Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les politiques de développement technologique

 | 
Hubert Drouvot
, 
Gérard Verna

Partie III. Les politiques technologiques : l'exemple du brésil

Chapitre VIII. Le cas de l’Industrie informatique Bresilienne

Texte intégral

  • 1 Le contenu de ce chapitre est directement inspiré de Ruiz (1988) et de Drouvot & Ruiz (1989)

1Après de brèves indications sur l’histoire de l’industrie informatique au Brésil, et notamment sur le rôle essentiel joué par l’État, ce chapitre se propose de décrire les résultats de la politique technologique nationale dans le domaine de la micro-informatique. L’accent sera mis sur l’intérêt de la stratégie protectionniste de la “réserve de marché” et sur les polémiques qu’elle a suscitées1.

1. LES FONDEMENTS DE LA POLITIQUE TECHNOLOGIQUE

1.1 LA POLITIQUE INTERVENTIONNISTE DE L’ÉTAT

2Le premier ordinateur est arrivé au Brésil en 1952, il s’agissait d’un Burroughs B 502 destiné à l’Université Catholique de Rio. Au début des années 70, seule une filiale locale d’IBM fabriquait des ordinateurs dans ce pays. Les fondements de l’industrie informatique brésilienne sont issus d’une politique d’intervention systématique de l’État. Le soutien du gouvernement fédéral à ce secteur d’activité s’est manifesté par la création d’une société avec la participation de capitaux publics, Cobra et sur le plan institutionnel par la promulgation d’une série de décrets définissant le cadre de la politique de réserve de marché. Cette réserve de fait, devint une réserve de droit à partir de 1984 (loi 7232). Différents organismes furent successivement créés pour mettre en application cette politique : Capre en 1972, SEI en 1979, Conin en 1984.

3Nous évoquerons les principaux faits qui ont marqué l’histoire de l’informatique brésilienne ainsi que les résultats actuels. (Botelho, 1988). L’essor de cette industrie est directement lié aux rôles des différents acteurs impliqués dans cette politique : l’État, les industriels nationaux, le système bancaire, l’université, les clients. En effet le développement de l’informatique sur des bases nationales n’a pu se réaliser que dans le contexte d’un certain consensus. Les différents agents économiques se sont mobilisés, au nom de différentes formes de nationalisme, pour relever un véritable défi : permettre au Brésil de développer d’une façon endogène sa propre industrie informatique. Cet objectif, bien qu’il fit l’objet de nombreux débats, n’a pas été jusqu’en 1989 fondamentalement remis en cause par l’État. Le pouvoir politique et les industriels nationaux ont constamment veillé à se réserver une capacité d’autonomie face aux stratégies des firmes multinationales. L’informatique fut considérée par le gouvernement militaire comme un secteur d’activité hautement stratégique, en particulier la maîtrise des technologies en électronique était essentielle pour développer une industrie de l’armement.

4En 1972, le Président de la République, le Général Emilio Medici, signa un décret constituant la formation du “Groupe Spécial de Travail” dont la mission était d’imaginer, développer et construire un ordinateur adapté aux nécessités de la marine de guerre nationale. Pour réaliser ce projet, il convenait d’abord d’identifier les compétences scientifiques disponibles dans les centres de recherches nationaux et de mobiliser une équipe de chercheurs.

5En matière de micro-électronique, la recherche pris naissance au Brésil à partir de 1960, grâce à des études sur le cristal de Germanium, et la construction de certains diodes dans le Centre de Technologie Aéronautique à Sao José dos Campos à Sâo Paulo. En 1963, le département de génie électrique de l’Université de Sâo-Paulo entreprit des recherches sur les diodes et créa en 1965 le laboratoire de semi-conducteurs qui, en 1968, deviendra l’actuel laboratoire de Micro-électronique.

6En 1970, l’Institut de Physique de l’Université de Campinas (Unicamp) commença à élaborer des recherches sur les semi-conducteurs. En 1971, l’Institut de Génie Militaire débuta des travaux sur la technologie des pellicules très fines et des matériaux de contact afin de les utiliser en micro-électronique. Dans diverses universités, plusieurs autres projets ont suivi la même direction, ils ont abouti en 1979 à la création du laboratoire d’électronique et de dispositifs à l’Université de Campinas et du laboratoire de microcircuits à l’Université Fédérale de Rio de Janeiro. En 1974, le Groupe Spécial de Travail composé en majorité de professeurs de l’Université de Sâo-Paulo a mis au point le premier ordinateur brésilien. Il fût surnommé “Patinho Feio” (vilain petit canard) possédait 4 kilo-octets de mémoire et pesait plusieurs dizaines de kilos. En avril 1973 le gouvernement fédéral créa la Câpre, commission chargée de proposer les investissements de l’État dans le secteur de l’industrie informatique, et d’augmenter la productivité des machines et systèmes déjà installés dans l’administration publique. Suite à ces premières activités, la Commission de la Marine de Guerre, la Capre et le Groupe de Travail Spécial décidèrent de créer “Cobra” dont le capital fut à l’origine partagé entre :

  • Digibras (Holding d’entreprises Publiques) : 33,3 %
  • Equipamentos Electronicos (Entreprise national privée) : 33,3 %
  • Ferranti (entreprise anglaise) : 33,3 %

7Ce fut la première entreprise du secteur informatique national, elle joua un rôle pionnier dans la fabrication d’ordinateurs nationaux et constitua une pièce fondamentale dans la formation et la mise en place de l’infrastructure de toute l’industrie informatique brésilienne.

8La participation de Ferranti au capital de Cobra était liée à la signature d’un accord pour transférer la technologie du micro-ordinateur Argus 700. La firme anglaise acceptait les conditions imposées par la Capre, à savoir une participation limitée à 33 % du capital, alors que les autres constructeurs mondiaux sollicités exigeaient 51 % du capital de Cobra, le fait que Cobra devienne, au bout de quatre ans, propriétaire de la technologie, la possibilité pour la société brésilienne de signer des accords parallèles avec d’autres firmes étrangères. (Ainsi acquiert-elle, en 1975, un savoir faire technologique auprès de la société nord américaine Sycor.) et aucune restriction pour que Cobra puisse vendre ses produits à l’étranger.

9Le 3 décembre 1975, une décision du gouvernement fédéral interdit la libre importation de mini-ordinateurs et des composants. La Capre devint alors le seul organisme chargé d’autoriser ou d’interdire ces importations. En 1977 à la demande de la Capre, 15 firmes, dont 8 étrangères présentèrent des projets pour fabriquer des mini-ordinateurs au Brésil. Dans cette perspective, Cobra entama en 1977 des négociations avec deux sociétés nord-américaines, Digital Equipment, Corp. et Data Général, afin de conclure des accords de transferts de technologie. Ces firmes refusèrent de céder leur technologie, du fait que Cobra n’était pas d’accord sur la prise de participation majoritaire que ces multinationales exigeaient en contrepartie. Cette société parvint néanmoins à lancer sur le marché son premier mini-ordinateur en novembre 1978 : le Cobra série 500, mélange de technologie nationale et étrangère.

10A partir de cette époque, le nombre d’industriels brésiliens intéressés par la fabrication d’ordinateurs ou de périphériques ne cessa de croître ; à la fin de l’année 1982, plus de 100 entreprises nationales opéraient sur le marché des machines de traitement de données. La plupart de ces entreprises furent créées après 1976, et afin de renforcer le caractère stratégique de cette industrie, le gouvernement militaire décida de dissoudre la Capre en 1979 et de créer le secrétariat spécial à l’informatique (SEI). Celui-ci fit partie du Conseil de Sécurité National jusqu’en 1985, et fût ensuite rattaché au Ministère de la Science et de la Technologie.

11Le SEI chargé de formuler et d’exécuter la politique informatique définit une série de décrets dont celui du 13 juillet 1981 qui institua une réserve de marché pour les mini et micro ordinateurs et leurs périphériques au profit des entreprises brésiliennes. Les activités de cet organisme furent institutionnalisées en 1984 par la loi 7232 votée par le parlement. Cette loi précise le domaine du secteur informatique concerné et les instruments de la politique informatique. Les incitations fiscales destinées aux industriels et les modalités d’importation de technologie y sont également définies. Ces dispositions qui transforment la “réserve de fait” du marché en “réserve de droit” firent l’objet de vives critiques provenant de l’étranger.

12Les firmes multinationales contestèrent les critères restrictifs qui furent retenus pour définir une entreprise nationale. Pour bénéficier de ce titre, les nationaux devaient disposer au sein de la société du contrôle de décision, du contrôle technologique et du contrôle financier (permanent, exclusif et inconditionnel). Les pouvoirs jugés exorbitants du SEI, seul organisme habilité à orienter la politique nationale en informatique et à contrôler les projets des industriels furent l’objet d’une vive polémique avec les défenseurs des intérêts étrangers.

1.2. LE ROLE DE L’INDUSTRIE PRIVÉE

13Pour décrire la structure de cette industrie, il convient de distinguer trois types d’entreprises à capitaux nationaux : les pionnières, les retardataires et les “essaimées”. Les pionnières sont les entreprises créées à partir de 1974, leurs fondateurs ont appartenu directement ou indirectement au groupe chargé par le gouvernement de mettre au point la politique nationale d’informatique. Ces industriels proviennent le plus souvent de l’Université et ont créé leurs sociétés à partir de projets approuvés par le SEI. Par exemple, parmi cette génération d’entrepreneurs figure trois professeurs de l’Université de Sao Paulo : Edson Fregni et Joseph Monasterki (cofondateurs de Scopus en 1975) et Célio Ideka (fondateur de Spectrum en 1979).

14Ces sociétés qui se sont ensuite bien placées sur le marché brésilien surgirent grâce aux connaissances scientifiques de leurs fondateurs et sans disposer au départ de capacités financières. Elles se sont imposées suite aux aides accordées à ce secteur d’activité, en particulier par l’intermédiaire de la Banque Nationale de Développement Économique et Social (BNDES).

15Les retardataires sont apparues après 1980, à partir de groupes financiers et industriels nationaux intéressés à pénétrer un marché en pleine expansion. Ainsi, comme nous le préciserons plus loin, certaines banques privées brésiliennes décidèrent, au delà de leurs rôles de créanciers ou d’acheteurs d’équipement, de se lancer dans la production par la création d’entreprises. C’est le cas d’Itautec fondé par la banque Itau.

16Les essaimées furent créées par d’anciens cadres ou techniciens provenant d’entreprises faisant parties de l’un des deux groupes cités précédemment. Ces sociétés se développèrent dans des créneaux avec des produits différenciés destinés à certains marchés spécifiques : médecine, enseignement, professions libérales. Elles restèrent souvent vulnérables et eurent tendance à être absorbées dans le cadre du processus de concentration qui se manifesta par la suite dans cette industrie.

1.3. ÉVOLUTION DU CHIFFRE D’AFFAIRES ET DU PARC INSTALLÉ (1980-1986)

17A partir de la fin de la décennie 70, l’industrie informatique brésilienne a connu un rythme de croissance élevé et les entreprises nationales augmentèrent constamment accru leurs parts de marché au dépend des firmes multinationales. Cette participation accrue de l’industrie nationale s’explique par la protection garantie par la réserve de marché et par une politique de diversification de produits. En effet, au fur et à mesure que les sociétés brésiliennes acquérirent le savoir faire nécessaire, elles fabriquèrent des produits de plus en plus élaborés (passage des micro aux mini et “supermini” ordinateurs).

18Le tableau 8.1 révèle à la fois la croissance du marché global et l’augmentation de la participation des industriels nationaux dans ce marché. Cependant, il convenait de distinguer la répartition des parts de marché en terme de volume et de valeur. De fait, il existait un déséquilibre important entre le nombre d’unités produites et la valeur acquise par les ventes. Bien que les firmes nationales produisaient chaque année un nombre toujours plus élevé d’unités, ce furent les multinationales qui réalisèrent le chiffre d’affaires global le plus important par la vente d’une petite quantité de gros équipements fabriqués sur place ou importés intégralement. Ainsi en 1986, les nationaux disposaient d’une part de marché de 98 % en volume, mais de 37 % seulement en valeur.

TABLEAU 8.1 : CHIFFRE D’AFFAIRES ANNUEL GLOBAL DU SECTEUR INFORMATIQUE BRÉSILIEN DE 1980 À 1986 (EN MILLIONS DE DOLLARS)

TABLEAU 8.1 : CHIFFRE D’AFFAIRES ANNUEL GLOBAL DU SECTEUR INFORMATIQUE BRÉSILIEN DE 1980 À 1986 (EN MILLIONS DE DOLLARS)

1.4 LE REFUS DE CONSTITUER DES “JOINTS VENTURES” AVEC LES FIRMES ÉTRANGÈRES

19Au Brésil, comme dans de nombreux pays en voie d’industrialisation, les gouvernements ont cherché à promouvoir la création de sociétés conjointes (joint ventures) par l’association d’un partenaire local et d’un partenaire étranger. Ce type d’organisation était censé non seulement permettre un apport de financement étranger mais encore faciliter les transferts de technologie. L’État brésilien avait opté pour une forme originale de joint ventures, lors du développement du pôle pétrochimique de Camaçari (État de Bahia). Il s’agissait du modèle “tripartie” qui consistait à répartir également le capital des entreprises entre trois associés : l’État, l’industrie nationale privée, et le capital étranger. Ce modèle de société avait les avantages suivants : impliquer davantage le partenaire étranger, fournisseur de technologies en le faisant participer au capital, permettre à un industriel privé brésilien d’accéder à ce savoir faire et garantir à l’État un contrôle sur l’entreprise afin de s’assurer qu’un réel transfert de connaissances s’opérait au sein de l’organisation. Ce modèle tripartie fut appliqué lors de la création de la société Cobra en 1974 mais il cessa d’exister avec le désengagement du partenaire étranger Ferranti.

20Par la suite, toutes les entreprises brésiliennes du secteur préférèrent opter pour un contrôle à 100 % du capital. La présence de capital étranger dans ces sociétés aurait eu le grave inconvénient pour les dirigeants nationaux de ne pas pouvoir mettre en œuvre, en toute liberté, une politique d’imitation des produits et des technologies étrangères.

21L’accès aux technologies des firmes multinationales s’est donc effectué seulement dans le cadre de contrats de fournitures de technologies industrielles, de contrats de coopération technico-industrielle ou par l’achat de dessins et de modèles. Ces modes d’acquisition, à l’inverse des accords de joint ventures préservaient l’autonomie de décisions des entrepreneurs brésiliens. A partir de 1982, le SEI accepta moins de restrictions dans la réalisation d’accords de transferts de technologie provenant de l’étranger. Les sociétés nationales, par l’expérience acquise avaient renforcé leur pouvoir de négociation ; par ailleurs ces entreprises commencèrent à fabriquer des supermini ordinateurs qui nécessitaient l’acquisition de nouvelles compétences. Les firmes multinationales contraintes d’accepter les dispositions de la réserve de marché assouplirent leurs conditions afin de maintenir une présence indirecte sur le marché brésilien.

22Le tableau 8.2 énumère les principaux contrats signés entre les sociétés nationales et les firmes étrangères. En 1986 le nombre de salariés en activité dans les entreprises nationales était plus de trois fois supérieur à celui employé par l’ensemble des firmes étrangères implantées au Brésil. En terme d’évolution de 1981 à 1986, l’emploi dans les multinationales a diminué de 12200 à 10650 alors qu’il progressait très sensiblement dans les entreprises nationales (de 8913 à 34902). Des différences importantes apparaissent également entre les deux types de société lorsque nous analysons le nombre de personnel qualifié employé et lorsque nous considérons la nature des activités effectuées par ces salariés. Selon les données de l’Abicomp, il apparaît que dans la fonction production, l’industrie nationale a multiplié par 10 en l’espace de 6 ans le nombre de son personnel qualifié (techniciens, ingénieurs) alors que l’effectif équivalent restait presque constant dans le groupe des multinationales (396 en 1981 et 511 en 1986).

  • 2 Source : Revue Exame Informatique, Revue Dados Ideias

TABLEAU 8.2 : PRINCIPAUX ACCORDS DE TRANSFERT DE TECHNOLOGIE SIGNÉS ENTRE LES ENTREPRISES INFORMATIQUES BRÉSILIENNES ET LES FIRMES ÉTRANGERES2

TABLEAU 8.2 : PRINCIPAUX ACCORDS DE TRANSFERT DE TECHNOLOGIE SIGNÉS ENTRE LES ENTREPRISES INFORMATIQUES BRÉSILIENNES ET LES FIRMES ÉTRANGERES2

23Une autre différence importante se constate pour le nombre d’employés dans les départements de Recherche et Développement ; en 1986 les entreprises nationales totalisaient 3473 professionnels dans cette activité et les firmes étrangères seulement 175 personnes. Cet écart confirme que les multinationales ne réalisaient quasiment pas de recherches au Brésil. De ce fait, l’industrie nationale a assuré l’essentiel des débouchés pour les ingénieurs et techniciens formés à l’Université. Notons qu’il ne convient pas seulement de considérer la création d’emploi dans l’industrie proprement dite et que, selon les estimations du SEI, les emplois dans le secteur “Services techniques informatiques” passèrent de 126 656 en 1981 à 286 977 en 1986.

TABLEAU 8.3 : ÉVOLUTION ET STRUCTURE DE L’EMPLOI DANS L’INDUSTRIE INFORMATIQUE (1981-1986)

TABLEAU 8.3 : ÉVOLUTION ET STRUCTURE DE L’EMPLOI DANS L’INDUSTRIE INFORMATIQUE (1981-1986)

2. LES ROLES DES DIFFÉRENTS ACTEURS DANS L’ESSOR DE CETTE INDUSTRIE

2.1. LE ROLE DE L’ÉTAT :

24Parmi les acteurs qui ont participé au développement de ce secteur d’activité, nous avons précédemment mis en avant le rôle déterminant de l’État. En institutionnalisant une réserve de marché au profit des industriels nationaux, l’État leur garantissait une demande sur le marché brésilien. Face aux grands concurrents mondiaux, il est indubitable que cette politique protectionniste fût la condition nécessaire pour que les entrepreneurs brésiliens prennent le risque d’investir sur ce marché. Par rapport aux dispositions du GATT, l’État justifia ces mesures de protection en faisant référence à deux situations lors desquelles les restrictions au libre échange sont tolérées. La première concerne la protection d’une industrie naissante, rappelons que les premières sociétés nationales ont été créées seulement à partir de 1974. La seconde a trait à la sécurité nationale ; nous avons précisé qu’à l’origine, la politique informatique était fondée sur la volonté de réduire la dépendance technologique du Brésil dans le domaine militaire.

25Avec la réserve de marché, l’État a donc assuré aux industriels nationaux une demande de technologie nationale, mais encore fallait-il promouvoir une offre de technologie nationale, c’est-à-dire donner aux entrepreneurs les conditions leur permettant de maîtriser les savoir-faire technologiques. Cette acquisition de savoir-faire fût, comme nous l’avions noté, obtenu par le biais d’accords passés avec des firmes étrangères. Le SEI étant chargée de contrôler la nature des contrats. En réalité le développement des connaissances se fit également par l’embauche d’ingénieurs et de techniciens, soit formés à l’étranger dans le cadre d’accord de coopération scientifique, soit employés dans les firmes multinationales implantées au Brésil. Par ailleurs se pose la question de savoir si le développement des compétences des entreprises nationales provient aussi de l’existence d’un savoir-faire endogène au pays, c’est-à-dire issu des travaux des centres de recherche et de l’Université.

2.2. LE ROLE DE L’UNIVERSITÉ :

26Malgré les efforts déployés, les centres de formation ne permirent pas totalement de satisfaire les demandes en personnel qualifié. En 1981, une commission du S.E.I a dénombré 31 centres de formation dont 23 universités qui ont formé, au cours de cette année 1120 programmeurs et analystes. Rappelons qu’un certain nombre d’entreprises nationales ont été fondées par des professeurs d’université. Attirés par des salaires nettement plus élevés, d’autres professeurs ont quitté l’Université pour intégrer le secteur privé. L’Université manquait de moyens, les travaux de recherche aboutissent rarement à des applications industrielles et les liens Université-Industrie restèrent peu développés au Brésil.

27En 1985, trois professeurs de la Faculté d’Économie de l’Université de Sao Paulo (Custodio, Maximiano & Marcelino 1985) réalisèrent une enquête auprès de 47 entreprises nationales appartenant à l’industrie des équipements informatiques (ordinateurs et périphériques). Les conclusions de cette investigation furent les suivantes :

  • Une entreprise sur cinq seulement fût fondée par des universitaires ou des chercheurs appartenant à des centres de recherche.
  • Le rôle de l’Université se limitait essentiellement à fournir aux entreprises des ingénieurs et techniciens spécialisés.
  • Il existait très peu de contrats de coopération scientifique entre les Universités et les entreprises.
  • Les industriels développaient leurs produits et leurs procédés sans faire appel aux ressources de l’Université.
  • Ce sont les compétences propres des départements de recherche et développement des entreprises qui jouaient un rôle primordial dans la création du savoir-faire technologique, surtout pour le software et l’industrie périphérique.
  • Les autres sources d’acquisition technologique furent, d’une part, les autres entreprises nationales, en particulier pour les terminaux et les modems, et, d’autre part, les firmes étrangères, par exemple pour les composants électroniques de base.

28Suite à ces constatations sur le rôle limité de l’Université dans le développement technologique de l’industrie informatique, il convient de remarquer que la situation évolua. Certaines universités s’ouvrirent davantage aux industriels, et des projets de technopoles s’élaborèrent dans divers États. Parmi les initiatives destinées à promouvoir la recherche, citons la création en 1986 de l’école argentino-brésilienne d’informatique qui accueillit 500 étudiants à Campinas (Brésil), et à Buenos-Aires (Argentine) et les activités du Centre Technologique Informatique.

29Le Centre Technologique Informatique fut créé en 1982 par décret, il était chargé de tester pour le SEI la qualité des équipements fabriqués par les entreprises nationales. Ces contrôles avaient pour buts de protéger l’utilisateur et de s’assurer que les projets des industriels ayant bénéficié du soutien du SEI aboutissaient à la réalisation de produits fiables. A partir de 1984, le Centre Technologique Informatique a ajouté à cette activité l’élaboration de projets qui associaient des Universités et des entrepreneurs dans la fabrication de microcircuits.

2.3. LE ROLE DE L’ABICOMP

  • 3 “Informatique, vecteur de technologie moderne” Brasil, novembre 1986

30Suite à la mise en oeuvre de la politique nationale de l’informatique, les industriels brésiliens se sont associés au sein d’un syndicat professionnel : l’Abicomp. Créée en 1977, cette association rassemblait en 1987, 78 entreprises nationales ; les objectifs du groupement étaient de défendre le principe que l’industrie informatique est une priorité nationale et d’offrir, dans le cadre de la politique industrielle définie par l’État, des produits nationaux de technologies avancées. L’Abicomp s’est organisée pour être un groupe de pression très actif auprès du gouvernement et des élus politiques. Dans une démarche teintée de corporatisme, cette association a entrepris d’importantes campagnes d’information auprès de la population afin de la faire adhérer, au nom du nationalisme, à cet ambitieux projet de développement endogène de technologie. Ainsi, selon le président de l’Abicomp, Luis Mesquine, l’industrie nationale de l’informatique était un vecteur qui permet la modernisation de nombreux secteurs de l’industrie et des services. Elle apportait une contribution à la société brésilienne dans les domaines de l’éducation, de la santé et des services publics. “On équipe le Brésil en produits informatiques nécessaires à son développement, le but de cette industrie dans la Politique Nationale de l’Informatique étant d’offrir aux chefs d’entreprises de la compétitivité technologique…”. Le président de l’Abicomp reconnaissait par ailleurs qu’il existait des relations très étroites entre le gouvernement et l’initiative privée : “les deux parties travaillent la main dans la main en direction d’objectifs communs, et c’est peut être là que se situe un des secrets du développement brésilien3”.

31Il est certain que les objectifs de la loi 7232 de 1984 ont été formulés pour satisfaire les intérêts des membres de l’association :

  • Orienter de préférence les achats des organismes et des entreprises publiques vers les produits fournis par les entreprises nationales.
  • Perfectionner les formes de coopération internationale dans le sens de soutenir l’effort pour accroître les compétences nationales.
  • Octroyer des stimulants fiscaux à la Recherche et au Développement et à la formation du personnel qualifié.
  • Articuler et rendre compatible la politique industrielle des autres secteurs avec la politique informatique.

2.4. LE ROLE DE LA PRESSE NATIONALE :

32Alimentée par les informations du SEI et de l’Abicomp, les médias nationaux se sont attachés à suivre l’actualité et les réalisations de l’industrie informatique nationale. Les leader d’opinion et surtout les responsables politiques ont utilisé ce thème dans des professions de foi nationalistes et pour dénoncer l’ingérence et les pressions des États Unis dans les décisions du pays. Dans l’arène politique, le courant nationaliste fut toujours très majoritaire avec les sénateurs Severo Gomes et Carlos Chiarelli, le ministre de la science et de la technologie Renato Archer, etc… Accusés de livrer le pays aux intérêts étrangers, les ardents défenseurs du libre échange, comme les sénateurs Roberto Campos ou Murilo Badaro, restèrent très isolés. Cette mobilisation de la population par le biais des médias a abouti à d’importantes manifestations nationalistes à Rio, Sao Paulo, Brasilia afin de persuader le parlement à voter le projet de loi sur l’informatique (1984).

2.5. LES RÉACTIONS DES UTILISATEURS :

33Les utilisateurs de matériels informatiques contraints, par la réserve de marché, d’acheter des produits nationaux furent en définitive les premiers concernés par les résultats de cette politique industrielle. Dans le cadre du consensus que l’on a cherché à établir au Brésil pour promouvoir une industrie nationale de l’informatique, les acheteurs se devaient d’accepter les restrictions au libre échange car il fallait, de gré ou de force, créer une demande croissante de technologie nationale. Il est délicat de dégager des conclusions sur le comportement des utilisateurs. Fortement influencés par les campagnes nationalistes, ont-ils accepté de bonne grâce d’acheter des équipements brésiliens malgré des prix supérieurs à ceux du marché international et des caractéristiques techniques en retrait par rapport aux dernières innovations des multinationales ?

34Quoiqu’il en soit, les acheteurs étaient en mesure de douter du bien fondé de cette politique et IBM a très tôt compris la vulnérabilité de l’industrie nationale à ce niveau. Ainsi, afin de défendre sa présence et ses intérêts dans le pays, IBM a toujours cherché à informer les utilisateurs brésiliens de matériel informatique sur les performances de ses équipements les plus récents, et ceci par le biais d’intenses campagnes publicitaires et par des participations imposantes aux différentes foires informatiques organisées dans le pays.

35En réalité, les utilisateurs de produits informatiques ont rencontré des difficultés, l’offre n’est pas toujours parvenue à suivre la forte expansion de la demande (des taux de croissance de 25 à 30 % par an) et certaines situations de pénurie sont apparues. Par ailleurs, la fiabilité des équipements et la qualité du service après vente ont été loin d’être irréprochables et certains acheteurs ont du faire face à ces carences en développant leurs propres compétences dans le domaine de la maintenance.

36Les restrictions provenant de la réserve de marché ont concerné toutes les entreprises nationales et étrangères qui, implantées au Brésil, utilisaient du matériel informatique dans les fonctions de production ou d’administration. Pour se moderniser, nombreuses d’entre elles se sont heurtées à de graves problèmes car d’une part, l’importation de tout un ensemble d’équipements fut interdite et d’autre part, les fabricants nationaux n’étaient pas en mesure de satisfaire des demandes bien spécifiques. A titre d’exemple, Varig, la principale société de transport aérien du Brésil fut ainsi contrainte d’entreprendre avec ses propres moyens une fabrication de périphériques adaptés à son activité.

2.6. LA PARTICIPATION DU SYSTEME BANCAIRE NATIONAL :

37Les banques ont assuré trois rôles fondamentaux dans l’essor de l’industrie informatique du pays. Elles ont financé l’expansion des sociétés nationales, elles ont constitué un important débouché pour des matériels adaptés à leurs services, enfin certaines d’entre elles ont directement participé à cette production en créant leurs propres entreprises. Dans le financement de l’industrie informatique, la Banque Nationale de Développement Economique et Social a apporté une contribution importante. Elle fut l’un des trois actionnaires de Cobra, et elle favorisa l’essor de la recherche universitaire par la création d’un fonds spécial, le FUNTEC. L’informatique, au même titre que la microélectronique et la chimie fine est un des secteurs d’interventions prioritaires de cette banque.

38La BNDES lança en 1985 le “programme spécial d’aide au secteur informatique”, qui permettait aux centres de recherche et à des entreprises de soumettre devant un comité scientifique, des projets et ainsi de bénéficier de crédits de financements accordés à des conditions privilégiées et pouvant atteindre 70 % des investissements. Les utilisateurs faisaient également parti des préoccupations de la BNDES, puisque des aides financières étaient octroyées pour la modernisation et l’automatisation des usines et dans le domaine de la bureautique. Dès 1978, une autre banque fédérale, la Banque du Brésil apporta un appui significatif à l’essor de cette industrie en décidant d’informatiser son réseau avec des équipements fabriqués par Cobra. Cette première initiative incita les banques privées brésiliennes à entreprendre l’informatisation de leurs services par l’utilisation de produits nationaux.

39Ruiz a effectué une enquête auprès d’un échantillon de 22 entreprises nationales impliquées dans la fabrication d’ordinateurs. Les entrepreneurs interrogés ont reconnu d’une façon unanime la contribution importante des banques privées dans la croissance de cette industrie. En tant que clientes, elles ont réduit les besoins de trésorerie en versant des acomptes de 25 % et en payant sans délai leurs factures. Elles se sont ensuite engagées avec confiance dans ce secteur en pleine expansion et plusieurs d’entre elles ont participé au capital social de certains fabricants.

  • 4 Dados e Ideais, Saô Paulo, avril 1987

40Selon la revue Dados et Ideas, le secteur des finances fut, avec celui des services informatiques et celui de la chimie, un des principaux débouchés pour les constructeurs d’ordinateurs4. L’analyse du rôle des différents acteurs (État, syndicat professionnel, université, leader d’opinion, système bancaire et utilisateurs) permet de constater que de nombreuses complémentarités ont facilité l’essor de cette industrie. Certaines relations n’ont pas été assez approfondies. En particulier, les liens Université-Industrie méritaient d’être renforcés, il s’agit d’un point fondamental pour un secteur où l’évolution technologique est si rapide.

TABLEAU 8.4 : PARTICIPATION DES BANQUES AU CAPITAL DE QUELQUES FIRMES INFORMATIQUES AU 30.12.86

TABLEAU 8.4 : PARTICIPATION DES BANQUES AU CAPITAL DE QUELQUES FIRMES INFORMATIQUES AU 30.12.86

3. LES OBSTACLES AU DÉVELOPPEMENT NATIONAL DE CETTE INDUSTRIE :

3.1. L’ESSOR DE LA CONTREBANDE

41En définitive, même dans le contexte d’une réserve de marché, le consommateur reste “roi” et les efforts dans les domaines de l’innovation et du marketing devaient être sans cesse poursuivis, afin que les industriels nationaux puissent garder la fidélité des utilisateurs. L’Association des Usagers de Matériels et de Services informatiques a constamment apporté son appui à la politique nationale de l’informatique mais, à la fin des années 80, le développement d’une vive contrebande révéla bien que les entrepreneurs nationaux se heurtaient encore à un grave problème de compétitivité.

42Selon Venturini (1987) les importations illicites constituaient alors la principale concurrence des entreprises brésiliennes sur le marché informatique. Ce phénomène, apparu dès 1980, s’est intensifié à partir de 1984, et en 1987 on estimait que 30 % du marché des micros et mini-ordinateurs était satisfait par la contrebande. Les principales causes de l’essor de celle-ci étaient :

43Le prix : un micro-ordinateur IBM-PC pouvait être acquis sur le marché noir à 2 ou 3 fois moins cher que son homologue de l’industrie nationale.

44La qualité : l’idée selon laquelle tout produit importé est d’une qualité meilleure à celle du similaire fabriqué dans le pays était très répandue. En fait, il n’existait pas de différences au niveau de la qualité du produit mais au niveau des performances. Par exemple, à la fin des années 80, les produits en provenance de l’étranger disposaient d’une capacité de mémoire supérieure, offraient la possibilité d’ajouter des cartes d’extension, et avaient des options pour écran couleur.

45La diffusion libre par les moyens de communication : au Brésil, il était courant de trouver des petites annonces pour des produits dont la vente était interdite dans le pays. Un des principaux journaux de pays offrait pour un coût de 15 FF des informations sur la vente d’un micro-ordinateur IBM PS/2. La plupart des consommateurs de ces produits de contrebande étaient soit des personnes physiques (professions libérales), soit des petites entreprises nationales. La police nationale ne semblait pas disposer des moyens nécessaires pour combattre ce phénomène en pleine expansion.

46L’existence de deux zones : une à Manaus au Brésil, et une autre à Puerto Stroessner au Paraguay d’où étaient issues la plus grande quantité des produits de la contrebande. En outre la grande dimension du territoire brésilien rendait quasiment impossible l’organisation de contrôles douaniers efficaces.

47La “concurrence déloyale” de certains fabricants nationaux : Certains fabricants d’ordinateurs achetèrent des microprocesseurs et autres composants électroniques sur le marché noir, afin de réduire leurs coûts et d’abaisser les prix de leurs produits.

3.2. LA FORTE CONCURRENCE DES CONSTRUCTEURS MONDIAUX :

48La première difficulté était liée à l’ampleur des moyens de recherches et développement à mettre en oeuvre pour accompagner les évolutions et mutations technologiques. L’industrie brésilienne, même en regroupant ses principales entreprises et ses centres de recherche dans des projets communs avait-elle une dimension suffisante pour espérer acquérir une participation significative sur le marché mondial ? Les plus grands groupes internationaux s’organisaient entre eux pour réunir des moyens, pourtant bien plus considérables que ceux des industriels brésiliens. Ainsi IBM s’associa à Intel, Siemens à Fujitsu, Olivetti à Hitachi puis Siemens à IBM, etc.

  • 5 “L’informatique à Taïwan”, Microsystèmes, février 1988.

49L’agressivité des dragons du Sud Est Asiatique sur le marché mondial fut une autre source de préoccupation. A la fin des années 80, Taiwan était le 7° producteur mondial de matériel informatique et les produits électroniques représentaient plus de 20 % des exportations de ce pays, alors que le Brésil destinait encore plus de 90 % de sa production informatique à la consommation interne. En 1988, Taiwan assurait 53 % de la production mondiale de moniteurs pour les ordinateurs. Ce pays disposait d’une centaine d’entreprises électroniques, les plus connues étaient Tatung, Sampo, CAL, Comp, Wyse. Il bénéficia des investissements apportés par Philips, Texas Instruments, Digital, Wang ou Hitachi. Il disposa d’un parc scientifique à Hsinchu qui employait en 1987 plus de 8000 personnes et exportait 80 % de sa production5. Les ordinateurs compatibles taiwanais (les clones) purent alors être vendus dans tous les pays industriels à des prix extrêmement compétitifs.

50Dans le domaine des composants, la Corée a entrepris depuis 1988 une forte offensive qui lui a permis, dans le marché mondial des mémoires dynamiques de passer d’une part de marché de 4 % en 1988 à une part de 17,5 % en 1991 et en septembre 1992, Samsung annonçait avoir réussi l’échantillonnage de la première puce dynamique Dram à 64 mégabits. Ces percées bénéficièrent d’un important soutien de l’État, ce dernier décida, à l’automne 1992 de doter de 6,3 milliards le programme HANP (High Advanced National Project) afin de soutenir la filière électronique. (Merlin, 1992).

  • 6 MOCI n° 793, notes des PEE, 7 décembre 1987.

51Au début des années 90, le marché interne du Brésil représentait seulement 2 % du marché nord américain et la survie de l’industrie nationale, pour des raisons d’économies d’échelle, passait nécessairement par une politique délibérée à l’exportation. Selon une note du poste français d’expansion économique à São Paulo, le Brésil comptait en 1987 un parc de 250 000 ordinateurs (y compris ceux importés par contrebande) et les exportations de matériels brésiliens restaient très limités6.

52Il est notable de constater que les deux premières sociétés exportatrices furent des firmes à capitaux étrangers : IBM et Unisys. Il est vrai que le Brésil a conclu un accord de coopération technologique avec la Chine et que des industriels nationaux destinèrent une faible part de leur production à l’étranger. A titre d’exemple, Micro Digital vendait en Argentine et au Paraguay, Elebra au Pérou, au Venezuela et au Chili, Digirede en Argentine et aux États-Unis, mais ces résultats ne sont aucunement comparables à ceux obtenus par quelques pays du Sud Est Asiatique.

53Ces derniers n’ont pas hésité à investir dans des joint ventures pour occuper les marchés européens et nord américains et des associations avec des partenaires étrangers s’avéraient être l’unique possibilité pour les industriels brésiliens de réellement pénétrer le marché mondial.

3.3. LES RÉACTIONS DU GOUVERNEMENT DES ÉTATS-UNIS :

54Le 7 mai 1977, J.B. Stroupp, directeur des affaires publiques et financières de la Data General signa un document destiné au Président James Carter dans lequel il soulignait les “pratiques discriminatoires du commerce international” utilisées par le gouvernement brésilien et le danger d’une diffusion de ce “mauvais” exemple à d’autres pays, et il proposait que les U.S.A. négocient avec le Brésil l’installation d’entreprises américaines sur le sol brésilien sans procéder pour autant à des transferts de technologie.

55En échange, ces entreprises nord américaines seraient autorisées par le gouvernement Carter d’exporter librement les mini-ordinateurs fabriqués au Brésil vers les U.S.A. Il proposait également que le gouvernement des U.S.A. interdise aux entreprises américaines le transfert de la technologie des mini-ordinateurs à des entreprises étrangères sauf si celles-ci acceptent de faire des joint ventures.

56Par la suite, Data General renonça à cette stratégie de pression politique et accepta en 1985 de conclure un accord de transferts de technologie avec Cobra pour la fabrication de “supermini” ordinateurs (le MV 800 équivalent de l’IBM 4341). En règle générale, les firmes multinationales ont peu à peu assoupli leurs positions devant la forte détermination de l’administration brésilienne d’appliquer les règles de la réserve de marché.

57Au contraire, le gouvernement des U.S.A. accentua considérablement ses pressions politiques. En mai 1986, Bruce Smart, sous secrétaire aux affaires de commerce international de l’administration Reagan déclara que le Brésil disposait d’un an pour négocier l’entrée des micro-ordinateurs américains dans le marché brésilien, faute de quoi, des représailles économiques seraient engagées. Cette menace concernait de nombreuses exportations brésiliennes (acier, produits agricoles, chaussures, matériels aéronautiques).

58Le gouvernement brésilien ne céda pas à ces pressions et en faisant référence à la loi sur l’informatique, le ministre des finances Dilson Funaro déclara que “nous n’allons pas changer notre législation pour causes de pressions extérieures”. La presse nationale réagit avec beaucoup de vigueur contre les menaces du gouvernement Reagan et les relations diplomatiques entre les deux pays restèrent très tendues.

59Dans une déclaration officielle, le gouvernement des États-Unis estima que la réserve de marché avait causé en 1986 une perte de 700 millions de dollars pour les exportations d’ordinateurs et de composants à destination du Brésil et que d’ici à 1992, le manque à gagner pour le commerce extérieur serait de 15 milliards de dollars. Les réactions américaines étaient d’autant plus vives à cette époque, que le Brésil s’apprêtait alors à établir des politiques protectionnistes similaires à celle du secteur informatique dans les domaines de la chimie fine et de la biotechnologie.

60En février 1988, alors que le gouvernement brésilien confirmait son retour à l’orthodoxie financière en reprenant ses négociations sur la dette avec le FMI la Maison Blanche décida de suspendre l’application prévue des sanctions commerciales nées de ce long différend sur l’accès des ordinateurs américains au marché brésilien. Ajoutons que l’annulation de ces sanctions d’un montant de 100 millions de dollars a suivi une décision de l’administration brésilienne d’assouplir les règles relatives à l’importation des logiciels étrangers. Ce signe de réchauffement fut toutefois très passager.

  • 7 “Les Etats Unis prennent des sanctions contre le Brésil” Le Monde, 25 octobre 1988.

61En effet, le président Reagan décida le 20 octobre 1988 d’appliquer des sanctions commerciales contre 39 millions de dollars d’exportations brésiliennes, en raison du refus de Brasilia de protéger les droits de propriété intellectuelle des entreprises pharmaceutiques américaines7. Pour défendre les intérêts des États-Unis, cette mesure de rétorsion imposa des droits de douane prohibitifs sur les exportations brésiliennes de certains médicaments comme les antibiotiques mais aussi sur d’autres produits comme les produits électroniques grand public.

62Ces nouvelles mesures nord américaines s’inscrivaient dans le “Trade Act” de 1988, texte qui renforçait les procédures contentieuses vis-à-vis des pratiques jugées déloyales ou discriminatoires des gouvernements étrangers (section 301). Avec cette loi, les moyens d’action du Président sur les pays qui “ne respectent pas les règles du jeu du GATT” furent accrus en particulier, la possibilité lui étant reconnue d’avoir recours à des mesures unilatérales.

3.4. LES STRATÉGIES DÉFENSIVES DES FIRMES MULTINATIONALES

63Pour préserver leurs présences dans les domaines réservés à la production nationale, certaines multinationales ont entrepris des stratégies parfois très imaginatives. Une première stratégie a consisté à rechercher au Brésil une société à capitaux locaux qui, dans le cadre d’une politique de diversification, manifesta sa volonté d’entrer dans l’industrie informatique afin de profiter du potentiel de ce secteur très dynamique. Ces entreprises brésiliennes qui ne disposaient d’aucune expérience en électronique ne pouvaient s’intégrer aux projets définis par le SEI et les entreprises membres de l’Abicomp. Restait la possibilité pour elles de s’associer avec une multinationale. En établissant des relations de partenariat avec des firmes étrangères, elles eurent accès au savoir-faire et en échange elles permirent à une multinationale de bénéficier d’une “coloration nationale”.

  • 8 Alors que la Constitution précise qu’une entreprise est considérée comme nationale si 51 % de son (...)

64Le groupe sidérurgique Gerdau ; de Porto Alegre a ainsi créé avec IBM la société “Gerdau Services Informatiques” (GSI). La répartition du capital (70 % pour Gerdau, 30 % pour IBM) confèrait à GSI le statut d’entreprise nationale selon les critères définis par l’article 13 de la loi sur l’informatique (loi 7232 de 1984)8. Dans le cadre de cette joint venture, 500 employés de IBM furent affectés à GSI. Le capital de l’entreprise fut soumis à une clause spéciale qui permit à IBM de détenir 100 % du capital en 1994, c’est-à-dire deux ans après la fin de la période de réserve du marché. GSI assumait les bilans des 10 centres de calcul qu’IBM a implanté au Brésil. Les dirigeants de GSI furent sélectionnés parmi les cadres supérieurs des centres IBM.

65Malgré la participation majoritaire de Gerdau au capital, GSI resta sous le contrôle d’IBM. Ses activités furent des prestations de services de software. Au sujet de cette association, le vice-président d’IBM-Brésil, R. Hohn, a admis que cette firme avait une image défavorable dans ce pays et que “devant n’importe quelle initiative de notre part, tout le monde prétendait que nous cherchons à transgresser la loi. Ce n’est pas notre intention, nous voulons simplement amplifier notre marché, comme n’importe quelle entreprise souhaite le faire. Rien ne nous empêchera de vendre des software au Brésil, même pour les PC” IBM, face à une fabrication des ordinateurs PC (les clones) qui se banalise de plus en plus au niveau mondial, cherchait à privilégier la réalisation de “softwares”, qui toujours plus sophistiqués, permettaient de dégager des opérations très rentables.

66Ainsi, l’exemple de cette association d’IBM avec Gerdau, au sein de GSI indique que les concurrents des industriels nationaux pouvaient être des entreprises brésiliennes, sans expérience dans le domaine informatique, et qui acceptaient de faire toutes les concessions à d’éventuels partenaires étrangers afin de pénétrer dans un secteur à forte potentialité. Pour contourner la réserve de marché en vigueur dans le domaine de la fabrication des micro et miniordinateurs, la firme Olivetti imagina en juillet 1987 une autre modalité. Elle créa au Brésil l’entreprise Tenpo SA (“Technologie Nationale de Pointe SA”) en attribuant la majorité du capital de cette société aux 3000 employés brésiliens d’Olivetti do Brasil S.A. Le capital de Tenpo S.A. était réparti de la façon suivante :

67FIDES (Société Financière Suisse) : 30 %

68Salariés d’Olivetti Brésil : 30 %

69Coopérative de crédit des employés d’Olivetti : 20 %

70Distributeurs exclusifs d’Olivetti : 20 %

71Le PDG d’Olivetti, Enrico Misasi, admit que ce montage financier était, pour le groupe, l’unique possibilité permettant d’acquérir le statut d’entreprise nationale. Par le biais de cette nouvelle société, Olivetti s’adapta aux contraintes de la loi sur l’informatique. En investissant 15 millions de dollars sur 30 mois, Tenpo avait pour objectif de se situer parmi les 5 premières entreprises nationales du secteur informatique.

  • 9 Source : Informatica Exame - juillet 1992

TABLEAU 8.5 : CHIFFRES D’AFFAIRES RÉALISÉS EN 1991 PAR LES ENTREPRISES BRÉSILIENNES DANS LE SECTEUR DES MINI ET MICRO ORDINATEURS (EN MILLIONS DE $)9

TABLEAU 8.5 : CHIFFRES D’AFFAIRES RÉALISÉS EN 1991 PAR LES ENTREPRISES BRÉSILIENNES DANS LE SECTEUR DES MINI ET MICRO ORDINATEURS (EN MILLIONS DE $)9

72Une autre politique utilisée par les sociétés étrangères fut d’avoir recours au système de “Original Equipement Manufacturer”, qui est une procédure permettant à un fabricant (en l’occurrence une entreprise nationale) d’accorder à une autre société (IBM ou Burroughs par exemple…) le droit de distribuer ses produits, sous la marque d’origine. L’industriel national peut, par cette formule, étendre son réseau commercial sans procéder à des investissements supplémentaires. La société distributrice apporte son propre circuit de vente et assure la responsabilité du service après vente. Ce système fut une conséquence des relations d’échanges qui se sont peu à peu établies entre les entreprises brésiliennes et les sociétés étrangères. Les firmes multinationales furent contraintes de s’approvisionner auprès des entreprises nationales à cause des restrictions aux importations et de la réserve de marché.

4. LE BILAN DE LA POLITIQUE DE RÉSERVE DE MARCHÉ.

73Si les données que nous avons présentées illustrent les résultats incontestables de cette politique, en terme de création d’entreprises et d’emploi de personnels qualifiés, ces résultats méritent d’être nuancés. Le niveau technologique et les coûts de production restèrent éloignés des standards internationaux. Les technologiques cédées par les constructeurs étrangers furent en retard d’une ou de deux générations par rapport aux produits proposés sur le marché mondial. Les industriels brésiliens n’ont, par ailleurs, pas encore été capables de concevoir de réelles innovations dans ce domaine d’activité. Enfin, le prix moyen des équipements ne diminua pas suffisamment en fonction des courbes d’expérience ; les produits fabriqués localement étaient en moyenne estimés 2,5 fois plus chers que leurs homologues étrangers.

74Ce manque de compétitivité provenait également de l’insuffisance d’économies d’échelle. Une étude sur l’expérience sud coréenne dans la fabrication des micro-ordinateurs de 16 bits a indiqué que les échelles de production optimale se situaient entre 50 000 et 10 000 unités par an. Ces quantités dépassaient sensiblement le niveau de production des industriels brésiliens, puisque dans ce pays, les firmes leader sur ce marché fabriquaient au maximum 3 000 unités par an. En fait, ce handicap en terme d’économies d’échelle provenait d’une trop grande fragmentation de la structure de marché. Alors qu’en 1980, les dix plus grandes sociétés brésiliennes détenaient 83 % du chiffre d’affaires de l’industrie des micro-ordinateurs, en 1985, les dix premières entreprises ne disposaient plus que de 65 % de la valeur de ce marché. Par ailleurs, le marasme économique qui a prévalu au Brésil à la fin des années 80 et qui s’est poursuivi au début de la décennie 90 n’a pas épargné le secteur informatique.

75Comment réaliser des économies d’échelle lorsque la demande sur le marché interne décline et qu’une compétitivité insuffisante ne permet pas d’exporter ? Les retards de compétitivité aux niveaux des performances techniques et des prix ont provoqué l’insatisfaction croissante des acheteurs, favorisé le développement de la contrebande et handicapé grandement les exportations de matériel informatique.

76En résumé, la politique informatique brésilienne fut fondée sur une coalition d’intérêt associant les professionnels, l’État, les militaires, les banquiers et les scientifiques. Des discours nationalistes, attisés par les menaces de rétorsions du gouvernement des États-Unis ont cherché à justifier cette politique auprès des consommateurs. Les mesures adoptées, qui ont été qualifiées de politique de cartellisation destinée à satisfaire une demande réprimée, continuaient à créer des préjudices aux utilisateurs dans la mesure où ceux-ci n’avaient pas accès aux dernières innovations technologiques et parce qu’ils supportaient des prix nettement plus élevés que ceux en vigueur sur le marché mondial.

77Le rôle de l’État devrait être d’assurer un équilibre entre les besoins légitimes de développer des technologies sur une base nationale et les impératifs de la compétitivité internationale. Cet équilibre, même à moyen terme est très difficilement réalisable dans une industrie qui connaît une transformation très rapide de ses technologies et de ses marchés. Le cas de l’informatique brésilienne constitue de ce fait un champ d’étude intéressant pour analyser les conditions de réussite d’une politique de protection des industries naissantes.

TABLEAU 8.6 : POURCENTAGES D’ÉVOLUTION ANNUELLE DES VENTES DANS LE SECTEUR INFORMATIQUE

TABLEAU 8.6 : POURCENTAGES D’ÉVOLUTION ANNUELLE DES VENTES DANS LE SECTEUR INFORMATIQUE

4.1. LES ENTRAVES À UNE POLITIQUE DE RÉSERVE DE MARCHÉ DANS LE CAS DE L’INDUSTRIE INFORMATIQUE

78Les nouveaux pays industriels ont, parmi leurs objectifs, celui d’accéder à des secteurs d’activités situés à la proximité des frontières technologiques. Pour pénétrer dans ces industries à hautes technologies, les entreprises de ces pays ont besoin du soutien de leur propre État. Cette protection leur garantit la possibilité de se développer en gagnant de l’expérience à l’abri de la concurrence internationale.

79Dans le cadre de cette protection des industries naissantes, le GATT accepte que des États adoptent des dispositions dérogeant aux principes du libéralisme, mais encore reste-t-il à définir quelles sont les mesures de protection qui apparaissent les plus favorables aux processus d’acquisition technologique et d’apprentissage ?

80Les conditions nécessaires à la reproduction, l’adaptation ou la création de compétences technologiques sont multiples, elles concernent : les politiques nationales d’éducation, de formation et de recherche, les politiques technologiques des entreprises (relations avec les firmes étrangères, liens université - industrie, politique de recherche et développement) et les subventions et garanties offertes par l’État au secteur industriel (aides fiscales et financières, réserve de marché).

81L’essor d’une industrie naissante nécessite une vision à long terme partagée par l’administration et les industriels. Une politique nationale doit veiller à préserver un arbitrage entre les impératifs d’un développement technologique endogène au pays et le maintien d’un système concurrentiel. Les mesures de protection ne doivent pas seulement constituer une rente de situation au profit d’un groupe d’industriels nationaux, elles doivent fournir des conditions qui incitent ces industriels à rattraper au plus vite le rythme d’innovation et les niveaux de productivité des principaux concurrents mondiaux.

82Il appartient à l’État de définir la structure de cette industrie (rapports entre les entreprises nationales et les firmes multinationales) ainsi que le niveau optimal de protection à accorder. Parmi les nombreux facteurs qui sont à prendre en compte dans l’élaboration de cette politique de protection, citons les niveaux de prix, les taux de change, les stratégies technologiques des entreprises, l’évolution des courbes d’expérience, les économies d’échelle, le rythme de la croissance de la demande.

83Il est regrettable que les gouvernements, au lieu d’effectuer ce type d’analyses en toute objectivité, préférèrent se déterminer en fonction des intérêts des différents groupes concernés. Dans le cas de l’industrie informatique brésilienne, le caractère stratégique du secteur, les pressions des entrepreneurs nationaux, les réactions de certains partenaires commerciaux (États-Unis) et l’insatisfaction des utilisateurs sont les principaux éléments qui ont influencé le contenu et l’évolution de la politique de protection.

84Si le succès d’une politique nationale de promotion industrielle est fonction des capacités d’apprentissage et de recherche des entreprises locales, il dépend également de la rapidité du rythme des innovations conçues à l’étranger. La protection d’une industrie naissante est en fait destinée à retarder l’arrivée de nouvelles technologies dans le pays, afin de prolonger le cycle de vie des produits nationaux et d’accorder à l’industrie nationale un délai suffisant pour atteindre le niveau de compétitivité internationale.

85Mais les produits nationaux ne doivent pas atteindre trop tardivement le seuil de compétitivité sinon le fossé technologique sera perpétué. Rien n’indique que l’on a assisté réellement à une disparition progressive du décallage existant entre les produits vendus au Brésil (et dotés d’une technologie en retard d’une ou deux générations) et les dernières innovations offertes sur le marché mondial.

86Les nouveaux pays industrialisés, et le Brésil en particulier, vont-ils être capables d’atteindre les limites les plus avancées du spectre technologique ou seront-ils condamnés à poursuivre un processus continu d’imitation qui ne leur permettront que de satisfaire une demande résiduelle (produits obsolètes, technologies dépassées que les firmes multinationales acceptent de transférer) ou une demande réprimée (produits à fort contenu national imposés par la réserve de marché) ?

87Dans les secteurs d’activité où les frontières technologiques n’évoluent que très lentement une politique protectionniste peut, sur une longue période, parvenir à combler un retard technologique (cas de la pétrochimie au Brésil) mais dans les domaines où le rythme d’innovation est très rapide, les chances de réussite sont beaucoup plus limitées.

88Pour illustrer cette problématique Frisch et Franco (1989) ont conçu le graphique ci-dessous. Son analyse permet d’identifier les variables qui vont déterminer la durée du cycle de vie des produits introduits par des entreprises nationales appartenant à un nouveau pays industriel. Différents produit sont d’abord introduits dans les pays les plus avancés aux instants N1, N2, N3. Ils sont ensuite respectivement lancés dans un nouveau pays industriel après des périodes de décalage L1, L2, L3.

89Les entreprises des nouveaux pays industrialisés supportent des coûts élevés. Dans les pays avancés, les cycles de vie de ces produits ne vont pas s’interrompre lors de l’introduction de nouvelles générations de produits, ils bénéficient de coûts moins élevés jusqu’aux périodes M*l, M*2. Dans un nouveau pays industrialisé, le cycle de produit débute plus tardivement (décalage N1 + L1 ; N2 + L2), la durée de vie de ces produits, fonction de la protection du marché, se prolonge jusqu’aux instants Ml, M2, périodes où de nouvelles versions créées dans le pays atteignent des coûts de production plus faibles.

90Dans les nouveaux pays industrialisés, le cycle de vie des produits nationaux est donc fonction :

  • du rythme d’innovation dans les pays avancés ; plus ce rythme est élevé, plus il faut réaliser rapidement des gains de productivité pour rentabiliser le produit.
  • des facteurs d’économies d’échelle : un développement rapide de la demande est favorable à la réduction des coûts ; remarquons que si la demande interne est limitée, seule l’exportation peut offrir des gains conséquents en terme d’économies d’échelle10.
  • de la rapidité du processus d’apprentissage.
  • des délais entre les moments de lancement de nouveaux produits dans les pays avancés et ceux de leur introduction dans un nouveau pays industriel. Ces deux derniers facteurs se réfèrent aux capacités d’acquisition technologique et de recherche des entrepreneurs locaux.

TABLEAU 8.7 : CYCLE DE VIE DES PRODUITS DANS LE CAS DES INDUSTRIES NAISSANTES.

TABLEAU 8.7 : CYCLE DE VIE DES PRODUITS DANS LE CAS DES INDUSTRIES NAISSANTES.

91Il importe donc que les dirigeants soient véritablement préoccupés par le développement de compétences technologiques, et l’État doit s’assurer que la logique basée sur le profit intègre cette nécessité de développement technologique. Des mesures d’incitation à l’innovation (aides fiscales à la recherche) et de réduction du risque entrepreneurial (réserves de marché) sont ainsi destinées à accroître l’intérêt des entrepreneurs locaux envers les activités de recherche.

4.2. LES IMPACTS DE LA POLITIQUE INFORMATIQUE SUR LÉNSEMBLE DE L’ÉCONOMIE BRÉSILIENNE

92Une politique protectionniste trouve sa justification dans la préservation d’une industrie naissante ou dans la restructuration d’une industrie désuète, mais sa généralisation à un nombre important de secteurs industriels provoque l’inefficacité de l’ensemble de l’économie et contraint la société à supporter des coûts très élevés.

93Dans le cas précis de l’informatique, on assiste à une forte intégration verticale des mesures de protection et les restrictions à l’importation dans les industries en amont induisent des goulets d’étranglement et des coûts élevés d’approvisionnement. C’est ainsi que certains entrepreneurs de l’industrie informatique justifient leur manque de compétitivité par des politiques de superprofits réalisés par des fournisseurs en situation de quasi monopole.

94L’indice de nationalisation des ordinateurs brésiliens estimé à 90 % peut apparaître trop élevé car il empêche les industriels locaux d’atteindre le seuil de compétitivité dans les délais compatibles avec la durée de plus en plus courte des cycles de vie des produits informatiques. La zone franche de Manaus, où les restrictions à l’importation sont plus faibles joue, à ce niveau, le rôle équivalent d’une politique de libéralisation et par les achats plus ou moins légaux dans cette région, les fabricants brésiliens tentèrent de réduire leurs coûts en augmentant les contenus importés.

95Par ailleurs, la politique de réserve de marché qui s’étendait de la microélectronique à la robotique et à l’instrumentation digitale, a contribué à retarder la modernisation de l’industrie brésilienne dans la mesure où les équipements étrangers étaient contrôlés à l’importation.

96Une enquête réalisée par l’Instifut de Recherche Technologique de São Paulo en 1988 a dénombré 12 secteurs d’activités nécessitant une urgente modernisation de leurs équipements. Le textile, les industries de la céramique, du cuir, de la chaussure ont conservé des technologies obsolètes. A titre d’exemple, une enquête de 1990 révéla que l’âge moyen des métiers à tisser dans l’État de Sâo Paulo était de 18 ans. Le secteur de la machine outil connut également un retard très marqué et le manque d’investissement en automatisme industriel ne permit pas de répondre aux nouvelles exigences de qualité.

97L’industrie du papier et de la cellulose se heurta, elle, à la politique informatique qui réservait le marché interne à des fabricants nationaux encore incapables de proposer les équipements les plus modernes en contrôle de process.

98Il est vrai que la faiblesse des investissements dans l’industrie brésilienne date du début des années 80 et que l’obsolescence des équipements ne peut être imputée uniquement à la politique informatique. L’importance des droits de douane à l’importation, la politique de change, les taux d’intérêt réels très élevés, les mesures d’austérité économique sont autant de facteurs qui ont contribué au vieillissement du parc industriel.

99Mais à l’issue de la décennie 80, période durant laquelle le Brésil n’était pas parvenu à accompagner le rythme de développement technologique des pays les plus avancés, seule une réforme d’envergure de la politique protectionniste devait permettre de relancer la compétitivité internationale de l’industrie.

100Lors de la présidence de Collor, de nouvelles dispositions gouvernementales furent instituées pour permettre une ouverture plus accentuée de l’économie. Les droits à l’importation diminuèrent, des facilités à l’importation (suppression de l’examen de similarité nationale) furent accordées aux entreprises fortement engagées à l’exportation, une libéralisation des échanges se réalisa graduellement avec le partenaire argentin. La politique classique de substitution à l’importation avait atteint ses limites et le défi fût alors de rendre l’industrie brésilienne compétitive sur le marché mondial.

101Il apparaissait alors que les secteurs qui étaient parvenus à être compétitifs sur le plan international étaient précisément ceux qui n’avaient pas bénéficié d’une protection excessive, et c’est avant tout par une exposition accrue à la concurrence internationale que les entreprises nationales furent incitées à accroître leur productivité et leurs capacités d’innovation.

4.3. LA FIN DE LA RÉSERVE DU MARCHÉ

102La nouvelle loi sur l’informatique de 1990 fixa l’échéance de la réserve de marché à la date du 29 octobre 1992, et lors de la présidence de Collor, les options néo-libérales provoquèrent une certaine confusion dans les orientations politiques relatives à cette activité. Après avoir annoncé une libéralisation des importations, le gouvernement Collor revint sur ses intentions, mais il assouplît par ailleurs, les critères de définition d’une entreprise nationale afin de faciliter les associations avec le capital étranger (loi 5804). Dans ce contexte, les débats reprirent de l’ampleur :

  • Fallait-il, au nom de la modernisation de l’économie nationale, réaliser une ouverture totale du marché qui risquait de détruire l’essentiel du secteur informatique national ?
  • Convenait-il plutôt de maintenir un fort degré de protection et perpétuer ainsi le retard technologique du pays ?
  • 11 “Querem chutar o Calendario” Exame 12 juin 1991.

103Même au sein de l’Abicomp, le syndicat des 400 entreprises brésiliennes en activité dans ce secteur, les points de vue étaient divisés, car, si d’une façon quasi unanime, les entrepreneurs apparaissaient convaincus de l’impératif de créer des joint-ventures avec les étrangers, beaucoup souhaitaient que le gouvernement continue à jouer un rôle actif pour permettre la consolidation de l’industrie nationale. Selon les fervents défenseurs d’une politique dirigiste, une ouverture totale du marché aboutirait au licenciement de 6000 ingénieurs dans les six mois, alors que pour les partisans de l’ouverture, la libération du marché constituait l’unique issue, elle seule permettant de moderniser l’industrie et d’accéder aux principaux marchés mondiaux11.

104Dans une ultime tentative, en septembre 1992, le syndicat Abicomp adressa au Secrétariat de la Science et de la Technologie une proposition de décrets destinée à prolonger les privilèges accordés aux industriels nationaux pendant 16 mois. Il était demandé que les administrations et les entreprises publiques accordent une préférence aux produits “nationaux” même si leur prix se situaient dans une limite supérieure de 30 % à ceux offerts par les fabricants étrangers.

  • 12 “A turna do atraso contre ataca” Veja, 23 septembre 1992. La SEI fut dissoute lors du gouvernement (...)

105Des exemptions d’impôts étaient également sollicitées en faveur d’entreprises préalablement sélectionnées par le Secrétariat de la science et de la technologie, ce dernier héritant ainsi d’un pouvoir discrétionnaire comparable à celui détenu par l’ancien Secrétariat Spécial à l’Informatique12. Mais l’unanimité d’antan faisait alors défaut, ce projet fut critiqué par l’association brésilienne des entreprises de software et les dirigeants des entreprises publiques n’acceptaient pas volontiers de se voir imposer par l’État des équipements obsolètes et plus coûteux que ceux disponibles sur le marché mondial.

106Au cours de cette période de transition, les principaux fabricants s’engagèrent dans diverses associations. Pour les constructeurs étrangers, ces accords de coopération se justifiaient par la volonté de se placer sur un marché en voie de libéralisation. Sachant qu’il était probable que les industriels locaux continueraient à bénéficier d’aides gouvernementales, leurs associations devaient leur permettre de partager ces subsides.

  • 13 En 1990, SID informatica détenait 58 % du marché brésilien des équipements d’automation bancaire e (...)

107En outre les firmes nationales, bien implantées depuis des années sur le marché interne, disposaient des réseaux de distribution nécessaires à la commercialisation. Parmi ces accords, l’un des plus importants fut en 1991 la création d’une société en joint venture entre SID informatica et IBM afin de fabriquer au Brésil la dernière génération des micro-ordinateurs PS/2. Les objectifs étaient de fabriquer en 4 ans 250 000 appareils, de conquérir 25 % du marché interne et d’exporter 25 % de la production13.

  • 14 Itautec s’est implanté au Portugal en 1989

108Évoquons également le cas d’Itautec, la plus grande entreprise de l’industrie informatique brésilienne et qui, même pour les plus sceptiques envers les résultats de la politique de réserve de marché, est parvenue à développer une gamme de produits performants dans le domaine de l’automatisation bancaire14. Cette importante société entretient des contacts réguliers avec les centres de recherche et investit massivement en formation. Elle a développé tout un réseau d’alliances avec des firmes étrangères dont Texas Instruments pour la distribution de portables, IBM pour l’assemblage de l’AS 400, Intel pour le montage de micros, Microsoft pour la distribution de MS Dos, Windows…

  • 15 En 1991, les deux tiers du marché des micro-ordinateurs du Brésil auraient été satisfaits par cell (...)

109Quant à la libéralisation des importations, si depuis octobre 1992 les utilisateurs brésiliens peuvent acheter sans autorisation des équipements importés, il n’empêche que les prix en vigueur au Brésil restèrent élevés. Le prix du “Macintosh classic 2” (environ 3 000 dollars) était alors deux fois plus élevé qu’aux États-Unis. En fait à la barrière légale se substituait une barrière fiscale, puisque les droits à l’importation étaient encore élevés (45 %) et si y on ajoutait les diverses taxes internes portant sur ces produits, un micro-ordinateur importé légalement atteignait un prix sur le marché supérieur de 80 % à celui du même produit importé clandestinement. Cette situation laissait entrevoir de belles perspectives pour la contrebande15.

  • 16 Par décision du 29 octobre 1992, les autorités brésiliennes ont levé la nécessité d’accord préalab (...)

110En conclusion, après près de vingt années de protectionnisme, les industriels brésiliens ne sont pas parvenus dans ce domaine d’activité à combler leur retard technologique et considèrent le partenariat avec des constructeurs étrangers comme leur unique chance de survie16.

111Face à leur incapacité de créer des technologies leur permettant de concurrencer directement les produits les plus avancés des grands constructeurs mondiaux, une majorité d’entrepreneurs locaux s’efforcent de transformer leurs sociétés en activité de services, en privilégiant la conception de logiciels adaptés au pays et le montage de systèmes répondant aux besoins particuliers de leurs utilisateurs.

  • 17 “Hora de tomar a rumo certo” Exame- Informatica, juillet 1992
  • 18 Parmi les 10 meilleures entreprises informatiques brésiliennes sélectionnées par Exame Informatica (...)

112L’incapacité pour l’industrie informatique brésilienne d’accéder aux frontières du progrès technologique provient, en premier lieu, du caractère global de cette activité. L’ampleur des investissements en recherche, et l’importance des facteurs d’économies d’échelle implique la réalisation d’un grand volume de production qui ne peut être absorbé que grâce à une forte présence sur le marché mondial. Selon J. Meyer Stamer17 ce phénomène de globalisation induit deux grandes tendances dans la structure de marché de cette industrie : d’une part le renforcement d’un oligopole mondial constitué de firmes généralistes réalisant au minimum un chiffre d’affaires annuel de 10 milliards de dollars, d’autre part une politique de spécialisation accrue pour d’autres sociétés, qui pour survivre, devront atteindre un chiffre d’affaires d’au moins un milliard de dollars. Suite à ces considérations, l’auteur constate que les chances de succès de l’industrie brésilienne sont très précaires, puisque l’ensemble des entreprises brésiliennes du secteur totalise des ventes dont la valeur totale est inférieure à la moitié de ce minimum requis de un milliard de dollars. Ces éléments expliquent que le principal succès des firmes nationales se soit manifesté dans un domaine ayant de telles particularités locales qu’il ne s’inscrit pas dans le phénomène de globalisation que nous venons d’évoquer18. Il s’agit de l’informatisation bancaire où, à l’inverse de l’automatisation industrielle ou de l’automatisation commerciale, les solutions à apporter doivent être très adaptées aux caractéristiques de l’environnement local. Le métier d’un banquier au Brésil était très spécifique (contexte de forte inflation…) par rapport à celui d’un banquier situé dans un pays de premier monde et les systèmes proposés par les concepteurs étrangers n’ont pas fonctionné au Brésil.

113Ces nécessaires adaptations aux besoins locaux a permis à des sociétés de s’imposer dans un secteur qui n’a, par ailleurs, jamais cessé d’investir pour s’informatiser. Les banques en 1992 étaient encore les premiers acheteurs de matériels et systèmes informatiques au Brésil. Ainsi compte tenu de l’étroitesse du marché brésilien et du caractère global de l’industrie, une spécialisation dans une activité ayant des besoins particuliers à cause de la nature même de l’environnement local apparaît être une stratégie adéquate.

  • 19 Source : Exame - 2 octobre 1991 - 10 juin 1992

TABLEAU 8.8 : TYPES D’ASSOCIATION ET FINALITÉS DES PRINCIPAUX ACCORDS SIGNÉS DANS L’INDUSTRIE INFORMATIQUE BRÉSILIENNE19

TABLEAU 8.8 : TYPES D’ASSOCIATION ET FINALITÉS DES PRINCIPAUX ACCORDS SIGNÉS DANS L’INDUSTRIE INFORMATIQUE BRÉSILIENNE19

114Dans un autre segment de marché, Racimec est aussi parvenue à s’imposer dans une niche à l’abri des tendances de globalisation, il s’agit de celui de l’émission et de la lecture optique des billets de loterie. A l’opposé d’une stratégie de focalisation sur une niche, Edisa, associée à Hewlett Packard a opté pour la mondialisation. Son partenaire étranger lui a permis d’être l’unique producteur mondial du calculateur HP 12 C et directement intégré dans la stratégie globale de ce grand groupe américain, Edisa espère acquérir une forte participation sur le marché mondial.

Notes

1 Le contenu de ce chapitre est directement inspiré de Ruiz (1988) et de Drouvot & Ruiz (1989)

2 Source : Revue Exame Informatique, Revue Dados Ideias

3 “Informatique, vecteur de technologie moderne” Brasil, novembre 1986

4 Dados e Ideais, Saô Paulo, avril 1987

5 “L’informatique à Taïwan”, Microsystèmes, février 1988.

6 MOCI n° 793, notes des PEE, 7 décembre 1987.

7 “Les Etats Unis prennent des sanctions contre le Brésil” Le Monde, 25 octobre 1988.

8 Alors que la Constitution précise qu’une entreprise est considérée comme nationale si 51 % de son capital appartient à des brésiliens, la loi sur l’informatique hisse ce seuil à 70 %.

9 Source : Informatica Exame - juillet 1992

10 Alors qu’IBM fabrique dans le monde 3 millions d’ordinateurs par an, en 1990, les constructeurs brésiliens dans leur ensemble ne sont parvenus à fabriquer que 120 000 microordinateurs.

11 “Querem chutar o Calendario” Exame 12 juin 1991.

12 “A turna do atraso contre ataca” Veja, 23 septembre 1992. La SEI fut dissoute lors du gouvernement Collor.

13 En 1990, SID informatica détenait 58 % du marché brésilien des équipements d’automation bancaire et 30 % de celui des équipements d’automation commerciale avec un chiffre d’affaires de 1,4 milliards de dollars au Brésil, IBM enregistra une croissance en 1991 de 15 % sur le marché brésilien. S. Balbi : “A Sid et a IBM estao dois a frente” Exame - 6 février 1991.

14 Itautec s’est implanté au Portugal en 1989

15 En 1991, les deux tiers du marché des micro-ordinateurs du Brésil auraient été satisfaits par celle-ci, ce qui correspond à une entrée mensuelle clandestine de 12000 appareils

16 Par décision du 29 octobre 1992, les autorités brésiliennes ont levé la nécessité d’accord préalable du département de politique informatique pour les importations de matériel étranger. MOCI du 15 mars 1993.

17 “Hora de tomar a rumo certo” Exame- Informatica, juillet 1992

18 Parmi les 10 meilleures entreprises informatiques brésiliennes sélectionnées par Exame Informatica, 4 sont spécialisées en automatisation bancaire : DIGILAB, Itautec, SID & Procamp.

19 Source : Exame - 2 octobre 1991 - 10 juin 1992

Table des illustrations

Titre TABLEAU 8.1 : CHIFFRE D’AFFAIRES ANNUEL GLOBAL DU SECTEUR INFORMATIQUE BRÉSILIEN DE 1980 À 1986 (EN MILLIONS DE DOLLARS)
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1665/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Titre TABLEAU 8.2 : PRINCIPAUX ACCORDS DE TRANSFERT DE TECHNOLOGIE SIGNÉS ENTRE LES ENTREPRISES INFORMATIQUES BRÉSILIENNES ET LES FIRMES ÉTRANGERES2
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1665/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Titre TABLEAU 8.3 : ÉVOLUTION ET STRUCTURE DE L’EMPLOI DANS L’INDUSTRIE INFORMATIQUE (1981-1986)
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1665/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre TABLEAU 8.4 : PARTICIPATION DES BANQUES AU CAPITAL DE QUELQUES FIRMES INFORMATIQUES AU 30.12.86
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1665/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Titre TABLEAU 8.5 : CHIFFRES D’AFFAIRES RÉALISÉS EN 1991 PAR LES ENTREPRISES BRÉSILIENNES DANS LE SECTEUR DES MINI ET MICRO ORDINATEURS (EN MILLIONS DE $)9
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1665/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Titre TABLEAU 8.6 : POURCENTAGES D’ÉVOLUTION ANNUELLE DES VENTES DANS LE SECTEUR INFORMATIQUE
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1665/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Titre TABLEAU 8.7 : CYCLE DE VIE DES PRODUITS DANS LE CAS DES INDUSTRIES NAISSANTES.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1665/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Titre TABLEAU 8.8 : TYPES D’ASSOCIATION ET FINALITÉS DES PRINCIPAUX ACCORDS SIGNÉS DANS L’INDUSTRIE INFORMATIQUE BRÉSILIENNE19
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1665/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 127k

© Éditions de l’IHEAL, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable