Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Néolibéralisme et autogestion

 | 
Maxime Quijoux

Première partie. Genèse d’une enquête

Chapitre II. Le retour de l’autogestion dans le débat français

Texte intégral

1L’intérêt aigu suscité par l’autogestion argentine en France n’est pas seulement un corollaire de l’émergence de l’altermondialisme, au sein duquel l’Amérique latine fait figure de leader. Cette émulation hexagonale autour des usines récupérées d’Argentine s’explique aussi par une histoire intellectuelle qui est loin d’être étrangère aux réflexions et traditions autogestionnaires. À cet égard, nous rappelions pêle-mêle en introduction la variété des époques et des auteurs français qui, depuis le xixe siècle ont participé à la construction de l’autogestion comme instrument politique mais aussi comme objet scientifique. Une époque en particulier a placé l’autogestion au cœur de l’arène de la gauche française, celle des Trente Glorieuses. Embryonnaire au début de cette période, l’autogestion devient au lendemain de Mai 1968 un enjeu politique majeur : dans un contexte de Guerre froide, cette thématique cristallise les oppositions à gauche entre partisans du Parti Communiste et ceux – marxistes non léninistes et chrétiens anticapitalistes – qui s’élèvent contre les pratiques « staliniennes » et bureaucratiques de Moscou. Elle s’impose aussi comme un point d’achoppement au moment où socialistes et communistes construisent péniblement leur programme commun.

2Plus qu’une découverte, le phénomène argentin d’entreprises récupérées ressuscite donc en réalité une thématique ancienne disparue au milieu des années 1980 dans les limbes du chômage et de la précarisation. Durant près de trois décennies, l’autogestion a pourtant été au cœur d’une multitude de réflexions politiques, philosophiques et sociologiques qu’il faut nécessairement revisiter pour mettre en exergue les passerelles et spécificités avec l’expérience argentine.

3Ce chapitre se compose donc de deux parties : la première consiste à revenir sur les débats suscités par l’autogestion au cours des Trente Glorieuses : comment émergent-ils ? quels enjeux politiques et scientifiques soulèvent-ils ? quelles conséquences impliquent-ils sur la politique, le travail et la société française ? Cette mise en abyme nous permettra d’introduire dans une deuxième partie l’expérience argentine elle-même. Évoquée localement en introduction puis en transversale dans le premier chapitre, il sera question ici de contextualiser l’émergence de ce phénomène social. Les débats français abordés en amont mettront d’autant plus en lumière ses particularités, au premier chef les conditions historiques de sa production : l’avènement du néolibéralisme.

Une thématique ancienne, occultée par la crise

L’émergence du projet autogestionnaire en France comme objet politique

  • 1 L’utilisation du terme « autogestion » apparaît au début des années 1950, au moment où l’autogesti (...)

4L’autogestion est ancienne en France : coopératives, mutuelles, associations, etc. celle-ci constitue historiquement le cœur des pratiques de l’économie sociale [Draperi, 2007]. Vieil outil, son histoire politique reste néanmoins sinueuse, longtemps cantonnée à des expérimentations locales et disparates [Laville, 2007]. Celle-ci apparaît véritablement comme objet politique au lendemain de la seconde guerre mondiale. En ce début des Trente Glorieuses la thématique est alors le fait de quelques penseurs marxistes, farouchement critiques à l’égard du Parti communiste et de l’URSS. Réunis autour de la revue Socialisme ou Barbarie, Cornélius Castoriadis et Claude Lefort – pour ne citer qu’eux – s’élèvent en effet contre les dérives autoritaires et bureaucratiques de Moscou et de ses homologues français. La rédaction pourfend dans ses écrits le» capitalisme d’État » de l’Union Soviétique et lui oppose un marxisme débarrassé de ses réflexes léninistes [Chaulieu, 1955] ; « l’avant-garde » révolutionnaire aurait mué en nouvelle classe dominante, imposant des formes renouvelées d’exploitation [Lefort, 1958]. Pour eux, le Parti a vocation à diffuser les luttes des travailleurs afin de construire l’autonomie et la véritable démocratie ouvrière [Chaulieu, 1952]. Au même moment, certains pays de l’Est connaissent alors des épisodes marqués d’agitations politiques et sociales, caractérisées par des occupations d’usines et des conseils ouvriers sporadiques [Babeau, 1960]. Castoriadis et Lefort y voient la confirmation de leurs analyses : ces événements spontanés en terres soviétiques constituent des manifestations évidentes de la déchéance du stalinisme et des aspirations prolétariennes à l’autogestion [Corpet, 1978]. Aux côtés de ce marxisme de type conseilliste, d’autres intellectuels de gauche s’intéressent à certains phénomènes politiques agissant dans les républiques soviétiques européennes, et plus largement à la question autogestionnaire. Mais leur intérêt se porte moins vers ces expériences éphémères que vers l’autogestion « par le haut » qui s’opère au même moment dans le pays des Balkans, la Yougoslavie. Au tournant des années 1950, isolé par son refus de se soumettre aux injonctions de Moscou et en proie à des troubles économiques et sociaux, le gouvernement de Tito décide de collectiviser la gestion des principales institutions locales du pays, avec l’objectif de récréer une appartenance collective au parti. Interpellés par cette volte-face inattendue pour une république à parti unique, les sociologues Henri Desroche et Albert Meister se passionnent dès le début pour ces dynamiques autogestionnaires. Dans les soubresauts de la création du Bureau d’Études Coopératives et Communautaires (BECC) en 1953 puis du Centre de Recherches Coopératives en 1959, Meister et Desroche organisent en compagnie de sociologues locaux, des enquêtes sur le fonctionnement de ces institutions. L’équipe s’installe au sein d’une municipalité de Serbie et interroge les différents acteurs de la commune, des entreprises et des organisations sociales qui l’animent. Publiées en 1964 [Meister, 1964a ; 1964 b], ces recherches sondent « l’expérience yougoslave » comme modèle alternatif de développement : il est question de savoir si l’autogestion peut être un cadre adapté aux économies du tiers-monde, alors en pleine période de libération. En marge de logiques respectives des deux blocs, un socialisme autogestionnaire peut-il être le moteur de l’industrialisation de « pays neufs » ? En dépit de certaines contraintes méthodologiques, Meister observe d’ores et déjà certaines limites à ce modèle, confirmé plus tard par Guezennec [1991] : il constate pêle-mêle la bureaucratisation du pouvoir, le développement des inégalités, la frilosité des acteurs face aux responsabilités, la dépolitisation ainsi que l’emprise croissante de la consommation sur les gens. Meister déplore en définitive l’abandon prématuré d’un certain « totalitarisme » au profit « des besoins que le modèle n’est pas encore à même de satisfaire. » [Meister, 1964a, p. 388]. Cette apparente déconvenue est trompeuse : Meister conserve une appréhension positive à l’égard de cette expérimentation autogestionnaire. Il considère en effet qu’elle constitue un formidable mouvement d’industrialisation, originale et pacifique à l’aune des révolutions industrielles connues en Occident. En définitive, l’étude de Meister met en lumière l’introduction graduelle de l’autogestion parmi la gauche française et surtout donne le ton des débats à venir. Imposant son terme à la langue française1, l’expérience yougoslave constitue, à partir des années 1960, la pierre angulaire des réflexions sur l’autogestion [Meister, 1970], rejointe par des tentatives controversées en Algérie [Devès, 2003] ou au Pérou [Meister, 1981 ; Corpet, 1978]. Dans une période marquée par la fin des empires coloniaux, l’autogestion s’impose de plus en plus comme un nouvel enjeu politique crucial, notamment pour certains groupuscules trotskistes, qui participent d’ailleurs aux tentatives autogestionnaires en Algérie [Béroud et al., 2003]. Ainsi, signe de cet intérêt croissant, l’autogestion se dote d’une revue à son nom (1966), réunissant essentiellement des sociologues marxistes ou libertaires. Néanmoins, la question autogestionnaire reste encore le fétiche idéologique de quelques initiés.

Mai 1968 : l’essor

  • 2 Lancée au départ par Georges Gurvitch, Daniel Guérin et Jean Bancal, ceux-ci sont rapidement rejoi (...)

5Celle-ci est propulsée sur les devants de la scène politique grâce aux événements de Mai 1968. Les thèses autogestionnaires épousent les idéaux et slogans issus des révoltes étudiantes ainsi que des grèves ouvrières qui marquent alors cette époque : à l’autoritarisme ambiant rejeté par la jeunesse correspond un désir de reconnaissance, d’émancipation au travail par la classe laborieuse. L’autogestion, concept polysémique et fluctuant, permet d’embrasser l’hétérogénéité des mobilisations, et d’ouvrir un nouvel espace politique pour toutes celles et ceux qui, portés par ces événements, ne se retrouvent ni dans le système capitaliste en place, ni dans l’idéal communiste porté par les Soviétiques [Georgi, 2003]. C’est la naissance des « nouveaux mouvements sociaux ». À cet égard, les communistes du PCF et de la CGT voient soudain leur hégémonie idéologique sérieusement contestée à gauche. Mai 1968 multiplie et galvanise les groupes libertaires, trotskistes et situationnistes qui pourfendent la dégénérescence bureaucratique du régime soviétique. La spontanéité et la radicalité de ces événements confirment leur intuition révolutionnaire et leur élan conseilliste [Béroud et al., 2003]. La revue Autogestion se fait porte-parole d’une partie de cette gauche radicale. Nommée dans un premier temps Autogestion et Socialisme, elle constitue jusqu’au milieu des années 1980, une revue incontournable sur le thème, réunissant de grands spécialistes des sciences sociales2. Pensée comme une « encyclopédie sur l’autogestion » [Corpet, 1978], elle se concentre les premières années de son existence à produire des connaissances historiques et philosophiques sur l’autogestion. Les œuvres de Marx et Engels sont ainsi revisitées et révèlent un contenu autogestionnaire méconnu [Corpet, 1978], mais progressivement, sous l’impulsion de Pierre Naville, la revue incline au cours des années 1970 davantage vers l’étude d’expériences spécifiques, Yougoslavie en tête. Revenus de l’expérience soviétique et conscients des particularismes d’un tel projet, les rédacteurs de la revue tentent de confronter l’utopie aux contingences de la réalité sociale [Georgi, 2003]. Partant d’un certain pragmatisme, cette orientation produira au final plus de questions que de certitudes sur le projet autogestionnaire [Weil, 2003].

  • 3 Voir Le Monde Diplomatique, décembre 2007.

6Mais l’hégémonie communiste est moins disputée par des opposants trotskistes – ou anarchistes – que par le « pôle chrétien » de gauche qui trouve dans l’autogestion leur alpha et oméga politique. La Confédération Française Démocratique du Travail – CFDT – incarne formidablement cette gauche chrétienne – mais laïcisée – porteuse d’un projet autogestionnaire. Défendue marginalement jusque-là par son syndicat de la chimie, l’autogestion constitue après Mai 1968 pour ce syndicat un véritable leitmotiv politique, facteur d’identification syndicale ; elle se substitue à la référence chrétienne, abandonnée en 1964 [Georgi, 1995]. L’autogestion permet en effet à la CFDT de se positionner idéalement face à sa principale concurrente, la CGT, tout en s’appuyant sur la légitimité politique issue des mouvements de Mai : critiquant la nature bureaucratique de la centrale communiste, l’autogestion lui permet de trouver un créneau politique alternatif au modèle fondé sur la dictature du prolétariat, sans pour autant apparaître du côté des patrons. Partisans de la lutte des classes, son projet autogestionnaire s’inscrit donc dans un rejet identique de l’exploitation capitaliste et de la bureaucratie soviétique : l’émancipation des travailleurs ne se réduit pas au combat contre l’accumulation du capital, mais comprend aussi la lutte contre la concentration des pouvoirs et des savoirs – « la technocratie » –. Face au travail aliénant, et aux managers capitalistes ou « staliniens » [Chauvey, 1970], l’objectif est de rendre l’organisation du travail aux travailleurs [Mothé, 1976]. Pour cela, les membres de la CFDT, dirigée par Edmond Maire, mettent rapidement en place un programme politique ambitieux [Detraz et al. 1973 ; Maire, 1976], parfois même sophistiqué [Chauvey, 1970]. Celui-ci s’appuie principalement sur les notions de « propriété sociale » et de « planification démocratique » : l’idée est d’exproprier les biens capitalistes et de les répartir entre « divers centres autogérés : l’entreprise, la communauté régionale ou locale, le plan national. » [Maire, 1976]. Autrement dit, il n’est pas question de transférer des biens privés à l’État, mais de les répartir entre différentes instances, de tailles diverses, autogérées et équilibrées. Ils marquent ainsi leur opposition aux nationalisations défendues par les communistes. Néanmoins, les cédétistes ont conscience de la nécessité d’une harmonisation de ces multiples structures : c’est pourquoi ils défendent l’idée d’une planification décentralisée, issue de consultations collectives entre les différentes structures autogestionnaires [Detraz et al. 1973 ; Maire, 1976]. La découverte concomitante de l’informatique et d’autres avancées technologiques permet d’envisager une meilleure accessibilité et une meilleure optimisation de la gestion horizontale, notamment en disposant de plus de temps pour les activités collectives [Chauvey, 1970 ; Mothé, 1974]. Jusqu’à la fin des années 1970, les militants de la CFDT seront les porte-drapeaux de l’autogestion en France : auteurs d’une intense production sur la question, ils tissent par ailleurs des liens substantiels avec des homologues yougoslaves, qui alimentent leurs réflexions. Ils seront surtout au cœur de la plus grande mobilisation autogestionnaire en France dans les années 1970 : la « reprise » de l’usine Lip par ses travailleurs à l’été 1973. Suite aux menaces de licenciement massif de cette grande enseigne horlogère de Besançon, les salariés occupent l’usine le 14 juin 1973, avant d’organiser des « ventes sauvages » et de relancer la production sous leur contrôle. Durant près de deux mois, le groupe travaille en autogestion, avant d’être expulsé par les forces de l’ordre le 15 août. Cette expulsion marque le paroxysme de la médiatisation d’une lutte tant pour son autogestion que pour sa lutte contre les délocalisations [Lejeune, 1974]. Car depuis le début de son occupation, les « Lip » connaissent un large soutien national qui se caractérise par une manifestation réunissant jusqu’à 100000 personnes le 29 septembre 1973 suite à leur expulsion. Mais la situation s’enlise les années suivantes : après une première tentative avortée de reprise par un entrepreneur membre du PSU, l’usine connaît de nouvelles menaces de fermeture. Au cours de l’année 1976, une deuxième vague d’occupation s’engage et face à l’absence de repreneurs, aboutit le 28 novembre 1977, à la création de coopératives ouvrières de production. Lip constitue en définitive le symbole de l’autogestion française. Pourtant, son histoire ne constitue pas un cas particulier ni à l’époque [Zaidman, 2003 ; Vigna, 2003 ; Vindt, 2003], ni aujourd’hui3. Mais sous l’impulsion de la CFDT, sa lutte incarne vraiment les péripéties du projet autogestionnaire des années 1970, cristallisant les clivages au sein de la gauche.

L’autogestion, enjeu latent du programme commun

7Au lendemain de mai 68, l’autogestion s’impose donc comme un nouvel enjeu politique dans l’Hexagone. Sa percée correspond au même moment à la construction progressive de l’union de la gauche. Quel rôle joue alors l’autogestion dans cette marche vers le pouvoir ? Quelles positions le Parti Socialiste et le Parti communiste adoptent-ils vis-à-vis de l’autogestion ? Le parti de François Mitterrand compte deux courants partisans de l’autogestion : celui du Centre d’Études, de Recherches et d’Études Socialistes (CERES), dirigé par Jean-Pierre Chevènement, rejoint à partir de 1974 par celui des « assises », avec à sa tête Michel Rocard. Les deux hommes défendent des projets autogestionnaires dissonants : pour Chevènement, l’autogestion constitue la pierre angulaire du « neuf », corollaire de la prise du pouvoir [1974]. En ce sens, celle-ci est inenvisageable sans le Parti Communiste Français, dont il défend le rapprochement au sein du PS. Il sera, à cet égard, l’un des artisans du programme commun. Or, pour Rocard, l’autogestion s’érige justement contre les pratiques du Parti Communiste, auquel il s’oppose farouchement. Rocard est alors à la tête du Parti Socialiste Unifié depuis 1969, organisation proche de la CFDT, qui se veut le relais politique du socialisme autogestionnaire [PSU, 1972]. Appuyé par des théoriciens tels que Pierre Rosanvallon [Georgi, 2003], le PSU tente de construire une nouvelle culture autogestionnaire, fondée sur l’appropriation générale du pouvoir politique [Rosanvallon, 1976]. Porté par mai 68 et l’affaire Lip qu’il soutient, le PSU échoue néanmoins à s’imposer comme force électorale. Rocard décide alors de rejoindre le Parti Socialiste, considérant qu’il est le seul à pouvoir encore instaurer l’autogestion. Toutefois, il réussit tant bien que mal à imposer « les quinze thèses de l’autogestion » en 1975 au PS, sans pour autant menacer les fondamentaux du programme commun. « Thème dans l’air du temps », l’adoption socialiste de l’autogestion participe en réalité davantage d’une volonté d’affirmer son originalité à gauche, que d’une réelle conviction idéologique [Dereymez, 2003 ; Georgi, 2003]. La priorité est donnée avant tout à la conquête du pouvoir, renvoyant en définitive, comme le défendait Chevènement, l’autogestion à un projet ultérieur. La thématique autogestionnaire a-t-elle donc été un simple faire-valoir de circonstance, dans l’optique de la conquête du pouvoir ? Le glissement graduel de la position du Parti Communiste à l’égard de l’autogestion nous indique que la question est plus complexe.

8Hégémonique jusqu’en mai 68, le Parti Communiste Français connaît au-delà une opposition croissante à gauche, notamment par les partisans de l’autogestion. Nombreux depuis les événements de Mai, ces derniers ne se contentent plus de critiquer ses dérives « staliniennes » ; ils lui opposent dorénavant un projet alternatif, légitimé par sa filiation aux mobilisations de 68 et rendu crédible par des expériences concrètes (la Yougoslavie ou l’affaire Lip principalement). La même année, les forces soviétiques envahissent la Tchécoslovaquie, consolidant l’attention portée aux opposants de gauche du Parti Communiste [Berstein, 2003]. Il est donc nécessaire pour le PC et la CGT, mais aussi pour certains groupuscules trotskistes opposés à l’autogestion, de couper court à ces critiques. Leur réaction consiste alors essentiellement – dans un premier temps – à disqualifier le contenu théorique comme la crédibilité politique du projet autogestionnaire. Pour les communistes français, l’autogestion est une « idée creuse », au contenu évanescent [Arvon, 1980]. Émanation des nouveaux mouvements sociaux issus de Mai 1968, elle est taxée le plus souvent « d’auberge espagnole », « dont les hôtes se nourrissent de leurs propres révoltes. » [Dallemagne, 1976, p. 293]. On lui reproche en effet d’accueillir des sensibilités politiques disparates discréditant la cohérence du projet. Parmi ces sensibilités, la CFDT est la plus visée par ces diatribes anti-autogestionnaires. Son appartenance encore récente à l’Église catholique suffit à se méfier d’un projet considéré alors comme le « cheval de Troie de l’église, destiné à investir sournoisement le mouvement ouvrier » [Corpet, p. 411]. Mais plus que son éventuelle origine religieuse, la majorité des critiques communistes et trotskistes accusent l’autogestion d’être le « cache-sexe » du réformisme [Arvon, 1980] : dépasser l’organisation « scientifique » de la révolution, comme le font par exemple les militants cédétistes ou du PSU, revient à dévoyer le prolétariat de son principal objectif, la conquête du pouvoir [Dallemagne, 1976 ; Lejeune, 1974].

9L’autogestion reste toutefois dans un premier temps une préoccupation marginale du PC. Celui-ci se concentre davantage sur la construction de passerelles programmatiques avec le Parti socialiste, en vue d’une candidature commune à plus longue échéance. Paradoxalement, c’est justement la constitution du programme commun qui imposeprogressivement l’autogestion aux communistes. À la suite de son succès aux élections de 1973 et de 1974, le Parti Socialiste s’érige comme la force centripète de la gauche. C’est d’ailleurs à la suite de ces élections que Rocard le rejoint, provoquant dans la foulée l’adoption socialiste des « quinze thèses sur l’autogestion ». Rappelons que cette adhésion officielle du PS constitue aussi une critique de l’autoritarisme de l’appareil soviétique et par extension, des nationalisations proposées par les communistes pour le programme commun [Georgi, 2003]. Concurrencé au niveau électoral, le PC s’inquiète de la menace qui pèse sur sa principale proposition politique, l’obligeant à revoir sa position sur l’autogestion. Au contraire, Marchais prend conscience de la nécessité de rénover l’image du parti, déjà en perte de vitesse à gauche. C’est pourquoi il se lance dans une entreprise politique d’appropriation des thèmes démocratiques, dans laquelle il accapare progressivement le socialisme autogestionnaire [Dandé, 2003]. En effet, à partir de 1975, le Parti Communiste entreprend une critique du stalinisme qui aboutit lors du XXIIe congrès en février 1976 à l’abandon de la dictature du prolétariat. Le PC s’engage dès lors dans un discours actif de construction démocratique, au sein duquelil consacre l’autogestion comme modèle [Arvon, 1980]. À la fin des années 1970, le ralliement officiel des communistes à l’autogestion est complet. C’est pourtant un constat d’échec qui ressort de cette tentative de récupération politique : aucun de ses partenaires politiques n’est dupe de sa conversion et l’union de la gauche n’aboutit pas. Mais surtout, le PC ne réussit pas à corriger son irrésistible chute électorale, malgré tous ses efforts pour rénover son parti [Dandé, 2003].

10Le 10 mai 1981, François Mitterrand est élu président de la république. Il entame de profondes réformes et engage des nationalisations de grandes entreprises privées. En revanche, l’autogestion est la grande absente du programme du nouveau gouvernement socialiste, confirmant l’adhésion circonstancielle du PS à l’autogestion. Le PC continue de la mentionner dans ses congrès suivants, sans qu’elle ait une incidence particulière sur le contenu de ses idées et de ses pratiques [Dandé, 2003]. En définitive, l’absence de l’autogestion confirme que pour ces deux grandes organisations, elle ne fut qu’un outil de communication politique, un slogan [Cépède, 2003]. Mais l’autogestion ne disparaît pas seulement des discours socialiste et communiste : les années 1980 marquent la fin générale de la référence autogestionnaire en France. Depuis la fin des années 1970, ses principales forces politiques, CFDT en tête, abandonnent l’autogestion au profit de considérations démocratiques floues, dans lesquelles il n’est plus question de renverser la société. Il en est de même pour la revue Autogestion, qui voit dans le renoncement à la référence révolutionnaire, « la condition de survie de l’espérance autogestionnaire » [Georgi, 2003, p. 24]. La revue est par ailleurs sujette à de nombreuses divisions internes, au moment où, ironie du sort, elle décide d’appliquer ses principes autogestionnaires à la rédaction [Weil, 2003]. Ces renoncements en cascade sont alors symptomatiques d’une société française qui, sans le savoir, est en train de clore l’épisode des « trente glorieuses ». La « crise » fait son apparition, avec son florilège de nouvelles problématiques sociales, chômage en tête. L’autogestion est incapable d’y faire face. Moribonde en 1981, l’arrivée au pouvoir de la droite en 1986 entérine son recul, confirmé au même moment par la fermeture de la revue Autogestion.

11Le retrait de l’autogestion ne constitue pas pour autant sa mort. Ces décennies de passion autour de son projet laissent un héritage qui perdure aujourd’hui : les sociologues Desroche ou Meister, ou le syndicaliste Edmond Maire ont posé par exemple les jalons de l’économie sociale et solidaire en France. Par ailleurs, les anciens militants autogestionnaires de la CFDT continuent d’alimenter leur ardeur démocratique sous les couleurs d’autres syndicats. D’autres mouvances – libertaires et anciens du PSU – entretiennent les réflexions sur l’autogestion [Collonges, 2010]. Enfin, comme le montre la large fascination qui entoure les usines récupérées d’Argentine, l’autogestion ne produit plus désormais de clivages politiques aussi marqués au sein de la gauche radicale : dans un monde post-Guerre froide, elle constitue au contraire un renouveau politique dans une gauche antilibérale cherchant à allier considérations démocratiques et lutte contre un ordre global [Coutrot, 2005].

L’expérience argentine : contexte et spécificités

  • 4 Voir chapitre 1.
  • 5 Idem.

12À l’instar de la Yougoslavie autrefois, l’autogestion argentine représente aujourd’hui un nouveau modèle de référence pour une certaine partie de la gauche française4. Elle revisite ainsi des thématiques anciennes, libérées néanmoins de ses pesanteurs théoriques et idéologiques. L’autogestion n’oppose plus désormais « bureaucrates » et « réformistes ». L’heure est à la lutte contre un ennemi redoutable et commun, le néolibéralisme. En ce sens, les usines récupérées d’Argentine connaissent une histoire économique et sociale récente qui, comme nous l’avons vu, fait écho à des analyses et attentes politiques actuelles5. Mais en l’occurrence, pour des raisons qui relèvent davantage de la méconnaissance que de l’instrumentalisation, celle-ci est bien souvent déformée. Par conséquent, il est essentiel de revenir sur cette expérience argentine, sur ses origines et les propriétés sociales des acteurs qui l’animent.

Une histoire sociale singulière

13La classe ouvrière argentine a connu une histoire spécifique, tout à fait distincte de celle de la classe ouvrière française. À partir de 1945, le président Juan Domingo Perón et sa femme Evita font des classes populaires argentines l’un des acteurs principaux du processus historique de construction de la nation. Ils se distinguent néanmoins des schémas de types socialistes ou marxistes qui parcourent au même moment le Vieux Continent : les Perón s’inscrivent davantage dans un nationalisme exacerbé, constitué par l’union fusionnelle du leader et du peuple. À cette fin, ils proposent d’appliquer le « justicialisme », leur propre doctrine politique. Celle-ci prévoit une réappropriation des richesses naturelles et de la production nationale au profit du peuple argentin. La « Nouvelle Argentine » alors défendue est une nation inégalitaire, mais « juste » dans sa répartition des richesses nationales. C’est dans cette perspective que, dès leur arrivée au pouvoir, le couple présidentiel multiplie les réformes sociales en faveur des classes populaires, notamment au travail : de 1946 à 1949, en puisant largement dans les réserves de devises accumulées pendant la guerre, Perón étend et généralise un système social alors embryonnaire : augmentation des salaires, congés payés, système de retraites, mais aussi congés maladie, création d’une médecine du travail, programme de logements sociaux, contrôle des prix et des loyers, etc. [Rock, 1985]. Dans le même temps son épouse, par l’intermédiaire d’une fondation financée en partie par l’État, systématise l’accès aux soins au plus grand nombre ainsi que la protection de l’enfant. Ces différentes politiques de réformes sociales permettent une intégration rapide des classes populaires au sein de la société argentine. L’Argentine est tout au long de la deuxième partie du xxe siècle le pays le plus riche et l’un des moins inégalitaires du continent.

14Mais le projet péroniste à l’égard des classes populaires ne se limite pas à une prise en compte effective des conditions d’existence : la fusion du leader et des masses passe aussi par une reconnaissance du statut démocratique de citoyen si souvent violé par le passé [Murmis, Portantiero, 1971]. Celle-ci connaît toutefois des modalités singulières : le péronisme ne se contente pas d’accorder des droits civiques, il participe activement à la construction d’une identité péroniste en récupérant, adaptant et glorifiant des « styles de vie et habitudes populaires [qui] engagea un style et une langue politiques dans un ton collant parfaitement avec les sensibilités populaires » [James, 1990, p. 37]. Le couple Perón retraduit par exemple la figure héroïque de l’ouvrier, provenant d’une longue tradition iconographique, notamment anarchiste [Gené, 2005]. Pour autant, Juan Domingo et Evita Perón instaurent un discours, des traditions et une culture politiques qui renouvellent les représentations et valeurs des classes populaires argentines, en s’éloignant des idéologies d’extrême gauche. En insistant sur le rôle des classes populaires dans la construction de la nation, classes composées majoritairement d’immigrés du nord du pays et d’Europe, ils développent et définissent un nationalisme original et consubstantiel du populaire. La mise en place de nombreux spectacles culturels gratuits ou de propagande participe à cette définition [Leonardi, 2008] qui se fonde sur des valeurs fortes de travail, discipline, loyauté et de famille. Celles-ci vont jusqu’à s’institutionnaliser, comme le prouve par exemple la création de la fondation Eva Perón. Autrement dit, par toute une série importante et profonde de mesures économiques, sociales et culturelles, les Perón réussissent à créer une « communauté imaginée » [Anderson, 1996], faite de nationalisme et d’appartenance de classe, qui est encore aujourd’hui attribuée à la pensée péroniste. La constitution d’événements (comme « le jour de la loyauté ») et de figures mythiques (la mort soudaine et prématurée d’Evita est le meilleur exemple) consolidera pour longtemps un corpus de références et d’identifications populaires qui, bien qu’il ne soit pas toujours l’œuvre directe des Perón, mais souvent une réactualisation, est désormais indistinctement associée à leur action.

  • 6 Les classes moyennes sont aussi sujettes à de telles pertes de repères. Ainsi, le sociologue Gabri (...)

15C’est justement grâce à l’usage de ces références culturelles que Carlos Menem accède à la tête de l’État en 1989. Il se met pourtant rapidement en porte-à-faux avec les aspirations péronistes traditionnelles. À l’inverse de la « révolution salariale » promise durant sa campagne électorale, respectant alors les codes politiques péronistes, Menem applique dix ans durant des réformes néolibérales très radicales, impliquant des transformations majeures des structures sociales de la société, en premier lieu celles liées aux classes populaires du pays [Portantiero, 1995]. Elles subissent en effet une montée soudaine et massive de la précarité et du chômage, surtout à partir du deuxième mandat de Menem (1994-1999), au moment où la crise économique reprend en Argentine. Société salariale par définition depuis Perón, l’Argentine connaît pourtant une destruction rapide de l’ensemble des protections sociales qui permettaient à la plupart des salariés de profiter d’un revenu, d’une retraite et d’un service de santé acceptables [Sidicaro, 2002, Alonso, 2007]. D’après le sociologue argentin Alfredo Pucciarrelli [1999], 60 % du pays passe sous le seuil de pauvreté à la fin des années 1990 et près d’un quart vit dans l’indigence. En mai 1995, le chômage représente presque 20 % de la population active. Dans certaines zones du pays, comme le grand Buenos Aires, deux individus sur trois n’ont plus de revenus suffisants pour vivre. Or, ces zones sont souvent celles considérées comme les foyers péronistes par excellence. L’intensité de la paupérisation connue par ces secteurs va considérablement affecter les repères et les sources d’identifications traditionnelles des classes populaires, notamment dans leur rapport au péronisme. C’est ainsi que l’analysent Martuccelli et Svampa [1997] qui constatent une érosion très forte des « structures des sentiments » (estructuras del sentir) des classes populaires, dont le péronisme était la pierre angulaire. La référence au péronisme se limite désormais à une revendication minimaliste de « dignité » et « d’égalité » entre les individus6. Désormais plus habitant d’un quartier que travailleur d’une usine, les membres des classes populaires sont sujets à de nouveaux rapports politiques, face à des acteurs institutionnels renouvelés (assistance publique, ONG, fondations). C’est ce que Merklen nomme la « politicité » [2005], à savoir de nouvelles relations politiques où la vie du quartier devient un espace spécifiquement politique dans les stratégies de survie. Le dominé argentin est devenu un « chasseur urbain » allant à la quête d’opportunités sporadiques de rétributions.

16Aujourd’hui, dix ans après la crise de décembre 2001, malgré une nette amélioration du niveau de vie et de la situation du travail dans le pays, les classes populaires connaissent encore une instabilité chronique due à une informalité persistante et massive de l’emploi parmi les plus modestes [Halperin, 2006]. La situation sociale de ces classes reste encore fragile et près d’un Argentin sur trois vit encore au-dessous du seuil de pauvreté. Malgré le retour du péronisme depuis 2002 au pouvoir, les générations nées depuis la dictature militaire ont pour unique référence le passage souvent jugé calamiteux de Carlos Menem. Ses dix années au pouvoir ont profondément détourné l’héritage culturel péroniste transmis au sein des classes populaires depuis les années 1950 [Martuccelli, Svampa, 1997]. Les grands mots d’ordre et les rassemblements péronistes mobilisent moins. Certaines de ses valeurs fortes, comme la loyauté ou la discipline, semblent aujourd’hui complètement révolues, même si le sentiment d’appartenance de classe subsiste partiellement [Svampa, 2000]. Restent néanmoins certaines valeurs fondamentales, mais dépassant le cadre strict du péronisme : le nationalisme, la famille, et le travail restent des références culturelles incontournables des valeurs populaires.

L’apparition des récupérations d’usines

  • 7 Pour plus d’informations, voir LAVACA, 2004.
  • 8 Ibidem.

17Cette première mise au point socio-historique met en lumière les grands particularismes de la classe ouvrière argentine : elle est profondément liée à une doctrine politique qui s’écarte partiellement de certaines valeurs classiques de la gauche française. Le nationalisme ou la négation de la lutte des classes, dans une autre mesure restent des références étrangères à la culture politique de gauche en France. Les deux cultures politiques se rejoignent néanmoins dans la centralité sociale du travail. C’est justement l’augmentation substantielle du chômage et de la précarisation du travail à la fin des années 1990 qui provoque les premières occupations d’usines. Entre l’instauration de la loi de convertibilité qui dollarise la monnaie nationale, la privatisation de grandes industries nationales et la mise en place de nouvelles règles favorisant la concentration capitalistique aux mains des multinationales, le secteur industriel connaît en moins de dix ans une hémorragie sans précédent de sa production nationale et de sa masse salariale [Kosacoff, 2008]. Parallèlement, le démembrement du code du travail, associé à un laisser-faire étatique prononcé à l’égard de la conformité des conditions de travail et d’emploi, multiplie les comportements délictueux du patronat. Il en est ainsi pour les usines au cœur de cette étude. À la tête d’entreprises souvent très endettées, dans un marché national exsangue, certains patrons abandonnent ou ferment leur usine du jour au lendemain ; ces conduites s’expliquent alors souvent par des motivations précises : il est question de créer une nouvelle entreprise, notamment en la déménageant, afin de se dédouaner de dettes colossales contractées auprès des banques, de l’État et de leurs salariés. Face aux nombreuses fermetures d’usines, à l’absence récurrente d’aides sociales et à la multiplication de ce type de comportements « immoraux », des collectifs d’ouvriers décident à partir de 1996 en banlieue de Buenos Aires (l’usine Yaguané à La Matanza7), puis en 1998 dans la capitale (l’usine IMPA8), de s’opposer à la fermeture ou au déménagement frauduleux de leur entreprise. L’occupation et l’organisation de la lutte se font souvent alors dans l’improvisation et l’idée même de gérer collectivement l’administration se fait en la marcha. À la suite d’une mobilisation presque acharnée, ces deux usines seront les premières à obtenir une loi d’expropriation temporaire et de coopérative à la suite de la gestion frauduleuse de l’ancienne direction patronale. Leurs cas serviront de cadre juridique et feront jurisprudence pour la suite du mouvement.

18Celui-ci explose suite aux événements des 19 et 20 décembre 2001. Comme nous le signalions plus tôt, l’état de déliquescence des institutions économiques et sociales du pays ainsi que l’effondrement de légitimité de la classe politique, syndicale et patronale favorisent la consolidation d’organisations sociales tout aussi originales que contestataires. Alors que le nombre de demandeurs d’emploi atteint son plus haut niveau courant 2002, les abandons et les fermetures illégales d’entreprises se multiplient au même moment partout dans le pays. L’effervescence politique post2001 encourage nombre de salariés à protester, occuper, puis récupérer leur espace de production. Certaines usines vont d’ailleurs devenir célèbres et servir de modèle de contestation pour un ensemble de mouvements sociaux. Ainsi l’usine de céramique Zanón à Neuquén, l’hôtel Bauen ou les textiles Brukman à Buenos Aires deviennent des usines très médiatiques grâce à un contenu politique affirmé. À l’instar des premières usines récupérées du pays, il s’agit majoritairement d’impayés de salaires et de cotisations à l’égard des salariés, de fermetures soudaines et de déménagements illégaux des machines, qui provoquent traditionnellement la mobilisation des salariés. Ces manœuvres patronales mobilisent alors les salariés autant pour des raisons morales que politiques ou économiques. Car, à côté de ces grandes usines emblématiques, le phénomène est essentiellement composé de PME issues de tous les secteurs de l’économie nationale, principalement du secteur secondaire. Leur lutte respecte scrupuleusement les voies légales et s’écarte des modalités d’action parfois radicales comme les occupations, revendiquées par exemple par les ouvrières de Brukman. Enfin, loin du profil révolutionnaire de l’ouvrier de Zanón, le modèle type du salarié d’entreprise récupérée se caractérise par un fort détachement à l’égard de la politique. Les collectifs de travail ainsi que les individus au cœur de ces collectifs s’avèrent être des salariés souvent peu qualifiés, âgés, possédant de faibles ressources en capital culturel, notamment scolaire. Rares sont ceux qui possèdent une expérience militante préalable ou certaines compétences politiques [Gaxie, 1978]. Rappelons d’ailleurs que la récupération et la gestion de l’entreprise ne sont au départ ni « prévues » ni « pensées » [Fajn, op. cit., Quijoux, 2006].

Retour sur des relations salariales d’hier et d’aujourd’hui

19L’expérience argentine se distingue donc fortement des exemples et débats qui ont animé les réflexions autogestionnaires par le passé. Dans un contexte post-Guerre froide, caractérisé par une libéralisation substantielle de l’économie nationale et par un retrait conséquent de l’intégration salariale, l’autogestion argentine traduit des enjeux sociaux et politiques d’une autre nature. La question n’est désormais plus de savoir dans quelle mesure l’autogestion constitue un outil majeur d’émancipation de la classe ouvrière ; malmenée à partir des années 1970 par l’émergence du néolibéralisme. L’expérience argentine, consubstantielle des cacerolazos, constitue davantage un « événement sentinelle » de la profonde métamorphose économique et sociale du pays. Celle-ci impose d’autres interrogations, au premier chef celui de la centralité dutravail dans nos sociétés industrielles [Méda, 1995, Castel, 1995, Paugam, 2000]. À cet égard, l’Argentine représente presque un cas particulier sur le continent : corollaire des politiques péronistes, cette nation connaît une organisation sociale proche du consensus fordien, constituée de conventions collectives puissantes selon les corps de métier. L’Argentine incarne alors un certain type de société salariale, où l’appartenance au monde du travail implique un statut et des droits offrant une sécurisation substantielle des conditions d’existence. Les deux entreprises au cœur de notre enquête sont de fidèles illustrations de cette époque : nous verrons comment le salariat sécurise des trajectoires marquées à la fois par une grande précarité d’existence, mais aussi par une envie considérable de réaliser des projets de vie.

20L’enquête au sein des entreprises Brukman et Global met en évidence d’autres formes essentielles du salariat dans la vie des travailleurs. Celles-ci supposent en effet un ensemble d’expériences, d’interactions et de relations salariales productrices de valeurs et de représentations singulières propres à cet univers. À cet égard, l’entreprise constitue une source de construction culturelle considérable [Sainsaulieu, 1977]. Les populations de Brukman et de Global partagent en effet une socialisation professionnelle singulière, provenant de sources originales d’identification et de catégorisation [Brubaker, 2001] : loin des postures ouvrières classiques de respect des quotas [Roy, 1952] et de solidarité face à la hiérarchie [Linhart, 1978], ces ouvriers se caractérisent par une appartenance spécifique à leur usine, constituée autour d’une croyance commune en la légitimité des valeurs et des représentations construites par l’entreprise. Tous se retrouvent dans une organisation dominée par un esprit consacrant certaines valeurs particulières, comme la discipline, le travail et la productivité, justement rétribués en termes économiques et symboliques. Par leur dévouement à l’entreprise, ces salariés possèdent au final des positions particulières au sein de la production qui les rapprochent beaucoup de ce que l’on qualifie communément de travailleurs zélés.

21L’émergence du néolibéralisme à partir des années 1970 puis son expansion dans les années 1990 ne met donc pas seulement en cause des conditions d’existence comme de nombreux auteurs argentins l’ont montrée [Svampa, 2000 ; Kessler, 2000 ; Merklen, 2005]. La déstabilisation du salariat par ce modèle économique suppose également une métamorphose du modèle culturel dans la relation salariale, particulièrement mis en lumière par la spécificité du profil décrit ici. La genèse du « projet » autogestionnaire dans les usines Brukman et Global participe essentiellement d’une appartenance spécifique au salariat, dans ses dimensions économiques, sociales et culturelles. Il sera ici question d’approcher au mieux leur construction, leur mécanisme et surtout leur décomposition, afin de montrer comment certaines formes spécifiques du salariat peuvent créer les conditions d’une révolte ouvrière a priori improbable.

22Différente dans son origine des autogestions du passé, l’expérience argentine le sera forcément aussi dans sa réalisation. Animée par des motivations notablement distinctes, l’institution de l’autogestion à Brukman puis à Global – devenue entre-temps la Nueva Esperanza – connaît nécessairement des modalités difficilement comparables avec les profondes aspirations des projets autogestionnaires connus dans les années 1960 ou 1970. De fait, loin de l’expérience yougoslave organisée par l’État, mais aussi loin des projets politiques pensés par la CFDT ou le PSU, l’autogestion répond avant tout à une stratégie de survie, qui s’inscrit elle-même dans une trajectoire salariale particulière dont nous venons de tracer sommairement les contours. L’autogestion apparaît comme une pièce rapportée parmi des groupes étrangers à sa pratique et à sa philosophie. Nous sommes donc en présence d’une formidable expérimentation d’organisation sociale et c’est en ces termes qu’il faut l’envisager. Ici, nulle utopie : il s’agira de comprendre la recomposition de groupes sociaux qui, par l’intermédiaire du sauvetage de leur entreprise, tentent de sauver les morceaux d’une histoire, de sources d’identification et de catégorisation qui les ont célébrés. Entre héritage culturel, logiques de marché et expectatives individuelles, cette recomposition sera assurément conflictuelle. Il sera donc question d’aborder ces conflits pour voir ce qu’ils nous révèlent sur ces organisations et par extension, sur ces individus.

23Cet ouvrage est une invitation à comprendre les mécanismes et enjeux d’une mobilisation extraordinaire : extraordinaire moins par la dimension utopique à laquelle elle renvoie naturellement que par les profils d’ouvrier décrits, avec leur histoire. Les usines Brukman et Global constituent, à n’en point douter, des expériences sociales profondément novatrices et riches d’enseignement pour celles et ceux qui consentiront à se détacher de leurs certitudes et de leurs partis pris.

Notes

1 L’utilisation du terme « autogestion » apparaît au début des années 1950, au moment où l’autogestion yougoslave se met en place. Le terme proviendrait du serbo-croate [Arvon, 1980 ; Georgi, 2003].

2 Lancée au départ par Georges Gurvitch, Daniel Guérin et Jean Bancal, ceux-ci sont rapidement rejoints par Yvon Bourdet, Pierre Naville, Jean Duvignaud, sans oublier Henri Desroche et Albert Meister.

3 Voir Le Monde Diplomatique, décembre 2007.

4 Voir chapitre 1.

5 Idem.

6 Les classes moyennes sont aussi sujettes à de telles pertes de repères. Ainsi, le sociologue Gabriel Kessler nous explique que les classes moyennes, dont beaucoup de nouveaux pauvres, «ne doutent pas que tout a changé, mais ils ignorent où ils se trouvent et quelle est la nature de ce nouveau monde dans lequel ils sont arrivés sans savoir très bien ni pourquoi » [Kessler, op. cit., p. 27].

7 Pour plus d’informations, voir LAVACA, 2004.

8 Ibidem.

© Éditions de l’IHEAL, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable