Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Néolibéralisme et autogestion

 | 
Maxime Quijoux

Troisième partie. Histoire des récupérations

Introduction à la troisième partie

Texte intégral

1Début décembre 2001, dans un contexte de fuites massives de capitaux vers l’étranger, le gouvernement du président Fernando de la Rua met en place le corralito. Destinée à endiguer cette fuite, cette mesure interdit à quiconque des retraits d’argent supérieurs à deux cent cinquante dollars par semaine. Dans un pays socialement et économiquement à l’agonie, cette loi va être à l’origine du soulèvement populaire du 19 et 20 décembre 2001, connu sous le nom de cacerolazos (concert de casseroles).

  • 1 En rappelant notamment Domingo Cavallo, instaurateur de la loi de convertibilité et ancien chef de (...)
  • 2 Deux mois avant les événements de décembre, des élections ont lieu, pour le renouvellement des aut (...)

2Cette mesure intervient après deux ans d’immobilisme politique face à une crise économique et sociale qui ne cesse de s’intensifier. Élu en 1999 au sein d’une large coalition centriste du nom de FREPASO (Frente País Solidario, Front Pays Solidaire), le successeur de Carlos Menem arrive à la tête de l’exécutif sans véritable perspective politique claire. Au cours d’une campagne électorale placée sous le signe du changement et de la lutte contre la corruption, sa victoire tient principalement à l’érosion de dix ans de pouvoir ménémiste et à une économie exsangue [Robin, 2003]. Non seulement le gouvernement de de la Rua reconduit rapidement les politiques d’austérité et du ministre de l’Économie1 ménémistes, mais de plus il fait preuve d’une impuissance politique à ralentir le processus de déchéance économique et sociale du pays. En quelques mois la situation s’aggrave encore. Au cours de la seule année 2001, soit un an après son arrivée au pouvoir, des troubles économiques alarmants se multiplient dans le pays : perte de l’accès aux marchés de capitaux internationaux en mars ; large consolidation de la dette interne aux dépens des épargnants en juin ; enfin, rupture de l’ordre monétaire interne par l’émission à grande échelle de monnaies régionales et locales au mois d’août. De la Rua provoque ainsi frustration et désarroi social dès le début de sa mandature. Autrement dit, entre paupérisation avancée et crise économique majeure, la déception politique engendrée par ce nouveau gouvernement crée un profond climat d’hostilité, déjà perceptible par un vote sanction en octobre 20012.

3Le corralito instauré début décembre de cette même année sera la mesure de trop. Dans un pays où désormais des millions de salariés appartiennent au secteur informel de l’économie et sont rémunérés au noir, l’impossibilité effective de retirer de l’argent associé à une fuite massive de capitaux crée, à quelques jours de Noël, les conditions idéales de troubles sociaux majeurs. Le 19 décembre 2001, des milliers de personnes descendent spontanément dans les rues de Buenos Aires en tapant dans leurs casseroles pour réclamer le départ du gouvernement. Les manifestations prennent rapidement de l’ampleur et provoquent de nombreuses échauffourées et attaques de supermarchés (saqueos). Face à ces débordements, de la Rua décrète l’état de siège, mesure perçue comme une provocation par la population qui rejoint plus encore les cortèges. Au cours de la nuit du 19 au 20 décembre, le ministre de l’Économie Domingo Cavallo, instigateur de la dollarisation de la monnaie nationale, démissionne et quitte rapidement le pays. Le lendemain, le 20 décembre, les manifestations s’amplifient et l’on compte les premiers morts. Face à de telles agitations sociales et politiques, à la fin de la même journée, le président Fernando de la Rua annonce sa démission et s’échappe en hélicoptère de la casa rosada (palais présidentiel).

4S’ensuivra une période très agitée socialement. Les manifestations se succèdent quotidiennement à un rythme effréné. La rue devient un espace actif de contestation et de nombreuses assemblées «  populaires » apparaissent çà et là dans les quartiers de la capitale, afin d’échanger et de s’occuper des affaires publiques [Quattrochi-Woisson, 2003]. D’anciennes organisations sociales, jusque-là marginales, deviennent des symboles forts des luttes qui se mettent en marche : les organisations de chômeurs, les piqueteros, victimes précoces des politiques néolibérales, mais importants artisans de son combat, connaissent un très large écho dans un contexte où le chômage touche désormais un Argentin sur trois, et la pauvreté plus d’une personne sur deux [Merklen, 2003]. En quinze jours, cinq présidents se succéderont à la tête de l’exécutif sans réussir à calmer l’effervescence sociale de la rue. Au début de l’année 2002, le gouverneur de la province de Buenos Aires, le péroniste Eduardo Duhalde, arrive finalement à s’installer comme président intérimaire de l’Argentine. Il est censé réorganiser les institutions et convoquer des élections rapidement. Quelques jours plus tard, il rompt avec la mesure symbolique des années ménémistes : il dévalue la monnaie, mettant ainsi fin à dix ans de convertibilité.

5Au cours de la période pendant laquelle il sera provisoirement président (janvier 2002, avril 2003), Duhalde doit faire face à un pays en proie à la fois à des situations sociales extrêmement dégradées et à un climat social propice à l’agitation politique. Assemblées de quartier et piqueteros mobilisent et rencontrent un écho particulièrement fort au sein de l’opinion publique, encore choquée par la gravité socio-économique du pays. Réduits à quelques rares cas avant la crise, désordre institutionnel, chômage de masse et discrédit profond des classes politiques et patronales offrent des conditions objectives et subjectives optimales pour le phénomène social qui nous concerne : les occupations et récupérations d’entreprises par les salariés.

6Au cours de cette seconde partie, il sera question de décrire et d’analyser les différentes étapes du processus de la lutte pour la récupération des usines Brukman et Global. Dans un contexte tendu, caractérisé par une conjoncture propice au renversement de certaines dominations, en l’occurrence patronale, une recomposition minutieuse de la mise en place de la lutte au sein de chaque usine nous apportera des éléments cruciaux pour comprendre l’installation de la future autogestion de l’entreprise. Cet apport est d’autant plus indispensable que nous sommes face à un phénomène aussi nouveau qu’original : il s’agit plutôt d’individus «  apolitiques », préférant les tactiques individualistes pro-patronales plutôt que la voie de la contestation collective et politique. Comprendre la récupération et le développement de la lutte nous met donc face à un double défi : comprendre le déroulement d’une lutte ouvrière, en nous intéressant au contexte particulier, aux acteurs extérieurs, aux différentes stratégies de mobilisation ainsi qu’à la construction d’un rapport de force face à l’État et à leurs patrons respectifs. Mais il nous importe aussi d’élaborer des schèmes interprétatifs face à des luttes ouvrières extrêmement singulières en termes sociaux et culturels : comment les ouvriers modèles de l’usine en viennent-ils à se révolter contre leur patron au point d’occuper et de récupérer son entreprise ?

7En définitive, il s’agit de comprendre les ressorts culturels aux origines d’une lutte ouvrière singulière. En nous attardant dans un premier temps sur la place de la relation salariale dans la mobilisation et, dans un second temps, sur le déroulement respectif de chaque lutte, nous découvrirons des mécanismes originaux de protestations collectives ignorés jusque-là par les sciences sociales.

Notes

1 En rappelant notamment Domingo Cavallo, instaurateur de la loi de convertibilité et ancien chef de la banque fédérale à l’époque de la dictature militaire.

2 Deux mois avant les événements de décembre, des élections ont lieu, pour le renouvellement des autorités législatives nationales et provinciales. Les résultats traduisent un cuisant échec pour l’ensemble de la classe politique. Le voto bronca (le vote de colère), comme le dénomment les médias, fait son apparition, dans un pays où le vote est obligatoire : on constate en effet tout d’abord une abstention extrêmement élevée : 6,3 millions de non-votants sur 24,9 millions d’inscrits soit 25 % auxquels il faut ajouter les votes blancs ou nuls d’une ampleur tout aussi importante (4,1 millions, soit 16 % des inscrits). Enfin, la défaite écrasante de la coalition gouvernementale laisse par défaut la victoire à l’opposition péroniste. Cette dernière avait elle-même perdu un million de votes depuis l’élection 1999 où elle avait été battue.

© Éditions de l’IHEAL, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540