Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Néolibéralisme et autogestion

 | 
Maxime Quijoux

Introduction

Texte intégral

1Certains objets d’étude de sciences sociales sont voués à tromper systématiquement lecteurs et analystes, même les plus confirmés. Par leur lien historique avec le champ politique, leur nature intellectuelle ou leur construction empirique, ces objets d’étude sont souvent dès le départ réifiés, tant leur apparence ou leur nom renvoie à un sens commun largement partagé, et ce, au sein même de la recherche en sciences sociales.

2C’est le cas pour l’objet de ce livre. En traitant de « l’occupation », « la récupération » et « l’autogestion » d’usines par « leurs ouvriers », il est extrêmement difficile de ne pas utiliser certaines catégories d’analyses, certaines références historiques et théoriques qui correspondent a priori aux termes énoncés dans l’objet d’étude. De fait, il s’agit là d’un processus intellectuel tout à fait logique compte tenu de la charge sémiotique très lourde et très connotée à laquelle renvoie l’annonce d’une telle recherche. « Occupation », « récupération », « autogestion », trois définitions qui s’inscrivent dans une terminologie plus profane que scientifique, principalement militante, même si, comme nous le ferons fréquemment au cours de cette recherche, elle est reprise constamment par le chercheur en sciences sociales. D’où l’importance de clarifier dès maintenant le contour de ces termes et de préciser les précautions d’usage de recherche qui, le cas échéant, sont à prendre avec d’autant plus de rigueur que l’objet est naturellement trompeur.

3Pour ne parler que de la notion d’autogestion, il va sans dire qu’elle renvoie non seulement à un clivage politique bien particulier, mais aussi à des époques historiques tout aussi singulières. Elle ramène d’abord invariablement à certaines références théoriques, principalement anarchistes ou socialistes ; rappelons sa paternité à certains penseurs anarchistes, emblématiques du xixe siècle [Guérin, 1999], même si elle est reprise par la suite par certains socialistes en France dans les années 1970 [Georgi, 2003 ; Cépède, 2003]. Elle rappelle ensuite les nombreuses expérimentations sporadiques dans le monde qui ont parsemé l’histoire industrielle du xxe siècle : pêle-mêle, apparaissent à l’esprit l’expérience de la commune de Paris [Lissagaray, 2004 ; Rougerie, 2004], celle de la République espagnole d’avant-guerre [Mintz, 1999], ou bien encore celle de la Yougoslavie de Tito [Guezennec, 1991]. Enfin, concernant plus spécifiquement notre discipline, elle ressuscite l’engagement et la fécondité intellectuelle de certaines figures de proue des années 1960 et 1970, telles que le sociologue Renaud Sainsaulieu [1983] ou plus encore l’un des directeurs du premier traité de sociologie du travail [1964], à savoir Pierre Naville [1980]. La récente publication des actes d’un colloque d’histoire sociale sur le sujet [Georgi, 2003] confirme l’attachement de cette notion à certains objets bien définis, en l’occurrence, la période allant de mai 1968 aux années 1980. L’autogestion est donc bien affaire de catégories d’analyse et de références spécifiques dont il est difficile de faire l’économie, encore moins d’ignorer.

4Il s’agit pourtant d’un exercice nécessaire tant l’autogestion développée en Argentine au xxie est substantiellement différente des expériences du passé. Elle porte pourtant de nombreux signes l’assimilant facilement et sournoisement à la catégorie historique et politique « des expériences autogestionnaires ». Plusieurs raisons expliquent cette appartenance insidieuse. Il importe que nous y revenions pour mieux les déconstruire.

5La première tient à l’origine historique du phénomène de récupérations d’usines qui touche l’Argentine en ce début de xxie siècle : malgré l’existence préalable de quelques cas épars, l’occupation et la récupération d’entreprises par les salariés s’inscrivent dans un mouvement plus large de protestations sociales et d’effervescence politique, dont les grandes mobilisations de décembre 2001 sont le point d’orgue. Appelées aussi cacerolazos (concert de casseroles), ces mobilisations de grande ampleur provoquent le départ successif de cinq présidents de la République entre le 19 décembre 2001, date de la première journée de mobilisation, et le 1er janvier 2002, date d’entrée en fonction du nouveau président « stable », le péroniste Eduardo Duhalde. À la suite de ces grandes manifestations, le pays va connaître une période d’agitation sociale et politique intense : en dehors des multiples mouvements spontanés qui se créent au gré des circonstances, certains groupements ou organisations sociales vont marquer cette époque comprise entre les journées de décembre 2001 et l’élection de Nestor Kirchner en avril 2003 ; assemblées de quartier, piqueteros (collectif de chômeurs) et entreprises récupérées deviennent les composantes principales de la contestation politique et sociale de cette période charnière du pays. Triptyque représentatif de cette période historique, son association et sa force sont évidemment surestimées en fonction des expectatives de celles et ceux qui l'ont composé. Mais le discours militant a percé et l’on retient désormais, même dans les sciences sociales, ces principales mobilisations lorsqu’il s’agit d’évoquer cette période.

6La seconde raison qui explique l’appartenance forcée des entreprises récupérées à la catégorie réifiée « d’expériences autogestionnaires » est sa dominante sociologique : bien que le mouvement argentin de récupération d’entreprises touche l’ensemble des secteurs d’activité du pays, il concerne de façon très inégale chacun de ces secteurs. Sans surprise, c’est le secteur secondaire qui est le plus concerné par cette vague de récupération. Rappelons en effet que l’Argentine est l’un des pays les plus industrialisés de l’Amérique latine, et ce depuis les années 1930. Malgré d’intenses politiques de désindustrialisation engagées pendant les années 1970 et 1990, le monde industriel a profondément marqué l’histoire nationale de ce pays. L’image magnifiée de l’ouvrier, au cœur d’un projet familial, mais aussi de la construction nationale, va s’ancrer au plus profond de l’imaginaire collectif du pays. Le péronisme, principale formation politique du pays, au-delà de ses oppositions internes et contradictoires parfois violentes, continue fréquemment d’associer la question nationale et la question du travail, notamment ouvrier. Mais au-delà même du péronisme, en Argentine comme en France, l’ouvrier est souvent placé au cœur de projet politique « révolutionnaire ». L’autogestion n’est qu’en définitive une forme particulière de l’expression politique d’une classe sociale à part entière. Nous y reviendrons.

7Le dernier point expliquant la réification du mouvement d’occupation et de récupération et son affiliation tronquée aux expériences du passé tiennent à la construction symbolique qu’en ont faite certaines organisations politiques et chercheurs argentins. Au lendemain des journées de décembre 2001, les partis politiques, principalement d’obédience trotskiste, se rapprochent de certains des mouvements sociaux ou en sont parties prenantes. Au sein du champ des entreprises récupérées, dans un contexte généralisé de discrédit à l’encontre de la classe politique et patronale, ces militants arrivent à fédérer, parfois artificiellement, quelques usines autour de revendications précises. À l’instar de l’une des usines au cœur de cette recherche, certaines défendront des idées telles que « l’étatisation sous contrôle ouvrier » et l’égalité absolue des salaires. Parallèlement, grâce à des réseaux internationaux de militants et d’organisations politiques diverses, ils réussissent à médiatiser au niveau national et global des luttes qui vont rapidement devenir de nouveaux emblèmes, et de fait, réactualiser concrètement la question autogestionnaire. En ce sens, le fait que l’usine Brukman, l’une des plus médiatisées, fasse partie de cet ouvrage français est une preuve de l’efficacité de cette médiatisation politique des luttes. Mais cette construction symbolique est aussi le résultat de la position de certains chercheurs : en effet, à côté des partis politiques, de nombreux chercheurs en sciences sociales, notamment argentins, ont participé par leurs travaux à la consécration symbolique du mouvement d’usines récupérées, en acteurs proprement politiques. Cédant fréquemment aux sirènes du populisme, au sens de Passeron et Grignon [1989], ils n’ont pas toujours pris les précautions d’usage de distanciation du sens commun ou de l’idéologique, cherchant bien souvent à confirmer des thèses d’inspiration marxiste au détriment d’analyses empiriques rigoureuses. Pour l’ensemble de ces raisons – historique, sociologique et politique – l’inscription de l’autogestion argentine des années 2000 dans le répertoire historique et militant « des expériences autogestionnaires » a certes répondu à certains objectifs de diffusion et de construction politique, mais n’a en fin de compte confirmé que des clichés historiques, sociologiques et politiques largement répandus, faisant l’économie d’une analyse scientifique approfondie.

Des ouvriers autogestionnaires ?

8Il s’agit évidemment de toute l’ambition de ce travail d’enquête. Il n’en a pas toujours été ainsi : sept ans auparavant, au commencement de cette recherche, c’est bien une démarche politique qui animait mon intérêt pour la question. Mais elle a été rapidement contrariée par une réalité empirique difficilement adaptable aux aspirations idéologiques qui lui étaient associées. En effet, loin des discours militants, les deux usines au cœur de cette enquête sont difficilement assimilables aux expériences d’autogestion du passé. La première d’entre elles est certainement la plus caractéristique de notre propos : la coopérative du 18 décembre, plus connue sous le nom de confections Brukman, fabrique depuis les années 1950 des costumes pour hommes. Du 18 décembre 2001, date de l’abandon de l’usine par le patron, au 31 décembre 2003, jour de la mise en place effective de la coopérative, les ouvrières de cette usine textile mènent une lutte très médiatique, devenant rapidement l’un des plus grands emblèmes politiques et sociaux de cette période : entre soutien massif de milliers de personnes, expulsions à répétition et violente répression, « les Brukman » vont afficher presque deux ans durant des revendications très politiques, défendant notamment « l’étatisation sous contrôle ouvrier ». Accompagnées du soutien influent de partis d’extrême gauche, elles vont être le symbole d’une résurgence d’autogestion ouvrière et révolutionnaire, et de fait, être assimilées aux « expériences autogestionnaires » auxquelles nous faisions référence plus haut.

9Cette coopérative, qui comporte aujourd’hui une cinquantaine d’associées, est pourtant loin de constituer un produit classique de la contestation ouvrière. Âgées en moyenne d’une cinquantaine d’années, ces couturières ont en réalité peu à voir avec les partis qui les ont soutenues pendant leur mobilisation : elles n’ont aucune expérience politique et semblent motivées par des raisons d’un autre ordre. La lutte s’enclenche d’ailleurs tardivement : un mois durant, elles n’occupent pas l’usine, elles attendent le retour du patron. L’idée d’occuper puis de récupérer l’usine leur sera suggérée par leurs soutiens extérieurs, aidée par un contexte politique et social national propice à certaines initiatives et renversements temporaires. Notre enquête montrera à ce sujet à quel point elles faisaient preuve d’attentisme concernant leur lutte : outre un manque évident de compétences politiques, elles n’ont surtout pas connu une socialisation ouvrière prédisposée à légitimer certains discours et pratiques politiques qu’elles ont toutefois « portés » pendant deux ans.

  • 1 Nous entendons ici par «zèle» des conduites et des croyances en la légitimité d’un système patrona (...)

10Il s’agit là certainement de toute la force et l’originalité de cet ouvrage : l’ensemble de cette monographie – trajectoires sociales, luttes pour la récupération et ethnographie des autogestions – fait émerger une figure ouvrière tout à fait surprenante au regard de la lutte menée et de la gestion collective pratiquée. Loin des idées reçues, ces ouvrières ne possèdent aucune culture politique les prédisposant à de telles actions ; au contraire, elles cumulent un ensemble de propriétés sociales qui auraient tendance à les opposer à la culture ouvrière habituellement décrite faite de camaraderie, de solidarité ou d’opposition à la hiérarchie. Tantôt propulsées précocement sur le marché du travail, tantôt arrivées tardivement après une carrière de mère au foyer, ces ouvrières se caractérisent toutes par un zèle1 particulier qui les assimile davantage aux habituels « fayots » qu’aux plus classiques ouvriers de type « cégétiste ». Aguerries à des taux élevés de productivité, proches des patrons, la plupart déclarent qu’elles ne se connaissaient pas avant la récupération. Cette absence de sociabilité s’explique par le fait que leur carrière s’est constituée par un individualisme singulier. Adeptes des politiques patronales de production et de rémunération, les ouvrières légitiment et réclament salaires à la pièce et heures supplémentaires, dont elles attendent le plus grand bénéfice particulier. Au plus fort de la crise pendant les années 1980 et 1990, le chômage masculin va mettre sur le devant de la scène ces femmes qui deviennent souvent la principale source de revenus familiaux. Elles passent alors d’un statut doublement subalterne à celui de « chef » de famille, bouleversant les structures familiales et les rapports de genre dans ces univers ouvriers.

11Mais limiter ce zèle à une seule quête matérielle pour ces ouvrières serait bien trop réducteur et n’expliquerait que très partiellement les origines de leur lutte pour la récupération de l’usine. Au-delà même du salaire, c’est une véritable question identitaire qui se joue dans ce zèle. Produit d’une socialisation particulière, l’enquête révèle la puissance de certaines sources d’identifications et de valorisations ouvrières spécifiques, souvent méconnues ou ignorées par les sciences sociales, qui sont pourtant ici aux fondements sociologiques de la mobilisation. L’ouvrier modèle, nouvel acteur de mobilisation sociale ?

Des cultures ouvrières spécifiques

12L’originalité des caractéristiques sociales des ouvrières de Brukman ainsi que les conditions de leur lutte nous impose de très grandes précautions. Dans son ensemble, cette usine nous bouscule dans nos certitudes établies : femmes, mères de familles, sans expérience politique et, qui plus est, proches du patron, les frontières de la politique classique du monde ouvrier sont complètement perturbées. Cette usine nous offre un champ de recherche remarquable mais qui risque aussi de souffrir de sa singularité : en effet, on pourrait estimer à raison qu’il s’agisse d’un « cas particulier », riche par sa complexité, mais aussi difficile dans sa généralisation.

13La poursuite de notre enquête dans une autre usine récupérée nous offre les possibilités de contrarier ou non le cas Brukman. Choisie pour sa récente récupération, sa localisation géographique plus excentrée du centre de la capitale, et sa couverture médiatique réduite, la coopérative La Nueva Esperanza a peu de points communs a priori avec l’usine Brukman. Composée par autant d’hommes que de femmes, cette usine située dans le quartier de Villa Devoto, se dédie à la fabrication de ballons de baudruche. Au moment de l’enquête, courant 2006-2007, la coopérative compte 18 associés et un ensemble de « collaborateurs » variant d’une dizaine à près de 80 personnes. En mars 2004, au retour d’un week-end, la quarantaine de salariés que comprenait alors cette entreprise trouve porte close et s’aperçoit que le patron a déménagé les machines. Pour l’ensemble du groupe, l’incompréhension domine. Cet événement les surprenant d’autant plus que cette petite PME familiale a toujours entretenu des relations privilégiées avec ses salariés. Fondée à la fin des années 1940 par deux membres d’une même fratrie d’origine polonaise, cette société est dirigée pendant 40 ans dans un climat professionnel de bienveillance patronale, rappelant à cet égard une ambiance proche des figures classiques du paternalisme industriel. Attentifs aux conditions de travail et de rémunération de leurs salariés, ils accordent également de l’importance à certaines valeurs particulières, comme la discipline et la productivité dans le travail. Par la taille structurelle de l’entreprise et les relations directes venant de l’esprit de ses patrons, le contrat qui lie ces derniers aux salariés est à la fois formel et moral. L’encadrement des salariés, dans leur formation ainsi que dans la sécurisation de leurs conditions d’existence, va consolider une relation asymétrique de pouvoir, où le matériel et l’affect créent des liens particuliers au travail et à l’entreprise. Ces liens et ce sentiment d’appartenance seront d’autant plus forts que cet emploi représentera le seul et l’unique que connaîtront la plupart des salariés de cette usine. On peut donc supposer à quel point est grand le sentiment de stupeur le jour de la fermeture de l’usine.

14En grande partie grâce à la détermination et à l’intervention de l’ancien chef de personnel, un petit groupe de salariés décide de retrouver les machines, puis de récupérer son entreprise. Après dix mois de lutte, les salariés retrouvent et rapportent les machines sur leur lieu d’origine. Depuis janvier 2005, l’ancienne entreprise Global est devenue la coopérative la Nueva Esperanza. Mais, une fois de plus, les caractéristiques sociales de ces salariés contrastent énormément avec les modalités de lutte et d’autogestion dans lesquelles on a bien voulu les inscrire : d’origines souvent immigrées, ils arrivent très jeunes dans cette entreprise dans laquelle, à l’instar des ouvrières de Brukman, ils connaissent, eux aussi, une socialisation professionnelle particulière, différente de celle habituellement décrite. Car en plus de leur proposer un emploi à vie et des rémunérations intéressantes, ces patrons originels vont mettre en place tout un arsenal matériel et symbolique, à l’origine d’une culture ouvrière spécifique. Par toute une série d’interactions et d’échanges, ils vont créer des valeurs et des représentations inédites, mettant une fois de plus en exergue le contraste et la distance avec les clichés qui accompagnent de coutume l’autogestion ouvrière. Tout comme les ouvrières de Brukman, le cadre de leur socialisation ouvrière va mettre le zèle au cœur de leurs sources d’identification et de valorisation individuelle. Pour des ouvriers n’ayant aucune autre expérience de travail, sans compétences professionnelles, ni sociales particulières à valoriser, la « culture » « disciplinaire » et « productiviste » inculquée et récompensée par les patrons, souvent de façon informelle, va poser les fondements d’un profil anthropologique de l’ouvrier modèle. Désormais, ce qui semblait être une particularité pour l’histoire des femmes de la Brukman semble dessiner, sous d’autres aspects, des origines sociologiques communes et nouvelles, du moins non étudiées, de principes de mobilisations collectives et populaires.

Le travail comme producteur de culture et de mobilisation sociale

15Affirmer que les acteurs des récupérations et autogestions argentines ne correspondent pas à ce qu’ils sont souvent décrits ne suffit pas à expliquer les raisons d’un tel écart entre un profil d’ouvrier dévoué et la poursuite d’une mobilisation radicale à un moment donné. C’est évidemment l’un des grands enjeux de ce livre : comprendre les mécanismes sociaux et culturels qui poussent des ouvrières et des ouvriers, a priori si éloignés de la contestation salariale, à adopter des mesures si radicales contre leur employeur. Pour ce faire, nous adopterons le point de vue de l’historien Charles Tilly [1984] : un mouvement social répond avant tout à des structures anciennes, ancrées sur le temps long, qu’il faut appréhender en ces termes. Nous étudierons plus spécifiquement l’histoire salariale de ces populations ouvrières : d’où viennent-elles ? Comment arrivent-elles sur le marché du travail ? Comment vont-elles devenir des travailleuses « zélées » ? Enfin, quels bouleversements leurs trajectoires ont-elles connus pour se retourner si subitement contre leur patron ? Il s’agira donc dans un premier temps d’analyser les formes d’une certaine intégration salariale [Castel, 1995], sources d’identification et de catégorisation ouvrières dominées [Brubaker, 2001] par une relation salariale inédite – car peu étudiée – : le zèle.

16L’étude longitudinale des populations de Brukman et Global nous permettra ensuite de mieux saisir les raisons qui les poussent à se mobiliser. Comme nous le verrons dans un second temps, c’est effectivement le péril pesant sur une certaine suprématie ouvrière, dans un contexte national de bouleversements sociaux, qui les poussent à l’action. Il sera davantage question alors, dans ce deuxième moment, de comprendre de façon plus minutieuse le déclenchement et le déroulement de leur mobilisation : quelles raisons les poussent-elles à agir ? Comment ces actions sont-elles possibles ? Comment ces mobilisations s’imposent-elles et s’articulent-elles avec des sources d’identifications a priori antagonistes ? Nous verrons donc dans cette deuxième partie comment les effets du néolibéralisme sur des relations salariales singulières propulsent des ouvrières dans un nouveau cadre autogestionnaire.

17Mais cet ouvrage n’est pas simplement une compilation d’entretiens consistant à mettre en lumière un décalage éclairant sur des mobilisations ouvrières inédites. À partir d’observations, notamment participantes, de dix-huit mois étalés sur près de sept ans, ce livre se propose d’offrir un regard de l’intérieur sur la mise en place d’un « projet » autogestionnaire. Regard d’autant plus instructif que ce projet s’inscrit davantage dans une stratégie de survie que dans un désir de lutte contre la hiérarchie. À cette situation de départ paradoxale s’agrège toute une série de contraintes au moment de relancer leur activité ; précarité, réorganisation du travail, découverte parallèle et contradictoire de la gestion collective et des logiques de marché, l’autogestion apporte son lot d’imprévus et de déconvenues. Comment les salariés de Brukman et de Global vont-ils faire face à cette nouvelle réalité de travail ? Mais surtout, comment un collectif dominé par une socialisation proche du modèle patronal va-t-il négocier cette reconversion culturelle aux valeurs de l’autogestion, en premier lieu celle de l’égalité démocratique et salariale ?

18Cet ouvrage constitue donc une invitation à repenser ces mobilisations ouvrières à l’ère du néolibéralisme. Les usines Brukman et Global nous proposent un décalage extraordinaire qui peut considérablement donner matière à réflexion si l’on s’écarte des images stéréotypées ou essentialisées liées aux membres des classes populaires. À la manière de Thompson [1988], ces populations nous livrent des matériaux originaux pour mieux penser les classes sociales et les mouvements sociaux d’aujourd’hui, en montrant la variété et les apories de la constitution d’une mobilisation ouvrière. Ces histoires sociales réaffirment néanmoins la prééminence d’une source essentielle d’action collective, quelque peu délaissée : le travail.

19Notre propos n’est donc pas seulement de montrer une fois de plus la centralité sociale du travail dans les sociétés postindustrielles [Castel, 1995 ; Bouffartigue, 1997] ; à la croisée de Hoggart [1970] et de Sainsaulieu [1977], cette enquête se propose de revenir surtout sur sa capacité à produire du culturel, à l’heure où le travail semble de plus en plus s’éloigner de sa fonction historique de socialisation [Durkheim, 1893].

Notes

1 Nous entendons ici par «zèle» des conduites et des croyances en la légitimité d’un système patronal auquel un travailleur s’identifie et se valorise. Modèle hybride des dominations charismatique et légal-rationnelle de Weber, le zèle se fonde sur une relation salariale singulière, constitutive d’une socialisation spécifique: construit sur une relation asymétrique, le travailleur se réalise dans le respect scrupuleux du contrat officiel et des attentes informelles imposées par son patron, conduite rétribuée par des gratifications matérielles et symboliques. Comme nous le verrons, il s’agit d’un modèle qui nécessite des prédispositions sociales et des conditions objectives particulières de réalisation.

© Éditions de l’IHEAL, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540