Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Néolibéralisme et autogestion

 | 
Maxime Quijoux

Quatrième partie. L’expérience argentine : un bricolage communautaire

Introduction à la quatrième partie

Texte intégral

1Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, l’Organisation Scientifique du Travail est au cœur de toutes les controverses sur le monde ouvrier. Nombreux sont les observateurs qui rejettent un modèle d’organisation du travail jugé généralement déshumanisant. Parmi eux, on considère fréquemment le sociologue Georges Friedmann comme l’un des principaux pourfendeurs du travail à la chaîne, même s’il n’en a pas toujours été ainsi [Rot, Vatin, 2004]. Dans «le travail en miettes » [1956], objectivité sociologique et dénonciation politique se disputent la teneur intellectuelle de cet ouvrage. En tombant quelque peu dans l’écueil passéiste du petit artisan polyvalent, il revendique la nécessité d’une plus grande polyvalence dans l’accomplissement des tâches et d’une plus grande participation des ouvriers à l’organisation de la production.

2L’autogestion ouvrière représente très certainement la figure la plus poussée de la polyvalence, aussi bien dans les tâches que dans les responsabilités. En théorie, elle se caractérise par une répartition égalitaire des fonctions, tant dans la gestion de l’administration que de la production : les ouvriers choisissent leurs responsables, qui détiennent temporairement des fonctions hiérarchiques particulières. L’assemblée générale est souveraine des choix de l’entreprise. La diversification des tâches est censée être la plus large possible, du moins si l’on se fie aux règles classiques de coopérativisme international. Friedmann aurait certainement été fasciné par ces expériences autogestionnaires d’Argentine. Il aurait été d’autant plus fasciné que la pratique de l’autogestion au sein de ces usines récupérées est à l’image des individus décrits au cours des premières parties de ce livre: aussi inattendus par leurs caractéristiques biographiques que par la mise en place et la ténacité de leur lutte pour la récupération. Il aurait observé une autogestion soudaine, complexe, plus polymorphe que polyvalente.

3C’est le premier enjeu de cette quatrième et dernière partie : appréhender les conséquences de la disparition soudaine de la hiérarchie, principale instigatrice de l’OST, sur une production et une organisation de type taylorien. Comment deux collectifs ouvriers vont-ils auto-organiser leur production et quels mécanismes pratiques vont-ils utiliser pour assumer ce renversement organisationnel et symbolique? Deux questions d’importance qui seront au cœur des réflexions et des analyses du chapitre 8.

4Nous verrons que les réponses apportées sur les conditions pratiques de mise en place des coopératives restent insuffisantes pour comprendre un phénomène social très original dans sa composition sociologique et anthropologique. Exhaustives en termes de description organisationnelle du travail, ces premières observations n’expliquent pas pour autant les nombreuses dynamiques, parfois contradictoires et souvent conflictuelles, qui animent la vie de ces coopératives. Les contraintes auxquelles doivent faire face les coopératives Brukman et la Nueva Esperanza sont nombreuses et souvent complexes pour des salariés au capital scolaire souvent limité et habitués à accomplir leur tâche en chaîne. En l’occurrence, il ne s’agit pas seulement d’ordre pratique. Relation salariale et socialisation semblent en effet poser problème, car elles apparaissent décalées par rapport à la nouvelle réalité sociale de l’entreprise. Les repères, les routines sont bousculés, les sources d’identification et de valorisation bouleversées. En d’autres termes, leur socialisation au travail est contrariée par une nouvelle configuration qui impose de nouvelles règles du jeu, et donc de nouvelles négociations. Souvent houleuses, ces dernières impliquent de nouveaux rapports professionnels tiraillés entre des effets d’hystérésis et de nouvelles situations de travail marquées par la précarité. En définitive, l’Argentine nous offre ici des situations professionnelles rares, mais extraordinairement représentatives de l’analyse de Marx et Engels : la dialectique récurrente entre concurrence ouvrière et lutte collective.

© Éditions de l’IHEAL, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540