Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

France-Brésil : vingt ans de coopération

 | 
Luiz Claudio Cardoso
, 
Guy Martinière

Deuxième partie. Témoignages de personnalités françaises et brésiliennes classement par ordre alphabétique

L’architecture et l’invention du Brésil

Jean-Pierre Halévy

Texte intégral

  • * Directeur du Centre d'études supérieures d'histoire et de conservation des monuments anciens, Pari (...)

1Note portant sur l’auteur*

2L’architecture a-t-elle sa place dans ce recueil ? On peut se poser la question si on considère les vingt dernières années. Il est difficile de citer ne serait-ce qu’un projet de coopération. A cela, plusieurs explications : la première est que l’architecture n’entre dans aucun cadre institutionnel. Art, technique, pratique sociale, elle est au carrefour de trois secteurs administratifs qui s’ignorent trop souvent. L’architecture n’est que rarement en situation de vaincre cet obstacle. La deuxième est une relative banalisation de l’architecture moderne. Après les trois grandes générations des pères fondateurs (1870, avec Wright, Perret, Loos ; 1885, avec Le Corbusier, Gropius, Mies van der Rohe ; 1900, avec Aalto, Lucio Costa, L. Kahn), est venu le temps des crises, des doutes, des modes. A la mode brésilienne des années cinquante, ont succédé la mode anglaise, la mode italienne, la mode japonaise, le post-modernisme, que les revues ont propagées à travers le monde. Ce n’est que tout récemment que l’architecture française a retrouvé son prestige. Les informations ont circulé entre les professionnels, des influences ont continué de s’exercer, mais en dehors des relations officielles.

3La troisième explication est la différence d’échelle entre les problèmes brésiliens et les problèmes français. En trente-cinq ans, le Brésil a vu sa population s’accroître de quelque cent millions d’habitants. En 1954, São Paulo avait deux millions et demi d’habitants et dépassait Rio comme première ville du Brésil. En 1969, São Paulo avait quatre millions d’habitants et en comptait dix millions en 1985. De 1969 à 1985, le grand São Paulo passait de six millions sept cent mille à quinze millions d’habitants. Quelle expérience pouvions-nous apporter ?

4Pour que le dialogue entre les deux pays puisse reprendre, il a fallu un temps de réflexion, qui correspond précisément à ces vingt dernières années. A partir des années 1955-1960, sous la double pression du concours de Brasilia et de la croissance démographique, une pensée urbaine s’est constituée au Brésil. La première étape a peut-être été l’action du dominicain français, le R.P. Lebret (Economie et humanisme), qui a laissé une marque profonde sur tant d’architectes-urbanistes de São Paulo, Joaquim Guedes en tête. En France, à partir des années soixante-dix, s’est constituée une recherche architecturale, autour de professeurs qui s’efforcèrent de tisser des liens entre le monde universitaire et celui des architectes. Professeurs que de nombreux Brésiliens eurent tôt fait de découvrir, souvent avant les architectes français. Ceux-ci, élevés dans la crainte d’un super-diplôme, ont été longtemps hostiles à l’idée de doctorat ou d’enseignement post-diplôme. Il serait intéressant de dresser la liste de tous les architectes brésiliens titulaires d’un doctorat français. Enfin, les années difficiles traversées par le Brésil ont conduit à vivre en France des architectes dont certains furent invités comme professeurs associés. Ainsi Joaquim Guedes, à l’école d’architecture de Strasbourg (1969-1971 et 1973), Sergio Ferro, Carlos Heck, Rodrigo Lefebvre à l’école de Grenoble, qui continue aujourd’hui encore d’inviter des professeurs brésiliens.

5Ces liens entre les deux pays, sources de tant d’échanges, de tant d’amitiés, cependant trop fragiles, trop isolés, ne suffiraient pas à justifier la présence de l’architecture dans ce recueil. On me demande pourtant, sinon un bilan, du moins un « témoignage ». C’est qu’il y a autre chose. Dans le passé. Dans un proche avenir.

***

6Tout d’abord, la première mission de coopération française a été la « Mission artistique » formée par Lebreton en 1816. Son membre le plus célèbre est un peintre, Debret. Mais celui qui eut l’influence la plus profonde et la plus durable fut l’architecte Grandjean de Montigny. Ce n’est pas par hasard que le parc de la Quinta de Boa Vista, le premier gratte-ciel (A Noite) de Rio, le Copacabana Palace Hotel sont l’œuvre de Français. Et qu’Agache projeta le plan d’urbanisme de Rio.

7Mais surtout, le chef-d’œuvre de la coopération française est sans doute le deuxième voyage de Le Corbusier au Brésil. Dans un premier temps, un séjour de six semaines (juillet-août 1936), un travail quotidien avec Lucio Costa et son équipe (Oscar Niemeyer, Reidy, etc.) permirent non seulement la construction du premier grand édifice public moderne (le ministère de l’Education) mais l’émergence de toute une génération d’architectes. Dans un deuxième temps, dans un monde déchiré par la guerre, les architectes américains, à partir de 1943, les architectes européens à partir de 1947 (fameux numéro spécial de la revue Architecture d’aujourd’hui) découvraient avec émerveillement que l’architecture la plus moderne pouvait être une fête, pouvait être heureuse.

8L’originalité de Le Corbusier avait permis à l’originalité brésilienne de se manifester et d’exercer en retour une influence créatrice sur l’Europe. N’est-ce pas l’ambition de toute coopération : donner le meilleur, le plus fort, le plus exigeant de soi-même pour que l’autre, à son tour, ne copie pas mais donne le meilleur de lui-même ? Je crois que, dans aucun autre domaine, on a, de façon aussi rapide et aussi pure, accompli le parcours idéal d’une coopération entre deux pays.

9Certes, la première manifestation de la puissance créatrice du Brésil avait été le baroque de Minas. Mais elle n’avait eu aucune répercussion en Europe. Au contraire, avec ce séjour de Le Corbusier, pour la première fois, le Brésil va exercer une influence directe sur l’Europe.

10Il faut, je crois, insister sur cet événement, car il éclaire tous les enjeux, pour les uns et pour les autres, de toute coopération.

11En 1948, une polémique a opposé un grand critique d’art de São Paulo, Geraldo Ferraz, à Lucio Costa. Un livre ayant attribué à Lucio Costa la paternité de l’architecture moderne brésilienne, Geraldo Ferraz demandait à Costa de reconnaître que le premier architecte moderne brésilien avait été Gregori Warchawchik, auteur à Sâo Paulo, en 1927-1928, de la « première maison moderne ». Costa répondit qu’il avait la plus grande fidélité envers son ami Warchawchik, mais que le début de l’architecture moderne datait de la construction du ministère de l’Education, œuvre de Le Corbusier et de l’équipe de L. Costa. Et ceci, en vertu d’un raisonnement que je crois fondamental. Costa expliquait : de toute façon, l’architecture moderne serait arrivée au Brésil, comme elle est arrivée dans tous les pays. Elle était arrivée par l’intermédiaire de Warchawchik et de Flavio de Carvalho, mais si Flavio de Carvalho était resté à Londres ou Warchawchik à Rome, d’autres architectes auraient introduit au Brésil l’architecture moderne. Ce qui s’était passé à Rio en 1936 était tout à fait différent : le ministère de l’Education n’était pas la copie ou l’adaptation d’une mode européenne, c’était une création originale. C’était la première fois qu’on utilisait les brise-soleil ; c’était un chapitre de l’histoire de l’architecture du xxe siècle.

12Une belle exposition a récemment montré à Paris la « Modernidade » brésilienne. Quand « modernidade » signifie-t-elle adoption d’une « modernité » inventée ailleurs, et quand signifie-t-elle apport brésilien à la « modernité » ? Aucun pays ne peut vivre que de ses seules inventions. Mais aucun grand pays n’existe sans sa part d’inventions. En simplifiant grossièrement on pourrait écrire une histoire de la peinture ou de la sculpture du xxe siècle en ignorant le Brésil. Il est impossible d’écrire une histoire de l’architecture en ignorant le ministère de l’Education, Pampulha et Brasilia.

***

13Il est un aspect de cette architecture brésilienne qui est peu connu, et pour lequel je voudrais évoquer mon expérience personnelle. Je suis venu pour la première fois au Brésil en 1953, chargé de rédiger un guide fragmentairement publié en 1955. En 1953, le Brésil comptait un peu plus de cinquante millions d’habitants, tout juste mille kilomètres de routes asphaltées (dont quatre cent-cinquante pour Rio-São Paulo), et aucune documentation touristique. Les expéditions dans les coins les plus perdus ne suffisaient pas, et j’eus vite fait de découvrir le chemin du Service du patrimoine historique et artistique national (SPHAN). Durant de longues après-midi, je consultais, à quelques mètres de leur silencieux gardien, Carlos Drumond de Andrade, les dossiers accumulés depuis 1937 par Mario de Andrade, Rodrigo Mello Franco de Andrade, Silvio de Vasconcellos, Luis Saía, etc. ; ces dossiers sans lesquels Germain Bazin n’aurait pu écrire son grand ouvrage sur l’architecture baroque du Brésil. J’avais une formation d’historien, et j’ignorais tout de l’architecture moderne. C’est le SPHAN qui devait me la faire découvrir. A São Miguel das Missões, j’admirais le petit musée et demandais quel en était l’auteur : pour la première fois, j’entendis le nom de Lucio Costa. A Ouro Preto, l’hôtel où je dormais était l’œuvre d’un autre inconnu (pour moi), Oscar Niemeyer. Dans les dossiers du SPHAN, je lus, au bas d’un projet de restauration d’une petite église rurale, le nom de Joaquim Cardozo. Lorsque, fatigué de pérégrinations, je voulais me reposer, j’allais dans le plus simple et le plus raffiné, le plus traditionnel et le plus moderne, le plus petit et le plus spacieux des hôtels, le Park Hotel de Nova Friburgo, discret chef-d’œuvre de Lucio Costa.

14Ainsi, le ministère de l’Education et le SPHAN, les calculs savants de Pampulha et les restaurations humbles de chapelles coloniales avaient les mêmes auteurs. Je crois que cela n’est arrivé nulle part ailleurs. Viollet-le-Duc avait rêvé de faire de l’étude du Moyen Age la base d’une architecture rationaliste mais il avait été battu en brèche par les éclectiques. La démarche brésilienne a été beaucoup plus subtile, et on voudrait écrire une histoire de cette étonnante génération de 1900 (Kubitscheck et Costa sont tous les deux nés en 1902), si libre d’esprit, si audacieuse, si intelligente, qui a esquissé le Brésil moderne.

***

15Voici cinquante ans que Le Corbusier est venu au Brésil et que le SPHAN a été créé ; voici vingt ans qu’ont mûri, en France comme au Brésil, une approche plus prudente des problèmes urbains, un élargissement de la notion d’environnement, de patrimoine, une évolution des conceptions de protection, d’aménagement. Le moment semble venu d’introduire l’architecture dans les programmes de coopération. Deux projets s’esquissent.

16Le premier est lié à la ville. La préparation de l’exposition du centenaire de Le Corbusier a révélé la possibilité d’organiser entre nos deux pays un réseau coordonné de chercheurs. Les premiers contacts ont été établis entre les universités de Rio, São Paulo et Porto Alegre, l’école d’architecture de Versailles (Ph. Panerai), le service de la Recherche architecturale.

17Le deuxième est lié à l’installation d’une base de lancement de satellites près du petit village d’Alcantara. A ce propos, se pose le problème le plus difficile qui soit : comment concilier la préservation de ce qui donne à ce village son charme magique et la nécessaire arrivée de la modernité ? Comment, sur des données nouvelles, continuer dans le chemin ouvert par Lucio Costa ?

Notes de fin

* Directeur du Centre d'études supérieures d'histoire et de conservation des monuments anciens, Paris.

© Éditions de l’IHEAL, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540