Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

France-Brésil : vingt ans de coopération

 | 
Luiz Claudio Cardoso
, 
Guy Martinière

Deuxième partie. Témoignages de personnalités françaises et brésiliennes classement par ordre alphabétique

Les espérances de la chimie : les nouveaux matériaux

Paul Hagenmuller

Texte intégral

  • * Professeur à l'université de Bordeaux I, Laboratoire de chimie du solide du CNRS.

1Note portant sur l’auteur*

2Depuis cinq reprises, à partir de 1980, l’occasion m’a été donnée de me rendre au Brésil. Ce fut soit pour répondre à une demande française, celle du Centre national de la recherche scientifique (CNRS), soit sur l’invitation d’organismes brésiliens, tels le Conselho nacional de desenvolvimento científico e tecnológico (CNPq), le PRONAQ (Programme national d’appui à la chimie), la Financiadora de estudos e projetos (FINEP), l’Académie brésilienne des sciences.

3Le but de ces opérations était de développer les recherches sur les matériaux inorganiques dans les laboratoires de recherches universitaires ou publics en vue d’applications industrielles utilisant les richesses minières et les compétences brésiliennes. Dans ce rôle d’expert, il m’a été permis de faire bénéficier mes partenaires brésiliens d’une expérience personnelle acquise dans le cadre de la chimie du solide française. J’ai été amené à présenter des conférences sur des thèmes appropriés, à remplir une fonction de conseil et à accueillir des stagiaires et des étudiants de thèse dans mon laboratoire bordelais pendant des périodes variant d’un à trois ans. J’ai été aidé dans cette tâche, par M. Sénégas, maître de conférences à l’université de Bordeaux I, qui, à deux reprises, a effectué des cours au Brésil, en particulier à l’université de São Paulo (centre de São Carlos) et a joué un rôle de conseil apprécié auprès des chercheurs brésiliens concernés.

4Les centres concernés par cette action « matériaux » ont été très divers : l’université de Sao Paulo à São Carlos (physique et chimie), l’université d’Araraquara (chimie) et la faculté de philosophie des sciences et des lettres de l’université fédérale de São Paulo à Ribeirao Preto (terres rares), l’université fédérale de São Carlos (engineering et matériaux, chimie), l’Instituto de Pesquisa tecnológica (IPT) à São Paulo (verres, radiochimie et chimie analytique), l’université de Campinas (UNICAMP) à Campinas (chimie et physique), le Centre de recherches industrielles (FTI) à Lorena, l’université du Minas Gerais à Belo Horizonte (Instituts de physique et de chimie), le Centro de tecnologia do Estado de Minas Gerais (CETEC), le Centro brasileiro de pesquisas físicas (CBPF), l’université fédérale de Rio de Janeiro (Coordenação dos programas de pos-graduação em engenheria - COPPE), l’université fédérale du Ceará à Fortaleza, l’université fédérale de Pernambuco à Recife.

5Cette action a été soutenue de manière constante par le ministère français des Affaires étrangères et le CNRS, en particulier sous forme de bourses pour les étudiants brésiliens. Elle a été associée de manière très étroite à la plupart des initiatives brésiliennes dans le domaine de l’élaboration de matériaux avancés utilisant les matières premières du pays et en vue de leur industrialisation.

6Le but de l’opération était naturellement de permettre au Brésil de passer sur ce plan du stade de pays en voie de développement exportant ses matières premières ou des produits à faible valeur ajoutée à celui d’un pays maîtrisant des technologies avancées grâce à la compétence de ses chercheurs. Car ceux-ci sont souvent de très grande qualité, mais insuffisamment motivés par leur formation trop fondamentale et par une politique de recherche qui n’est pas assez volontariste sur le plan économique.

7A titre d’exemple de cette coopération, nous citerons les recherches effectuées dans le domaine des oxydes ternaires de niobium qui sont souvent d’excellents diélectriques susceptibles d’utilisation, en particulier dans les condensateurs multicouples ou des ferroélectriques dont l’emploi est important pour la conversion du signal (sonar, fenêtres optiques, matériaux pyroélectriques, etc.). Une collaboration s’est également instituée dans le domaine plus général des ultracéramiques (influence des joints de grains sur les propriétés). M. Sénégas a apporté une coopération précieuse dans le secteur des propriétés magnétiques, plus particulièrement du point de vue de la résonnance magnétique nucléaire (RMN).

8Les relations personnelles ont naturellement été excellentes et l’impact français évident, si l’on tient compte de l’évolution progessive des recherches brésiliennes sur les matériaux.

9Tout dernièrement, le 15 janvier 1988, je me suis rendu à nouveau au Brésil sur l’invitation du secrétaire d’Etat aux Nouveaux matériaux, de l’université de São Paulo et d’une fondation privée pour faire le bilan actuel de cet effort de réorientation de la recherche brésilienne dans un secteur essentiel pour l’économie du pays. De nombreux collègues et chercheurs formés dans mon laboratoire ont contribué à m’accueillir. On peut estimer qu’il existe, dans ce domaine, entre le Brésil et la France, un fort potentiel de valorisation industrielle de la recherche fondamentale.

Notes de fin

* Professeur à l'université de Bordeaux I, Laboratoire de chimie du solide du CNRS.

© Éditions de l’IHEAL, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable