Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

France-Brésil : vingt ans de coopération

 | 
Luiz Claudio Cardoso
, 
Guy Martinière

Deuxième partie. Témoignages de personnalités françaises et brésiliennes classement par ordre alphabétique

Échange scientifique avec la France. Épisodes significatifs

Jacques A. Danon

Texte intégral

  • * Directeur de l’Observatório nacional (Observatoire national), membre de l’Academia brasileira de c (...)

1Note portant sur l’auteur*

2Les traits caractéristiques essentiels qui ont marqué mes quarante ans de collaboration avec la France ont été, sans aucun doute, le fruit de mes années de formation post-universitaire au laboratoire Curie à Paris.

3Ayant achevé mes études de chimie à ce qui était alors l’Université du Brésil, je suis arrivé à Paris en 1948. Quelques mois plus tard, j’étais accepté par le couple Irène et Frédéric Joliot-Curie, comme stagiaire au Laboratoire Curie de l’Institut du radium à Paris. Ce fut avec un sentiment d’immense respect et admiration, doublé d’une légitime fierté, que, pour la première fois, je franchis les portes de ce domaine qui avait abrité les laboratoires de Marie Curie, dans lesquels Irène et Frédéric Joliot-Curie avaient réalisé tant de découvertes qui leur avaient valu l’attribution du prix Nobel, marquant profondément toute la physique moderne.

4J’ai eu, ainsi, le grand bonheur de fréquenter familièrement ceux qui ont créé les sciences nucléaires. Dans un contexte de ressources limitées — telles étaient les conditions de vie dans l’après-guerre —, j’ai appris l’importance de la tradition scientifique fondée essentiellement sur la qualité de l’élément humain plus que sur les équipements et les édifications que la France réalisait alors dans son effort de reconstruction scientifique et technique.

5Des expériences simples, une capacité d’improvisation, l’imagination et l’originalité, apparaissaient comme les qualités essentielles pour réaliser les découvertes scientifiques qui, dans la tradition des Curie, avaient conduit à trois prix Nobel.

6A coup sûr, les leçons que j’ai reçues pendant ces années ont orienté mon activité scientifique au Brésil, commencée à la fin de 1952, et ont marqué les différentes étapes de ma collaboration avec de nombreux groupes en France.

7J’ai eu l’occasion de collaborer sur le plan scientifique avec des chercheurs appartenant à diverses institutions, à Paris, Strasbourg et Grenoble. Les travaux ont été effectués en grande partie sur la base des sciences nucléaires et leurs applications, parmi les plus variées. J’ai occupé successivement diverses fonctions : professeur visitant, membre du Centre national de la recherche scientifique (CNRS) et du Commissariat à l’énergie atomique (CEA) dans plusieurs laboratoires.

8Parmi les exemples d’échange avec la France, je crois que les travaux sur la météorite Santa Catharina méritent d’être mis en valeur car ils sont exemplaires de nombreux aspects de la nature de ma collaboration avec mes collègues français.

9Dans le cadre de la politique française de décentralisation, le développement scientifique de Grenoble bénéficia d’une grande impulsion. Bénéficiant déjà d’une grande tradition dans des domaines comme l’électronique, Grenoble vit s’installer de grands laboratoires dans l’après-guerre, notamment ceux du CEA. Grâce à une étroite collaboration avec les laboratoires du CNRS et de l’Université de Grenoble, ils connurent un développement extraordinaire. Or, Grenoble a été un des centres les plus actifs de l’échange avec la communauté scientifique brésilienne. Les domaines des sciences du nucléaire et ses applications, de la physique et de la chimie du solide, du magnétisme, des basses températures, des semi-conducteurs et de l’énergie solaire, entre autres, ont fait l’objet, dans de nombreux instituts et laboratoires, d’un échange profitable avec Grenoble. Depuis 1963, lorsque nous avons commencé la collaboration entre le CBPF (Centro brasileiro de pesquisas físicas - Centre brésilien de recherches physiques) et Grenoble, jusqu’en 1978, ce furent quinze années d’échanges ininterrompus pendant lesquelles près d’une centaine de chercheurs brésiliens se sont rendus à Grenoble en mission ou en stage, et environ le même nombre de physiciens et d’ingénieurs, appartenant à divers laboratoires de Grenoble, ont effectué des missions au Brésil. Les détails de ces échanges ont été décrits et analysés de façon critique dans une publication de Gérard Kuhn et Pierre Servoz-Gavin : Grenoble-Brésil, sciences physiques et sciences de l’ingénieur.

10L’utilisation du réacteur nucléaire du type piscine a été un des principaux thèmes de collaboration de Grenoble avec l’ancien IEA (Instituto de energia atómica - Institut de l’énergie atomique) de São Paulo, afin de mettre en œuvre l’étude de l’alliage ordonné fer-nickel, avec proportion égale des deux éléments. Un tel alliage possédait des propriétés magnétiques très intéressantes ; il avait été découvert quelques années plus tôt, à Grenoble, par l’équipe que dirigeait l’illustre physicien, le professeur Louis Néel, prix Nobel de physique. L’étude des propriétés physiques, surtout magnétiques, de la phase ordonnée a fait l’objet de nombreuses thèses de doctorat et de communications scientifiques pendant plus de dix ans au CEN (Centre d’études nucléaires).

11L’alliage fer-nickel équi-atomique (50 % - 50 %), a une structure ordonnée ou, plus précisément, les atomes de fer et de nickel sont disposés en plans parallèles. Comme une telle structure est obtenue en irradiant l’alliage fer-nickel usuel par des neutrons dans les réacteurs nucléaires, il se produit alors un processus d’établissement d’ordre dans l’alliage.

12En 1979, nous étions en train d’entreprendre des recherches systématiques sur les météorites brésiliennes, en utilisant la technique de spectroscopie Mössbauer. Le laboratoire de spectroscopie Mössbauer du CBPF, avec près de vingt ans d’activité, était reconnu par la communauté scientifique internationale et se trouvait être un des lieux d’échange scientifique y compris avec la France, à savoir les laboratoires du CEN de Saclay, de l’Université de Strasbourg et même de Grenoble.

13En utilisant cette technique, nous avons découvert que la météorite Santa Catharina présentait une forte proportion de phase ordonnée de l’alliage fer-nickel. Cette découverte, réalisée conjointement avec les travaux entrepris à l’Université de Copenhague par le professeur J.M. Knudsen, montrait ainsi pour la première fois que l’alliage ordonné n’était pas seulement un produit artificiel des réacteurs nucléaires mais qu’il existait dans la nature et qu’on le trouvait dans les météorites. Quelque temps après, les spécialistes nord-américains identifièrent une phase ordonnée de tétraténite.

14J’ai transmis l’information de la découverte de cette phase ordonnée aux groupes de Grenoble qui avaient travaillé pendant plusieurs années sur la phase obtenue par irradiation. Ces groupes avaient une connaissance des techniques spécialisées dans les études de phase, surtout aux rayons X, et il fut alors possible d’entreprendre une étude minutieuse de l’alliage de la météorite et de le comparer à l’alliage obtenu artificiellement par les réacteurs. Ces études ont fait l’objet de différentes publications dans des revues spécialisées et ont obtenu un certain retentissement dans les milieux scientifiques.

15Il est intéressant de noter que de tels travaux sur la météorite Santa Catharina ont permis de renouer avec une longue tradition de coopération avec la France. La Santa Catharina a été découverte en 1875 dans l’île de São Francisco do Sul et avait été reconnue comme météorite grâce aux analyses des échantillons effectuées à l’Ecole polytechnique de Rio de Janeiro par les professeurs français qui étaient en mission au Brésil. La météorite avait révélé des propriétés très intéressantes à tel point que l’Empereur Pierre II lui-même en avait remis des échantillons à l’Académie des sciences de Paris, dont il devait d’ailleurs être élu membre correspondant quelque temps plus tard.

16Nous devons rappeler qu’à cette époque, Pierre II s’était engagé dans la coopération avec la France pour développer l’étude de la géologie et de la minéralogie au Brésil. Cette coopération était en train de connaître son maximum d’intensité avec l’arrivée au Brésil d’Henri Gorceix et la fondation de l’Ecole des mines d’Ouro Preto, véritable berceau de la formation des études de notre richesse minérale.

17La météorite de Santa Catharina a fait l’objet de nombreux mémoires présentés devant l’Académie des sciences de Paris et au Brésil. Henri Becquerel fut un de ceux qui apportèrent un intérêt à la Santa Catharina ; quelques années plus tard, il allait découvrir la radio-activité.

18J’ai eu l’occasion de présenter nos travaux à Grenoble au professeur Louis Néel, alors à la retraite, qui a montré une grande admiration et un intérêt certain pour les résultats obtenus.

19L’intérêt pour les météorites brésiliennes nous a conduit à établir une collaboration avec l’Université de Paris, notamment le Laboratoire de cristallographie-minéralogie de l’Université de Paris VI. Ce laboratoire avait été fondé par le professeur Jean Wyart, membre de l’Institut de France (Académie des sciences). Le professeur Wyart collaborait depuis longtemps avec notre pays et avait eu l’opportunité de le connaître en 1948 lorsqu’il enseigna au Laboratoire de substances minérales. Nous avons ainsi commencé une collaboration avec la grande spécialiste des météorites de ce laboratoire, Mme Christophe Michel-Lévy. La collection des météorites du Brésil n’est pas très nombreuse ; toutefois, elle est significative en raison de leurs particularités. La Santa Catharina en est un bon exemple.

20Les travaux réalisés au Brésil dans notre laboratoire ont été hautement appréciés et reconnus comme suffisamment exceptionnels à tel point qu’ils ont fait l’objet d’une thèse de doctorat d’Etat soutenue à l’Université de Paris par nos deux collaboratrices, R.B. Scorzelli et I. Souza Azevedo.

21Il a donc été possible de réaliser une recherche assez exhaustive sur les météorites brésiliennes, en particulier la Santa Catharina et la phase ordonnée. Grâce à l’existence au Brésil d’un laboratoire compétent et d’un personnel qualifié, nous avons pu mener à bien une grande expérience et tester différentes techniques pour l’étude d’un matériau extrêmement original, originaire du Brésil. J’estime que ces trois conditions doivent se conjuguer naturellement pour assurer le succès d’une collaboration de haut niveau.

22Je tiens à insister sur l’aspect original du matériau brésilien. Il constitue, sans aucun doute, un des aspects de la plus grande importance pour la collaboration scientifique. Un pays comme le Brésil possède une très grande richesse de variétés de ressources naturelles, de conditions géographiques et climatiques, de caractéristiques ethnologiques et archéologiques spécifiques qui offrent un extraordinaire potentiel de sujets pour la recherche scientifique. Alors que les pays les plus développés ont entrepris des études exhaustives dans leurs aspects les plus variés sur leur propre potentiel, des pays comme le nôtre présentent une originalité quant à l’évolution de ses matériaux donnant naissance à une recherche nouvelle. On peut dire que, grâce au Brésil, il existait un terrain idéal pour le naturaliste, au sens du xixe siècle, c’est-à-dire pour le chercheur qui entreprenait des recherches sur une nature très riche dans ses aspects les plus méconnus ; aujourd’hui, on peut appréhender ces recherches avec suffisamment de discernement et avec des techniques variées, déjà testées et maîtrisées par des pays comme la France. Certes, il ne s’agit pas de se placer dans une position passive, d’offrir sur un plateau une étude réalisée avec des moyens plus élaborés à partir d’une matière première encore mal connue. Mon idée est que nous disposons, au Brésil, d’un avantage considérable en matériaux originaux, que nous offrons une problématique nouvelle, un sujet scientifique original, qui peuvent donner une contribution de la plus grande importance au développement scientifique et à ses applications.

23Je crois que l’exemple de la météorite de Santa Catharina est l’illustration même de cet état d’esprit. Comme me l’a affirmé le professeur Néel, s’il avait connu l’existence de la phase d’ordre de la météorite à l’époque où il réalisait ses travaux, de nombreuses études entreprises alors auraient permis de progresser bien davantage.

24L’accord avec le Laboratoire de minéralogie et de cristallographie de l’Université de Paris nous a conduit à mettre en œuvre un nouveau thème de collaboration avec la France, que nous souhaiterions décrire en raison des leçons transmises par cette expérience.

25L’ancienne collection de minéraux de la Sorbonne se trouve exposée actuellement dans les sous-sols d’un édifice construit sur ce qui fut la « Halle aux vins » abritant une des Universités de Paris, Jussieu. Il s’agit d’un merveilleux musée en raison de la qualité des pièces exposées et surtout des remarquables techniques d’exposition. Grâce à l’utilisation de projecteurs spéciaux qui permettent d’illuminer l’objet tout en laissant l’observateur dans la pénombre, les formes et les couleurs fantastiques des plus beaux spécimens de minéraux de toutes les régions du monde sont ainsi rehaussées dans un parfait équilibre d’ombre et de lumière.

  • En français dans le texte (N. du T.)

26Lors de ma première visite à cette collection de minéraux, alors que j’étais en train d’admirer de si belles vitrines, le professeur Pierre Bariand, conservateur de la collection, m’a fait remarquer qu’une grande partie des spécimens exposés provenaient du Brésil. Je lui dis alors : « Monsieur Bariand, nous devons faire un musée semblable au Brésil ! » Il me répondit du tac au tac : « c’est mon rêve le plus cher ! »

27L’initiative était lancée. Je la vis se concrétiser quelques années après, dans les salons de l’Ecole des mines d’Ouro Preto, avec le concours enthousiaste de son directeur, le professeur Cristovam Paes de Oliveira, de la Fondation Gorceix et membre du corps enseignant de cette école.

28Dans les anciens salons du palais du gouverneur, on trouve la collection d’Henri Gorceix, comprenant vingt mille spécimens.

29Plus de cent ans après sa fondation, l’Ecole des mines accueillit à nouveau un maître venant de France, pour collaborer avec le Brésil dans le domaine de la science des minéraux, afin de valoriser ce que notre terre a si généreusement produit.

30La présence de la France, le respect et l’attachement avec lesquels une tradition séculaire d’échange avec le Brésil étaient cultivés par l’Ecole d’Ouro Preto, furent aussi une révélation et une surprise pour le professeur Bariand. La lecture de la correspondance entre Pierre II et Henri Gorceix lui donna une idée de l’importance de cette tradition d’échange entre le Brésil et la France. Moderniser cette collection classique de minéraux en bénéficiant de l’expérience et du génie artistique des professeurs français fut une tâche pour laquelle les professeurs et les élèves de l’Ecole des mines se dévouèrent sans compter. A la surprise admirative du professeur Bariand, il fut possible, en moins d’un an, avec tant d’enthousiasme, de reproduire intégralement à Ouro Preto toute une technique d’exposition de minéraux, avec les vitrines et les jeux d’ombre et de lumière. Ce nouveau musée de minéralogie de l’Ecole des mines d’Ouro Preto naquit ainsi de la sélection des exemplaires les plus précieux de la collection d’Henri Gorceix.

31Le nouveau musée, semblable à celui de Paris, présente en plus une caractéristique unique au monde : les minéraux exposés, représentatifs de toutes les variétés de la classification de la minéralogie, sont originaires du sol brésilien ! Comme l’a dit le professeur Bariand, le jour de l’inauguration, en présence de celui qui était alors le gouverneur du Minas Gerais, Tancredo Neves : « Ce n’est qu’au Brésil que l’on pouvait faire un musée comme celui-ci ! »

Notes de fin

* Directeur de l’Observatório nacional (Observatoire national), membre de l’Academia brasileira de ciências (Académie brésilienne des sciences), professeur titulaire du Centro brasileiro de pesquisas físicas -CPBF (Centre brésilien de recherches physiques), membre titulaire de l’Académie européenne des sciences, lettres et arts.

En français dans le texte (N. du T.)

© Éditions de l’IHEAL, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540