Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les défis de l'éducation en Amérique latine

 | 
Jean-Michel Blanquer
, 
Hélgio Trindade

L'ouverture internationale le rôle stratégique des échanges

La France vaut-elle encore une messe ?

Analyse qualitative de la politique des bourses sandwich en France

Angela Xavier de Brito

Texte intégral

  • * CERLIS, CNRS/Université René-Descartes (Paris V)

1Note portant sur l’auteur*

2Le saut qualitatif du système universitaire brésilien — en grande partie fruit de la politique nationale qui s’est développée à partir des années 1950, reposant sur l’attribution de bourses d’études, que ces dernières soient menées sur le territoire ou à l’étranger — a permis au Brésil de réduire la contribution des partenaires étrangers dans la formation de ses cadres. Partant, cette situation a permis le lancement d’une nouvelle modalité de bourses d’étude à l’étranger — la bourse sandwich — où les deux partenaires de la formation sont alternativement présents : le début se fait au Brésil, par l’inscription des étudiants dans un doctorat et la conséquente réalisation des unités de valeur dans ce pays ; un stage dans un pays étranger s’ensuit, qui varie entre six mois et deux ans ; finalement, la rédaction d’une thèse en portugais et la soutenance se font à nouveau au Brésil, avec ou sans la présence du partenaire étranger.

3La présupposition de départ est ainsi que la bourse sandwich est d’emblée un processus interculturel, dans la mesure où il y a interaction constante entre deux pays et, de ce fait, interaction entre des acteurs socialisés dans deux cultures distinctes. Ce sont les caractéristiques interculturelles de ce processus qui ont contribué à ce que mon cadre d’analyse s’inspire à la fois de l’approche à niveaux multiples proposée par Ogbu (1981) et de la théorie du don de Marcel Mauss (1950). La première permet de saisir à la fois les règles institutionnelles qui encadrent une politique, la dynamique qu’elles créent, les négociations entre les acteurs en présence et la façon dont chacun d’entre eux vit les interactions qui en résultent. La deuxième présuppose que les processus d’interaction ne peuvent être réussis que quand ces acteurs appartenant à des cultures différentes arrivent à construire, au sein de ce processus de circulation et d’échanges de savoirs, un rapport de confiance dans un esprit de gratuité.

4La bourse sandwich est un processus global qui ne peut ni ne doit être pensé indépendamment de l’ensemble du processus de formation doctorale de l’étudiant qui la reçoit. L’idée de faire une partie de sa formation dans tel ou tel pays doit être intégrée au projet de formation de l’étudiant dès le début des unités de valeur, en tenant compte de la valeur ajoutée que le pays choisi peut offrir à la réalisation de son travail scientifique. Mais il doit également intégrer la connaissance des règles et des normes qui régissent le champ de formation extérieur où l’étudiant est censé séjourner. La politique des bourses sandwich ne doit pas être conçue du seul point de vue brésilien, mais prévoir des négociations avec le partenaire étranger à tous les niveaux. C’est pourquoi, dans l’évaluation de cette politique, j’ai cherché à donner la parole à tous les interlocuteurs en présence (du côté brésilien : étudiants, agents des organismes de financement et directeurs de thèse ; du côté français : responsables des relations internationales des universités et directeurs de thèse), en cherchant à comprendre leur façon de concevoir le processus de formation et leurs intérêts respectifs, dans le cadre de la bourse sandwich.

5Quelques points forts et un certain nombre de problèmes ont été identifiés, dont la résolution ne pourra que contribuer à faire de la bourse sandwich un instrument de coopération scientifique encore plus efficace. Car les bourses sandwich en tant qu’instrument de formation bénéficient d’un fort consensus — et c’est pour cela qu’elles doivent être améliorées. En effet, tous les interlocuteurs — quelle que soit leur position hiérarchique ou leur nationalité - semblent approuver les principes qui régissent cette modalité de bourse. Alors que j’avais commencé cette recherche avec un préjugé négatif contre la prolifération des bourses sandwich et la conséquente réduction des bourses de quatre ans accordées auparavant, ce fait m’a étonnée. Selon les entretiens, la bourse sandwich contribue « à la formation d’une science ancrée dans les intérêts nationaux », au « maintien d’un dialogue avec la communauté scientifique brésilienne », à la « constitution d’un répertoire de thèses écrites et soutenues en portugais » qui fait cruellement défaut au Brésil.

6Quatre problèmes-clés ont été identifiés dans le processus d’attribution d’une bourse sandwich :

  1. l’absence de statut du boursier ;
  2. le temps passé à l’étranger, perçu sous la double perspective de la construction de la situation et de la durée ;
  3. la maîtrise de la langue française, instrument fondamental dans la communication interculturelle ;
  4. les critères d’évaluation du séjour à l’étranger.

7L’absence de statut du « boursier-sandwich » pose le problème de l’identité de l’étudiant brésilien dans une société aussi hiérarchisée que la société française. Selon Mauss (1950), l’établissement d’une relation de confiance implique que les statuts respectifs des partenaires en présence soient clarifiés dès le départ ou soient au moins fixés au cours du processus. Or, les organismes qui octroient les bourses sandwich conseillent à leurs étudiants de ne pas s’inscrire dans une université française, dans la mesure où ils soutiendront la thèse au Brésil. L’absence d’inscription prive le boursier du statut d’étudiant sans lui offrir aucune alternative valable, le plaçant dans une situation d’extrême vulnérabilité : il ne sait pas à quelle loi il doit obéir, comment il doit se présenter dans cette nouvelle société, quels sont ses droits et ses devoirs envers elle. En outre, les professeurs qui les reçoivent ne savent pas exactement qui ils sont ni quel doit être exactement leur rôle par rapport à eux. La définition d’un statut rend plus facile l’intégration des boursiers.

8La recherche montre néanmoins qu’effectivement, le statut d’étudiant régulièrement inscrit dans une université française ne convient pas au boursier brésilien, dans la mesure où cela le soumet aux exigences d’un champ de formation étranger. C’est le cas de certains étudiants contraints à fréquenter un DEA lorsqu’ils ont déjà réalisé toutes les unités de valeur requises pour leur doctorat selon les normes de l’université brésilienne dans laquelle ils sont inscrits. Il y a néanmoins dans le répertoire de l’Université française des statuts qui pourraient convenir : le statut de « chercheur-invité » semble convenir aux boursiers qui ont déjà un poste universitaire au Brésil et celui de « stagiaire » régulièrement inscrit à ceux qui n’y ont aucun emploi. Mais, dans la mesure où la définition du statut met à la fois en jeu la relation avec le partenaire extérieur et circonscrit le champ d’action des boursiers dans une autre société, il est extrêmement important que les statuts correspondants aux deux principales catégories de boursiers soient négociés et définis avant leur départ pour l’étranger — ce qui aurait le mérite de rendre plus faciles leur accueil et leur adaptation.

9Une autre forme d’attribution statutaire — la co-tutelle, dont le caractère interculturel est d’emblée plus clair — se trouve actuellement en voie de développement, mais les données disponibles sur cette modalité au moment de la recherche n’étaient pas suffisamment définies pour que les organismes de financement puissent adopter une position ferme en ce qui la concerne, malgré le souhait d’un certain nombre d’étudiants de voir leur séjour de formation reconnu dans les deux pays à la fois.

10Le deuxième problème a trait au temps : il conviendrait de définir le moment idéal dans le processus de formation où l’étudiant doit être envoyé à l’étranger et de mieux déterminer la durée optimale de son séjour dans le pays étranger.

11L’envoi des boursiers à l’étranger se fait normalement sans tenir compte de l’avancement de leurs travaux et des conditions d’accueil dont ils bénéficieront dans le pays étranger. Or, un étudiant qui arrive précocement en France ne saura pas intégrer les contributions de la France dans son travail, tandis que celui qui arrive avec un travail déjà trop avancé risque d’être déstabilisé face aux nouveaux influx théoriques. Il faudrait veiller à ce que l’étudiant ait déjà pu réaliser au moins une partie de sa recherche empirique au Brésil et qu’il puisse organiser son séjour en accord avec ses obligations académiques vis-à-vis de son université d’origine. Il apparaît que la période idéale pour l’envoi d’un étudiant en bourse sandwich se situe autour de la moitié de la deuxième année de thèse — ce qui a le mérite d’éviter des conflits d’orientation et des retours intempestifs dus à l’application rétroactive de nouvelles méthodes de travail.

12Deux différences culturelles rendent difficile la planification du moment de l’arrivée de l’étudiant en France. D’abord, la différence des calendriers académiques ; ensuite, l’importance de la planification dans le calendrier académique français. Le temps en France se fonde notamment sur deux notions : la notion de vitesse (Vasquez, 1983), dans le sens où il convient de réaliser les buts définis dans les délais prévus sans dépasser le temps alloué pour telle ou telle tâche ; et la notion de planification, qui définit à l’avance les tâches à réaliser tout au long de l’année universitaire, mais qui touche également à l’organisation du temps du directeur qui reçoit le boursier, dans la mesure où celui-ci doit concilier cette activité avec les autres impératifs de sa fonction. La planification définit le processus de sélection pour l’accès aux cours, les équivalences des diplômes, les inscriptions et le début des séminaires, entre autres. Or, dû à la politique du flux continu — qui prévoit trois ou quatre sélections de boursiers par an — les boursiers brésiliens arrivent à des moments divers de l’année universitaire. Ceci enfreint la notion de planification à plus ou moins long terme, qui est à la base de la construction du temps en France. Les entretiens avec les directeurs français ont montré qu’ils préfèrent clairement que les étudiants arrivent au début de l’année universitaire ou, au moins en début de semestre. En outre, en ce qui concerne le côté brésilien, le flux continu empêche la réalisation des entretiens, un des meilleurs instruments de sélection. La politique du flux continu, conçue en fonction d’intérêts exclusivement brésiliens, mériterait ainsi d’être renégociée avec les partenaires français, notamment dans le champ des sciences humaines.

13Par ailleurs, la durée de la bourse va déterminer les profits et les gains que le boursier peut tirer de son séjour à l’étranger. La recherche a montré qu’un étudiant a besoin en moyenne de deux à trois mois pour s’adapter aux nouvelles normes de fonctionnement social et académique, et de près de six mois pour bien connaître le champ des connaissances disponibles et pouvoir ainsi établir ses propres critères de sélection quant à ce qu’il considère ou non profitable pour son travail. De sorte que la durée idéale d’une bourse sandwich, pour qu’elle soit un investissement rentable, se situe entre un an minimum et deux ans maximum. Un délai inférieur à un an réduit la signification de l’apport donné par la période passée à l’étranger, en éliminant les gains collatéraux de ce type de bourse : la connaissance de nouvelles structures académiques, l’établissement de contacts durables, les possibilités de publication et de participation à des réseaux de recherche, la possibilité d’assister à des congrès et à des colloques. Envoyer un étudiant à l’étranger en ayant pour seule perspective l’enrichissement du contenu d’une thèse est sinon illusoire du moins source d’appauvrissement, même dans des domaines extrêmement pointus.

14Enfin, cette bourse devrait intégrer à sa planification une période consacrée à la rédaction de la thèse par l’étudiant lors de son retour au Brésil — ce qui est, en dernière instance, sa raison d’être. Ceux qui ont un poste à l’université devraient être libérés d’une surcharge de travail dès leur retour ; et ceux sans emploi pourraient bénéficier d’une période additionnelle de financement dans un tel but.

15Cette manière de concevoir la bourse sandwich comme un processus global conduirait à une sélection plus qualitative, contribuerait à empêcher les erreurs de parcours qui peuvent revenir chers aux organismes de financement et éviterait que le boursier soit soumis à des situations de précarité nuisibles à sa performance pendant son séjour à l’étranger et lors de son retour au Brésil.

16Le troisième problème concerne la maîtrise de la langue française de la part des candidats. Les règles du jeu de la bourse sandwich impliquent, certes, que la thèse soit rédigée en portugais et soutenue au Brésil. Mais, le fait d’écrire la thèse en portugais ne dispense pas l’étudiant de se plier à un certain nombre de règles académiques qui sont également perçues comme autant de règles de courtoisie et de politesse vis-à-vis du professeur qui le reçoit - comme, par exemple, le fait de lui rendre, avant les rendez-vous d’orientation, des textes écrits en français qui puissent lui permettre de juger des progrès de l’étudiant. En outre, une certaine aisance dans la langue française rend plus facile la résolution de certaines situations de conflit.

17Néanmoins, la recherche a montré que l’évaluation du niveau de maîtrise de la langue française peut être relativisée selon le domaine disciplinaire. Dans le domaine des sciences exactes, la vie de laboratoire et l’usage courant de l’anglais comme langue de communication scientifique internationale permettent un niveau initial de français inférieur à celui requis dans le domaine des sciences humaines et sociales, où une bonne expression orale et écrite est indispensable dès le début, notamment si les organismes de financement veulent que les boursiers établissent des contacts permanents, fréquentent des congrès et publient dans des revues françaises.

18Le dernier problème concerne l’évaluation de la période passée à l’étranger d’après la thèse seulement. Cette étape est, sans aucun doute, fondamentale, mais ne doit pas constituer le seul critère de jugement de la valeur d’un séjour à l’étranger. Les boursiers rapportent au Brésil nombre d’autres connaissances d’ordres divers, autant ou plus importantes que la rédaction d’une thèse, pour le développement de la science et de la culture brésiliennes et pour lesquelles on pourrait élaborer des indicateurs d’évaluation. Dans le champ des sciences humaines et sociales, il y aurait, par exemple, la connaissance de nouvelles formes de fonctionnement universitaire ; le contact avec de nouvelles habitudes de travail ; l’établissement de relations scientifiques qui peuvent conduire à des accords de coopération ; la participation à des réseaux internationaux, etc. Plus particulièrement dans le champ des sciences exactes, il y aurait en plus le transfert de technologies ou de connaissances specialisées, dans le cas de la construction de laboratoires conjoints au Brésil. Le sens de l’observation envers le mode de fonctionnement de l’université et de la recherche françaises devrait être stimulé chez le boursier sandwich, de telle façon qu’il puisse apporter à son propre pays des suggestions de modifications institutionnelles.

19En effet, une des grandes questions posées dans le contexte d’une bourse à l’étranger est celle des apports globaux de cette période non seulement en termes individuels — l’accomplissement du projet de thèse de l’étudiant lui-même — mais également pour le développement de l’université brésilienne dans son ensemble. En d’autres termes, la valeur ajoutée d’une bourse sandwich doit être perçue non seulement en termes scientifiques, mais aussi en termes institutionnels.

LES RELATIONS DE CONFIANCE ENTRE LES PARTENAIRES

20Un des présupposés de l’analyse qualitative d’une politique requiert l’examen des interactions entre les partenaires impliqués. Dans ma recherche, ces interactions ont été examinées à la lumière de la théorie du don (Mauss, 1950), dans le but de déceler les relations de confiance construites dans ce cadre. J’ai identifié six paires de relations, que j’examinerai par la suite :

21Il existe, en principe, une relation de confiance efficace entre les boursiers et leurs directeurs de thèse brésiliens. Ces derniers valorisent le fait que les étudiants soient les conducteurs de leurs propres projets et stimulent leur autonomie. Car, selon eux, l’autonomie est la condition nécessaire dans cette forme de communication à distance. La communication entre le boursier et son directeur brésilien (ni très intense ni très lâche) satisfait, d’une manière générale, les deux côtés, à condition que le boursier soit pourvu d’une certaine autonomie. Le principal problème identifié dans cette relation a ainsi été la connaissance insatisfaisante que les directeurs brésiliens ont de la situation concrète de leurs étudiants en France et des problèmes qu’ils connaissent au quotidien. Un autre point faible est lié à l’insuffisante préparation des étudiants au choc culturel inévitable que suppose tout séjour à l’étranger. Ceci pourrait être au moins partiellement résolu si les organismes de financement veillaient à ce qu’il y ait un contact plus régulier avec le pays d’accueil, en offrant, par exemple, de courts voyages aux directeurs ou encore par le biais de séjours qu’ils financeraient pour des congrès à l’étranger. Mais il est également possible que cette tâche puisse être déléguée à une instance locale spécialement créée et dont la mission serait d’aider sur tous les plans les étudiants en séjour à l’étranger.

22La relation entre les boursiers et leurs directeurs français est un des éléments du choc culturel. Dans les milieux brésiliens, il existe une méfiance implicite quant à la valeur d’une direction « à la française », considérée en général plus lâche que le système de direction « à la brésilienne ». Il faut bien voir que ces deux types de direction de thèse s’inscrivent dans des situations culturelles très différentes. Pour les directeurs français, le respect de l’autonomie de l’étudiant est un principe de base. Les boursiers ont beau être influencés par les préjugés en vigueur au Brésil, au fur et à mesure qu’ils intègrent les normes qui régissent la société française, l’évaluation qu’ils portent sur leurs directeurs français devient assez positive, ce qui bat en brêche les préjugés. Même dans les cas où il y a conflit de personnalité entre les deux partenaires, l’évaluation de la direction scientifique reste positive. Parallèlement, les partenaires français, sont prêts à réflêchir sur les possibles points de conflit qui les opposent à leurs étudiants étrangers — preuve que la voie reste ouverte à la construction d’une relation de confiance durable. Du reste, les étudiants sont mieux encadrés dans les équipes ayant des contacts plus anciens avec le Brésil. L’absence de statut clairement défini évoquée plus haut reste quand même un important handicap dans cette relation, notamment lorsque des étudiants sont envoyés dans des universités où cela constitue une expérience inédite.

23L’ambiguïté même de la relation entre les boursiers et les organismes de financement — particulièrement la Capes, qui a financé cette recherche — rend délicat l’établissement d’une relation de confiance. En effet, l’action de ces institutions est double, en ce qu’elles sont à la fois organisme de financement du séjour et organisme d’évaluation. L’opinion des boursiers quant au financement est assez positive : leurs interlocuteurs sont, selon eux, gentils et efficaces. En revanche, les aspects liés à l’évaluation scientifique ont mérité quelques critiques importantes — à l’instar des plaintes contre l’application de mesures rétroactives, l’absence de retour scientifique pour les rapports qu’ils sont censés remettre régulièrement et la création de situations génératrices d’une certaine précarité. Cette partie de la recherche montre néanmoins que le mythe selon lequel les boursiers brésiliens, et particulièrement les étudiants de sciences humaines et sociales, se perdent face à la multiplicité des offres culturelles de la France, qu’ils se dispersent et n’arrivent pas au bout de leur thèse ne résiste pas à l’épreuve de la réalité. Les boursiers ont conscience de leur « dette » vis-à-vis des organismes de financement, et partant, vis-à-vis du Brésil, aussi s’efforcent-ils de se montrer à la hauteur. Ils travaillent avec le plus grand sérieux et tâchent de respecter les délais qui leur sont impartis. Les principaux problèmes identifiés au sein de cette relation sont liés à la planification morcelée de la bourse sandwich, le formalisme du processus de sélection et l’existence de situations de précarité pour le boursier. Le premier problème pourrait être résolu si la bourse sandwich était intégrée dans le projet de formation doctorale de l’étudiant brésilien dans son ensemble, ce qui éviterait de l’envoyer à l’étranger trop tardivement ou sans que les engagements vis-à-vis de son université d’origine aient été accomplis, ou pour éviter un rattachement à un centre d’études non pertinent au vu du sujet de thèse. Le deuxième point d’achoppement pourrait être contourné par la réintroduction des entretiens dans le processus de sélection, dans la mesure où ils sont l’instrument le plus adéquat pour percevoir les caractéristiques psychologiques et académiques de l’étudiant. En ce qui concerne les situations génératrices d’angoisse pour les boursiers, il serait intéressant de veiller à ce que les instructions fournies à ces derniers soient claires et précises, qu’aucun courrier ne reste sans réponse, que les demandes de renouvellement de bourses fassent l’objet de réponses en temps opportun et que les rapports scientifiques reçoivent un feed-back.

24La relation entre les organismes de financement et les directeurs brésiliens montre une différence surprenante quant au degré de connaissance des mécanismes institutionnels à l’intérieur de l’Université brésilienne. Les directeurs les plus sollicités sont partie prenante dans la dynamique des organismes de financement et par là-même comprennent mieux les problèmes auxquels ces organismes sont confrontés, tandis que les autres professeurs, moins impliqués, émettent des réserves, notamment quant à ce qu’ils considèrent comme une ingérence excessive de ces institutions dans les affaires académiques. Il incombe alors à ces organismes de dissiper ces malentendus de façon à engendrer une coopération plus efficace. Cette méfiance de la part de certains acteurs universitaires pourrait être en partie levée si les organismes de financement veillaient à respecter plus strictement les normes et les délais établis par les universités d’origine.

25La confiance ne règne pas, cependant, entre les organismes de financement et les directeurs français. Cela est dû notamment à une présence très peu active de ces organismes auprès des directeurs étrangers. Le degré de méconnaissance de l’action institutionnelle brésilienne dans les milieux français est considérable et ne va pas sans poser de graves problèmes aux boursiers. Si les organismes de financement brésiliens font leurs les préjugés en vigueur au Brésil quant à l’inefficacité du système français de direction, c’est en grande mesure du fait de leur méconnaissance du système français. Un autre facteur perturbateur de cette relation est le flou qui règne dans la définition des rôles respectifs des uns et des autres. En effet, ces partenaires ne savent pas quoi attendre l’un de l’autre. En ce qui concerne le rôle des directeurs français, les organismes de financement hésitent entre un rôle de « tuteur » et un rôle de « directeur de thèse » à proprement parler ; de leur côté, les directeurs français n’ont pas une notion claire du rôle à adopter auprès de ces organismes. Une communication plus directe ainsi qu’une documentation plus fournie sur le système de formation français ne pourraient que renforcer la relation de confiance nécessaire à la réussite de la politique des bourses sandwich auprès du partenaire externe.

26Le maillon le plus faible dans cette chaîne de coopération est la relation entre le directeur brésilien et le directeur français, chargés de suivre la thèse d’un même étudiant. Bien que tous les deux, dans les entretiens, se soient montrés désireux d’une plus grande collaboration ou concertation — ce qui s’exprime dans certains milieux par une préférence pour le système de co-tutelle qui pourrait favoriser la coopération scientifique — aucun d’entre eux ne prend d’initiative en ce sens. Peut-être les organismes de financement pourraient-ils contribuer de façon efficace à combler cette lacune en posant comme exigence indispensable à l’octroi d’une bourse une réelle communication entre les deux directeurs, voire en offrant les moyens au directeur brésilien de se rendre occasionnellement visite à son homologue français afin de suivre de près les progrès de son étudiant. Néanmoins, la recherche a révélé l’existence de quelques cas exemplaires de relation entre les deux parties chargées de la formation du boursier sandwich et qui mériteraient d’être mis en valeur.

27Selon Marcel Mauss, une relation de confiance ne peut pas être établie sans que les partenaires aient échangé entre eux des dons, certes de nature différente mais censés servir à sceller le contrat. Ainsi, j’ai cherché à expliciter ce que chaque pays peut revendiquer en tant que dons effectués à l’autre. Tout indique qu’en termes de contribution financière, la formation de l’étudiant brésilien en France est une formation relativement bon marché et les échanges symboliques entre les deux pays semblent être assez équilibrés, ce qui laisse présager un avenir positif pour les expériences de coopération scientifique entre ces deux pays.

Notes de fin

* CERLIS, CNRS/Université René-Descartes (Paris V)

© Éditions de l’IHEAL, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable