Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

France-Brésil : vingt ans de coopération

 | 
Luiz Claudio Cardoso
, 
Guy Martinière

Première partie. La coopération France-Brésil en science et technologie

II. La coopération avec la France

Texte intégral

1Les progrès de la science et l’impact des mutations technologiques, facteurs déterminants de la structuration des relations sociales, constituent une des principales caractéristiques du monde contemporain.

2L’interpénétration de la connaissance scientifique et du développement des processus technologiques a provoqué des transformations radicales, aussi bien dans l’équilibre interne des sociétés que dans le système des relations internationales. Adapter rapidement nos idées et nos concepts aux transformations économiques et sociales provoquées par le rythme vertigineux des mutations de ces processus de production, apparaît comme le grand défi de notre temps.

  • * En français dans le texte (N. du T.).
  • 1 Diniz, Arthur José de Almeida : « Tecnologia, poder e relações internacionais », p. 35 in Revista (...)

3L’importance et la perception de l’impact de la science et de la technologie augmentent, même si nous constatons que les autoroutes modernes, en Europe, suivent encore le tracé des anciennes voies romaines. Par exemple, la très belle « route des Alpes »* a été tracée du temps des Romains, ce qui avait facilité le transport des éléphants d’Hannibal à travers les Alpes lors de son avancée vers Rome1.

4L’homme vit aujourd’hui la période de transformation la plus profonde et la plus rapide de son histoire. Pour la première fois, les problèmes matériels qui s’opposent au progrès peuvent être résolus à partir de solutions techniques. Le développement technologique et le progrès social sont étroitement liés à la capacité des nations d’utiliser la connaissance scientifique comme solution à leurs besoins de bien-être.

  • En français dans le texte (N. du T.).
  • 2 Schwartzman, Simon : « A árvore da ciência », p. 72 in Ciência Hoje, volume 3, n° 5, nov.-déc. 198 (...)

5La science moderne ne surgit ni ne se renforce par génération spontanée. Son développement dépend, au contraire, de l’existence d’un espace social favorable, résultat d’un système éducatif vaste et bien organisé, et de l’utilisation intensive des connaissances techniques dans l’industrie, l’agriculture, la santé et divers autres secteurs. Mieux, il suppose la formation d’un corps social spécifique qui trouve, dans l’activité scientifique — et pas seulement dans ses applications techniques — une voie légitime de participation, de mobilité et de prestige. Peu de pays, semble-t-il, sont parvenus à combiner ces différents facteurs qui ont contribué à leur donner, dans la seconde moitié de notre siècle, cette tradition bien établie. En France, par exemple, la tradition scientifique a intégré cette période culturelle et intellectuelle qui aida à détruire l’« ancien régime » et établir l’Etat nouveau de la Révolution et de l’Empire2.

6Déjà, les sauts technologiques ne se comptent plus en siècles, comme avant, mais au mieux en décennies. Les transformations se succèdent avec une telle rapidité qu’un pays qui n’a pas de politique de développement scientifique et technologique efficace court le risque d’être marginalisé dans l’histoire, condamné à une situation de dépendance croissante envers les pays à plus fort potentiel technique.

  • 3 Bunge, Mário : Teoria e realidade, pp. 225-226, São Paulo, Editora Perspectiva, 1974.

7Le développement intégral d’une nation moderne implique le développement de sa recherche scientifique. D’abord, parce que l’économie du pays en dépend, si elle aspire à être diversifiée, dynamique et indépendante. Ensuite, parce qu’il n’existe pas de culture moderne sans une science vigoureuse et actualisée : la science occupe aujourd’hui le cœur de la vie culturelle dans la mesure où sa méthode et ses résultats irriguent les autres champs de la culture comme tous les domaines d’activités3. Enfin, parce que les mutations engendrées par la science dans le tissu social traduisent une nouvelle forme de souveraineté.

8Dans le Brésil actuel, il existe une pleine conscience du rôle de la science et de la technologie comme levier de développement économique et social du pays. L’entière maîtrise nationale dans ce domaine représente un facteur critique pour la promotion d’un meilleur équilibre entre les différentes régions du pays, de même que pour surmonter les différentes conditions qui contribuent aux déséquilibres existants. La création d’instruments efficaces permettant d’assurer le développement de notre potentiel scientifique et technologique s’affirme, de jour en jour, de façon plus impérieuse afin que notre population puisse bénéficier des bienfaits du progrès et des garanties d’un meilleur niveau de vie.

9Le gouvernement brésilien accorde donc une grande priorité à la coopération scientifique, technique et technologique avec d’autres nations.

10Dans ce contexte, la coopération scientifique, technique et technologique avec la France prend un relief particulier. Le Brésil et la France ont entretenu, à travers l’histoire, des relations denses, franches et positives. La coopération entre le Brésil et la France, dans le domaine scientifique, est bien antérieure à l’Accord de coopération technique et scientifique conclu le 16 janvier 1967.

  • 4 Schaden, Egon : « A etnologia no Brasil », p. 243, in Motoyama, Shozo e Ferri, Mario Guimaraes, Hi (...)

11En ethnologie, par exemple, dès notre période coloniale, les récits de voyage de missionnaires catholiques et protestants français qui vinrent au Brésil pendant la seconde moitié du xvie siècle et au début du siècle suivant, tels André Thévet, Jean de Léry, Claude d’Abbeville et Yves d’Evreux, ont laissé une image qui n’était certes pas complète, mais néanmoins très riche des différents aspects de la culture des groupes indigènes qu’ils fréquentèrent4.

12Dans un livre publié en 1558, Thévet a rapporté en Europe d’innombrables informations et illustrations sur la botanique brésilienne. La description faite par Thévet de la plante, appelée aujourd’hui « chapeau de Napoléon », permet au botaniste de l’identifier avec une espèce qui reçut plus tard le nom scientifique de « Thevetia ahouai ».

  • 5 Schwartzman, Simon, art. cit., p. 74.

13Plus tard, au xixe siècle, Auguste de Saint-Hilaire accomplit son célèbre voyage au Brésil en constituant un très riche herbier et en faisant des observations si détaillées que son nom demeure indissolublement lié à la botanique brésilienne. Le fait que l’influente Ecole des mines et de métallurgie d’Ouro Preto ait été fondée en 1875, selon des modèles français, sous la direction d’Henri Gorceix, n’a pas été dû au hasard5. Le potentiel brésilien en sciences physiques et en biologie fut en grande partie le résultat d’une collaboration avec la France. Au cours de ce siècle même, la création de l’Université de São Paulo a reçu une contribution décisive de la part de scientifiques comme Roger Bastide et Claude Lévi-Strauss.

14Entre le Brésil et la France, les relations sur le plan scientifique se sont toujours insérées dans le contexte d’un intense échange socio-culturel. Cet échange a forgé une amitié entre Brésiliens et Français, de sorte que les relations entre les deux pays ont été à même de se renforcer ces dernières années, que l’on se réfère aux contacts entre les gouvernements, ou que l’on s’attache aux accords directs établis entre institutions privées. La décision de lancer le projet « France-Brésil », initiative inédite et de grande envergure, représente l’exemple même du degré de dynamisme que les deux pays prétendent donner à leurs relations.

15La coopération scientifique, technique et technologique entre le Brésil et la France se caractérise, au stade actuel, par son ampleur et sa grande diversité. Dans ces domaines, les relations entre les deux pays se développent à différents niveaux, soit à partir de l’identification sélective, au niveau gouvernemental, de projets présentés par des institutions des deux pays, soit sous forme d’ententes libres entre ces institutions. Elle englobe différents secteurs et de nombreux projets qui se réalisent grâce à l’utilisation de moyens traditionnels (comme l’échange de boursiers, de stagiaires, de techniciens, des visites et des missions de durée variable) ou en appliquant des formes plus sophistiquées comme la mise en œuvre de recherches conjointes ou de séminaires de haut niveau pour le bénéfice du progrès scientifique et technologique des deux pays.

16Aux domaines traditionnels de coopération, tels que l’agriculture, l’éducation, la santé, l’urbanisme, l’environnement, les mines, l’énergie, les transports, les communications, l’espace, les sciences exactes et les sciences sociales, ont été ajoutés, ces dernières années, les domaines que l’on appelle les « nouvelles technologies », c’est-à-dire les biotechnologies, l’informatique, la microélectronique, la chimie fine, les nouveaux matériaux et la mécanique de précision.

17Les résultats significatifs obtenus par cette collaboration entre le Brésil et la France dans ces domaines les plus divers démontre l’ampleur de ce que peuvent réaliser deux nations amies lorsqu’elles désirent unir leurs efforts pour obtenir un bénéfice réciproque. Cette collaboration n’a pas connu de conflits ni d’inquiétudes parce qu’elle s’appuie sur les bases d’un vrai respect mutuel. La confiance engendrée par un tel état d’esprit constitue à coup sûr le capital le plus important sur lequel comptent les deux pays pour, ainsi que le déclarait le Président José Sarney lors de la visite du Président Mitterrand au Brésil les 14 et 18 octobre 1985, ouvrir « des perspectives qui sont bien au-dessus des réalisations du passé ».

18De par ses origines et ses potentialités, la collaboration franco-brésilienne, en matière de science et de technique, s’insère dans une perspective à long terme. Pour cette raison, elle requiert une compréhension permanente, tant au niveau des gouvernements qu’à celui des institutions, afin de faire en sorte que les recherches et les projets conjoints correspondent aux espérances qu’ils portent en eux.

19Pays aux profils socio-économiques différenciés, le Brésil et la France, à travers la coopération scientifique, technique et technologique, démontrent que ces disparités ne constituent pas un obstacle à la réalisation de programmes, de projets et d’actions conjointes et qui se sont révélés bénéfiques aux deux pays.

20Ministère des Relations extérieures du Brésil

Notes

1 Diniz, Arthur José de Almeida : « Tecnologia, poder e relações internacionais », p. 35 in Revista Brasileira de Tecnologia, volume 14 (3), Brasília, mai-juin 1983.

2 Schwartzman, Simon : « A árvore da ciência », p. 72 in Ciência Hoje, volume 3, n° 5, nov.-déc. 1984.

3 Bunge, Mário : Teoria e realidade, pp. 225-226, São Paulo, Editora Perspectiva, 1974.

4 Schaden, Egon : « A etnologia no Brasil », p. 243, in Motoyama, Shozo e Ferri, Mario Guimaraes, Historia da ciência no Brasil, Sáo Paulo, EPU/EDUSP, 1979-1980.

5 Schwartzman, Simon, art. cit., p. 74.

Notes de fin

* En français dans le texte (N. du T.).

En français dans le texte (N. du T.).

© Éditions de l’IHEAL, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540