Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

France-Brésil : vingt ans de coopération

 | 
Luiz Claudio Cardoso
, 
Guy Martinière

Deuxième partie. Témoignages de personnalités françaises et brésiliennes classement par ordre alphabétique

Une vision personnelle de la coopération scientifique entre la France et le Brésil, de 1758 à 1966

Carlos Chagas

Note de l’auteur

Note portant sur l’auteur1

Texte intégral

1Dans l’étude des relations scientifiques entre la France et le Brésil, qui se concrétisent au début du xixe siècle avec les expéditions d’Auguste de Saint-Hilaire, l’action de notre deuxième Empereur apparaît remarquable.

Pierre II

2Toutefois, avant d’analyser cette action, il faut dire un mot de l’expédition de La Condamine (1701-1774). Descendant le Solimões et l’Amazone, du Pérou à l’embouchure du fleuve, avec pour objectif premier de déterminer la mesure de l’arc du méridien terrestre, il fit d’intéressantes observations sur la faune et la flore du bassin amazonien, publiées dans son livre, Relation abrégée d’un voyage fait dans l’intérieur de l’Amérique méridionale (1745).

3Les initiatives de Pierre II furent nombreuses. L’une d’entre elles aboutit à la création de l’Ecole des mines d’Ouro Preto, imitée du modèle de l’école du même nom de Saint-Etienne, en France, dont le premier directeur fut le géologue Claude Henri Gorceix (1842-1919). Deux professeurs français l’accompagnèrent. Ils s’appelaient Armand de Bovet et Arthur Thizé (1853-1924). Ensuite, il convient de signaler la transformation de l’Observatoire astronomique en Observatoire national, où a été nommé le Français Emmanuel Liais (1826-1900). Pierre II prit aussi la décision de faire adopter par le Brésil le système métrique et de faire participer son pays à la conférence internationale qui s’est tenue dix ans après à Paris (1875) dont le protocole fut signé par une douzaine de pays seulement. La convention du mètre fut une initiative française, qui doit son origine à la création du Bureau des poids et mesures, localisé à Paris.

4On doit encore mettre en valeur deux tentatives de Pierre II : la première fut d’inviter Pasteur à venir au Brésil afin de résoudre le problème de la fièvre jaune. Depuis le dernier quart du siècle, elle dévastait nos ports et décimait les populations des villes du littoral. Pasteur ne put accepter l’invitation de Pierre II mais, selon ce que disent les chroniques, il entreprit un voyage à Bordeaux afin d’examiner les parasites amariles en provenance des ports du Brésil. De là vint l’admiration de Pierre II pour Pasteur : comme nous le dit Georges Raeders, l’Empereur offrit de promulguer une loi qui aurait permis aux prisonniers brésiliens une remise de la peine de mort dans le cas où ils s’engageraient à se soumettre au traitement anti-rabique mis au point par le savant français, c’est-à-dire leur inoculer l’agent morbide responsable de la maladie. Pierre II invita aussi Claude Bernard afin d’installer un laboratoire de physiologie expérimentale au Musée national (1880). Ne pouvant venir, Claude Bernard envoya son disciple Louis Couty. Ainsi fut installé, aux environs de la place de la République où se situait le Musée — la plus ancienne institution scientifique du Brésil —, le premier laboratoire expérimental des terres d’Amérique latine. Pierre II, qui fut membre correspondant de l’Académie des sciences à Paris, puis ensuite élevé au titre de membre associé étranger, confirma son admiration pour Pasteur en faisant un don personnel au moment de la construction du grand Institut de la rue du Docteur-Roux. Il apparaît logique de reconnaître ainsi, dans ces conditions, que l’intérêt de Pierre II pour la science française ne pouvait qu’influencer la formation de notre communauté scientifique.

Oswaldo Cruz

5Cette influence s’est dessinée d’une manière décisive lors de l’arrivée d’Oswaldo Cruz (1872-1917) à l’Institut Pasteur en 1896. En effet, le problème des maladies infectieuses, et plus particulièrement celui de la fièvre jaune, se posait pour nous d’une façon de plus en plus aiguë. Pour le résoudre, le gouvernement de la république avait demandé, à la fin du siècle, au gouvernement français d’envoyer une mission pour l’étude de la fièvre jaune, à laquelle avait participé l’éminent spécialiste de parasitologie, Emile Marchoux (1862-1943). Avec Oswaldo Cruz, la situation se modifia car, entretemps, le Président Rodrigues Alves l’avait convié à diriger le département général de santé publique, récemment créé. Oswaldo Cruz s’imprégna totalement de la méthode scientifique à l’Institut Pasteur ; il n’hésita pas à reconnaître l’hypothèse de transmission de la fièvre jaune par les moustiques, et, en peu de temps, en combattant le vecteur, l’Aedes aegypti, élimina le terrible fléau des ports brésiliens. En plus, utilisant à bon escient sa popularité et son prestige politique, Oswaldo Cruz créa l’Institut de médecine expérimentale — qui prit ensuite le nom d’Institut Oswaldo Cruz. Cette fondation apparaît, à mon avis, comme le premier signe de l’évolution scientifique du Brésil. L’Institut Oswaldo Cruz a pris pour modèle l’Institut Pasteur ; ce fut grâce à lui que la méthodologie scientifique s’est introduite et développée dans notre pays, aussi bien en médecine scientifique, c’est-à-dire dans le domaine biomédical qu’en médecine préventive ou encore dans le domaine des zoonoses. La grande contribution de la science française est, ainsi, la création de l’Institut Oswaldo Cruz.

La Faculté de philosophie, sciences et lettres de São Paulo

6Le deuxième grand impact a été l’arrivée au Brésil de l’extraordinaire groupe de professeurs français venus enseigner à la Faculté de philosophie, sciences et lettres de São Paulo, créée par Armando Sales Oliveira, avec le concours de Julio de Mesquita Filho et Paulo Duarte ; ces professeurs furent sélectionnés par Teodoro Ramos, mathématicien et intellectuel de grande valeur.

7L’impact provoqué par le groupe des sociologues, économistes, historiens et géographes recrutés par l’Université de São Paulo (USP) est indescriptible. Ils entraînèrent une mutation du panorama culturel brésilien en donnant une grande importance aux sciences humaines et sociales et en montrant leur unité, chose jusqu’alors mal perçue chez nous. Un nouveau panorama de la culture brésilienne se dessina, raison pour laquelle cette expérience devint un modèle pour les autres Universités. Je signale que ce nouveau type de relation, entre le Brésil et la France, n’a pu être réalisé que grâce au rôle joué par Georges Dumas, dont l’intervention fut décisive pour faire venir au Brésil pendant l’entre-deux-guerres de nombreux scientifiques et médecins français.

8La création de l’Institut franco-brésilien, principalement conçu par Georges Dumas (1866-1946) et soutenu dans notre pays, notamment, par les frères Osorio de Almeida et par Carlos Chagas, fut à l’origine de la visite au Brésil d’innombrables scientifiques et de personnalités scientifiques de renommée mondiale. Je citerai, parmi les tous premiers, Madame Curie, accompagnée à cette occasion par sa fille Irène qui, elle aussi, reçut plus tard le prix Nobel. Parmi les grands médecins, je citerai seulement les noms d’Henri Vasquez et Charles Laubry, Emile Sergent et Léon Bernard. Parmi les physiologistes, Gley et Charles Richet. Il convient aussi de signaler la présence significative à São Paulo, au début des années vingt, à la faculté de médecine, d’Emile Brumpt lors de la création de la chaire de parasitologie.

9La guerre de 1939 a interrompu le courant d’échanges scientifiques entre le Brésil et la France. Je me souviens, comme si c’était hier, le jour où embarquèrent pour Paris, sur le « Florida », le dernier navire qui quitta notre port après la déclaration de guerre, des visages de René Leriche et Georges Dumas. Je n’ai jamais revu ce dernier, déjà malade, et j’ai à peine pu le distinguer à travers l’écoutille. Leriche nous fit des signes jusqu’à ce que le navire se fut éloigné. L’inventeur de la chirurgie de la douleur laissa, à Rio comme à São Paulo, une impression extraordinaire. Ses conférences n’étaient pas seulement suivies par les spécialistes mais par un parterre rempli de grandes figures scientifiques et humanistes. Pendant la guerre, la présence française fut assurée par les professeurs français que l’Université de São Paulo (USP) avait tenu à garder mais aussi à Rio de Janeiro, par la présence de René et Sabine Wurmser, de l’Institut de biologie physico-chimique.

Auguste Comte et l’enseignement des sciences

10Avant de poursuivre cette description des relations franco-brésiliennes dans le domaine scientifique, je souhaite mentionner l’influence d’Auguste Comte dans notre pensée. Elle apparaît, sans aucun doute, d’une extrême importance pour comprendre l’évolution de notre pays. Ses idées furent introduites dans notre milieu par Nisia Floresta, professeur bahianaise qui le connut à Paris et qui publia un des premiers livres comtistes au Brésil (Opúsculo humanitario), livre qui fut suivi d’un traité de mathématique de Moniz de Aragão.

11La pensée d’Auguste Comte rencontra un écho dans notre société et exerça une influence surtout dans les milieux de la politique et de l’organisation administrative de notre pays. Notre propos n’est pas, ici, de discuter de l’expansion et de la profondeur de ses idées dans notre évolution politique, mais je veux souligner que les positivistes que j’ai connus ont porté bien haut les idées d’Auguste Comte, soit par leur probité, soit par l’intérêt qu’ils consacraient aux moins privilégiés, soit par l’attachement profond de leur soutien au développement national.

  • 1 L’expression utilisée par l’auteur : « bacharelismo » est intraduisible en français ; elle fait réf (...)

12Dans le domaine scientifique, la pensée d’Auguste Comte a exercé une influence surtout dans l’enseignement des sciences, introduites de façon concrète par la réforme de l’enseignement de Benjamin Constant Botelho Magalhães, positiviste convaincu. Au début de la République, Benjamin Constant représentait la voix de l’enseignement scientifique dans un groupe où prédominait la formation des humanités, ou, pourrait-on dire, la « scolastique des licenciés »1. A coup sûr, un des centres du développement de l’idée selon laquelle il est indispensable d’accepter les mathématiques comme élément de base du développement scientifique se trouve bien être l’Ecole centrale, devenue plus tard polytechnique, de Rio de Janeiro.

L’après-guerre

13Au lendemain de la guerre, une des initiatives prises par le gouvernement français pour rétablir le prestige culturel de la France dans notre pays a été d’envoyer au Brésil, en mission culturelle, Pasteur Vallery-Radot. Membre de la grande Académie française ainsi que des Académies des sciences et de médecine de Paris, il s’était distingué en tant que chercheur en médecine par sa recherche pionnière sur l’étude de l’allergie et avait conquis la célébrité grâce aux compléments qu’il avait apportés à la biographie de son grand-père, publiée par son père, Lucien Vallery-Radot. La seule présence, à Rio et à São Paulo, d’un petit-fils de Pasteur donna matière à une infinie série de souvenirs et commentaires.

14Robert Courrier, futur Secrétaire perpétuel de l’Académie des sciences de Paris et René Fabre, de l’Institut de France et doyen de la Faculté de pharmacie, arrivèrent ensuite au Brésil. Grâce à cette mission, plusieurs bourses furent attribuées par des industries françaises à de jeunes brésiliens diplômés pour aller se perfectionner en France. Ce furent les premiers boursiers de l’après-guerre.

15S’il était difficile pour la France de récupérer le terrain perdu pendant la guerre, cette tâche fut quand même entreprise grâce à la création de la division culturelle du ministère français des Affaires étrangères. Henri Laugier, professeur de physiologie à l’antique Sorbonne, vieil ami du Brésil, surtout de Miguel Osorio de Almeida, lui donnèrent une grande impulsion. Henri Laugier fut remplacé à ce poste par Louis Joxe, auquel succéda par la suite Bourbon-Busset.

  • 2 En français dans le texte (N. du T.).

16Pendant cette période, l’« attachée »2 scientifique que la France avait envoyée au Brésil, Gabrielle Mineur, a collaboré d’une manière que je qualifierai de spectaculaire, à faire progresser les relations franco-brésiliennes. Lors de son séjour, les échanges scientifiques et les projets communs devinrent intenses. Il m’est agréable de citer, par exemple, la venue au Brésil du professeur Yves Rocard pour mettre en oeuvre une collaboration avec le département de physique de l’USP relative aux rayons cosmiques par le moyen de ballons-sondes. Je pense aussi au séjour à São Paulo de Delhaye, le collaborateur de Abrahão de Morais, et aussi à l’aide apportée au recteur Joaquim Amazonas, de Recife, notamment pour l’organisation d’un laboratoire de biologie marine, ou encore aux cours du professeur Alexandre Monnier ou au séjour du professeur Yves Legrand à Rio. Des centaines d’autres missions peuvent être citées comme le cours professé par le cancérologue Antoine Lacassagne ou celui du couple Tréfouel.

17A l’époque de la « mission Mineur », tout a été facilité pour développer l’échange franco-brésilien, aussi bien par le ministère français des Affaires étrangères que par nos autorités.

18Je signale aussi, toujours à l’époque des activités de Gabrielle Mineur, l’attribution d’innombrables bourses d’étude accordées par une commission indépendante dont faisait partie, entre autres, Temistocles Cavalcanti. Le Brésil put ainsi avoir la possibilité d’organiser régulièrement par lui-même l’envoi de nombreux boursiers en France.

19Grâce au gouvernement français, avec la participation du Conselho nacional de pesquisas (Conseil national de recherches), j’ai pu faire venir au Brésil de nombreux scientifiques de France qui m’ont aidé à assurer la structure de l’Institut de biophysique de l’Université fédérale de Rio de Janeiro, notamment par R. Latarget, Mme Fessard et G. Millhaud.

20Depuis l’extraordinaire retour de la France dans le domaine scientifique, surtout à partir du second gouvernement de de Gaulle (1958), le resserrement de cet échange apparaît de plus en plus décisif pour notre pays.

21Rio de Janeiro, 1987

Notes

1 L’expression utilisée par l’auteur : « bacharelismo » est intraduisible en français ; elle fait référence à une situation culturelle particulière du Brésil et de l’Amérique latine où une grande partie des diplômes permettant aux nations de former leurs cadres étaient les conséquences d’un enseignement exclusivement littéraire et juridique sans aucune trace d’esprit critique ni valeur expérimentale. Tel était le cas des « bachareis » qui avaient suivi une formation en faculté de droit sanctionnée par un diplôme de premier grade universitaire. Il en résultait une formation de cadres moyens et supérieurs prédisposés aux arguties et aux débats de type « café du commerce » qui n’avaient guère de prises sur les réalités de la vie (N. du T.).

2 En français dans le texte (N. du T.).

Notes de fin

1 Commandeur de la Légion d’honneur, membre associé de l’Académie des sciences de Paris, membre associé de l’Académie de médecine de Paris, membre honoraire de la Société de biologie de France, docteur ès sciences de l’Université de Paris, docteur honoris causa des Universités de Paris, Bordeaux, Clermont-Ferrand.

Auteur

© Éditions de l’IHEAL, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable