Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Néolibéralisme et autogestion

 | 
Maxime Quijoux

Troisième partie. Histoire des récupérations

Chapitre V. La chute

Texte intégral

1Le 18 décembre 2001 et le 15 mars 2004, les salariés de Brukman et de la Nueva Esperanza se retrouvent dans une situation jugée tragique, car inattendue : leur patron a pris la fuite. Il s’agit en réalité de deux disparitions différentes : dans le premier cas, celui de Brukman, le patron « abandonne » littéralement l’usine ; sous le prétexte d’aller chercher l’argent qu’il doit aux ouvrières, il ne reviendra jamais. À Global, le patron a fermé l’usine sans préavis, après avoir déménagé l’ensemble des machines le week-end précédant la fermeture. Nous verrons par la suite plus en détail les conditions et modalités de la lutte de chaque collectif d’ouvriers qui, en fonction de l’époque au cours de laquelle elle se déroule, connaîtra des caractéristiques divergentes. Mais avant d’entrer dans les histoires mêmes des récupérations, il est crucial de se concentrer sur les raisons communes à l’origine d’une apparente métamorphose : celle de « l’ouvrier modèle » en « ouvrier rebelle ».

Des possibilités pratiques épuisées

  • 1 Nous sommes alors le 18 décembre 2001, soit un jour avant le début des cacerolazos.

2À la veille de la récupération, les salariés de Brukman et de Global subissent des tensions de plus en plus fortes au sein de leur entreprise, menaçant sérieusement leurs conditions de vie. Les salariés de ces deux usines connaissent en effet depuis quelques années des baisses drastiques de salaire, constituant une source grandissante de préoccupations. À Brukman, par exemple, la préoccupation économique est d’autant plus forte que l’abandon de l’usine correspond au moment où la crise économique, sociale et politique est sur le point d’éclater1. Depuis le retour de la récession en 1995, le climat d’anxiété sociale dans le pays n’a jamais été aussi vif. Les ouvrières de Brukman savent que perdre leur travail dans ce contexte signifie se confronter à des problèmes économiques beaucoup plus graves que par le passé, d’autant qu’en raison du chômage masculin, une grande partie d’entre elles deviennent les principales sources de revenu de leur famille. Et même si elles s’estiment a priori relativement protégées du chômage, elles ressentent une certaine angoisse à l’idée de perdre leur emploi, angoisse alimentée par les difficultés récurrentes de leurs maris dans leur quête d’un emploi stable.

3Mais en plus d’être la principale source des revenus familiaux, elles sont également, rappelons-le, celles qui gèrent souvent les réseaux d’emploi : grâce à une conduite professionnelle répondant fortement aux aspirations patronales, elles constituent une référence au sein de l’entreprise, lui permettant à la fois de se protéger du chômage et de générer l’embauche de proches. Elles sont en effet des liens incontournables sur le marché de l’emploi pour leur entourage. Perdre son travail signifie donc non seulement déroger à ses responsabilités économiques, mais aussi perdre une interface essentielle avec le marché du travail, autant pour soi que pour les autres.

4Les ouvriers de Global connaissent globalement des contraintes similaires : problèmes de débouchés économiques et épuisement du réseau de l’emploi. Sur ce dernier point, il faut toutefois préciser que la situation n’est pas comparable : à la différence des ouvrières de Brukman qui profitent d’un réseau d’usines et d’un capital social étendu et diversifié, les ouvriers de Global n’ont bien souvent connu que cette entreprise. Le jour de la fermeture, ils sont donc évidemment pris d’une grande angoisse, alimentée cette fois par un sentiment d’impuissance face au marché du travail, assurément hostile. Ce sentiment d’impuissance est conforté par l’idée généralisée (à bien des égards, justifiée) qu’ils ont dépassé l’âge limite de l’employabilité :

– Tu es en colère ?
– D’après toi ?
– Oui, n’est-ce pas ?
– Moi en plus… on est des personnes d’un certain âge et on se disait « où tu vas trouver à travailler ? » Parce qu’ici dans ce pays, si tu as cinquante ans et que tu veux commencer un nouveau travail, je ne sais pas si tu auras beaucoup de chances.
– C’est clair.
– On est tous des gens âgés, les gens qui sont ici… les premières disons, les dix-huit, les dix-huit qu’on était (au début de la lutte), dix d’entre nous étaient des personnes âgées.

5Cette inquiétude concernant l’âge est aussi une préoccupation partagée par les ouvrières de Brukman dont la majorité dépasse la quarantaine. De nouveau, l’expérience vécue de l’inactivité de leur mari parfois plus âgé qu’elles, et du salariat argentin en général, leur fait prendre conscience des risques de perdre leur travail à leur âge.

6Enfin, rappelons que toutes les ouvrières et tous les ouvriers des deux usines ont le même objectif d’ascension sociale, justifiant pendant tant d’années un individualisme poussé. Mais la situation est délicate aussi pour les jeunes ouvriers qui souvent viennent de se mettre en ménage : pris par « l’obligation culturelle » d’être la principale source financière de la famille, ils cumulent des charges conséquentes entre enfants en bas âge et premières traites de leur logement. Toutefois, les jeunes restent ceux qui possèdent le plus de possibilités objectives de retrouver un emploi dans le secteur industriel. Par conséquent, au moment de la fermeture de l’usine, entre urgences financières et possibilités objectives de retrouver un emploi, ils sont peu enclins à occuper l’usine. Par ailleurs, ces jeunes profitent parfois du soutien économique de leurs parents. Souvenons-nous, par exemple, que la première génération d’ouvriers, mieux protégée socialement des aléas de la crise (propriétaires de leur domicile), fait sienne la menace de chute sociale pouvant peser sur leurs enfants. Ils n’hésitent donc pas à leur venir en aide.

7Pourtant, parfois, la situation s’inverse. Censés apporter soutiens et protections, les parents et les grands-parents se transforment en « fardeau ». À l’instar de cette ouvrière déjà grand-mère (et elles sont relativement nombreuses dans les deux usines), il lui est alors insupportable que les variations de sa situation familiale, et au premier chef de ses revenus, puissent interférer avec les conditions d’existence de ses petits-enfants ; raison pour laquelle elle décide d’occuper puis de récupérer l’usine :

Son mari est radiologue. Mais Élisa insiste sur le fait qu’il sait faire de tout : bricolage, électricité, des meubles, etc. Il trouve des boulots d’appoint, mais rien de très sérieux. En 2000, alors qu’il souffre de diabète à cause de sa situation sociale, il fait un infarctus. Il s’est fait viré de sa clinique où ils ont licencié près de cinquante personnes. Depuis 2000, il est au chômage. « Heureusement que je suis restée lutter ». De plus, elle ne supporte pas l’idée qu’elle puisse dépendre de ses enfants. Enlever des choses à ses petits-enfants pour elle, l’idée lui est intenable [Notes du 23 mars 2005].

8Mais au-delà de la question matérielle, la différence de conduites entre jeunes et anciens ouvriers de l’usine tient à la constitution de leur socialisation au travail : en effet, plus l’ancienneté dans l’entreprise est avancée, plus l’appartenance à l’usine et la construction sociale de soi seront fortes chez ces salariés. Or, l’abandon ou la fermeture de l’usine va venir mettre en cause ce système de dispositions sociales et culturelles, provoquant des réactions inattendues. Au premier chef, la mise en cause de la relation salariale qui les unissait à leur employeur a été l’une des plus mobilisatrices en termes de lutte.

La trahison d’une confiance historique

9Étant donné l’ampleur des transformations opérées à Global et à Brukman au cours des années 1990, il peut paraître surprenant que les salariés de ces deux usines n’en aient jamais vraiment pris conscience. Les raisons d’une telle situation résident dans l’attachement mutuel qui unit patrons et ouvriers, à certaines figures historiques des rôles et des fonctions de chacun au sein de l’entreprise. Sur ces bases, une confiance et un respect réciproques ont longtemps régi la relation salariale dans ces entreprises. Les dégradations persistantes de leurs conditions de travail et de salaires qui apparaissent à la fin des années 1990 ne semblent pas troubler la crédibilité et la légitimité que ces salariés accordent à leur direction. Au contraire, les différentes transformations apparues au même moment rencontrent un écho relativement favorable, du moins indulgent, chez ces salariés. Compte tenu du contexte général du pays, la préservation de leur place au sein de leur entreprise est interprétée comme un geste supplémentaire d’attention et de confiance de leur employeur à leur égard. En dépit des difficultés apparentes de l’usine, conserver leur emploi signifie que leur patron continue de croire en eux et en leur talent. Autrement dit, malgré la profonde détérioration de leurs acquis sociaux, leurs sources d’identification et de valorisation sont épargnées, ainsi que la confiance et la légitimité qu’ils accordent aux patrons.

10Après la fuite du patron, il leur faudra d’ailleurs souvent plusieurs semaines avant de se rendre à l’évidence : les ouvrières de Brukman l’attendront par exemple nuit et jour et ce, un mois durant. Pour autant, ce refus de percevoir des signes manifestes de trahison patronale en tant que tel ne doit pas être interprété comme le résultat d’une candeur démesurée. Il est simplement la manifestation d’une angoisse paralysant l’entendement, tant ces signes sont susceptibles de mettre violemment en cause les sources d’identification et de valorisation de ces salariés. Face à une situation de plus en plus menaçante et à l’absence de solutions alternatives, les salariés tendent à vouloir en fin de compte renforcer la base historique de leur sécurité matérielle, à savoir leur emploi, et par là, les liens avec celui qui leur offre cette sécurité, leur employeur.

11Au-delà des considérations matérielles que nous évoquions à l’instant, la disparition du patron soulève une question profondément morale dans l’esprit du personnel de Global et de Brukman. Ils prennent conscience évidemment de l’ampleur de la tromperie et sont surpris par l’incroyable « mise en scène » et le « cynisme » qui se cachaient sous la « représentation » du patron [Goffman, 1973]. En dépit de l’instauration de nouvelles politiques patronales, les patrons continuent en effet d’adopter la même « façade » à laquelle les salariés de Global et Brukman sont habitués. Or, lorsqu’ils se rendent compte du subterfuge et du cynisme que cette façade suppose, ils réagissent d’autant plus fermement qu’ils se sont profondément investis dans l’entreprise et se reconnaissent socialement et culturellement en elle. La colère qui les envahit alors est proportionnelle à la portée qu’ils accordent à la crédibilité du patron. Colère d’autant plus grande qu’il s’agit ici des ouvriers les plus zélés de l’entreprise. Se produit alors une réaction très originale chez ces salariés : comme en témoigne Horacio, ancien chef de personnel de Global, c’est le zèle, patiemment construit et stimulé par le patron et ses valeurs, qui est à l’origine non seulement de leur colère, mais aussi de leurs mobilisations :

Horacio – Presque vingt ans à travailler pour une firme et ne rien recevoir, c’est rageant, non ? C’est de la rage. Tu es chez toi à faire du zapping avec le téléviseur, le plus tranquille du monde, et que du jour au lendemain ils t’annoncent que tu n’as plus de boulot, ça te démoralise. Tu ne sais plus quelle décision prendre ni quoi faire. Et encore plus de colère de ce point de vue, parce que bosser tant d’années et tant d’années, ne pas prendre pendant sept ou huit ans des vacances parce qu’ils ont besoin de ma personne ici, à l’usine, et tout lui donner, tout lui apporter de moi… Te sacrifier pour eux et qu’ils te fassent une chose comme ça… ça fait mal, ça fait mal à n’importe qui. Et bon, de là est venue cette initiative de prendre et de dire si cette entreprise de construction ne faisait pas d’affaires : bon, on va attendre un mois et demi. Et pendant ce temps d’un mois et demi, je vois ce que je peux faire moi de mon côté, pour les autres qui sont restés à la porte, n’est-ce pas ? Et c’est à ce moment avec ce garçon, avec Norberto qui est malade et Diego, on a décidé tous les trois de nous unir et d’essayer de voir où ils avaient emporté les machines.

  • 2 Voir chapitre 2.

12La question de la moralisation des rapports sociaux entre ouvriers et patrons est ancienne en Argentine2 et de nombreux chercheurs ont montré sa persistance et son affirmation au plus fort de la crise des années 1990 [Martucelli, Svampa, 1997, Kessler, 2000]. Rappelons qu’elle apparaît nettement lors de l’ascension de Juan Domingo Perón au pouvoir, par l’instauration et la diffusion de sa doctrine politique : le justicialisme. Perón tente d’établir un nouveau rapport entre le capital et le travail sur fond de nationalisme exacerbé. Il défend en particulier l’idée d’une alliance entre les classes sociales du pays dans le projet d’établir « la Nueva Argentina », terre promise libérée de l’injustice et de la corruption. Par les mesures sociales qu’il impose et la philosophie « nationale et populaire » qu’il diffuse, la culture ouvrière argentine est encore profondément imprégnée de ces valeurs, telles que la discipline, le travail, et l’harmonie, autrement dit le respect des hiérarchies. En contrepartie, les ouvriers sont en droit d’attendre de leurs patrons une rémunération juste et convenable. La conduite du pays et du discours de type populiste qui caractérise l’époque de Perón n’est pas sans rappeler un certain paternalisme, où Perón se fait le défenseur et le protecteur des plus faibles. L’Argentine dans son ensemble va être profondément marquée par cette vision sociale de la société.

13Certains auteurs ayant travaillé directement sur les entreprises récupérées d’Argentine ont bien montré les rapports et mécanismes entre morale et action collective dans la lutte pour la récupération [Fernandez Alvarez, 2006]. Dans les cas de Global et Brukman, il s’agit incontestablement de situations analogues où le sentiment d’avoir été spolié se confond avec l’impression d’une perte globale de repères moraux : les normes et les valeurs de l’entreprise ne constituent pas seulement les fondements de leur conduite ouvrière, elles participent d’une morale plus générale. La disparition du patron signifie donc la mise en branle de repères culturels puissants donc mobilisateurs. D’une certaine manière, il s’opère alors chez ces salariés un processus semblable à ce qu’Edward Thompson appelle « l’économie morale des foules » [1988]. Ce dernier explique que les révoltes et les jacqueries anglaises de la fin du xviiie siècle n’étaient pas de simples réactions irrationnelles, mais une réponse culturelle des pauvres à l’égard des transformations socio-économiques particulières de cette époque. Il observe que ces émeutes correspondaient en effet à un retrait progressif des politiques paternalistes pratiquées jusque-là par la dynastie des Tudors, s’appliquant alors à intervenir sur les stocks de blé, au profit d’un libre-échange favorisant la spéculation, l’inflation et la faim. Il observe surtout que ces violences répondaient à un vide laissé par le devoir moral du souverain de protection et d’attention à l’égard de ses administrés. D’une même manière, il s’agit d’un principe agissant analogue dans nos deux cas de figure : la trahison fait émerger un potentiel d’action insoupçonné chez des ouvriers considérés pourtant comme les plus proches de la cause patronale.

14Mais cette révolte ne tient pas seulement à l’aspect immoral de l’abandon ou de la fermeture soudaine de l’usine. Elle a beaucoup à voir avec ce que signifie le chômage pour un tel profil d’ouvrier : la négation d’une véritable identité sociale.

Une identité sociale en danger

15Dans son ouvrage sur les métamorphoses de la question sociale, Robert Castel souligne avec acuité l’importance que revêt le salariat dans nos sociétés industrialisées. Il explique que le salariat est le principal instrument de comparaison sociale entre les individus : « Le salariat n’est pas seulement un mode de rétribution du travail, mais la condition à partir de laquelle les individus sont distribués dans l’espace social. » Il précise : « Le salarié est jugé », placé par sa situation d’emploi ; et les salariés trouvent leur commun dénominateur et existent socialement à partir de cette place [1995, p. 600]. Avec les salariés de Global et de Brukman, nous avons affaire à des cas paradigmatiques de cette compétition sociale qui se joue au sein du monde de l’entreprise : par cette propension à vouloir exceller au sein de l’espace de travail ainsi que par la force de l’incorporation des valeurs patronales, ils semblent très soucieux de la définition sociale et de la valeur que leur accorde leur emploi salarié. Nombreux sont les chercheurs ayant analysé le drame social que représente le chômage pour le « salariat classique » [Schnapper, 1981 ; Bouffartigue, 1997, Beaud, Pialoux, 1999]. De ce fait, il est aisé d’imaginer l’effet de l’inactivité sur ce profil d’ouvrier, habitué à recevoir les plus grandes distinctions symboliques et matérielles au sein de l’usine pour son dévouement au patron. Faisant de leur emploi leur principale source d’identification et valorisation personnelles, la fermeture de l’usine représente donc une violence sociale intolérable. Le statut de chômeur représente la négation absolue de leur identité sociale. Cet extrait de mon journal de terrain confirme qu’il s’agit d’une caractéristique relativement partagée parmi l’ensemble des entreprises récupérées du pays :

À la suite d’un débat sur les entreprises récupérées vendredi dernier (le 8 juin 2007), Marcelo, ouvrier de Chilavert confirmait mon idée que la plupart des ouvriers restant avant la fermeture de l’usine sont généralement les plus « conservateurs », ceux qui sont les plus proches du patron ou les plus individualistes… car pour arriver à résister aux différentes vagues de licenciement jusqu’à la fermeture de l’usine, il fallait forcément avoir une certaine attitude conciliante vis-à-vis du patron, sachant que la concurrence entre salariés se faisait de plus en plus dure… [Journal de terrain, le 13 juin 2007].

16La crise économique et sociale qui touche le pays depuis les années 1990 a fait émerger de nouvelles figures sociales, des « néo-prolétaires » [Castel, 1995], faisant office de nouveaux épouvantails sociaux. En dépit d’une courte période de solidarité à leur égard lors des années 2002/3, les piqueteros (mouvement de chômeurs coupant les routes) et cartoneros (« recycleurs » de cartons faisant les poubelles) sont des nouveaux groupes sociaux marginalisés, à qui l’on associe souvent un double stigmate de l’exclusion, ethnique et sociale. Il s’agit en effet souvent des populations les plus fragiles du salariat qui au plus fort de la crise se retrouvent sans emploi : issues principalement du secteur industriel, elles ont généralement perdu leur travail au moment des différents plans de licenciements massifs liés à la vague de désindustrialisation des années 1990. Provenant des zones périphériques souvent modestes de Buenos Aires, les populations de ces « quartiers » sont historiquement mal considérées par les habitants de la capitale [James, 1990] ou simplement par les couches sociales bien intégrées dans le marché du travail. Au stigmate lié à la pauvreté, s’ajoute celui d’appartenance ethnique : les classes populaires en question proviennent souvent des régions septentrionales de l’Argentine ou des pays limitrophes. Ils sont, de ce fait, de teints plus foncés que les habitants de la capitale, d’origine européenne et clairs de peau. Ces derniers profitent également de situations sociales généralement plus confortables, moins soumises aux fluctuations des politiques et des crises. Cette opposition entre « gens de l’intérieur » et « gens de la capitale » est profondément ancrée dans la culture argentine, notamment par ses lointaines racines politiques, remontant à l’époque de la construction de l’État et de la citoyenneté argentine [Di Tella, 1998]. Elle s’exprime bien souvent par de nombreux préjugés, donnant lieu à un certain racisme à l’encontre des « gens de l’intérieur ». Au moment de la crise des années 1990, ces populations sont les plus touchées par le chômage et la pauvreté et viennent remplir les rangs des piqueteros ou des cartoneros. Affublé historiquement des vices de paresse et de débauche, leur nouveau statut social de « chômeur » ou de « pauvre faisant les cartons » [Bernand, 2003] n’a fait que renforcer la force de ces stéréotypes. À la fin des années 1990, l’instauration d’une sorte de plan trabajar (allocation similaire au RMI) administré par les organisations piqueteras, constitue une nouvelle occasion pour une partie de l’opinion publique de stigmatiser ces populations qui désormais « profitent du système » et « se complaisent dans la fainéantise et la pauvreté. »

  • 3 Voir chapitre 4.

17Compte tenu du profil de nos travailleurs, il est alors facile d’imaginer leur point de vue quant à ces populations. À cet égard, rappelons-nous du point de vue rétrospectif d’une ouvrière de Global sur les piqueteros3. Cette vision stricte et froide de la réalité sociale des organisations de chômeurs et des cartoneros, plus largement de la fraction la plus basse des classes populaires, est assez partagée au sein des deux usines concernées. Souvenons-nous pourtant que la plupart ont avec les piqueteros et les cartoneros des origines communes, et vivent parfois dans les mêmes quartiers. Il n’empêche : leur carrière professionnelle ainsi que leur ascension sociale les différencient de ces populations dans lesquelles non seulement ils ne se reconnaissent pas, mais qu’ils rejettent avec véhémence. L’opinion suivante recueillie auprès d’une ouvrière de Brukman est particulièrement représentative de l’opinion générale des salariés de ces usines sur les couches les plus basses, comme celles des bidonvilles :

Je leur ai expliqué que j’avais participé à la projection de documentaires à la villa 20 (Lugano) [un bidonville de Buenos Aires], organisée par mes colocataires. Je leur donnais ma vision de la villa, mes impressions. Delia m’a alors fait des commentaires très intéressants pour mieux comprendre la mentalité d’une partie de la classe ouvrière : elle m’a déclaré que la villa est un endroit de prostitution et de drogue, et que 60 à 70 % des habitants sont des gens peu fréquentables. Or, selon elle, 30 % tentent de vivre comme il se doit mais sont victimes de la mauvaise image du quartier, qui génère des discriminations à l’embauche par exemple. [Notes de terrain, le 22/10/06.]

  • 4 À la question « Le problème du chômage est-elle la conséquence du fait que les étrangers prennent (...)
  • 5 Terme utilisé dans les organisations d’extrême gauche pour nommer les cacerolazos
  • 6 Rebón fait notamment allusion à certaines luttes pour la récupération d’usines, qui ont compté sur (...)

18Cette vision reste encore assez tolérante. Certains points de vue sont beaucoup plus tranchés et font preuve de visions assez négatives à l’égard des populations les plus vulnérables de la société. L’enquête menée par Julian Rebón et son équipe [2004], au sein d’une trentaine d’entreprises récupérées de la capitale et de ses environs, est instructive à cet égard. En dépit d’une lutte ouvrière et du contact prolongé auprès d’organisations de gauche, ils décèlent une persistance de préjugés xénophobes chez ces salariés dans l’explication du chômage national4. Rebón s’en étonne : « Entre ces travailleurs qui partagent un processus de gestion sur la production, qui ont construit divers niveaux d’unités entre eux, il est surprenant que la concurrence d’autres travailleurs continuent d’avoir autant d’importance dans l’explication du chômage. L’image de l’« argentinazo »5, des travailleurs d’entreprises récupérées comme « avant-garde politique de la classe » et détenteurs de « conscience de classe » ne cesse de nous paraître paradoxale avec cet élément »6 [Rebón, 2004, p. 113-4]. L’exemple de cette incompréhension est symptomatique des difficultés qu’ont certains chercheurs, notamment argentins, à penser la classe ouvrière dans un cadre marxiste très rigide [Quijoux, 2009]. Désormais, connaissant le profil de nos salariés, cette xénophobie dans l’explication du chômage national s’entend plus facilement : incarnant un certain modèle de réussite fait de concurrence et de mérite individuel, il est possible en effet qu’une partie des travailleurs des usines récupérées véhiculent aussi des stéréotypes racistes, dans la mesure où ils renforcent un peu plus leur distinction. Étant eux-mêmes souvent d’origine immigrée, ils ressentent d’autant plus de légitimité à « condamner » les étrangers que leur situation personnelle s’est stabilisée au prix d’un effort considérable de travail et de soumission. Les assimiler aux populations qui leur ressemblent le plus (physiquement et géographiquement), stigmatisées par leur pauvreté et de nombreux stéréotypes péjoratifs, serait tout simplement nier un effort historique d’ascension sociale, idée difficilement tolérable pour eux. C’est donc avec d’autant plus de zèle qu’ils incrimineront « les étrangers », archétypes opposés de ce qu’ils sont devenus, qu’ils partagent d’autant plus de points communs avec eux.

  • 7 Hôtel récupéré par ses salariés situé en plein cœur de Buenos Aires.

19La fuite du patron et la fermeture de l’usine que celle-ci suppose reviennent donc à les associer dans les faits aux populations dont les stéréotypes sont les plus négatifs, et dont ils ont toujours cherché à se démarquer. En cette période du début des années 2000, cette situation équivaut dans leur esprit à venir grossir les rangs « des pauvres », au premier chef ceux des piqueteros et cartoneros. Le témoignage suivant vient d’un salarié de l’hôtel Bauen7, mais il est largement partagé par les salariés de Global et de Brukman. Il explique en ces termes les raisons de leur mobilisation :

– Vous savez pourquoi ? Pour lutter pour un travail digne. On n’est jamais allé demander un « plan trabajar » (une aide semblable au RMI), on n’est jamais allé demander un crédit, on n’est jamais allé demander une aide. On est allé demander qu’ils nous laissent travailler.

20En définitive, ce n’est pas tant la pauvreté économique qui effraie ces salariés, mais le fait de devenir socialement un pauvre. Avec la disparition du patron, les risques d’une désaffiliation [Castel, 1995] semblent se réaliser, signifiant à la fois la destruction d’une identité sociale forte, à savoir celle de l’ouvrier modèle ; et la perte de conditions d’existence associées à cette identité. Le sociologue argentin Denis Merklen nous explique pourtant que les mobilisations des piqueteros sont justement l’expression d’« une lutte contre la désaffiliation (ou contre les déficits d’intégration), avec ses ramifications matérielles et symboliques, communautaires et politiques. » [2005, p. 96]. Il n’empêche que pour des raisons que l’on a déjà préalablement évoquées, ces groupes de chômeurs restent très stigmatisés, surtout aujourd’hui où une « certaine reprise de l’économie » conforte l’idée répandue « qu’il y a désormais du travail », et donc, que « ces gens-là », ne veulent « définitivement pas travailler ».

21Bref, c’est toute une intégrité sociale qui est ici menacée. Voyons donc à présent comment se réalisent concrètement ces troubles et bouleversements sociaux pour ces deux collectifs d’ouvriers.

Notes

1 Nous sommes alors le 18 décembre 2001, soit un jour avant le début des cacerolazos.

2 Voir chapitre 2.

3 Voir chapitre 4.

4 À la question « Le problème du chômage est-elle la conséquence du fait que les étrangers prennent le travail des Argentins ? », près d’une réponse sur deux est positive [Rebón, 2004, p. 113].

5 Terme utilisé dans les organisations d’extrême gauche pour nommer les cacerolazos

6 Rebón fait notamment allusion à certaines luttes pour la récupération d’usines, qui ont compté sur le soutien parfois poussé d’organisations piqueteras. Nous verrons par la suite que Brukman en fait partie.

7 Hôtel récupéré par ses salariés situé en plein cœur de Buenos Aires.

© Éditions de l’IHEAL, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540