Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Néolibéralisme et autogestion

 | 
Maxime Quijoux

Deuxième partie. Trajectoires sociales et parcours professionnels des ouvriers/es

Chapitre IV. Les années 1990 : crise et néolibéralisme

Texte intégral

1L’Argentine connaît au cours des années 1990 de profonds bouleversements tant sur le plan des structures économiques et sociales que dans ses rapports sociaux au sein du salariat. Cette décennie 1990 est complexe, car elle est à la fois celle de la fin – temporaire – d’un mal endémique de l’économie nationale, l’inflation, mais aussi celle d’une profonde détérioration des conditions d’emploi et de travail. Au cours de ces dix années, le pouvoir d’achat semble renaître pour certaines catégories relativement protégées du chômage. Mais de plus en plus d’Argentins connaissent des situations de précarité, de chômage et de pauvreté jusque-là ignorées. Un homme symbolisera l’ensemble de cette période, appelée a posteriori « la décade infâme » : le président et péroniste Carlos Menem, fréquemment accusé d’avoir dilapidé les richesses nationales et d’avoir plongé dans la pauvreté près de la moitié de la population du pays.

  • 1 L’INDEC, c’est-à-dire Instituto Nacional de Estadística y Censos est l’équivalent argentin de l’IN (...)

2À son arrivée au pouvoir en juillet 1989, il se retrouve à la tête d’un État et d’une économie nationale exsangues. Son prédécesseur, le radical Raul Alfonsín n’a pas su enrayer les problèmes d’hyperinflation chronique, de chômage et de dette extérieure hérités par sept années de dictature militaire. En guise d’exemple, lorsque Menem prend ses fonctions, l’inflation approche les 5000 % selon l’INDEC1. Toujours la même année, la situation sociale accompagne la profonde détérioration du climat économique et des premières émeutes de la faim apparaissent, signes d’une agonie systémique qui se généralise [Di Tella, 1998].

3Pour la première fois depuis le retour à la démocratie en 1983, le péronisme est de nouveau au pouvoir. Face à une situation sociale délicate, les attentes sont profondes et l’espoir suscité par ces promesses d’emploi et de salariazo (« super salaire ») est grand. Mais dès le début de son mandat, contre toute attente, Menem met en place un programme de gestion de la crise d’inspiration fortement néolibérale. Il se soumet aux recommandations du FMI et de la Banque Mondiale, qui, au cours de cette décennie, deviennent les instigateurs de nombreuses politiques économiques et sociales sur le continent. L’une d’entre elles consiste à privatiser des entreprises publiques afin de couvrir progressivement l’importante dette extérieure du pays, qui ne cesse de croître depuis 1976. Dans cette perspective, dès 1989, il privatise, entre autres, des entreprises comme Aerolineas Argentinas (compagnie aérienne nationale), ENTEL (compagnie de téléphonie) ou les péages nationaux [Di Tella, 1998]. Il s’attaque également à l’État qui, autrefois instrument principal des politiques sociales péronistes, est alors soumis à d’intenses politiques de rigueur ; entre gels des politiques sociales et suppression de nombreux postes de fonctionnaires, la fonction publique connaît un net recul [Sidicaro, 2002].

  • 2 Cepalc, 2003, p. 259.

4Mais ce premier mandat ménémiste est surtout marqué par une réforme radicale de la valeur monétaire. Car, deux ans après son arrivée au pouvoir, malgré la vitesse et l’intensité des réformes, la situation sociale est toujours aussi préoccupante : face à une inflation persistante, les salaires réels subissent par exemple une perte de 70 % au premier semestre 1990 (8 % par mois, les mois suivants) [Rapoport, 2008]. À cet effet, le ministre de l’Économie, Domingo Cavallo, décide de mettre en place en avril 1991 la loi de convertibilité (ley de convertibilidad). Elle consiste à indexer la monnaie nationale sur la valeur du dollar. Son effet est immédiat : en quelques mois, l’inflation qui était encore de 37 % pour les ventes de gros en 1991, est réduite à un 1 % l’année suivante [Rapoport, 2008]. L’économie argentine entre alors dans une période économique florissante : la stabilisation de l’inflation associée à de nombreuses mesures donnant un coup d’arrêt – certes momentané – au chômage, qui reste toutefois très élevé (il passe de 31 % en 1990 à 28,8 % en 19972). En perte de légitimité, notamment par de nombreux scandales de corruption, cette apparente maîtrise du mal endémique de l’économie nationale offre alors au gouvernement des conditions optimales pour continuer ses politiques d’inspiration néolibérale. Justifiant la lutte contre l’endettement exponentiel du pays, les privatisations des entreprises publiques se poursuivent en un laps de temps très court : en plus des entreprises publiques déjà mentionnées, sont ainsi privatisées pêle-mêle l’entreprise d’exploitation et de distribution de gaz EDESUR en décembre 1992, l’entreprise d’exploitation pétrolière YPF en août 1993, ou bien encore la centrale hydroélectrique EDENOR en septembre 1994 [Kosacoff, 2008].

5Parallèlement à ces privatisations, l’administration Menem met en place toute une série de réformes sociales fidèles au « consensus de Washington ». Autrement dit, elle instaure à partir du début des années 1990 des politiques visant à déstructurer et libéraliser un ensemble de protections sociales majeures, telles que la sécurité sociale ou le système de retraites. Fonctionnant jusqu’alors sur un modèle de solidarité intergénérationnelle, notamment par le salariat, le système est rapidement démantelé au profit de fonds d’investissement et de systèmes de pensions individualisés. Mais le salariat va surtout subir de nombreux bouleversements par un méticuleux démembrement des conventions collectives et, plus largement, par une flexibilisation générale du monde du travail. La priorité est donnée à une recherche accrue de gains de productivité et à une baisse tout aussi grande du coût du travail. Les différentes baisses des charges salariales et patronales, la libéralisation des horaires, revenus et contrats, ainsi que la promotion de la libre entreprise [Kosacoff, 2008], dans un contexte de profondes divisions syndicales [Di Tella, 2008 ; Godio, 2000], favorisent la diffusion d’un nouveau modèle de salariat, ou plutôt la déstructuration rapide de l’ancien modèle, fondé sur un système de protections sociales, de solidarité et de sécurisation des parcours de vie. Autrement dit, le modèle salarial argentin, consistant à l’intégration par le salariat, se désagrège rapidement à partir du gouvernement de Carlos Menem.

6Le premier mandat de Carlos Menem est à l’image de cette conversion au néolibéralisme : stabilité et libéralisation monétaire créent le retour des investisseurs étrangers et d’une certaine croissance économique dans le pays [Emmerich, 1996]. Le bilan social est toutefois déjà très contrasté : les nombreuses privatisations, les licenciements dans l’administration publique ainsi que les nombreuses fermetures d’usines ont maintenu un taux de chômage élevé. De son côté, le sous-emploi s’est progressivement installé dans le paysage salarial argentin. La destruction du modèle intégrateur du salariat en place depuis les années 1945 amène une profonde précarisation des conditions de travail et d’existence. Chômage et sous-emploi cumulés passe de 15,5 % en 1991 à 20,9 % en 1994, année du début de la crise due à l’effet Tequila d’après l’INDEC.

7En 1994, Carlos Menem est réélu. Mais son deuxième mandat s’opère sous de mauvais hospices : le Mexique est victime d’une profonde spéculation financière qui provoque un retrait brutal de ses investissements étrangers. Converti également au consensus de Washington, le pays avait progressivement appliqué des réformes néolibérales impliquant privatisations d’entreprises publiques et retrait de l’État, au profit de fonds spéculatifs souvent douteux. Craignant un effet domino, de nombreux investisseurs ayant investi en Argentine retirent en catastrophe leurs capitaux du pays. C’est ce qu’on appellera l’« effet Tequila ». À peine son second mandat entamé, l’administration Menem se retrouve donc soudainement dans une grave instabilité économique que le plan de convertibilité ne va faire qu’aggraver. En effet, la monnaie nationale pèse alors lourdement sur les exportations et crée un sérieux déséquilibre de la balance commerciale. Entre retrait soudain des nombreux investissements étrangers et déséquilibre entre importations et exportations, l’activité productive du pays devient brutalement volatile, notamment dans le secteur industriel. Cette nouvelle instabilité exerce une pression toujours plus forte sur le salariat : chômage et sous-emploi cumulés, le taux passe de 20,9 % en 1994 à près de 30 % de la population à la fin du second mandat de Menem en 1999 (INDEC), accentuant de fait précarité et pauvreté dans le pays.

8Mais la seule crise économique n’explique pas la paupérisation et la dégradation considérables des conditions d’emploi et de travail des salariés de cette époque. Les différentes mesures adoptées pour assouplir le code du travail sont certes en grande partie responsables de ces bouleversements ; mais comme nous le verrons au cours des prochains chapitres, l’État semble faire preuve d’une grande « tolérance » en matière de bonne application du code travail, si ce n’est de laxisme [O’Donnell, 2001]. Le patronat, acquis rapidement à la conversion néolibérale du nouveau gouvernement, se trouve désormais des points de convergences, sinon des connivences avec le ménémisme. Dans un contexte international post-Guerre froide, le triomphe de la globalisation conforte gouvernement et patronat argentins dans la quête de profits et de compétitivité à tout prix. À l’instar des patrons de Brukman ou de Global, nombreux sont les chefs d’entreprise à embrasser l’idéologie néolibérale, rompant parfois avec une tradition d’interrelations contractuelles et de confiance particulières avec leurs salariés. Ainsi, les systèmes de gestion des entreprises se transforment soudainement : certains chefs d’entreprise délaissent petit à petit l’esprit paternaliste au profit de considérations d’apparence plus managériale. Il est de moins en moins question d’inculquer le travail et la discipline aux salariés, l’intérêt se portant dorénavant sur les objectifs à atteindre et les gains de productivité. Pour ces derniers, la transformation du patronat est confuse tant la confiance est profondément enracinée. C’est le cas à Brukman, plus encore à Global. Confusion clairement entretenue par des patrons conscients des bénéfices qu’ils peuvent tirer d’une main-d’œuvre aussi dévouée à l’entreprise. Malgré de profondes dégradations de leur condition d’emploi et de revenus au cours de ces années, ils persistent à faire confiance en leur patron, la crise aidant.

9Au cours des prochains chapitres, il sera donc question de comprendre et d’analyser les transformations que vit la classe ouvrière argentine, à travers le prisme des ouvrières de Brukman ainsi que des salariés de Global. Nous verrons, au fur et à mesure de cette décennie, comment ces deux usines vivent ces transformations et comment les salariés tentent de gérer une véritable « fuite en avant » sociale. La désintégration progressive de l’ensemble des protections liées au travail n’affecte pas complètement leur socialisation au travail, dans la mesure où ils demeurent les plus dévoués aux patrons. Jusqu’à la fin, compensant les pertes matérielles liées aux dégradations des conditions de travail, ils s’acharneront à continuer à croire en leur valeur sociale d’ouvrier modèle.

Brukman : un patronat à la dérive

10Des deux usines concernées par cette étude, l’usine Brukman est de loin celle dont la crise semble le plus affecter les ouvrières. Cela s’explique en partie par la nature du secteur d’activité dans lequel évoluent les ouvrières, à savoir le textile. La politique de convertibilité favorise la concurrence des pays émergents dont la monnaie et le coût du travail sont alors beaucoup moins chers qu’en Argentine. Une grande partie des pays asiatiques, en premier lieu la Chine, où le textile est un des secteurs économiques les plus dynamiques du pays, profite de l’alourdissement de la monnaie nationale pour développer ses importations sur le territoire argentin. L’ensemble du secteur est durement touché même si les usines continuent de produire. L’industrie manufacturière connaît une croissance négative de 8,9 à la fin du double mandat de Menem en 1999 [Rapoport, 2008].

Exemple d’une métamorphose néolibérale

11Depuis la création de l’entreprise dans les années 1950, d’après les témoignages des anciens salariés, les patrons des confections Brukman mènent une politique salariale plutôt honnête à l’égard de leurs salariés. Du moins, mettent-ils en place une politique patronale qui correspond bien à l’état d’esprit des ouvrières et du profil établi, à savoir des couturières disposées à travailler dur, répondant ainsi à leur intérêt économique ainsi qu’à leur image d’ouvrière modèle. Reléguant au second plan l’ambiance de travail et les relations entre collègues, elles partagent avec le patron l’intérêt pour le profit individuel. À cet égard, les patrons Brukman vont parfaitement savoir mettre à profit ce personnel, en instaurant des politiques de rémunérations épousant ces conduites individualistes. Ainsi, jusque tardivement, à savoir quasiment jusqu’aux années 1994-1995, ils ont un mode de rémunération original consacrant discipline et habileté : les grilles de salaires fondées sur les qualifications et l’ancienneté, regroupées par catégories de spécialisation, l’usine Brukman connaît aussi un système de primes basé tant sur la ponctualité, l’assiduité que sur la productivité. Versées au moment de leur salaire (tous les quinze jours), elles sont doublées au bout de six mois, puis triplées en fin d’année, selon la régularité de chacun. Primes auxquelles s’ajoutent des heures supplémentaires jalousées, accordées aux ouvrières les plus dévouées.

12Aujourd’hui encore, elles se souviennent de cette époque comme d’un âge d’or. Mais au-delà d’un rapport purement économique entre patrons et ouvriers, c’est parfois un lien de proximité qui se crée entre ces différents partis. Car, à l’instar de Global, il semblerait que les patrons Brukman aient eu tendance à faire preuve d’une certaine sollicitude, sans commune mesure toutefois avec la tante et l’oncle polonais de Global. Simplement, et certainement de façon assez spontanée, ils développent certaines affinités avec les ouvrières les plus productives, auxquelles il leur arrive même de venir en aide. Ainsi, Clara, l’une des plus grandes opposantes aux patrons en 2001, explique :

- Et le salaire que tu apportais quand tu étais à Brukman, il est devenu important non ?
- Au début oui, d’autant qu’au début, pour que j’y aille, il fallait qu’il décide lui… Travailler, faire partie légalement de l’entreprise, quand on me propose de venir travailler à l’usine, euh… au même moment mon mari a… il a un problème, il a une douleur à la poitrine et va voir le médecin… et bon, il s’avère qu’il avait un cancer du sein et de là…
- Tout s’est accéléré dans ta tête.
- Oui. Donc, ça s’est passé en juillet, les patrons me donnent la permission pour être là, pour être à l’opération, pour ne pas venir pendant une semaine au travail, tout. Ils ont continué à me donner du travail pour chez moi à cause de la situation dans laquelle on se trouvait. Je travaillais ici à l’usine et je travaillais chez moi et je restais une heure de plus pour faire le ménage. Pendant un an ça a été comme ça. Mais euh… Quand ils l’opèrent le 3 juillet, le 1er août, si je veux rester légalement à l’usine, moi j’accepte parce que je n’avais plus…
Plus le choix.
- Je n’avais pas le choix parce que je ne savais pas si mon mari allait reprendre le travail. Jusque-là, je n’étais pas décidée. À l’usine, on lui a donné six mois de plus pour qu’il se rétablisse, mais au bout de six mois…
- On ne savait pas ce qui allait lui arriver…
- Non, au bout de six mois si… ils lui disent « bon, vous voulez faire un arrangement ou vous voulez… parce que sinon de toute manière, ici à l’usine, vous ne pouvez plus travailler. » Parce que le travail qu’il faisait était très lourd – il travaillait dans une usine de filature – donc… il n’avait pas de possibilité de retourner travailler, donc il a fait un arrangement avec l’entreprise et s’est retiré. Donc pour m’aider, cette usine lui offre du travail…
- Brukman ?
- Brukman, en faisant en sorte qu’il ait un titre au Ministère du Travail, il était titulaire du travail que je faisais chez moi.
- Tiens donc.
- Comme ça, il a pu continuer à cotiser pour la retraite.
- C’est-à-dire que toi, tu travaillais pour lui, pour qu’il gagne sa retraite…
- Oui, oui, pour qu’il continue. Ça a été pendant un an comme ça…

13Cet extrait d’entretien nous révèle les possibilités d’aide permises par des patrons compréhensifs à certains égards. Mais il nous enseigne en même temps que les conditions de cette main tendue patronale s’inscrivent toujours dans une logique de travail, de production et de productivité. Car dans les faits, en lui gardant sa place le temps de l’opération de son mari, les patrons Brukman ne font rien de plus que de légaliser, au nom du mari, le travail effectué à domicile par cette ouvrière. Précisons qu’il s’agit d’une ouvrière extrêmement disciplinée, arrivée sur le tard à l’usine, effectuant une production incommensurable tant à l’usine que chez elle. Qui plus est, à cause de la maladie de son mari, elle est désormais totalement soumise et dépendante de leur bon vouloir. Pour les patrons, il s’agit donc d’un élément très rentable, expliquant les raisons de ce geste a priori de soutien. Nous sommes donc très loin des dispositions des patrons de Global prêts à aider financièrement les ouvriers, écartant donc les Brukman de toute logique paternaliste. Du début jusqu’à la fin, bien qu’ils respectent les droits et les lois liés au salariat et peuvent être amenés à rémunérer correctement leurs salariées, notamment en termes de primes et d’heures supplémentaires, ils ne sont pas disposés à rendre de quelconques services économiques ou autres à leurs employés. Ils entretiennent des rapports purement capitalistes de profit et de plus-value, que ce soit vis-à-vis de leurs clients comme de leurs salariées.

14Cette disposition clairement capitaliste va d’ailleurs s’affirmer au moment où l’Argentine entre dans l’ère du président Menem. Les décrets, et plus largement les politiques « sociales » mises en place par le président péroniste au cours de son premier mandat ne semblent affecter que partiellement l’entreprise et les ouvrières. Comme nous l’avons constaté, sous les effets de l’arrêt de l’hyperinflation due à la loi de convertibilité qui « dollarise » la monnaie nationale, l’Argentine entre dans une phase de boom économique grâce à l’intensité des investissements étrangers entrant dans le pays. À Brukman, compte tenu de l’importance des transactions et de l’activité du marché, les patrons poursuivent les mêmes politiques de rémunération, même si déjà ils « s’adaptent » à certaines règles permises par la nouvelle mandature présidentielle. En réalité, plus que profiter de nouvelles règles établies par l’administration Menem, les patrons Brukman comprennent surtout assez rapidement que le pays entre dans une conjoncture politique très favorable en termes de flexibilité : c’est moins la législation qui s’assouplit que les contrôles et le respect général du Code du travail. Les précautions, du moins l’apparent respect des règles et des normes du travail auxquelles ils se soumettaient autrefois se délitent progressivement, laissant libre cours à de nouvelles pratiques. Magda nous raconte ce changement brutal dans le comportement de son patron, à partir des années 1990 :

- [On avait] beaucoup de travail, beaucoup d’heures sup’, moi je n’ai jamais dit non à des heures sup’. Comme c’était la seule machine [de l’usine dont je m’occupais], il fallait produire en quantité pour tous… Mais je touchais bien. Jusqu’au jour où ça a commencé à diminuer. Qu’est-ce qu’ils font ? Ils me licencient ici. Ils me licencient sur le papier, et je passe au noir. Et je continue à travailler, un accord, disons. On te licencie, ou tu l’acceptes ou…
- Et pourquoi ils ont fait ça ?
- Parce qu’ils déclaraient tout. Pour moi, tout était clean, au lieu de faire comme là où je travaillais avant, moitié au noir, moitié déclaré. Mais ici, ils ont voulu déclarer tout le monde parce que… je ne sais pas ce qui s’est passé. On était tous déclaré, c’est-à-dire les heures sup’, tout, tout déclaré. Et par la suite, ils se sont rendus compte qu’ils n’avaient pas su le gérer et ça a merdé. Ils ont commencé à licencier mais sans licencier, ils changeaient la forme, et par là même, alors que je gagnais au moins 600 pesos, je suis passée à 500…

15Afin d’augmenter leurs marges, les patrons paraissent « tester » de nouvelles formules, comme passer par exemple de nombreuses ouvrières au noir, afin de se dédouaner ainsi des cotisations patronales. Pendant quelques années, les « combines » de ce type se multiplient au sein de l’usine textile, sous le regard des ouvrières souvent perplexes face à des changements dont elles ne mesurent pas tout de suite les conséquences. Pour elles, le salaire suit, les crédits continuent d’être payés, et même si quelques changements de statut semblent s’amorcer, ils ne seraient jamais que circonstanciels. Pour les ouvrières les plus anciennes sur le marché du travail et quelque part, les plus insérées, il est inimaginable de suspecter quelques manœuvres à leur encontre de la part de l’entreprise. Leur éthique et leur stature d’ouvrière modèle les mettent à l’abri de tout danger potentiel, au premier chef du chômage. Elles vouent donc une confiance entière au système, annulant de fait toute critique ou suspicion éventuelle à l’égard des patrons. Ces derniers ont donc les mains libres : ni l’État, ni les salariés, par leur confiance conciliante respective, ne vont venir les perturber dans ce qui s’apparente clairement à de la « délinquance patronale ».

16Celle-ci se révèle plus clairement à partir du second mandat de Carlos Menem, à partir de 1994, au moment où l’Argentine voit la courbe de son économie s’inverser. Au même moment, les patrons Brukman multiplient les conduites hasardeuses et les actes délictueux en matière de droit du travail. Parallèlement aux transformations liées aux conditions d’emploi que nous avons vues à l’instant, les rémunérations, qui jusque-là restaient plutôt confortables, commencent à fléchir, même pour les ouvrières les plus productives. La disparition des protections liées au marché du travail semble accompagner cette baisse de salaires, véritable première entrée dans la précarité pour ces ouvrières disciplinées. Voilà comment nous l’explique encore Magda :

- Et de là, ça a commencé à aller mal, à partir de 1995 et ainsi de suite. Ça a commencé comme ça : par exemple, ceux qui gagnaient le plus, ils nous licencient sans nous licencier. Ils nous licencient sur le papier et on passe au noir. Pendant un temps on touche notre salaire au noir, puis soudainement ils nous déclarent de nouveau, mais cette fois en tant qu’ouvrier de base. C’était plus le salaire d’avant. C’est pour ça qu’on a beaucoup perdu avec la retraite, parce que c’est à partir des dix dernières années qu’elle se calcule, et on a eu beaucoup de baisses de salaire à ce moment-là. Et par la suite, ils ont licencié des gens qui ne leur servaient plus, mais ils ont licencié énormément de monde… Nous, à l’époque, on était genre trois cents, trois cents et quelques… mais après 1998…
- Tout a commencé à chuter…
- C’était tout, c’était des bons…

17Même si ces premiers et soudains changements suscitent quelques protestations, elles restent somme toute assez rares, et ce pour deux raisons : la première est due principalement à la conjoncture économique globale de l’Argentine qui connaît, et ce jusqu’en 2003, une crise économique très profonde, offrant aux patrons la légitimité de toutes les pratiques d’alors. L’autre raison tient au fait qu’en plus de la précarisation grandissante des conditions d’emploi et de rémunération, les patrons Brukman se sont mis à licencier de nombreux pans du personnel de l’usine. Leur méthode est simple et connue : ils licencient le personnel considéré comme le moins productif ou qui s’adapte mal à l’augmentation des cadences. Les salariés les plus à même de réagir défavorablement sont également écartés. Ainsi, bien que les hommes soient déjà peu nombreux, les patrons décident de féminiser encore plus leur personnel, en licenciant les ouvriers les plus âgés ou les moins performants. À cet égard, l’Argentine de cette époque confirme les propos de Maruani et Nicole qui estiment que les femmes sont généralement au cœur des transformations récentes du marché du travail, et souvent les principales victimes [1989]. Ces transformations amènent parfois des situations incongrues pour les ouvrières : il arrive que le patron licencie un travailleur, pour le remplacer presque aussitôt par sa propre femme ou sa fille. Il semblerait néanmoins que ces nouvelles pratiques managériales qui surviennent pendant les années 1990 ne soient ni l’apanage de cette famille, ni même de Brukman. Les comportements délictueux de la part du patronat se multiplient à cette époque, imposant des conditions de travail, de contrat et de vie toujours plus précaires aux salariés.

18La mauvaise conjoncture économique du pays et les nombreux licenciements dans l’entreprise consolident la soumission des salariées aux pratiques patronales de l’époque. Elles auront toutefois peu d’inquiétude concernant leur situation professionnelle malgré la précarisation qui accompagne la crise vers la fin du siècle. En dépit d’une pression sociale et professionnelle toujours plus forte, ces ouvrières arriveront toujours bon gré mal gré à tirer leur épingle du jeu, si ce n’est curieusement à « profiter » du chômage de masse.

Des familles et des logiques ouvrières en pleine recomposition

Capital social, zèle et réseaux d’usines : éléments d’un réseau professionnel

19Face à la crise et à la massification du chômage, les populations ouvrières étudiées ici, notamment celle de Brukman, tirent paradoxalement un certain avantage de cette situation sociale. Dans un marché du travail toujours plus soumis à la pression et à la concurrence entre salariés, nos couturières aguerries aux « cadences infernales », par des années de pratique et de salaires à la pièce, sont une main-d’œuvre idéale pour un patronat en quête de nouveaux profits. Non seulement elles évitent les plans de licenciement qui touchent alors les nombreuses industries dans lesquelles elles travaillent, mais elles semblent même en « tirer parti » tant leur image d’ouvrière modèle est forte et reconnue. Car en ces temps de maximisation des profits et de rentabilité, dans un marché du travail où les règles et les droits des travailleurs se délitent rapidement, les patrons recherchent des ouvrières offrant les meilleurs gains de productivité. En l’occurrence, celles qui deviendront par la suite des ouvrières « rebelles », sont alors à cette époque des ouvrières zélées, soumises et productives constituant la main-d’œuvre la plus recherchée en ces temps de crise et de concentration capitalistique. La construction qu’elles se font de soi – travailleuse et disciplinée – semble assez bien correspondre à celle que se font les patrons d’elles et surtout aux attentes qu’ils ont de leur personnel à cette époque-là : rapide, soumis et moins cher qu’un autre. Indéniablement, leur « soi-discipliné » [Lamont, 2002] est un atout majeur face aux aléas du marché. Le témoignage de cette ouvrière illustre particulièrement le rapport qu’ont la plupart des ouvrières de Brukman au travail à cette époque, à savoir une attitude assez flegmatique face aux nombreux licenciements qui s’opèrent autour d’elles. En ce sens, l’arrivée d’Abi à Brukman est révélatrice d’un certain état d’esprit, d’un certain éthos :

– Lorsque je quitte Aldama (une autre usine textile), j’avais vingt-quatre ans ; j’avais déjà travaillé six ans. J’entre à Brukman. […] C’était là-bas à Belgrano et Castro Barros. Tailles spéciales – pour les grands et les gros –. On faisait pour Nelly Beltrán, Marta Serra Lima [personnages de la télévision argentine d’une certaine rondeur] […]. Brukman me demande : « Où as-tu travaillé ? » Moi je lui dis : « j’ai travaillé à Aldama ». « Ah – il dit – Aldama c’est une garantie. Qu’est-ce que tu faisais ? » « Je faisais des bandeaux, des manches » […]. « Ah – il dit – installe-toi et on t’essaye ». J’ai essayé et il me dit « Tu peux essayer toute la journée ? ». « Oui, il n’y a pas de problèmes ». Plus tard, le jour d’après il me dit : « Tu peux venir deux jours en plus pour essayer ? » Et moi, j’avais déjà essayé dans trois boîtes et dans les trois je m’en étais bien sortie. […] En fait, j’étais une malade du boulot, la machine me parlait, tu vois ? Mais j’avais de l’expérience, tu vois ? Et (finalement, j’étais prise et) j’y suis restée (à Brukman) […].

20En arrivant à Brukman en 1995, cette ouvrière fait partie sans le savoir de la politique de restructuration progressive du personnel qui s’effectue alors au même moment à l’usine. Elle ne s’ajoute pas au personnel déjà existant, mais remplace un autre ouvrier, licencié pour des raisons d’ancienneté, de faible productivité ou de salaire trop élevé. D’ailleurs, le prestige de ces ouvrières est tellement élevé, mais surtout coïncide si bien aux attentes patronales de cette fin des années 1990, qu’elles réussissent, en pleine crise de l’emploi, à faire embaucher des proches, souvent leurs enfants, plus rarement leurs voisins. Ainsi, les patrons Brukman, malgré les dizaines de postes supprimés jusqu’en 2001, continueront à embaucher parallèlement de nouvelles ouvrières, par l’intermédiaire de celles en place les plus « appréciées ».

21Toujours est-il que même si ces ouvrières zélées ne « connaissent pas la crise », un facteur dans leur trajectoire sociale trahit cette apparente sérénité face au marasme économique qui touche alors le pays. Rappelons déjà qu’elles connaissent une certaine précarisation de leurs conditions d’emploi et de travail : de nombreuses opératrices deviennent des travailleuses informelles, sans oublier la baisse progressive de leurs salaires. Mais surtout, l’instabilité grandissante des embauches dans le secteur les contraint à une mobilité professionnelle toujours plus grande. Précédemment, nous avions vu à cet effet que certaines ouvrières avaient l’habitude en début de carrière de changer fréquemment d’employeurs, au gré des opportunités ou en fonction de leur situation matrimoniale ou familiale. Mais ce qui est alors une contrainte relative dans leur jeunesse devient une obligation matérielle dans les années 1990. Pour lutter contre les baisses de salaire, les ouvrières sont alors obligées de tourner constamment dans plusieurs entreprises à la fois, au sein d’un « réseau d’usines » constitué au fil de leur carrière professionnelle. Ainsi, les ouvrières se croisent souvent dans les mêmes fabriques, ou y travaillent à des époques différentes. Après vingt ou trente ans d’ancienneté, elles ont souvent connu des lieux de travail et des employeurs similaires, sans forcément créer de fortes interactions entre elles. L’extrait suivant, réunissant le témoignage d’un couple d’ouvriers de l’usine, montre bien la contrainte de plus en plus forte de mobilité qui s’installe alors, obligeant ce couple à « piocher », ici et là, des heures de travail :

MQ – Et qu’est-ce que tu as fait pendant toute cette période de 1989 à 1998 ?
César – J’ai travaillé dans une autre usine.
MQ – Du même boulot ?
César – Oui.
MQ – À Agrest ?
César – J’ai été à Agrest, oui. J’ai été à Agrest.
MQ – Tout ce temps ? C’est-à-dire que j’ai l’impression qu’il existe des allers-retours entre Agrest y Brukman
Delia [son épouse] – C’est clair. C’est pour ça que César travaillait à Agrest, car là-bas à cette époque, on gagnait de très bons salaires parce qu’on faisait des heures sup’ et ils payaient très bien la production et en plus moi, je me suis retrouvée sans travail à Brukman.
MQ – Attends, de quelle année on parle ?
Delia – L’année 1996. Donc eh… comme César était connu là-bas, de Brukman, en particulier du responsable général de l’usine, Pascal, il est allé parler avec Pascal pour qu’il me donne du travail. Pascal lui a dit qu’il n’y avait aucun problème, et que je vienne travailler. […] Je me suis présentée là-bas et comme il avait parlé avec César et qu’ils avaient été de bons collègues, il m’a donné du boulot dans le secteur des vestes et là-bas j’ai travaillé jusqu’à l’année 1999 (César la rectifie et dit : « jusqu’en 1996 »). De cette manière je suis entrée à Brukman, par l’intermédiaire de César.
MQ – Oui parce qu’en réalité un an et quelque passe entre le moment où tu pars et le moment où César arrive.
Delia – C’est ça, oui, oui.
César – et ça, c’est en 1991, quand elle entre. Quand je l’ai faite entrer là-bas, c’est en 1991.
MQ – Et tu n’as pas eu de problèmes pour entrer après Agrest ?
César – Non, non, non, non. Parce que je travaillais à Agrest. Ça faisait juste une semaine que je travaillais là-bas, tu comprends ?
MQ – Et pourquoi tu es revenu à Brukman ?
César – Eh… En 1998, je suis revenu à Brukman parce que… à cause des problèmes que j’avais à l’usine Agrest.
MQ – Tu travaillais dans les deux ?
César – C’est çà. Non, je travaillais dans une seule, car j’allais à Brukman pendant les après-midi. Quand je sortais d’Agrest, j’allais faire des heures sup’ à Brukman. J’ai commencé à travailler comme ça, jusqu’au jour où j’ai décidé de laisser l’usine Agrest et que j’ai commencé à travailler définitivement à Brukman…

22Au fur et à mesure que la crise s’amplifie, la mobilité professionnelle s’intensifie tout en se réduisant progressivement. Des journées d’inactivité circonscrites dans le temps, souvent dues au chômage technique, apparaissent pour la première fois dans la vie de ces ouvrières modèles. Bien que circonstancielles, elles sont toutefois significatives des difficultés grandissantes pour des travailleuses qui ont toujours été protégées et qui continuent, contre vents et marées, à avoir foi dans un système qui les a élevées et valorisées.

De la femme au foyer à l’ouvrière textile

23Les ouvrières tôt venues sur le marché du travail, notamment avant les années 1980, voient arriver dans les années 1990 une nouvelle population de collègues féminines jusque-là ignorée au sein du monde de l’entreprise : les femmes au foyer. Celles-ci sont projetées sur le marché du travail en raison des difficultés d’emploi et de revenu que rencontrent les familles ouvrières au même moment. En effet, la crise économique qui s’installe à partir de 1994 en Argentine, associée aux profondes réformes des protections sociales menées par le président Carlos Menem, a de graves conséquences sociales. Outre la grande précarisation des conditions d’emploi et de travail à laquelle nous avons fait référence, le chômage touche aussi massivement les classes populaires du pays, bouleversant de longues et coûteuses tentatives de stabilisation des conditions d’existence [Svampa, 2000 ; Merklen, 2003] avec, en premier lieu, l’accession à la propriété. Entre de nombreuses fermetures d’usines et des politiques patronales préférant une main-d’œuvre soumise et productive, donc souvent féminine, le chômage touche beaucoup d’hommes parmi la classe ouvrière. Le chômage masculin ne remet pas seulement en cause une sécurisation économique et sociale longuement et durement acquise, mais il met en péril tout un « équilibre » socioanthropologique du foyer ouvrier argentin, fondé sur la division sexuelle du travail. Depuis l’émergence du secteur industriel, et malgré son ancrage dès la fin du xixe siècle, le travail industriel féminin a souvent eu une image négative, indépendamment des classes ou des tendances politiques [Rocchi, 2000 ; Lobato, 2007]. En ce sens, le péronisme, notamment par l’action d’Eva Perón et de sa fondation, va conforter l’idée selon laquelle la place « naturelle » de la femme est au foyer. Bien qu’il ne désapprouve pas le travail féminin, il rappelle néanmoins en permanence que la femme a un rôle irremplaçable et prioritaire auprès de sa famille, en particulier auprès des enfants [Perón, 1951 ; Lobato, 2007]. Longuement marqué par cette vision dominante, l’univers ouvrier argentin semble être encore, du moins dans les années 1990, extrêmement attaché à cette représentation dualiste du monde social. Bien que cette représentation ne soit propre ni aux classes populaires, ni à l’Argentine [Schwartz, 1990 ; Vidal, 2007], bien des familles ouvrières de Brukman sont structurées selon ce modèle et connaissent par conséquent de nombreuses modifications anthropologiques lorsque le « chef de famille » vient à perdre son emploi. Les familles se retrouvent devant un dilemme profond entre, d’un côté, les sacrifices consentis à la sécurisation des conditions d’existence de la famille et, de l’autre, l’équilibre des rapports sociaux entre les principaux membres de la famille. En France, Olivier Schwartz a bien montré l’importance du respect des rôles sexués dans les familles ouvrières et le drame que vivent les hommes face à l’effet « castrateur » du chômage [1990]. De Singly insiste aussi sur les conflits rencontrés dans les familles par l’inactivité d’un des deux partenaires du couple [1996]. Mais face aux menaces de descension sociale susceptible de peser sur le futur des enfants et ayant peu d’expérience d’activités formellement salariées, épouses et mères au foyer intègrent l’usine et le marché du travail, suivant un phénomène qui semble alors plus global [Goldstein, 1994]. À l’instar de cette ouvrière arrivée sur le tard à l’usine, de nombreuses femmes au foyer sont recrutées aux confections Brukman. Son témoignage caractérise bien « l’esprit » patronal de l’époque, licenciant du personnel masculin au profit d’une population féminine inexpérimentée, mais soumise et productive :

- Pourquoi tu as commencé à travailler ?
- Moi, j’ai toujours été femme au foyer.
- Toujours ?
- Toujours. Quand j’ai commencé à Brukman, ce fut mon premier et dernier travail.
- Et pourquoi tu as commencé à travailler ?
- À cause de mon mari, il travaillait très bien, mais par la suite, quand ils ont commencé à réduire les gens à l’usine – lui il était responsable dans l’usine – ils l’ont jeté et bon, il est venu travailler ici avec moi à Brukman. Il a travaillé jusqu’en 1995, mais à partir de là, comme ils ne l’ont jamais fait apprendre à travailler sur la machine, il travaillait à la main, ils n’avaient plus besoin et ils lui ont dit que… et donc ils l’ont jeté en 1995 et moi je suis restée.
- Et toi, tu savais travailler sur la machine ?
- J’ai appris là-bas, et je savais quelques trucs, mais… lui il n’a jamais appris, car ils n’ont jamais voulu qu’il apprenne.

24Arrêtons-nous sur le dilemme imposé par ces transformations socio-économiques à des familles ouvrières attachées à la division sexuelle du travail. Il s’agit généralement d’un choix émanant d’un long processus de réflexions et de négociations familiales qui aboutit, poussé par des impératifs matériels, à l’arrivée progressive des femmes au foyer sur le marché du travail. Elle débute généralement par du travail à domicile qui permet d’allier « obligations » domestiques et travail salarié [Mottez, 1966]. Le travail à domicile permet donc une transition vers le monde de l’usine, transition néanmoins bousculée par les menaces toujours plus pressantes de paupérisation. L’extrait suivant est d’autant plus instructif que cette ouvrière deviendra par la suite une grande meneuse de la lutte pour la récupération :

  • 3 Le mari de cette ouvrière est assez représentatif des époux des femmes au foyer arrivant au même m (...)

- Comment en es-tu venue à travailler ?
- Par une connaissance… Mon fils sortait avec une fille dont la mère amenait du travail de l’usine à faire chez elle… Quand on s’est connu, j’ai trouvé ça super ce qu’elle faisait et je lui ai demandé (si je pouvais faire la même chose). Bon, ils m’en ont trouvé. Au début, moi… de février à juin 1992, j’ai cousu chez moi. Je venais chercher la couture avec mon mari et je l’emmenais. Je la faisais chez moi et je la rapportais. Par la suite, ils m’ont proposé de travailler à l’usine, et donc je leur ai dit que j’allais en parler à mon époux parce que je n’avais jamais travaillé ; et que si c’était, que si je me décidais à venir travailler, si je pouvais ramener ma fille… qui avait déjà dix-neuf ans et avait travaillé un temps dans l’usine textile Alpargatas où travaillait mon époux. Donc, elle savait des trucs de machines, donc… au même moment, elle était au chômage et ils m’ont dit que oui, que c’était possible qu’elle commence à travailler avec moi, et bon comme ça j’ai essayé de convaincre mon mari parce que…
- Il ne voulait pas que tu travailles ?
- Non, il n’a jamais voulu que je travaille.
- Pourquoi ?
- Parce que… bon, je me suis mariée à l’âge de quinze ans et je n’ai jamais eu l’occasion de travailler. À dix-sept ans naît mon premier enfant, à dix-huit – presque dix-neuf —, naît ma fille, à vingt ans… à vingt ans naît le troisième et à mes vingt-quatre ans naît le quatrième. J’avais quatre enfants, tous petits et bon… c’est pour ça qu’il a toujours travaillé.
- Avec quels arguments tu as convaincu ton époux de te laisser travailler ?
- Que je voulais travailler un petit temps et lui m’a dit : « bon, essaye, mais ne t’y habitues pas3 ». Rires.
- Pourquoi ?
- Parce que d’après lui… bon… que je travaille un temps jusqu’à temps que sa situation s’améliore et que j’arrête de travailler.
- Pourquoi ? Il pense que la femme ne doit pas travailler ?
- Non, je crois que comme je n’ai jamais travaillé et que je me suis mariée si jeune, et que lui est plus vieux, je crois qu’il me protégeait beaucoup, beaucoup trop.

25Tout aussi soumises soient-elles à des impératifs financiers, l’arrivée de ces femmes au foyer sur le marché du travail s’explique aussi par des facteurs plus personnels. Ainsi, l’une des principales raisons qui incite ces femmes à chercher un emploi tient du fait que leurs activités domestiques se tarissent progressivement en fonction de l’âge de leurs enfants. Bien qu’elles ne considèrent pas avoir plus de temps libre, elles semblent cependant plus autonomes vis-à-vis de leur foyer. Par ailleurs, l’identification première liée à la maternité et à l’univers domestique semble proportionnellement s’affaiblir au fur à mesure que grandissent les enfants, laissant la place à d’autres formes d’identifications. À cet égard, le salariat apparaît alors comme l’une des plus séduisantes. En dépit des contraintes culturelles imposées par le chômage masculin, dans ces familles profondément marquées par la domination masculine [Bourdieu, 1998], l’accès au marché du travail est vécu souvent comme une opportunité pour ces femmes :

- En 1992, pour quelle raison tu commences à travailler ? Parce que la situation économique de ton époux était mauvaise, ou pourquoi ?
- À cette époque, la situation économique était très mauvaise. À l’usine, il y avait peu de travail à l’usine dans laquelle travaillait mon époux –, il n’y avait pas d’heures sup’, et tout ça. Donc, il gagnait peu et je l’ai convaincu bon bah que je voulais essayer, que je voulais connaître l’usine.
- C’est toi qui voulais ?
- Oui.
- Pourquoi ?
- Parce que j’avais envie de connaître comment était une usine à l’intérieur, pouvoir travailler, je ne l’avais jamais fait.
- Ça t’interpellait.
- C’est ça… ça y est les enfants étaient déjà grands, les quatre plus âgés étaient grands et la petite de six ans commençait à aller à l’école, donc…
- Tu as commencé à t’ennuyer un peu à la maison…
- Non, non. Je ne m’ennuyais pas parce que j’avais beaucoup de travail, mais…
- Mais ça t’attirait…
- Non, non. Le besoin en soi aussi, parce que je travaillais à la maison, mais ce boulot allait finir. Et ces petits mois m’avaient servi pour savoir ce que c’était que de me gagner un petit salaire. Petit, mais un salaire.
- Tu as compris toutes les opportunités que tu avais avec ce salaire, donc.
- C’est clair. Et bon… Et c’est pour ça que j’ai essayé d’entrer ici. J’y suis entrée et jusqu’à maintenant j’y suis.

26Les liens entre ces femmes au foyer, leur arrivée tardive sur le marché de travail et la récupération de l’usine, mériteraient incontestablement une étude plus approfondie. Signalons déjà le fait qu’elles possèdent certaines analogies avec leurs collègues plus anciennes dans l’entreprise : elles accèdent à l’emploi par des voies similaires, notamment par le travail à domicile ; elles sont rarement originaires de Buenos Aires ou de sa banlieue ; enfin, elles se caractérisent par une même propension à la productivité. Peut-être plus encore que les autres dans la mesure où elles intègrent l’usine à un moment où elles subissent une pression double provenant à la fois des contraintes matérielles et de la concurrence croissante entre ouvrières. Elles se retrouvent par conséquent dans des dispositions semblables à celles de leurs collègues zélées, aux côtés desquelles elles vont se familiariser à ce nouvel univers qu’est l’usine Brukman auquel elles semblent parfaitement s’adapter.

De jeunes ouvrières, une concurrence aiguë, une pression croissante

27Sur toute la période qui va de 1995 à 2001, au fur et à mesure que le pays s’enlise dans la crise, les patrons Brukman continuent de licencier du personnel et de le remplacer en partie par de nouvelles ouvrières répondant à leurs exigences de rentabilité et de discipline. En plus des ouvrières historiques et des femmes au foyer récemment arrivées sur le marché du travail, les Brukman recrutent un dernier type d’ouvrières qui correspondent très bien à leurs attentes : les jeunes. Âgées de moins de vingt ans, elles ne sont pas très nombreuses à intégrer l’usine et connaissent une histoire professionnelle similaire à leurs autres collègues, malgré leur différence d’âge. En effet, à l’instar des ouvrières « historiques » et des femmes au foyer, elles connaissent une socialisation professionnelle et une construction subjective particulière au travail, dans la mesure où elles grandissent dans des environnements familiaux et/ou sociaux où le travail représente en général plus qu’une simple rémunération. L’exemple de cette jeune ouvrière, relatant son parcours depuis ses treize ans, est particulièrement éloquent :

- En quelle année tu arrives ici à l’usine ?
- En 1995.
- En 1995, quel âge avais-tu ? Tu avais…
- Dix-huit ans.
- Et comment tu te retrouves ici ?
- Je me retrouve ici parce que ma sœur travaillait ici. Ma sœur Raquel qui travaille au troisième. Et bon, je travaillais chez moi, en atelier. Depuis mes treize ans, je travaille…
- […] Tu as commencé très jeune.
Oui, à treize ans. Et bon, ça m’a fatigué parce que je travaillais pour des grossistes. Et les grossistes t’apportent beaucoup de quantité, beaucoup…
- Chez toi ils te l’apportaient ?
- … Eh, ils me rendaient très très responsable de ce travail, et en plus j’étais petite… je n’avais ni samedi ni dimanche…
- Autrement dit, tu travaillais sept jours.
- Tout le temps avec ma grande sœur. Et en plus, on avait deux gamines qu’on gardait. De sorte que celle qui se chargeait le plus de l’atelier c’était… c’était moi.
- Et comment tu es arrivée à la couture ? À treize ans ?
- Parce que… parce que ma mère et ma sœur faisaient de la couture, elles faisaient des études de stylisme et autres. Et moi je voyais ça et j’aimais. Moi je voulais étudier. Réellement je voulais étudier, continuer à étudier. Mais comme je voyais que mes sœurs prenaient ce chemin, qu’elles devaient aller travailler, et autres, je me dis : « qui je suis, la plus petite ?… Pour qui je me prends pour avoir ce privilège d’étudier ? » c’est-à-dire : « non, je ne vais pas me mettre en marge de mes grandes sœurs : travailler ».
- OK. Mais elles, elles t’ont dit que tu devais travailler avec elles aussi ?
- Non, non, non, non, non. Ma grande sœur voulait m’envoyer à…
- Étudier.
- Au collège, étudier, privé et autres. Mais non, je n’ai pas accepté.
- Non, tu voulais travailler.
- Je n’ai pas accepté parce que… c’est clair, ça me gênait de voir mes sœurs qui travaillaient, et qui n’ont pas eu ce privilège, d’aller à l’école. Et bon : « je vais m’y mettre aussi ».

28Cette ouvrière est un bon exemple de la précarité que connaissent les familles ouvrières dans les années 1990. Malgré son envie d’étudier, une sorte de culpabilité la gagne à l’idée d’être la seule privilégiée par ce régime d’exception au sein de sa fratrie. Tous semblent connaître d’intenses semaines de travail, signes flagrants des difficultés d’alors à maintenir la faible ascension sociale de la famille. Mais entre menaces de paupérisation et culpabilité familiale, cette envie précoce de travailler peut s’interpréter aussi comme une sorte de mimétisme social, conséquence d’un désir d’appartenance familiale ; face à la mobilisation et aux efforts des uns et des autres pour lutter contre les menaces de descension sociale, cette adolescente ne veut pas s’inscrire en porte à faux avec les membres de sa famille, par peur probablement de se sentir exclue. En pleine adolescence, formée au rythme élevé et imposé dans sa famille, elle s’inscrira donc de la même manière dans des conduites de discipline que ses collègues plus anciennes ou mères au foyer.

29L’embauche de cette jeune ouvrière est représentative de cette époque d’accélération des dérives patronales s’opérant au sein de l’usine Brukman. Jeunes, mais expérimentées, aguerries tout comme ses collègues plus anciennes à des productivités élevées, cette ouvrière est utilisée par l’encadrement afin d’augmenter toujours plus la concurrence entre les opératrices. Les accrochages fréquents avec son supérieur sont révélateurs des stratégies alors mises en place :

– Avec le contremaître, qui s’appelait Hugo, je me souviens qu’on avait beaucoup d’engueulades, parce que lui… il m’a même ramenée au bureau ; parce qu’il disait que je ne travaillais pas. Bon, donc je vais au bureau, et il me dit (le chef d’atelier) : « non – il me dit – je n’ai jamais reçu de plaintes à ton sujet, Antonella. Ce qui se passe c’est qu’il te traite comme ça parce que tu es la plus jeune, et on sait que tu peux donner plus. Tu travailles vite… » et il dit : « ne fais pas attention ». Bon, et je retourne à l’atelier… et comme ça il me traitait. Même plus, une fois je me souviens, je suis partie me changer à trois heures cinq, et je suis allée me doucher. Et il y avait des collègues qui se douchaient déjà. Il y avait même des collègues qui étaient en train de faire la queue pour pointer. Le contremaître arrive et m’attrape : « Antonella, Antonella ! » Bon, je sors : « oui » ; il me dit : « il manque cinq minutes ». Je suis restée bouche bée. « Oui, mais là je suis en train de me changer ». De là, je prends et je lui ferme la porte au nez, car je commençais à en avoir plus que marre de lui. Donc, je lui ferme la porte. Il appelle la déléguée, et la déléguée me dit : « Antonella, regardez l’heure, Hugo m’envoie vous dire que vous alliez à la machine jusqu’à ce que sonne la sonnerie ». Je lui réponds : « il y a des collègues qui sont en train de faire la queue pour pointer ; même plus, il y a une collègue en train de se doucher. Je dis ça, c’est pas pour balancer ! »

30Selon ses propos, ce supérieur exercera une pression permanente sur elle, en multipliant au quotidien, réflexions, vexations, et ordres contradictoires, elle continue :

– Je me souviens qu’un contremaître me disait : « vous êtes nées pour baisser la tête, et nous pour ordonner ». Je l’avais toujours ici comme ça. Et ça ça te… ça te foutait les boules ! « Si tu n’es pas contente, dehors », c’est comme ça qu’il te parlait. Même plus : aux petits-déjeuners, tu prenais ton petit-déjeuner sur ta machine et tu ne pouvais pas avoir beaucoup de contacts (avec les autres), par exemple si tu voulais aller à un autre étage…

31Toute cette conduite de la direction la surprend d’autant plus qu’elle semble lui être spécifiquement réservée. En réalité, elle est victime d’une double qualité de travail, à savoir la jeunesse et l’expérience, faisant d’elle une ouvrière d’exception tant dans les quantités produites que dans l’habileté à les réaliser. Ses supérieurs l’ont bien compris et vont lui faire jouer un rôle très inconfortable, mais significatif de cette époque. Ils lui attribuent le rôle de « colonne de l’atelier » (columna del taller), à savoir celui de moteur ou de modèle sur lequel l’ensemble des ouvrières est censé fixer leur productivité ; autrement dit elle représente à la fois le taux de production minimum à atteindre pour éviter les menaces de licenciement et celle qui représente les pires cadences de travail, même pour les ouvrières les plus endurantes. Elle incarne donc le stress et la pénibilité de la cadence :

– … Moi, comme je venais à peine d’arriver, j’étais habituée à ma maison : travailler, travailler, travailler, travailler. Et ici, chacun prend son temps. Personne ne donne tout pour le travail. Et moi je pensais que c’était comme ça. Moi je travaillais comme ça chez moi et je pensais que c’était comme ça ici. Et aussi il y avait un peu de jalousie, en ce sens… Car j’enlevais du travail à quelques collègues, il semble que ça les dérangeait. Et le contremaître, Hugo, celui qui m’embêtait tout le temps, il me disait : « toi tu es la colonne de l’atelier ». Même si il me traitait mal, il me disait : « Anto, tu es la colonne de l’atelier ».

32En ces temps de récession générale de l’économie et de chômage de masse, malgré l’habitude et l’incorporation de la concurrence et sa valorisation d’antan, celle-ci atteint désormais des niveaux insupportables pour de nombreuses ouvrières. Jeune, récemment arrivée dans le circuit, cette ouvrière va alors subir un « bizutage » de la part de ses collègues moins motivées par leur intégration au groupe que par le souhait de trouver un exutoire à leur stress et à leurs souffrances :

- Non, pas moins… ils me traitaient mal. C’est comme une sorte de bizutage (derecho de piso). À tous les nouveaux, ça leur arrive. À tous les nouveaux, ils vont leur faire ça. « Droit à l’étage », payer « le droit à l’étage ». Et de là, il y avait sûrement aussi de la jalousie, tu vois ? Parce que, qu’est-ce que j’en sais, quand ils disent « ah, quelle travailleuse », beaucoup de choses de ce genre influencent énormément (l’ambiance de l’usine)… Malheureusement c’est comme ça. Une usine est comme ça. Il y a des bonnes et des mauvaises personnes.

33Comme on le verra par la suite, cette époque aura de fortes incidences sur le collectif d’ouvriers au moment de la récupération. Elle compliquera énormément la tenue de bonnes relations dans le groupe.

Global : rupture d’un modèle patronal

La crise, cette inconnue…

34Loin de la crise qui touche alors le pays ou des vagues de licenciements tels que les connaît l’usine Brukman, la petite entreprise Global semble étrangère aux désagréments de son secteur d’activité et ses ouvriers restent dubitatifs face aux tumultes financiers d’alors. Malgré la dégradation des conditions d’existence de nombreux Argentins, notamment dans les quartiers et les villes de banlieue dont ils sont originaires, les années 1980 et 1990 sont synonymes pour eux d’abondante production, se concrétisant par de nombreuses heures supplémentaires, et de fait, de prospérité individuelle. Jusqu’à la fermeture de l’usine, la production ne s’arrêtera jamais, comme nous l’explique cette ouvrière travaillant depuis trente ans à l’usine :

- Bon, à l’époque de Global, nous on avait du boulot…
- Tout le temps.
- Tout le temps.
- Vingt, vingt-cinq ans, tu n’as jamais arrêté ?
- Non, on n’a jamais arrêté.
- Et à l’époque où ils ont déménagé, ils ont même pris des gens et les commandes augmentaient.
- C’est pour ça que nous, on comprenait pourquoi… pourquoi ils étaient sur le point de déménager ?
- C’est clair.
- Il y a toujours eu de la demande. Le seul moment où ça baisse c’est janvier, février, mais après…

  • 4 L’ouvrière de Brukman, originaire du Chili, me racontait comment à cette époque elle allait « tous (...)
  • 5 Dans un article publié en 2003, Sylvia Sigal fait un constat très semblable sur les classes moyenn (...)

35Aujourd’hui encore, ces salariés ne semblent toujours pas convaincus de la gravité de cette crise qui les a si peu ou plutôt si tardivement affectés. Lors d’une première rencontre avec une ouvrière de l’usine, je suis surpris par exemple de la vision qu’elle a des années 1990 : « Tu n’as pas entendu parler de l’Argentine pendant les années 1990 ? Le pays allait super bien. » Loin d’être ironique, cette réponse représente au contraire assez bien la vision politique et sociale d’une partie substantielle des classes populaires argentines sur cette période récente. Permettons-nous une petite digression à ce sujet. Alors que « tout le monde » s’accordait à le rendre responsable du marasme économique et social argentin, de nombreux observateurs n’ont jamais vraiment compris les raisons du triomphe de Carlos Menem aux élections présidentielles de 2003 (il arrive alors en tête du premier tour). Or, rappelons tout d’abord que sous le premier mandat de Menem, le pays connaît un décollage économique permettant de soutenir partiellement l’emploi et les salaires. Une partie des classes populaires n’est donc pas confrontée tout de suite à la dureté des réformes mises en place par le nouveau gouvernement4. Au contraire, pour celles et ceux qui conservent leur emploi, en dépit des réformes à l’encontre du droit du travail, le premier mandat ménémiste est synonyme d’un retour d’un fort pouvoir d’achat. Après des années d’hyperinflation très néfaste et facteur de paupérisation considérable pour beaucoup de secteurs des classes populaires, le « succès » de la loi de convertibilité renoue avec une confiance en l’avenir, caractérisé par un consumérisme souvent ostentatoire et démesuré. Il s’agit alors du « miracle » économique argentin, période où le pays retrouve alors, circonscrit dans le temps et illusoirement, un pouvoir économique d’exception dans la région, si ce n’est sur l’ensemble du continent. Malgré l’intensité de la crise et des réformes sociales lors de son second mandat, une partie des classes populaires argentines restera marquée par la disparition de l’inflation du premier mandat ménémiste. Ces dernières associeront le marasme économique et social moins à l’action de Menem qu’à son successeur, Fernando de la Rua, qui d’ailleurs démissionnera face aux tumultes des cacerolazos5.

36Les ouvriers et ouvrières de Global sont donc complètement absorbés par leur époque, tant les affaires de l’usine « tournent ». A posteriori, certains se rendent compte du confinement social engendré par la politique patronale d’alors, c’est-à-dire d’une certaine distance vis-à-vis d’une réalité sociale plus grave. Ils reconnaissent eux-mêmes la dureté de leurs pensées et de leurs propos de l’époque, symbole d’une période et d’un éthos singuliers. Une jeune ouvrière nous raconte la perception qu’elle avait des piqueteros avant la récupération :

- Moi avant, par exemple, je voyais les gens, non ? Une supposition : les piqueteros, j’écoutais certains qui occupaient leurs usines, et je me disais : « quels gens idiots ». Parce que je me disais : « qu’est-ce que ça peut me foutre ? Tu vois ? “Quelle bande d’idiots ! Ils n’ont rien d’autre à faire ? » Non, parce que moi j’avais du travail, et j’en avais rien à faire. Mais quand tu dois le vivre en chair et en os… Je te dis que la plupart, on a vraiment souffert…

37Quand elle ne les indiffère pas, la multiplication de luttes et d’acteurs sociaux (piqueteros, ouvriers ou fonctionnaires en lutte, etc.) permet à ces salariés de se rassurer sur ce qu’ils sont et sur l’image qu’ils ont d’eux-mêmes : ouvriers modèles, ils se savent, du moins s’imaginent, à l’abri d’un phénomène qui ne concerne, en définitive, que « des gens qui ne veulent pas vraiment travailler ». Ils montrent l’existence d’un individualisme ouvrier dû à des années de pratiques paternalistes et de rapports privilégiés avec la direction. S’effectue alors un déplacement latéral du schéma hoggartien de l’opposition populaire entre « eux » et « nous » : signe des temps et de l’explosion souvent décrite de l’homogénéité des classes populaires argentines sous le poids des politiques néolibérales [Merklen, 2003], cette séparation à l’intérieur de la classe ouvrière est renforcée ici par l’enracinement des politiques paternalistes dans l’habitus des ouvriers de Global. En outre, le sentiment d’appartenance à l’usine est si fort que l’opposition traditionnelle pensée par Hoggart entre « eux » (individus en dehors de la classe) et « nous » (membres de la classe), s’opère désormais entre personnes à l’intérieur de l’usine et celles de l’extérieur, même à conditions économiques et sociales analogues.

La fin du paradigme paternaliste

38Le cocon patiemment tissé par les anciens patrons de Global va pourtant progressivement se déliter. Mais cette décrépitude est si lente dans un premier temps puis si soudaine ensuite, qu’il est alors difficile pour ses salariés de percevoir les transformations des vingt dernières années précédant la fermeture de l’usine. Rappelons à quel point cette entreprise est dominée par certaines composantes paternalistes. Nous avons observé par exemple combien dès le début les patrons cherchent à imposer un climat particulier à l’usine : par la mise en place d’un système hiérarchique et relationnel ambigu, les relations professionnelles de l’usine dépassent souvent le cadre du travail et de l’entreprise. L’affect et la morale sont constamment sollicités. Souvenons-nous à ce titre de l’imbrication des relations de parenté entre la tante-patronne et certaines ouvrières : elle était marraine de l’une d’entre elles et a voulu en adopter une autre (qui était d’ailleurs la cousine de la première). Il semblerait qu’elle soit une femme attachée aux différents usages sémantiques du terme patron (celui qui montre et protège), accordant autant d’importance à la direction de l’entreprise qu’au « bien-être » de ses employés. De son côté, l’oncle assume le versant protecteur, mais autoritaire du paternalisme, en se portant garant du travail et de la discipline, récompensant les ouvriers les plus dévoués.

39Au début des années 1980, même si les affaires continuent à progresser, les patrons originels prennent de l’âge après quarante ans de gestion de l’entreprise. Un événement en particulier date la fin de l’ère paternaliste : en 1982, la tante, cofondatrice de l’entreprise Global, décède après trente-six années passées à « s’occuper » de son entreprise et de ses salariés. Dans l’histoire sociale de l’entreprise, ce décès marque le début de la lente transition générationnelle des patrons et des transformations qui l’accompagnent. En fonction des jeux d’héritage, la direction de l’entreprise connaît logiquement une certaine recomposition. Ainsi, l’oncle récupère en grande partie l’entreprise, mais il n’est pas le seul. Apparemment sans progéniture, aucun héritier direct de la tante ne recueille ses parts, laissant des pans entiers de ses biens à sa nièce et son neveu, c’est-à-dire aux enfants de son frère, « l’oncle », autre cofondateur de l’usine. Mais la nièce ne semble pas intéressée par l’affaire et revend rapidement ses parts héritées à son frère. Compte tenu de l’âge avancé du père, ce dernier semble se diriger naturellement vers la reprise de la direction de l’usine. Mais la véritable transition du pouvoir et de l’administration de l’usine ne se fait pas au moment même du décès de la tante. Malgré son âge, « l’oncle » n’abandonne pas totalement les affaires de l’usine à son fils et l’accompagnera durant plusieurs années.

L’émergence d’une nouvelle génération de patrons

40Les différents bouleversements qui suivent la disparition de la patronne historique amènent donc un nouveau duo de patrons. Pendant approximativement six ou sept ans, l’oncle est secondé par son fils qui, au fil du temps, prend progressivement la place du père. Dans un premier temps, le fils semble particulièrement sensible à la politique patronale de la maison et fait perdurer « l’esprit » et le climat social chers à la « tradition » des premiers fondateurs. Le nouveau patron est alors aussi apprécié que les anciens et fait preuve des mêmes attentions à l’égard de ses salariés que ses prédécesseurs : rapports directs et parfois affectifs avec les ouvriers, primes personnalisées et heures supplémentaires, prêts à taux zéro, crédits parfois allégés en fonction de la productivité et de la discipline de chacun. À la fin des années 1980, après plus de quarante ans passés à la tête de son entreprise, l’oncle laisse la charge des affaires de l’usine à son fils et décide de se retirer dans son pays natal. Néanmoins, il n’abandonne pas complètement l’entreprise à son fils, et comme nous le rapporte cette ouvrière, revient fréquemment « inspecter » la tenue des activités :

Il est parti en Pologne, parce qu’il était de Pologne lui, et son fils a débarqué. Plus tard, il l’a incrusté ici et lui est resté là-bas dans son pays, et le fils est resté à la tête de tout ça, et lui venait, de temps en temps il venait, une fois par an, parfois il laissait passer un an et il venait…

41Comme nous l’avons observé à l’instant, à la différence des ouvrières de Brukman, les salariés de Global ne souffrent à aucun moment des transformations liées à l’époque ménémiste et tout au long des années 1990, continuent de recevoir de confortables revenus. Les conditions de travail deviennent plus dures et les cadences plus rapides, mais les salariés ne s’en plaignent pas. Pourtant, une lente métamorphose s’amorce avec l’éloignement physique et géographique de l’ancien patron. Dans un contexte de néolibéralisme et de déliquescence du code du travail, le nouveau patron semble progressivement s’inscrire en porte-à-faux avec la politique patronale pratiquée jusqu’alors. Le discours de l’époque légitimant et encourageant la maximisation des profits et les gains de productivité ne semble pas le laisser indifférent. Il est difficile d’établir précisément le début de cette mue patronale, car la venue régulière de l’ancien patron, veillant à la continuité des activités économiques et « sociales » de l’entreprise, ralentit certainement ce changement. Toujours est-il qu’autour de l’an 2000, la transformation du climat à l’usine s’accélère. Le nouveau patron doit estimer avoir désormais suffisamment d’ancienneté et d’emprise sur l’usine, pour mener soudainement une politique patronale plus agressive à l’égard de ses salariés. Très rapidement, alors que le personnel est habitué à de confortables rémunérations, signe de la politique salariale de la maison, les salaires subissent des retards ou sont remplacés par des bons. L’ouvrière « élevée » par l’ancienne patronne nous raconte :

Mais après, quand sa femme a commencé à se mettre dans les affaires de l’usine, là ça a commencé à changer. Tchao, tchao. De là ils ont commencé à donner des bons, des bons, mais ils ne te payaient jamais ton salaire, tu partais en vacances avec la moitié. Et la dernière, la dernière fois, ils m’ont donné cinquante pesos. Cinquante pesos, autrement dit rien. Et pendant les vacances je devais venir chercher l’argent. Et qu’est-ce qu’il te donnait ? Cinquante, cent pesos. Il ne te donnait jamais tout. Jamais. Ça, ça vraiment été un désastre, un désastre total. Et moi, ce jour-là… ce vendredi, quand ils ont fermé l’usine, je lui dis : « José, j’ai besoin de mon argent. J’ai besoin de m’acheter des choses. J’ai besoin… je dois de l’argent à tel endroit – parce que c’est la vérité – et j’ai besoin d’au moins quatre cents pesos » je lui dis. Cinquante pesos il m’a donné. « On n’a pas plus ». Que se passait-il ? Il partait.

42Subitement donc, les ouvrières et ouvriers sont confrontés à une crise d’autant plus violente qu’ils s’en pensaient protégés. Évidemment, le contexte économique et social de l’époque, marqué par les cacerolazos, donne un certain crédit au discours et à ces nouvelles pratiques patronales, même si comme nous le raconte cette ouvrière, la production n’a jamais ralenti :

Gloria – Ils saccageaient des supermarchés, ils volaient les trucs, tu vois ? Il y avait… et nous on était aux heures sup’, tu peux le croire ?
MQ – C’est clair, vous aviez encore beaucoup de travail ?
- Oui, nous on avait beaucoup de travail, beaucoup.
- Mais à la fin des années 1990, ça a commencé à baisser un peu, non ?
- Ça a commencé un peu, mais ce n’était pas si mal, seulement un petit peu.

43Autre signe apparent de transformations, les restrictions que mène le patron en matière d’embauche. Même s’il licencie peu de personnel, il réduit fortement les embauches ouvertes au profit de celles plus restreintes, limitées aux cercles proches de ses salariés. En comptant sur eux pour trouver de nouveaux éléments, il s’assure d’avoir un personnel de qualité et une productivité élevée. Un jeune ouvrier nous décrit son arrivée à l’usine :

- […] Et ça faisait combien de temps que tu travaillais ici avant la récupération ?
- Avant la récupération, un an, juste un an. Les vacances et l’usine a fermé.
- Et comment es-tu arrivé à l’usine ?
- À cette époque on ne prenait personne par l’intermédiaire des journaux et ce genre de choses, ni d’affiche dehors, rien. De ceux qui travaillent ici, on leur demandait si quelqu’un voulait ramener quelqu’un et donc… De la plupart des gens, ceux qui étaient les plus assidus venaient de José C. Paz et d’autres coins de Moreno, et moi j’avais une amie qui allait à l’école avec moi qui travaillait ici…
- Ah…
- Mon frère Vladimir a travaillé ici. Et c’est lui qui m’a ramené par ici.
- Et avant tu étais au lycée ?
- J’ai terminé en décembre et en février j’ai commencé à travailler ici.
- D’accord, tu avais fini le lycée donc…
- C’est ça, j’ai terminé, il y a eu les vacances et au même moment ce job est apparu…

44Même si les motivations économiques du patron semblent claires a posteriori, la restriction drastique d’embauche concrétise à ce moment pour le personnel, l’irruption soudaine de la crise nationale dans les affaires de l’usine. Pourtant, cette impression est fréquemment mise en doute lorsque les ouvriers s’aperçoivent par exemple – taille réduite de l’entreprise oblige – que le patron et sa famille ne semblent pas en être si affectés. Ainsi, ils découvrent avec surprise que la direction continue de mener un train de vie relativement confortable :

– Nous, on pensait… comme lui il n’avait pas eh… de biens ici, mais soudain on apprend qu’il avait une maison sur la côte, qu’il avait… une voiture pour sa fille ou son fils… elle, elle avait deux voitures, pas une. Il avait une situation économique assez bonne.

45En quelques années, de la fin des années 1990 à la fermeture de l’usine en mars 2004, les conditions de travail et de rémunération ne cessent de se dégrader. L’ancien propriétaire et patron de l’usine tente d’agir à l’encontre de son fils et selon les témoignages de l’usine, en vient même à le menacer :

– […] Mais la dernière fois qu’il est venu, il a vu que l’usine n’allait pas bien parce qu’il lui disait à son fils qu’il lui donnait que deux ans, parce qu’il allait fermer l’usine pour la façon qu’il avait à gérer les affaires.

46Mais son fils semble bien décidé à ne plus se laisser dicter ses choix au sein de Global, qu’il mène désormais de façon presque autonome depuis près de quinze ans. Malgré la pression du père, l’usine continue d’enregistrer de mauvais chiffres et sa gestion devient de plus en plus chaotique. Après de nombreuses tentatives en vain pour lutter contre la multiplication des fraudes et abus, le père, âgé et désormais exilé, paraît abandonner l’usine au bon vouloir de son fils et de sa bru :

– Le père dit au fils qu’il faisait n’importe quoi. Il n’avait pas bien fait les comptes, il n’avait pas bien fait les suivis, il avait honte de dire non… honte des salaires qu’il ne nous payait pas comme lui le faisait, du coup la situation lui plaisait vraiment pas et de là, il est parti définitivement… et c’est ce monsieur José qui est resté et plus tard est arrivée sa femme qui était vraiment un désastre ambulant. Elle est arrivée et de là tout s’est effondré et là c’était vraiment le désastre, on ne touchait plus rien…

47Ce contraste d’attitude entre les deux générations de patrons peut paraître un peu manichéen. Cette ouvrière nous fait part toutefois d’une vision assez récurrente dans le discours des salariés restant, idéalisant une période dorée, symbolisée par l’époque des propriétaires, et son contraire, par la reprise des affaires du fils. Cette opposition entre deux générations patronales semble fréquente dans les entreprises paternalistes [Neiburg, 1988], ou plus simplement dans celles marquées par des rapports affectifs à l’entreprise et à son dirigeant [Linhart, 1998]. Mais cette nostalgie cache mal en réalité une inquiétude grandissante à l’égard de l’avenir, dont le nouveau patron est le principal facteur anxiogène. Bien que très intégrés au sein de leur espace de travail, sûrs de leur capacité et de leur position sociale « d’élite productive » au sein de l’entreprise, les bouleversements macro-économiques du pays et ses conséquences à l’intérieur de l’usine, donnent les premiers signes manifestes du risque d’une descension sociale brutale pour les ouvrières et ouvriers de ces deux usines.

Conclusion

48Grâce à une haute exigence individuelle de discipline et de travail, rappelant d’unecertaine façon le « soi-discipliné » des ouvriers blancs des États-Unis [Lamont, 2002], la première génération de salariés de Brukman et de Global estime à la veille de l’an 2000, avoir réussi à « s’élever » socialement. Venant souvent de milieux immigrés et modestes, leur projection sur l’avenir et leur désir d’ascension sociale, individuelle et surtout familiale, ont nécessité une intense et constante mobilisation de soi au travail. L’époque dans laquelle s’insère cette première génération d’ouvriers sur le marché du travail leur permet de sécuriser leur trajectoire, puis d’aboutir progressivement à un plus grand confort de vie. En répondant à la fois aux multiples opportunités de travail permises par l’entreprise (heures supplémentaires, primes, paie au rendement) et au respect de ses normes et ses valeurs (respect de la discipline et de la productivité), ces salariés ont accès à certains biens notamment la propriété. Mieux, nombre d’entre eux ont même pu s’offrir des vacances annuelles ou la pratique de certains loisirs autrefois inaccessibles. Mais le travail individuel ne fait pas tout : même si leur propension à la productivité les a indiscutablement aidés en termes financiers, les protections sociales et les garanties accordées aux salariés de cette époque permettent à ces populations d’accéder sur le long terme au statut d’ouvrier, au sens de Robert Castel [1995]. Ils s’inscrivent également dans la définition que donne Serge Paugam de l’intégration assurée, à savoir « la double assurance de la reconnaissance matérielle et symbolique du travail et de la protection sociale qui découle de cet emploi » [2000, p. 97]. À ce titre, leur ascension sociale ne tient pas juste à l’amélioration de leurs conditions matérielles, mais participe aussi de leur constitution sociale en « ouvrier modèle ». Leur dignité ouvrière se fonde sur une image forte d’eux-mêmes, sur des biens symboliques qui prennent appui sur des biens matériels concrets, sur un confort de vie manifeste. À l’instar des ouvriers professionnels de la métallurgie décrits par la sociologue argentine Maristella Svampa [2000], certains vont même s’assimiler aux classes moyennes.

49Jouissant désormais d’une intégration assurée sur le marché du travail, de leur propre domicile familial et parfois même de la pratique de certains loisirs, ces familles ouvrières ne cessent pas pour autant d’être toujours aussi épargnantes. En ce sens, elles rejoignent une espèce de réflexe « populaire » qu’Hoggart avait déjà constaté en son époque au sein de la classe ouvrière anglaise [Hoggart, 1970]. Car une fois la demeure familiale terminée, ces salariés consacrent leur temps et leur argent à la consolidation de cette sécurité, qui passe souvent par la mise à l’abri matériel de leur progéniture. Bien que leur situation personnelle soit en apparence stabilisée, les membres des classes populaires semblent toujours anxieux d’un possible retour social en arrière. Comme le dit très justement Michel Verret dans Le travail ouvrier, « Les ouvriers cherchent tout autant à sortir de leur classe que les autres classes à n’y pas tomber » [1999, p. 82].

50Cette anxiété permanente d’une (re)chute matérielle et symbolique s’affirme peu à peu avec l’apparition de premières difficultés lors des années 1980 au moment des premiers épisodes d’hyperinflation, mais surtout à partir de la crise des années 1990. Les différentes vagues de licenciement, les transformations des conditions d’emploi, l’arrivée d’un nouveau type de salariat (femmes au foyer, jeunes), les salaires impayés, enfin certaines phases de chômage technique, constituent autant de signes avant-coureurs de graves préoccupations non seulement pour ces populations ouvrières, mais pour l’ensemble du salariat argentin. À ce moment, la réalité sociale est telle qu’un Argentin sur deux a des problèmes d’emploi [Pucciarelli, 1997]. Par conséquent, au fur et à mesure que la crise s’approfondit, ils accepteront tous de multiplier leurs heures de travail et fermeront les yeux sur les nombreux retards de salaires et de cotisations. Rappelons au passage que l’insertion sur le marché du travail des jeunes et des femmes au foyer de milieux populaires, participait des mêmes principes de mobilisation et de lutte contre la descension. Après le licenciement de son mari pour des raisons de santé, cette ouvrière ne compte plus les heures qu’elle fait à cette époque, afin de maintenir au mieux le niveau de vie de sa famille :

- Et toi, combien d’heures tu travaillais à cette époque, par jour ?
- Euh… Je travaillais neuf heures par jour à l’usine, une… deux heures en plus – jusqu’à cinq heures de l’après-midi, donc onze heures à peu près. Et en plus, j’emportai chez moi des petits paquets de vestes, et je les faisais et je les rapportais le jour suivant. Pendant toute une année, ça a été comme ça, travail, travail, travail. Et les week-ends je prenais avec moi cent vestes dans des sacs « grands comme ça » avec mon époux.
- Mais combien d’heures tu travaillais par semaine à cette époque ?
- Onze heures, plus quatre de voyage (par jour, elle n’entend pas la question). Quinze heures. J’étais tous les jours dehors. Quinze heures. Et bon, mais ça valait la peine parce qu’on gagnait très bien à cette époque à l’usine. Moi, par quinzaine, pour ces deux heures (supplémentaires), j’avais 120, 130 pesos de plus sur mon salaire ; en plus d’une quinzaine de 300, 250, 300 ; plus les tickets « Canasta » (sorte de bons d’achat) pour les courses au marché ; j’avais toutes les primes… Donc… et en plus, les vestes que je faisais à la maison, qui étaient à peu près 200 pesos par quinzaine aussi. Et bon… c’était comme ça… c’est comme qui dirait que ça a remplacé le salaire de mon mari.

51En décembre 2001 pour Brukman, puis en mars 2004 pour Global, ces entreprises sont abandonnées et fermées. Pour tous, l’anxiété de descension sociale s’est transformée en tragédie, au sens grec du terme : à l’instar d’Œdipe, fuyant par monts et par vaux la prédiction de l’oracle, les salariés de ces deux entreprises se retrouvent malgré eux pris dans la tourmente sociale, livrés à leur sort. Malgré l’extrême dégradation de leurs conditions de travail, d’emploi et d’existence en général, signes annonciateurs de cette tragédie, la poursuite de leur activité professionnelle les éloigne de façon illusoire de la menace sociale qui plane pourtant au-dessus d’eux. Au contraire, ils vont avoir tendance à compenser sur le symbolique ce que le matériel ne peut plus leur apporter. Ainsi, un peu par désespoir, ils s’accrochent toujours plus à l’idée qu’ils appartiennent à une certaine élite et ce, malgré l’accumulation des contraintes au-dedans comme au-dehors du travail. Cette illusion du désespoir permet aux employeurs d’abuser d’une confiance historique à laquelle sont très attachés ces salariés. Sous couvert de difficultés grandissantes dues à la conjoncture, ils profitent de source d’identifications et de valorisations spécifiques de leurs salariés – le zèle – afin d’augmenter leurs marges et leurs profits. D’une certaine façon, à l’exploitation capitaliste classique décrite par Marx, s’ajoute ici une exploitation « culturelle » de ces salariés qui, la crise aidant, s’accrocheront toujours plus à cette confiance qui les lie à leurs patrons ainsi qu’à leur identité d’ouvrier modèle.

52La pression engendrée par la crise cristallise les relations professionnelles sur des représentations biaisées des uns et des autres, créant de graves confusions et quiproquos entre salariés et patronat. Conséquence probable de l’anxiété, tous se cramponnent désespérément à une image dépassée de leurs relations, à une époque où la confiance et le respect réciproque étaient plus affirmés : ainsi, alors que les ouvriers pensent le patron comme quelqu’un de bon et de protecteur, veillant sur ses meilleurs ouvriers, celui-ci s’imagine que ses ouvriers sont disciplinés et productifs. Mais surtout, à aucun moment, il ne les croit capables de lui porter atteinte.

Notes

1 L’INDEC, c’est-à-dire Instituto Nacional de Estadística y Censos est l’équivalent argentin de l’INSEE français.

2 Cepalc, 2003, p. 259.

3 Le mari de cette ouvrière est assez représentatif des époux des femmes au foyer arrivant au même moment sur le marché du travail. Il semble s’apparenter à la figure du « mari » tel que le décrit de Singly : « Justifiant, leur activité professionnelle, le mariage et la famille servent à leur donner une existence personnelle. Ils ont besoin d’une épouse qui appartient, en priorité, à son mari et à ses enfants : c’est la maîtresse de maison. Les femmes de « maris » peuvent avoir une activité professionnelle, comme source complémentaire de revenus, mais ne doivent pas user de ce travail comme procédé de définition personnelle, au moins officiellement au sein de leur famille. » [op. cit. : 70] Bien qu’elles se retrouvent rapidement seules sources de revenus de la famille, au cours nos entretiens, elles défendront chaque fois que possible la place privilégiée de leur mari au sein de leur foyer, signe d’une concurrence non désirée [Quijoux, 2005].

4 L’ouvrière de Brukman, originaire du Chili, me racontait comment à cette époque elle allait « tous les ans » à Santiago avec « Airfrance ».

5 Dans un article publié en 2003, Sylvia Sigal fait un constat très semblable sur les classes moyennes portègnes. Elle parle d’un « aveuglement profond » face aux politiques ménémistes et d’un « réveil » brutal avec les cacerolazos.

© Éditions de l’IHEAL, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540