Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

France-Brésil : vingt ans de coopération

 | 
Luiz Claudio Cardoso
, 
Guy Martinière

I. Institutions et organismes français

Le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM)

Texte intégral

1Etablissement public à caractère industriel et commercial, le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) a pour objet de promouvoir la recherche et l’exploitation des ressources du sous-sol, à l’exclusion des hydrocarbures. Il est, en outre, chargé des attributions initialement dévolues au Service de la carte géologique de la France. D’une façon générale, le BRGM a pour tâche d’exécuter des travaux de recherches géologiques ou minières, conformément au décret du 23 octobre 1959.

2La coopération scientifique en ce domaine de la France avec le Brésil est très ancienne et les expériences de coopération nombreuses. Le cas de la contribution française à la création de l’Ecole des mines d’Ouro Preto, fondée en 1876 par Henri Gorceix, sur le modèle de fonctionnement des Ecoles des mines de Paris et Saint-Etienne constitue un exemple, parmi d’autres, de l’importance de la coopération scientifique en matière de découvertes des richesses géologiques du Brésil. Dans les années 1960, le BRGM avait été conduit à mettre en œuvre une politique de coopération qu’un bureau de représentation, installé sur place, s’efforçait de coordonner. Depuis quelques années, un nouvel effort est accompli en matière de recherche. Grâce à la mise en place en France de moyens communs avec le CNRS et la création, notamment, d’un groupement d’intérêt scientifique (GIS) à Orléans, le BRGM s’attache à participer à une expérience qui a déjà donné de premiers résultats.

3Une coopération scientifique entre l’université de Brasília (UNB) et le Groupement d’intérêt scientifique (GIS), regroupant des moyens du Bureau de recherches géologique et minières (BRGM) et du Centre national de la recherche scientifique (CNRS) à Orléans, a débuté en 1984, à la suite d’une prise de contacts entre O. Marini, professeur à l’UNB, L. Le Bel et Z. Johan, directeur du GIS. Le thème de la recherche, entreprise conjointement, a porté sur l’étude des éléments en traces, en particulier des terres rares, pour caractériser les phénomènes de magmatogénèse et discriminer les granitoïdes à potentialité métallogénique en étain et tungstène. Le terrain de jeu choisi est les granites des subprovinces Rio Paraná et Rio Tocantins dans l’Etat de Goiás au nord du district fédéral de Brasilia ainsi que les rhyolites situées à l’est de Bahia. Un échantillonnage des principaux massifs granitiques de la région retenue (cf. carte) a été effectuée en avril 1984 par O. Marini (UNB) et L. Le Bel (GIS), complété en décembre de la même année par N. Bothelho (UNB) et Ph. Rossi (GIS). Le financement de l’opération assuré conjointement par la partie brésilienne (déplacements au Brésil et échantillonnage), le transport France-Brésil et l’analytique étant pris en charge par la partie française dans le cadre d’une aide du ministère de l’Industrie et de la Recherche portant sur un contrat d’étude : « Test d’un nouvel outil de prospection stratégique des granitoïdes à Sn-W et éléments connexes ».

4Une partie des analyses chimiques a été réalisée au Centre d’études et de recherches pétographiques du CNRS à Nancy, une autre partie, en particulier les terres rares (T.R.), ainsi que Sn et W ont été analysés au Laboratoire Pierre-Süe du Centre d’études nucléaires de Saclay par activation neutronique, par A. Cocherie (GIS), et G. Meyer. Pour le dosage de l’étain, une méthodologie spécifique de l’analyse instrumentale par activation neutronique a été utilisée dite « analyse en spectrométrie de coïncidence ». Les résultats des investigations menées sur ce thème sont en cours de publication.

5Les principaux résultats sont les suivants :

  1. l’examen de la distribution des éléments en trace (dont les T.R., fig. 1) dans les différents massifs granitiques et rhyolitiques montre que l’ensemble de ces roches présente un enrichissement peu commun en T.R. légères pour les granitoïdes non alcalins avec un fort fractionnement La/Yb et une anomalie négative en Eu très prononcée. Le comportement semblable des T.R. dans l’ensemble des cibles analysées suggère que les différentes intrusions proviennent d’une source du même type, aussi bien pour les granitoïdes que pour les rhyolites de la région de Bahia ;
  2. les modalités d’évolution du comportement des spectres de T.R. en fonction de la teneur en Sn-W de la roche ont été étudiées à partir des matériaux du site de Pedra Branca. Au fur et à mesure de l’évolution géométrique des spectres liée à la différenciation magmatique, on a constaté un abaissement des teneurs en T.R. légères, une augmentation des teneurs en T.R. lourdes et un creusement de l’anomalie négative en Eu. Les teneurs en Sn-W montrent une tendance très nette à augmenter ;
  3. cette spécificité des spectres de T.R. apparaît comme une caractéristique nécessaire d’une potentialité métallogénique (exception faite des skarns), l’autre condition nécessaire, permettant de réduire le champ d’investigations, étant l’existence, à un certain stade d’évolution du bain silicaté, de teneurs en éléments métalliques.

6Ainsi, ces caractères particuliers du comportement des traces dans les granitoïdes minéralisés, mis en évidence sur des complexes varisques européens, ont été retrouvés sur des cibles précambriennes à partir d’exemples brésiliens. La validité de l’outil « éléments en traces » pour la discrimination des granitoïdes métallogéniquement fertiles en Sn-W, s’appuyant sur l’étude d’un exemple de complexes granitoïdes d’âge et de genèse variés, peut prétendre à un large domaine d’investigations pour la plus grande partie des granitoïdes crustaux.

Figure 1 : Localisation des massifs granitiques étudiés.

Figure 1 : Localisation des massifs granitiques étudiés.

Figure 2 : Spectres de terres rares des différents massifs étudiés.

Figure 2 : Spectres de terres rares des différents massifs étudiés.

P.B. : Pedra Branca
S.D : Serra Dourada
S.d : Serra da Mesa
S.d.Md : Serra do Mendes
S.d.Mo : Serra Mocambo
S.B. : Serra Branca

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Localisation des massifs granitiques étudiés.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1725/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Titre Figure 2 : Spectres de terres rares des différents massifs étudiés.
Légende P.B. : Pedra BrancaS.D : Serra DouradaS.d : Serra da MesaS.d.Md : Serra do MendesS.d.Mo : Serra MocamboS.B. : Serra Branca
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1725/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 150k

© Éditions de l’IHEAL, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540