Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

France-Brésil : vingt ans de coopération

 | 
Luiz Claudio Cardoso
, 
Guy Martinière

Deuxième partie. Témoignages de personnalités françaises et brésiliennes classement par ordre alphabétique

Université de São Paulo, Faculté de philosophie, lettres et sciences humaines. Rapport sur les professeurs français (1934-1987)

José Ribeiro de Araujo Filho, Azis Simão et Eduardo d’Oliveira França

Note de l’auteur

Note portant sur l’auteur1

Note portant sur l’auteur2

Note portant sur l’auteur3

Texte intégral

1En 1934, lors de la création de l’Université de São Paulo, les fondateurs décidèrent d’instituer la Faculté de philosophie, sciences et lettres destinée à développer le champ des connaissances dans ces domaines. Son premier directeur, le professeur Teodoro Ramos, de l’Ecole polytechnique, partit en Europe afin de recruter des professeurs de compétence reconnue pour assurer un enseignement dans cette nouvelle institution qui se créait.

2Dans le domaine des humanités, les professeurs devaient être recrutés en France, au sein de ses universités ; ils devaient transposer au Brésil les enseignements de leur culture et leur expérience de la vie universitaire.

3Le célèbre psychologue Georges Dumas, vieil ami des Brésiliens, patronna les négociations. Il aida Teodoro Ramos à choisir les enseignants tout en facilitant le règlement des problèmes indispensables.

4Les premiers professeurs de l’Université française arrivèrent ainsi pour prononcer les cours inauguraux. Depuis lors, c’est-à-dire depuis plusieurs dizaines d’années, véritables messagers de la culture européenne, ils demeurèrent présents dans tous les travaux de la faculté qui, depuis sa création, avait recherché cette collaboration.

5Dans ce demi-siècle de recherche, de diffusion et de promotion des connaissances de haut niveau, nous pouvons distinguer trois phases dans l’action exercée par ces professeurs depuis l’époque où fut organisée la Mission française animée par le professeur Paul Arbousse-Bastide.

6Pendant les années pionnières, période décisive de structuration d’une faculté en train de naître, les professeurs français, chargés d’assurer un enseignement magistral sous contrat, renouvelable, assumèrent, seuls, toutes les responsabilités d’un enseignement dans le domaine de leurs spécialités. Ils conçurent cet enseignement magistral à partir des champs suffisamment vastes, ne se bornant pas aux impératifs des délimitations restreintes de chaque discipline. Un seul professeur enseignait l’histoire de la civilisation, depuis la préhistoire jusqu’au monde contemporain ; un seul professeur enseignait la géographie physique et humaine dans tous ses aspects ; un seul professeur s’attachait à enseigner toutes les branches de la philosophie. Le travail demandé à chaque professeur était immense ; ils étaient obligés de multiplier le nombre de classes en triplant les groupes puisque les cours devaient se poursuivre sur trois années. On prit la décision d’alterner une année sur l’autre les différentes disciplines que comportait chaque chaire d’enseignement. Les conditions de travail étaient précaires, dans des salles prêtées par d’autres établissements, avec des bibliothèques naissantes aux fonds périmés et d’une extrême pauvreté ; il fallait faire face au manque des fonctionnaires, et même aux attitudes malveillantes émanant de certains secteurs les moins éclairés de l’Université et de la presse. Pour suppléer aux déficiences de la bibliographie, le gouvernement français fit don d’une quantité appréciable d’ouvrages donnant une idée de ce qui s’est publié alors en France.

  • 1 En français dans le texte (N. du T.)

7Nous pouvons identifier deux moments distincts dans cette première phase : celui des professeurs de 1934, pratiquement tous professeurs titulaires de l’Université, qui demeurèrent seulement un semestre afin d’inaugurer les chaires, appelés à être remplacés, et le moment des professeurs de 1935, dont nombre d’entre eux étaient des « agrégés »1 en début de carrière, qui devaient rester davantage de temps au Brésil, au moins deux ans. Tous étaient de fortes personnalités, à tel point que nombre d’entre eux, à leur retour en Europe, occupèrent des postes de responsabilité dans l’Université française. La plupart d’entre eux se passionnèrent pour leur mission ; pendant les années où ils restèrent à l’université de São Paulo, ils rendirent de très grands services, aussi bien en matière d’enseignement que de recherche.

8Dans une seconde phase, les professeurs qui poursuivirent leur séjour après 1935 et ceux qui vinrent remplacer les premiers, eurent la possibilité d’être aidés par des assistants brésiliens, choisis parmi leurs anciens élèves. Ils purent ainsi mieux répartir les charges d’enseignement avec leurs assistants, tout en leur assurant la formation nécessaire à l’obtention des diplômes leur permettant d’enseigner à l’université. Professeurs français et assistants brésiliens étaient engagés sous contrat. Ces auxiliaires faisant preuve de maturité, il devint possible de subdiviser les thèmes des disciplines enseignées et d’augmenter le nombre de chaires afin de mieux épouser les contours des spécialités et permettre aux jeunes ainsi formés d’exercer pleinement leurs responsabilités. L’implantation du doctorat d’inspiration française et le développement du nombre des diplômes autorisant à enseigner dans l’enseignement supérieur, ce qui impliquait de se consacrer à la recherche, favorisèrent le bon niveau de ceux qui se destinaient à remplacer les maîtres européens et à occuper les chaires de professeur. Ces chaires commençèrent à être offertes sur concours aux membres du corps enseignant de la Faculté dans la mesure où les professeurs transféraient peu à peu leurs séminaires et leurs cours théoriques. Mais ce transfert fut réalisé de manière très souple, permettant à ceux d’entre eux qui le souhaitaient de demeurer encore dans l’université pauliste.

9Une troisième phase commence au lendemain des années cinquante et se prolonge jusqu’à nos jours. Au lieu de choisir des professeurs permanents, la Faculté accueille des professeurs visitants qui s’attachent à dispenser un enseignement spécialisé pendant leur séjour de quelques mois sur invitation de l’Université. Parfois, certains d’entre eux restent un peu plus longtemps, un ou deux ans, moyennant la prolongation de leurs contrats. Dans ce cas, ils doivent assumer un enseignement correspondant au cursus normal d’une discipline déterminée.

10Toutefois, même si la durée de la visite est relativement courte, le séjour est toujours utile, permettant l’échange et l’actualisation des connaissances, surtout dans les cours et séminaires de recherche ; mais il convient de remarquer que la possibilité de former des disciples comme cela se pratiquait autrefois et d’entreprendre des recherches au Brésil, se trouve ainsi réduite.

11Aussi, pour surmonter ces difficultés, plusieurs départements comme, par exemple, les départements de philosophie et d’histoire, ont envisagé d’augmenter la durée du séjour de ces professeurs, en la fixant au moins à un an, afin de le rendre plus productif. Plusieurs noms de réputation incontestée ont ainsi été accueillis comme professeurs visitants ; d’autres ont obtenu une consécration méritée seulement après leur passage au Brésil, ce qui confirme la qualité des choix. D’autres départements enfin, pour avoir réussi à conserver suffisamment longtemps leurs premiers professeurs, s’engagent moins dans la collaboration avec des professeurs visitants.

12De fait, ces trois phases concordent bien avec l’évolution que doit suivre une politique universitaire raisonnable : aux premiers enseignements d’initiation succède une période d’association et de formation à l’enseignement et à la recherche de collaborateurs choisis afin d’assurer les successions parmi les anciens élèves ; puis, dans les années suivantes, le renouvellement est assuré par une présence suffisamment assidue afin de maintenir le flux de la contribution française. Tout au long de ces phases, les professeurs français qui ont contribué successivement à aider et à construire l’actuelle Faculté de philosophie, lettres et sciences humaines, n’ont pas été peu nombreux. Lors de l’éclatement de l’ancienne Faculté, en 1970, avec, pour conséquence, l’instauration des sciences exactes et des sciences de la nature en instituts autonomes, les domaines qui avaient été définis sous l’influence culturelle française sont restés forts de leur cohésion et unis dans une même entité : la philosophie, les sciences humaines et les lettres.

13Il nous paraît maintenant très significatif de mentionner les noms de ces grands professeurs qui, pendant plus de cinquante ans, les uns à la suite des autres, ont transmis d’Europe les fondements de leur savoir et de leur expérience pour la construction de l’Université de São Paulo. Toute omission pouvant éventuellement apparaître dans cette liste ne peut être intentionnelle ; elle est la conséquence des déficiences de la mémoire collective, surtout ces dernières années où la documentation a été moins bien conservée.

14Première phase. Les professeurs suivants sont venus de France dès 1934 à l’occasion de l’installation de la Faculté de philosophie : en histoire, le professeur Emile Coornaert, médiéviste renommé, spécialiste de l’histoire économique des Flandres, qui est d’ailleurs revenu en 1949 ; en géographie, nous avons accueilli le professeur Pierre Deffontaines, revenu lui aussi plus tard comme professeur visitant, autorité reconnue en géographie humaine ; il entreprit des recherches sur la géographie du Brésil, publiant le résultat de ses travaux, identifiant notamment une première division régionale de l’Etat de São Paulo ; en philosophie, le professeur Etienne Borne fut choisi et bien peu sont ceux qui ne connaissent pas son activité ; deux professeurs ont été attachés aux sciences sociales : Paul Arbousse-Bastide et Claude Lévi-Strauss.

15Arbousse-Bastide a aussi enseigné à l’Institut d’éducation et revint au Brésil à plusieurs reprises ; il assura un enseignement de façon permanente dans deux disciplines, d’abord le cours de sociologie puis celui de sciences politiques. De 1934 à 1948, il suivit au jour le jour la croissance de la Faculté, tout en écrivant sa grande thèse de doctorat sur « le positivisme au Brésil », malheureusement encore inédite. Le professeur Claude Lévi-Strauss se consacra à l’anthropologie, science dont il fut, à son retour, une des plus grandes figures de notre temps ; il séjourna au Brésil de 1934 à 1936 et publia plus tard son livre Tristes tropiques directement inspiré par les relations qu’il établit avec les tribus brésiliennes.

16L’enseignement de l’économie politique fut confié au professeur François Perroux qui demeura à São Paulo jusqu’à son remplacement en 1937 ; on sait aussi la brillante carrière qu’il accomplit en France.

17Dans le domaine des lettres, le professeur Robert Garric assura l’enseignement de la langue et de la littérature française jusqu’à son remplacement en 1937, et le professeur Michel Berveiller prononça le cours de philologie grecque et latine de 1934 à 1936.

18A partir de ce moment, en 1935-1936, plusieurs professeurs ont été remplacés par des enseignants plus jeunes, les « agrégés ». La section d’histoire accueillit le professeur Fernand Braudel qui resta ici deux ans, revenant à nouveau en 1947, pour un an. A son retour en France, F. Braudel allait être consacré comme le meilleur historien français de son temps, après avoir rédigé sa thèse remarquable sur la Méditerranée et succédé à Lucien Febvre à la direction de la grande revue des Annales. Il attira par son rayonnement à l’Ecole des hautes études et au Collège de France, de nombreux disciples européens et américains dont plusieurs d’entre eux sont aujourd’hui des historiens renommés. La section de géographie reçut le professeur Pierre Monbeig, véritable fondateur des études de géographie moderne à São Paulo grâce aux recherches qu’il entreprit, surtout avec sa belle thèse de doctorat sur les zones pionnières du Brésil et suscita des disciples qu’il eut l’occasion de former. Pierre Monbeig vécut douze ans au Brésil à partir de 1935 ; après avoir enseigné à l’Université de Strasbourg et à l’Ecole des arts et métiers, à Paris, il fut professeur à la Sorbonne et devint directeur de l’Institut des hautes études de l’Amérique latine. Il revint à plusieurs reprises à São Paulo comme professeur visitant. Il a été fait docteur honoris causa de l’Université de São Paulo. Pendant quelques mois, le professeur Emmanuel de Martonne, grand maître de la géographie physique, enseigna à la Faculté comme professeur visitant ; il révéla véritablement la conception dynamique de cette science jusqu’alors quasiment inconnue des Brésiliens.

19Dans le domaine de la sociologie, en 1937, Lévi-Strauss fut remplacé par le professeur Roger Bastide. Pendant près de vingt ans, Roger Bastide va vivre au Brésil, jusqu’en 1954, incitant à la pratique de la recherche sociologique des disciples qui parvinrent à être remarqués dans et hors de l’Université. Il entreprit lui-même des recherches exemplaires, concernant surtout les Noirs et les religions populaires, champs de recherche qui assurèrent son prestige international. Sa thèse, soutenue en Sorbonne, concerne « les religions africaines du Brésil ». Il publia aussi Brésil, terre de contrastes ; Images du Nordeste mystique et de nombreux autres livres sur le Brésil. Ses travaux se situent dans l’esprit de la grande lignée des études entreprises autrefois par Nina Rodrigues et Arthur Ramos, mais avec une plus grande rigueur scientifique.

20La section de philosophie accueillit en 1935 le professeur Jean Maugüé, dont les enseignements, par le brio de son esprit critique, attiraient l’attention du public bien au-delà du rayonnement habituel de l’Université.

21Dans la section des lettres, le professeur Garric fut remplacé en 1935 à la chaire de langue et littérature française par le professeur Pierre Hourcade. Pierre Hourcade resta jusqu’en 1937 et assura ensuite un brillant enseignement à l’Université de Lisbonne. Les disciplines de latin et de grec, initialement attribuées au professeur Michel Berveiller, furent séparées en 1937 : le latin échut en 1937-1938 au professeur Georges Raeders, Français établi au Brésil puis, à partir de 1939, au professeur portugais Urbano Canuto Soares. L’enseignement du grec fut attribué à des professeurs italiens : en 1937 au professeur Atilio Venturi et en 1939 au professeur Vittorio de Falco.

22En plus de leur tâche d’enseignement magistral, ces premiers professeurs exercèrent une influence intellectuelle en stimulant les activités culturelles. Ils suscitèrent la création d’associations de spécialistes en développant les contacts de leurs anciens élèves avec des intellectuels prédisposés à de telles études. Ainsi, Pierre Deffontaines fonda l’Association des géographes brésiliens, l’AGB, qui allait exercer une influence exceptionnelle dans le pays ; Jean Gagé, arrivé peu après, présida à la constitution de la Société des études historiques. De plus, des congrès commencèrent à être organisés dans les différents domaines mentionnés ci-dessus.

23A la Faculté proprement dite, ces professeurs ont instauré la pratique des séminaires dans l’enseignement et contribué à la mise en place d’enseignements spécialisés jusqu’à la création du doctorat sur le modèle français. Ils ont aussi animé une politique très efficace d’attribution de bourses d’études à l’étranger.

24Deuxième phase. A partir de 1938 environ et jusqu’au début des années cinquante, au moment où le rythme des concours pour accéder aux chaires d’enseignement s’accélérait, les professeurs français s’attachèrent à s’adjoindre des assistants parmi leurs anciens élèves, en les associant à l’enseignement ; ils se préoccupèrent d’augmenter le nombre des chaires selon les spécialités des disciplines afin de les attribuer à leurs assistants, dès lors engagés sur contrat, comme enseignants.

25Certains d’entre eux avaient poursuivi leur séjour ; d’autres arrivèrent, nouveaux professeurs. Braudel a été remplacé en 1937 à la chaire d’histoire de la civilisation par Jean Gagé, un « agrégé » arrivant de l’Université de Strasbourg, autorité en histoire romaine. Jean Gagé resta à São Paulo pendant la guerre. En 1939, il divisa l’enseignement de l’histoire, assurant lui-même, jusqu’en 1946, l’enseignement de l’histoire moderne et contemporaine et confia à un assistant celui de l’histoire ancienne et médiévale. En 1947, Fernand Braudel fut de retour et, en 1948, le professeur Emile Guillaume Léonard, de l’Université d’Aix, lui succéda. Il demeura au Brésil jusqu’en 1951 ; il succéda à son retour en France à Lucien Febvre à l’Université de Paris. Véritable autorité française en matière d’histoire de la Réforme protestante, il écrivit à São Paulo un ouvrage fondamental sur l’histoire du protestantisme au Brésil. L’occupation de la chaire fut ensuite assurée par l’assistant brésilien. Mais la visite du grand historien, le maître de toute une génération d’historiens, Lucien Febvre, marqua cette époque. Le passage de Lucien Febvre au Brésil a été déterminant pour la section d’histoire. Sa conférence inaugura, en quelque sorte, le premier numéro de la Revista de História, alors fondée sous l’influence française, montrant ainsi la filiation avec l’orientation historiographique de la revue française des Annales, créée par Febvre et Marc Bloch, à laquelle Braudel et Léonard étaient si attachés. Pendant cette période, on accueillit aussi pour la première fois au Brésil, en 1953, comme professeur visitant attaché à la chaire d’histoire moderne et contemporaine, Frédéric Mauro, qui rassemblait alors les documents de sa thèse sur l’Atlantique et le Portugal, un travail fondamental pour l’histoire économique du Brésil au xviie siècle. Frédéric Mauro revint à plusieurs reprises comme professeur visitant, entre 1984 et 1987, et accomplit en France une brillante carrière à l’Université de Nanterre, enseignant aussi à l’Institut des hautes études de l’Amérique latine où il a soutenu et soutient toujours avec force les intérêts culturels brésiliens.

26Le professeur Pierre Monbeig assura l’enseignement de la géographie jusqu’en 1946 ; mais, dès 1939, il avait divisé la chaire de géographie en attribuant à son assistant la géographie physique, ne conservant pour lui-même que la géographie humaine. A son départ, le professeur Roger Dion, « agrégé » déjà docteur, lui succéda ; il céda à son tour la place, en 1948, au professeur Pierre Gourou, du Collège de France et de l’Université de Bruxelles, spécialiste de l’étude des régions tropicales. Le professeur Louis Papy arriva ensuite en 1950 ; enseignant à l’Université de Bordeaux, il s’était lui aussi consacré à l’étude des pays tropicaux. A son départ en 1951, Louis Papy céda la chaire à l’assistant brésilien nommé professeur titulaire l’année suivante.

27Les anciens professeurs, les Bastide, continuèrent à s’occuper de la section des sciences sociales. Le professeur Georges Gurvitch, de la Sorbonne, sociologue réputé, fut chargé de la chaire de sciences politiques en 1947. En 1949, lui succéda le professeur Charles Morazé. Auteur, par la suite de l’ouvrage célèbre, Les Bourgeois conquérants, il devait écrire un livre important, Les Trois âges du Brésil. Ch. Morazé fut remplacé par un assistant brésilien en 1952 et amené à enseigner en histoire. En 1937-1938, l’enseignement de l’économie politique fut attribué au professeur Pierre Fromont. Le professeur Paul Hugon, de la Faculté de droit de Toulouse, lui succéda en 1939 ; pendant plus de vingt ans, Paul Hugon demeura à São Paulo où il publia, en portugais, ses ouvrages d’histoire des doctrines économiques et participa à la création de la Faculté de sciences économiques dans laquelle il forma des disciples pour l’enseignement de l’économie ; plusieurs de ses anciens élèves firent même une brillante carrière dans la vie politico-administrative de notre pays.

28Dans la section des lettres, la chaire de langue et littérature française fut attribuée en 1938 au professeur Alfred Bonzon. Il la conserva jusqu’après la guerre, en 1946 ; Alfred Bonzon revint trois ans après, en 1949, pour rester jusqu’en 1962, ayant ainsi offert ses services à l’Université pendant une vingtaine d’années. Entre 1947 et 1949, au moment de l’absence du professeur Bonzon, la chaire fut occupée par le professeur Bernard Louis Guinez. En 1951-1952, le professeur Pierre Hawelka occupa les fonctions de professeur auxiliaire. En 1951, la chaire de langue et littérature grecque fut attribuée au professeur Robert Henri Auberton, docteur ès lettres. Ce fut, à coup sûr, un des professeurs français les plus influents, plaidant avec une ardeur inlassable en faveur de l’acquisition de matériel, y compris en faveur d’une bibliothèque spécialisée, défendant l’attribution des bourses d’étude en Europe, suivant avec attention la progression de ses anciens élèves, luttant pour la formation d’un cursus d’études classiques. A son départ, en 1963, la chaire fut attribuée à son assistant brésilien.

29Le professeur Jean Maugüé se retira de la section de philosophie en 1944, car pendant quelques années, à cause de la guerre, peu de Brésiliens suivirent cet enseignement. Dès 1939, le professeur Maugüé avait partagé la chaire avec son assistant, en la dédoublant. Il l’occupa à nouveau en 1947 et 1948. En cette même année 1947, le professeur Gilles Gaston Granger fut recruté afin d’enseigner la logique et l’esthétique jusqu’en 1953. Il revint plus tard en 1958 et 1959, exerçant une influence prépondérante sur l’orientation des études philosophiques. Les professeurs Jules Vuille-min, en 1947, et Martial Guéroult, en 1947-1948 puis en 1949, enseignèrent aussi dans cette matière. Une période d’absence des professeurs européens se dessina alors jusqu’en 1954-1955 lorsque l’invitation fut adressée au professeur Claude Lefort pour assurer cet enseignement.

30Troisième phase. A partir du début des années cinquante lorsque les chaires se trouvaient être occupées de plus en plus souvent de façon définitive par des professeurs nationaux, les professeurs français, une fois passée la tempête de la guerre qui avait limité leurs arrivées au Brésil, recommencèrent à venir comme professeurs visitants pour des périodes courtes, de quelques mois seulement. Quelques exceptions concernèrent seulement le département de philosophie qui continua d’attribuer un « poste » permanent pour les Français et le département d’histoire où un cours de théorie de l’Histoire fut assuré pendant quelques temps par des professeurs venant de France. Evidemment, la brièveté de leur séjour ne permettait plus de former des disciples, sauf exception, ni d’entreprendre des recherches sur des thèmes brésiliens comme autrefois.

31Pendant quelques années, le département d’histoire reçut successivement, pour assurer l’enseignement de la discipline théorie de l’histoire, les professeurs Jean Glénisson (1958-1960), Yves Bruand (1960-1969) et Charles Olivier Carbonell, de Toulouse, en 1970-1971, qui revint en 1984. Ces deux derniers professeurs furent parmi les plus brillants enseignants qui vinrent de France. Des cours magistraux furent assurés par des professeurs visitants avec des séjours aux durées variables tels Philippe Wolff (1952), Michel Mollat (1961), spécialiste d’histoire maritime, et Jacques Heers, tous médiévistes renommés ; Jacques Godechot, « doyen » de Toulouse (1962) et Albert Soboul de l’Université de Paris (1969) qui revint en 1982, éminentes autorités en matière d’histoire de la Révolution française, Jean Sentou (1971), lui aussi de Toulouse, Edouard Baratier (1969), Jean-Marie Goulemot (1974), Robert Mandrou (1976), Roland Hubscher (1982) ; attachés à l’histoire quantitative, les professeurs François Furet (1973) et Adeline Daumard (1980) furent aussi invités. Une mention particulière doit être faite au professeur Jean Delumeau, de Rennes et de l’Ecole pratique des hautes études (1975), spécialiste d’histoire moderne, de la Renaissance et de la Réforme et de l’histoire des sensibilités. En 1978, le professeur Jean Glénisson fut accueilli à nouveau. De l’Ecole pratique, arriva aussi, en 1984, le professeur Jean Bottero. Dans le domaine de l’histoire ibérique les professeurs Albert Déroisiers (1973) et Joseph Pérez (1975) assurèrent des cours.

32Dans le département de géographie, le professeur Francis Ruellan fut en activité en 1952 pour prononcer les cours de géomorphologie appliquée. Le professeur Charles André Libault arriva en 1965, et pendant plusieurs années, jusqu’en 1973, mit en place les études de cartographie, tout en publiant un précieux Atlas de l’Etat de Sâo Paulo, véritable travail d’innovation. Le professeur André Journaux séjourna en 1972.

33Le département des sciences sociales reçut comme professeur visitant, en 1952, l’illustre anthropologue Paul Rivet, fondateur du Musée de l’Homme et directeur de l’Institut d’ethnologie de Paris, remarquable connaisseur de la préhistoire et de l’ethnographie brésilienne. On accueillit aussi, pour quelque mois, comme professeur visitant de sociologie, le professeur Alain Touraine (1975). Le professeur Roger Bastide était parti en 1954, après avoir enseigné à São Paulo pendant près de vingt ans, laissant à son assistant brésilien le soin de lui succéder. Mais il revint plusieurs fois comme invité au Brésil.

34Après un interrègne de 1947 à 1953, le département de philosophie continua à recevoir systématiquement des professeurs permanents qui assurèrent des cours, à partir du retour du professeur Gilles Granger en 1958-1959. A trois reprises, et pour un assez long séjour, le professeur Gérard Lebrun fut accueilli, entre 1960 et 1966, puis entre 1974 et 1979, après un séjour en 1971. Le professeur Michel Debrun assura des cours de 1960 à 1966. Le professeur Lucien Stephan séjourna en 1962. En 1965-1966, le professeur Michel Foucault enseigna au département et on sait le rôle qu’il joua en France à son retour dans la vie culturelle européenne ; le cours qu’il assura au Brésil fut la matière première de son livre Les Mots et les choses. Les professeurs Danielle Ancier (1967-1969), Jean Gallard (1968-1972), François Warin (1970-1974) et enfin le professeur Francis Didier Wolff (1980-1984) assurèrent un enseignement magistral. En 1984, le gouvernement français transforma le « poste » qui pouvait assurer aux professeurs un séjour de cinq ans, en décidant d’envoyer des professeurs visitants pour un séjour de trois mois seulement, conformément aux termes de l’accord de coopération scientifique. Cette situation a fait l’objet d’une révision de la part du gouvernement français afin de rétablir les anciennes conditions.

35En plus de ces professeurs qui assuraient des enseignements magistraux pendant toute l’année, d’autres ont été accueillis en qualité de visitants à partir de 1971 : cette année-là, précisément, ce furent Jean-Pierre Vernant, François Châtelet et Gérard Lebrun ; en 1973, François Châtelet et Michel Serres ; en 1974, Jules Vuillemin ; en 1975, Marcelo Dascal, Michel Foucault et Alain Grosrichard ; en 1976, François Lyotard ; en 1977, à nouveau, Jean-Pierre Vernant ; en 1982, Marcelo Dascal et Cornelino Castoriades ; en 1983, Pierre Aubenque et Maurice Godelier ; en 1984, Pierre Macherey ; en 1985, Maurice Clavelin et Michel Abensour ; en 1986, Francis Wolff, Annie Cohen-Solal et Michel Paty ; enfin, en 1987, Michel Malherbe et Yves Michaud.

36Dans le département des lettres, discipline de la langue et littérature française, où le professeur Alfred Bonzon demeura jusqu’en 1962, le professeur Albert Audubert enseigna de 1960 à 1973. Les professeurs Jean-Pierre Pellegrin (1965) et Hubert Sarrazin (1968) apportèrent leur collaboration. Succédèrent au professeur Audubert, les professeurs Michel Launay de 1972 à 1975, Bernard Aubert de 1976 à 1982 et enfin, depuis 1982, le professeur Alain Quenette. Le rôle du professeur Audubert fut d’autant plus bénéfique qu’il s’intéressait à l’enseignement du portugais en France, soutint les demandes d’attribution de bourses d’étude et obtint la dotation d’un laboratoire audio-visuel pour l’enseignement de la langue.

37Le Centre d’études rurales et urbaines, associé au département des sciences sociales, fut en relations constantes avec la France depuis 1973 lors du séjour de Roger Bastide ; il accueillit plusieurs professeurs français visitants. En 1975, il reçut les professeurs Pierre Monbeig et Ignacy Sachs ; en 1976, le professeur Henri Desroche ; en 1977, le professeur Jean-Pierre Berthe ; en 1978, le professeur Maxime Haubert ; en 1982, le professeur Annie Thébaud ; en 1984, le professeur Paul Arbousse-Bastide, à nouveau le professeur Annie Thébaud et le professeur Viola Sachs, qui revint en 1987, et enfin, en cette même année 1987, le professeur D. Bertaux, de la Maison des sciences de l’homme.

38Concernant le département d’histoire, sous l’impulsion de l’accord « France-Brésil » entre l’Université de São Paulo, l’Université de Paris III et l’Institut des hautes études de l’Amérique latine, les professeurs Frédéric Mauro une nouvelle fois, en 1985, Henri Favre et Albert Broder, de l’Université de Lille, en 1986, Marc Ferro et Jean Piel en 1987, furent accueillis. Nous attendons la visite prévue du professeur François Crouzet en 1988.

39Les relations culturelles entre l’Université de São Paulo et la France ne peuvent que se renforcer avec l’instauration d’accords en termes de réciprocité. Dernièrement, le séjour de professeurs français était devenu possible grâce à l’aide financière d’organismes brésiliens, en particulier la Fundação de amparo à pesquisa do Estado de São Paulo (FAPESP) (Fondation d’appui à la recherche de l’Etat de São Paulo) et la Sociedade brasileira para o progresso da ciência (SBPC) (Société brésilienne pour le progrès de la science). Des accords avec la France ont renforcé cette politique d’échanges, en faveur du département de philosophie et, plus récemment, du département d’histoire.

40Après tant d’années de fréquentations et d’échanges culturels, on peut distinguer une nouvelle phase en faveur des relations universitaires entre les deux pays. Pendant un demi-siècle, le Brésil a reçu des enseignements de l’Université française ; dans ce nouveau système, où le niveau culturel a été élevé grâce aux enseignements de ses professeurs, anciens élèves des maîtres européens, il est possible d’envoyer ceux-ci en France, non pas pour suivre des stages, apprendre à enseigner et à participer à des recherches, mais pour assurer des cours dans les institutions françaises. La présence des professeurs paulistes en France témoigne sans aucun doute du succès de la « mission française », qui assura la formation de disciples au niveau des maîtres ; elle constitue le couronnement de l’œuvre entreprise en 1934.

Notes

1 En français dans le texte (N. du T.)

Notes de fin

1 Professeur titulaire de la chaire de géographie à l'Universidade de São Paulo / Faculdade de filosofia, letras e ciências humanas (USP / FFLCH), Université de São Paulo, Faculté de philosophie, lettres et sciences humaines.

2 Professeur titulaire de sociologie (USP / FFLCH).

3 Professeur titulaire de la chaire d'histoire (USP / FFLCH).

© Éditions de l’IHEAL, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540