Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

France-Brésil : vingt ans de coopération

 | 
Luiz Claudio Cardoso
, 
Guy Martinière

I. Institutions et organismes français

Le Centre national de la recherche scientifique (CNRS)

Jean-Claude Lehmann

Texte intégral

1Exemple frappant d’une société dynamique en mutation permanente et d’une culture assortie de croisements enrichissants, le Brésil exerce sur la communauté scientifique française une attirance particulière. Principal partenaire de la France en Amérique latine, le CNRS lui consacre une attention sans faille. Le premier accord bilatéral entre organismes signé par celui-ci a été la Convention d’échanges avec le Conselho nacional de desenvolvimento científico e tecnológico (CNPq), en vigeur depuis 1975, à la base d’échanges scientifiques particulièrement fructueux.

2Notre coopération scientifique avec le Brésil répond à plusieurs objectifs. En premier lieu, une importante activité de formation et de transfert des connaissances a créé des liens solides et durables entre les deux communautés scientifiques. De plus, le Brésil attire naturellement des chercheurs français travaillant dans des disciplines qui trouvent, en Amérique latine, des conditions très particulières sinon exceptionnelles pour leurs travaux. La situation du Brésil dans l’hémisphère austral rend celui-ci intéressant pour les astronomes. Les phénomènes tectoniques observés sur place intéressent les géologues et les géophysiciens ; les maladies spécifiques de la partie tropicale du continent intéressent les biologistes. Les problèmes sociologiques de tous ordres que pose une dynamique sociale particulièrement vivante, répondant à des échelles de temps bien plus courtes qu’en Europe, fascinent les spécialistes des sciences humaines. Finalement, ces trente dernières années ont témoigné d’un développement exceptionnel des sciences au Brésil, qui atteignent aujourd’hui dans plusieurs secteurs des niveaux d’excellence remarquables. Ceci a favorisé un mode de coopération scientifique basé sur la réalisation de projets communs, constituant actuellement une part importante de la coopération scientifique entre les deux communautés.

3Pour ce qui est de la formation par la recherche, les thèmes privilégiés ont été et sont encore l’informatique, l’électronique et l’automatique en sciences physiques pour l’ingénieur, la catalyse en chimie, la physique des solides et de la matière condensée et la géologie. A titre d’exemple, rappelons que le Laboratoire d’automatique et d’analyse des systèmes (LAAS) de Toulouse a accueilE plus de 250 stagiaires brésiliens, ce qui traduit la vitalité des échanges dans le secteur des sciences physiques pour l’ingénieur.

4Plusieurs exemples de projets communs qui illustrent l’ampleur et la vigueur de nos échanges scientifiques méritent d’être commentés. Dans le secteur de la chimie, la coopération a pris un grand essor lors de l’implantation au Brésil du Programme national d’appui à la chimie (PRONAQ), piloté par le CNPq et la Financiadora de estudos e projetos (FINEP). Dans ce dernier, les opérations « Chimie du solide » et « catalyse » ont été accompagnées par le département de chimie du CNRS, ce qui a conduit à la mise en place d’un programme d’appui renforcé en catalyse hétérogène et homogène. En 1982, une première étape de formation et des échanges de moyenne durée ainsi que des développements de projets communs ont été lancés. Les moyens mis en œuvre ont été importants : la période 1982-1985 a bénéficié par exemple de treize missions de chercheurs français au Brésil comportant soixante-deux semaines de séjour sur place. Ces chercheurs ont participé à tous les types d’activités : conférences, participations à des congrès, cours spécialisés, travail de paillasse, montage d’équipements, le tout en étroite collaboration avec les dix-neuf groupes brésiliens participant au programme PRONAQ-Catalyse. Pendant la même période, la France a accueilli sept chercheurs brésiliens confirmés (soixante-douze semaines de séjour en France) et huit étudiants (670 semaines de séjour). La rentabilité scientifique de ces échanges peut être estimée par les publications communes : une dizaine de publications de haut niveau dans la période concernée. Le très fort couplage de ce projet à un secteur industriel en plein essor au Brésil ainsi que le passage fréquent des participants brésiliens dans le secteur productif sont autant d’éléments dont on peut se réjouir, qui montrent que les retombées de cette coopération, très performante, dépassent largement le cadre strictement académique.

5Dans le secteur des mathématiques et physique de base, on peut évoquer la coopération sur la théorie des probabilités et l’étude des problèmes de contrôle optimal, ainsi qu’une interaction grandissante en physique du solide et de la matière condensée. Mais, le fleuron de ce secteur est sans doute une action qui se déroule depuis plusieurs années avec une efficacité exemplaire en optique quantique et physique des lasers. Ce projet implique des équipes du Collège de France, de l’Ecole normale supérieure et de l’Ecole polytechnique en France, et un nombre considérable d’universités et centres de recherche au Brésil. Le foisonnement des publications communes de haut niveau, ainsi que les échanges soutenus et vigoureux dans un domaine de physique fondamentale fortement couplé aux applications technologiques illustrent la réussite de cette action.

6La coopération en astronomie avec le Brésil est très développée. Née au début des années soixante sous l’impulsion du professeur Jean Delhaye, elle est aujourd’hui particulièrement performante. La nature et la qualité des échanges scientifiques franco-brésiliens en astronomie est éclairée par le témoignage personnel de Jean Delhaye dans ce volume.

7Le domaine de l’énergie connaît également quelques actions de coopération scientifique bien structurée, mises en place par l’Institut d’économie et de politique de l’énergie de Grenoble avec le concours du CNRS. Citons l’installation à Recife d’un prototype de dix mètres du projet Périclès (système solaire à concentration de production de vapeur pour des pays intertropicaux) piloté en France par le Programme interdisciplinaire de recherches sur les sources de l’énergie et les matières premières (PIRSEM) ; ou bien les études sur le silicium amorphe — qui portent sur la filière bi-amorphe — menées par le Laboratoire d’études des propriétés électroniques des solides de Grenoble et l’université de Campinas.

8En sciences de la vie, le point fort de la coopération CNRS-CNPq se place dans le domaine de l’immunobiologie. Cette opération se développe depuis 1982 à un niveau international. Par ailleurs, les chercheurs CNRS participent à un certain nombre de projets en étroite collaboration avec d’autres organismes tels que l’Institut Pasteur ou l’Institut Curie, parmi lesquels on peut signaler le projet sur l’immuno-pathologie, qui accompagne un programme interdisciplinaire brésilien sur les maladies parasitaires. Dans le cadre de cette action, la réunion annuelle sur la maladie de Chagas à Caxambú attire de nombreux chercheurs français.

9Les sciences de l’homme et de la société ont connu récemment un essor remarquable en Amérique latine. La production scientifique des chercheurs latino-américains en sciences sociales est aujourd’hui très importante et, dans certains domaines, elle se situe à la pointe des connaissances. Ce développement accéléré des sciences sociales est très probablement une réponse à la dynamique accélérée des sociétés latino-américaines. L’histoire récente du continent appelle à des révisions profondes des notions traditionnelles des sciences sociales du développement, telles qu’elles ont été enseignées et ptatiquées. D’autre part, les difficultés actuelles des économies occidentales, en particulier le difficile problème de la maîtrise sociale du progrès technique, font qu’elles ne peuvent plus se poser en « modèle » absolu. Dans cet état d’esprit, la communauté française ne peut que bénéficier d’une étroite association à l’effort d’analyse critique et de révision profonde qui se développe aujourd’hui au Brésil et dans l’ensemble de l’Amérique latine.

10Un contexte politique très favorable provoqué par un début d’intégration latino-américaine accompagné d’une volonté très marquée de coopération à l’intérieur de l’Amérique latine ouvre la porte aujourd’hui à la mise en route de quelques actions de coopération à l’échelle du continent. En s’appuyant sur ses partenaires les plus importants dans le cône sud — Brésil et Argentine — le CNRS encourage la réalisation de projets qui englobent d’autres pays d’Amérique latine. Les sciences physiques se prêtent bien à cette expérience du fait de l’existence d’un organisme représentatif de l’ensemble de la physique latino-américaine — le Centre latino-américain de physique (CLAF) — dont le siège est à Rio de Janeiro. La nouvelle vigueur récente du CLAF et l’intérêt sans faille des communautés brésilienne et argentine ont facilité la réalisation d’un colloque franco-latino-américain de physique à Buenos Aires en 1986. Un autre colloque de cette série portant sur la science et la technologie des matériaux est prévu au Brésil en 1989, avec la participation des autres pays latins de la Communauté européenne.

11Ainsi, des liens de plus en plus étroits se sont tissés depuis plusieurs années entre les communautés scientifiques française et brésilienne. Faites d’intérêts communs, mais surtout d’estime, d’amitié et de relations personnelles profondes et suivies, ces collaborations scientifiques contribuent d’ores et déjà à un véritable rapprochement entre nos deux pays.

Auteur

(Directeur scientifique)

© Éditions de l’IHEAL, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable