Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

France-Brésil : vingt ans de coopération

 | 
Luiz Claudio Cardoso
, 
Guy Martinière

Deuxième partie. Témoignages de personnalités françaises et brésiliennes classement par ordre alphabétique

La coopération française dans la géographie brésilienne

Orlando Valverde

Texte intégral

  • * Un des fondateurs du Conselho nacional de geografia (Conseil national de géographie) de l’Institut (...)

1Note portant sur l’auteur*

Les précurseurs

2L’influence française dans la connaissance de la géographie du Brésil s’est fait sentir dès la veille de l’indépendance du Brésil, c’est-à-dire depuis la fin de la seconde décennie du xixe siècle.

3Certes, la géographie n’était pas encore alors élevée au rang de science, du moins dans les pays de culture latine.

4Ainsi, un des précurseurs les plus influents de l’introduction de la culture française au Brésil, Auguste de Saint-Hilaire, pourrait être catalogué dans le groupe des naturalistes. Comme telle était la coutume parmi les chercheurs de cette époque, aux frontières du monde connu, le trésor laissé par Saint-Hilaire fut rédigé pratiquement dans sa totalité comme un journal : on trouve, entremêlés aux observations aiguës de botanique, d’agriculture, de géologie, d’économie et de sciences sociales, de curieux épisodes et, parfois, des péripéties hilarantes survenues à un voyageur, qui parcourait à dos d’âne, toujours à partir de Rio de Janeiro, la Province cisplatine (aujourd’hui Uruguay), le Goiás et Bahia.

5Toutefois, la vision de Saint-Hilaire était beaucoup plus vaste que celle d’un systé-maticien des sciences naturelles. Si elle avait été poursuivie et fait école au Brésil, nos connaissances actuelles sur la botanique, la phytogéographie et l’histoire sociale seraient bien plus vastes et appropriées.

6On ne peut pas dire la même chose du couple Coudreau, qui parcourut le réseau amazonien sur des embarcations à la fin du siècle dernier et au début du nôtre, pendant de longs voyages, mais ne laissèrent que des relations descriptives de leurs parcours.

7Au début de ce siècle, la recherche géographique en Amazonie bénéficia d’une contribution beaucoup plus significative avec Paul Le Cointe, dans les domaines de la botanique et de la phytogéographie. Son oeuvre principale de référence, Le Bas Amazone, a été complétée par un excellent dossier cartographique dont la réalisation fut effectuée à partir des meilleures données de cartographie régionale alors disponibles, notamment à partir de nombreux relevés qu’il a d’ailleurs exécutés lui-même.

8A la même époque, Pierre Denis appliqua au Brésil ce qu’il y avait de mieux dans la science géographique française. Chargé d’écrire le volume « Amérique du Sud » de la collection Géographie universelle dirigée par Vidal de La Blache, ses connaissances de la géographie générale et régionale du Brésil se révélèrent être si impressionnantes que la partie consacrée à notre pays a ensuite été rééditée en volume séparé. En effet, Le Brésil peut être considéré comme la meilleure synthèse sur la géographie brésilienne écrite jusqu’à aujourd’hui par un seul auteur.

9L’œuvre monumentale de Denis ne s’est cependant pas limitée à cet ouvrage. Il a publié, en 1909, la première édition d’un autre livre Le Brésil au xxe siècle dans lequel il analysait, avec beaucoup de profondeur, les aspects fondamentaux de la géographie humaine et sociale du Brésil. Pour la première fois, une étude de géographie agraire brésilienne évoquait les questions relatives aux conditions de travail en relation avec l’utilisation du sol.

Dans les universités et au Conselho nacional de geografia (Conseil national de géographie)

10Malgré la diffusion de la langue française dans les milieux cultivés brésiliens et du caractère obligatoire de son enseignement dans les cours moyens, jusqu’à la Seconde guerre mondiale, la géographie française n’a été connue dans ce pays que dans la deuxième décennie de ce siècle, lorsque le jeune professeur Carlos Delgado de Carvalho a commencé à enseigner au collège Pierre II et à l’Ecole normale, à Rio de Janeiro.

11Né à Paris, fils d’un exilé politique qui s’était opposé à la proclamation de la République au Brésil, en 1899, Delgado de Carvalho fit ses études en Suisse puis obtient un doctorat de sciences politiques en Belgique. Il prit alors connaissance de la nouvelle école française de géographie et fut l’élève d’un géomorphologue renommé, Albert de Lapparent.

12Au Brésil, la géographie traditionnelle était fondée sur la mémorisation des noms de lieux avec lesquels on « torturait » les jeunes élèves de l’enseignement secondaire, et son enseignement se poursuivit tel que jusque vers les années 1940. Une géographie nouvelle, plus utile et attrayante, descriptive et interprétative, prit toutefois peu à peu sa place, grâce au rôle joué par Delgado de Carvalho et ses disciples.

13Dans le domaine de la recherche, cependant, il ne lui fut pas possible de faire école pour la simple raison que la géographie ne faisait pas l’objet de cours de niveau universitaire jusqu’au milieu des années 1930.

14Le premier cours de ce type a été ouvert par l’Université de São Paulo (Université de l’Etat) en 1934, et par l’Universidade do Districto federal (Université du Disrict fédéral), université municipale de Rio de Janeiro, l’année suivante.

15Mais la culture ne s’apprend pas en une heure ou deux ; elle nécessite travail et accumulation par strates sédimentaires. Pour cette raison, une des études pionnières de géomorphologie climatique, entreprise par Emmanuel de Martonne (intitulée Morphologie du Brésil tropical atlantique), fondée sur des observations de terrain, pendant son court voyage dans le Sud-Est du pays, à la veille du déclenchement de la Deuxième guerre mondiale, n’a pas rencontré ici de répercussion immédiate.

16En compensation, les effets culturels de la visite du professeur de Martonne ont été d’une extrême importance pour l’organisation de la recherche officielle en géographie. Alors que l’ambassadeur José Carlos de Macedo Soares était ministre des Relations extérieures, le Conselho nacional de geografia (CNG) (Conseil national de géographie) était solennellement inauguré, à l’Itamaraty, en tant qu’institution dépendante de l’Instituto nacional de estatística (Institut national de statistiques), qui devait s’appeler dès lors Instituto brasileiro de geografia e estatística (Institut brésilien de géographie et statistique). Le ministre Macedo Soares lui-même fut nommé par le gouvernement, président de l’IBGE.

17Grâce à cette nouvelle entité, le Brésil put devenir membre de l’Union géographique internationale et le professeur de Martonne, qui en était alors le président, fut témoin de cette cérémonie et signataire de l’acte d’affiliation.

18L’enseignement universitaire de géographie humaine au Brésil a été fondé par deux grandes figures françaises de géographie : les professeurs Pierre Deffontaines et Pierre Monbeig.

19La personnalité inquiète et extrêmement sympathique de Deffontaines a fait de lui plus qu’un professeur, un extraordinaire instigateur de travaux géographiques. Sous son impulsion, Caio Prado Junior, Agenor Machado et un ou deux autres collègues, ont créé à São Paulo, en 1935, la très belle revue Geografia, qui ne connut que sept numéros.

20Deffontaines n’est resté qu’un an à l’Université de São Paulo, mais il y a laissé un esprit d’enthousiasme pour la géographie qui ne s’est jamais éteint. En 1934, précisément, Deffontaines a créé l’« Associação dos geógrafos brasileiros » (AGB) (Association des géographes brésiliens) sur le modèle de l’Association des géographes français. Ayant accepté un enseignement à Rio de Janeiro en 1935, il n’a eu de cesse de fonder, là aussi, un nouveau noyau de l’Association des géographes brésiliens qui, toutefois, n’a guère entretenu de contacts avec sa sœur pauliste.

21Le successeur de Deffontaines à l’Université de São Paulo fut un jeune géographe, Pierre Monbeig, qui resta sur place pendant neuf ans.

22Deffontaines et Monbeig ont écrit, chacun, près de deux dizaines d’articles sur la géographie du Brésil. Ils ont été publiés, pour la plupart, dans le quotidien O Estado de São Paulo et repris dans le Boletim geográfico, édité par le Conseil national de géographie.

23Parallèlement à ses tâches d’enseignement, Monbeig a développé les activités de l’AGB, stimulé les recherches de terrain et les études théoriques de ses disciples, et réalisé ses propres travaux dont le plus important fut, sans conteste, sa thèse de doctorat : Pionniers et planteurs de São Paulo (Paris, A. Colin, 1952), soutenue en Sorbonne, avec félicitations.

24Il faut noter qu’en raison des travaux de ces deux géographes français, la frange pionnière du Brésil la plus dynamique et la plus prospère, celle du plateau pauliste et du Nord Paraná, a pu connaître deux photos de son évolution : l’une, au début du xxe siècle, réalisée par P. Denis, l’autre, au milieu de ce siècle, œuvre de P. Monbeig. Cette dernière a retracé, avec d’autres de moindre importance, les facteurs de production et de commercialisation qui accentuèrent l’instabilité de ce qu’on appelle le front pionnier, toujours à la recherche des terres vierges mais fertiles.

25A la fin de son année d’enseignement, en 1938, à l’Université du District fédéral (UDF), le professeur Deffontaines regagna l’Europe. Il ne fut pas facile de le remplacer. En 1939, le professeur Philippe Arboz, de Clermont-Ferrand, assura un cours de géographie régionale dans cette université.

De la Deuxième guerre mondiale au XVIIIe congrès de l’UGI

26Les années difficiles de la Deuxième guerre mondiale ont porté beaucoup de préjudices aux relations franco-brésiliennes dans le domaine de la géographie.

27En 1941, cependant, venant du Japon, arriva à Rio de Janeiro, le professeur Francis Ruellan, qui fut ensuite recruté à la Faculdade nacional de filosofía (Faculté nationale de philosophie) de la dite Universidade do Brasil (Université du Brésil) pour assurer un cours de géomorphologie. (Ainsi, trouvait-on un cours supérieur de géographie, dans la capitale de la République, après l’extension de l’Université du District fédéral.) L’enthousiasme renouvelé pour les études de terrain que Ruellan réveilla auprès des étudiants et dans l’équipe du Conseil national de géographie, conduisit cet organisme à le solliciter à rester pour qu’il assure la coordination des travaux de séminaire.

  • Un des fondateurs du Conselho nacional de geografia (Conseil national de géographie) de l’Institut (...)

28En 1943, les statuts de l’Association des géographes brésiliens furent adoptés lors d’une assemblée générale, qui s’est tenue dans la ville pauliste de Lorena, avec, comme participants, d’un côté l’équipe pauliste conduite par le professeur Monbeig, de l’autre, l’équipe « carioca » sous la direction du professeur Ruellan. La réunion s’acheva sur des travaux de terrain dans la ville en question, située au milieu de la vallée du Paraíba et dans la Serra da Bocaina.

29Ruellan resta au Brésil de 1941 à 1952 ; il publia deux ou trois articles dans la Revista brasileira de geografia, qui était aussi liée au Conseil national de géographie (CNG). Ils traitèrent essentiellement de géomorphologie, de façon traditionnelle, ou de cartographie géomorphologique. Mais son travail le plus significatif fut réalisé en 1952, pour l’Instituto nacional de pesquisas da Amazonia (INPA) (Institut national de recherches en Amazonie) et fut peu diffusé au Brésil : il analysait le relief de l’actuel Territoire de Roraima selon les concepts modernes de géomorphologie climatique.

30L’interruption des relations France-Brésil, dans le domaine de la géographie, découlant du conflit mondial, fut plus accentuée à Rio qu’à São Paulo. Sur les fins des années 1940, le professeur Pierre Gourou, du Collège de France, vint faire des études sur l’Amazonie, à l’invitation du Conseil national de géographie. Il en tira pour cet organisme deux brillantes conférences qui furent éditées dans la Revista brasileira de geografia sous le titre : « Observações geográficas na Amazonia ». Cet article souleva bien des polémiques, mais il est indiscutable qu’il contenait de fines observations d’un géographe expérimenté.

31L’Université de São Paulo, peu après la guerre, renoua avec sa tradition d’afflux des géographes français. Furent accueillis, entre autres, les professeurs Roger Dion, Louis Papy, Guy Lasserre, André Journaux...

32Il y a quelques années encore, on rencontrait, donnant des cours de cartographie et dessinant des cartes le professeur André Libault.

33Un épisode exceptionnel des relations culturelles en matière de géographie fut l’opportunité offerte par le XVIIIe Congrès international de géographie, qui s’est tenu à Rio de Janeiro du 3 au 18 août 1956. Pour la première fois, l’Union géographique internationale (UGI) patronnait un colloque mondial sous les tropiques et dans l’hémisphère sud. La délégation française n’était pas la plus nombreuse, mais, fut sans conteste, une des plus brillantes. Elle débarqua presqu’au complet à Rio d’un avion spécialement affrêté et la majorité de ses membres ne se contenta pas de participer aux sessions et excursions officielles ; nombreux furent ceux qui restèrent au Brésil plus longtemps, assurant cours et conférences, ou même entreprirent des recherches de terrain, conjointement avec des collègues ou d’anciens disciples brésiliens.

34Maximilien Sorre, d’un âge déjà avancé à l’époque, était le chef de la délégation française au colloque. De grandes personnalités l’accompagnaient comme Pierre George, Jean Dresch, Jean Tricart, Pierre Birot, André Cailleux, Jacqueline Beaujeu-Garnier et d’autres géographes plus jeunes comme Michel Rochefort et Bernard Kay-ser. Evidemment, les vieux amis et constructeurs de la science géographique brésilienne ne laissèrent pas passer cette opportunité : Pierre Deffontaines et Pierre Monbeig vinrent au Brésil de nouveau.

35Sur le plan scientifique, ce contact bref mais fructueux donna matière à de nouvelles contributions qui rajeunirent et enrichirent beaucoup la géographie brésilienne comme la géographie générale. Il convient de citer quelques exemples.

36Le cours de géographie urbaine donné au Conseil national de géographie par Michel Rochefort provoqua un intérêt entièrement nouveau sur cette question fondamentale. Il introduisit dans notre pays les notions de géographie des services et, avec elle, les concepts de centre et réseaux urbains.

37Pierre George, dans un ensemble de conférences, montra les fondements de la géographie économique par rapport aux principes de l’économie politique. Il aborda, en outre, les importants aspects sociaux des études de géographie urbaine.

38Dresch et Tricart s’attachèrent à évoquer les nouveaux éclairages de notre géomorphologie climatique, en l’enrichissant de nombreux exemples brésiliens. P. Birot, grâce à des études de terrain, approfondit les connaissances sur les diaclases courbes, sur les affleurements rocheux, qui se présentent dans les climats tropicaux humides. Un phénomène bien connu, l’exfoliation, résulte des intempéries, désagrégeant les couches millimétriques des roches cristallines. Un autre phénomène, complètement différent, la desquamation, désagrège les pierres d’un mètre d’épaisseur ou plus et se trouve à l’origine des diaclases courbes. C’est un processus d’origine tectonique, qui se manifeste dans des roches formées en profondeur, sur la croûte solide, et qui produit un diaclasement par décompression lorsqu’il parvient en surface dénudée. Il est curieux de noter qu’entre les diaclases (par où entrent l’eau et les matières organiques, formant un nouveau front de décomposition et de désagrégation mécanique) et la surface, on rencontre la roche saine.

39A. Cailleux insista sur l’importance des mesures en géomorphologie. B. Kayser révéla un nouveau champ d’idées, de grand intérêt économique et social pour le Brésil : la géographie de l’emploi.

De 1956 à aujourd’hui

  • 1 Projet financé par le gouvernement fédéral pour entreprendre un relevé de télédétection par radar (...)

40Il est juste aussi d’ajouter que, depuis ce célèbre congrès de l’UGI, toujours présent dans les mémoires, le géographe qui a le plus contribué à entreprendre des travaux d’enseignement et de recherche parmi les plus intéressants, en établissant une relation pertinente avec le Brésil, fut Jean Tricart. Le Brésil lui doit la création du groupe dynamique de géographie de l’Université fédérale de Bahia, ainsi que les importants travaux de l’Université fédérale fluminense, à Niteroí, et une assistance technique pour le projet RADAM1 à Belém. A partir des images obtenues par radar, Tricart rédigea un article classique, « Tipos de leitos fluviais na Amazonia », publié dans la Revista brasileira de geografia.

41A part cette heureuse exception, force est de reconnaître qu’il y eut une discontinuité dans les relations culturelles entre la France et le Brésil, à partir de la Seconde guerre mondiale et surtout après le Congrès de l’UGI de 1956.

42Depuis cet événement, sont toutefois allés travailler au Brésil Jean Roche, qui réalisa une étude substantielle sur la colonisation allemande du Sud, ainsi que Raymond Pébayle, dont la thèse de doctorat, intitulée Eleveurs et agriculteurs du Rio Grande do Sul (Brésil), fut soutenue en Sorbonne en 1974. Lors de son séjour de neuf ans au Brésil, Pébayle entreprit l’étude de la géographie agraire du District fédéral, publiée sous forme d’article dans la Revista brasileira de geografia. Les sols pauvres de la région et la spéculation foncière dans le secteur de Brasilia ont donné naissance à une production horticole de petites ou moyennes métairies très aléatoire et peu étudiée.

***

43Malgré l’attribution par la France de bourses d’études et de stages de recherches à des étudiants géographes brésiliens, il est indéniable que les liens étroits, établis avant la Deuxième guerre mondiale, n’ont pas été maintenus jusqu’à aujourd’hui. Pourtant, cela serait plus facile actuellement car l’enseignement supérieur de géographie a déjà produit, au Brésil, des résultats.

44De son côté, la France devrait prendre conscience de son rôle historique. Il existe, dans le monde, deux principaux foyers de rayonnement culturel. L’un, plus ancien, millénaire, situé en Extrême-Orient, la Chine. Elle a civilisé tout l’Est et le Sud-Est asiatique, du Japon à la Malaisie. En Occident, ce rôle a incombé à la France, depuis la fin du Moyen-Age où, plus précisément, depuis la Guerre de Cent Ans. Il lui incomba de transmettre la quintessence de notre civilisation : l’art culinaire, les manières de la table, de la mode, le bonne éducation, la danse, non seulement aux barons anglais mis en déroute mais, plus tard, à tout le monde latin et à ses colonies. Elle a enseigné aussi l’art d’apprécier et de mettre en valeur les bons vins, les fromages et les parfums.

45Dans le domaine des sciences, la France a été la grande propagatrice de la culture européenne, même en ce qui concerne les branches du savoir acquises auprès des autres peuples européens, en premier lieu. Il en fut ainsi de la géographie : une science allemande à son origine, ayant Humboldt et Ritter comme fondateurs, a trouvé dans les maîtres français ses premiers professeurs en Amérique latine et au Brésil, en particulier.

46Rio de Janeiro, novembre 1987

Notes

1 Projet financé par le gouvernement fédéral pour entreprendre un relevé de télédétection par radar et cartographie thématique automatisée de la région amazonienne afin d’établir des cartes de ressources naturelles de la région. Par la suite, ce processus de relevés cartographiques fut étendu à l’ensemble du pays sous le nom de projet RADAMBRASIL.

Notes de fin

* Un des fondateurs du Conselho nacional de geografia (Conseil national de géographie) de l’Instituto brasileiro de geographia e estatística - IBGE (Institut brésilien de géographie et statistique), ex-professeur visitant aux Universités de Los Angeles (UCLA), Heidelberg et Bordeaux, et de la Pontifícia universidade católica - PUC (Université catholique pontificale) de Rio de Janeiro.

Un des fondateurs du Conselho nacional de geografia (Conseil national de géographie) de l’Instituto brasileiro de geographia e estatística - IBGE (Institut brésilien de géographie et statistique), ex-professeur visitant aux Universités de Los Angeles (UCLA), Heidelberg et Bordeaux, et de la Pontifícia universidade católica - PUC (Université catholique pontificale) de Rio de Janeiro.

© Éditions de l’IHEAL, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable