Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

France-Brésil : vingt ans de coopération

 | 
Luiz Claudio Cardoso
, 
Guy Martinière

Deuxième partie. Témoignages de personnalités françaises et brésiliennes classement par ordre alphabétique

Signification et importance de la coopération Brésil-France dans le domaine de la physique

José Leite Lopes

Note de l’auteur

Note portant sur l’auteur1

Texte intégral

Introduction : transferts de technologie et transferts de connaissance

1De nos jours, le transfert de technologie est un des thèmes préférés de discussion entre scientifiques, ingénieurs, économistes et leaders politiques. Prenons l’exemple du Japon contemporain : vaincu de la Seconde guerre mondiale, victime de deux bombes atomiques, détruit par celles-ci et par les bombes classiques et incendiaires, il s’est récupéré économiquement lors de ces trente dernières années et est devenu aujourd’hui une nation riche, puissante, en possession d’une richesse qui permet à la population (à l’exception d’une petite minorité) de jouir d’un niveau de vie satisfaisant.

2Après la guerre, le Japon a importé des Etats-Unis et des pays d’Europe occidentale, des technologie développées à fort potentiel d’industrialisation. Il les a absorbées, adaptées à sa propre réalité et, à partir de là, a entrepris de créer et de développer de nouvelles technologies.

  • 1 Souligné par l’auteur (N. du T.).

3Un tel exemple est à étudier en détails. Il ne s’agit pas d’un transfert passif de technologie1 : installation d’usines filiales de grandes sociétés étrangères, production de biens manufacturés conformes aux prescriptions — et aux interdictions — des maisons-mères, entraînement des ouvriers, des gestionnaires et des administrateurs pour travailler sur les machines et faire fonctionner les entreprises.

4Pour l’essentiel, les pays en voie de développement comme le Brésil ont suivi ce type de transfert de technologie pendant ces quarante dernières années. Et ce, sans contrôle ni exigences de l’Etat quant à la qualité des produits, généralement inférieure — afin de diminuer les coûts — aux produits manufacturés des maisons-mères.

5Pour un pays qui aspire à atteindre un véritable développement autonome, ce type de transfert de technologie n’est pas indiqué.

  • 2 Souligné par l’auteur (N. du T.).

6Le transfert de technologie qui conduit à la floraison de l’économie doit être accompagné d’un — ou précédé par un — transfert de connaissance scientifique2. Ce qui suppose au préalable, un niveau d’éducation suffisamment généralisée dans le premier et le second degrés, des universités bien structurées, bénéficiant de ressources financières adéquates pour réaliser des programmes de recherche et d’enseignement avec le concours d’enseignants et chercheurs compétents.

Les recherches au Japon

7Les recherches en physique nucléaire ont commencé dans les années 1930 au Japon, avec la naissance de cette branche de la physique, soit près de soixante-dix après la réforme Meiji qui avait introduit l’enseignement des sciences dans les universités japonaises, en 1868.

8On ne peut pas noter une phase d’importation de scientifiques européens au Japon mais les physiciens japonais se sont perfectionnés en Europe, notamment Y. Nishina — Cambridge, Gottingen, Copenhague —. A l’Institut de recherches physiques et chimiques de Tokyo (RIKKEN), Nishina a constitué des groupes de recherche en physique des rayons cosmiques et en physique théorique ; il a fait installer les équipements expérimentaux nécessaires, tels que des cyclotrons et un accélérateur Cockroft-Walton. Cet Institut, ainsi que le grand Centre de recherches physiques fondé en 1932 à l’Université d’Osaka, ont été les noyaux du développement de la physique au Japon et sont devenus les laboratoires de formation d’émi-nents physiciens comme S. Kikuchi, S. Tomonaga, S. Sakata, Hideki Yukawa et M. Taketani. Il s’en est suivi la création de nouveaux instituts de recherche dans d’autres universités japonaises, parmi lesquels on peut citer l’Institut de recherches en physique fondamentale à Kyoto en 1953, l’Institut d’études nucléaires de Tokyo en 1955, et, en 1971, le Laboratoire national de physique des hautes énergies (KEK), où furent construits un synchrotron de protons en 1976 et un accélérateur linéaire d’électrons en 1982. De telles réalisations, fondées non seulement pour la formation de chercheurs mais aussi d’ingénieurs et de techniciens spécialisés, ont constitué, à coup sûr, un noyau pour le développement, progressif mais certain, de la technologie et de l’industrie moderne au Japon.

Les recherches en physique en Inde

9Du Japon, je vais passer à un commentaire sur le développement d’un pays situé dans la sphère des nations en voie de développement, l’Inde. Dans ce pays, la stabilité politique, de l’indépendance à nos jours, ainsi que la sagesse et le goût pour la science exprimés par les chefs de gouvernement, du Premier ministre J. Nehru au Premier ministre Gandhi, ont été une des caractéristiques fondamentales favorable à la recherche et aux universités. Homi J. Bhabha, un physicien de réputation internationale, a obtenu les moyens et trouvé les méthodes pour stimuler et coordonner les efforts afin de créer l’Institut Tata de recherche fondamentale en 1945, où se sont multipliées les activités de recherche scientifique en physique nucléaire, rayons cosmiques et physique mathématique. D’autres instituts sont nés de ce laboratoire dans différentes régions du pays, consacrés au développement de la physique du solide, de l’astrophysique, de l’électronique, de la conception des ordinateurs et de la biologie moléculaire.

10On trouve actuellement, en Inde, des accélérateurs de particules à Trombay et Calcutta, des réacteurs nucléaires, des laboratoires de physique des plasmas et de fusion nucléaire contrôlée : un Centre de technologie avancée a été installée à Indore ; l’Institut Saha de physique nucléaire de Trombay et le Centre Indira Gandhi de recherches atomiques assurent aussi des recherches sur des réacteurs surgénérateurs refroidis par métaux liquides. Le développement des sciences et de la technologie nucléaires a été ininterrompu en Inde et a atteint un niveau élevé.

Les Etats-Unis et le grand transfert de connaissance de l’Europe dans les années trente

  • 3 Souligné par l’auteur (N. du T.).

11Le transfert de connaissance scientifique le plus spectaculaire a eu lieu dans les années trente aux Etats-Unis grâce à l’émigration dans ce pays de nombreux hommes de science et d’ingénieurs européens parmi les plus qualifiés. Cette émigration a été provoquée par les risques que représentait une possible victoire du nazisme et du fascisme en Europe. Les mathématiciens Claude Chevally et Jacques Hadamard partirent de France ; Albert Einstein, Leo Szilard, Johann Von Neumann, Eugen P. Wigner, Peter Bergmann, M. Goldhaber, Victor Weisskoff, Edward Teller, J.M. Jauch, G. Breit partirent d’Allemagne et d’Europe centrale ; les physiciens Enrico Fermi, Sergio De Benedetti, Emilio Segrè quittèrent l’Italie ainsi que beaucoup d’autres scientifiques et techniciens. Cependant, l’essentiel est que le développement de la science fondamentale avait pris racines dans les universités nord-américaines3, dont la structure s’est révélée être la plus favorable à la floraison de la recherche scientifique dans le monde moderne et contemporain. En 1931, Ernest Lawrence et Stanley Livingstone avaient déjà inventé le cyclotron. Sa construction, ainsi que celle des autres accélérateurs de particules dans différentes universités, a conduit au développement de la physique nucléaire aux Etats-Unis.

12L’émergence de la science dans ce pays n’a pas été liée aux agences de financement de la recherche qui ont commencé à proliférer partout, à partir du succès du Projet Manhattan.

Les recherches nucléaires en France

13Sacrifiée par les deux guerres mondiales, la France s’est dotée, grâce à la création du Centre national de la recherche scientifique à la fin des années trente, des moyens et des modalités d’une organisation d’excellents laboratoires de recherche scientifique et de renforcement des universités. Le recrutement des chercheurs dans les universités procède non seulement des mécanismes mis en place par le ministère de l’Education nationale et des structures ministérielles de l’enseignement supérieur mais aussi par des recrutements de scientifiques qui font une carrière de chercheur au CNRS.

  • 4 En français dans le texte et souligné par l’auteur (N. du T.)

14Le CNRS et le CEA (Commissariat à l’énergie atomique) coopèrent pour la mise en place des équipements expérimentaux modernes comme le laboratoire GANIL, Grand accélérateur national à ions lourds4 et pour l’organisation des laboratoires propres comme le Centre d’études nucléaires de Saclay et celui de Grenoble, le Centre de recherches nucléaires de Strasbourg et le Laboratoire d’accélérateur linéaire d’Orsay.

15Comme aux Etats-Unis et au Japon, en France, la grande qualité de la recherche fondamentale est le moteur essentiel des technologies avancées et nouvelles. On peut citer en exemple le programme d’utilisation de l’énergie nucléaire pour la production de l’énergie électrique, actuellement le plus avancé au monde.

Le transfert de connaissance au Brésil

16Au Brésil, le retard de la science, de la technologie — et de la culture — est dû au système colonial rétrograde et répressif mis en place par la métropole portugaise qui a interdit, pendant près de trois siècles, l’installation de fabriques et d’usines ainsi que celle des ateliers de typographie pour l’impression des journaux et des revues.

17Grâce à Napoléon, qui envahit le Portugal en 1808, le roi Dom João VI et sa cour ont été obligés de se rendre au Brésil. Ce ne fut qu’à partir de cette année seulement, que les premières écoles d’enseignement supérieur, le Musée national, le Jardin botanique, la Bibliothèque nationale et l’Ecole polytechnique, alors Ecole royale militaire, ont été fondés.

18Au début du xxe siècle, afin de combattre la peste et la fièvre jaune dans les ports de Rio de Janeiro et de Santos, ainsi qu’une maladie du café, les premiers laboratoires de recherche scientifique ont été créés, dans le secteur des sciences biologiques, tels l’actuel Institut Oswaldo Cruz, de Rio de Janeiro, l’Institut de biologie et l’Institut Butantã, de São Paulo.

19Les années 1930 ont été marquées par les débuts du capitalisme industriel et la première esquisse d’une politique de l’éducation et d’une politique d’incitation scientifique.

20Le grand transfert de connaissance scientifique de l’Europe vers le Brésil s’est réalisé en 1934-1935, lors de l’organisation de l’Université de São Paulo (USP) par Teo-doro Ramos et celle de l’Université du District fédéral (UDF) par Anisio Teixeira.

21A cette époque, une importante délégation de chercheurs en sciences sociales vint de France pour être accueillie à l’USP : l’anthropologue Claude Lévi-Strauss, le sociologue Roger Bastide, l’historien Fernand Braudel. Les mathématiciens Luigi Fantappié et Giacomo Albanese, les physiciens G. Wataghin et G. Occhialini arrivèrent d’Italie. A Rio, la Faculté nationale de philosophie, dont l’UDF était l’ancienne version, accueillit l’épistémologue René Poirier, le sociologue Jacques Lambert, le psychologue A. Ombredane, le politologue F. Gros, l’écrivain F. Strowski. Le physicien Luigi Sobrero, les mathématiciens Gabriele Mammana et Achille Bassi sont venus d’Italie ; le physicien Bernhard Gross d’Allemagne ; le physicien Guido Beck d’Autriche et d’Argentine.

L’échange scientifique Brésil-France de l’après-guerre

22Dans les années 1940-1950, les mathématiciens André Weil, Jean Dieudonné et Jean Delsarte ont établi une coopération avec l’USP. A Rio de Janeiro, les mathématiciens Laurent Schwartz, Jean Dieudonné et d’autres membres du groupe Bourbaki ont établi une coopération avec l’Université du Brésil (actuelle Université fédérale de Rio de Janeiro - UFRJ), le Centre Brésilien de recherches physiques (Centro brasileiro de pesquisas físicas - CPBF) et l’Institut de mathématiques pures et appliquées (Instituto de matemática pura e aplicada - IMPA).

23Les premiers contacts des physiciens brésiliens de physique expérimentale avec leurs collègues français ont été stimulés par l’action de Louis Leprince-Ringuet, professeur au Collège de France et à l’Ecole polytechnique de Paris et directeur d’une équipe de recherche sur les rayons cosmiques, qui a travaillé avec les physiciens brésiliens Cesar Lattes, Ugo Camerini et Roberto Salmeron.

  • 5 Souligné par l’auteur (N. du T.).

24Une intense collaboration a été initiée par José Israel Vargas avec le Centre d’études nucléaires de Grenoble dans le domaine de la physique et de la chimie du solide dans les années soixante. Un groupe GRESIL5 a été constitué pour développer des travaux dans le domaine de l’énergie nucléaire entre le Centre de Grenoble et différentes institutions brésiliennes. Des techniciens français et brésiliens ont travaillé dans le secteur de la prospection et de la technologie des produits minéraux, en chimie et en métallurgie, en technique des réacteurs et physique des neutrons, en radio-protection et applications industrielles de l’énergie nucléaire. Des dizaines de techniciens brésiliens, une centaine de physiciens, chimistes, ingénieurs, biologistes et médecins ont suivi des cours réalisés dans le cadre de l’accord de coopération nucléaire Brésil-France. Des mutations dans le cadre des relations internationales, découlant du régime établi par le coup d’Etat de 1964, ont interrompu ce processus de transfert de technologie de la France vers le Brésil dans le domaine nucléaire.

  • 6 « pos-gradução » : expression brésilienne intraduisible littéralement en français : ce système brés (...)

25Le Centre d’études nucléaires de Saclay et le Laboratoire de physique des hautes énergies de l’Ecole polytechnique ont reçu de jeunes physiciens brésiliens depuis une vingtaine d’années. Les physiciens brésiliens João Alberto Meyer et Roberto Salmeron ont contribué à cette coopération. J’ai été moi-même, presque pendant seize ans, professeur titulaire à l’Université Louis-Pasteur, de Strasbourg, sur l’invitation de collègues français, en raison de l’action entreprise par le gouvernement militaire du Brésil à l’encontre des professeurs d’Université en 1969. De jeunes Brésiliens ont eu l’occasion de réaliser à Strasbourg des recherches de « post-graduation »6 et de doctorat, notamment Sergio joffily, José Martins Simões, Maria Beatriz Gay Ducati. Une coopération s’est établie dans le domaine de l’effet Mössbauer entre l’équipe de J.-P. Adloff et J.-M. Friedt et le groupe dirigé par J. Danon au CPBF. Au Centre brésilien de recherches physiques (Centro brasileiro de pesquisas físicas) que je dirige depuis mon retour de France en 1985, l’échange avec les physiciens français s’est intensifié : G. Poupeau de l’Université de Grenoble et du CNRS, a réalisé des visites de travail au CPBF et dirige des recherches dans le domaine de la géophysique nucléaire et des applications de la luminescence en collaboration avec J. Danon, Alice Rivera et Alexandre M. Rossi ; J.-L. Tholence et Damien Guignoux, de Grenoble, poursuivent une coopération avec l’équipe de magnétométrie et résistance électrique dirigée par Sonia F. Cunha ; J. Friedel, B. Coqblin, Pascal Lederer, de l’Université de Paris-Sud, ont établi des programmes de recherche avec les physiciens Amós Troper et Affonso Gomes du CBPF ; Mario Novelo, F. Simão Aranha, Juan A. Mignaco, C. Tsallis, du CBPF, ont des programmes de coopération avec les physiciens des Universités de Paris VI et de Paris-Sud ainsi qu’avec ceux de l’Ecole polytechnique et du Centre de Saclay, Mme Y. Choquet-Bruhat, G. Cohen-Tannoudji, De Calan.

  • 7 En français dans le texte et souligné par l’auteur (N. du T.).

26Dans le passé, de jeunes Français ont effectué leur service militaire en réalisant des programmes scientifiques au CBPF. J’aimerais mentionner, comme coopérants7, R. Lestienne, G. Labrosse, P. Gavillet, A. Tonati, A. Volte, J. Danière. Michel Paty, qui a collaboré avec l’Université de Brasilia dans les premières années de sa fondation, a pris en charge actuellement une coopération entre le REHSEIS (groupe de recherches en histoire et philosophie des sciences du CNRS) et le groupe d’histoire des sciences de l’USP, animé par Amélia et Ernesto Hamburguer, et Shozo Motoyama.

27Pratiquement, toutes les universités brésiliennes qui ont des groupes actifs de recherches en physique poursuivent des programmes de collaboration avec des institutions scientifiques françaises. Je mentionnerai la coopération entre les groupes d’optique quantique de l’Université catholique pontificale de Rio de Janeiro, d’H. Moyses Nussensveig et ses collaborateurs, et ceux de l’Université fédérale du Pernambuco, de Sergio Rezende et ses collaborateurs, avec C. Cohen-Tannoudji du Collège de France ; la coopération entre la division de physique nucléaire du Centre de recherches nucléaires de Strasbourg avec le Groupe de l’accélérateur linéaire de l’Université de São Paulo (USP). Nous espérons élargir et approfondir cette coopération dans le domaine de la physique nucléaire et des hautes énergies avec les équipes de J. Tiomno et A. Santoro, d’O. Tavares, E. Silva et Jader B. Martins, et d’Ana Maria Endler.

Conclusions

28Le transfert de technologie associé au transfert de connaissance, l’échange scientifique approfondi entre la France et le Brésil sont de la plus haute importance pour le développement économique et culturel de mon pays.

29Nous devrions certainement être capables d’imaginer de nouveaux instruments pour élargir cette coopération. Les Commissions mises en place par les gouvernements des deux pays, qui se réunissent périodiquement, pourraient peut-être inventer une structure permanente, un institut des hautes études scientifiques Brésil-France, sans lourdeurs ni entraves bureaucratiques, dirigé par des commissions scientifiques des deux pays, renouvelées périodiquement, capable d’agir dans les différentes régions du Brésil et de coordonner les programmes et visites en association étroite avec les services de coopération scientifique et culturelle des ambassades et des ministères des Affaires étrangères et de la Recherche et de la technologie des deux pays.

301987

Notes

1 Souligné par l’auteur (N. du T.).

2 Souligné par l’auteur (N. du T.).

3 Souligné par l’auteur (N. du T.).

4 En français dans le texte et souligné par l’auteur (N. du T.)

5 Souligné par l’auteur (N. du T.).

6 « pos-gradução » : expression brésilienne intraduisible littéralement en français : ce système brésilien d’éducation a mis en place comme aux Etats-Unis (« post-graduate ») un mécanisme de délivrance de diplôme fondé sur la recherche — études doctorales — autorisant les jeunes professeurs à enseigner dans les universités sans que ceux-ci aient soutenu un « doctorat » d’Etat démarqué du modèle français : le « doctorat » donne accès à la chaire d’enseignement supérieur (N. du T.).

7 En français dans le texte et souligné par l’auteur (N. du T.).

Notes de fin

1 Directeur du Centro brasileiro de pesquisas físicas (CPBF) - Centre brésilien de recherches physiques. Professeur émérite à l’Université Louis-Pasteur, de Strasbourg.

© Éditions de l’IHEAL, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable