Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Néolibéralisme et autogestion

 | 
Maxime Quijoux

Première partie. Genèse d’une enquête

Introduction à la première partie

Texte intégral

1Compte tenu de l’ambition objectiviste de cette enquête, celle-ci nécessite préalablement un retour réflexif sur l’acquisition de ses matériaux et plus largement sur la construction de son savoir. Cette première partie cherche à rendre compte de cet exercice de distanciation en évitant, dans la mesure du possible, les écueils de l’introspection. Conscient d’être nous-mêmes le produit d’un contexte historique, économique et social particulier, ce travail préalable cherche à retracer comment l’idée de cette enquête est née et s’est progressivement construite en ce début de nouveau millénaire. Autrement dit, mon souhait est d’éclairer ma démarche, son évolution progressive sur un terrain de plusieurs années, les conditions de réalisation de l’enquête, des interactions avec les ouvriers, la constitution graduelle d’un corpus de matériaux et d’analyses. Nous ouvrons donc cette première partie avec une mise en contexte de l’émergence du sujet avant de nous intéresser à la production même de l’enquête. Fidèle à une certaine récurrence dans la sociologie du travail française [Naville, 1957 ; Rot, Vatin, 2004], cette recherche est motivée à ses débuts par des considérations plus militantes que scientifiques. Nous tenterons donc de mettre en lumière la nature de ces motivations, en montrant notamment la prégnance de l’Amérique latine dans l’imaginaire politique de la gauche radicale française ces dernières années. Cette entreprise permettra au lecteur non initié à ce monde politique de s’enquérir des discours et des représentations qui alimentent – ou alimentaient – cette galaxie anticapitaliste. Elle offrira aussi un contexte à la production de cette enquête : jeune militant français de classe moyenne, notre rencontre avec le terrain est complexe et permet d’expliquer la construction définitive de notre objet. Par ailleurs, à ces motivations politiques contrariées s’associent des interactions particulières à gérer, des aléas relationnels que l’on ignore souvent lorsqu’il s’agit de faire de la recherche in situ. Il n’est donc pas inutile de présenter les coulisses de cette recherche, permettant ainsi au lecteur d’avoir les ingrédients qui ont nourri ma réflexion.

2Toujours dans le souci d’offrir les outils nécessaires à l’appréciation de l’enquête, le chapitre suivant consiste à revenir sur la question elle-même de l’autogestion. « Météore » politique des années 1970 en France pour reprendre l’expression de Rosanvallon, cette dernière a fortement agité la gauche française avant de décliner au milieu des années 1980. Comme nous le signalions en introduction, cet objet d’étude est « prédisposé » à la confusion, aux comparaisons hâtives et aux clichés. Il est donc indispensable de revenir avec rigueur et précision sur les débats soulevés par l’autogestion durant cette période. Elle montrera avec plus de clarté les différences parfois abyssales avec l’expérience argentine d’autogestion. Dans un pays dominé par une doctrine politique non-marxiste, à l’heure du néolibéralisme international, les propriétés sociales des populations concernées par ces récupérations se distinguent tout à fait des théories autogestionnaires d’autrefois. La présentation de la classe ouvrière argentine, de son évolution, suivie d’une présentation plus globale de l’émergence du phénomène en lui-même nous permettra d’arriver aux questions de fond de cette enquête.

© Éditions de l’IHEAL, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540