Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

S'affirmer Lacandon, devenir patrimoine

 | 
Julie Liard

Conclusion

Texte intégral

Des ruines et des personnes : la patrimonialisation

1Dans cette recherche, nous avons étudié les discours et les pratiques de l’anthropologie et de l’archéologie, à l’origine d’une représentation des Lacandons qui s’est diffusée au sein de la sphère publique et a engendré les phénomènes touristiques.

2Nous avons montré, à travers l’exemple du tourisme et de la patrimonialisation, la façon dont les Lacandons investissent cette image exceptionnelle créée par les productions scientifiques et reprise par les mouvements environnementalistes, les promoteurs touristiques et l’État.

3Les anthropologues et les archéologues ont eu un rôle de médiateur, politique dans le cas de Gertrude Duby, mais aussi d’agent de développement dans le cas des archéologues en ce qui concerne la formation de guides. Leur implication a aussi conduit les Lacandons à regarder différemment leur culture et leur société. La présence récurrente et incessante des chercheurs les a incités à s’interroger sur eux-mêmes et sur leur rapport à la culture.

4Au sein de cette étude nous nous sommes également efforcée de comprendre la patrimonialisation des ruines de Bonampak. Ce processus de transformation des vestiges met en évidence une mise en scène qui conduit les touristes à vivre une expérience plus qu’une simple visite. Tout le phénomène de « l’expérience » à vivre lors d’un voyage est aussi une notion alimentée par le tourisme, ce qui rend encore plus ambiguë la frontière entre l’anthropologue, le sociologue et le touriste.

5Grâce à la mise en scène présente autour des ruines, les Lacandons investissent leur représentation exceptionnelle afin de faire vivre un moment authentique aux touristes. Les guides lacandons répondent aux demandes des visiteurs, construisant ainsi avec eux « l’authenticité », laquelle est délibérément jouée.

6Celle-ci montre comment les guides lacandons ainsi que l’acteur de théâtre se sont réapproprié les conceptions occidentales de leur société et les ont intégrées afin de satisfaire les étrangers, qu’il s’agisse de touristes ou même des chercheurs avec lesquels ils sont habitués à cohabiter depuis longtemps, preuve de leur flexibilité et de leur capacité à se questionner et à réinterpréter les conceptions de leur propre société afin de les ajuster aux nouvelles circonstances. En ce sens, le tourisme devient un terrain intéressant à étudier car il induit un processus de reformulation identitaire des Lacandons.

Science et société

7Nous avons souligné au cours de cette étude le rapport fusionnel qui pouvait exister entre les chercheurs et les communautés locales réceptrices. Nous avons mis en évidence le fait que Lacanjà Chansayab est une société « ethnologisée », de même que les Dogons du Mali étudiés par Anne Doquet. Lacanjà Chansayab est un terrain de prédilection des anthropologues, des sociologues, des linguistes. Cette situation ethnologique, créée par Gertrude Duby et d’autres chercheurs, est à l’origine des multiples activités liées au tourisme et à l’environnement dans la région. Aujourd’hui, c’est en quelque sorte le tourisme qui y maintient la situation ethnologique. On peut aussi s’interroger sur ce qui fait réellement la différence entre un sociologue au travail et un touriste en vacances : est-ce le temps passé sur place, la relation avec les locaux, autre chose encore ?

8Cette situation nous amène à réfléchir à la place des sciences sociales dans la société. La construction de « l’authenticité » est en fait une co-construction, du social et du scientifique. Une pratique scientifique ne devient une vérité socialement acceptée qu’après un processus particulier qui lui donne en quelque sorte tous ses droits et sa légitimité [Pestre, 2006]. La production scientifique ne reste pas dans le « laboratoire », dans la « communauté scientifique ». Le cas des Lacandons montre bien que les textes écrits par l’anthropologie ou l’archéologie ne sont pas restés seulement « en interne ». Ils sont repris par une série d’acteurs qui les réinvestissent et les utilisent à différentes fins.

9Il est important de saisir cette dynamique de coproduction et de co-transformation du social et du scientifique. À l’inverse, les sciences remplissent des fonctions sociales multiples, ce qui module en retour la trajectoire des savoirs eux-mêmes. Auprès du grand public, cet effet de feed back joue à son tour sur l’appropriation non scientifique du savoir et sur l’image du scientifique, ainsi que sur celle de son sujet d’étude.

10Il existe une dynamique de reconfiguration conjointe du social et du scientifique. Les Lacandons dans leur relation avec les chercheurs démontrent que le savoir scientifique appliqué à leur société engendre des phénomènes sociaux déterminants, comme la co-construction de « l’authenticité ». En retour, les phénomènes sociaux dans la société lacandone influencent la construction des savoirs scientifiques. Tout comme les touristes, les chercheurs sont en demande d’informations. Les Lacandons pour leur part, cherchent à satisfaire le désir du chercheur. Il y a une coproduction des savoirs et des données ethnographiques, mais aussi une co-transformation du social et du scientifique. C’est également à travers ces interactions que les Lacandons construisent leur contemporanéité.

11Tout au long de notre séjour sur place et à notre retour en France, nous nous sommes interrogée sur notre propre production scientifique et ses effets sur la société lacandone. Se pose aussi la question de l’objectivité d’une étude sociologique ou anthropologique et celle de la position du sociologue ou du touriste, sans omettre les motivations du choix d’un sujet comme celui-ci.

12Cette étude aboutit à l’analyse d’un phénomène touristique complexe et comprenant une multitude d’acteurs, de liens sociaux et de dynamiques. Cependant des aspects tels que : l’aspect politique, le rapport des Lacandons à l’État et aux institutions dans ce phénomène touristique restent à développer.

13Enfin, la comparaison avec les Dogons du Mali prouve que cette situation de « société ethnologisée » n’est pas propre aux Lacandons. Il existe certainement de part le monde bien d’autres cas de ce genre, ce qui ne peut être mis en évidence que par l’étude qui enclenchera le processus de reconnaissance et d’identification de la patrimonialisation. Voilà de quoi s’interroger plus encore sur notre statut de sociologue et sur la production des données scientifiques.

© Éditions de l’IHEAL, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable