Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

France-Brésil : vingt ans de coopération

 | 
Luiz Claudio Cardoso
, 
Guy Martinière

Deuxième partie. Témoignages de personnalités françaises et brésiliennes classement par ordre alphabétique

Découvrir les frontières de l’univers

Jean Delhaye

Texte intégral

  • * Membre correspondant de l’Académie des sciences (Institut de France) et de l’Academia Brasileira d (...)

1Note portant sur l’auteur*

2Relater ce qu’a été la coopération franco-brésilienne en astronomie au cours des vingt dernières années nécessite d’évoquer, en tout premier lieu, la mémoire de celui qui en fut l’initiateur, le Brésilien Abrahãb de Moraes, hélas disparu en 1970, à l’âge de cinquante-quatre ans.

3Professeur unanimement estimé, Abrahão de Moraes fut nommé en 1955 directeur de l’Institut d’astronomie et de géophysique de l’université de São Paulo, couramment appelé Observatoire de São Paulo. A cette époque, il enseignait la mécanique à l’université, et la mécanique céleste l’intéressait tout particulièrement. L’astronomie aussi ; on lui avait demandé de rédiger un texte sur l’histoire des travaux astronomiques effectués au Brésil, pour un ouvrage collectif qui parut précisément en 1955 (« A Astronomia no Brasil », in As Ciências no Brasil, Ed. Melhoramentos, São Paulo, 1955).

4Très préoccupé par le sommeil dans lequel se trouvait plongée l’astronomie brésilienne, pourtant active au xixe siècle, notamment sous le règne de l’empereur Pedro II, Abrahão de Moraes résolut de l’en sortir ; « pour que notre pays puisse coopérer efficacement au progrès de l’astronomie, il faut — écrivit-il en conclusion du texte cité plus haut — créer un observatoire ou transférer l’un de ceux qui existent dans une région plus favorable, éloignée des grands centres urbains ; il apparaît aussi nécessaire d’attirer chez nous quelques astronomes de grande compétence et d’envoyer dans des établissements européens et américains ceux de nos jeunes qui s’intéressent aux études astronomiques ».

5S’il pensait d’abord à l’observatoire de São Paulo dont il avait la responsabilité, Abrahão de Moraes n’oubliait pas qu’il existait à Rio de Janeiro un autre observatoire, plus ancien d’ailleurs, qu’il devait associer à ses efforts tout en respectant son statut « national », pas plus qu’il n’oubliait les groupes universitaires (peu nombreux à l’époque, il est vrai) qui désiraient promouvoir un enseignement et des recherches en astronomie ou en astrophysique.

6Il est remarquable que le rôle qu’Abrahão de Moraes se donna ainsi n’ait été contesté par personne : on le savait désintéressé, uniquement préoccupé du progrès des sciences au Brésil et l’on appréciait le type de relations qu’il savait nouer spontanément avec quiconque.

7Pourquoi s’est-il adressé de préférence aux astronomes français pour l’aider à réaliser son programme ? Peut-être parce qu’il connaissait parfaitement les œuvres des mathématiciens français qui contribuèrent tant au développement de la mécanique céleste ; peut-être parce qu’il suivait avec une grande attention les efforts faits en France pour y promouvoir des recherches astronomiques de qualité, aussi bien dans le domaine des travaux théoriques que dans celui des techniques instrumentales ; peut-être encore, plus simplement, parce qu’il connaissait parfaitement leur langue et qu’il se sentait proche d’eux sur le plan cutlurel. Quelle qu’en soit la raison, s’adresser à eux lui parut naturel : il le fit au début des années soixante, par des contacts personnels sauvegardant le caractère exploratoire de sa démarche, c’est-à-dire la possibilité pour lui d’élaborer peu à peu un plan réaliste harmonisant les programmes d’investissement avec les possibilités de recrutement et de formation de chercheurs et de techniciens.

8Le recrutement des premiers chercheurs fut considéré comme une opération à entreprendre sans attendre. Deux excellents candidats étaient déjà connus avant que le plan ne fût mis en place et ils avaient entrepris des travaux de mécanique céleste, l’un en France, l’autre aux Etats-Unis ; mais il fallait élargir le spectre des possibilités offertes aux futurs boursiers en donnant au Brésil même des cours de bon niveau présentant quelques domaines dans lesquels s’exerçait l’activité des astronomes, en particulier de ceux qui se déclaraient prêts à accueillir de jeunes Brésiliens.

9Les directeurs des observatoires de Rio et de São Paulo s’étaient mis d’accord pour que la première de ces deux institutions assume la responsabilité de la création d’un observatoire d’astrophysique doté d’un statut national, comme l’était l’observatoire de Rio, l’autre institution prenant, en raison de son statut universitaire, la responsabilité du recrutement et de la formation des jeunes, quelle que soit leur université d’origine.

10Plusieurs astronomes français sont ainsi allés donner des cours à São Paulo, mais il convient d’insister ici sur l’importance des services rendus par les nombreux étudiants français (jeunes ingénieurs ou étudiants de troisième cycle) qui se sont relayés au Brésil pendant une dizaine d’années pour y effectuer leur service national au titre de la coopération. Le fruit de ces contacts fut celui que l’on en attendait : les jeunes Brésiliens furent nombreux à désirer venir travailler dans les observatoires français, la plupart d’entre eux rentrèrent dans leur pays avec le titre de docteur d’Etat français.

11C’est au cours des premières années de cette coopération qu’Abrahão de Moraes eut l’idée de demander à l’observatoire de Besançon de l’aider à transférer à l’extérieur de l’agglomération pauliste les activités d’observation de son institut, ce transfert s’accompagnant d’une modernisation de l’équipement et des méthodes : il s’agissait essentiellement d’observations astrométriques, domaine dans lequel l’observatoire de São Paulo était resté spécialisé depuis sa création. Le premier élément de cette modernisation consista à acquérir un instrument de conception française, l’astrolabe impersonnel de Danjon. Un astronome de Besançon fit entre 1964 et 1966 plusieurs séjours (dix-huit mois au total) à l’observatoire de São Paulo pour organiser l’utilisation de ce nouvel instrument et donner au personnel la formation appropriée. En même temps, il prépara sous l’autorité de son directeur le travail de recherche du nouveau site souhaité : le site finalement retenu se trouve à Valinhos, non loin de Campinas. Un observatoire à vocation essentiellement astrométrique y a été installé. Cet observatoire est une annexe de l’observatoire de São Paulo, et il porte le nom d’Observatorio Abrahão de Moraes.

12Les critères de choix d’un site propre aux observations de nature astrophysique sont plus sévères et la recherche d’un tel site prit beaucoup plus de temps que celle qui conduisit au choix de Valinhos pour la station astrométrique. Ainsi qu’il a été dit plus haut, la responsabilité de l’opération avait été confiée à l’observatoire national de Rio de Janeiro. L’observatoire du Pic-du-Midi lui apporta son concours. De nombreux sites possibles furent étudiés ; celui qui fut retenu est un site de montagne — le sommet du Pico dos Dias (1860 m), près de Brasópolis (Minas Gerais). L’observatoire qui y a été construit possède comme instrument principal un téléscope de 1,60 m de diamètre. Etablissement de statut national, géré par l’observatoire de Rio de Janeiro, il est devenu entre temps un institut directement rattaché au Conselho nacional de desenvolvimento científico e tecnológico (CNPq). Il fut inauguré en 1981, près de vingt ans après le début de la coopération évoquée ici.

13L’inauguration de l’observatoire astrophysique de Brasópolis a-t-elle marqué un terme à la coopération franco-brésilienne en astronomie ? Non, évidemment ; elle a concrétisé, en quelque sorte, la fin d’un programme. La coopération elle-même avait alors déjà changé de nature depuis quelques années : le retour au Brésil de la première génération d’astronomes formés « à l’extérieur » permit aux Brésiliens de prendre eux-mêmes en charge l’enseignement de l’astronomie dans leurs universités et la formation de leurs jeunes chercheurs. Et, si des séjours en France (ou dans d’autres pays, aux Etats-Unis, par exemple) furent nécessaires aux pionniers pour se spécialiser et préparer leur thèse de doctorat, il est à présent possible à des jeunes Français (ou à des jeunes d’autres pays) d’aller préparer leur thèse au Brésil. Une statistique succincte illustrera ce dernier propos. Le nombre des astronomes brésiliens titulaires d’un doctorat est à ce jour voisin de cinquante-cinq. Un sur trois est titulaire d’un titre français, du doctorat d’Etat le plus souvent. Un autre tiers est constitué de titulaires d’un Ph.D. délivré dans un autre pays ; le dernier tiers, de titulaires du doctorat brésilien, ce grade couronnant dans bon nombre de cas une recherche menée en forte interaction avec un groupe français.

14La coopération se manifeste en effet maintenant dans l’existence d’équipes franco-brésiliennes « intégrées », travaillant sur des programmes communs. Il est difficile de citer tous ces programmes : la liste en est longue et le risque d’en omettre est certain. Ils concernent l’astrométrie la plus classique aussi bien que l’étude des atmosphères stellaires en relation avec l’identification des populations stellaires et l’étude de la structure galactique, ou encore l’observation de notre galaxie en infrarouge, ou les galaxies actives, ou les sources X, ou les amas de galaxie, etc.

15Cette liste a de quoi surprendre le lecteur initié car elle comprend des sujets dont l’étude nécessite des moyens d’observation qui n’existent ni à Valinhos, ni à Brasópolis, des instruments de radioastronomie en particulier. Il faut tout d’abord signaler que la compétence acquise par les astronomes brésiliens leur donne accès à l’observatoire interaméricain de Cerro Tolodo au Chili, de même que leur « jumelage » avec des équipes françaises leur donne accès à l’observatoire européen austral de La Silla, au Chili également.

16Mais il faut dire quelques mots de la radioastronomie brésilienne. Les premières activités radioastronomiques se sont développées au Brésil indépendamment des groupes qui ont été impliqués dans la coopération décrite ici, mais en relation avec les Américains (pour le groupe de São Paulo) ou avec les Argentins (pour le groupe de Porto Alegre). Depuis que la coopération avec les astronomes français existe, elle s’est évidemment étendue à ce domaine. On peut en dire autant des activités spatiales. D’évidence, ce « témoignage » ne prétend évidemment pas décrire l’ensemble des activités brésiliennes dans le vaste domaine des recherches astronomiques ; le lecteur intéressé trouvera une telle description dans le volume deux (Ciêncas Exatas e da Terra) de la Série Avaliação e Perspectivas publiée par le CNPq (Brasília, 1983).

17Les circonstances ont voulu que, du côté français, je sois le partenaire « privilégié » d’Abrahão de Moraes dans l’élaboration et la mise en œuvre initiale de son programme. Je me réjouis de l’avoir été, car ce fut pour moi l’occasion de participer à une aventure dont je ne pressentais pas, en m’y lançant, qu’elle serait aussi passionnante et aussi enrichissante. La lecture de ce qui précède montre que j’ai été aidé par de nombreux collègues. Ma contribution scientifique personnelle a concerné d’une part l’astronomie fondamentale et les techniques astrométriques sur lesquelles elle s’appuie ; d’autre part, l’astronomie galactique et la dynamique stellaire. Les cours que j’ai donnés, à São Paulo comme à Rio, ont porté sur ces deux domaines et j’ai guidé, puis suivi les travaux des jeunes Brésiliens qui s’y sont intéressés et qui ont travaillé, soit à l’observatoire de Besançon (dont j’étais le directeur au moment où la collaboration débuta), soit à l’observatoire de Paris (où je revins en 1964) : ces jeunes animent maintenant des groupes actifs dont il m’est agréable de reconnaître la valeur.

Notes de fin

* Membre correspondant de l’Académie des sciences (Institut de France) et de l’Academia Brasileira das Ciências.

Auteur

© Éditions de l’IHEAL, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540