Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

France-Brésil : vingt ans de coopération

 | 
Luiz Claudio Cardoso
, 
Guy Martinière

I. Institutions et organismes français

Le Centre national d’études des télécommunications (CNET)

Jacky Bitoun

Texte intégral

1Les relations scientifiques et techniques que le Centre national d’études des télécommunications (CNET) a établies avec le Brésil pendant ces vingt dernières années ont été principalement développées au cours de la période qui s’étend de 1975 à 1984. Ce sont les accords de coopération signés au niveau ministériel qui ont incité les chercheurs du CNET à entretenir des relations suivies avec leurs collègues brésiliens. A partir de 1984, les relations se sont réduites à cause de difficultés économiques qui ont entraîné une diminution voire une suppression des bourses d’études ou frais de déplacements accordés aux chercheurs brésiliens dans notre domaine. Peut-on envisager aujourd’hui une relance de notre coopération ?

Les bases de la coopération CNET/Brésil

2En raison de son importance géographique et humaine ainsi que de son formidable potentiel économique, le Brésil a toujours fait figure de proue pour le monde sud-américain. Malgré un sous-développement économique partiel et certainement provisoire, cet immense pays s’est néanmoins doté d’un réservoir de chercheurs, d’ingénieurs et de techniciens formés en grande partie à l’école nord-américaine et, dans une moindre mesure, européenne. Cet investissement intellectuel est un atout considérable pour le développement économique du pays.

3Préparer l’avenir grâce à l’acquisition d’un maximum de savoir et surtout de savoir-faire, propulser en avant la technique brésilienne au point de la substituer à celle des grands pays industriels dans toute l’Amérique du Sud et élever la recherche appliquée à un niveau excellent, tels ont été les objectifs que le Brésil s’est fixé en s’appuyant sur le développement d’une coopération avec les pays à forte technologie.

4En procédant à des échanges d’ingénieurs et de stagiaires, en facilitant l’accès à la documentation scientifique ou en favorisant la mise en route d’études en commun avec de grands laboratoires ou centres techniques d’audience internationale, le Brésil a su hisser sa propre technologie à un stade comparable à celui des grands laboratoires et centres de recherche. C’est dire combien l’établissement officiel d’une coopération avec les pays industriels d’Europe, d’Amérique ou même d’Asie constituait une condition sine qua non à un développement compétitif de la technique brésilienne. Les responsables de Brasilia, conscients de cette nécessité, ont donc su proposer, lors de leurs négociations commerciales et industrielles, l’ouverture de l’immense marché brésilien en contrepartie d’une collaboration dans le domaine de la recherche fondamentale et surtout appliquée.

5Dans le cas de la France, en ce qui concerne le domaine des télécommunications, il était judicieux de la part des représentants de l’Empresa de telecomunicações brasileiras (TELEBRAS) d’inclure l’assistance du CNET à l’intérieur d’un accord venant en appui de négociations portant sur la vente d’équipements français importants. En juin 1975, un accord de principe sur la recherche fut signé par M. Julier, directeur du CNET, et par M. Castelo Branco Campaio, chef de cabinet du ministre des communications agissant comme représentant la TELEBRAS. Cet accord amorçait, au sens large du terme, une coopération technique sans qu’aient été mentionnés de manière précise les thèmes qui seraient abordés. Quelques études furent menées en commun avec des laboratoires spécialisés brésiliens tels le Centro de pesquisa e desenvolvimento (CPqD) de Campinas, placé sous la tutelle de la TELEBRAS, le Centro de telecomunicações de la Universidade católica (CETUC) de Rio de Janeiro, ou les grandes universités du pays. C’est ainsi que, de 1975 à 1979, le CNET a participé à l’étude du réseau de transmission interurbain et à la planification des réseaux locaux brésiliens. Des ingénieurs du CNET ont organisé plusieurs séminaires à São Paulo sur ces sujets qui ont été très bien assimilés par les techniciens brésiliens devenus depuis grands spécialistes pour toute l’Amérique latine. De plus, la propagation, l’étude des antennes et la transmission par paquets ont constitué, toujours pour la période considérée, les matières ayant donné lieu à des travaux en commun avec le CNET.

6En 1981, alors même que des pourparlers commerciaux et industriels étaient en cours, l’accord de 1975 trouva son prolongement dans l’arrangement complémentaire signé le 9 mars par les représentants ministériels du Brésil et de la France. Figurait notamment à l’article VI de cet arrangement, la création d’un groupe de travail qui devait avoir autre pour mission de « déterminer annuellement les domaines où s’exercerait la coopération » ; de « superviser l’exécution des études menées en commun pour la mise au point et l’adaptation de techniques nouvelles aux besoins du Brésil » ; d’encourager le développement de la coopération industrielle ; de promouvoir des échanges de personnel ; de diffuser de la documentation scientifique et technique dans les centres homologues.

7La création de ce groupe de travail présentait un double intérêt : il devait permettre d’une part de faire connaître les besoins techniques de la TELEBRAS et d’autre part de définir les types d’études susceptibles d’aboutir à des recherches communes.

8Le groupe de travail, dont l’accord de mars 1981 avait stipulé qu’il se réunirait « annuellement tantôt en France, tantôt au Brésil », ne tint en fait qu’une seule réunion à Brasilia les 15 et 16 février 1982. Les travaux dont le compte rendu final fut rédigé en anglais ( !) ont porté sur la nature des stages demandés par la partie brésilienne. Les domaines techniques visés étaient : la commutation numérique, le contrôle technique, les matériels et composants, les supports techniques à la recherche, les communications par satellites, les ressources humaines et les problèmes de tarification. Onze stagiaires brésiliens viendraient en France ; mais un désaccord non surmonté concerna l’envoi d’experts français : la partie brésilienne ne souhaitait pas accueillir des ingénieurs ou chercheurs du CNET pour moins de vingt-deux jours.

9Le groupe de travail ne s’est plus réuni depuis 1982. Le Brésil, frappé par une crise économique sévère, affirmait ne plus pouvoir envoyer de délégations en Europe pour des réunions de deux ou trois jours ; les espérances françaises de vendre du matériel de télécommunications n’ayant pas été satisfaites, un rafraîchissement des relations officielles limita l’échange de personnel entre le Brésil et la France, dans le domaine des télécommunications. Il faut, en effet, rappeler que le Brésil après d’intenses pourparlers avait fini par préférer acquérir le système de satellites de télécommunications américano-canadien plutôt que le système français estimé plus cher.

10Ainsi, une coopération, amorcée sous des auspices favorables, tournait court.

Des perspectives nouvelles

11S’il est vrai que les leçons du passé permettent de mieux comprendre le présent et d’éviter les erreurs du futur, peut-être conviendrait-il de formuler quelques propositions en vue d’orienter au mieux la coopération technique.

12La première réalité qu’il faut garder présente à l’esprit concerne l’évolution des négociations et du règlement de la dette extérieure. Dans ces conditions, est-il possible de compter vendre du matériel de télécommunications en raison du manque de devises fortes dont souffrent le Brésil, mais aussi l’Argentine, le Mexique ? Il faut espérer voir la fin d’une telle situation ; s’il est permis d’escompter un redressement à moyen terme, ne convient-il pas dans cette hypothèse de réaliser des sortes d’investissements intellectuels qui seront fructueux à long terme ?

13Bien maîtrisées, les télécommunications constituent un moyen certain de mettre en valeur l’économie d’un pays tel que le Brésil. En l’occurence, la transmission par faisceaux hertziens, les techniques numériques, les communications par satellites, la radiodiffusion, l’étude des antennes et la propagation en milieu tropical, tous domaines utiles au développement du Brésil, sont aussi des domaines familiers aux ingénieurs du CNET. Ne pourrait-on, par exemple, les inciter, à la suite d’une participation à un colloque ou un symposium international se déroulant outre-Atlantique, à faire un détour par Campinas ou Rio de Janeiro pour donner quelques conférences spécialisées ?

14Une autre mesure destinée à établir une coopération fructueuse consisterait à rechercher, pour des stagiaires de bon niveau, des bourses d’organismes internationaux tels que l’Union internationale des télécommunications (UIT) ou dans le cadre du Programe des Nations-Unies pout le développement (PNUD). Ceux-ci viendraient s’intégrer dans des équipes du CNET pendant des périodes supérieures à six mois sur des sujets de pointe. Les domaines concernés par cette mesure seraient alors les centraux numériques, la téléphonie rurale, la commutation par paquets, les fibres optiques, les circuits intégrés et surtout l’informatique avec son corollaire, la télématique.

15Il faudrait aussi faire en sorte d’intéresser les industriels à participer au développement de structures de communications modernes du Brésil. Les industries françaises, qui associeraient dès maintenant des entrepreneurs et ingénieurs brésiliens directement impliqués dans des programmes de coopération, n’auraient-elles pas une chance meilleure de se développer en Amérique du Sud en imaginant de nouvelles formes d’association avec leur partenaires locaux alors qu’elles se sont trop souvent contentées d’espérer l’hypothétique perspective de vente de leurs équipements ?

16S’il fallait résumer en quelques lignes les étapes de la coopération franco-brésilienne, on pourrait dire que cette dernière repose avant tout sur les qualités humaines des chercheurs et des ingénieurs qui en ont été les artisans. Les relations spontanées ne sont pas fixées ou comptabilisées par promulgation d’un quelconque décret. Mais la conjoncture économique a freiné considérablement les rapports entre les deux pays. Toutefois, pour peu que les conditions économiques et financières viennent à changer, ou que l’on s’emploie à les faire changer, aussitôt les autorités administratives seront sollicitées par des volontaires pour relancer une coopération qui, au cours de ces dernières années, semble, hélas, avoir trop marqué le pas.

17Les enjeux de la coopération franco-brésilienne sont suffisamment importants pour que l’on ne puisse raisonnablement envisager une reprise des relations dans ce domaine des télécommunications dont on mesure bien la dimension technologique et industrielle.

Auteur

(Chargé de la coopération scientifique et technique du CNET)

© Éditions de l’IHEAL, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540