du paysage tels que les sédiments, les sables, les aires de déforestation, etc.

7Avec le développement des images satellitaires, les spécialistes de São Paulo ont pensé à utiliser les images LANDSAT puis SPOT. Dans la mesure où l’IFREMER avait installé au Centre de Brest un service d’application de la télédétection côtière lié à l’utilisation du satellite SPOT, un programme bilatéral concernant l’analyse des ressources végétales marines, les zones humides littorales et tempérées de la mangrove, les sites favorables à l’aquaculture et les études de houle fut défini. Deux régions furent choisies comme objet d’études conjointes : la région de Cananeia, sur la côte sud-est du littoral, entre Cananeia et Iguape, étudiée d’après le procédé LANDSAT thematic mapper (image du 17 avril 1984) ; la région de Santos, analysée d’après la scène SPOT du 27 juillet 1986, sur une superficie de quatre cents kilomètres carrés de la baixada santista, avec des recoupements d’images de maille de vingt mètres. Un « indice de végétation » a ainsi été défini par combinaison de canaux radiométriques, ainsi qu’un indicateur de l’état de la dégradation de la mangrove dans ce milieu d’intense développement industriel et urbain, et traduit pat un système de dégradé de couleurs.

8Ainsi, cette coopération entre l’IFREMER et la USP a permis d’affiner les méthodologies de traitement d’images en tant qu’outil, parmi d’autres, d’analyse de l’environnement. Chaque partenaire y a trouvé son compte en recevant de l’autre ce qui lui manquait : la connaissance d’un milieu et la connaissance d’une technique. Compte tenu du potentiel de richesses que révèle l’exploitation des ressources océanologiques, ce premier exemple de coopération bilatérale ne devrait pas manquer d’être suivi. D’autres domaines de recherche existent en la matière dont les incidences sur le développement économique et industriel sont notables. Cette coopération est donc pleine d’avenir.

© Éditions de l’IHEAL, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540