Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Néolibéralisme et autogestion

 | 
Maxime Quijoux

Préface

Paul Bouffartigue

Texte intégral

Les vertus du microscope. L’autogestion, au-delà du mythe

1Aux côtés d’autres grands thèmes de réflexion portés par le renouvellement des luttes sociales et de l’anticapitalisme depuis la fin des années 1990, celui de l’autogestion fait son retour. Il faut se féliciter qu’à l’image de cette belle recherche de socio-ethnographie ce ne soit pas seulement sous la forme du renouveau d’un mythe ou d’une utopie révolutionnaire, mais aussi d’investigations honnêtes et minutieuses qui débouchent, certes, sur un certain dégrisement du lecteur, mais aussi sur une salutaire lucidité. Car, comme le rappelle Maxime Quijoux, qui a lui-même été initialement captif de cette fascination, le basculement du continent sud-américain à gauche et la multitude des expériences sociales et politiques dont il est le théâtre ont relancé sa fonction ancienne : être le territoire où se projettent les rêves et parfois les fantasmes de larges franges de la gauche française.

2La mythologie autogestionnaire a tendance, par définition, à unifier des expériences historiques très diverses. Or ces dernières se distribuent sur un vaste éventail entre deux pôles : celui des utopies ou des crises révolutionnaires – la Commune de Paris, les soviets en Russie, la République espagnole ; et celui des réponses pragmatiques à la nécessité de poursuivre une activité productive pour sauvegarder l’emploi, ou, en dehors de la sphère du travail, de résoudre des questions urgentes de logement ou de vie quotidienne. Même si c’est bien à proximité de ce second pôle qu’ont surgi ces dernières années, en Argentine comme en France, des projets ou des réussites de reprises d’usine sous forme coopérative, il n’est pas surprenant que des cercles militants s’en emparent. Leur rhétorique va alors souvent un peu vite en besogne, idéalisant ce qui s’y passe au nom d’une visée de transformation sociale radicale. Or cette dernière n’a rien à gagner à tricher avec le réel. Telle est la vertu du microscope utilisé par Maxime Quijoux. Si les réalités qu’il découvre, au fil de ses longues années d’observation à la loupe de deux usines récupérées par leurs travailleurs dans l’Argentine des années 2000, sont bien différentes de celles auxquelles s’attendait le jeune militant, on sent bien qu’elles n’ont pas éteint sa passion de comprendre ce monde pour le transformer.

3Aujourd’hui, dans ce pays de 41 millions d’habitants, ces expériences se déroulent dans deux cents entreprises qui totalisent de 10000à 12000 salariés. C’est dire leur modestie quantitative. C’est dire aussi qu’il s’agit presque toujours de PME artisanales. Quelles sont donc les raisons de leur impact, apparemment démesuré, dans l’opinion progressiste et le mouvement altermondialiste, tout particulièrement dans notre pays ? La première est que nombre d’entre elles sont nées dans le sillage de la faillite des orientations néolibérales en vigueur dans l’Argentine des années 19801990 et de la grande révolte populaire qu’elles ont fini par provoquer ; la seconde est qu’elles se sont multipliées dans plusieurs pays du continent sud-américain ; la troisième est qu’elles font écho à un nouveau cycle de la conflictualité sociale dans la France de la seconde moitié des années 1990 ; la quatrième est qu’elles sont chargées de toute la symbolique prestigieuse attachée au mot « autogestion », ancrée dans l’histoire de longue durée du mouvement ouvrier, et dans l’histoire plus courte de la France de l’après 1968. C’est dire s’il était important d’aller y voir de plus près.

4C’est donc ce à quoi s’est attelé Maxime Quijoux. De 2004 à 2008 il a séjourné à plusieurs reprises sur place après avoir choisi comme terrain d’observation deux petites usines, fort contrastées du point de vue de leur notoriété. La première, Brukman, où une cinquantaine d’ouvrières confectionne des costumes masculins, est une des vitrines les plus médiatisées du mouvement de récupération. Abandonnée par son patron au cœur de la tourmente sociale et politique de décembre 2001, elle fera l’objet de fortes mobilisations populaires pour la sauver au cours des deux années suivantes. La seconde, la Nueva Esperanza, ou une vingtaine d’ouvriers et d’ouvrières fabrique des ballons de baudruche, est largement inconnue. Ce n’est qu’en mars 2004 qu’est posée la question de sa récupération par ses ouvrier(e)s. L’auteur va donc enquêter dans ces deux usines avec toute la panoplie des outils du sociologue-anthropologue, dont le travail en atelier dans la seconde. Certes, il ne prétend pas que ces deux cas épuisent la réalité des expériences « autogestionnaires » de l’Argentine des années 2000. Mais affirme avec force, et avec de nombreux arguments à l’appui, qu’elles sont significatives de tendances majeures de ce mouvement.

5Au fil de son travail de terrain et de ses découvertes, le jeune militant, animé au départ par une vision idéalisée de ces expériences « autogestionnaires », apprend le métier de chercheur. Ce métier implique la distanciation et l’objectivation et l’abandon du filtre par trop normatif au travers duquel on risque d’interpréter la masse des observations collectées. Il permet de démontrer combien, loin d’une transformation radicale des rapports de travail animée par des ouvrières et des ouvriers conscients et politisés, il s’agit d’aventures réalisées pragmatiquement par des travailleurs que Maxime Quijoux appelle « zélés », tant lui paraît fort leur consentement à l’ordre social patronal. Pour eux la récupération et la relance de l’activité sous forme coopérative ne sont pas un choix politique : c’est d’abord une manière d’essayer de sauver leur emploi, ainsi que le mode de vie et la culture qui y sont associés. Du coup ces expériences sont marquées par toute une série de traits qui traduisent la reproduction de l’ancien ordre social, marqué notamment par les phénomènes de délégation de pouvoir et de concurrence entre salariés. Malgré les contrastes entre ces deux histoires, qui font que l’expérience de Brukman est plus riche que celle de Global – notamment parce que les ouvrières vont y bénéficier du soutien militant d’un groupe d’extrême gauche et que quelques-unes vont partager ses orientations –, les points communs l’emportent : les modes de socialisation antérieure de leur main-d’œuvre sont très proches, et leurs difficultés à faire de la période ouverte par leur récupération de vrais laboratoires autogestionnaires se ressemblent. C’est fondamentalement parce qu’il s’agit d’une main-d’œuvre peu instruite, peu qualifiée, issue de l’immigration rurale, dépourvue de culture ouvrière et ayant connu jusque dans les années 1980 une forte promotion sociale par le travail salarié dans le cadre de PME paternalistes, que ces expériences de récupération se révéleront limitées.

6Tel est l’apport central de ce livre : nombre des difficultés et des limites de ces expériences coopératives tiennent à la figure ouvrière qui est en leur cœur, le « travailleur zélé ». Hier soumise à l’ordre social paternaliste de la PME, elle est entraînée un peu malgré elle dans une aventure qui la dépasse et dans laquelle les forces de rappel du passé récent sont puissantes. Maxime Quijoux ne nie pas qu’il existe d’autres sources de difficultés, notamment celles qui proviennent d’un environnement – économique, politique et juridique – instable, et globalement hostile au mouvement des usines récupérées. Mais en mettant l’accent sur les sources internes au type de salariat concerné, il apporte ici un éclairage puissant et original. Car même quand les salariés qui sont mis au pied du mur d’une possible récupération de leur outil de travail ne sont pas aussi clairement marqués par la soumission à l’hégémonie patronale, la peur ou les hésitations sont toujours là. Il s’agit de la crainte de la prise de risques quelque peu insensée en quoi consiste l’idée de se réapproprier son espace de travail jusqu’à prendre les décisions de gestion à la place de l’ancien propriétaire. On pense ici au superbe documentaire de Mariana Otero « Entre nos mains ». Ce film, sorti en octobre 2010, rend compte de la naissance d’un projet de reprise sous forme coopérative d’une usine de lingerie féminine de l’ouest de la France, où travaillent principalement des ouvrières. Comme dans les cas étudiés par Maxime Quijoux, nous sommes dans un monde d’après les utopies révolutionnaires, et il n’est pas question, initialement, d’inventer de nouveaux rapports sociaux : les premières questions dont débattent les intéressées tournent autour de la viabilité du projet et de la peur de perdre l’argent qu’il faut y investir. Mais la dynamique de délibération collective qui s’instaure à cette occasion est d’une telle richesse que l’échec du projet de reprise n’efface pas la joie de l’apprentissage d’une puissance collective d’agir. Elle éclate dans une scène finale émouvante, celle d’un chant collectif composé et interprété par les ouvrières.

7La portée de ce livre va donc au-delà de la découverte du rôle central du « travailleur zélé ». Il nous rappelle par exemple qu’une fermeture ou un abandon d’usine par ses propriétaires n’est jamais un coup de tonnerre dans un ciel serein. Elle fait presque toujours suite à une période de difficultés et de réduction des effectifs qui pèse profondément sur les conditions sociales et subjectives dans lesquelles se pose sa survie. Très directement, dans les exemples ici étudiés, au travers de l’élimination ou du départ des ouvrier(e)s qui avaient sans doute plus de ressources, professionnelles ou militantes, que ceux et celles qui sont restés. Il nous apprend également que malgré la force de la logique de la reproduction des habitus anciens de nouveaux apprentissages interviennent : des pratiques de démocratie directe, des rapports de travail plus égalitaires et horizontaux sont bien expérimentés, notamment à Brukman ; et dans les deux usines, des femmes remettent pratiquement en question la domination machiste, prolongeant dans certains cas leur nouveau pouvoir dans la famille lié à la fragilisation économique masculine.

8Et, finalement, ce livre ne nous indique-t-il pas, en creux, que si de telles expériences sont tout de même possibles, avec toutes leurs limites, dans des secteurs ouvriers où la conscience de classe est apparemment la moins développée, elles peuvent avoir de beaux jours devant elles dans des secteurs où des travailleurs – ou des habitants, des « consommacteurs », des citoyens – auraient davantage de ressources politiques ?

Auteur

Directeur de recherche au CNRS.
Membre du laboratoire d’économie et de sociologie du travail (LEST))

© Éditions de l’IHEAL, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540