Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Néolibéralisme et autogestion

 | 
Maxime Quijoux

Deuxième partie. Trajectoires sociales et parcours professionnels des ouvriers/es

Chapitre III. Profils et arrivées sur le marché du travail de la première génération de salarié/es

Texte intégral

1La Nueva Esperanza comme l’usine Brukman se caractérisent par du personnel d’âge plutôt avancé. Au sein de ces deux usines, la moyenne d’âge des effectifs se situe en effet autour d’une cinquantaine d’années. De fait, une grande partie du personnel de ces deux coopératives a intégré le marché du travail à une tout autre époque que celle où se réalise la récupération. Il nous importe ici de comprendre dans quelle mesure leur intégration sur le marché du travail et leur carrière professionnelle passée ont déterminé leur implication dans le processus de récupération et d’autogestion. Âgée de 45 à 75 ans, une majorité de ces salariés intègrent relativement jeunes le marché du travail, au cours d’une période comprise entre 1960 et 1990. Sur une période aussi longue, on ne peut établir une cohérence des tendances économiques. En ce sens il existe deux sous-ensembles historiques plus cohérents en termes macroéconomiques : celui des années 1960-1975 et celui des années 1976-1990.

2La première période se caractérise par de considérables politiques d’industrialisation et par des politiques globalement favorables aux ouvriers. L’alternance coups d’État et régimes démocratiques ne semble pas trop troubler la croissance de l’industrie nationale. Au contraire, les différents gouvernants cherchent à la protéger de ses principales faiblesses, à savoir sa dépendance vis-à-vis des capitaux étrangers, des taxes douanières ainsi que les coûts d’importation de machines industrielles. Au cours de cette période, il s’agit donc d’un secteur économique clef de l’Argentine : l’industrie représente près d’un tiers du PIB national sur cette période [Rapoport, 2007], comprenant aussi bien la substitution des importations (mise en place depuis les années 1930), que l’industrie lourde récente ou tournée vers l’exportation [Kosacoff, 2008]. Cette croissance du potentiel industriel national bénéficie au marché du travail et aux salaires : sur cette même période, le chômage tourne autour de 5 %, et les salaires réels augmentent, malgré des épisodes inflationnistes ou de gels des salaires. Il s’agit donc d’une première période globalement florissante pour le secteur industriel et ses salariés, qui, pour certains, accèdent de plus en plus à une consommation de biens durables, de service de santé et d’éducation [Rapoport, 2007].

3La seconde sous-période (1976-1990) marque une rupture avec ce modèle économique de développement industriel et social, notamment avec la politique de substitutions des importations. Elle se caractérise par une rapide et profonde paupérisation de nombreuses catégories sociales, au premier chef les salariés. Entre dictature militaire (1976-1983) et gouvernement radical (1983-1989), le pays entre dans une véritable spirale de crise économique et sociale, qui aboutira aux cacerolazos de décembre 2001. Dès son arrivée au pouvoir, en mars 1976, afin de lutter contre l’agitation sociale et de « moderniser » l’économie du pays, la junte militaire applique une politique de réduction de l’État et de l’industrie nationale. Gel des salaires et gains de productivité, levée des taxes douanières au profit de l’investissement privé et international, les principales décisions prises par les militaires se feront aux dépens de l’emploi et des salaires, s’inspirant du « miracle chilien » [Dezalay, Garth, 2002]. Mais l’instauration drastique de ces politiques de rigueur n’a pas les effets attendus : l’État et les entreprises nationales contractent des dettes considérables, passant de sept à quarante-trois milliards de dollars entre 1976 et 1983 [Di Tella, 1998]. Sur le plan social aussi, la situation s’aggrave : ainsi pour la seule année 1976, le salaire réel des ouvriers perd 37 % de sa valeur par rapport à l’année précédente. Il ne fera que baisser au cours de l’ensemble de la dictature militaire. De 19 74 à 1982, le taux de foyers pauvres passe de 3,2 % à 28 % [Rapoport, 2007].

4Le retour à la démocratie en 1983 et l’avènement du gouvernement du radical Raul Alfonsin ne vont pas réussir à enrayer la dynamique de paupérisation des secteurs les plus fragiles de la société argentine. Héritant d’une dette extérieure colossale, la démocratie doit faire face à une hyperinflation endémique qui lamine les salaires et vide les caisses de l’État. Malgré la multiplication des plans de relance et des dévaluations, la situation économique et sociale ne cesse de s’aggraver. Le chômage passe par exemple de 2,6 % en 1980 à 8,4 % en 1989 tandis que les salaires réels perdent quinze points sur la même période [Rapoport, 2007]. La situation sociale est alors extrêmement tendue : les premières émeutes de la faim apparaissent dans la banlieue de Buenos Aires et Alfonsin se voit contraint d’abandonner précipitamment le pouvoir, six mois avant la fin effective de son mandat.

5En définitive, nous sommes face à deux périodes bien distinctes : l’une placée sous le développement industriel et une certaine prospérité nationale et sociale ; l’autre caractérisée par des politiques de crise et rigueur salariale, de paupérisation et de chômage. En toute logique, notre découpage historique aurait dû s’effectuer selon cette délimitation. Mais il ne correspond pas aux trajectoires sociales des salariés de Brukman et de Global. Comme nous le verrons au cours de ces premiers chapitres, ces salariés profitent des bienfaits des années 1960 sans pour autant connaître les méfaits des années 1970 et 1980. Pour le personnel arrivé avant la dictature militaire, la tendance est à l’intégration salariale proche du modèle castelien : les conditions d’existence se sécurisent et l’accès à la consommation de biens et de services s’élargit. Contre toute attente, même celles et ceux intégrant le marché du travail après la dictature militaire semblent jouir d’avantages similaires à leurs prédécesseurs des années 1960. L’arrivée à l’usine s’accompagne d’une sécurisation des trajectoires sociales et participe à un certain confort économique et social.

6Cette particularité à contre-courant commune à l’ensemble de ces deux groupes ouvriers nous interpelle : ces intégrations salariales se font grâce à des conduites ouvrières particulières, caractérisées par un zèle certain et un individualisme affirmé. Fidèles aux patrons, ils adhéreront pleinement aux politiques patronales dans lesquelles ils vont souvent se construire, s’identifier et se valoriser socialement. Au cours de ces premiers chapitres nous nous concentrerons sur les étapes sociologiques et anthropologiques qui marquent la construction de parcours professionnels singuliers. Autrement dit, nous nous intéresserons aux éléments objectifs et subjectifs qui constituent leur socialisation au travail. Comme nous le verrons leurs futurs agissements à l’encontre du patron s’inscrivent paradoxalement dans cette relation salariale avec lui. En définitive, en respectant les profils biographiques de ce premier ensemble historique au détriment d’une tendance économique plus globale, nous insistons sur l’originalité des acteurs concernés ainsi que sur celle des entreprises dans lesquelles ils ont évolué.

GLOBAL : Une entreprise paternaliste

7La première entreprise concernée par cette étude s’apparente à bien des égards au modèle d’entreprise paternaliste [Gueslin, 1992]. Elle ne correspond pas à certains exemples démesurés de paternalisme industriel connu en France [Gueslin, 1992] comme en Argentine [Neiburg, 1988 ; Barbero, Ceva, 1999 ; Lobato 2007], mais répond néanmoins sous de nombreux aspects à une certaine sociabilité proche de ce type d’organisation et de philosophie d’entreprise. Favorisés par la taille réduite de l’entreprise, les entrepreneurs de cette usine de ballons de baudruche semblent dès sa création vouloir instaurer un climat social particulier, autant soucieux d’imposer certaines valeurs morales liées au travail, que de protéger la paix sociale et professionnelle de leur entreprise. Nous verrons au cours de ce premier chapitre comment et dans quelle mesure ce paternalisme industriel va être constitutif d’une certaine culture ouvrière, racines lointaines de la récupération de l’entreprise. En créant des conditions économiques et sociales particulièrement favorables à l’égard de leurs salariés, les premiers patrons de cette entreprise de ballons de baudruche vont créer de puissantes sources d’identification et de valorisation, créant in fine, un fort sentiment d’appartenance. Voyons dès à présent plus en détail les possibilités matérielles et sociologiques d’une telle réalisation.

L’arrivée d’une main-d’œuvre fragile et sous-qualifiée

Des populations majoritairement immigrées et rurales

8L’Argentine est connue pour être une terre de migrations européennes. Elle exerce depuis les années 1930-1950 une double attraction migratoire composée d’un courant interne et externe au pays. Il s’agit de populations venues à la fois du nord de l’Argentine – Salta, Jujuy, Formosa, Chaco ou bien encore Misiones – et de pays limitrophes tels que le Pérou, la Bolivie ou le Paraguay. Ce dernier représente d’ailleurs à partir de 1970 près de 40 % de la population étrangère du pays. Ces vagues de migrations accompagnent des phases d’industrialisation du pays, remplaçant progressivement à partir des années 1950 des migrations principalement européennes. D’origine rurale, ces populations connaissent à partir des années 1960 de plus en plus de difficultés en termes d’accès au marché du travail dans leurs propres régions : la mécanisation, le développement de l’industrie agroalimentaire et les fréquentes crises de surproduction expliquent cet exode rural [Rapoport, 2007]. La ville et le salariat représentent alors clairement des espoirs d’ascension sociale, notamment pour les populations les plus jeunes.

9Les populations qui composent l’usine Global, mais aussi celle de Brukman proviennent principalement de ces régions lointaines. Parmi les plus âgés, la plupart sont originaires surtout du Chaco, de Formosa ou du Paraguay. À la Nueva Esperanza, trois ouvriers sur quatre, indépendamment de leur âge proviennent d’immigrations internes ou externes, comme c’est le cas par exemple avec l’un des plus anciens opérateurs de l’usine, originaire du Paraguay :

- Moi, je suis étranger, je suis paraguayen. Bon, j’ai voulu partir, car il n’y avait pas beaucoup de travail. […] Là-bas, on n’avait pas de boulot. Donc, c’est pour ça que je suis venu ici et que je suis resté. Ici, à peine j’étais arrivé que j’ai trouvé. Je suis arrivé un samedi matin vers neuf heures, et dès l’après-midi j’allais travailler. Moi, je ne suis jamais resté sans bosser. J’ai changé de travail, mais je n’ai jamais cessé de travailler.
- En quelle année tu es arrivé ici ? En 1982 ?
- Non, non, ici dans cette usine oui [en 1982]. Mais en Argentine, je suis arrivé en 1966.

10Ces ouvriers d’immigration intérieure ou extérieure à l’Argentine, d’origine souvent rurale et très jeunes, vont connaître un déracinement similaire aux populations immigrées et paysannes décrites en France dans les années 1960 et 1970 [Bernoux et al., 1973 ; Eizner, Hervieux, 1979]. En dépit de leur jeune âge, ils seront exclus en permanence des sources d’identifications ouvrières classiques et évolueront, à l’instar de nombreux travailleurs d’origine paysanne, souvent en marge du groupe ouvrier et des actions collectives, formelles et informelles, organisées contre la direction. Ils ne se reconnaîtront pas forcément dans les éthos ouvriers provenant du péronisme et du syndicalisme, très marqués en Argentine, en particulier à Buenos Aires. Ce déracinement et cette absence de culture ouvrière contestataire vont offrir des conditions favorables à leur future conduite ouvrière, faite de discipline et de soumission aux règles de la direction. Ils vont surtout permettre de créer les conditions d’une confiance et d’une acceptation de conditions d’embauche et de travail particulières, où les frontières entre patrons et salariés d’un côté, et travail et hors travail de l’autre, sont souvent confuses.

11Il s’agit d’un phénomène en soi assez classique : la prise en charge d’une main-d’œuvre d’origine paysanne par un encadrement spécifique, dans l’optique de fixer une main-d’œuvre à la production. De nombreux exemples similaires, en Argentine, mais aussi plus généralement en Amérique latine, font état de ce phénomène d’encadrement patronal de l’exode rural [Touraine, 1961 ; Alvim et Leite Lopes, 1990]. Possédant peu de ressources et de capitaux mobilisables, ces salariés ont une marge de manœuvre réduite pour espérer consolider leur trajectoire de vie.

Des salariés peu qualifiés

12Ces immigrés provenant de différentes parties du continent, fuyant souvent l’inactivité et la pauvreté de leur lieu d’origine, ont en commun de posséder très souvent peu de qualifications, même dans le domaine du textile. Ils arrivent fréquemment très jeunes dans la capitale, au moment de l’adolescence, parfois même plus tôt. Même si quelques-uns ont connu une scolarité relativement longue (pour certains le lycée), la majorité de cette première génération d’ouvriers a tout juste fini l’école primaire et n’a presque jamais travaillé. Pour la plupart des salariés de Global, ils n’ont d’autre choix que d’assumer les travaux souvent les plus pénibles et les moins recherchés. Les hommes se retrouvent souvent alors dans la construction, le nettoyage ou la maintenance, alors que les femmes sont cantonnées aux services domestiques et à la garde d’enfants. C’est le cas par exemple de cette ouvrière qui nous explique son arrivée professionnelle dans la capitale, assez représentative non seulement des ouvrières étrangères de l’usine, mais sans doute de beaucoup d’ouvrières paraguayennes de sa génération :

- Et ça a été ton premier travail ?
- Mon premier travail.
- Tu n’avais jamais travaillé avant ?
- Non, non, non, antérieurement je travaillais chez Ramaden [certainement une famille]. Je suis arrivée du Paraguay à quatorze ans.
- Ah, tu es paraguayenne.
- Je suis paraguayenne, j’ai débarqué et j’ai été femme de chambre. Comme on venait de là-bas, on n’avait pas de papiers. Jusqu’à ce que mon père s’organise pour nous faire faire les papiers, jusqu’à ce qu’il les obtienne. Parce que, tu vois, dans une usine, tu dois avoir les papiers en règle pour entrer. Bon, j’ai travaillé comme femme de chambre, dans une maison de famille… Presque pendant… deux ou trois ans j’ai travaillé comme ça. Et après, je suis venue m’inscrire. Ils cherchaient justement au même moment. J’avais les papiers. En peu de temps, ils nous les ont donnés, en un an et quelque ils nous ont donné les papiers. Et je me suis inscrite ici. J’ai commencé à travailler, je me souviens, le 21 septembre… 1984, je crois. Je ne m’en souviens pas très bien.
- Tu étais déjà mariée ?
-Non, j’étais célibataire, mais à cette époque j’avais un enfant, tu vois, même si je n’étais pas mariée.

  • 1 Situation comparable à celle des ouvrières françaises du xxe siècle [Schweitzer, 2002] selon cet a (...)
  • 2 Même constat en France : ces jeunes femmes considèrent souvent ce travail comme « une voie de pass (...)

13Son témoignage peut interpeller le lecteur français par l’impression de similitude qu’il donne avec certains phénomènes d’immigration connus en Europe, toute chose égale par ailleurs [Sayad, 1999]. En l’occurrence, pour cette ouvrière aux fragilités sociales multiples – jeune mère célibataire, sans qualification et sans papier – la solution professionnelle à laquelle elle a recours dans un premier temps est celle du service domestique1. Sans pour autant cumuler de telles difficultés sociales, la plupart connaissent des situations professionnelles précaires, principalement à cause de l’informalité de leur emploi. Par conséquent, il leur est très difficile de se projeter dans l’avenir, notamment en termes de perspectives familiales. À l’instar de cette ouvrière paraguayenne, malgré de lourds horaires de travail et d’une pénibilité accrue, ce premier emploi au noir représente rarement une véritable embauche, justement parce qu’il n’offre pas les conditions matérielles et symboliques d’une projection dans l’avenir2. Aux yeux de ces salariés, seule une véritable embauche formelle, avec les droits sociaux qu’elle implique, permettrait de transformer leur rapport au futur et à leur vie. Ils font donc preuve d’une très grande attente sociale à laquelle les patrons de Global ne vont pas déroger.

Une prise en charge particulière

Une sécurisation matérielle des trajectoires de vie

14Située dans le quartier périphérique portègne de Villa Devoto, l’entreprise Global est créée par une fratrie d’origine polonaise (un frère et une sœur) en 1946. Entreprise de taille modeste, les entrepreneurs s’orientent dès le départ dans la production d’accessoires de divertissement pour enfants. Ils se lancent dans la fabrication de jouets en caoutchouc en formes d’animal qui, selon les ouvriers les plus anciens, se vendent alors très bien. Ils se tournent quelque temps plus tard vers la fabrication de ballons de baudruche qui remplaceront à terme la production initiale de jouets en caoutchouc.

15Dès sa création, la petite entreprise familiale profite d’une activité économique florissante. Cette réussite s’explique certainement par le climat et la nature des relations sociales qui existent alors dans cette PME : selon de nombreux témoignages, cette usine se caractérise en effet par des rapports singuliers entre les ouvriers et la direction. Cette dernière semble particulièrement soucieuse du climat social de son entreprise et du bien-être de ses salariés ; « L’oncle » (el tío) et la « tante » (la tía), comme on les appelle encore aujourd’hui, affichent non seulement une évidente proximité avec leurs employés, notamment par des relations chaleureuses et directes, mais se distinguent aussi par une volonté claire d’encadrer leur parcours professionnel et par extension, leurs trajectoires de vie. Au moment de l’embauche de leurs salariés, en privilégiant volontairement une population vulnérable, les patrons font le choix d’un investissement sur le long terme. Tous répondent alors au profil décrit précédemment : immigrés, jeunes, précaires, sans expériences préalables de travail et sans diplômes. À l’usine, la production est lourde et le travail pénible ; en choisissant ce type de population, ils espèrent donc pouvoir former et fixer à plus long terme une main-d’œuvre à leur entreprise et à sa production.

  • 3 Il s’agit de l’histoire des ouvriers interrogés. D’autres ont dû certainement travailler au sein d (...)

16La direction va donc les prendre en charge : elle les forme aux différentes tâches qui composent la production ; elle leur assure une stabilité financière ; enfin elle sécurise leurs parcours professionnels en leur proposant une embauche en bonne et due forme. Mais on ne saurait réduire la stratégie d’embauches de « l’oncle » et de la « tante » à de simples manœuvres managériales. Leurs objectifs semblent dépasser des intentions de type uniquement productiviste3.

Des relations patronales bienveillantes

17Global est, nous l’avons dit, une entreprise de taille modeste et familiale. Les patrons semblent attachés à cette proximité interne à l’entreprise et paraissent véritablement y cultiver une ambiance harmonieuse. Non seulement les patrons assurent des conditions d’emploi et de travail correctes, mais ils s’efforcent d’entretenir des échanges proches, voire très proches avec leurs subalternes. Après quelques années de travail, les relations peuvent en effet s’approfondir entre les différents acteurs de l’entreprise. Incontestablement, une vraie relation de respect et de confiance gagne les salariés à l’égard de leur hiérarchie. Les relations sont parfois plus que cordiales puisque l’on se connaît réciproquement, que l’on connaît les familles, les enfants, les parcours, les situations familiales et les soucis lorsqu’ils surgissent. L’entreprise Global s’inscrit donc de toute évidence dans des relations de type paternaliste, où l’antagonisme entre patrons et ouvriers est atténué par leur interaction directe, ainsi que par une attitude bienveillante de la part des responsables de l’entreprise. Bienveillance classique du paternalisme en ce sens où elle ne réduit pas l’écart de domination entre les ouvriers et le patronat. Au contraire elle tend à le renforcer en cultivant subtilement des relations asymétriques de pouvoir fondées sur l’affect et la très forte légitimation de la hiérarchie, notamment du chef, dans l’existence sociale du salarié [Pinçon 1985 ; Gueslin, 1993]. Les patrons de Global entretiennent en permanence un rôle ambigu de protecteur, où la familiarité et le côté chaleureux de la direction occultent maladroitement un contrôle plus large de la vie des employés. Le pouvoir hiérarchique déborde fréquemment l’aspect strictement professionnel par l’intermédiaire d’un système d’échange unilatéral, fait de services et de demandes personnalisés, dans lequel les patrons font office de tuteurs bons et prévoyants. En devenant une personne souvent indispensable au-dedans comme au-dehors du travail, les patrons deviennent alors des figures tutélaires, renforçant en définitive leur pouvoir et leur domination sur le groupe. Le témoignage suivant illustre bien ces rapports ambigus entre salariés et patrons :

- Il te donnait. Regarde, moi par exemple, je lui disais « Pablo, je veux m’acheter une voiture ». « Combien tu as besoin ? Dis à ton mari, à Cacho – c’est comme çà qu’on appelle mon mari – dis à Cacho qu’il cherche et qu’il me dise quelle voiture il veut. Évidemment pas nouvelle – il me disait –, une d’occasion qui soit en bon état ». Donc [plus tard] je reviens et je lui dis : « Pablo, j’aime bien la Renault 12 Pré ». Elle coûtait 7500. À cette époque aussi, c’était de l’argent. Tu sais quoi ? Il m’a donné tout comptant, tout pour que j’aille et que je me l’achète. Donc, après, tous les mois, il a commencé à me décompter [sur mon salaire], il me décomptait. Au final, les derniers versements, je ne les ai pas payés. Il m’en a fait cadeau.

18En dépit de l’apparente décontraction des rapports entre patrons et ouvriers (on se tutoie, on connaît le conjoint), le pouvoir est marqué et la domination bien présente : la recommandation est presque normative (« Évidemment pas nouvelle »), et le bon sens patronal s’associe à sa générosité (« Il m’en a fait cadeau »). Toujours est-il que les patrons vont acquérir une place grandissante dans la vie de ses salariés, créant progressivement un véritable lien affectif et social à cette entreprise. Global et ses patrons deviennent des références incontournables dans leur existence. Peu à peu, ils vont acquérir non seulement une dimension sociale et matérielle considérable dans la vie de ces ouvriers, mais aussi culturelle. En choisissant ces populations vulnérables, « l’oncle » et la « tante » ne choisissent pas simplement une main-d’œuvre docile et corvéable, mais ils aspirent à inculquer certaines normes et valeurs associées au travail qui leur sont chères. Jeunes, déracinés, précaires, ces salariés vont aisément s’y soumettre.

Ingérence sociale et affective dans la vie des ouvriers

19Pour illustrer au mieux notre propos, nous prendrons un exemple volontairement extrême, mais véridique de relations paternalistes ayant existé à Global. Il nous permettra de mesurer son degré parfois très élevé dans les relations professionnelles qui structurent socialement l’usine pendant des années.

20Dora est âgée d’une cinquantaine d’années. Originaire de la région septentrionale de Corrientes, elle arrive à Buenos Aires à l’âge de quatorze ans, en raison des problèmesde santé dont souffre son père. À cette époque, Dora a abandonné l’école et semble un peu perdue à Buenos Aires. Elle est heureuse de pouvoir fréquenter sa famille, seule source alors de socialisation pour elle, semble-t-il. C’est à cette occasion qu’elle fait la rencontre de la « tante polonaise », par l’intermédiaire de sa cousine, elle-même filleule de la tante en question. Cette rencontre sera décisive dans sa trajectoire sociale. La patronne de Global semble se prendre d’affection pour cette jeune fille de « l’intérieur » du pays qui vient passer ses vacances à Buenos Aires, chez sa cousine et sa tante :

- J’étais en cinquième ou quatrième, par là. Et elle me dit : « Qu’est-ce que tu vas faire maintenant ? Tu veux travailler ? » Car ma cousine allait [chez elle] et l’aidait à faire des portefeuilles qu’elle faisait chez elle. Parce qu’elle avait un énorme appartement. Et donc, je me suis mise à l’aider, ma cousine, pour qu’elle en fasse plus. Elle lui donnait, je sais plus, un peu d’argent, je ne sais pas, un petit peu d’argent à ma cousine.
- Je vois
Et elle me dit : « Ah, j’aime comment tu travailles ! Mieux que Marie » elle me disait.
- Ta cousine ?
- « Mieux que ta cousine », elle disait. « Tu ne veux pas venir travailler [avec moi] pendant que tu es à Buenos Aires ? ». Bah, donc, j’ai pris un tas et j’en ai parlé à ma mère. Elle m’a dit : « ma fille, si tu veux, vas-y, au moins tu n’es pas toute la journée enfermée chez ta tante ». Et donc, on y allait. Et au final, j’ai tellement plu à la dame… qu’elle m’achetait des choses… elle m’achetait des chaussures…

21Le récit de cette première rencontre avec la tante polonaise nous interpelle : la relation affective qui s’instaure entre cette adolescente et cette femme se constitue autour d’un principe fort et original, à savoir la capacité productive dont fait preuve Dora. De son côté, cette dernière, jeune au moment de cette rencontre, semble se trouver ainsi une certaine forme d’existence sociale : loin de sa province d’origine, elle ne « tourne désormais plus en rond dans la maison de sa tante », grâce aux sollicitations de cette « nouvelle tante ». Elle pratique dorénavant une activité concrète, valorisée qui plus est par l’affection grandissante d’une adulte, qui la gâte en échange de cette activité. Insistons de nouveau sur la particularité de la relation qu’entretient cette ouvrière avec la patronne. Toutes n’auront pas la même intimité. Cette relation, forte et originale pour sa nature ouvertement matérialiste, révèle les valeurs et les représentations particulières de la tante polonaise : le travail est au cœur de ses dispositions sociales et culturelles. Progressivement, celle-ci va littéralement s’approprier l’éducation de cette adolescente :

- Je suis rentrée à Corrientes. Plus tard, quand mon papa est décédé, ma tante me dit : « Viens par ici [à Buenos Aires], qu’est-ce tu vas faire toute seule avec les garçons ? », parce qu’il n’y avait que des garçons, je n’avais pas encore de petites sœurs. Donc, on est tous venus à Buenos Aires dans la maison de ma tante. Et de là, quand la dame s’est rendu compte que j’étais revenue, elle est allée parler avec ma mère pour lui dire qu’elle voulait m’avoir chez elle… c’est comme ça que j’ai fini chez elle.
- Ah, tiens donc.
- Je suis restée chez elle, elle m’a payé mes études, j’ai fini le lycée professionnel en « coupe et confection ». J’ai fait aussi coiffure.

22L’éducation et l’affection de cette patronne à l’égard de cette jeune femme vont prendre des proportions démesurées, dans la mesure où cette dernière cherche par tous les moyens à adopter cette adolescente, même les plus discutables :

– Plus tard, elle a dit à ma mère qu’elle voulait m’adopter. Mais ma mère lui a dit non. « Je vous l’achète » elle lui a dit, elle voulait donner de l’argent pour moi, parce qu’on était… on était neuf frères et sœurs. Et elle lui a dit : « On aime beaucoup Dora, on veut qu’elle soit comme notre fille ». Mais ma mère n’a rien voulu savoir. Mais je suis quand même restée avec elle [avec la patronne], jusqu’à ce que je me marie. Jusqu’au mariage [elle a une place importante], elle est « ma marraine » de mariage. Elle m’a payé toute la fête, la robe, tout. Et j’avais un appartement ici à Sanabria y Jonte. Encore une fois, c’est elle qui me l’a pratiquement payé.

23À ses dix-huit ans, Dora intègre l’usine Global. Jusque-là, elle se contentait d’étudier et de travailler en petites productions pour la tante polonaise. Elle y restera toute sa vie et survivra à toutes les générations de patrons ayant dirigé cette société. Il faut être évidemment lucide et prendre de nombreuses précautions quant à la spécificité de ce cas, qui de facto, s’avère être une véritable relation de parenté. Elle ne favorise pas en tout cas la transparence dans les relations professionnelles. Car cette prise en charge « sociale » n’est pas sans contrepartie : elle est le côté face de l’esprit paternaliste, impliquant investissement et dévouement personnel au travail, à l’entreprise et aux patrons.

Constitution sociale et culturelle des ouvriers de Global

Des valeurs récompensées

24Le monde social d’une entreprise paternaliste se construit sur une double base : comme on vient de le voir, affective et sociale d’un côté ; mais aussi, morale et éthique de l’autre. En ce sens, nous reprenons la définition de Michel Pinçon du paternalisme industriel qui, parmi les nombreuses qui existent, est celle qui définit le mieux l’entreprise Global de cette époque. En l’occurrence, selon lui, la « métaphore sociale » qu’est le paternalisme « tend à transformer les rapports d’autorité et d’exploitation en rapports éthiques et affectifs et le devoir et le sentiment se substituent au règlement et au conflit » [Pinçon, 1985, p. 97]. L’histoire sociale française et argentine y fait abondamment référence. L’exemple des patrons Michelin est peut-être l’un des plus explicites : dans cette entreprise, tout est fait pour que l’ouvrier qui « se sacrifie » au travail soit récompensé et reconnu socialement. Le système repose entièrement sur une philosophie méritocratique et verticale où la rigueur, la discipline et le respect des hiérarchies, mais surtout l’abnégation au travail, sont fortement valorisés par l’entreprise, tant sur le plan social qu’économique [Gueslin, 1993]. Ainsi Michelin, tout comme la plupart des entreprises paternalistes, impose de puissantes valeurs et représentations au sein de l’espace de travail. Il s’agit souvent de véritables cultures d’entreprise, d’un côté confortées par une certaine promiscuité familiale et sociale ; et, de l’autre, consolidées par une ségrégation spatiale vis-à-vis du reste de la population. En Amérique latine et plus spécifiquement en Argentine, des cas similaires ont existé [Neiburg, 1988]. Même s’il s’éloigne substantiellement des usines types telles que Michelin, le cas de l’entreprise Global s’en approche par la même composante morale qui structure le travail, faite de discipline et de dévouement au travail. Ainsi, cette ouvrière d’une cinquantaine d’années, ayant passé toute sa vie à Global, me racontait un jour avec nostalgie, la relation qu’elle entretenait avec son ancien patron :

- Je me suis inscrite par… parce qu’on m’avait dit… vas-y, pour tenter ta chance. Et bah, j’ai eu cette chance, je gagnais bien, parce qu’au début ici, c’était le père, Monsieur T., un monsieur très honnête, tu vois, très… il t’exigeait beaucoup, mais de la même manière qu’il t’exigeait, il te donnait ta quinzaine, tout.
- Disons qu’il exigeait beaucoup, mais que…
- Il exigeait énormément, il exigeait un bon travail, il exigeait vraiment beaucoup, mais quand venait le jour de ta quinzaine, tu avais tout ton argent.
- Disons qu’il était honnête… il exigeait beaucoup, mais il payait bien.
- Oui, il payait très bien, si tu te forçais un peu disons, tu vois, que s’il te voyait comme ça, il te donnait de l’argent au noir et te disait un truc comme : « bon, regardez, ceci est pour vous », en plus du salaire, tu vois ?
- Ah… d’accord.
- Je me souviendrai toujours qu’il me disait qu’il aimait avoir des ouvriers contents…

25Tous les salariés de Global ayant connu cette époque s’accordent sur ce point : les patrons étaient « généreux » lorsque l’on « mouillait sa chemise » pour l’entreprise. Notons à quel point d’ailleurs cette ouvrière insiste sur « l’honnêteté » de son patron et sur les formes que celle-ci prend : cet ancien employeur non seulement la rémunérait « confortablement », mais « tous les quinze jours ». Cette forme de rémunération est commune en Amérique latine. Dans le cas présent, en donnant cette précision, elle insiste simplement sur la régularité de ses rémunérations, de la stabilité acquise et permise par cet ancien patron. Elle souligne ainsi le contraste existant entre la conduite respectable de ce dernier, avec celle de son successeur qu’elle considère comme déplorable. Par cette comparaison, le paternalisme acquiert alors une dimension mythique, renforçant de fait les valeurs et les représentations qui sont lui associées.

26Cette honnêteté patronale est d’autant plus valorisée qu’elle se double d’une reconnaissance sociale et symbolique, matérialisée par des « extras », des « avantages maisons », des bonus économiques et personnalisés. Ces rétributions plus informelles confirment évidemment les qualités techniques et les taux de productivité élevés des travailleurs les plus performants ; mais elles récompensent surtout une conduite ouvrière, qui par son dévouement au travail et à l’entreprise (respect des horaires, de présence et des taux de production), s’inscrit dans une soumission absolue à l’autorité, tant dans sa forme que dans l’éthos. Autrement dit, cet extra n’est pas qu’un simple complément de salaire : il est le sceau symbolique de la reconnaissance et de l’appartenance à une communauté particulière, celle de l’entreprise Global qui, par cette distinction, honore l’existence sociale de ses salariés. Ces attentions, d’autant plus fortes qu’elles sont informelles, les confortent dans leur rôle et leur place au sein de l’entreprise, constituant les fondements de leur dignité [Pinçon, 1985, Neiburg, 1988]. Comme nous le verrons par la suite, la dégradation des conditions de travail puis la fermeture de l’usine auront pour effet non pas de mettre à mal cette vision de leur entreprise, et, par extension, de leur sentiment d’appartenance à celle-ci, mais au contraire, de l’exacerber, concluant à la récupération de l’usine. Zèle et investissement personnel vont donc être les fondements sociologiques et anthropologiques de cette socialisation au travail.

Zèle et investissement personnel, éléments constitutifs d’une socialisation professionnelle

27L’attachement au travail et aux valeurs du patron par une partie des salariés de Global ne doit pas nous faire oublier la dureté des exigences du patron en matière de production. Les valeurs morales et techniques primées ici par le patron ne sont pas simplement l’accomplissement d’une attitude et d’une quantité produite donnée et encadrée dans un contrat tacite. Ce contrat est d’ailleurs, au sens durkheimien du terme, intrinsèque à la plupart des relations de travail, donnant toute sa raison anthropologique au travail salarié [Durkheim, 1893]. Les valeurs morales ici prônées et sanctionnées symboliquement sont les normes d’un véritable univers culturel où le dévouement personnel au travail est stimulé par des références culturelles consacrant l’abnégation au travail. Compte tenu de la rudesse imposée par le travail, le patron et les conditions de production, ces références vont permettre de créer des sources d’identification et de catégorisation via des attributs symboliques particuliers, par lesquels ces ouvriers se valorisent, construisent leur ego, leur fierté. Autrement dit, le patron va réussir à créer tout un espace symbolique spécifique autour de la rigueur accordée au travail, auquel ces ouvriers vont fortement adhérer et s’identifier.

28De fait, ces normes et valeurs de dévouement au travail vont avoir un double effet souvent contradictoire : en faisant de la performance individuelle une composante centrale de l’intégration à l’usine et surtout de l’identité ouvrière, elles vont autant accentuer la concurrence entre ouvriers que renforcer le lien individuel à l’entreprise. Nous touchons ici le cœur de la constitution du sentiment d’appartenance à cette entreprise paternaliste, qui nous permettra par ailleurs de mieux comprendre les dynamiques et les difficultés au moment de l’instauration de l’autogestion : celui-ci se crée à partir d’une double dynamique normative antithétique, faite d’un côté d’excellence et de forte distinction individuelle sous-jacentes aux dynamiques de concurrence ; et, de l’autre, d’un sentiment d’appartenance très fort à ce collectif, quasi familial, à l’intérieur duquel s’exerce pourtant en permanence une lutte interindividuelle. En résumé, il s’agit d’un rapport à l’entreprise familiale, mais pas fraternelle.

29Au sein du collectif d’ouvriers de cette époque, une hiérarchie interne émerge, en dépit des faibles différences de compétences, réduites par la polyvalence et la rotation des postes exigées par la direction. Cette hiérarchie à l’intérieur de ce groupe est justement d’autant plus gratifiante pour ceux placés en son sommet qu’il s’agit d’ouvriers peu qualifiés, par conséquent, ne disposant pas d’un capital symbolique à même de les valoriser. Ces derniers s’identifient complètement au rôle dans lequel les placent le patron et le système patronal, faisant d’eux des ouvriers zélés. De fait, pour ceux favorisés et valorisés par ce système, par ailleurs l’unique qu’ils connaissent, l’adhésion aux normes et aux valeurs patronales est entière. Ces ouvriers et ouvrières s’inscrivent donc dans une grande conformité au travail, aux règles et aux valeurs prônées par l’entreprise qui, non seulement les fait vivre matériellement, mais leur donne un micro-prestige social. Celui-ci représente pour ces populations défavorisées une marque de respectabilité, d’honneur même, aux origines de leur construction et de leur positionnement dans le champ social, principe bien mis en évidence un moment en France par Mottez [1966].

30L’appartenance à l’entreprise est donc confortée par le sentiment de faire partie d’une certaine élite, tout en restant des ouvriers spécialisés. Ce sentiment se construit grâce aux effets de distinction symbolique mis en place directement par le patron, comme les félicitations et les primes « au noir ». Mais il se constitue également à partir de certains avantages que ces ouvriers s’octroient. Conscients de leur intense participation au processus de production, confirmés par ailleurs par l’adoubement social et économique du patron, ces ouvriers profitent de leur positionnement spécifique dans l’usine pour se permettre certains « droits » renforçant leur distinction du reste du collectif. Il en est ainsi pour « l’anecdote de la cigarette » : au cours d’une journée de travail, deux ouvrières m’expliquent d’où provient la complicité qui les lie :

- Vous ne vous connaissiez pas avant la récupération ?
- [Les deux] Si, si.
- Ah, d’accord.
- Elle, elle a déjà vingt ans de travail ici.
- Donc, vous vous connaissez super bien.
- Oui, évidemment. Ce qu’il y a c’est qu’elle travaillait ici et moi dans le fond.
- Et vous vous retrouviez au déjeuner, ce genre de choses.
- Oui.
- À ce moment-là oui, on se voyait au déjeuner, on allait fumer une cigarette dans les toilettes.
- Dans les toilettes ?
- Je passais, j’allais la chercher, je lui faisais un signe comme quoi j’allais aux toilettes…
- Pourquoi, on ne pouvait pas fumer ailleurs ?
- Là-bas, non.
- Autrement dit, une union s’est créée dans ces toilettes avec la cigarette.
- Oui, oui.
- Je me souviens que ma contremaître venait nous demander des comptes qu’on allait fumer, tu vois ? Y avait une fenêtre et elle disait « c’est quoi cette fumée qui sort par cette fenêtre ? » quand nous on y était.
- Et il y avait que vous ou d’autres filles venaient ?
- Non, au début non, après d’autres ont commencé à…
- Après d’autres ont commencé à venir…
- … À venir d’autres nouvelles filles. C’est à ce moment qu’ils ont voulu nous l’interdire formellement. Mais non, à nous, on ne nous disait rien. Aux autres oui.
- Ah, oui ?
- Oui, car tu comprends, à nous, il n’a jamais été nécessaire qu’on nous dise ce qu’on devait faire.

31L’anecdote de la cigarette s’inscrit complètement dans la longue et classique liste des mini-transgressions, des « micro-événements » [Fischer, 1989] qui, associés à l’ensemble du « savoir de la place » [Beaud, Pialoux, 1999], font sens à l’appropriation du travail [Bernoux, 1982], ou à ce que Fischer appelle « l’autogestion clandestine » [1980]. Mais cette appropriation ne se fait pas contre leur patron : sûres de leurs pratiques (« à nous, il n’a jamais été nécessaire qu’on nous dise ce qu’on devait faire. ») et par extension, de leur appartenance à l’usine, ces deux ouvrières peuvent se targuer d’avoir certains passe-droits et d’imposer l’indulgence à leur hiérarchie. Donald Roy a décrit des formes similaires de conduite ouvrière, où la réalisation rapide des quotas permettait aux ouvriers de flâner ostensiblement afin de générer la grogne des supérieurs pour qui « il faut toujours avoir l’air occupé » [1953, p. 81]. Mais une fois de plus, même si Roy nous décrit des formes de zèle assimilables à celles des salariés de Global, « ses » ouvriers restent dans une optique de résistance face au système, alors que ceux de Global se distinguent par leur proximité au patron.

32En définitive, nés par l’institution qu’est l’entreprise Global, les intérêts de ces ouvriers se confondent alors avec ceux du patron, par un processus d’investissement et d’assujettissement progressif, par un ensemble de procédés matériels, sociaux et culturels, dont les caractéristiques les plus évidentes tiennent du paternalisme industriel souvent classique. Mais cet assujettissement comprend intrinsèquement un sentiment d’appartenance, d’identification et de valorisation sociales de l’ouvrier qui, des décennies plus tard, aura un impact déterminant au moment de la fermeture de l’usine.

Brukman : des ouvrières de valeurs

L’école, l’atelier, l’apprentissage du métier

  • 4 C’est pourquoi je privilégierai l’usage du féminin en parlant du groupe, malgré la présence réduit (...)

33Brukman est une entreprise de textile qui date des années 1950. Ce secteur d’activité en Argentine est cependant bien plus ancien. Selon l’historienne Mirta Lobato, le secteur qui apparaît au xixe siècle, se développe véritablement dans les années 1930, au moment où le pays adopte la politique de substitution des importations. Dès le début du siècle, les femmes sont majoritaires dans le textile, qui quant à lui, concentrera jusqu’aux années 1960 la majeure partie du salariat féminin. À partir de là, l’emploi féminin va fortement se tertiariser, détrônant peu à peu l’hégémonie du secteur industriel [Lobato, 2007]. Le textile restera un secteur toutefois important, du moins largement dominé par les femmes, comme en témoigne l’usine Brukman4.

Des populations immigrées, faiblement scolarisées

34À la vue des différences du produit réalisé – dans le premier cas, des ballons de baudruche et dans le second, des costumes pour hommes –, les similitudes sociologiques et anthropologiques entre les populations de Global et Brukman semblent a priori difficilement envisageables. La nature du produit, les compétences et la portée sociale qu’il suppose, impliquent une série de distinctions structurelles importantes, tant dans l’activité et son organisation que dans l’accès à l’emploi, et plus globalement au métier en lui-même. Pour mieux appréhender les différences entre ces deux populations ainsi que pour faire ressortir leurs points communs, attardons-nous sur les trajectoires des ouvrières de Brukman.

  • 5 On trouve effectivement quelques individus venus lors de la dernière grande vague d’immigration eu (...)

35L’un des premiers points communs qui puisse exister dans la carrière de ces deux populations est sans doute leur origine rurale et/ou immigrée. En effet, tout comme à Global, la plupart des ouvrières de Brukman ne sont pas originaires de la capitale et proviennent également des provinces septentrionales du pays (Corrientes, Chaco, Formosa, Salta, etc.) ou des pays contigus à l’Argentine (Paraguay, Pérou et Bolivie). Certaines sont même originaires d’Europe5. Compte tenu de la nature de cette immigration, toute précaution requise par ailleurs, nous pouvons déjà supposer que, tout comme à Global, ces ouvrières n’auront pas accès aux sources d’identifications et de catégorisations ouvrières dominantes, souvent propres à la ville, à l’éthos ouvrier argentin signalé plus haut. Et au regard des trajectoires sociales individuelles de la plupart des ouvrières, peu d’entre elles proviennent du secteur industriel, comme cette ouvrière travaillant dans le textile depuis l’âge de dix-huit ans :

MQ – Tu es de Buenos Aires ?
B. – Non, de la province du Chaco.
M. – Ah, du Nord.
B. – Je suis née là-bas, mais j’ai grandi à Buenos Aires.
M. – Ah, tiens… à quel âge es-tu arrivée ici ?
B. – J’avais deux ans […].
M. – Et tes parents, de quoi ils travaillaient ? Ou de quoi ils travaillent ?
B. – Eh… mon père à son époque était policier, c’est pour ça qu’on est venu de là-bas, parce qu’on l’a muté, de la police de la province. Inédit, non ? (elle rit).
M. – Bien sûr…
B. – Et bon, on est parti vivre là-bas, dans la banlieue sud. On est une famille de quatre frères et sœurs.
M. – Ta mère, elle faisait quoi ?
B. – Femme au foyer, elle n’a jamais travaillé. Et mon père, bah, il a été policier jusqu’à mes douze ans plus ou moins. Pour des raisons qui arrivent parfois dans la vie, ils l’ont licencié.
M. – Dans la police ?
B. – Ils l’ont licencié. Parce qu’il allait… il avait une ascension trop rapide, tu vois ? Il avait une ascension trop rapide et cherchait des noises à tous, donc, bah, ils lui ont cherché des noises à lui. Et bon, il s’est retrouvé sans travail, mais sans attendre il en a retrouvé. À partir de là, le rythme à la maison a commencé à changer, mes frères ont commencé à travailler parce qu’ils ne voulaient pas que ma mère travaille, tu vois ?

36L’autre grand point commun partagé avec les ouvriers de Global est la fin prématurée des études et l’arrivée sur le marché du travail. À partir de la fin du collège, parfois après une brève tentative au lycée, les ouvrières de Brukman intègrent rapidement le marché du travail. Mais là, de nouveau, il ne s’agit pas d’emplois formels et rémunérateurs, mais souvent de petits boulots, de services rendus la plupart du temps à des particuliers, à des tout petits entrepreneurs ou sous-traitants. Tout comme les ouvrières de Global orientées vers des emplois domestiques, les ouvrières de Brukman sont également cantonnées à un secteur sous-qualifié et féminisé : la confection. À Brukman comme à Global, compte tenu du peu de capital culturel et de capital social de ces populations, l’accès à l’emploi se restreint à l’entourage proche, à la famille, dans la mesure du possible au quartier. Toutefois, il semble que les ouvrières de Brukman vivent dans une précarité plus mesurée que celle des ouvrières et ouvriers de Global : l’accès au premier emploi est parfois justifié pour des raisons en apparence moins urgentes. Pour certains, il s’agit plus d’une désaffection à l’égard de l’école, justifiant alors une occupation salariale, imposée par leurs parents ou par désir personnel d’indépendance économique. L’ouvrière suivante est un exemple assez illustrant en ce sens :

MQ – Tu as commencé à travailler tôt, dix-huit ans, tu m’as dit. Pourquoi as-tu commencé à travailler ?
- Mes parents étaient séparés. Mon père voulait que j’étudie, il m’a même envoyée dans un collège privé, j’ai fait mon CBC [terminale] là-bas, mais je… je n’arrivais pas, je m’inscrivais aux matières qui me manquaient, tu vois, quand j’ai vu qu’il m’en manquait dix, je lui ai dit à mon père : « écoute, je ne vais pas continuer à étudier, je finis l’année, mais je ne vais pas continuer à étudier. » Mon père a souffert de ça, parce qu’il voulait que j’étudie […] donc mon père me dit : « bon, j’en suis désolé, c’est dommage que tu ne suives pas les études, je vais continuer à me sacrifier pour que tu continues d’étudier », et je lui ai dit : « papa, je ne vais pas y arriver », donc je lui dis : « pourquoi je vais te faire gaspiller ? », donc il m’a dit « OK ». Quelques jours plus tard, il me dit « bon, tu vas devoir commencer. » « Parce que – il me dit - je ne peux pas te donner les plaisirs de toutes les ados qui veulent toujours s’acheter quelque chose. » Tu vois ? Et bon, il y avait une voisine qui me disait « je travaille dans un atelier de couture », « Abi, je t’emmène travailler avec nous ».
J’ai commencé dans le quartier de San Miguel, où je vivais… le bruit court qu’on a besoin de quelqu’un dans ce coin-là, et bon, donc j’ai parlé à mon père et ma belle-mère et ils m’ont prise… Je n’avais pas encore dix-huit ans…

37Toutefois, l’arrivée sur le marché du travail ne signifie pas l’arrêt de toute formation. Tout en étant sorties de la principale institution d’enseignement, ces ouvrières commencent en réalité à apprendre un métier au moment où elles quittent l’école pour le monde du travail. Jeunes, ne possédant souvent que quelques connaissances approximatives de couture, quand elles ne sont pas totalement inexpérimentées, elles sont prises en charge par leurs employeurs. Progressivement, ces derniers vont les former aux différents savoirs et compétences de la couture.

Les voisins, les ateliers : premiers pas en couture

38Précisons la nature et les lieux de ces premières embauches dans la confection : il s’agit souvent de petits ateliers, réduits parfois à quelques machines à coudre dans le salon d’une maison. Les personnes qui prennent sous leurs ailes ces adolescentes sont souvent elles-mêmes des indépendantes, c’est-à-dire qu’elles sont à la fois leur propre patron et leur seul employé. Les futures ouvrières de Brukman deviennent alors des assistantes, à la suite d’un « contrat d’apprentissage » informel, représentant pourtant assez bien la nature de ces premières embauches. Leur voisine ou un proche parent est souvent à l’origine de cette initiation : soit en les mettant en contact avec l’un de ces petits employeurs, soit en les formant eux-mêmes progressivement au métier de la couture, au sens artisanal du terme. L’extrait suivant est assez révélateur en ce sens, dans la mesure où cette ouvrière nous décrit assez précisément tant son arrivée dans le métier que les différentes étapes de sa formation :

MQ – Tu savais coudre ?
Abi – Je savais quelques trucs, oui, mais à la maison j’avais appris à coudre des trucs avec la machine de ma belle-mère, là j’avais appris quelque chose, tu vois ? Parce que mes parents… mon père travaillait et ma belle-mère aussi, moi je restais les samedis comme ça, tu vois ? Jusqu’à ce qu’ils reviennent du travail, parce que le matin, j’allais à l’école et quand je revenais de l’école, elle était déjà là donc moi… Donc, j’avais appris un peu à la manier, et quand j’ai connu cette fille [celle qui lui propose de travailler], j’avais quinze ans et j’ai commencé à travailler dans cet atelier, dans une lingerie. […] J’ai travaillé un temps, j’ai appris et étudié. Après, une voisine du quartier qui arrivait du centre (de la capitale) m’a donné quelques trucs de couture elle m’a montré comment travailler, à coudre des chemises, les cols de chemise, des parties de la chemise. Bon, après j’ai trouvé dans un autre atelier, et je suis restée là-bas. C’était un peu difficile, car je devais me balader avec le sac de travail, tu vois ? Et c’était dangereux, t’imagines, j’emportais les chemises, les pyjamas de qualité et donc tout ça, c’est aussi délicat. Bon, par la suite, une autre voisine me recommande pour une autre usine de la capitale, mais là, j’avais dix-sept ans.

39À partir de quelques bases apprises au sein de sa famille, sa formation en tant que couturière se constitue par la suite au hasard des rencontres, tantôt dans les ateliers, tantôt dans des réseaux plus proches, comme c’est le cas avec sa voisine. Cette dernière semble avoir été à l’origine non seulement des bases essentielles de son apprentissage mais encore de ses premiers débouchés professionnels. Il s’agit d’ailleurs d’un point marquant de la plupart des trajectoires sociales de Brukman : compte tenu de l’informalité des savoirs de cette jeune fille (elle n’a pas de diplôme officiel) et de l’impossibilité financière de se mettre à son compte, sa seule source d’emploi tient à son capital social, très circonscrit par ailleurs puisqu’il s’appuie presque exclusivement sur des relations de voisinage. Mais celui-ci, même réduit, fonctionne assez bien : elle passe progressivement tous les échelons d’apprentissage. Elle acquiert aussi et surtout une certaine respectabilité. Car comme elle nous le signale à plusieurs reprises, à chaque changement d’employeurs, elle est recommandée par telle ou telle personne. Loin de n’être qu’un point anecdotique, tant dans son récit que dans sa trajectoire sociale, cette chaîne de recommandations est un trait commun à une majorité d’ouvrières de Brukman : elle affiche clairement une certaine fierté de son statut et de sa réputation, qui se rapproche à bien des égards du zèle du personnel de Global de la même époque. Respectabilité, formation et taille des établissements dans lesquels elle travaille semblent se compléter :

– Donc j’ai commencé comme ça et j’ai eu un boulot dans une usine de lingerie. J’ai travaillé un an et demi et de fil en aiguille, et tu vois, par expérience, tu te mets à bavarder avec les gens et une fille te dit : « Non, viens à Aldana, là-bas c’est une boutique de tailleur, ils vont te prendre comme apprentie, mais tu sais déjà manier la machine et tu vas réussir ». Et là-bas j’ai travaillé huit ans, j’ai commencé comme apprentie et je suis partie comme qualifiée… Parce que j’ai toujours été assez rapide avec les machines, avec les mains…

40Habileté, compétences liées à un produit et aux savoirs d’une machine, apprentissage des petits ateliers et fierté de son statut : le profil de cette ouvrière, représentatif des ouvrières de Brukman, ressemble peu à peu à celui du petit artisan anglais si bien décrit par Thompson [1988]. Au moyen de cette formation et de ce premier contact auprès de ces tâcherons, mi-chef/mi-salarié, parfois précaires et dépendants d’entrepreneurs plus grands [Mottez, 1966], elles acquièrent une vision très individualisée du monde du travail et de la confection, mettant l’accent sur l’importance du rendement et sur la fierté de « s’en sortir seule », ne dépendant que de leur discipline personnelle et de leur courage à la tâche. Bref, rendement élevé, discipline de travail et rétribution économique sont au fondement de la constitution d’un monde social particulier, faits d’individualisme et de morale, reflet d’un monde de travail originel, confiné et souvent contraignant [Mottez, ibidem].

41Une fois que les ouvrières possèdent un peu d’expérience et s’estiment suffisamment formées, elles s’émancipent de l’atelier et suivent alors différentes trajectoires professionnelles. Si elles s’appuient sur un capital social toujours assez restreint celui-ci s’est cependant élargi grâce aux contacts pris au cours des différentes expériences de travail et de formation. À partir de là il est déjà plus complexe de généraliser les trajectoires sociales des ouvrières : en fonction de leur âge, de leur localisation de travail et surtout de leur situation matrimoniale et familiale, elles ne vont pas forcément connaître les mêmes expériences de travail au même moment, même si, comme nous le verrons par la suite, elles connaîtront fréquemment les mêmes employeurs.

L’arrivée progressive sur le marché du travail

Le travail à domicile

  • 6 Schweitzer [2002] nous rappelle que le travail à domicile a rarement connu en France, ou du moins (...)

42Par conséquent, il n’existe pas de trajectoire type : certaines continuent pendant longtemps de naviguer entre différents ateliers d’un même secteur ; d’autres, comme nous le verrons par la suite, se retrouvent rapidement en usine ; d’autres enfin choisissent de travailler à domicile. Celui-ci consiste pour un employeur, à sous-traiter une partie de sa production à des travailleurs produisant directement chez eux. Pratique très ancienne, elle renvoie généralement à des systèmes préindustriels [Mottez, 1966] et concerne principalement la confection et le travail féminin, en Argentine [Lobato, 2007] comme en France [Guilbert, 1957 ; Fourcault, 1982]. Du point de vue de l’employeur, le travail à domicile est très rentable, et ce pour plusieurs raisons : il est la plupart du temps non déclaré ; il évite la prise en charge de nombreux frais comme les transports ou la nourriture ; il exclut tout conflit et problème de droits du travail ; il permet d’ajuster sa production en période de forte demande ; enfin parce que, comme nous le verrons plus tard, les ouvrières travaillant à domicile ont tendance à avoir une productivité beaucoup plus élevée que les ouvrières de l’usine6. Mais pour les ouvrières aussi, le travail à domicile a ses « avantages ». Cette ouvrière nous explique les raisons pour lesquelles, au début des années 1980, elle fait le choix de rester chez elle à travailler :

– C’est pour ça que j’ai arrêté de travailler aussi, parce que déjà… je m’étais déjà mariée. Le moment était venu qu’on m’entretienne (elle rit). Est arrivé Santiago (son fils) et il a commencé à…, c’est-à-dire que sa naissance te prend beaucoup de temps… ça m’a pris beaucoup de temps, beaucoup d’apprentissages de maman, beaucoup d’apprentissages de choses nouvelles, pas vrai ? Commencer à vivre de nouvelles choses avec lui. Donc, j’ai profité de ses quatre premières années. Après j’ai dit : « Non, il n’est pas possible que je continue à dépendre de cet homme (en parlant de son mari), je veux mon salaire ». Je suis partie travailler de nouveau. J’ai trouvé dans un atelier, on y faisait des vestes de cuir. Au début, ça a été difficile pour moi parce qu’il s’agissait de ne pas détacher, même si à Alpargata (une autre usine), on m’a appris à travailler, à ne pas détacher parce que c’était une perte de temps. Ou tu fais bien le travail ou tu ne le fais pas. Et bon, ça a été pour moi. J’ai travaillé dans les vestes en cuir pendant une saison. Ça serait maintenant au mois de mai, et ça terminerait au mois d’août, non ? Durant deux ans consécutifs, j’ai travaillé pendant la saison. Après le collège de Santiago commençait. Même si j’avais perdu la rentrée en maternelle, je ne voulais pas perdre le collège, qui était essentiel, l’école. C’est pourquoi j’ai trouvé du travail chez moi. J’ai travaillé jusqu’à… son entrée en sixième j’ai travaillé chez moi. Mais j’ai toujours été indépendante du salaire de mon mari.

  • 7 Nous n’avons malheureusement pas plus d’informations biographiques à notre portée afin de comprend (...)

43Avant d’aborder la question du travail à domicile, ouvrons une courte parenthèse sur le début de cet extrait d’entretien : elle précise qu’au moment de son mariage et de la naissance de son premier enfant, alors qu’elle travaillait déjà depuis quelques années, elle abandonne son emploi afin qu’on « l’entretienne », et surtout, qu’elle s’occupe de son enfant. Nous avons affaire ici à une pratique récurrente dans les milieux populaires non seulement argentins, mais en général, à savoir l’interruption – momentanée – de la carrière professionnelle afin de se dédier à son « rôle » d’épouse et de mère. De nombreuses ouvrières de Brukman se trouveront dans ce cas de figure, certaines n’ayant même jamais travaillé. Dans le cas présent, il est intéressant d’observer que cette femme tient beaucoup à sauvegarder l’indépendance économique qu’elle a acquise depuis son adolescence, ce qui fait d’ailleurs d’elle un cas un peu particulier, non pas dans l’attachement à cette indépendance économique, mais dans sa précocité7. Pour autant, elle ne déroge pas au « rôle » sexué qu’elle est censée assumer. Le travail à domicile est donc un « bon » entre-deux puisqu’il lui permet d’être à la maison, de s’occuper de son enfant, tout en continuant à jouir d’une rémunération individuelle. Nous touchons là, un autre point fondamental dans la socialisation au travail de ces ouvrières. Malgré la singularité de sa personnalité, cette ouvrière représente assez bien le rapport au travail dominant qui anime l’ensemble de ce collectif d’ouvrières : le salaire personnel. Insistons sur l’épithète « personnel », car il ne s’agit pas simplement d’un rapport salarié classique de vente de sa force de travail ; en effet, en plus d’une certaine fierté artisanale du métier, ces ouvrières cultivent un profond orgueil vis-à-vis de l’argent qu’elles gagnent. Elles possèdent toutes une même caractéristique culturelle répandue souvent chez les travailleurs indépendants, constaté depuis longtemps en France [Mottez, 1966], mais aussi avec beaucoup d’acuité chez les ouvriers états-uniens [Lamont, 2002] : celle d’une fierté ostensible de l’argent gagné de façon honnête et sans intermédiaires ni hiérarchie. Elles sont souvent leurs propres « patronnes », leurs « propres chefs » et leur rémunération répond à une forte contrainte individuelle de discipline qu’elles s’imposent dans leur travail. Voici comment l’exprime une ouvrière de cette époque :

B. – Les époques sont différentes et quand j’étais célibataire, j’ai eu beaucoup de connaissances, de filles que j’ai connues, beaucoup de mariages… dans lesquels… ça m’a servi aussi beaucoup pour cette indépendance que j’ai aujourd’hui, le fait d’observer, de voir, d’apprendre au jour le jour, ça t’amène à être indépendant. Ça c’est la différence que je peux t’expliquer aujourd’hui. Attention, je l’inculque aussi à mon fils, parce que comme ça il est totalement indépendant, ou libre, la liberté, c’est pas vrai ? La liberté, ce n’est pas sortir dans la rue et te mettre, je ne sais pas, parce quelqu’un t’a mis sur un plan et t’a dit : « Viens, on y va », et tu y vas. Ou sortir dans la rue et dire « J’ai besoin d’argent, je vais voler » ça, c’est pas la liberté. La liberté c’est gagner sa croûte, au niveau économique, dans la vie, en respectant chaque règle.

44Leur rapport souvent direct avec « leur client » et la rémunération permise par l’informalité de leur situation professionnelle contribuent à cette vision de soi et à sa valorisation. D’ailleurs, à l’instar des salariés de Global, même si le cadre est foncièrement différent par l’absence de politiques paternalistes, rétribution symbolique – le zèle – et rémunération économique se nourrissent réciproquement dans le rapport que ces salariées entretiennent à leur emploi.

45Mais évitons toute typologie hâtive qui ne correspondrait pas à la réalité professionnelle de ces ouvrières des années 1960 à 1980 : à cette époque, il est très rare que les ouvrières aient une seule source de revenus ou un unique employeur. Comme l’illustre très bien cet extrait d’entretien, les ouvrières de la confection dépendent aussi beaucoup des saisons. La quantité et la nature des travaux vont donc parfois être assez fluctuantes, poussant ces femmes à être dans une logique d’opportunités, c’est-à-dire à être en permanence à l’affût de demande de travail. Avec le temps, elles se familiarisent avec les dynamiques des saisons et connaissent déjà une plus grande régularité dans leurs commandes. Mais lors des premières années de travail, parfois même au-delà, il est question de mobiliser différentes sources d’emploi ; par conséquent, les ouvrières travaillent rarement dans un seul secteur du marché et tendent à « jongler » entre l’atelier, l’usine et le travail à domicile. Après quelques mois, voire quelques années, les ouvrières abandonnent progressivement l’atelier et délaissent en grande partie le travail à domicile. L’usine devient alors leur principale source d’emploi et de rémunération. Néanmoins, le travail à domicile reviendra par la suite, en réponse aux dégradations progressives des conditions de rémunération, accompagnant indéniablement à partir des années 1990 une vague de précarisation du monde ouvrier, au premier chef des ouvrières.

L’usine

46L’usine est rarement, comme nous l’avons vu, le premier espace de travail des ouvrières de Brukman. Cette arrivée différée s’explique simplement par l’absence d’interfaces directes avec le monde industriel portègne : provenant de familles à la fois immigrées et non ouvrières, rares sont les couturières de l’usine à avoir un accès simple et rapide à l’une des usines de la capitale ou de sa banlieue. À cela s’ajoute un problème pratique : elles vivent généralement dans des villes assez reculées de la périphérie de Buenos Aires ; dès lors le voyage à la capitale est souvent synonyme de danger, compte tenu de leur jeune âge et de leur sexe.

47Il n’empêche qu’après quelques années à tourner dans les ateliers et à travailler à domicile, aux alentours de leur majorité et parfois pour des raisons matrimoniales, elles se rapprochent progressivement de la vie en usine. Abi faisait rapidement allusion à ce processus : face à une augmentation progressive – parfois soudaine – des besoins quotidiens, mais aussi à grâce à des compétences et à une régularité acquises au fil des ans, elles aspirent à de meilleures conditions de travail et surtout à de meilleures rémunérations que celles obtenues jusqu’à présent. Elles y découvrent alors certains droits comme le remboursement des transports en commun ou d’une partie des frais de repas. Leur plus grande découverte reste toutefois la différence de productivité qui caractérise le travail à domicile par rapport à l’usine. Elles sont en effet surprises de la lenteur des cadences, contrastant énormément avec celles qu’elles pouvaient s’imposer lorsqu’elles travaillaient chez elles. L’ouvrière suivante nous en donne une très bonne illustration :

- Mais bon, ça allait. Je ne pouvais pas me plaindre. Je ne me stressais pas sur la machine, parce que le travail que je faisais était assez facile et rapide. Donc, je ne l’appelais pas (la contremaître).
MQ – Oui, parce que toi, pour elle, tu étais déjà habituée à cette tâche, au même travail que tu faisais chez toi, non ?
- Exact, avoir ce rythme… c’est même plus, je crois que je m’auto-exploitais [quand elle travaillait chez elle], pour le salaire que j’avais, aujourd’hui tu te rends compte que c’était moi qui m’auto-exploitais. Je me levais à cinq heures du matin et à sept heures du soir, j’étais encore sur les machines. C’était incohérent, tu vois ? Et tout en m’occupant du gosse, en faisant les choses parce qu’en étant là-bas (chez elle) une heure et demie, deux heures, tu mets le lave-linge en route, tu t’occupes du linge, tu t’assois, c’est déjà midi moins le quart, aïe, « je dois aller chercher Santiago », je m’en vais, je récupère Santiago, je lui donne à manger… j’étais un vrai robot.
MQ – Un rythme incroyable.
- Donc, après quand je suis arrivée ici, je n’ai pas senti qu’on m’exploitait. Parce que chez moi (c’était) le travail, plus la maison, plus le gosse.
MQ – Bien sûr.
- Et je me disais : « Le salaire n’est pas mal pour ce que je fais ici ». Donc, je mettais tout en relation. C’était plus intéressant que je reste ici […].

48Cet extrait d’entretien nous révèle une auto-exploitation non seulement salariale, mais aussi domestique du fait de la division sexuelle du travail. Comme cette ouvrière l’exprime si bien, à la production à réaliser pour un client extérieur, s’ajoutaient les tâches domestiques qu’elle distingue par ailleurs de l’éducation de son fils. Autrement dit, le travail féminin à domicile, par le simple fait de se localiser « à la maison », cumulait différentes contraintes voire dominations, propres à sa condition de femme et d’ouvrière. Pourtant, cette femme est celle qui précédemment avait « voulu » travailler à domicile, afin de profiter de son enfant tout en conservant une certaine indépendance économique. Or à son arrivée à l’usine est à plus d’un point « libératrice ».

49Cette différence de productivité va avoir une incidence très forte sur la conception que se font ces ouvrières d’elles-mêmes : étrangères au monde ouvrier ; originaires d’une ville, d’une province ou d’un pays qui n’est pas le leur ; mais surtout formées dans des ateliers ou chez des marchandeurs où le montant du salaire dépendait du rendement individuel, elles se retrouvent dans un univers qui se révèle à la fois moins pénible et qui les valorise plus, notamment au niveau économique. Dans le monde ouvrier, la confection est peut-être ce qui répond le moins aux canons dominants de la culture ouvrière : à la différence de grands secteurs industriels (automobile, métallurgie ou sidérurgie) historiquement connus pour leur solidarité et leur combativité contre la direction (freinage, grève, syndicats puissants), le textile a rarement connu de pareilles interactions ou logiques collectives et de classe [Gadrey, 1992]. La composition sociale du monde de la confection n’est pas anodine en ce sens : constituées majoritairement de femmes, jeunes et immigrées, les usines textiles profitent du personnel souvent les plus soumis aux cadences et aux logiques des patrons. De nouveau, les trajectoires sociales et professionnelles des ouvrières de Brukman confirment cet état de fait : toutes ou presque vont adhérer au projet patronal. Pour de jeunes femmes en quête d’ascension sociale, l’usine répond parfaitement aux attentes qui les caractérisent alors : elle leur offre à la fois des avancées non négligeables en termes de conditions de travail et de salaire, mais elle les valorise aussi, leur donne les fondements symboliques d’une existence sociale en construction. Elles s’acclimatent parfaitement à l’usine et à son fonctionnement : étrangères aux logiques de camaraderie et d’entraide, elles s’inscrivent au contraire dans celles du patron, de la productivité et du rendement individuel, très proches des ouvrières du nord décrites par Gadrey [ibid.]. Au fil du temps, même si elles n’acquièrent pas toutes de grandes compétences techniques, une majorité d’entre elles devient une référence pour les patrons qui, par l’intermédiaire de politiques de rémunérations concurrentielles, mais rentables en termes de productivité, leur confèrent une vraie place d’élite dans la ou les usines dans lesquelles elles travaillent. Ce qui n’est pas sans créer de différends. Ainsi, dans l’extrait suivant, Magda nous fait part des convoitises provoquées par leur conduite, et ce même auprès de leur hiérarchie :

MQ – [Tu étais] très travailleuse…
- Exact, et beaucoup de production. Je gagnais beaucoup en production. Le truc c’est qu’après, je me suis rendu compte qu’il y avait un problème avec les responsables. Les contremaîtres avaient un salaire « full time ». Donc, nous on restait à faire des heures supplémentaires, on était payé en heures sup, mais pas elles. Donc, c’est là que le problème a commencé. Elles ont commencé à nous trouver des fautes et elles, elles allaient directement en haut (dans les bureaux des patrons). Moi, je parlais avec les gens d’en haut pour en discuter. Mais non, les contremaîtres continuaient à se plaindre, à cause de leur temps plein, et du fait qu’elles devaient venir le samedi.
- Et elles gagnaient la même chose ?
- Pareil, et nous non. Mais moi quand je m’en rends compte (il est déjà trop tard, et elle se fait licencier à cause des contremaîtres) […], mais l’un des patrons nous aimait bien et venait souvent nous voir. Et donc le boss me dit : Magda, ne t’inquiète pas. Je vais bien te payer. Et bon, quand je me suis rendu compte de ce que c’était (en parlant des frais d’indemnisation) je me suis dit : « uh ! ! ! » (en poussant un cri d’extase), mais jusqu’à tant que je m’en aperçoive, j’ai énormément souffert ! Parce que j’avais deux filles petites, j’étais séparée, donc c’était une inquiétude, mais quand je m’en suis rendu compte, je me suis dit : « c’est pas mal ». Un peu plus tard, je me prends quinze jours de vacances, pas plus, je cherche du travail et je pars bosser. Et… là où je pars travailler, comme j’étais assez spécialisée sur cette machine – il n’y a pas à ce moment de gens spécialisés sur cette machine – donc, ils avaient acheté dans une entreprise l’une de ces machines, mais personne ne savait la manier. Je lis les petites annonces, j’y vais, je me présente et ils me disent oui. Imagine que je touche un dollar ici quand ils me virent, là-bas cinq dollars l’heure ils me payaient ! Donc, je me disais qu’il y avait une sacrée différence : je me suis dit : « qu’est-ce je foutais là-bas ? Qu’est-ce que je perdais ? » Mais à partir de là, ça a commencé à dégringoler pas mal… 87, 88, 89… tous les jours, ça augmentait (l’inflation)…

50Comme le montre cet extrait d’entretien, la concurrence est parfois dure avec ces ouvrières, tant leur productivité et leur régularité sont leurs marques de fabrication. De manière assez similaire qu’à Global, les ouvrières de Brukman, du moins celles qui deviendront les membres de la coopérative du 18 décembre, sont proches des patrons et n’entretiennent aucune forme de contestation aux logiques productivistes qui leur sont imposées. Au contraire, elles y adhèrent avec conviction, car il s’agit de leur principale source de rémunération au service de projets de vie précis et ambitieux, mais aussi parce qu’elles trouvent là leur principale source d’identification et de valorisation en termes d’existence sociale. Elles sont les meilleures, justifiées par leurs salaires individualisés et confortées par une confiance ostensiblement affichée par leur patron (compliments, etc.), mais aussi dans les faits par une stabilité d’emploi. D’ailleurs, un fait a posteriori confirmera leur appartenance particulière à l’usine : elles seront les seules, malgré les vagues de licenciements des années 1990, à ne jamais être mises à la porte jusqu’à l’abandon de l’usine en 2001.

Des expériences de lutte éparses

51Dans une époque particulière pour l’Amérique latine, marquée par une certaine effervescence politique et sociale, des ouvrières de Brukman connaissent au cours de la période 1960-1980 des luttes sociales qui, bien qu’elles ne concernent qu’un nombre infime d’entre elles, auront une conséquence cruciale sur leur propre socialisation professionnelle, mais aussi au moment de l’occupation de l’usine. L’exemple d’une ouvrière chilienne est assez probant. Celle-ci est aujourd’hui âgée d’une cinquantaine d’années. Lorsqu’elle arrive sur le marché du travail, à la fin des années 1960, elle n’a que quatorze ans. Elle est serveuse dans un restaurant-cafétéria du centre de Santiago du Chili. Le pays est alors fortement agité par les élections présidentielles qui amèneront le socialiste Salvador Allende au pouvoir en 1970. Elle garde un souvenir très fort de cette époque :

Delia – Je n’étais pas affiliée à un parti, mais j’étais une très grande sympathisante de la politique d’Allende. Comme je te disais avant, j’allais à toutes les manifs qui se faisaient dans le centre, comme je travaillais (aussi) dans le centre, je sortais donc à quatre heures et il y avait une manif et …
MQ – Qui passait
D. – Juste à côté, immédiatement.
César (son mari) – On ne savait pas sur quoi était la manif, mais on y allait quand même
D. – On savait juste que la manif était pour Allende. Et bon, j’allais à tout ça, aux manifs, et donc j’y allais et ensuite je papotais avec les camarades qui allaient là-bas (et je leur demandais) : « Pourquoi vous faites cette manif ? » et bon bah, la manif c’était pour réclamer de meilleurs salaires, pour ceci, pour cela

52L’effervescence du pays s’invite dans son restaurant : l’agitation et la politique y sont de mises, non pas tant du côté des salariés, mais plutôt du côté clients : le restaurant semble être un lieu de rassemblement d’intellectuels et d’hommes de gauche. Elle nous explique alors que l’interaction prolongée auprès de cette population, associée à l’agitation quotidienne des rues, a eu incontestablement une incidence sur sa vision de la politique, favorisant l’acquisition de certaines compétences politiques :

Delia – Relations publiques avec beaucoup de personnes de toutes les conditions sociales, des journalistes, des avocats…
MQ – Avec les clients.
D. – Avec les clients, bien sûr. Des journalistes, des avocats, des animateurs de radio.
MQ – Beaucoup de monde y allait ?
D. – Ils passaient rapidement, ils sortaient du bureau, situé dans le centre, ils mangeaient un sandwich ou un plat du jour, tu comprends ?
MQ – C’était dans le centre ?
D. – Dans le centre de Santiago.
D. – Et donc, on a aussi connu des inspecteurs du travail et ils te disaient « bon, les filles, on vous laisse notre carte et si quoi que ce soit arrive, on est à votre disposition ». Donc, on a gardé les cartes et quand ils nous ont licenciés, que le type ne voulait pas nous payer (les indemnités de licenciement), on a appelé l’avocat et on est allé à l’inspection du travail. Même pas sous quarante-huit heures, ils nous ont versé 100 % des indemnités.

53Cette dernière anecdote est assez significative non seulement de l’ambiance et de la conjoncture politique de l’époque, mais aussi des « conditions de félicité » de l’interaction entre gens de savoir et classes populaires. En ce sens, cet exemple confirme l’idée de Schwartz selon laquelle les emplois de service décloisonnent les classes populaires [1998], et qu’en l’occurrence, ils permettent certaines formes de politisation. Cependant, il faut éviter toute forme de généralisation hâtive et prendre en compte deux premiers éléments très discriminants en ce sens : la centralité géographique du lieu de politisation (en l’occurrence ici le café en plein Santiago) ; ensuite, une conjoncture politique exceptionnelle qui facilite les interactions et encourage les dispositions à l’acquisition de compétences politiques. Car, dernier élément qui explique cet intérêt particulier pour la politique de cette ouvrière chilienne : son père est un militant très actif de la droite chilienne. Il est donc probable qu’elle ait connu, depuis son enfance, un environnement familial propice à l’intérêt pour la chose publique. Mais pour des raisons inconnues, cette ouvrière est alors en grave conflit avec son père. En pleine adolescence (rappelons qu’elle a alors quatorze ans), il est donc vraisemblable qu’en plus d’une certaine sensibilité pour l’intérêt politique, cette attirance pour la gauche et l’agitation soit le reflet d’un certain malaise plus personnel et plus familial qui, à terme, est devenu un vrai composant idéologique de sa personnalité, ainsi qu’une vraie source d’identification sociale.

54Les expériences de lutte, déjà très rares parmi le collectif de Brukman, sont plus rares encore lorsqu’il s’agit de lutte dans le cadre professionnel. En ces temps d’agitation politique, la confection est un secteur peu touché par les mobilisations politiques. Ces dernières concernent d’autres secteurs industriels, mais elles se développent surtout dans les campus de la capitale ou des environs. Ainsi, le mari de cette ouvrière chilienne, originaire d’un quartier en plein cœur de Buenos Aires, a participé à certains combats politiques lorsqu’il était étudiant dans son lycée professionnel :

César – Au lycée, quand j’étudiais en 1971, j’étudiais dans une école technique là-bas en banlieue, et c’est là-bas que j’ai commencé, disons qu’on a commencé à manifester, à aller aux manifs contre le gouvernement militaire du général Lanusse… disons, l’une c’était pour l’abonnement étudiant (dans les transports), que ça aussi, ça a été une conquête qu’il fallait avoir, mais qui n’a jamais pu se faire… mais aussi pour le sujet éducatif, n’est-ce pas ? Pour le budget des écoles publiques et autres… car à chaque fois, elles se dégradaient de plus en plus, non ? Et bon, on se rassemblait, nous les étudiants de différents lycées, on allait aux manifs ; par la suite on faisait des occupations de… des occupations d’école pour protester, on se mobilisait, vraiment on arrivait bien à bouger et mobiliser les étudiants à cette époque-là.

55Une fois de plus, centralité géographique et conjoncture politique constituent deux éléments discriminants dans la propension à la politisation pour ces membres des classes populaires. Et cette prédisposition géosociologique et historique est sans cesse confirmée par d’autres salariés, profitant au même moment de premières expériences politiques : ils proviennent tous, de milieux urbains, évoluant dans des espaces prédisposés à la politique (universités, cafés, parfois logements sociaux), à une époque particulièrement favorable à l’agitation politique.

56Nous sommes alors légitimement en droit de nous demander s’il n’existe pas une contradiction entre cet ouvrier « rebelle » et le profil d’ouvriers zélés préalablement décrit et analysé. En réalité, ces cas extrêmement particuliers d’ouvriers « conscientisés » se caractérisent par une logique singulière qui dépasse cette apparente objection : c’est justement parce qu’ils estiment être de bons ouvriers, d’être donc dans leurs droits, qu’ils trouvent la légitimité politique de le défier. Par conséquent, ils ont complètement intériorisé la même vision d’abnégation au travail et de productivité que le reste du collectif ; plus encore, ils semblent la concevoir comme un sacerdoce héroïque de la condition ouvrière, donc qui les valorise, et qui légitime une opposition frontale au patron, à la moindre de ses manœuvres salariales en leur défaveur. Mais une fois de plus, la contextualisation et l’individualisation des parcours sont indispensables : il s’agit de trajectoires très particulières dans un contexte original d’agitations politiques qui connaîtront un arrêt net au moment des dictatures militaires survenues à partir des années 1970 dans le cône sud. De là et pendant longtemps, ces ouvriers politisés vont se faire discrets et se contenter, comme les autres, de maximiser leurs profits.

Conclusion

57La reconstitution de l’histoire respective des ouvrières de Global et de Brukman jusqu’au milieu des années 1980, permet de se rendre compte de deux éléments très significatifs sur la place du travail pour cette génération d’ouvriers d’origine immigrée. Arrivant souvent jeunes et démunis en capital social et scolaire, les individus de ces deux usines rencontreront peu d’obstacles pour s’insérer sur le marché du travail. Certes, il s’agit souvent dans un premier temps d’emplois peu rémunérés et sous-qualifiés, notamment pour l’usine Global. Mais au contraire de ce qui a été décrit en France, le monde industriel et ses logiques patronales ne sont pas du tout ressentis comme des univers hostiles ou déshumanisés, vécus dans la souffrance et l’ennui [Friedmann, 1956]. Les tâches sont pourtant très spécialisées et le travail peut sembler rébarbatif dans les deux cas. Mais s’arrêter aux seules conditions de production serait percevoir et analyser une situation tronquée, pour des situations de travail perçues en globalité par les personnes concernées. Et, en ce sens, à l’instar des populations ouvrières anglaises étudiées à la même époque [Goldthorpe et al., 1972], leur arrivée dans le salariat leur fournit de nombreux avantages qu’un possible ennui dans la tâche ne saurait perturber. Provenant d’univers souvent précaires, l’arrivée à l’usine est souvent synonyme d’avancées significatives – ayant du sens – en termes de conditions de vie, et de projet sur l’avenir, bref de sécurisation des trajectoires professionnelles et sociales.

58Mais, au-delà de ces explications sociologiques assez classiques, l’intérêt de ces trajectoires sociales, surtout pour la construction de l’objet qui nous intéresse – l’autogestion ouvrière –, est en définitive plus d’ordre anthropologique. Car parallèlement à la sécurisation matérielle proposée par ces emplois ouvriers, les salariés des deux entreprises concernées vont avoir accès au sein de ces espaces de travail à des attributs sociaux originaux, à des sources d’identification, de catégorisation, mais surtout de valorisations ouvrières nouvelles, au fondement de leur existence sociale. Attributs originaux et sources nouvelles dans la mesure où ce n’est pas la classe ou la condition ouvrière qui détermine le sentiment d’appartenance au travail et à l’entreprise, mais une relation salariale originale, faite de proximité au patron et à ses valeurs. Loin de les accepter par peur ou par « paresse », ils adhèrent à une logique et à un cadre qui leur offrent les conditions matérielles de projets pour l’avenir ; sur le plan économique, elle leur assure au quotidien des conditions d’existence décentes ; surtout, socialement et symboliquement elle leur offre une image d’ouvriers modèles, confortés à la fois par des sources de rémunérations individualisées et par des distinctions orales venant « d’en haut ».

59La crise qui surviendra à partir des années 1990 et s’accentuera à l’aube de l’an 2000 inquiétera certes ces ouvriers et ouvrières, sans qu’ils cèdent jamais à la panique. Ils ont une confiance absolue dans un système et un patron à l’origine de leur stabilisation sociale et économique, si ce n’est de leur prospérité individuelle. Ils ont surtout une confiance absolue en eux-mêmes et au lien qui les unit à l’entreprise, créant à la fois un puissant sentiment d’appartenance à leur travail et un sentiment d’invincibilité qui, au paroxysme de la crise dans les années 2000, sera à l’origine du rejet et de l’occupation.

Notes

1 Situation comparable à celle des ouvrières françaises du xxe siècle [Schweitzer, 2002] selon cet auteur, 40 % des ouvrières de la Seine au xxe siècle auraient été domestiques avant d’entrer à l’usine.

2 Même constat en France : ces jeunes femmes considèrent souvent ce travail comme « une voie de passage en attendant une mobilité sociale aidée par des économies » [Schweitzer, op. cit., p. 152].

3 Il s’agit de l’histoire des ouvriers interrogés. D’autres ont dû certainement travailler au sein de cette usine sans y faire l’ensemble de leur carrière professionnelle.

4 C’est pourquoi je privilégierai l’usage du féminin en parlant du groupe, malgré la présence réduite des hommes dans ce collectif.

5 On trouve effectivement quelques individus venus lors de la dernière grande vague d’immigration européenne, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Il s’agit par conséquent de personnel assez âgé au moment de l’enquête.

6 Schweitzer [2002] nous rappelle que le travail à domicile a rarement connu en France, ou du moins avec du retard, les différentes réformes sociales qu’a connues le monde du travail.

7 Nous n’avons malheureusement pas plus d’informations biographiques à notre portée afin de comprendre mieux les origines de cette indépendance économique chez cette ouvrière.

© Éditions de l’IHEAL, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable