Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les politiques de développement technologique

 | 
Hubert Drouvot
, 
Gérard Verna

Partie IV. Technologie et guerre commerciale

Chapitre XII. Conclusion

Texte intégral

1Salomon (1992) définit la gestion technologique “comme l’aptitude d’une entreprise, d’un groupe ou d’une société à maîtriser les facteurs qui conditionnent le changement technique, de manière à améliorer sa richesse et son environnement économique social et culturel”. Un ensemble complexe de facteurs culturels, économiques et politiques entre en jeu et détermine le degré d’aptitude technologique d’une nation à un moment donné. Mais Salomon ajoute : “Le développement n’est pas simplement un parcours entre la tradition et la modernité, c’est aussi une course avec les coureurs de tête et les autres qui tentent de les rattraper et où les avantages ne sont jamais acquis une fois pour toute”.

2Et comme nous l’avons souligné dans le chapitre 9 au sujet d’Embraer : “les bases scientifiques et techniques sont vulnérables aux aléas des décisions économiques et politiques ; les avantages comparatifs sont des constellations éphémères de facteurs qui peuvent facilement fuir un pays pour aller ailleurs…”. Le Brésil comme d’autres nouveaux pays industriels a su patiemment développer un ensemble d’atouts et il serait regrettable que les vagues de la tempête libérale actuelle viennent réduire à néant certains de ces acquis. Une longue tradition de recherche et de formation, un appui continu de l’État dans des secteurs considérés comme stratégiques, et les capacités managériales des industriels nationaux sont les conditions indispensables à l’acquisition d’un certain degré d’autonomie technologique.

3Mais la mise en oeuvre d’une politique scientifique et industrielle ne suffit plus ; le développement des technologiques nouvelles exige des investissements de plus en plus massifs et qui concernent tout autant les domaines de la recherche, de la production et de la commercialisation. Beaucoup d’industries de pointe ont les traits d’une industrie globale (importance des investissements en recherche, des facteurs d’économies d’échelle…) et dans ce contexte les entreprises des nouveaux pays industriels sont contraintes de s’engager dans des stratégies d’alliance avec des firmes appartenant aux pays les plus avancés.

4L’attitude traditionnelle des entreprises qui consistait principalement à mener des travaux de recherche d’une façon interne s’avère insuffisante et celles-ci doivent envisager tout un ensemble de voies alternatives basées sur des accords de collaboration. Durand (1988) a distingué dans ce processus d’évolution trois étapes allant des stratégies concurrentielles aux stratégies de coopération et à la stratégie de réseaux entre partenaires-concurrents. Il propose dans le tableau 12.1 une typologie des différents modes d’accès à la technologie.

5Les configurations en réseaux qui associent des entreprises et des centres de recherche transcendent les frontières nationales. Elles peuvent être favorisées par les États dans le cadre d’une politique d’intégration régionale (les programmes technologiques de la communauté européenne). Pour les nouveaux pays industriels, la question primordiale est de savoir comment des entreprises en activité dans des secteurs de pointe peuvent s’engager avec succès dans des alliances avec des partenaires appartenant aux pays les plus avancés.

6Des situations trop asymétriques ne sont pas propices à de véritables échanges d’informations technologiques qui permettraient à un partenaire d’internaliser réellement les compétences et connaissances de l’autre. Pour Hamel (1991), en participant à ces relations déséquilibrées, le partenaire non dominant doit avoir pour objectif d’être capable d’acquérir de nouveaux avantages compétitifs lui évitant de rester dans une situation de perpétuel suiveur, et pour l’auteur deux aspects sont déterminants dans la nécessité d’une telle stratégie.

7Le premier est fondé sur le pouvoir de négociation, notons que celui-ci peut varier subitement en fonction de l’évolution du marché, du comportement des concurrents ou de ruptures technologiques. Le projet d’alliance doit être réellement attractif pour chacun des partenaires, des accords de coopération industrielle (délocalisation d’une partie de la production) ou des garanties d’accès aux marchés locaux peuvent constituer de fortes motivations pour le partenaire dominant.

8L’autre point crucial concerne les capacités d’apprentissage du partenaire non dominant, ce degré de capacité étant par ailleurs un élément du pouvoir de négociation. Dans cette perspective, l’entreprise réceptrice doit concentrer tous ces efforts pour incorporer les savoir transférés en mobilisant le niveau des techniciens intermédiaires.

9A une époque où les entreprises des pays industrialisés ont tendance à consacrer l’essentiel de leurs actions sur les marchés les plus vastes et les plus lucratifs, et où les avantages comparatifs des pays en développement semblent s’effriter compte tenu des nouveaux modes de production, de nouvelles modalités de coopération doivent être envisagées afin de faciliter la diffusion des connaissances technologiques au niveau international.

TABLEAU 12.1 : TYPOLOGIE DES MODES D’ACCÈS À LA TECHNOLOGIE

TABLEAU 12.1 : TYPOLOGIE DES MODES D’ACCÈS À LA TECHNOLOGIE

10Comme le souligne un rapport de la CNUCED (1991) : “L’élément essentiel d’une industrialisation efficace est le dynamisme technologique défini en tant que capacité d’absorber et d’exploiter efficacement de nouvelles technologies, de les adapter aux conditions locales, de les améliorer et au bout du compte de créer de nouvelles connaissances… et les enseignements pouvant être tirés du succès industriel des pays d’Asie de l’Est conduiraient à envisager une réorientation des programmes d’ajustement structurel dans le sens d’un renforcement des mesures d’encouragements propices au dynamisme technologique”.

11Afin de stimuler la coopération technologique, cette étude propose en particulier de nouvelles mesures favorables aux transferts de technologie et la définition de nouvelles modalités non commerciales de coopération entre entreprises pour la formation.

12Tout au long des chapitres de cet ouvrage, notre ambition fut de dégager les éléments clés de la problématique des transferts de technologie, et de situer ces modalités dans le cadre du concept de gestion technologique. Les références provenant du Brésil nous ont paru utiles pour préciser le champ de la réflexion et présenter des expériences destinées à promouvoir des capacités technologiques au niveau d’une Nation. Dans le contexte actuel de concurrence exacerbée sur le plan mondial, le Brésil, comme d’autres nouveaux pays industriels parviendra-t-il à renforcer ses pôles d’excellence technologique et sera-t-il capable de rivaliser, dans certains secteurs modernes, avec les industriels européens, japonais ou nord américains ? Les réponses sont à chercher tout autant sur le plan des politiques gouvernementales que dans les capacités managériales des entreprises nationales.

Table des illustrations

Titre TABLEAU 12.1 : TYPOLOGIE DES MODES D’ACCÈS À LA TECHNOLOGIE
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1670/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 111k

© Éditions de l’IHEAL, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540