Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

France-Brésil : vingt ans de coopération

 | 
Luiz Claudio Cardoso
, 
Guy Martinière

Deuxième partie. Témoignages de personnalités françaises et brésiliennes classement par ordre alphabétique

Parcours à travers la science, sa philosophie, son histoire, d’Europe à la terre du Brésil (1965-1987)

Michel Paty

Texte intégral

  • * Equipe REHSEIS (Recherches épistémologiques et historiques sur les sciences exactes et les institu (...)

1Note portant sur l’auteur*

A Fernando et Susana Souza Barros, mes amis depuis vingt-deux ans

2Le « témoignage » qui m’est demandé porte sur un domaine dont le statut académique est encore incertain mais dont on ne saurait, je crois, surestimer l’importance. Certes, la philosophie des sciences, l’épistémologie et l’histoire des sciences définissent des champs de recherche et d’enseignement anciens et reconnus — quoique peu développés en regard de l’accroissement des sciences à proprement parler : la distance éclate aux yeux si l’on compare leur statut avant et après la deuxième guerre mondiale. Mais ce qui m’intéresse ici, ce ne sont pas tant ces disciplines considérées en elles-mêmes que le lien qu’elles peuvent entretenir, entre elles, certes (et la philosophie des sciences et l’histoire des sciences sont le plus souvent très dissociées), mais aussi et surtout avec les sciences, et singulièrement avec les sciences exactes (mathématiques, physique, chimie, biologie,…) telles qu’elles se pratiquent et se développent actuellement, et dont elles sont le plus souvent coupées. (Je ne néglige pas le lien aux autres sciences humaines, mais la rupture avec elles m’apparaît moins radicale, et, comme il faut limiter les problèmes et s’en tenir à ce que l’on vit, c’est le rapport aux premières qui me retient ici).

3Le domaine au statut incertain dont je veux parler, est donc celui qui comprend la relation des sciences dans leur mouvement actuel avec l’étude historique, épistémo-logique et philosophique sur elles. Qu’a-t-il à voir avec l’expérience d’une rencontre déjà ancienne et d’une relation continuée avec la terre, les choses et les gens du Brésil ? Transcendant la contingence et le caractère subjectif d’un parcours individuel, c’est, je crois tout le problème de l’appropriation des connaissances scientifiques, à un stade particulier de la place prise par la science dans la société, qui est en jeu ici. Le présent « témoignage » ne veut en être qu’une illustration particulière, non pas exemplaire, mais, parmi d’autres, significative (telle est bien l’unique valeur d’un témoignage).

4Mon premier contact direct avec le Brésil remonte à 1965. Cette année-là, je venais de soutenir une thèse de doctorat sur un sujet bien ésotérique, le neutrino, une particule élémentaire dont, soit dit en passant, l’on soupçonnait peu, à l’époque, qu’elle devait accéder plus tard à un rôle prépondérant dans nos conceptions en physique et en cosmologie. Esotérique aussi était le lieu où j’avais effectué mes recherches pendant trois ans : le Laboratoire européen de physique des particules (CERN), organisation européenne pour la recherche nucléaire, sorte d’usine moderniste à produire des connaissances fondamentales, sise à Genève, et fréquentée par des scientifiques du monde entier, surtout d’Europe, mais aussi des Etats-Unis, ainsi que, beaucoup plus rares, quelques chercheurs venus du tiers-monde. Parmi ces derniers, j’avais connu le physicien Roberto Salmeron, retourné dans son pays un an auparavant pour fonder et diriger les départements scientifiques de la toute nouvelle université de Brasilia. Il me fit appeler auprès de lui pour l’assister à l’institut de physique, comme coopérant dans le cadre du service national civil. Je passe sur les péripéties — la fermeture, quatre mois après mon arrivée, de l’université, son occupation par la police militaire, la démission collective des deux cents professeurs refusant de plier devant les oukases arbitraires de la dictature, mon envoi à Rio au Centre de recherches physiques (CBPF), mon intégration parmi les universitaires brésiliens rendue plus rapide par le partage de leurs tribulations — pour retenir ce que j’appris de plus essentiel.

5Ce fut, en premier lieu, un certain esprit qui était celui de cette université pionnière, de ses fondateurs et de ses membres, enseignants et étudiants, venus du pays tout entier, choisis parmi les meilleurs pour leurs qualités et leur motivation. L’histoire de cette entreprise — qui est peut-être celle d’une utopie — reste à écrire. Il s’agissait dans un élan à la fois enthousiaste et lucide — que symbolisent la nouvelle capitale et l’œuvre de son fondateur —, en s’affranchissant des traditions vétustes et des scléroses qui marquaient les structures universitaires sur tout le sous-continent, de créer une université pilote pour l’Amérique latine et le tiers-monde, capable, au lieu de seulement copier ce qui se faisait ailleurs, de prendre à bras-le-corps notamment les problèmes qui relient science et développement, dans la perspective d’une mise en valeur des ressources matérielles et humaines de ce pays.

6Ce fut, en second lieu, la conception de l’université comme un lieu de rencontre en vue de la création, par l’invention, de formes et de solutions originales. Certes, l’UNB (Universidade nacional de Brasília) n’avait pas aboli d’un coup les barrières entre disciplines, et du reste la spécialisation restait indispensable pour un travail sérieux ; du moins la rencontre de gens de spécialités très différentes était-elle favorisée, dans cette université de taille moyenne, conçue comme une fondation et aux structures ouvertes, où se cotoyaient et communiquaient entre elles la peinture et l’architecture, la physique et la biologie, la médecine, la littérature et la linguistique, la sociologie, l’ethnologie, le droit, la musique, le cinéma… Cette proximité, cette ouverture, facilitaient au moins la conscience de ce que la connaissance n’est pas unidimensionnée, et qu’elle vise, autant que la maîtrise technique — et par-delà elle — l’épanouissement de toutes les facultés humaines. Je trouvais là, pour ma part, après les cloisonnements de l’université française et l’hyperspécialisation d’une usine à recherche où prime la norme du résultat et le rythme de la concurrence (le CERN, dont j’avais, certes, vivement apprécié l’aspect international et le niveau des recherches de pointe), un grand appel d’oxygène.

7Enfin, je fus témoin d’une plus étroite interaction entre étudiants et enseignants, dans la pratique des cours comme dans la part qu’ils prenaient à l’organisation et à la vie même de leur université, associée à un vif souci de s’attaquer, grâce à l’arme de la connaissance qu’il leur revenait de forger d’une manière adéquate (en particulier par l’attention à des problèmes spécifiques), aux défis réels de l’inégalité sociale et du sous-développement. Symbolique était, à cet égard, le contraste entre ce creuset de connaissances et de prise de conscience qu’était l’UNB sur son campus et, à quelques kilomètres de là, cette autre ruche bourdonnante de vie qu’était la gare routière par où transitaient les milliers de migrants, pauvres et analphabètes, venus des régions les plus déshéritées du pays pour trouver un emploi et survivre.

***

8Nous ne sommes pas encore arrivés, dans cette évocation, à la philosophie et à l’histoire des sciences. La première faisait partie de mes préoccupations depuis longtemps, mais mon séjour à l’UNB et au Brésil en 1965-1966, ne m’avait pas particulièrement amené à les cultiver, sinon par des lectures et par cette ouverture de l’esprit plus générale et préparatoire, qui me rendit plus sensible à l’importance de développer une science qui ne soit pas aveugle sur son mouvement et ses effets. Du reste, l’éveil de ma génération aux problèmes sociaux et politiques a coïncidé avec la manifestation de l’esprit de Bandoung et s’est vu amplifié par la prise de conscience grave dont, chez nous, la guerre d’Algérie fut l’occasion.

9C’est à mon retour en France que, tout en poursuivant mes recherches en physique, je fus amené à approfondir ma formation philosophique et, par un cheminement naturel, à me pencher de plus en plus sur la philosophie des sciences, dans le souci de l’étude la plus précise de ces dernières, quant à la signification de leurs propositions, de leurs résultats, de leur évolution historique ; de sorte que je me trouvais sans cesse davantage impliqué dans cette réflexion critique qui me semblait une dimension indispensable de la compréhension et de l’appropriation de la discipline même que je pratiquais. Bien qu’elles me fussent dictées par une motivation qui m’était propre, cette pensée et cette implication se trouvaient converger avec des expériences analogues vécues par d’autres, en France même et dans divers pays (l’Italie notamment), après 1968, et qui ne firent par la suite que s’amplifier. Ici, le Brésil intervient à nouveau, puisque, travaillant à Strasbourg dans les années soixante-dix avec José Leite Lopes qui avait été contraint à l’exil, nous organisâmes, avec d’autres collègues, des activités de réflexion et d’échange sur les problèmes de « fondements des sciences », qui allaient de l’épistémologie jusqu’aux aspects sociaux et politiques. C’est ainsi que furent publiés, depuis 1973, une centaine de numéros des Cahiers Fundamenta Scientiae, auxquels fit suite, à partir de 1979, la revue internationale Fundamenta Scientiae, ainsi que d’autres publications, dont le livre Quantum Meca-nics a half century later, que j’organisais avec Leite Lopes.

***

10Sur cette convergence de préoccupations, de questionnements, de cheminements, on peut dire, je crois, que se faisait jour une sorte de commune conscience de l’époque, née des événements et des nécessités. Dans un contexte général qui sera peut-être perçu par les historiens futurs comme une mutation de la civilisation mondiale, ce que les contemporains et les acteurs que nous étions percevaient le plus immédiatement, c’était la place de plus en plus importante prise par les sciences et les techniques dans la société, ainsi qu’une modification des formes et des modalités du travail de recherche scientifique lui-même. Cette constatation, toutefois, enjoignait de ne pas se satisfaire d’idées généreuses mais vagues. Il s’agissait de se donner les moyens réels de poursuivre la réflexion et l’analyse, et de le faire avec la profondeur et l’ampleur que requérait l’enjeu ; et, en quelque sorte, de le développer avec le sérieux professionnel, adoptant les outils de ceux-là mêmes qui y avaient contribué : historiens des sciences, épistémologues, philosophes des sciences, se mettant à leur école et s’associant à eux, tout en maintenant un lien étroit avec la science actuelle et ses problèmes. « Professionnalisation » et interdisciplinarité : c’est dans cet esprit que peu à peu prirent corps, à Paris, une équipe de recherche et un programme doctoral, au Centre national de la recherche scientifique (CNRS), qui, tout en ajoutant à ce qui existait déjà, offraient une certaine originalité, notamment en ce qui concerne le lien aux sciences et la précision dans les problèmes abordés. Or, des indices significatifs montrent que cette approche correspond à un besoin, notamment parmi les étudiants et les jeunes chercheurs.

11Ce qu’une expérience locale avait manifesté, des contacts avec l’extérieur le confirmaient pour d’autres lieux, et notamment dans certaines régions du tiers-monde, comme l’Amérique latine et l’Inde. Une considération superficielle pourrait faire croire que, comme pour ces pays au développement inégal, d’autres priorités s’imposent : l’analyse des sciences sous l’angle philosophique, épistémologique, historique, y serait d’un intérêt secondaire et comme un luxe de la pensée. Or, tel n’est pas le cas : le besoin exprimé à cet égard est tout aussi vivace que chez nous. Peut-être même est-il ressenti d’une manière plus intense, du moins à considérer deux des voies principales par lesquelles il s’exprime : l’importance de cette dimension critique en relation aux questions de didactique et de pédagogie, en matière d’enseignement secondaire notamment, d’une part ; l’intérêt porté à l’histoire du développement des sciences, et notamment au problème du transfert de la science « occidentale », en relation aux questions d’identité culturelle et nationale, et ces « applications » de la discipline dont je parle ne sont pas exclusives de sa pleine dimension à laquelle on ne saurait renoncer sans mutilation (comme c’est le cas de tout autre domaine de la connaissance et de la science). Elles ont seulement le mérite de projeter un jour cru sur certains des enjeux. Le deuxième aspect, en particulier, redonne poids à une dimension trop souvent absente de l’histoire des sciences : celle du rôle des sciences dans les racines de la dépendance, et que seule une analyse comparée de situations différentes peut aider à mettre en lumière.

12Ce que je constatais, en tout cas, lorsque je pus retourner régulièrement au Brésil à partir de 1982, après seize années d’absence (mais le Brésil ne s’était pas éloigné de mes pensées pendant l’intervalle, par la présence de collègues et d’amis, le plus souvent des exilés), c’est que cette dimension de réflexion sur les sciences, leur nature, leur fonction dans la constitution de la société et de la civilisation contemporaines, correspondait à une vive préoccupation, notamment parmi les jeunes générations. L’écho rencontré ne pouvait que me renforcer dans la conviction que contribuer à ce domaine par la recherche approfondie et l’enseignement de l’épistémologie et de l’histoire des sciences, conçu dans le dialogue des diverses disciplines (si coupées les unes des autres comme le sont surtout d’une part la philosophie et l’histoire, de l’autre, les sciences exactes), était une tâche tout aussi importante que de contribuer directement à l’avancement du contenu des sciences ; et, en vérité, ils participent aussi de cet avancement, par la mise en situation des connaissances qu’ils permettent et l’appropriation qu’ils rendent par là possible.

***

13Lorsque je regarde en arrière le parcours particulier dont on m’a demandé le « témoignage », je constate, entre la conscience de mon implication dans les sciences et dans la réflexion sur elles, et mon « expérience brésilienne », une suite de coïncidences qui font que je ne puis, rétrospectivement, les séparer vraiment. Ce n’est pas une causalité, qui aurait rattaché ma démarche intellectuelle à une série de rencontres, mais plutôt une sorte de concordance qui donne à mon sentiment de l’urgence de ces problèmes une tonalité particulière, reflet peut-être de cette constatation que notre ère, celle de l’atome, de l’espace, de la génétique…, est aussi celle de l’apparition, sur la scène mondiale, de peuples laissés jusqu’alors à l’arrière-plan. Cette intériorisation va jusqu’à se marquer dans cette conviction profonde, bien que je sois intellectuellement préoccupé avant tout des problèmes conceptuels et de la rationalité des sciences, que leurs aspects sociaux et historiques au sens le plus général ne sont pas moins importants ; d’où une tension dans une recherche qui ne parvient pas à se trouver satisfaite de l’une ou de l’autre de ces dimensions seules.

Notes de fin

* Equipe REHSEIS (Recherches épistémologiques et historiques sur les sciences exactes et les institutions scientifiques) du Centre national de la recherche scientifique (CNRS) et université Louis Pasteur de Strasbourg, rédacteur en chef de la revue Fundamenta Scientiae.

Auteur

© Éditions de l’IHEAL, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540