Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

France-Brésil : vingt ans de coopération

 | 
Luiz Claudio Cardoso
, 
Guy Martinière

Deuxième partie. Témoignages de personnalités françaises et brésiliennes classement par ordre alphabétique

La bio-coopération

Charles Mérieux

Texte intégral

  • * Président de la Fondation Mérieux

1Note portant sur l’auteur*

A Peggy Pereira

2« Les formes appelées à demeurer dans la mémoire des hommes sont des formes inventées. » C’est à Brasilia, en 1959, qu’André Malraux a prononcé ces paroles historiques en proposant une nouvelle devise pour le Brésil : « Audace, énergie, confiance. »

3S’il y a un haut lieu où il est permis de rêver, c’est bien Brasilia. En 1977, à une réception officielle avec des collègues canadiens et iraniens, je n’ai pas hésité à proposer la création d’une Bioforce intercontinentale opérationnelle pour lutter contre les maladies infectieuses chez l’homme et l’animal.

4Cette réunion de Brasilia était d’ailleurs motivée par la parfaite réussite de la vaccination totale du Brésil contre la méningite. Le gouvernement brésilien avait fait confiance au vaccin que nous venions de mettre au point.

5C’est ainsi que l’audace et l’énergie de tout un peuple ont abouti à la « vaccinologie », nom que nous avons inventé avec Jonas Salk cent ans après que Louis Pasteur ait proposé celui de « vaccination » en hommage à la « vaccine » d’Edward Jenner.

6« Il faut imaginer la biologie du futur, il ne suffit pas d’inventer de nouveaux vaccins, il faut aussi les injecter. » Je n’aurais pas fait cette déclaration au président Figueiredo à l’inauguration de notre laboratoire à l’Institut Oswaldo Cruz si je n’avais vécu cette aventure et... si je n’avais pas découvert le Brésil en 1946 avec la peste porcine et les vétérinaires.

De la peste porcine à la fièvre aphteuse. Le Centre pan-américain de Rio de Janeiro

7Ma première visite en Amérique latine a été pour le Brésil avec une épidémie de peste porcine : j’avais été alerté par un vétérinaire français qui avait abandonné sa clientèle pour tenter sa chance dans un pays où personne ne « nous » attendait.

8Il faut avoir connu le Brésil à cette époque pour apprécier les progrès actuels : le DC4 d’Air France faisait escale à Casablanca, Dakar et Recife avant d’atterrir à Rio, dans l’île du Gouverneur. La route de Rio à São Paulo était souvent impraticable.

9Mais, déjà, ma foi dans ce pays, ce véritable continent, était totale. C’est déjà dans cet esprit qu’à mon retour j’ai remis un rapport au président de Rhône-Poulenc : il m’a montré, confidentiellement, l’annotation de ses conseillers « enfantin, présomptueux », alors que j’avais tout à fait sous-estimé le potentiel brésilien.

10La Rhodia Brasileira était cependant le plus bel exemple d’une réussite franco-brésilienne. C’est en fin de séjour que j’avais été reçu à São Paulo sur les recommandations du fondateur de Rhône-Poulenc (Nicolas Grillet avait aidé mon père à son retour à Lyon après avoir eu l’honneur, en 1894, d’être aux côtés de Louis Pasteur).

11Pour la peste porcine, la Rhodia mettait à notre disposition sa « fazenda » de Pau-lina. Il s’agissait de milliers d’hectares achetés pendant la guerre pour faire de l’alcool. L’usine était pratiquement désaffectée et Campinas, la ville voisine, ancienne capitale du café, n’avait, paraît-il, plus d’avenir.

12On sait, aujourd’hui, que Campinas a beaucoup plus d’un million d’habitants avec deux des plus performantes universités brésiliennes. Paulina est l’un des premiers complexes industriels de la Rhodia : nos laboratoires vétérinaires sont les plus sophistiqués de nos implantations extérieures.

13En 1946, il s’agissait d’un bien modeste bâtiment pour préparer le vaccin au cristal violet contre la peste porcine, simple inactivation de sang virulent. Pour être sûrs d’avoir des porcs indemnes de peste, nous allions les chercher à Porto Alegre, sans savoir que l’écartement de la voie ferrée entre l’Etat de São Paulo et celui de Rio Grande do Sul était différent. Et c’est au cours du transfert obligatoire d’un train à l’autre que nos milliers de porcs s’infectaient et qu’à l’arrivée les survivants étaient bien moins nombreux : c’est cependant la peste porcine qui nous a fait connaître.

14Avec des moyens aussi artisanaux, nous préparions aussi les premiers vaccins aviai-res. La notice était rédigée en japonais car les utilisateurs appartenaient presque tous à cette communauté japonaise qui devait transformer l’industrie alimentaire.

15Il nous a fallu beaucoup de temps pour convaincre nos amis de la Rhodia d’aborder la lutte contre la fièvre aphteuse en profitant de notre expérience française et surtout de nos premières implantations en Colombie, en Argentine, en Uruguay... Mais le Brésil est maintenant « numéro un ». La collaboration française ne s’est pas limitée à la production du vaccin contre la fièvre aphteuse, mais elle s’est étendue au contrôle et à toute l’Amérique latine.

16En 1946, pour la peste porcine, nous étions freinés par des problèmes ferroviaires ; en 1988, nous sommes aidés par le réseau informatisé du Centre pan-américain de Rio. C’est bien la preuve de l’extraordinaire efficacité brésilienne.

Petite histoire d’un grand vaccin. La vaccination totale du Brésil contre la méningite africaine

17Nous étions peu renseignés en France sur l’épidémie de méningite au Brésil et j’ai profité d’un voyage au Chili pour m’arrêter à Rio en 1974.

18A São Paulo, où l’épidémie avait commencé, la maladie était d’autant plus redoutable qu’il s’agissait d’un méningocoque africain : nous étions les seuls à pouvoir aider le Brésil.

19L’efficacité du vaccin Mérieux, mis au point avec l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et l’Institut Rockefeller, venait d’être démontrée pendant trois ans de vaccination au Soudan. Permettez-moi cette citation d’un pionnier de la médecine préventive africaine : « Une femme seule se rendait en grande hâte vers le centre de traitement, portant ses deux enfants atteints de méningite. L’un mourut en route et elle recouvrit son corps de branchages pour que les vautours ne le dévorent pas. Après avoir confié le malade aux infirmiers, elle revint sur ses pas et enterra son enfant mort. »

20C’est cette modeste expérience dans les villages africains que nous devions appliquer à une métropole américaine comme São Paulo : trois cents cas chaque jour, des milliers de malades et des centaines de morts dans les hôpitaux.

21Pour le grand public, la méningite cérébro-spinale est ce mal mystérieux qui détruit plus ou moins le cerveau, alors qu’en fait la mortalité est faible, les séquelles sont rares, mais la contagion diabolique... Affolée, la population se rue dans les pharmacies sans se douter que l’utilisation préventive des sulfamides ou des antibiotiques allait rendre les méningocoques résistants à ces médicaments.

22Prévenu par télex, Alain Mérieux avait arrêté les vacances du personnel pour mobiliser tous nos moyens industriels pour prendre le relais de dix ans de recherches. Et, dans cette Amérique latine parfaitement contrôlée par l’OMS de Washington, nous avions obtenu la présence d’un expert européen, spécialiste de la méningite africaine.

23Après deux nuits d’avion, le médecin-général Lapeyssonnie se retrouvait sous les projecteurs de la télévision, dans la plus belle salle du magnifique palais des Affaires étrangères de Brasilia.

24Le ministre brésilien de la Santé publique avait réuni les responsables de chaque Etat pour reconnaître que la plupart n’étaient pas équipés pour le diagnostic différentiel : cette déclaration était d’autant plus impressionnante qu’elle était faite en présence de la télévision et de la presse.

25Tel un chœur antique, des dizaines de journalistes allaient, dans les mois à venir, commenter les faits et gestes du ministre et de notre petite équipe. Ce sont eux qui ont mobilisé toute la population : ils ne nous auraient pas ménagé en cas d’échec ou d’accident. Nous le savions. Nous devions courir ce risque aux côtés du ministre pour prendre calmement la décision de vacciner au moins 80 % des habitants dans les villes brésiliennes, comme nous le faisions dans les villages africains.

26Notre première intervention à Brasilia ayant très rapidement bloqué l’épidémie, le ministre vint à Lyon pour nous convaincre de produire cinquante millions de doses. Nous avons équipé un nouveau laboratoire en cent jours et Rio pouvait être vaccinée avec succès avant le carnaval.

27La production a été encore augmentée pour vacciner São Paulo ; dix millions d’habitants en cinq jours, sept cents équipes surveillées par hélicoptères afin d’approvisionner sans délai les vaccinateurs. Aucun pays au monde n’était capable de mettre au point une telle organisation avec une discipline totale, sans la moindre défaillance dans la chaîne du froid, sans la moindre faute dans la distribution du vaccin. C’est la nuit que le travail était le plus important car il fallait remettre en état tout le matériel, notamment ces fameux injecteurs sans aiguille, seuls capables d’un tel rythme. C’est là que j’ai découvert, dans les équipes vaccinales, que le mécanicien était souvent plus utile que le médecin. C’est ici qu’est née l’idée de la Bioforce maintenant opérationnelle sur trois continents, avec ses équipes d’auxiliaires de la santé. C’est ici que le Brésil a inventé la « vaccinologie ».

28Il faut maintenant rendre hommage aux autorités américaines qui n’avaient pas caché leur scepticisme sur cette intervention française. Leurs plus éminents spécialistes ont conclu que les résultats ont été spectaculaires et que les quatre mille morts des premières semaines à São Paulo ont coûté beaucoup plus cher que la vaccination totale contre la méningite.

De l’Institut Pasteur à l’Institut Oswaldo Cruz. Un Français au Brésil

29En rappelant notre expérience vétérinaire, j’ai rendu hommage à Rhodia Brasileira et, après avoir évoqué l’opération méningite au Brésil, il faut mettre à l’honneur notre ami Jacques Sicart. Je l’ai connu dès son arrivée à Rio en 1950. Il était le modeste ambassadeur très officieux de l’Institut Pasteur en prospectant lui-même le pays pour certains réactifs de laboratoire.

30A titre personnel, je m’étais associé à ses activités sans me douter que Jacques Sicart serait le seul intermédiaire entre le gouvernement brésilien et l’Institut Mérieux dans l’extraordinaire aventure de la méningite. C’est avec lui qu’après avoir discuté avec les gouvernements français et brésilien nous nous étions engagés à consacrer à la recherche 10 % du chiffre d’affaires réalisé au Brésil : la Fondation Mérieux a ainsi bénéficié d’un fonds de deux millions de dollars.

31D’une part, nous avons équipé à l’Institut Oswaldo Cruz, avec une équipe exceptionnelle, un centre d’études sur les virus chez l’homme et chez l’animal : nous espérons étendre cette collaboration au Centre pan-américain de Rio pour mettre au point un réseau d’épidémiologie en Amérique latine. D’autre part, sous le patronage prestigieux de Robert Debré et de Jonas Salk, nous allions développer la vaccinologie dans notre association pour la médecine préventive. C’est ainsi que le nouveau polio-vaccin, mis au point avec l’Institut hollandais de Bilthoven, permet de simplifier le calendrier du programme élargi OMS : deux injections au lieu de trois.

32Nous pensons que le Brésil sera le premier à bénéficier de ces progrès, d’autant plus qu’ils ont été appliqués à la prophylaxie de la rage, symbole de la prophylaxie sans frontière entre les deux médecines.

33Comme président du Comité de médecine préventive à l’Organisation des Nations-Unies pour le développement industriel (ONUDI), je me suis aussi passionné au Brésil pour les problèmes de la transfusion sanguine en essayant de concilier l’éthique française et les techniques américaines. Après le mariage Institut Mérieux-Pasteur Vaccins, l’accord que nous allons conclure avec le Centre national de transfusion sanguine et transgène doit nous permettre d’appliquer au continent sud-américain les plus récents progrès en biotechnologie.

***

34Ce « témoignage » sur la bio-coopération franco-brésilienne est sans doute trop personnel, trop passionnel. Au moment où la tradition pastorienne aborde le nouveau siècle des biotechnologies, c’est au Brésil qu’elle trouvera son véritable « milieu de culture » pour son développement.

35C’est un Brésilien, Carlos Chagas, qui préside l’Académie pontificale. C’est à sa demande qu’après le colloque sur le SIDA, cet été à Annecy, une équipe française a présenté à Rome les vaccins du futur.

36C’est un autre Brésilien, Luiz Pereira da Silva, qui est responsable à l’Institut Pasteur du projet franco-allemand pour la mise au point du vaccin contre la malaria.

37Ainsi donc, de génération en génération, s’affirme la collaboration franco-brésilienne et si, comme je l’espère, elle devient intercontinentale, je suis certain que les jeunes chercheurs brésiliens seront les partenaires les plus efficaces.

38Au moment où, après l’adhésion de l’Espagne, de la Grèce et du Portugal, la Communauté européenne devient méditerranéenne, il faut souhaiter que les accords franco-brésiliens se généralisent à l’Europe et à l’Amérique latine.

39Janvier 1988

Notes de fin

* Président de la Fondation Mérieux

© Éditions de l’IHEAL, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540