Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

France-Brésil : vingt ans de coopération

 | 
Luiz Claudio Cardoso
, 
Guy Martinière

I. Institutions et organismes français

Le Comité français d’évaluation de la coopération universitaire avec le Brésil (COFECUB)

Michel Royer

Texte intégral

1La coopération inter-universitaire franco-brésilienne s’insère dans la longue tradition d’une étroite relation culturelle entre les deux pays. L’interpénétration des travaux intellectuels des universitaires brésiliens et français a participé à l’évolution des conceptions culturelles modernes.

2L’influence intellectuelle française a été très grande au Brésil dans le passé. De grands professeurs y ont enseigné. De nombreux universitaires brésiliens sont venus en France poursuivre leur formation et leur recherche. Mais, depuis la dernière guerre mondiale, des modifications profondes sont intervenues. Il faut spécialement noter l’essor considérable des sciences économiques, expérimentales et technologiques. Progressivement, de nouvelles références ont été prises en considération. Elles sont venues se superposer aux aspirations d’une large partie du monde cultivé brésilien, attachée à la pensée, aux méthodologies, à la langue françaises.

3Les gouvernements des deux pays, conscients de cette situation, ont souhaité, il y a vingt ans, qu’en s’appuyant sur la tradition des relations culturelles, les échanges dans les divers domaines des humanités se poursuivent et s’amplifient par une large coopération scientifique et technique.

4Dans cette perspective, les collaborations entre universités ont été confortées. La progression notable des travaux conjugués ont conduit à la signature d’un accord cadre de coopération inter-universitaire le 5 octobre 1978, accord actualisé en 1985 par un arrangement complémentaire.

5L’accord CAPES-COFECUB a concrétisé la mise en œuvre de cette volonté commune de collaboration. Il se réalise sous la responsabilité de la Coordenação de aperfeiçoamento de pessoal de nível superior (CAPES) du ministère brésilien de l’Education et du Comité français d’évaluation de la coopération universitaire avec le Brésil (COFECUB) dépendant des ministères français des Affaires étrangères et de l’Education nationale.

***

I. — Dix ans de l’accord CAPES-COFECUB

Promouvoir dans le cadre de projets, les échanges entre les universités françaises et brésiliennes dans la perspective du développement culturel, économique et social.

6La base du fonctionnement de l’accord repose sur l’élaboration des projets de collaboration pour cinq ans, dans une thématique bien définie, entre des universités brésiliennes et des grandes écoles ou universités françaises. Ce sont bien les établissements qui s’engagent réciproquement à réaliser un travail commun. Au-delà des hommes qui, pratiquement, mettent en œuvre l’accord, les institutions sont impliquées, par convention.

7L’initiative de la coopération relevait en 1978 de la CAPES. Depuis 1983, le COFECUB propose également des avant-projets présentés par des établissements français. Ces propositions sont, après expertises, examinées par les conseils de la CAPES et du COFECUB. Elles doivent être intégrées aux politiques de développement scientifique des établissements. S’il y a convergence des avis des instances des deux pays, des appels d’offre sont lancés afin de rechercher les meilleurs partenaires possibles. Les conseils sont soucieux de confier les projets à des équipes de qualité, particulièrement motivées par les relations franco-brésiliennes. Après ces choix, les conventions entrent dans le cadre de l’accord.

8Les propositions sont nombreuses. Ainsi, en 1987, la CAPES a reçu soixante-trois avant-projets et le COFECUB, onze. Cependant, seulement dix nouveaux projets ont été définitivement retenus. Ainsi, depuis 1978, nous constatons la mise en œuvre de quatre-vingt-onze projets. En 1988, quarante-neuf sont en activité.

9La variété des établissements est grande. C’est ainsi que vingt-quatre universités brésiliennes et quarante-cinq établissements français sont responsables de projets. Le réseau relationnel est encore plus vaste : plusieurs universités ou écoles sont fréquemment concernées par un accord.

10La diversité des disciplines est certaine. En effet, les projets se répartissent en lettres et sciences humaines : quatorze ; sciences économiques : douze ; médecine-pharmacie-chimie : vingt ; biologie-agronomie-médecine vétérinaire : seize ; mathématiques-informatique-physique-électronique : dix-neuf.

Privilégier l’action avec les universités du Nordeste

11L’aide au développement du Nordeste du Brésil, à l’origine des objectifs de l’accord, était prioritaire. Ainsi, au cours des années passées, trente-six projets, dont huit depuis 1985, ont été mis en œuvre avec huit universités fédérales des Etats concernés : Alagoas, Bahia, Ceará, Maranhão, Pará, Paraíba, Pernambuco, Rio Grande do Norte, Sergipe.

12Nous constatons donc une réalisation effective de la tâche qui avait été fixée. Cependant près des deux tiers des conventions soutenues sont celles d’universités d’autres régions du Brésil. En effet, quinze ont été celles des établissements de l’Etat de Rio, quinze également de l’Etat de São Paulo et dix-sept des Etats du Sud.

13Très tôt, une forte demande s’est manifestée de la part des universités hors du Nordeste. Au coup par coup, des projets de ces établissements ont été retenus. En 1985, la CAPES a explicitement précisé que son critère essentiel devenait celui de la qualité, quelle que soit l’origine du projet. Etait-ce l’abandon du Nordeste ? Il n’en est rien puisque, depuis lors, des propositions, en nombre significatif, émanant de cette région ont été retenues. Cela montre que, dans divers domaines, des universités nordestines sont désormais de très bon niveau, comparable à d’autres du reste du pays. Elles accèdent aux relations scientifiques internationales sur pied d’égalité. Le travail réalisé en commun depuis dix ans a sa part dans cette évolution ttès positive.

14La position affirmée de la CAPES, depuis 1985, résulte d’une volonté de faire considérer désormais le Brésil à la hauteur de son poids économique, celui du huitième puissance mondiale. Nos relations ont évolué. Nous sommes passés de l’assistanat pour le développement au partenariat scientifique. Ce sont donc bien des collaborations entre équipes universitaires françaises et brésiliennes de qualité que l’accord CAPES-COFECUB reconnaît.

Assurer la formation et le perfectionnement d’étudiants, d’enseignants et de chercheurs dans les secteurs définis par les thèmes de recherche conjointe

15Le Brésil a voulu que ses universitaires soient reconnus à l’intérieur du pays comme à l’extérieur par leur niveau scientifique. Il s’appuie sur le mestrado qui, outre une formation apportant de nombreuses connaissances disciplinaires, permet aux étudiants d’acquérir une initiation à la recherche, base de qualité pour le développement ultérieur des travaux scientifiques. Une volonté délibérée l’a conduit à faire préparer un doctorat à une majorité de ses universitaires pour que, dans l’avenir, tous les enseignants des formations supérieures soient à ce niveau.

16L’accord a été un instrument privilégié de cette volonté. C’est ainsi que cent trente-huit professeurs brésiliens sont venus en France préparer leur doctorat. Près du double ont fait des stages d’étude ou de travail dans des laboratoires français. Plus de deux cents universitaires français sont allés au Brésil pour participer aux recherches communes, à des séminaires, donner des cours et conférences.

17Tout projet retenu dans le cadre de l’accord doit impérativement prévoir la formation par le doctorat dans son plan pluriannuel.

Enseignants-chercheurs brésiliens et français développeront des recherches scientifiques conjointes

18La définition d’un projet interuniversitaire est essentiellement l’élaboration d’un thème commun de recherche, thème strictement défini qui sera abordé par les deux équipes pendant cinq ans. C’est ainsi la réalisation d’un groupe thématique international qui est conçu et qui travaillera en osmose pendant cette période.

19La diversité des sujets abordés est certaine : de la philosophie à la sociologie, de l’économie à la gestion, des mathématiques aux applications biologiques.

20Citons par exemple : la sociologie et la philosophie politique (université fédérale du Rio Grande do Sul — UFRGS — et Ecole des hautes études en sciences sociales — EHESS —) ; la météorologie (universités fédérales de Maceió, de Rio et celle de Clermont-Ferrand) ; la géologie côtière (Florianópolis et Bordeaux I) ; la chimie thérapeutique (Recife, Grenoble I, Montpellier I) ; la pathologie tropicale (Fortaleza et Paris XII) ; le contrôle de production de médicaments (Belo Horizonte et Paris XI) ; la médecine vétérinaire (Curitiba et l’Ecole nationale vétérinaire d’Alfort) ; l’agronomie (Paraíba et l’Ecole nationale supérieure appliquée de Rennes) ; les mathématiques (Sao Paulo et Paris VII) ; l’électronique (Rio, Curitiba, Campo Grande, Campinas, Florianópolis et Toulouse) ; l’informatique (Porto Alegre et Grenoble), etc.

21La structuration des projets, les évaluations régulières des travaux tant du côté brésilien que français, l’étroite collaboration entre les responsables des deux pays, sont gages de la réussite.

II. — Perspectives

La qualité dans des réseaux thématiques internationaux

22L’expérience de cette collaboration institutionnelle depuis dix ans permet de mettre en évidence la qualité des universitaires brésiliens. Ce travail qu’ils réalisent avec et dans les laboratoires français est reconnu. Il est le garant de la poursuite d’une coopération de haut niveau. Les échanges individuels sont dépassés ; les relations institutionnelles sont établies. La poursuite de l’œuvre entreprise doit désormais se faire entre réseaux thématiques nationaux. Sur les sujets de recherche définis, ce sont les différentes équipes spécialisées des deux pays qui doivent travailler de manière concertée afin de progresser à nouveau.

23Cette nécessité est d’autant plus impérieuse que le Brésil souhaite doubler le nombre de ses boursiers à l’étranger et, simultanément, diversifier ses liens avec les partenaires internationaux.

24Ceci ne pourra se réaliser sans le souci de trouver un équilibre entre des sujets de recherche fondamentale qui permettront aux deux partenaires de posséder en commun un potentiel scientifique élevé et des projets d’applications technologiques aux résultats plus immédiats.

Les applications

25Incontestablement, ces dernières années, nous avons pu travailler en commun sur des sujets appliqués : de la météorologie au traitement des minerais, de l’utilisation des microprocesseurs à celle de l’énetgie solaire, de la chimie pharmaceutique à l’agro-industrie. Nous devons poursuivre cet effort en évitant cependant de nous limiter à la quête éphémète de techniques nouvelles mais en les insérant dans une recherche fondamentale de longue haleine.

26Mais la richesse des résultats obtenus nous conduit à travailler désormais avec deux autres types de partenaires : les industriels et les collectivités locales.

27De nombreux résultats technologiques sont utilisables pour les économies des deux pays. Déjà, des industriels brésiliens ou français s’intéressent aux acquis de la recherche commune. Des séminaires sur tel ou tel thème ont eu lieu associant industriels et universitaires. Il est maintenant impératif d’organiser ces relations afin de poursuivre les travaux scientifiques et de respecter au mieux les intérêts des différents partenaires concernés.

28Tant au Brésil qu’en France, comme d’ailleurs dans divers autres pays, des technopoles se mettent en place, assurant un lien étroit entre universités et entreprises. Les années qui viennent vont voir l’essor de telles initiatives. Ce sera l’occasion d’associer plus encore qu’aujourd’hui les collectivités locales concernées. Dès maintenant, des Etats brésiliens, des régions françaises, des villes sont intéressés par les résultats du travail effectué dans certains projets. Le développement de centres technologiques nouveaux devrait permettre de mieux associer les différents partenaires.

Conclusion

29La coopération inter-universitaire entre le Brésil et la France a donc été très fructueuse. Par l’accord CAPES-COFECUB, les échanges individuels sont intégrés aux relations institutionnelles entre les établissements. De liens privilégiés entre les établissements du Nordeste du Brésil et ceux de France, nous avons vu s’établir des relations internationales où la qualité est devenue le facteur déterminant. La définition de thèmes communs permet de poursuivre la formation des hommes par la recherche. Le potentiel intellectuel scientifique en se développant contient des possibilités d’utilisations économiques et industrielles.

30C’est désormais dans une politique de partenariat que se poursuit l’œuvre entreprise, certes avec les universitaires, les établissements des deux pays, mais aussi, dans l’avenir, avec les industriels et les collectivités locales. Cette perspective est d’autant plus captivante qu’elle concerne le développement économique du Brésil et de la France et, au-delà, le progrès de l’ensemble de deux peuples.

Auteur

(Président du COFECUB)

© Éditions de l’IHEAL, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540