Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Néolibéralisme et autogestion

 | 
Maxime Quijoux

Troisième partie. Histoire des récupérations

Chapitre VII. La Nueva Esperanza : d’un paternalisme à l’autre

Texte intégral

Structures et fermeture

La fin de Global

Une sortie de crise progressive au niveau national

  • 1 Issu du parti justicialiste, il fut le vice-président du premier mandat de Carlos Menem, avant de (...)

1Un peu plus de deux ans séparent le début de la lutte de Brukman le 18 décembre 2001 au conflit qui démarre à Global le 14 mars 2004. Entre-temps, le pays a connu certains événements qui ont particulièrement transformé le contexte sociopolitique. Malgré les deux semaines de forte instabilité qui ont amené à la destitution successive de cinq présidents, le pouvoir politique se rétablit assez rapidement. Dès le début du mois de janvier 2002, le pays entre dans une phase de stabilisation avec l’arrivée au pouvoir du péroniste Eduardo Duhalde1. Quelques jours plus tard, il annonce la dévaluation de la monnaie et l’abandon de la convertibilité. L’Argentine mettra du temps avant de retrouver une croissance et de récupérer une économie en bonne santé. Mais la dévaluation permet progressivement de corriger certains effets pervers de la convertibilité. Elle offre par exemple une attractivité nouvelle des produits argentins sur le marché national et international.

2L’année 2002 et les premiers mois de 2003 sont marqués par une intense agitation sociale. Les cacerolazos et le renversement du pouvoir en place ont créé de nombreuses dynamiques de lutte, rendues possibles par l’effondrement de structures traditionnelles telles que partis politiques ou syndicats. Parmi les acteurs de poids émergents, les piqueteros et certaines entreprises récupérées – notamment Brukman – constituent les figures de proue de la contestation du système. Devenues massives et soutenues par la population, les organisations piqueteras deviennent rapidement la cible du nouveau pouvoir en place. Le mouvement connaît une forte répression au cours de laquelle deux leaders piqueteros sont assassinés. En parallèle, les piqueteros sont sujet à une intense campagne médiatique de discrédit auprès de l’opinion publique. Ces attaques répétées troublent en grande partie l’action politique de ces mouvements de chômeurs. Les entreprises récupérées les plus contestataires, notamment celles qui défendent « l’étatisation sous contrôle ouvrier », subissent également de sévères répressions dont les effets sont désormais connus. Le mouvement se divise sur les stratégies à suivre, d’autant que les acteurs, comme la majorité des Argentins, aspirent à un retour au calme et à une normalisation du pays.

  • 2 À la suite de l’abandon avant le second tour de son rival Carlos Menem, Nestor Kirchner se retrouv (...)

3L’élection en avril 2003 du président Nestor Kirchner répond à ces aspirations. Bien qu’il soit considéré souvent comme « mal élu »2, il jouit rapidement d’un large soutien de la population et participe à l’apaisement social du pays. Il obtient le soutien d’une grande partie des piqueteros, permettant ainsi d’isoler un peu plus les organisations de chômeurs les plus réfractaires au pouvoir. Soutenant une démarche d’écoute et produisant un discours assez progressiste, il arrive à se démarquer de l’ancienne classe politique discréditée. Il profite par ailleurs d’une embellie économique qui permet un retour à l’emploi et une baisse rapide de la pauvreté. Parallèlement, les mouvements sociaux s’essoufflent : les assemblées de quartier ne représentent rapidement qu’une poignée d’acteurs par assemblée ; les partis d’extrême gauche retrouvent leur marginalité historique ; enfin, les piqueteros se divisent non seulement entre pro et anti-Kirchner, mais encore en une multitude de chapelles aux oppositions idéologiques, souvent proches de querelles byzantines. Deux ans après les cacerolazos, le mot d’ordre « qu’ils s’en aillent tous » ne semble plus faire autant d’émules. Politiquement stabilisé par l’élection d’un nouveau président, pacifié socialement et en voie de reprise économique, le pays connaît une récupération rapide.

La fermeture

4Les 19 et 20 décembre 2001, l’effondrement économique, social et institutionnel qui s’opère à ce moment-là offre les meilleures conditions aux salariés « abandonnés » pour occuper, puis récupérer leur entreprise. Le nombre de récupérations d’usines explose alors et est multiplié par quatre en un an et demi [Vabre, 2006]. La dévaluation du peso un mois plus tard permet un certain rebond de l’économie nationale. L’industrie profite de cette amélioration, freinant la contestation ouvrière et le nombre de tentatives d’occupations et de récupérations.

5Toutefois, certaines situations de conflits perdurent. Plus de deux ans après le début de l’occupation à Brukman et trois mois après sa résolution définitive, le 15 mars 2004, les ouvriers de Global se trouvent à leur tour dans une situation périlleuse. Ce jour-là, à leur arrivée à l’usine, ils trouvent porte close. Un message laconique affiché à l’entrée leur annonce la fermeture définitive de l’usine :

- […] Le dernier jour qu’on a travaillé, c’était le 12 mars 2004. Le 15, quand on revient le lundi 15 pour revenir travailler, il y avait une affichette sur la porte qui disait que l’usine allait rester fermée à cause d’une réunion de créanciers. Nous, on ne s’était jamais rendu compte de rien, il n’y a même pas eu de nouvelles pour nous dire : « Bon, il a des dettes, ça va fermer… »
- Combien vous étiez… ?
- À cette époque, on était 42 opérateurs. On n’avait aucun indice comme quoi il pouvait nous arriver ce truc. Bon, et ce jour-là quand on est venu, on a appelé la police, tu vois ? On a fait sonner l’alarme, parce qu’il y avait une alarme sur la porte… Jusqu’à ce que, bon, ça ramène les gens des alentours… Et bon, c’est par l’intermédiaire des gens…
- Du quartier tu dis ?
- Du quartier, c’est ça. C’est par l’intermédiaire des gens du quartier qu’on se rend compte que pendant le week-end (le patron) avait déménagé. Bon, et par la suite, des collègues sont entrés en sautant le portail de l’entrée, et ils se sont rendus compte qu’il n’y avait plus rien. Ils avaient tout vidé, ils avaient tout emporté.

6Selon les déclarations des voisins, le patron aurait profité de la fin de semaine pour déménager et vider l’usine en l’absence des ouvriers. La manœuvre est simple : « délocaliser » l’usine en zone franche dans une ville de banlieue (Pacheco). Tout en se dédouanant des taxes portègnes, il en profite pour se séparer d’un personnel encombrant, puisqu’âgé et onéreux.

7Ce jour-là, donc, la stupeur est grande pour les « ouvriers à vie » de cette petite usine de ballons de baudruche. Malgré la dégradation progressive des conditions de travail, il leur était inconcevable de rompre le lien presque historique et organique qui les unissait au patron. Au moment de la fermeture de l’usine, la réaction des salariés est très significative de la nature des relations professionnelles de cette usine : les rapports francs et directs qui les caractérisent s’expriment ouvertement et nous confirment l’originalité des accointances de cette entreprise. Diego a presque vingt ans d’ancienneté dans l’entreprise. Le récit de sa dernière interaction avec le patron illustre bien les contours de ces relations sociales :

- Et comment ça s’est passé ? Raconte-moi un peu comment s’est passée la récupération, comment toi tu l’as vécu ?
- On laisse l’usine un vendredi. Parce que le samedi, on ne travaille pas. Du lundi au vendredi, on travaille. On laisse donc un vendredi et on s’en va. Le lundi, on revient et on retrouve l’usine fermée, cadenassée.
- À sept heures, vous deviez entrer.
- Oui, oui. Mais il n’y avait déjà plus rien. Entre samedi et dimanche, ils ont chargé des camions et ils ont tout emporté en banlieue, dans un autre endroit très loin. Un… un hangar qu’il a là-bas. Donc, de là, ils ont emporté tous les outils. Ici, il n’y avait plus rien. Au bout d’un moment est arrivé le patron. Il nous a dit de nous présenter ici le jeudi suivant à la porte, qu’il allait nous donner la réponse, ce qui allait se passer pour nous. Bon, on est venu le jeudi. Le patron est venu. Et il nous a dit que le juge allait s’arranger avec nous. Et donc je suis intervenu et je lui ai dit : « Quel juge va me… va nous… va nous aider ? C’est vous notre responsable. C’est vous le patron. C’est vous qui devez vous arranger avec nous, nous on n’a rien affaire avec le juge ». Mais il m’a dit : « Non, le juge va arranger la situation ». Et donc, je me suis bougé comme ça, et mes collègues aussi ont commencé à faire un mouvement, les collègues qui y étaient, tu vois ? Et lui, il a pris peur. Il a sûrement cru qu’on allait lui faire quelque chose. Il a ouvert la porte de la voiture, il est rentré dedans et s’est cassé.

8Cette altercation ne fait que confirmer l’esprit singulier des relations au sein de cette usine : il n’est pas question de faire intervenir un quelconque intermédiaire dans ce conflit « interne », même la justice. Outre l’implication directe du patron dans cette situation, il estime aussi qu’il est de son devoir d’assumer ses responsabilités vis-à-vis de ses salariés. En brisant soudainement les liens si particuliers qui les unissaient, le patron déroge aux règles informelles de la relation salariale, instaurée depuis des décennies : à la discipline et à la productivité exigées par le patron, les salariés étaient en droit d’attendre protection et prospérité de sa part. En d’autres termes, ce patron ne respecte brutalement plus les clauses d’un contrat, pourtant profondément ancrées dans cette socialisation ouvrière.

9Leur stupeur au moment de la fermeture est d’autant plus grande que la plupart des ouvriers se sentent désarmés. Aucun d’entre eux ne semble pouvoir profiter d’une quelconque expérience de lutte passée sur laquelle s’appuyer afin de réagir. Nous touchons là l’une des grandes spécificités de ce phénomène d’entreprises récupérées : à Global, à Brukman ainsi que dans la plupart des usines autogérées d’Argentine, rares sont celles ayant des intentions politiques claires en début de conflit. C’est plutôt la confusion et l’improvisation qui dominent, reléguant au second plan les considérations politiques et juridiques de ces mobilisations.

10À Global, c’est la structure interne de l’entreprise même qui se met en mouvement. La mobilisation s’engage en effet sous l’action du principal membre de l’encadrement. Bien qu’ébranlé par la brutalité de la fermeture, il réagit spontanément pour les raisons invoquées dans le chapitre 5. Mais surtout, ce supérieur devient spontanément dès le début le nouveau leader de l’usine auprès du collectif ouvrier :

- Tu ne t’y attendais pas du tout.
- Non, je ne m’y attendais pas à toutes ces choses. En plus, ils (en parlant de ses collègues) se sont tous dirigés vers moi, comme pour…
- Ils ne savaient pas quoi faire.
- Ils ne savaient pas… En réalité, ils ne savaient pas quoi faire, quelle décision prendre ni rien dans le style. Et bon, qu’est-ce que j’en sais ? Moi, je suis venu – c’était un mardi à dix heures du matin – je suis venu, ils se sont tous approchés de moi, on a regardé à l’intérieur par le trou de la serrure, et on a vu qu’ils avaient tout sorti d’ici. Et bon, l’unique truc que je leur ai dit – à ce moment-là ils étaient 60 personnes, ce n’était pas les dix-huit qui ont inauguré la coopérative, mais bien 60 personnes – : « On doit aller au ministère du Travail, porter plainte pour liquidation d’usine (vaciamiento de fábrica), on doit essayer de trouver un avocat qui nous suive » parce que ce n’était pas facile. Et bon, tout était comme… à ce moment-là, moi j’étais le berger avec ses troupeaux, avec ses brebis. Toutes les brebis me suivaient. Et de cette manière on est allé au ministère du Travail, on a porté plainte, on a essayé d’avoir un avocat par le syndicat pour qu’il nous suive, on a fait… Je les ai emmenés faire tout pour qu’ils puissent toucher les Assedic (fondo de desempleo) pendant un an ; je les ai tous emmenés faire leurs papiers, etc. Beaucoup d’entre eux ne savaient pas comment les remplir ; c’est moi qui leur remplissais. C’est comme ça que ça s’est passé au début.

11Étant donné les caractéristiques des relations professionnelles de cette entreprise et l’absence de modèles alternatifs de protestation, les dynamiques sociales qui s’instaurent en ce début de lutte suivent des logiques asymétriques de mobilisation : loin des principes autogestionnaires classiques, la structuration du pouvoir par le haut semble aller de soi : en l’absence de la figure tutélaire du patron, les « brebis » retrouvent une figure rassurante en la personne la plus haute dans la hiérarchie restante. De son côté, ce supérieur est fier d’assumer ses responsabilités, auxquelles déroge son propre patron.

12Mais évitons tout manichéisme hâtif : en dépit d’un manque évident de compétences proprement politiques, la présence de ce chef aux côtés des autres salariés offre une multitude de savoirs spécifiques qui se révéleront essentiels au moment d’agir. Ce nouveau leader, appelé ici Horacio, constituera assurément, aux yeux de tous, le véritable moteur de cette mobilisation.

Horacio : biographie d’un leader

13À l’instar du reste du collectif, Horacio est originaire d’une lointaine province du Nord du pays. À sa majorité, vers la fin des années 1970, alors qu’il vient d’être diplômé en tant que chef d’équipe d’une école de construction, il part pour la capitale où il espère trouver plus facilement un emploi. Il travaille pendant quelques années sur des chantiers, mais à partir des années 1980, des périodes récurrentes de chômage l’obligent à envisager une reconversion dans un autre secteur d’activité. C’est ainsi qu’il intègre Global. Cette entreprise lui apporte en quelques années stabilité et promotion sociale, après dix ans de précarité et de pénibilité dans la construction. Il y effectue une carrière longue qui l’amène à occuper les plus hautes fonctions de l’usine. En effet, dix ans durant il se forme à l’ensemble des postes et acquiert de nombreuses responsabilités. C’est en toute logique qu’il se retrouve alors chef du personnel :

- Je suis passé chef de personnel de l’entreprise. J’ai travaillé comme chef de personnel pendant presque dix ans, autrement dit, presque la moitié de mon temps de travail passé à Global. Plus ou moins, eh… Lors de ma huitième année comme chef de personnel, la personne qu’on avait comme contremaître décède, meurt, et il n’y avait personne pour reprendre sa place, et personne pour comprendre ce type de travail. Donc, je faisais mon travail comme chef de personnel et je faisais en même temps celui de contremaître à l’intérieur de l’usine. Parce qu’au fur et à mesure que je passais mon temps dans cette usine, j’ai progressivement appris beaucoup de choses, c’est-à-dire appris dans le secteur des ventes, de la production, comment on prépare les chimies, autrement dit les temps de cuisson que devait avoir la marchandise. Énormément de choses.
- Tu t’étais formé chaque année en réalité ?
- Ça veut dire que quand décède le contremaître, moi j’avais déjà complètement intégré ma place ici, partout, c’est-à-dire dans le système de l’usine ; autrement dit, je connaissais tout. Dans le secteur des ventes, quand la responsable de vente partait en vacances, je la remplaçais comme chargé des ventes, autrement dit, c’est moi qui m’occupais de faire les factures, faire des références, recevoir les clients, recevoir les fournisseurs…

14À l’instar de ses collègues de travail, Horacio connaît une identification très forte à cette entreprise. Les nombreuses fonctions occupées dans la hiérarchie et la polyvalence qu’il acquiert constituent autant de facteurs de socialisation à cette entreprise. Il est probable même qu’il ressente un plus grand sentiment d’appartenance à l’usine que les autres ; par son parcours interne à l’entreprise, il a accumulé une multitude de biens symboliques qu’il cherchera à valoriser sur un marché prompt à la concurrence et au zèle. Dans l’esprit pyramidal et méritocratique de cette petite entreprise paternaliste, il s’inscrit dans des relations professionnelles où la position sociale attribuée par le patron est hautement distinctive et intériorisée par l’ensemble des salariés. Il se sent par conséquent à la fois plus valorisé et plus protégé que les autres, par la position hiérarchique qui le situe au plus près du patron. La fermeture de l’usine est alors probablement plus douloureuse encore pour lui. Il possède néanmoins les moyens d’y faire face.

La mise en place de la lutte

  • 3 Je n’ai malheureusement pas pu m’entretenir ni fréquenter le troisième protagoniste qui, à l’époqu (...)

15Au moment de la fermeture de l’usine, dépitée, la majorité des ouvriers et ouvrières se contente de toucher leurs indemnités chômage, pendant que les plus jeunes tentent leur chance ailleurs. Deux ouvriers se démarquent de cette apparente passivité et réagissent aux côtés de Horacio. À l’instar du nouveau leader, l’un des deux3 possédait autrefois une certaine position sociale au sein de l’usine. Arrivé approximativement à la même époque que Horacio, cet ouvrier que nous appellerons Diego passe successivement d’une fonction d’opérateur à celle d’agent administratif. De nombreuses recherches sur le travail (historique, psychologique ou sociologique notamment) ont déjà fait état des distinctions existantes entre administration et atelier, notamment dans le rapport à l’hygiène et au corps [Fischer, 1989]. Comme il nous l’explique dans l’entretien suivant, il a des responsabilités particulières, notamment par le contact direct avec la clientèle, ce qui le valorise et le distingue du reste du collectif :

- Combien de temps tu as dans cette usine ?
- À l’époque des patrons de Global, j’ai passé dix-neuf ans.
- Dix-neuf ans. Autrement dit, pas mal de temps.
- Beaucoup.
- C’est clair. Et où tu travaillais avant ?
- Je travaillais ici… ici en « boquilla », je travaillais [aussi] en « démoulage » (sacado de globo), et après je suis passé à la partie administrative, là-bas, devant où j’ai été les derniers temps, pendant six ans.
- Qu’est-ce que tu faisais dans la partie administrative ?
- Dans la partie administrative, je faisais les demandes de marchandises, pour les clients.
- Autrement dit tu connais bien l’usine.
- Oui, oui, l’usine je la connais très bien.

16À l’instar de son supérieur, on peut donc facilement imaginer qu’il a connu un processus similaire de socialisation à l’entreprise. Diego et Horacio subissent de ce fait une humiliation commune et suffisamment forte pour être à l’origine de leur mobilisation :

Horacio – Eh… il s’est passé la chose suivante, car je ne sais pas comment on t’aura raconté les histoires de la récupération de l’usine, ici (en mettant en cause les propos des autres membres de l’usine). En soi, dans un premier temps, ça n’a pas été facile avant que l’on puisse récupérer cette usine. Ça n’a pas été facile parce qu’à partir du moment où on a commencé à faire les démarches pour toucher les Assedic, ils ont tous disparu, ils sont tous partis. Et je me souviens qu’à cette époque Diego me disait « et maintenant qu’est-ce qu’on fait ? » Ce garçon qui maintenant est malade, Norberto : « On doit faire quelque chose » on doit chercher une solution, parce qu’on n’a pas d’autre choix. Donc, pendant un mois et demi, avec Diego et Norberto, on prenait contact à droite à gauche pour voir où on pouvait trouver les machines. Et ça, on l’a fait nous trois, et pas toute la coopérative. Ici, trois personnes ont bougé : Diego, ce garçon qui est malade – Norberto – et moi.

17Très rapidement, la mise en place de la lutte est rendue possible grâce au statut très particulier qu’occupe Horacio au sein de l’entreprise. La connaissance précise de son fonctionnement, la multitude de contacts qu’il possède, autant auprès de la direction que des ouvriers de base, associés à une capacité singulière de déduction, vont lui donner une première « piste ». D’une certaine façon, on peut considérer que ces différentes compétences techniques et sociales que possède Horacio sont autant de propriétés constitutives de sa socialisation professionnelle. Il a les capacités réflexives et culturelles de les mobiliser, en particulier son capital social, qu’aucun autre membre de l’usine ne peut avoir, puisqu’il dépend directement de sa position hiérarchique :

Horacio – Un samedi Nilda, celle qui travaille ici, avait le numéro de chez moi, m’appelle et me dit : « Horacio, tu n’es pas au courant d’une chose : la voisine d’en face a appelé – à une autre amie de ses amies qui est connue ici – et elle m’a appelé en disant qu’ils étaient en train de sortir les machines de l’usine ». Et moi je lui dis : « Ce n’est pas possible » et elle me dit : « Si, ils étaient en train de sortir toutes les machines ». J’avais le numéro de portable du patron de l’usine, le numéro privé du patron de l’usine, le numéro de portable du prête-nom (testaferro), le numéro de portable de la secrétaire de l’usine. Autrement dit, j’avais tout. Et je me souviens qu’à ce moment-là j’ai attrapé mon téléphone et j’ai appelé le patron de l’usine : chez lui, on ne me répondait pas, j’ai appelé sur son portable, il ne répondait pas, j’ai appelé la secrétaire et elle m’a dit : « Écoute, le vendredi je suis parti à neuf heures du matin. Je n’ai aucune idée, je n’en sais rien du tout de ce qui est en train de se passer » et j’ai appelé le portable du prête-nom. J’ai insisté tellement qu’il a décroché et m’a baratiné. […] Et je me souviens que le porte-nom m’a répondu et je lui dis : « écoute, Leo, j’ai des informations. On me dit qu’ils sont en train de sortir les machines de l’usine. Tu sais quelque chose ? » « Non » il me dit, « Le seul truc qu’on a sorti ce sont les bancs, car on avait une fête ici à Pacheco ; on les ramène plus tard à l’usine ». Je lui dis : « Moi, le seul truc que je te dis – là je suis en vacances – C’est que je vais à l’usine et que je veux voir que l’usine est en train de fonctionner ». Ça, ça m’est resté gravé et avec ces pistes on a continué. C’est pour ça que Diego m’a suivi, et c’est pour ça que Norberto me suit.

18Horacio, Diego et Norberto cherchent à creuser l’unique piste qu’ils ont à partir de cette simple information, à savoir la ville de Pacheco, possible lieu de déménagement des machines. L’opération est somme toute assez hasardeuse ; aucun autre élément ne vient étayer une hypothèse qui peut s’avérer n’être qu’une information quelconque. D’autant que Pacheco est une ville de banlieue de taille considérable. Mais profondément déterminés, les trois hommes se mettent en tête de retrouver leurs instruments de travail.

L’enquête

  • 4 D’après les visites réalisées auprès d’une dizaine d’entreprises récupérées de la capitale et de s (...)

19À l’instar des ouvrières de Brukman, le soutien de la famille, notamment en termes financiers, semble constituer l’un des principaux facteurs déterminants de mobilisation concernant le phénomène d’entreprises récupérées d’Argentine4. Global ne fait pas figure d’exception. Lorsqu’ils se mettent en quête des machines, Horacio, Diego et Norberto sont en effet dans une situation économique difficile et se voient par conséquent contraints de recourir au soutien économique de leur famille :

– On se levait à quatre heures du matin, on essayait de… on cherchait dans les guides de bus quels bus allaient vers la zone de Pacheco ; on a trouvé quelles lignes allaient et comme ça y aller, deux, trois, quatre fois, en prenant depuis l’avenue General Paz y San Martín – là où il y a l’usine de cigarettes – la línea 87 qui va là-bas à Pacheco. On se retrouvait avec Diego en premier, et par la suite avec Norberto. Eh… et bon… on se payait nous-mêmes nos voyages, même si on n’avait pas d’argent, mais on demandait aux autres. Moi je demandais à… ma mère, ma sœur, je leur demandais du fric pour voyager.

20Pendant des semaines et des heures entières, ces trois hommes arpentent les rues de cette ville de banlieue à la recherche d’une quelconque information concernant leur entreprise ou leur patron. Ils observent, interrogent les passants, réfléchissent et tournent à pied dans la ville. Au bout d’un mois et demi de « traque », ils finissent par apercevoir leur patron accompagné de sa femme en centre-ville. Horacio décide alors de les prendre « en filature » : grâce à l’aide d’un ami chauffeur de « taxi particulier » (remissero), il demande à une ouvrière de l’usine (qui est également sa compagne au moment où je le rencontre), et à Norberto de les suivre à partir de l’endroit où il les a entrevus. Au cours d’une matinée, ils retrouvent le patron, mais leur tentative de localiser l’usine reste infructueuse. Néanmoins, ils notent que les patrons se rendent à une station-service. Horacio et Diego prennent alors le relais et décident de concentrer leur filature sur cette station-service :

– […] Bon, vu qu’on ne trouvait pas les hangars, on a décidé avec Norberto et Diego de les attendre là-bas, dans cette station-service, cachés, pour voir s’ils venaient. Et… je me souviens qu’il faisait chaud ; il était à peu près neuf heures du matin et on supportait déjà plus la chaleur. En voyant qu’ils ne venaient pas, bon, de là où on était à la station-service, on a décidé de marcher quelques pâtés de maison plus en avant. Près d’un muret, il y avait des bancs et on s’est mis d’accord pour aller s’asseoir là-bas, car c’était à l’ombre, donc mieux pour attendre le patron. Et pendant que l’un était en train de marcher, un homme avec deux enfants à la main… et l’homme, qui était en train de fumer, à ce moment m’arrête et me demande du feu, pour allumer sa cigarette. Je lui demande s’il n’a pas vu trois, quatre semaines avant, des mouvements bizarres de camions avec des machines, ou un hangar qu’on essayait de remettre en état. Ce genre de choses, non ? Et bon, l’homme me dit : « Écoute, ce hangar de l’autre côté de la rue, ils étaient en train de le nettoyer depuis le côté arrière. De face, tu vois que tout est plein d’herbe, mais derrière ils ont tout nettoyé. Il y avait des gens qui lavaient. »

21Ils se dirigent alors directement vers le hangar indiqué. L’entreprise affiche porte close. Impossible donc de pouvoir vérifier si ses activités sont celles de leur ancien patron. À la recherche de preuves matérielles qui pourraient leur donner une piste sur les activités de cette usine, ils fouillent les alentours du hangar ainsi que ses deux accès. Ils s’aperçoivent que l’usine a été récemment nettoyée, du moins rénovée. Toutefois, aucun élément tangible ne leur prouve que cette usine fabrique des ballons de baudruche, encore moins qu’elle appartienne à leur ancien patron. Jusqu’au moment où Diego, interpellé par des sacs-poubelle sur le trottoir d’en face, a l’idée d’en vérifier le contenu. Il y découvre, entre autres, des déchets de ballons, des revers de piñata et des étiquettes. Pour les deux salariés de Global, les preuves sont là. Après six semaines de recherche intensive, ils arrivent finalement à retrouver la trace de leur patron, et le plus important pour eux, de leurs machines. Ces dernières vont revêtir progressivement le symbole concret de leur lutte et de cette longue « traque » de leur patron. Bien que l’idée de la coopérative ne soit pas encore lancée, les machines représentent au sens le plus fort – et c’est peut-être le plus marquant – les fameux moyens de production de Karl Marx. Autrement dit, ces trois hommes, qui n’ont pourtant pas grand-chose a priori à voir avec le marxisme, ont tout de même l’obsession de les récupérer.

La mobilisation

L’interruption de la production

22À partir du moment où ces trois salariés obtiennent la preuve de la présence des machines au sein de cette usine de Pacheco, ils s’affairent rapidement à constituer un dossier précis. Celui-ci va leur permettre d’exercer un réel moyen de pression sur le patron. Mais en reconstituant un large faisceau de preuves, ce dossier offre surtout à ces salariés la possibilité d’organiser une défense, rendue impossible par la fermeture soudaine de l’usine. Très soucieux de respecter la légalité, notons avec quelle minutie ils organisent leur riposte :

– Là, à l’endroit même où on avait trouvé les preuves, on a fait un croquis, un plan, où on a pris la latitude des rues, à quel angle de rues était le hangar, quelles usines étaient près de ce hangar, à côté, toute chose que, si la justice va à l’endroit, qu’elle arrive pile à l’endroit. Avec ces preuves, on est venu avec l’avocat, l’avocat a présenté un écrit auprès du juge – celui qui s’occupait de la fermeture de l’usine. On lui a dit de faire un dossier en plus parce qu’on ne voulait pas que l’avocat de l’usine – de l’ex Global – s’aperçoive de ce qu’on avait trouvé. Et donc, on a présenté une note au juge. Le seul truc qu’on demandait au juge, c’est qu’il nous donne un permis de pouvoir être là-bas, pour surveiller les machines, qu’ils ne les sortent pas de là-bas et les emmènent à un autre endroit, non ? Ça a pris presque trois semaines à nous faire le permis. Le juge de la capitale fédérale n’a pas pu intervenir… Un juge commercial de la Capitale fédérale ne peut pas intervenir en banlieue, non ? Donc, qu’est-ce qu’il devait faire : transmettre cette note au juge de banlieue (provincia). Si le juge de banlieue donnait son aval pour que nous puissions être là-bas, super. On nous a donné le permis et avec ce permis on a pu installer un campement.

23Interrogeons-nous sur l’aisance pratique que possèdent ces trois ouvriers sur l’ensemble de l’enquête menée ainsi que sur les stratégies mises en place une fois les preuves accumulées. Nous serions tentés de penser ces actions en fonction du paradigme de « l’acteur stratégique » [Crozier et Friedberg, 1977]. Rappelons cependant que nous avons affaire à trois salariés de l’entreprise aux trajectoires sociales très particulières. Horacio, celui qui dirige les opérations, est l’ancien « bras droit » et l’« homme à tout faire » de ses patrons pendant vingt ans. Au cours de son parcours professionnel, il a acquis toute une série de compétences particulières, dans un panel d’activités aussi diversifié que les relations commerciales, l’organisation de la production, la composition des matières premières et les ressources humaines. L’entreprise lui a donné la possibilité de multiplier ses compétences qui engendrent chez lui un véritable empowerment. Progressivement s’opère une transformation subjective de son action, ouvrant largement son champ des possibles. Ce fort sentiment de compétence lui permet ainsi d’élaborer et de mener à bien des actions qui peuvent paraître dans un premier temps confuses et aventureuses. Cette image de lui, forte et déterminée, constitue indubitablement sa valeur sociale à ses yeux ainsi qu’au reste de son monde social. Elle a été rendue possible par les multiples occasions de « s’émanciper » qui lui ont été accordées par l’entreprise. Possibilités de carrière et valeur sociale, sans omettre les revenus confortables qu’elles supposent, de nombreuses raisons objectives et subjectives sont au fondement de sa socialisation professionnelle. Celle-ci, permise et encouragée par le patronat, est donc celle qui explique à la fois les raisons subjectives d’une telle motivation, et les compétences objectives à la disposition de Horacio dans sa lutte.

24Une fois les machines localisées, Horacio décide de convoquer ses collègues de travail. Ces derniers doutent et il semble devoir user de son pouvoir « hiérarchique » afin de les convaincre de se rendre à Pacheco. Mais lorsque le groupe se laisse convaincre et découvre ses machines, sa surprise est immense :

– Tout le monde est venu. Et de là, ils ont vu que tout était là. Il y avait des électriciens qui étaient en train de faire des installations électriques pour mettre les machines. Ils y avaient des garçons qui étaient en train de bosser, c’est-à-dire, en train de démouler des ballons. Mais il n’y avait aucun des patrons, ça, c’était le drame. Aucun n’était là. De nos patrons, aucun n’était là. La secrétaire n’était pas là non plus, ni le gars qui était avec eux, qui travaillait avec nous. Il y avait les électriciens et il y avait deux, trois garçons qui étaient en train de bosser. Le seul truc qu’on a dit c’est : « Ce sont des machines qui ont été volées de tel endroit et ils les ont amenées ici. Prenez vos outils et autres que vous avez ici parce qu’on ferme le portail et on ne va pas plus l’ouvrir. Plus personne n’entre et on n’ouvre plus à personne ». Et bon, ils ont tout pris, ils ont pris leurs outils, ils ont mis le cadenas sur le portail, ils ont fermé, ils ont sorti leurs véhicules, ils sont partis, ils ont fermé le portail de dehors et, de là, on a fermé à clef. Et de là, ça a été les trois premières nuits que je suis resté là-bas. Et voilà, c’est comme ça qu’a commencé la lutte, comme ça qu’a commencé le combat.

« L’aguante »

25Alors qu’il ne s’agissait que d’un conflit latent, la confrontation entre patrons et ouvriers devient dès lors effective. Un campement est installé à l’entrée de l’usine de Pacheco afin d’interrompre toute activité de l’usine et, de cette manière, de pouvoir exercer une pression sur le patron. Elle permet surtout d’empêcher qu’il ne déménage de nouveau les machines :

– Au cours du temps est apparu le prête-nom du patron. Il est venu avec la police, avec la volonté de nous bouger le campement de là-bas. Et non. On a montré les papiers, les permis, les plaintes… qu’est-ce que tu veux qu’il fasse ? Le porte-nom voulait nous imposer les camions là-bas en nous disant qu’il voulait charger de la matière première. Et non, c’était pour sortir les machines, on lui a dit. « Non, ici, tu ne peux pas entrer ». De plus, je lui dis : « C’est toi qui as loué ces hangars ? Ou c’est à tes parents ces hangars ? Vous êtes dans un délit. Vous êtes en train de garder des choses volées. Si elles étaient saisies, vous ne deviez pas les sortir ».

26Revenons sur cette pratique du campement. Elle se réfère en vérité à une représentation et une pratique cruciales de la culture populaire argentine, celle de l’aguante. « Faire l’aguante » (hacer el aguante) est une expression difficilement traduisible en français : le Larousse englobe la totalité sémantique du mot : « endurance ; résistance ; patience, tolérance ». Elle est un mélange subtil de ces quatre notions, où la ténacité de l’individu est mise en avant.

27Même si on l’observe dans certains milieux musicaux comme la cumbia ou bien le rock [Semán, 2006], c’est des stades de football et des clubs de supporter que la pratique de l’aguante est originaire. Dans un ouvrage de vulgarisation sociologique, le sociologue Pablo Alabarces tente de nous décrire dans ses Chroniques de l’aguante quelques éléments de cette pratique populaire dans l’univers du football :

L’aguante est un terme apparu vers le début des années 1980 : comme nous l’avons vu, il semble avoir été prononcé la nuit où des supporters (hinchas) de Quilmes ont tué Raúl Martinez, en 1983. Étymologiquement, l’explication est simple : « aguantar » renvoie à être en renfort, à soutenir, à être solidaire. De là est apparu initialement « faire l’aguante » : cette expression nommait le soutien que des groupes périphériques ou clubs de supporters amis apportaient dans des affrontements spécifiques. Et ainsi, dans la culture footballistique des dix dernières années, elle commence à s’imprégner de sens très durs, très directement liés à la mise en action du corps. « Aguantar » c’est mettre le corps en mouvement. Basiquement, dans la violence physique. Par extension, une version light nous indiquerait que le corps peut se mettre – s’activer – de beaucoup de manières : par exemple, en encourageant sans cesse, en allant au stade à domicile ou chez les adversaires, en supportant les incommodités les plus absurdes, – en résistant (aguantando) – c’est son usage le plus innocent, la pluie, le froid, la chaleur. Dans tous les cas, le corps apparaît comme un protagoniste : on ne résiste pas (no se aguanta) si le corps n’apparaît pas supportant le mal, que ce soient les coups, les blessures, ou plus simplement les conditions agressives contre les sens – aphonies, coups de froid, insolations [Alabarces, 2004, p. 62/63].

28En évitant les parallélismes réducteurs et le folklorisme sur les pratiques des classes populaires, l’ouvrage d’Alabarces peut nous éclairer sur cette pratique de lutte. En effet, il peut nous permettre d’analyser les modalités d’une telle action, ses origines ainsi que les conséquences qu’elle implique sur les individus en lutte. Premièrement, écartons toute la dimension de violence physique propre aux clubs de supporters qui, en Argentine, sont récurrentes. Intéressons-nous plutôt à ce qu’Alabarces appelle la « version light » de l’aguante, et la multitude de désagréments qui donne du sens à l’action. On retrouve en effet dans l’ensemble des témoignages sur l’aguante, ces mêmes références à la souffrance de l’épreuve physique, donnant son versant sémiotique d’endurance à la lutte. Les ouvrières de Brukman comme les salariés de Global vont fréquemment faire référence au froid, aux mauvaises conditions climatiques, à la faim et aux mauvaises conditions d’hygiène :

– De cette façon, on a passé onze mois. Et on a passé le 31 décembre, le 24 décembre, tout ça… Là-bas ça a été une expérience très moche. Très moche, parce qu’on n’avait pas de quoi manger, on n’avait pas d’eau, on n’avait pas de toilettes. C’était triste. Bon, mais de cette façon on a passé onze mois, et on a vu que ça n’avançait plus, qu’on en pouvait plus d’être là-bas.

29En se référant au corps, Alabarces met le doigt sur une problématique très pertinente lorsqu’il s’agit des classes populaires. Dans le travail ouvrier, le corps revêt souvent une importance considérable : soumis à une pression permanente, il est souvent aussi le principal instrument de travail. Dès lors, les sources d’identification et de catégorisation ouvrières au travail dépendront beaucoup du rapport et de l’usage que l’on a de son corps. Dans son étude sur la classe ouvrière, Olivier Schwartz notait :

Les conduites que j’envisage maintenant vont faire apparaître que la valorisation liée au travail ne s’acquiert pas seulement par l’expérience de compétences et de savoirs. Elle se gagne par l’aptitude à se dépenser dans une tâche. Il s’agit ici de prouver qu’on dispose d’une réserve de forces, et qu’on est prêt à la déployer sans compter : sans écouter sa fatigue, sans épargner sa peine, sans être avare de son temps. On va voir émerger peu à peu toute une vision du travail et du « faire » qui met l’accent sur la grande quantité d’énergie consommée dans l’accomplissement de la tâche, et sur la promptitude du travailleur à s’engager, à s’exposer physiquement dans le corps à corps avec les choses. Celui qui déroge à cette morale de l’effort est vite accusé de « fainéantise » : terme qui apparaît très souvent, ainsi que son contraire – le « courageux », dans le langage ouvrier du Nord. D’où la difficile position des chômeurs, mis dans l’impossibilité de se prouver sur ce terrain, et particulièrement exposés du même coup à la dépréciation de leur entourage [Schwartz, 1990, p. 290].

30Nous verrons dans la partie suivante sur la gestion de l’usine et l’organisation du pouvoir à quel point cette observation d’Olivier Schwartz est transposable à la classe ouvrière argentine d’aujourd’hui, du moins aux populations étudiées ici. D’ailleurs, Alabarces indique et confirme cette interprétation, en mettant l’accent sur le rapport entre pratique physique du travail et pratique de l’aguante :

[…] La pratique de la résistance à la douleur doit être mise en relation avec la conception que l’imaginaire social accorde aux membres des classes populaires : une capacité à supporter la douleur basée sur le travail pénible (trabajo pesado) et l’expérience de lutte, un corps dur parce qu’il est le support du travail manuel et de la violence quotidienne [2004, p. 70].

31Dans le cas de l’aguante des entreprises récupérées, on note toutefois deux particularités propres à leur profil de travailleurs : premièrement, l’humiliation subie lorsqu’il s’agit de devoir demander l’aumône. On l’avait déjà noté pour les ouvrières de Brukman, mais elle se confirme auprès des salariés de Global : ces derniers se caractérisent par une forte identification autour de la question de l’autonomie individuelle, tant en termes de production que matériels. L’indépendance est une marque profonde de fierté ouvrière. De la même manière, être capable de faire front au manque affectif et aux réprimandes de la famille est une autre grande source de fierté à la base de l’aguante :

- Ta famille t’aidait à cette époque ?
- À cette époque aussi c’était très moche, non ? Parce que nous… notre famille, certains nous ont acceptés d’autres non. Parce que nous, on allait trois jours, on restait là-bas au campement ; et on revenait après trois jours, et on restait à la maison sans sortir… on nous a donné une pièce, un peso, parce qu’on n’avait rien. Là-bas on allait faire la manche. On demandait… on demandait de tout. Tout ce qui nous manquait, on allait le demander. Mais par chance il y avait des gens bons en banlieue. Ils nous donnaient ce qu’on demandait.

32Parfois encore, comme on l’a observé chez les ouvrières de Brukman, l’aguante peut provoquer des crises profondes au sein des familles concernées, débouchant parfois sur des séparations ou des divorces.

33En définitive, la fonction sociale de la pratique de l’aguante est très forte dans l’univers des représentations populaires. C’est elle qui constitue la ligne de démarcation entre les « durs » et les « faibles », les « courageux » et les « lâches ». On s’aperçoit alors que la dimension physique rejoint la morale, deux notions centrales dans les valeurs et les représentations des classes populaires, notamment dans leur rapport au travail [Terrail, 1992]. Ce jeune ouvrier présent pendant la lutte illustre bien l’idée de l’aguante :

– Nous qui sommes restés, on est tous… des durs, ceux qui tiennent le coup (los que aguantamos), et beaucoup de gens… mais des quantités de gens sont passées…

34L’aguante va être particulièrement fort chez ces salariés, a priori peu prédisposés à s’opposer autant au patron. Mais en fin de compte, il s’agit des mêmes mécanismes sociologiques qui opèrent dans le zèle au travail et dans l’aguante de la lutte : ce zèle leur permet d’acquérir une légitimité particulière, une certaine supériorité sur le reste du groupe, par le dévouement qu’ils consacrent à l’usine. Il s’agit du même courage nécessaire à supporter la tâche au travail, qu’à résister à l’ennui ou aux intempéries climatiques. Qu’importe la contrainte, c’est dans l’endurance à l’adversité que se réalise la distinction avec « les autres ». De plus, lutter pour la récupération confirme leur appartenance privilégiée à leur usine, menacée par ailleurs dans son intégrité. Autrement dit, leur fidélité inconditionnelle à l’entreprise est à la fois la source et la confirmation d’un statut particulier dans cette usine.

35Au lendemain d’une profonde mise en cause de leur identité sociale, l’aguante permet de retrouver une dignité ouvrière profondément choquée par la fermeture de l’usine [Fernandez Alvarez, 2006]. Mais celle-ci ne cesse de se constituer en fonction du patron : animés autrefois par l’envie de lui prouver leur obstination au travail, les ouvriers cherchent dorénavant à lui montrer leur ténacité à lui résister. C’est donc autant pour eux que pour lui « que se la bancan », qu’ils résistent.

36L’aguante va en quelque sorte permettre de renverser l’intériorisation très profonde – l’aliénation, diront certains de la légitimité de la possession des moyens de production. Tout en se mettant dans cette position de marginalité et en s’infligeant une sorte de calvaire, ils imposent un discrédit à leur patron, qui croît au fur et à mesure que le calvaire perdure, jusqu’à ce que que le discrédit soit suffisamment fort pour sauter le pas et s’approprier physiquement les moyens de production.

Interaction et investissement dans la lutte

37Durant dix mois, les ouvriers et ouvrières de Global se relayent sur leur campement de fortune par groupe de trois ou quatre personnes. Sur la totalité des salariés qui se retrouvent sans emploi le jour de la fermeture de l’usine, seuls 18 d’entre eux (sur les 42) participent à l’aguante. Pour la plupart, ils se connaissaient peu avant cette lutte : ils se croisaient à l’entrée ou à la sortie de l’usine, se saluaient, mais se parlaient peu, surtout entre différents secteurs de l’usine. Entre les secteurs de l’empaquetage et la boquilla, presque 400 mètres les séparent. La période du campement et de l’aguante va renforcer l’interaction entre ces différents salariés. Ainsi, cette jeune ouvrière d’une trentaine d’années, très active depuis le début raconte :

- Vous vous connaissiez avant ou pas ?
- C’est-à-dire qu’on se connaissait de « salut, ça va, bonjour », on avait peut-être un contact avec ceux qui étaient nos collègues de section, mais pas avec le reste. Et cependant, en étant au campement, c’est comme si… C’est pour ça que je te dis, qu’on était devenu une famille ; on était 18… tu aurais dû nous voir au début, les 18 tous ensemble par ici, ensemble par là. Maintenant, ce qui me met un peu en colère, pour l’appeler d’une certaine façon, c’est que ça s’est perdu, tu vois ?

38Pendant dix mois, au cours d’interminables journées de lutte, ils ont le temps d’échanger et de se connaître. Fréquemment, les individus ayant participé à la lutte tendent à glorifier cette époque, où le caractère extrême de la lutte et l’antagonisme avec le patron semblent provoquer plus qu’un lien, comme une véritable filiation. La lutte va non seulement collectiviser un sentiment individuel d’appartenance à l’usine, mais de plus créer une histoire commune faite de souffrances et d’espoirs. Les salariés de Global ressemblent en quelque sorte à certains corps de métier exposés à certains dangers (pompiers, militaires, policiers), qui se retrouvent et se solidarisent en fonction de la représentation sociale du danger : par son existence, celui-ci crée à la fois une affinité singulière et le sentiment d’être unique par sa bravoure.

39Au cours de la mobilisation, la conduite adoptée par les ouvriers n’est pas toujours homogène ; confrontés à de nombreuses difficultés pour retrouver un emploi, les plus anciens sont généralement plus présents sur le campement. De leur côté, les plus jeunes alternent entre travail et lutte. C’est le cas par exemple de ce jeune ouvrier d’une vingtaine d’années qui raconte son investissement au sein de la lutte :

- Pourquoi tu n’as pas cherché un autre travail, dans une autre usine ? Parce que tu es jeune, tu peux trouver un autre travail, tu vois.
- Quand on discutait et qu’on était dans le processus de rechercher les machines et de tout ce thème… je suis parti chercher du travail, on s’est inscrit avec d’autres collègues dans des agences, tu vois… là-bas, vers Pilar, dans le parc industriel, tu vois ? Après j’ai travaillé dans une agence de remises (taxis privés) et bon… j’ai été un temps là-bas jusqu’à ce que… et j’ai été aussi au campement… j’ai aussi travaillé avec mon père.
- Autrement dit, tu arrivais tard à la lutte, ou comment ça s’est passé ? Tu travaillais et tu luttais en même temps ?
- Exactement, je venais à chaque fois que je devais faire mon tour de garde… Je bossais la journée et la nuit je venais dormir… parce que c’était par tour, il y avait des jours qui te concernaient et d’autres non. Les jours où je devais y aller, j’y allais, sinon, non… nous, on faisait des tours parce qu’au début, on y allait tous ensemble et, mais il n’y avait pas assez de places pour tout le monde. On tournait, à quatre, à cinq, un groupe de… c’était quatre groupes de quatre, cinq personnes.
- Et pourquoi tu voulais lutter ?
- Et parce que bon, comme je te disais… au début parce que j’aimais l’usine et après, quand… peut-être mes collègues ont commencé à avoir une idée plus claire de ce qu’était une coopérative, ça m’a accroché…

40Arrêtons-nous quelques instants sur cet exemple, car il illustre une nouvelle facette de la relation salariale à Global, propre à certains jeunes salariés, sans que celle-ci soit forcément majoritaire : avant toute chose, notons qu’il précise qu’il « aime » l’usine, qu’il a du plaisir dans son travail (j’aimais l’usine). Il existe donc premièrement une socialisation au travail par le goût, qui, comme on l’a vu dans la partie précédente, est un des éléments essentiels de la socialisation professionnelle. Mais à la différence de ses collègues plus âgés, cette dernière se cantonne peu au passé ; elle aurait tendance en réalité à s’élaborer dans le rapport à l’avenir. Comme il nous l’explique, grâce à Horacio, il prend conscience des bénéfices qu’engrangeait son ancien patron qui, par la coopérative, pourraient directement leur revenir :

- L’idée m’a accroché, ça m’a plu, l’idée m’a beaucoup plu
- Pourquoi ? Qu’est-ce qui t’a intéressé dans la coopérative ?
- Bah… ça m’intéressait… la… l’idée de… de pouvoir travailler, savoir quoi… que ce que fait quelqu’un… qu’il va le faire pour lui… et c’était une entreprise. Avant c’était… chacun voyait, tu vois ? Que chacun travaillait et produisait une… une quantité et une… produisait… voyait qu’ils produisaient une certaine quantité d’argent et que ce n’était pas une mauvaise affaire, et en parlant avec Horacio… ils nous racontaient, il nous faisait comprendre beaucoup de choses qu’on ne savait pas, de la quantité de ballons qu’ils vendaient, de l’argent que produisait l’usine et comment était eh… et comment ils ont pu rendre possible la chute de l’usine… le seul truc est qu’ils s’en foutaient plein les poches…

41D’autres jeunes ne participeront pas du tout à la lutte. Ils trouveront du travail ailleurs et ne reviendront que par la suite, au moment où la production se remet doucement en route. Par conséquent tous n’ont pas cette prise de conscience qui s’opère chez cet ouvrier. Néanmoins, le cas de ce jeune ouvrier est caractéristique des salariés âgés de 20 à 35 ans, présents à Brukman et dans d’autres usines récupérées.

La naissance de la Nueva Esperanza

42Au cours de ces dix mois de lutte, les ouvriers et ouvrières de Global ne se contentent pas d’empêcher l’usine du patron de tourner ou de procéder à un éventuel déménagement. Ils se mobilisent également sur le plan institutionnel afin de pouvoir reprendre leur activité. Parallèlement à « l’aguante », ils se chargent d’accomplir l’ensemble des démarches administratives nécessaires à une possible expropriation des biens et de l’usine ainsi qu’à la mise en place officielle de la coopérative. Avant d’arriver à la remise en route de l’usine sous le contrôle des travailleurs, ils doivent monter un dossier relativement complexe, qui servira d’argumentation en faveur de leur requête auprès des autorités compétentes. Dans leur cas, comme dans celui de la plupart des entreprises récupérées du pays, l’expropriation est déclarée par les autorités locales, notamment les municipalités, sanctionnées par le vote de lois spécifiques au cas par cas. Cette expropriation passe par deux étapes : la première concerne la déclaration officielle de la cessation d’activité ; la seconde est directement liée à l’expropriation des biens immobiliers et de production.

43Face à la complexité juridique et politique de la démarche, les ouvriers de Global cherchent des soutiens susceptibles de les aiguiller. Par l’intermédiaire de son fils, Horacio contacte dans un premier temps toute une série d’organisations sociales, notamment piqueteras. Mais ces premiers contacts ne donnent rien. Parallèlement, tous se rendent régulièrement auprès du juge : ils savent qu’il est essentiel d’exercer une pression permanente afin que leur dossier soit traité au plus vite. Quelque temps après le lancement de l’aguante et des démarches administratives, Horacio trouve du travail dans la construction et s’éloigne de la lutte. Il n’abandonnera pas pour autant la mobilisation et continue de suivre avec attention l’évolution de leurs démêlés juridiques. Mais de façon plus générale, la longueur de la lutte commence à peser. Au bout de dix mois de combat, une certaine lassitude envahit le campement :

– Et bon, on a été là-bas plus ou moins pendant dix mois, tout en portant plainte auprès du juge. Le juge s’appelait Miguel Bargallo. On lui avait apporté des plans, avec l’endroit, la localisation d’où étaient les machines d’ici. Bon, des plaintes, on en a eu marre de faire des plaintes, on est allé parler des tas de fois avec le juge.

  • 5 À partir des années 1960, les Montoneros représentent avec la Jeunesse Péroniste (Juventud peronis (...)

44À la même époque, le groupe apprend qu’une série d’entreprises de la capitale est expropriée et constituée en coopérative. Ils se mettent en contact avec l’une d’entre elles, l’imprimerie Chilavert. Celle-ci appartient au Mouvement National d’Entreprises Récupérées (MNER) qui regroupe une soixantaine d’entreprises récupérées, dirigé alors par un ancien montonero5, Eduardo Murúa. Les salariés de Chilavert leur expliquent autant les stratégies politiques à suivre afin d’obtenir l’expropriation que les subtilités des démarches plus administratives. C’est d’ailleurs dans leurs locaux que se crée la coopérative la Nueva Esperanza, désormais ex-Global.

45Cependant, les nouveaux coopérants sont encore à la rue et les machines toujours aux mains du patron. Un événement particulier précipite le retour des machines à leur ancienne usine. Début janvier 2005, deux ouvrières qui tiennent le campement se font agresser par un inconnu :

– Nous, on avait connaissance de ce qu’était le Mouvement National d’Entreprises Récupérées, mais on ne savait pas très bien ce que c’était. Jusqu’au jour où on était avec une collègue au campement, c’était la nuit et on était resté les deux seules, et un homme est venu, on ne sait pas d’où il est sorti, bon, il lui a cassé une bouteille sur la tête et il m’a donné un coup de poing. On ne sait pas s’il a été envoyé par quelqu’un ou ce qui s’est passé. Et c’est à partir de là, disons, que ça a été la goutte qui a fait déborder le vase…

46Cet événement inquiète profondément les ouvriers. Ajoutés à une lassitude et à un besoin réel de reprendre le travail, ils s’en remettent au MNER. Par l’intermédiaire de son président, Eduardo Murúa, ils décident de récupérer physiquement les machines, inutilisées depuis le début de l’aguante :

- C’était quand ça ?
- Ça a dû être… parce que le 10 janvier, on est revenu ici… ça a été pendant les premiers jours de janvier, plus ou moins. Bon, et disons, on ne voulait plus rien savoir, s’il fallait rester au campement, parce qu’on courait un risque que, si aujourd’hui ils nous frappaient, demain il pouvait se passer autre chose. En plus de ça, le patron faisait des tours par là-bas, mais il ne s’approchait jamais. Jusqu’à ce que, bon, un jour on s’est réuni avec un groupe de collègues, et on savait des trucs d’Eduardo Murúa, qu’il était le président du Mouvement National d’Entreprises Récupérées ; on a donc fait en sorte d’avoir une réunion avec lui, un contact avec lui. Jusqu’à ce qu’on l’obtienne et qu’on se réunisse dans la maison d’un collègue qui vit ici à deux ou trois blocs. Bon, on lui parle, non ? On lui raconte qu’on n’en pouvait plus, qu’on ne résistait plus (ya no aguantábamos más), et qu’on voulait s’en aller. Et c’est comme ça qu’il nous a demandé quand on voulait partir. Nous on lui a dit : « Je ne sais pas, le plus vite possible ». Je crois que c’était un mercredi. Le lundi 10 janvier, comme on a réussi à avoir des camions, des camionnettes, et on a déménagé les machines de là-bas vers ici.
- C’est-à-dire, mais comment ça s’est passé ? Vous êtes entrés dans l’usine, et il n’y a pas eu de résistance ?
- Non, non, là-bas, il n’y avait personne. On était nous au campement et le hangar désaffecté avec les machines à l’intérieur. Il n’y avait personne ; on était là, on surveillait les machines, il n’y avait personne.

  • 6 On retrouve un peu le même phénomène en France au sein de l’Union des SCOP (Sociétés corporatives (...)

47Le soutien du MNER est indiscutable : il permet d’entériner la lutte en proposant autant un appui logistique (camions, etc.) qu’un soutien psychologique. Lassés par la durée de la lutte et face à un manque crucial d’options à court ou moyen terme, l’action du MNER va être déterminante, dans la mesure où ce dernier réussit à organiser et légitimer des formes d’actions et de protestations inconnues pour ces salariés. Nous abordons ici un point central du phénomène d’entreprises récupérées d’Argentine : face à des salariés sans expérience politique et ignorant tout des procédures juridiques, certaines organisations politiques, en particulier le MNER et le MNFRT, jouent un rôle indispensable dans larécupération des outils de production [Rebón, 2004]. À Brukman aussi, partis politiques et MNFRT avaient joué un rôle essentiel dans la mise en place et la direction de la lutte, leur action continue auprès de ces salariés entraînant parfois des phénomènes de politisation. Il est curieux d’observer que ces deux principales organisations, en concentrant leur mobilisation uniquement sur la question des récupérations d’entreprises, créent presque un corporatisme d’usines récupérées, en dépit de la diversité des branches et des métiers. Il s’agira en effet de défendre une histoire commune, indépendamment des différences de secteur d’activités6. Toutefois, il faut préciser que ces deux mouvements connaissent de nombreux différends et se déchirent régulièrement, notamment sur la gestion des luttes et plus globalement sur des questions politiques.

48Lorsque le 10 janvier 2005, les ouvriers rapportent triomphalement les machines sur la capitale, ils découvrent une usine dans un état déplorable. Entre-temps, par médias interposés, le patron ayant pris connaissance du projet de coopérative décide de mettre le feu à l’usine :

– J’ai oublié de te raconter une chose très importante. Juste au moment où on avait formé la coopérative et qu’on avait appelé les médias, les journalistes, l’une des chaînes qui nous fait un reportage a dit qu’on avait fait la coopérative, qu’on était une usine de ballons, etc. Bon, le propriétaire, quand il s’est rendu compte qu’on avait formé une coopérative, il est venu et a mis le feu à une partie de l’usine. […] C’est-à-dire, qu’il s’est dit : « Ils ont fait une coopérative, mais l’endroit, ils ne vont pas l’avoir », un truc comme ça, il se sera imaginé, du moins c’est ce qu’on suppose.

49Par conséquent, ils consacrent les premiers mois de la récupération à remettre l’usine en état. Au bout de trois mois, la production redémarre très lentement. Elle est relancée alors que la loi d’expropriation n’a toujours pas été votée. Autrement dit, la production repart de façon illégale. Il faudra attendre le 22 septembre 2005 pour que la situation légale de la Nueva Esperanza soit réglée : en effet, ce jour-là, la loi d’expropriation de l’usine Global est votée.

Conclusion

Mon propos est ici de montrer qu’il ne s’agit pas d’une sorte de contagion mystérieuse ou d’une détermination à base de faits économiques ; pour qu’il y ait réactions solidaires et si possible spontanées aux mêmes conditions de travail et aux groupes humains qui les imposent, il faut que les travailleurs vivent ensemble et simultanément le même processus d’accès à l’identité. Là est la racine de leur solidarité et probablement de toute solidarité [Sainsaulieu, 1977, p. 40/41].

50Au cours de cette partie, nous avons décrit et expliqué les différentes étapes des luttes au cœur de la récupération des usines Brukman et Global, ainsi que leur transformation en coopérative de travail. Nous avons tenté de décrire les conditions sociales et politiques particulières qui ont permis cette transformation. Mais nous avons concentré aussi notre attention sur les dispositions particulières de ces salariés, au cœur des mobilisations. On s’est aperçu, entre autres, des caractéristiques culturelles, notamment morales, qui régissent ces actions. Parmi elles, l’ancienne relation salariale tient une place majeure dans les processus de mobilisations. Pour l’ensemble de ces ouvriers, il existe une vraie similitude dans la construction des identités sociales réalisées au cours de leur vie : tous et toutes intériorisent, individuellement, le même processus d’identification et de catégorisation lié au travail. C’est parce qu’ils ont vécu le même processus d’accès à l’identité, qu’au moment de l’abandon de l’usine par les patrons, sous l’effet d’une conjoncture particulière, ces processus individualisés, mais analogues se retrouvent à agir collectivement. Pourtant, cette union collective ne doit pas donner l’illusion d’une conversion idéologique : de nombreux militants et de chercheurs n’ont pas évité l’écueil de croire à une rupture soudaine dans la subjectivité des travailleurs [Fajn, 2003 ; Rebón, 2004]. En dépit de son intensité et de sa durée, le processus de récupération intervient tardivement dans la vie professionnelle de ces salariés et connaît par conséquent une incidence fluctuante parmi ces travailleurs argentins. Le cas Brukman est en ce sens paradigmatique : par un extraordinaire concours de circonstances, des ouvrières zélées et proches du patron se retrouvent aux côtés de militants révolutionnaires. Cette union ne tiendra pourtant pas. En dépit des cacerolazos et d’un soutien extraordinaire, l’éthos des ouvrières de Brukman sera difficilement soluble dans le discours et la pratique révolutionnaires du PTS.

51Il n’est pas question ici de nier l’influence de ces événements dans la vie de ces salariés. Dans la partie suivante, nous essaierons justement de comprendre l’imbrication entre la force des contingences dues à l’autogestion et à la récupération de l’entreprise, et la persistance de modèles culturels provenant de l’ancienne direction. Nous dessinerons les contours d’une nouvelle socialisation au travail, fondée sur une relation salariale revisitée et nous verrons comment celle-ci se construit au gré d’improvisations et de retraductions culturelles, mais surtout en quoi elle implique de nouvelles « règles du jeu » [Reynaud, 1989].

Notes

1 Issu du parti justicialiste, il fut le vice-président du premier mandat de Carlos Menem, avant de démissionner pour assumer sa nouvelle fonction de gouverneur de la province de Buenos Aires en 1995.

2 À la suite de l’abandon avant le second tour de son rival Carlos Menem, Nestor Kirchner se retrouve élu avec seulement 27 % des voix des électeurs.

3 Je n’ai malheureusement pas pu m’entretenir ni fréquenter le troisième protagoniste qui, à l’époque de mon travail de terrain, était gravement malade, et décédera peu après.

4 D’après les visites réalisées auprès d’une dizaine d’entreprises récupérées de la capitale et de sa banlieue.

5 À partir des années 1960, les Montoneros représentent avec la Jeunesse Péroniste (Juventud peronista), l’extrême gauche du péronisme. Très actifs dans l’agitation politique qui ébranle à l’époque le continent depuis la révolution cubaine, ils seront également présents sur le plan militaire avec la mise en place de guérillas. Ils livreront une guerre très dure à l’encontre de l’extrême droite péroniste, symbolisée par certains syndicats et l’Alliance Anti-Communiste Argentine (la triple A). Nombre d’entre eux disparaîtront avec l’avènement de la dictature militaire en 1976. Pour plus d’informations, voir Sigal et Veron [2004].

6 On retrouve un peu le même phénomène en France au sein de l’Union des SCOP (Sociétés corporatives et participatives). Pour plus d’informations, voir Zaidman, 2003.

© Éditions de l’IHEAL, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540