Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

France-Brésil : vingt ans de coopération

 | 
Luiz Claudio Cardoso
, 
Guy Martinière

Première partie. La coopération France-Brésil en science et technologie

I. La coopération avec le Brésil

Texte intégral

1Après la signature le 6 décembre 1948 d’un accord culturel, la France et le Brésil ont décidé, le 16 janvier 1967, de consolider et d’organiser la coopération scientifique et technique bilatérale au moyen d’un accord spécifique.

2Certes, les origines de la coopération scientifique et technique franco-brésilienne sont bien antérieures à la signature de l’Accord de coopération technique et scientifique franco-brésilien et les exemples d’échanges fructueux sont nombreux. Mais l’Accord de 1967 a permis de donner une impulsion politique et financière, de multiplier les échanges dans de très nombreux secteurs, et donc de favoriser la connaissance réciproque des communautés scientifiques et techniques des deux pays. Toutefois ce n’est qu’à partir de 1975 que la coopération entre les deux pays a pris son véritable essor.

3La volonté conjointe de développer la coopération scientifique et technique et de la rendre plus performante s’est traduite par la négociation d’une série d’accords, soit sectoriels, soit surtout entre agences et organismes des deux pays sous forme d’arrangements complémentaires à l’Accord de 1967. L’essentiel de ces instruments a été signé entre 1978 et 1982 : ils concernent essentiellement la coopération en matière de recherche-formation, de recherche et développement agronomique ainsi qu’également l’espace, la santé, la métrologie, l’océanographie.

4Par ailleurs, compte tenu du développement de la coopération scientifique et technique franco-brésilienne, les deux pays ont décidé de créer un groupe mixte spécifique qui se réunit régulièrement tous les ans depuis 1980 en vue de procéder au bilan des actions en cours, à la définition des moyens à mettre en œuvre mais aussi de réfléchir sur l’évolution de la coopération à moyen et long terme.

5Ce type d’approche a permis de mobiliser, outre les moyens propres du ministère des Affaires étrangères en progression régulière, ceux d’organismes français comme l’Institut français de recherche scientifique pour le développement en coopération (ORSTOM), le Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (CIRAD), le Centre national de la recherche scientifique (CNRS), l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM), le Centre national d’études spatiales (CNES), etc. Par ailleurs, l’institutionnalisation de la coopération a permis à différentes agences brésiliennes comme, par exemple, le Conselho nacional de desenvolvimento científico e tecnológico (CNPq) et la Coordenaçao de aperfeiçoamento de pessoal de nível superior (CAPES) d’assurer une partie du financement des actions de coopération et, en outre, d’augmenter le flux des boursiers brésiliens en France.

6La qualité et l’intérêt de la coopération franco-brésilienne font qu’aujourd’hui le Brésil occupe la quatrième place derrière les trois pays du Maghreb et hors Afrique francophone dans l’effort français de coopération scientifique et technique. Il est, de très loin, le premier partenaire en Amérique latine.

7Vingt ans après la signature de l’Accord de coopération technique et scientifique franco-brésilien, le bilan de la coopération bilatérale est donc largement positif.

8L’expérience acquise, les résultats obtenus, le développement scientifique et technique pendant cette période ont amené les deux pays à une réflexion sur l’évolution de cette coopération à moyen et long terme. A cet égard, deux axes paraissent s’imposer. Tout d’abord, il convient de rechercher, d’une part, les complémentarités entre les différentes approches et instruments de la coopération, et d’autre part, une meilleure harmonisation des moyens disponibles autour de projets conjoints. Par ailleurs, la coopération scientifique et technique devrait s’attacher à intégrer la dimension technologique et industrielle et constituer ainsi un des facteurs du développement économique des deux pays dans le cadre d’opérations mutuellement bénéfiques. Des perspectives intéressantes s’ouvrent dans le domaine des technologies de pointe (nouveaux matériaux, biotechnologies), de l’aéronautique, de l’agriculture où la participation des acteurs industriels doit permettre de donner une nouvelle impulsion à la coopération entre les deux pays.

9Ministère français des Affaires étrangères

© Éditions de l’IHEAL, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540