Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

France-Brésil : vingt ans de coopération

 | 
Luiz Claudio Cardoso
, 
Guy Martinière

Deuxième partie. Témoignages de personnalités françaises et brésiliennes classement par ordre alphabétique

Une rencontre de préhistoriens

Denis Vialou

Texte intégral

  • * Sous-directeur au Museum national d’histoire naturelle, coordonnateur du programme de recherche fr (...)

1Note portant sur l’auteur*

La naissance d’une recherche préhistorique franco-brésilienne

2Dès sa création, voici cinquante ans, le Musée de l’Homme exerça une profonde attraction sur les ethnologues, anthropologues, préhistoriens du monde entier dans leur quête de l’homme, de ses pensées et cultures d’aujourd’hui menacé et d’hier encore largement inconnu ; on y venait, on en partait. Paulo Duarte, jeune humaniste brésilien, fut de ceux-là ; avec Paul Rivet, il créa au musée un centre d’études brésiliennes suscitant un intérêt nouveau pour l’immense pays sud-américain à la recherche de ses origines et à la découverte scientifique de ses Indiens terriblement malmenés en quatre siècles de conquête. Au Brésil, Paulo Duarte lança les recherches préhistoriques en fondant dans les années cinquante l’Insituto de pre-historia, rattaché en 1963 à la puissante université de São Paulo avec qui, depuis une douzaine d’années, nous coopérons étroitement pour notre programme franco-brésilien de fouilles et relevés rupestres dans le bassin du Paraná et au Mato Grosso ; c’est dans cette région sud-amazonienne encore extraordinairement neuve du point de vue des recherches préhistoriques que Claude Lévi-Strauss, un des illustres sous-directeurs du Musée de l’Homme, développa ses célèbres travaux ethnographiques, renouvelant de sa pensée originale l’anthropologie moderne.

3André Leroi-Gourhan, qui fut aussi et, à la même époque, un éminent sous-directeur du Musée de l’Homme, n’alla jamais au Brésil ; pourtant sa pensée rayonnante et ses méthodes de fouilles révolutionnaires s’y propagèrent intensément. Voici comment : deux de ses nombreux élèves et disciples, José Emperaire et son épouse Annette Laming-Emperaire furent les premiers Français à pratiquer au Brésil des fouilles dès les années cinquante notamment dans les fameux amas coquilliers du littoral méridional connus sous leur dénomination indienne, sambaquis. Ces sortes de dunes, atteignant parfois une trentaine de mètres de hauteur et jusqu’à plus de cent mètres de longueur, résultent d’occupations préhistoriques plusieurs fois millénaires ayant accumulé des coquilles de mollusques, par centaines de milliers, mélangées aux ossements de poissons, de mammifères et oiseaux également consommés par ces chasseurs-pêcheurs-collecteurs ; les sambaquis recèlent aussi fréquemment des sépultures dont les fouilles fournirent de précieuses informations sur les hommes fossiles et leurs rites funéraires depuis plus de huit mille ans.

4Découvert en 1836 par le Danois P. W. Lund, l’homme de Lagoa Santa fut probablement un des premiers fossiles préhistoriques exhumés au monde ; les fouilles qu’entreprit dans les années soixante-dix Annette Laming-Emperaire dans cette région d’affleurements calcaires du Minais Gerais lui permirent de dégager et dater d’autres vestiges humains (12 000 ans avant le présent) et de lancer, avec une équipe franco-brésilienne, un vaste programme de relevés dans les abris à peintures de la région, parmi les plus grandioses qui soient en Amérique du Sud.

Des liens scientifiques privilégiés

5Luciana Pallestrini, premier professeur titulaire de préhistoire au Brésil (université de São Paulo) avait présenté en Sorbonne (1970), sous la direction d’A. Leroi-Gourhan, une thèse de doctorat consacrée à ses recherches novatrices dans l’Etat de São Paulo ; ce fut elle qui introduisit et adapta au Brésil la méthode de fouilles mise au point par A. Leroi-Gourhan dans le campement magdalénien de Pincevent non loin de Paris : le décapage de grandes surfaces conduisant à l’identification de sols préhistoriques, c’est-à-dire à une conception palethnologique des hommes, de leurs habitats et de leurs activités.

6Fidèle participante du séminaire annuel sur les « structures d’habitat » qu’animait A. Leroi-Gourhan au Collège de France, L. Pallestrini créa des liens scientifiques et méthodologiques très étroits entre son pays et le nôtre, et en fit bénéficier sa principale collaboratrice et élève, Agueda Vilhena de Moraes dont la thèse, traitant de la techno-typologie d’industries lithiques préhistoriques de São Paulo, inaugurait, en 1980, sur des bases méthodologiques modernes et complètement nouvelles cette recherche au Brésil. C’est au Collège de France que nous nous rencontrâmes et que commença ainsi, sous le patronage souriant d’André Leroi-Gourhan, plus qu’une coopération franco-brésilienne.

Recherches en cours

7Nos recherches au Brésil se développent dans des régions éloignées entre elles et des circonstances scientifiques très différentes : dans la région du Paranapanema, grand affluent du Paraná traversant d’est en ouest l’Etat de São Paulo, nous fouillons (avec notre équipe de chercheurs et, chaque année, une quinzaine d’étudiants-stagiaires brésiliens) un site de plein air « pré-céramique », Brito. Là, nous avons pu décaper successivement plusieurs sols préhistoriques sur 400 à 500 m2 et jusqu’à un peu plus d’un mètre de profondeur dans des colluvions fines et les alluvions laissées par la petite rivière qui s’écoule modestement de nos jours au pied des campements préhistoriques. Les datations obtenues permettent de définir une longue séquence chronologique commençant 2 000 ans avant le présent et remontant jusqu’à 8 000 ans, c’est-à-dire la plus ancienne occupation connue à ce jour dans cette région soigneusement étudiée, prospectée et fouillée durant une vingtaine d’années par L. Pallestrini et son équipe du Museu Paulista. Les sols préhistoriques de Brito n’ont souffert aucune perturbation secondaire tant la sédimentation y fut calme et progressive ; nous retrouvons en place les éclats et outils en arenito silificado (sorte de grès fortement cimenté), silex et quartz ; le sol préhistorique plusieurs fois daté (à Gif-sur-Yvette, au Cl4 sur charbons) avec une remarquable précision entre 5020 et 5080 ± 60 ans B.P., dégagé par micro-décapages sur 300 m2, montrait encore une série de petits amas d’éclats ou de fragments de roche, constitués par les préhistoriques, offrant de nombreux remontages, tels des puzzles ; plusieurs foyers contenant parfois des morceaux de bois brûlés de bonnes dimensions et alentour des éclats de silex fortement chauffés indiquaient l’importance de cet habitat et de son organisation spatiale que la non-conservation des ossements, due à l’acidité pédologique, empêche de mieux comprendre.

8Lorsque, en 1983, nous avons entrepris nos recherches dans le sud du Mato Grosso, à quelques 1 500 km de Brito, aucune fouille ni recherche préhistorique n’avait jamais été faite : la problématique scientifique était tout à fait l’inverse de celle que nous avions à Brito dans la région préhistorique du Paranapanema : tout au plus, quelques sites à gravures ou peintures avaient-ils été signalés laconiquement ; cependant d’autres sites, une quarantaine, venaient d’être repérés et répertoriés par un jeune explorateur français, Jean Périé, passionné par ces paysages fantastiques au cœur même de l’Amérique du Sud ; il participa à notre mission de 1984 et présenta sous ma direction ses recherches dans un diplôme de l’Ecole pratique des hautes études, en 1984, avant de retourner à ses horizons lointains d’explorateur solitaire.

9Deux grands chantiers de fouilles et quelques journées de prospection systématique dans les formations gréseuses ruiniformes proches du Rio Vermelho, à l’ouest de Rondonópolis d’une part et dans la splendide Serra das Araras au nord-ouest de la capitale mato-grossense Cuiabá de l’autre, amenèrent la découverte d’une trentaine d’abris à peintures et l’établissement de deux séquences chrono-stratigraphiques, les premières à caractériser dans le temps (datations Cl4 sur charbons), les occupations et peuplements préhistoriques évidemment centripètes dans cette région centrale du plateau continental, déprimé et fracturé : des couches contenant des industries lithiques et en abondance de la céramique à Ferraz Egreja (Rondonópolis) remontant à 1 700 ± 50 ans B.P., puis des occupations purement lithiques (« pré-céramiques ») de 4610 ± 60 ans avant le présent pour la plus ancienne fouillée. Des centaines de signes géométriques, principalement peints en rouge sont disposés en panneaux sur les parois gréseuses corrodées et desquamées du « morro » (formation cylindrique) juste au-dessus de l’habitat ; un pied humain et la silhouette évocatrice d’un oiseau sont les seules peintures figuratives de l’abri Ferraz Egreja alors même qu’à l’horizon l’extraordinaire « cité de pierre », tel un manhattan naturel, recèle en ses « rues » étroites et profondes, envahies d’une épaisse végétation sauvage, de nombreux abris à peinture animales et humaines en plus des dessins géométriques.

10La parfaite entente des membres français et brésiliens de notre équipe, jeunes chercheurs et doctorants, leur volonté de réussir à tout prix une recherche novatrice à l’écart des zones préhistoriques connues, ont rendu possible et efficace la prospection dans la cité où nul autre ne pénètre plus, pas même les chasseurs de guépards prétextant la sauvegarde de leurs troupeaux de milliers de zébus répandus sur les plateaux voisins. Il est vrai que la progression y est difficile quand les arbres à longues épines croisées et les herbes coupantes s’intensifient et que les bivouacs en hamacs sont agités des mille bruits de nuits obscures. Et pourtant les abris peints y sont nombreux pour attester les venues humaines, pas encore datées mais anciennes et probablement préhistoriques selon les premières observations.

11L’abri calcaire de Santa Elina dans la Serra das Araras offre sur plus de quatre-vingt mètres de longueur de paroi environ sept cents peintures d’animaux, des tapirs, cerfs, singes, félins, d’humains nus mais parfois parés de coiffes, boucles d’oreilles ou bracelets, et de signes géométriques élémentaires comme les points, les traits parallèles ou complexes comme de grandes figures réticulées. Les animaux et humains de teinte violacée, les plus anciens, sont haut placés, grands (jusqu’à plus d’un mètre) spectaculaires ; les autres et les signes sont rouges, oranges, jaunes, bruns ou noirs et parfois très petits (moins de dix centimètres). L’analyse rigoureuse de la distribution spatiale des représentations a mis en évidence des groupements de certains thèmes figuratifs, par exemple, des files composées d’un ou deux cerfs mâles avec plusieurs biches, de thèmes abstraits, tels des ensembles de signes ponctués ou de « flèches ». Les premiers résultats des fouilles faites au centre de l’abri sont aussi remarquables, certains exceptionnels : en effet, les sédiments extrêmement fins et secs probablement depuis très longtemps ont conservé de nombreux restes végétaux : fruits, feuilles, charbons et pièces en bois, en particulier des bases de poteaux plantés dans le sol par les occupants de l’abri il y a 2350 ± 60 ans B.P. (datation Cl4) pour leurs installations domestiques ; ces poteaux ne furent pas retirés mais brûlés par leurs successeurs dans le site qui, eux, laissèrent outre leurs outils et éclats de calcaire fortement métamorphisé, quelques minces tessons de céramique et des foyers cerclés de pierre. Dans les niveaux antérieurs aux poteaux, les industries lithiques peu denses étaient accompagnées de vestiges osseux d’animaux consommés sur place et de quelques minuscules perles en coquillage. Cependant, l’occupation incontestablement la plus originale est la plus profonde, jusqu’à présent rencontrée ; des charbons fort bien conservés la font dater de 6040 ± 70 ans B.P. avant nous : des blocs calcaires, plus ou moins parallélépipédiques et aplatis, portant une, deux ou trois faces tamponnées de rouge, furent soigneusement disposés en une sorte d’empierrement dégagé sur à peine 4 m2 ; la poursuite des fouilles permettra sans doute de mieux définir cet agencement et la signification des taches rouges.

Quelques considérations méthodologiques

12L’absolue nouveauté de nos recherches dans le Mato Grosso nous inclina à leur donner d’entrée une dimension pluridisciplinaire en élargissant l’objectif archéologique à une étude du quaternaire régional. Si la modeste et jeune université fédérale de Cuiabá ne sut manifester son intérêt de participer aux recherches de terrain comme nous le proposions, l’université de São Paulo, au contraire, non seulement soutint de sa puissance scientifique le projet mais encore permit d’en développer directement plusieurs branches en particulier dans ses instituts de préhistoire et de géo-sciences, tant pour l’étude du matériel archéologique que pour celle du milieu naturel, des dépôts et de leur évolution. Cependant, c’est paradoxalement à Paris, grâce à l’immense richesse des collections du Muséeum national d’histoire naturelle, que commencèrent les recherches de paléo-botanique et de paléontologie : palynologie à partir de l’herbier historique et actuel, anatomie et ostéologie comparées avec les innombrables spécimens de faune quaternaire. Ainsi, l’accord de coopération scientifique liant notre laboratoire de préhistoire à celui de l’universié de São Paulo se manifeste au plus haut niveau de la recherche, laissant à chaque partenaire son entière autonomie méthodologique. Ce point est d’importance dans la mesure où la préhistoire brésilienne est fort différente de la préhistoire française du double point de vue des milieux naturels et des données archéologiques ; il est impossible de lui appliquer nos classifications typologiques et culturelles, par exemple la division paléolithique-néolithique, comme cela fut souvent tenté autrefois. Les convergences technologiques pour des outils en pierre ou os de même que les similitudes de certaines formes graphiques, figuratives et abstraites, sont illusoires ; au Brésil, comme sur l’ensemble du continent américain dont rien ne montre à ce jour qu’il fut conquis avant l’expansion d’homo sapiens dans le monde, la préhistoire offre un ensemble de cultures originales d’autant plus diversifiées qu’immenses et variés étaient les territoires à dominer.

Notes de fin

* Sous-directeur au Museum national d’histoire naturelle, coordonnateur du programme de recherche franco-brésilien « L’homme préhistorique et ses paléo-milieux dans le bassin du Paraná et au Mato-Grosso ».

Auteur

© Éditions de l’IHEAL, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540