Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Néolibéralisme et autogestion

 | 
Maxime Quijoux

Deuxième partie. Trajectoires sociales et parcours professionnels des ouvriers/es

Introduction à la deuxième partie

Texte intégral

  • 1 Pour une mise en perspective des enjeux de l’approche de l’histoire orale, voir également Bertaux (...)

1Dans un ouvrage consacré à une militante péroniste de la ville ouvrière de Bérisso, l’historien anglais Daniel James [2004] pointait les avantages et les inconvénients qu’imposaient l’histoire orale au chercheur, la mémoire des acteurs à la quête de vérité historique. Il insistait notamment sur la difficulté liée à la sélection ou à la réécriture subjective des événements historiques faite par les acteurs, l’histoire étant source d’identifications individuelles et collectives. Plus récemment, Nicolas Hatzfeld s’interrogeait aussi sur les apports réciproques entre histoire et ethnographie [2008]. Il faisait part entre autres des bénéfices que l’entretien apportait à la méthodologie classique de recherche historique, fonctionnant fondamentalement sur les archives et les documents officiels. Il expliquait que l’entretien et le récit historique permettaient de découvrir des interstices d’événements sociaux, insondables par la seule étude des archives. Par conséquent, l’histoire orale ne suffisait pas à elle-même ni n’avait vocation à remplacer les méthodologies classiques, mais elle représentait une nouvelle source historique à exploiter1.

2Cette deuxième partie est consacrée aux trajectoires sociales des ouvrières et ouvriers de Brukman et de la Nueva Esperanza. Loin des postures proprement historiographiques annoncées à l’instant, elle s’en approche toutefois dans l’esprit de ces deux auteurs, mais aussi dans les fragilités et les avantages énoncés. Réalisée exclusivement à partir de témoignages et de récits ouvriers, cette partie ne peut se revendiquer stricto sensu comme un travail historique. Bien que la plupart des faits semblent correspondre à des événements historiques avérés, il s’agit néanmoins avant tout de reconstitutions historiques personnelles ; autrement dit, il s’agit d’individus racontant eux-mêmes leur propre histoire. La véracité des faits est donc partielle, retraduite, certainement même arrangée, à de nombreux égards à l’avantage de mes interlocuteurs. Mais là où la narration personnelle de sa propre histoire semble compliquer la recherche de vérité historique, elle se révèle être une intarissable source d’explications anthropologiques et sociologiques. Les raisons d’être aujourd’hui, les ficelles de son existence sociale actuelle, prennent leur racine dans l’explication subjective de son histoire, de son passé. Sans écriture et réécriture de sa propre histoire, impossible de comprendre les raisons conscientes et inconscientes qui nous poussent à agir et à penser aujourd’hui. En l’occurrence, il est extrêmement difficile d’interpréter les mécanismes socioanthropologiques au fondement des récupérations d’usines, sans savoir comment ces mêmes acteurs se perçoivent et se racontent historiquement. La description personnelle de l’histoire de l’usine ou de son parcours professionnel permet d’évaluer et de repérer les valeurs et les représentations de soi, du monde professionnel et plus largement du monde social qui structurent l’univers de ces salariés. Elles offrent donc la possibilité d’obtenir non seulement certains faits explicatifs proches ou lointains des conduites actuelles, mais aussi d’appréhender les mécanismes culturels et sociaux qui fondent la socialisation au travail, d’hier et d’aujourd’hui. En définitive, tout autant que le passé factuel, le passé subjectif a valeur de matériau pour comprendre les raisons de penser et d’agir des individus. En l’occurrence, reconstituer les carrières professionnelles à partir des récits des ouvrières et ouvriers de Brukman et de la Nueva Esperanza, nous permet d’avoir les éléments essentiels pour analyser les raisons proches et lointaines de la récupération (Partie III), mais aussi de la mise en place de l’autogestion (Partie IV).

3Cette partie se divise en deux grands ensembles historiques : le premier concerne une période qui recouvre les années 1960 à la fin des années 1980, et le second des années 1990 à nos jours. Cette constitution en deux parties distinctes scindées par le début de la décennie des années 1990 semble assez évidente. Elle tient à deux variables principales : d’un côté, l’âge d’entrée sur le marché du travail ; et, de l’autre, la nature de l’emploi et des rémunérations. Cette dichotomie historique respecte deux générations de salariés correspondant à deux époques différentes. La première époque concerne une période où la plupart des salariés intégrant le marché du travail profitent de conditions relativement favorables en matière d’emploi et de salaires. Le travail remplit un rôle autant social que « moral », dans la mesure où il permet d’offrir des conditions d’ascension sociale à des populations fragiles, mais obstinées à « s’élever ». De façon presque caricaturale, la seconde époque semble être son parfait renversement : bien que des premières difficultés apparaissent discrètement à partir des années 1980, l’accès au marché du travail comme les qualités d’emploi et de salaire se transforment rapidement à partir des années 1990. Précarité et inactivité deviennent des menaces récurrentes pour l’ensemble de ces familles ouvrières pourtant persuadées, par leur valeur sociale et morale, d’être à l’abri de ce genre de troubles professionnels. Autour des années 2000, la situation s’aggrave inexorablement. Loin des origines presque mythiques de l’arrivée sur le marché du travail pour le personnel le plus ancien, c’est un sentiment à la fois d’anxiété et de déni de la réalité qui semble désormais frapper les ouvriers des usines Brukman et Global. La chute sociale qui se généralise dans le pays, semble invariablement les menacer, tant dans leurs conditions d’existence durement acquises que dans leur identité sociale.

4En résumé, cette partie est composée donc de trois ensembles : deux premiers sociohistoriques décrivant intégration (années 1960-1980) et désintégration (années 1990-2000) du monde ouvrier argentin ; enfin, dans un troisième ensemble, il sera question d’analyser précisément les raisons anthropologiques à la veille de la mobilisation pour la récupération de leur travail.

Notes

1 Pour une mise en perspective des enjeux de l’approche de l’histoire orale, voir également Bertaux [2005], Thompson [1980] ou Duclert [2002].

© Éditions de l’IHEAL, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540