Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

France-Brésil : vingt ans de coopération

 | 
Luiz Claudio Cardoso
, 
Guy Martinière

Deuxième partie. Témoignages de personnalités françaises et brésiliennes classement par ordre alphabétique

Coopération scientifique et technique France-Brésil concernant des personnes et institutions de l’Etat du Minas Gerais

José Israel Vargas

Texte intégral

  • * Président du Conseil exécutif de l’Organisation des Nations-Unies pour l’éducation, la science et (...)

1Note portant sur l’auteur*

2La coopération scientifique et technique France-Brésil, concernant des personnes et institutions de l’Etat du Minas Gerais, a commencé en 1962, à l’occasion d’une visite aux laboratoires du Commissariat de l’énergie atomique (CEA) que j’ai entreprise sur l’invitation de Jean Debiesse, directeur de Saclay, qui, lui-même, venait de réaliser une mission au Brésil.

3Les discussions à Paris et à Grenoble ont permis le lancement de plusieurs activités qui intéressaient l’Institut de recherches sur la radioactivité (IPR), appartenant à cette époque à l’Université du Minas Gerais.

4Le laboratoire venait d’installer un petit réacteur nucléaire, TRIGA, et un certain nombre de travaux ont débuté sur la neutronique, le génie nucléaire, la chimie nucléaire, la géologie des gisements de minerais nucléaires, etc.

5La majorité du petit groupe d’une trentaine de jeunes chercheurs de Belo Horizonte avait été formée aux Etats-Unis et en Angleterre. Grâce à la « Mission Debiesse », les premiers cours ont été organisés au Brésil sur les applications industrielles des radio-éléments et radio-protection par MM. Hours et Soudain, ingénieurs à Saclay. Le CEA, par l’intermédiaire de Grenoble, a apporté à l’Université plusieurs instruments de recherche, particulièrement un générateur de neutrons de 14 MeV et un montage sous-critique à uranium naturel, qui ont joué un rôle important dans l’enseignement du génie atomique suivi en ce moment par une vingtaine d’ingénieurs.

6La visite du professeur M. Soutif, de l’Université de Grenoble et du Laboratoire de résonances magnétiques du Centre d’études nucléaires de Grenoble (CENG), a conduit à plusieurs autres activités de coopération, notamment avec le Laboratoire de Daniel Dautreppe, qui venait d’établir aussi un programme assez étendu avec l’Université de São Paulo, origine du programme GRESIL.

7Jusqu’aux années soixante-dix, quelques dizaines de jeunes ingénieurs et chercheurs du Minas sont allés en France. A Grenoble, les travaux et les études des chercheurs et étudiants du Minas se sont orientés vers l’utilisation de la résonance magnétique nucléaire, les applications industrielles des radio-éléments, et la chimie analytique. A Saclay, la formation était orientée surtout vers la neutronique et le génie nucléaire.

8A partir de 1966, nous avons élargi la coopération avec Grenoble, surtout dans le domaine de la chimie nucléaire et de la physique des solides, dans les laboratoires des professeurs André Moussa et Daniel Dautreppe. La coopération étroite entre ces deux laboratoires a offert l’opportunité de créer un groupe d’environ une douzaine de personnes, tourné vers l’utilisation des interactions hyperfines pour l’élucidation de l’état chimique des atomes ayant subi des réactions nucléaires par capture neutronique. Ces études ont été réalisées principalement par l’utilisation de la technique de corrélation angulaire perturbée, et aussi par l’observation de la période de désintégration de noyaux par capture électronique, et moins fréquemment par effet Mossbauer.

9La disponibilité de faisceaux de neutrons froids à l’ILL (Institut Laue-Langevin) et d’un séparateur d’ions dans le laboratoire du professeur Bouchez, jointe à l’ambiance scientifique dynamique du CENG, ont permis la réalisation et la publication de nombreux travaux assez intéressants.

10Sur le plan de la formation, les activités ont permis à douze étudiants de soutenir un doctorat. En même temps, une coopération étroite s’est développée entre les groupes de Strasbourg (professeur J.-P. Adloff), Lyon (I. Berices), l’Institut du radium et Saclay (professeur M. Haissinsky et Myriam Milman).

11L’accueil chaleureux qui nous a été réservé à Grenoble, les liens amicaux qui se sont établis entre les jeunes chercheurs français et brésiliens, les intérêts scientifiques communs ont créé les conditions propices à l’approfondissement de liens de coopération qui se sont renforcés et qui continuent à ce jour. Il est juste de se rappeler que le succès de la coopération entre le Minas Gerais et Grenoble est dû en grande partie à l’intérêt personnel de Pierre Balligand, ancien directeur-adjoint du CENG, et de Daniel Dautreppe dont la chaleureuse amitié pour mon pays m’a toujours profondément touché. Leur mémoire reste pour toujours infiniment chère à tous les Brésiliens qui ont eu le privilège de collaborer avec eux. Le succès de la coopération Minas Gerais-Grenoble résulte aussi, des engagements de tous, Brésiliens et Français, dans le développement de liens intellectuels entre nos deux pays.

12Les nombreux Brésiliens qui ont séjourné à Grenoble, restent certainement très sensibles à l’accueil qu’ils ont reçu de leurs maîtres ou collègues français, dont je me hasarde à citer quelques noms : Louis Néel, alors directeur du CENG, André Moussa, Michel Soutif, François Rossillon, père Jean Bertier, Pierre Servoz-Gavin, André Baudry, Gérard Kuhn, J. Crançon, J. Blachot, auxquels se joignent ceux de Mmes Pierrette Auric et Annie Tissier, de Pierre Boyer, Jean-Paul Mathieu, Gilles Duplâtre, Alain Chappe, J.-P. Jeandey.

13Tous ont enrichi l’expérience scientifique et humaine d’une bonne cinquantaine de chercheurs brésiliens qui ont séjourné à Grenoble (la liste des noms se trouve en annexe, page suivante).

14C’est en leur nom que je voudrais faire part de notre amicale reconnaissance et de tous nos remerciements.

  • Tableau reconstitué d’après Gérard Kuhn et Pierre Servoz-Gavin : « Grenoble - Brésil. Quinze année (...)

Quinze ans de coopération entre physiciens mineiros et grenoblois (1964-1979)

Quinze ans de coopération entre physiciens mineiros et grenoblois (1964-1979)†

Notes de fin

* Président du Conseil exécutif de l’Organisation des Nations-Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO), vice-président de l’Academia brasileira de ciências (Académie brésilienne des sciences).

Tableau reconstitué d’après Gérard Kuhn et Pierre Servoz-Gavin : « Grenoble - Brésil. Quinze année de coopération en sciences physiques et sciences de l’ingénieur », Grenoble, 1979.

Table des illustrations

Titre Quinze ans de coopération entre physiciens mineiros et grenoblois (1964-1979)
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1717/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 349k

© Éditions de l’IHEAL, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540