Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

France-Brésil : vingt ans de coopération

 | 
Luiz Claudio Cardoso
, 
Guy Martinière

I. Institutions et organismes français

Grenoble - Brasil (GRESIL)

Michel Soutif

Texte intégral

1Le terme de GRESIL (Grenoble-Brasil) recouvre une coopération de plus de vingt-cinq années entre la communauté des physiciens, fondamentalistes et appliqués, de Grenoble et la plupart des services de physique des universités brésiliennes.

2Bien que la discipline initiale se soit progressivement élargie à de nombreuses autres branches d’activités, en particulier créarion du Groupe de recherches et d’études économiques et sociales sut l’Amérique latine (GRESAL) à l’Université des sciences sociales dès 1975 et que les Grenoblois aient recouru aux services de l’action de coopération universitaire des accords entre la Coordenação de aperfeiçoamente de pessoal de nível superior et le Comité français d’évaluation de la coopération universitaire avec le Brésil (accords CAPES-COFECUB) lorsque celle-ci leur a été accessible, cette coopération a conservé, depuis sa création en 1961, trois caractères bien particu-liers. D’une part, elle a été animée par un groupe de physiciens grenoblois sans distinction d’organisme de rattachement : université (y compris Institut universitaire de technologie — IUT —), Institut national polytechnique (INPG), Centre d’études nucléaires (CENG), Centre national de la recherche scientifique (CNRS). D’autre part, elle a été complètement informelle, et ouverte à toute la communauté physicienne du Brésil. Enfin, elle a été continue et soutenue, même pendant les heures sombres du Brésil, et a régulièrement évolué en suivant le développement prodigieux des grandes universités brésiliennes.

3En 1979, une brochure intitulée : Quinze ans de coopération en sciences physiques et sciences de l’ingénieur a été publiée par Gérard Kuhn et Pierre Servoz-Gavin grâce au Centre d’études nucléaires de Grenoble et nous ferons appel à de larges extraits de cette publication dans le cadre de cette analyse.

Une intiative physicienne

4La coopération scientifique et technique en physique et sciences de l’ingénieur, entre le Brésil et l’université et les différents centres de recherche de Grenoble, a connu un développement très important à partir du début des années 1960. Avant cette période, divers échanges avaient déjà eu lieu, en particulier en géologie et en hydraulique, mais sans véritable concertation.

5A la suite d’une série de missions effectuées entre 1961 et 1964 par des chercheurs grenoblois, une véritable coopération concertée de grande envergure s’est engagée : Michel Soutif (1961), J.-C. Barbier (1962), P. Servoz-Gavin et D. Dautreppe † (1963), Louis Weil f (1964). La recherche au Brésil se trouvait alors dans une phase de démarrage, en particulier en physique expérimentale et en physique de la matière condensée. C’est donc dans cette voie que la coopération s’est engagée, autour de deux thèmes principaux : les méthodes de Résonance magnétique et leurs applications — Centro brasileiro de pesquisas físicas (CBPF) à Rio de Janeiro et Universidade de São Paulo (USP) — ; la physique du solide, plus particulièrement l’étude des effets des radiations et les basses températures.

6Les premières missions de longue durée de coopérants français, soit en service national actif, soit civils, ont commencé en 1964 (G. Kuhn et Raphael Tiberghien), dans le cadre du groupe GRESIL, réunissant des chercheurs de la USP et de l’Insti-tuto de energia atômica à São Paulo et de l’université et du CENG à Grenoble. Les initiateurs brésiliens de ces échanges ont été Jacques Danon au CBPF à Rio de Janeiro, Mário Shenberg, G. Sussmann et Marcelo Damy de Souza Santos à São Paulo, et ultérieurement José Israel Vargas à Belo Horizonte.

7Une étape importante a correspondu au séjour de six ans qu’a effectué au CENG José Israel Vargas de 1966 à 1972. Ce dernier a été l’initiateur à Grenoble d’un laboratoire d’interactions hyperfines et a établi un courant d’échanges réguliers très fructueux avec l’Universidade federal de Minas Gerais (UFMG) de Belo Horizonte.

8La coopération s’est rapidement étendue à d’autres thèmes de physique ou de chimie dans d’autres universités et centres de recherches brésiliens.

9Il faut souligner enfin le soutien permanent que cette coopération a reçu des services responsables du ministère des Affaires étrangères, de l’ambassade et des consulats de France au Brésil, avec lesquels la liaison a été et est encore permanente et coordonnée. Un des principaux initiateurs à été Mlle Sarrut, chargée de la coopération technique avec le Brésil au ministère des Affaires étrangères.

Un caractère informel

10La coopération scientifique entre Grenoble et le Brésil est véritablement partie de la base, c’est-à-dire d’échanges d’enseignants et de chercheurs sur des objectifs scientifiques précis et limités. Elle se présente ainsi sous la forme d’un éventail d’actions thématiques de volume et de durée variables, intéressant une ou plusieurs unirés de recherche de part et d’autre, en général en dehors de toute convention écrite. D’un fonctionnement simple, établi à partir de contacts directs et d’ententes réciproques à l’amiable, cette coopération se caractérise donc tout d’abord par son caractère informel. Sur le plan général, on peut en effet remarquer que, s’il est facile, dans le cadre d’une coopération entre deux universités intéressant plusieurs disciplines, de formaliser les échanges et de signer une convention, il est pratiquement impossible et en tout cas illusoire de formaliser des actions de coopétation portant sur des thèmes de recherche précis ayant un caractère évolutif constant et pluri-universitaire. C’est cependant à notre sens, ce dernier type de coopération qui, s’appuyant sur un engagement d’individus et non d’identités administratives, est de loin le plus efficace et surtout le mieux adapté à la coopération avec les pays en voie de développement. Il permet en particulier de faire « coller » les actions aux besoins réels et immédiats du pays concerné, d’engager ou d’arrêter les actions en fonction des nécessités, évitant les « serpents de mer » bien connus de la coopération scientifique et technique.

11Cette grande liberté dans les échanges peut cependant conduire à une dispersion des actions et entraîner un « saupoudrage » des moyens humains et matériels mis en œuvre, provoquant à terme une périclitation progressive de la coopération, ainsi qu’on a pu l’observer dans de nombreux exemples. Elle doit donc être soumise à un certain nombre de règles simples qui conditionnent son succès.

Evolution dans la continuité

12En l’absence de toute convention, il a été indispensable d’assurer la préparation réfléchie de ces actions, leur coordination, et d’en maintenir la continuité. Préparation, coordination et continuité sont des aspects fondamentaux de la coopération entre Grenoble et le Brésil, et ceci, il faut le souligner, grâce à l’action constante et bénévole d’un certain nombre de chercheurs brésiliens et français particulièrement motivés.

13Côté grenoblois, cette coordination a été assurée principalement par MM. Dautreppe, Kuhn, Servoz-Gavin et Soutif. Ils ont été très aidés dans cette tâche par l’ambiance particulière à Grenoble, où les interactions entre les scientifiques sont très fortes, quels que soient leurs spécialités ou leur organismes de rattachement, et par l’excellent travail fourni sur place par les coopérants français.

14Côté brésilien, les principaux organisateurs ont été J. Danon, Rogerio Cerqueira Leite, R.R. Pieroni, M. Shenberg, G. Sussmann, J. Vargas, sans oublier les personnels du ministère des Affaires étrangères et de l’ambassade de France. Il faut bien entendu insister sur le rôle très important qu’ont joué sur place à Grenoble les coopérants brésiliens, toujours désireux de renforcer et d’étendre cette coopération.

15Le rôle de ces animateurs est principalement de :

  • définir les postes à pourvoir, de part et d’autre, et de trouver les candidats les mieux adaptés. Cette préparation des échanges est essentielle et en conditionne le succès ;
  • trouver les sources de financement des bourses ou frais de mission avec les divers organismes concernés ;
  • assurer l’accueil des coopérants. La présence continue de coopérants en place facilite grandement cette tâche que ces derniers assurent en général eux-mêmes. Un Brésilien arrivant à Grenoble trouve toujours un ou plusieurs collègues pour l’accueillir et réciproquement au Brésil ;
  • encadrer ces coopérants pendant leur séjour, aussi bien sur le plan de leurs études ou de leurs travaux de recherche que pour les aider à résoudre leurs problèmes de la vie courante ;
  • déterminer le matériel indispensable à envoyer au Brésil et en trouver le financement et le mode de transport ;
  • planifier la poursuite des actions en cours ou le démarrage de nouvelles actions.

16Comme on le voit, la coopération à son début a été essentiellement soutenue par la France : missions d’enseignement, bourses à des étudiants brésiliens et surtout envoi de volontaires du service national (VSNA), docteurs de troisième cycle, provenant des laboratoires grenoblois participants et tout naturellement au courant du travail qui les attendait bien avant leur départ. Mais la part du Brésil a rapidement augmenté en même temps que le niveau scientifique des laboratoires, en particulier à partir de l’accord entre le Conselho nacional de desenvolvimento científico e tecnológico et le Centre national de la recherche scientifique (CNPq-CNRS) de 1975.

17En même temps que diminuait la participation des VSNA en raison du vieillissement des partenaires français, les travaux de recherche s’orientaient de plus en plus vers des coopérations tout à fait équilibrées avec des chercheurs effectuant une partie de leur travail dans chacun des deux pays sur des thèmes communs à deux laboratoires. La quantité d’universitaires brésiliens formés à Grenoble, l’excellent équipement actuel des grands laboratoires du Brésil rendent possible une répartition des tâches égalitaires entre partenaires qui se connaissent, s’estiment et travaillent dans un exceptionnel climat de confiance et d’amitié.

La coopération en dehors de la physique et des sciences de l’ingénieur

18La création en 1975 du GRESAL à l’Université des sciences sociales de Grenoble par Guy Martinière a eu comme objet de rassembler les activités de recherche sur le développement latino-américain et, au premier chef, brésilien. De nombreuses études sur les problèmes de la croissance, de l’économie de l’énergie, des relations économiques avec la Communauté économique européenne (CEE), des politiques monétaristes ont donné lieu à des publications, des débats et des colloques bilatéraux grâce en particulier à l’aide des Parisiens de la Maison des sciences de l’homme. Le travail de Guy Martinière fut poursuivi après son départ par Hubert Drouvot, Pierre Judet, Raphael Tiberghien (un ex-physicien VSNA à São Paulo) et bien d’autres.

19L’extension de l’accord CAPES-COFECUB aux universités centrales du Brésil en 1980 et son renouvellement en 1985 a conduit les Grenoblois à participer à des programmes intégrés portant sur l’informatique, la biologie et la médecine. La communauté scientifique grenobloise s’efforce de coordonner cette pléiade multiforme en désignant un responsable unique, aussi bien pour les universités que les centres de recherches publics. Ce responsable est Pierre Servoz-Gavin, ingénieur au CENG.

Nouveaux thèmes de coopération

a) La formation des techniciens

20Comme beaucoup de pays jeunes, le Brésil après avoir résolu le problème de la formation des ingénieurs et universitaires, se trouve devant un manque considérable de techniciens supérieurs. Une aide d’urgence dans le domaine de l’électronique et l’automatisme a été apportée en accueillant à l’IUT de Grenoble I, de 1981 à 1985, un certain nombre de techniciens choisis par le CNPq et titulaires de bourses brésiliennes. Les résultats ont été très contrastés suivant l’origine et l’âge de l’étudiant.

21Le Brésil s’oriente maintenant vers la création d’IUT auprès de certaines universités ou de centres technologiques et l’IUT de Grenoble, avec son directeur Roger Buisson, est prêt à apporter sa contribution.

b) Les relations industrielles

22Les relations université-industrie font au Brésil depuis longtemps l’objet de développements bien structurés comme en témoigne par exemple la Société Funbec émanation de l’université de São Paulo. Mais le succès de la Zone industrielle de recherche scientifique et technique (ZIRST) de Meylan et ses liens avec les universités grenobloises a conduit les responsables d’une zone analogue dans une région en pleine expansion, le Paraná, autour de Curitiba, à venir récemment enquêter sur place. Cette expérience intéresse également São Carlos et Porto Alegre, et les connaissances acquises par la communauté grenobloise en ce domaine pourront être largement utilisées par ses correspondants brésiliens.

Auteur

(Responsable des relations internationales de l’Université Joseph-Fourier - Grenoble I)

© Éditions de l’IHEAL, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540