Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

France-Brésil : vingt ans de coopération

 | 
Luiz Claudio Cardoso
, 
Guy Martinière

Deuxième partie. Témoignages de personnalités françaises et brésiliennes classement par ordre alphabétique

L’histoire, en quête du temps et de l’espace

Frédéric Mauro

Note de l’auteur

Note portant sur l’auteur1

Texte intégral

1Lorsqu’au lendemain de la deuxième guerre mondiale, je préparais l’agrégation d’histoire, le doyen Renouvin invita Fernand Braudel, directeur d’études à l’Ecole pratique des hautes études (EPHE), à nous faire quelques conférences. Celui-ci nous enthousiasma et, quand il nous invita à envoyer nos délégués d’équipe à son séminaire de l’école, j’acceptais volontiers de représenter la mienne. Plusieurs fois, il nous dit : « Earl Jefferson Hamilton a étudié les prix en Espagne du xve au xviiie siècle. L’un de vous doit faire la même chose au Portugal. » Après avoir passé l’agrégation, j’allais trouver Braudel et je lui dis : je suis prêt. Il y avait alors dans son entourage un jeune et brillant historien portugais Vitorino Magalhâes Godinho qui lui conseilla un sujet qui dépassait de beaucoup l’histoire des prix. J’acceptais. Et ainsi commença pour moi une recherche qui devait aboutir à mon doctorat d’Etat, Le Portugal et l’Atlantique au xviie siècle 1570-1670. Etude économique. La thèse complémentaire — une étude critique de textes — s’intitulait : Le Brésil au xviie siècle. Toutes deux furent soutenues en 1957. La première fut publiée en 1960, la seconde en 1963. En 1983, épuisée depuis assez longtemps, la première fut rééditée par la Fondation Gul-benkian sous le titre Le Portugal, le Brésil et l’Atlantique au xviie siècle. C’était mieux marquer l’importance qu’y avait le Brésil.

2Mes thèses portaient en effet en grande partie sur le Brésil colonial. J’en avais trouvé la matière surtout au Portugal et dans d’autres pays d’Europe, mais aussi au Brésil où j’ai passé l’été boréal de 1953. Après un mois de recherches dans les archives du Nordeste et à Rio, j’arrivais à São Paulo où j’étais invité au département d’histoire comme professeur visitant. J’y restais trois mois, entouré encore, moi élève de Braudel, par les anciens élèves de Braudel : en particulier, le directeur de la faculté de philosophie, Euripides Simões de Paula, bientôt docteur honoris causa de l’université de Toulouse, Eduardo d’Oliveira França et Alice Piffer Canabrava. J’y trouvais aussi l’accueil souriant de quelques Français enseignant dans d’autres matières, des géographes, anciens élèves de Francis Ruellan et de Pierre Monbeig, des anthropologues élèves de Lévi-Strauss et de Roger Bastide, celui-ci se trouvant là d’ailleurs en même temps que moi. Claude Lefort, le futur politologue de l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS), était invité en même temps que moi. A Rio, j’avais eu le temps de voir le futur doyen Alain Barrère, économiste de renom, spécialiste du keynesianisme et de la science financière, mon collègue et ami à l’université de Toulouse et qui, tout en enseignant à la « Fédérale » de Rio, était le conseiller technique, avec l’Anglais Hughes Dalton, du ministre des Finances de Getulio Vargas, Oswaldo Aranha.

3Etant un des premiers élèves de Braudel après la guerre, je maintenais ainsi à Sao Paulo la tradition braudélienne et ce que l’on pourrait déjà appeler l’esprit des Annales, lesquelles avaient publié, au quatrième trimestre 1948, un numéro spécial sur l’Amérique latine, réédité ensuite, vu son succès, comme Cahier des Annales sous le titre : « A travers les Amériques latines ». Déjà, le contact avec les autres disciplines était ma préoccupation. J’apportais mon expérience encore neuve de science économique, et mon goût pour la géographie m’entraîna avec les spécialistes dans une excursion à travers la Mantiqueira et la chaîne côtière de l’Etat de São Paulo. Les nécessités de la rédaction, de la soutenance, de la publication et de la préparation d’autres études sur le Brésil m’empêchèrent de revenir dans le pays avant 1966. Une nouvelle fois professeur à São Paulo pendant trois mois après un mois de séminaires et de conférences en Amérique espagnole, je prenais le pli d’une nouvelle habitude qui me faisait remettre les pieds tous les deux ans sur le subcontinent brésilien. J’entreprenais cet enseignement de pos-graduaçâo en histoire qui, de São Paulo, devait me mener dans les principaux centres universitaires du pays où déjà se répandait cet enseignement. Parfois, c’était un simple cycle de conférences ; parfois, c’était beaucoup plus, comme à Curitiba où je donnais à la fois un cours d’histoire économique et un cours d’histoire de l’Amérique, un séminaire et quelques conférences dans les universités de l’Etat (quelque chose comme quatre-vingt-seize heures en six semaines) où cette année, 1970 peut-être, où j’enseignais à la faculté d’économie de l’université de São Paulo (USP) tout en créant un centre de documentation — aujourd’hui très développé — au département d’histoire de la faculté de philosophie. Beaucoup de ces universités ou facultés brésiliennes étaient des satellites de celle de São Paulo, soit dans la ville même, soit dans l’Etat, soit dans les Etats voisins. Les noms d’Assis, Marilia, Franca, Curitiba, Florianópolis, Goiânia, Belo Horizonte correspondent à cette définition. A partir des années soixante-dix, le cercle s’élargit à la région de Rio, au Nordeste, au Nord même. Parfois, ce n’était pas un cycle de conférences ou même une conférence que j’allais donner mais ma participation à un colloque ou à un symposium. São Paulo et Rio sont restés les centres de cette activité. La présence de professeurs français permanents qui vous accueillaient, tel Yves Bruand à São Paulo dès mon séjour de 1966, facilitait beaucoup les choses. De nombreux problèmes concernant l’organisation de mon voyage et de ma mission étaient ainsi résolus plus facilement sous l’œil vigilant de mes compatriotes. J’eus l’occasion de participer à des colloques, comme celui de Nova Friburgo en 1968.

4En 1971, un congrès d’études brésiliennes réunit à São Paulo de nombreux étrangers et en particulier des Français qui avaient été professeurs au Brésil soit dès avant la guerre, soit dans les années qui avaient suivi. Cette même année, un colloque international du CNRS sur « L’histoire quantitative du Brésil de 1800 à 1930 » était organisé à Paris sous ma direction à l’Institut des hautes études de l’Amérique latine. Ses Actes, sous la forme d’un gros volume, devaient être publiés en 1973. De nombreux collègues brésiliens prenaient l’habitude de venir en France et en Europe, participant de plus en plus aux congrès et colloques qui y étaient organisés.

5A Toulouse que j’avais quitté en 1967 pour une chaire d’histoire de l’Amérique latine à Paris, je m’étais efforcé de développer, avec mes collègues, les études ibériques et ibéro-américaines. Nous avions créé la revue Caravelle, tenu un colloque international du CNRS sur « le problème des capitales en Amérique latine », véritable séminaire interdisciplinaire où étaient venus parler des Brésiliens de renom comme Celso Furtado, Amoroso Lima, Miguel Arrães, et d’autres encore. Toulouse devait devenir la première université française avec Paris pour les études latino-américaines.

6Au Brésil, une jeune génération remplaçait celle des élèves de Braudel et de Lévi-Strauss. C’était celle des élèves de leurs élèves. Plusieurs d’entre eux, victimes de la conjoncture politique, trouvèrent un refuge à l’étranger, en particulier en France. Le contact restait étroit entre Brésiliens et Français et aussi entre Français et autres Européens ou Nord-Américains s’intéressant au Brésil. J’ai été moi-même plusieurs fois invité aux Etats-Unis et au Canada, sans parler de l’Europe, à des réunions brésiliennes. J’y ai même parfois, en fait, représenté le Brésil. L’année et le jour où l’homme arriva dans la Lune, nous étions quelques américanistes réunis à Santander (Espagne) pour créer ce qui allait devenir l’AHILA (Association des historiens latino-américains européens), aujourd’hui une grosse affaire, dont les congrès ont lieu tous les trois ans et où le Brésil tient toujours une grande place. En 1982, je réunissais à Paris, avec l’appui de Madame le recteur Ahrweiler, secrétaire général du comité international des sciences historiques, des représentants de l’AHILA, de la Conference on Latin American History, une section de l’American Historical Association, et de la Commission panaméricaine d’histoire, et nous fondions la CIHL, ou Commission internationale des historiens latino-américanistes, devenue un organisme affilié du Comité international des sciences historiques (CISH). L’histoire brésilienne y a sa place, naturellement.

7Parmi les universités brésiliennes autres que celles de São Paulo et Rio (plusieurs autour de chacun de ces centres), deux se sont distinguées en histoire : celle de Curitiba et celle de Bahia. Curitiba, m’ayant demandé une initiation « post-graduate » en histoire économique, a fait venir ensuite successivement de France un spécialiste de l’histoire sociale, un autre d’histoire démographique, un de cartographie historique, un d’historiographie, etc. A Bahia aussi, les méthodes de l’école historique française ont triomphé et même un des plus brillants spécialistes nord-américains de Bahia — Stuart Schwartz — est très proche de ces méthodes. Lorsque Jean Rose était délégué général de l’Alliance française pour le Brésil, il a créé le CES, Centre d’études supérieures, qui organisait des missions de professeurs français dans les universités brésiliennes, voyage payé par la France, séjour payé par ces universités. Plusieurs historiens, dont moi-même, en ont profité. Depuis trois ans fonctionne un accord entre le département d’histoire de l’université de Sâo Paulo et l’Institut des hautes études de l’Amérique latine pour un échange de professeurs d’histoire. Ceux-ci reçoivent des missions de courte durée — un mois — et s’élèvent au nombre de deux ou trois par an dans chaque sens.

8Enfin, je ne peux négliger de citer les attentions et les honneurs dont j’ai été l’objet de la part des Brésiliens : élection comme membre correspondant de l’Institut historique et géographique brésilien, médaille de l’université de Curitiba, médaille d’honneur de l’université de São Paulo, plaque commémorative de l’université fédérale de Rio, doctorat honoris causa de l’université fédérale de Bahia. Les Brésiliens se sont montrés sensibles à ce que j’ai dit et écrit sur leur pays et son histoire, à l’accueil que j’ai fait à leurs professeurs, au soin que j’ai pris de leurs étudiants et de leurs chercheurs historiens, boursiers en France, ou mes élèves au Brésil.

***

9Au delà de cette coopération de surface, en existe une autre plus profonde, liée au prestige de l’école historique française et aux affinités électives franco-brésiliennes. Si une partie de mes livres a été traduite en portugais au Portugal, une autre l’a été au Brésil et il y aurait beaucoup à dire sur la coordination des marchés du livre entre les deux pays, pour améliorer encore notre pénétration scientifique dans l’un et l’autre. Mais ce n’est pas ici notre propos.

  • 1 Heureusement, la générosité de la Fondation Gulbenkian et de son centre culturel à Paris compense e (...)

10L’influence de la science historique française a été profonde au Brésil. Elle aurait pu être plus forte si nous avions eu réellement une structure d’accueil permanente et efficace pour nos chercheurs. Cette structure existe au Mexique avec l’Institut français d’Amérique latine (IFAL) et le Centre d’études mexicains et centro-américains (CEMCA) et au Pérou avec l’Institut français d’études andines (IFEA), à Madrid avec la Casa de Velázquez. Mais, ni à Lisbonne ni au Brésil, on ne trouve l’équivalent1 A São Paulo où la faculté de philosophie a été créée par des Français illustres, seul un bâtiment de l’Alliance française, à l’entrée du campus, abrite un centre de documentation scientifique et technique. On me dit que ce centre s’intéresse aussi maintenant aux sciences humaines. A Rio, nous avions voulu un moment créer une cellule permanente au sein du CEPEDOC de la Fondation Vargas, célèbre pour ses archives personnelles, ses archives orales et son hémérothèque. Le CNRS n’a guère favorisé notre entreprise, c’est le moins que l’on puisse dire. Les collègues de la commission d’histoire, enfermés dans leur « hexagonalisme », n’ont pas vu l’intérêt de l’entreprise. D’où un déséquilibre, malgré nos efforts et quelques réussites, entre le nombre de spécialistes français du Pérou (un vrai « braintrust » pour certains présidents péruviens) ou même du Mexique et ceux de l’Amérique latine orientale, Rio de la Plata ou Brésil. Si nous pensons que le Brésil est pour la France un investissement rentable, il faudra changer de politique.

11Cela dit, les Brésiliens font l’histoire ou plutôt l’écrivent à la manière des Français. Quoi d’étonnant direz-vous ? Par leur langue et leur littérature ils sont les héritiers des Portugais qui ont toujours trouvé dans la culture française le contrepoids — ou le contrepoison — de la domination économique anglaise. Plus largement, est-il besoin de rappeler qu’entre pays latins on s’entend, on se comprend à demi-mot ? Pour un Français, parler portugais ne nécessite pas un changement de structure mentale comme lorsqu’il parle l’idiome de la perfide Albion et le mot de perfide n’est pas de trop dans ce cas linguistique. Vice versa, un Brésilien écoute et comprend vite la langue de Molière et de Balzac. Le succès des alliances françaises au Brésil en est une preuve et un stimulant. Fernand Braudel arrivant à São Paulo en 1934 a, sans que nous voulions diminuer son mérite, joué sur du velours. Bien mieux, le succès de l’école historique française a été celui des Annales, c’est-à-dire d’une histoire qui s’adaptait parfaitement aux besoins des spécialistes brésiliens. Les Annales, c’était la découverte de l’histoire géographique, disons d’une histoire de l’homme aux prises avec l’espace et le milieu naturel occupant cet espace. Quoi de plus important au Brésil quand on sait ce qu’est l’espace brésilien ? Les Annales insistaient sur l’histoire économique. Quoi de plus décisif pour le destin d’un pays neuf que sa réussite économique ? Elles insistaient sur l’histoire anthropologique et l’ethnohistoire. Comment éviter ces aspects dans une nation formée de trois couleurs et de trois continents ? Avantager la conjoncture et les structures, c’était tenir compte du faible poids des événements dans ce monde américain où la vie, écrasée par la distance, restait lente à se mouvoir et où l’événement restait souvent local et sans signification nationale ou continentale.

12D’où mon émerveillement, à mes débuts de professeur pauliste. Il n’était pas nécessaire, face aux élèves, de lutter comme en France contre les vieux démons : l’événement, la narration, la description, l’institution juridique coupée des structures réelles. Tout cela allait de soi pour eux. Et même dans ces sociétés savantes que sont les « instituts historiques et géographiques » des différents Etats du Brésil, on rencontrait bien quelques vieux érudits férus d’anecdotes mais aussi des travaux intéressants, sans que leurs auteurs le sachent, du point de vue de la nouvelle école.

13Aujourd’hui, les méthodes et les préoccupations de l’école historique française ont gagné le monde entier ou presque. Et il est moins nécessaire de venir en France pour poursuivre de bonnes études d’histoire. Raison de plus pour que les historiens français fassent un effort supplémentaire afin de maintenir et d’accroître leur place dans la confiance et la collaboration de leurs collègues brésiliens.

Notes

1 Heureusement, la générosité de la Fondation Gulbenkian et de son centre culturel à Paris compense en partie ce manque.

Notes de fin

1 Professeur d’histoire de l’Amérique latine à l’université de Paris X et à l’Institut des hautes études d’Amérique latine, membre de l’Académie des sciences d’outre-mer, membre correspondant de l’Insti-tuto histórico e geográfico de Rio de Janeiro.

© Éditions de l’IHEAL, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540