Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les défis de l'éducation en Amérique latine

 | 
Jean-Michel Blanquer
, 
Hélgio Trindade

L'ouverture internationale le rôle stratégique des échanges

La politique de l’Union Européenne et de l’Espagne dans les domaines de l’éducation et de la culture en Amérique latine

Pablo Berchenko

Texte intégral

  • * Université de Provence

1Note portant sur l’auteur*

2On dit souvent de l’Amérique latine contemporaine qu’elle est à la croisée des influences. Au sujet de cette région que l’on a longtemps considérée comme la « chasse gardée » des États-Unis, on souligne volontiers le « retour en force » des Européens dans les domaines de la diplomatie et du commerce. Il s’agit là d’un phénomène complexe qui ne peut pas se mesurer exclusivement à la seule échelle économique ou diplomatique. Il convient notamment de s’interroger sur ce qu’il en est dans les domaines de l’éducation et de la culture. Cette question se révèle particulièrement intéressante quand on la centre sur le problème de la formation des élites. Après plus d’un demi-siècle de prépondérance absolue du modèle nord-américain dans la formation de ces élites (tant politiques qu’économiques ou militaires), quelle peut être la place du modèle européen dans le sous-continent ?

3C’est que l’influence du Vieux Continent en Amérique latine est un phénomène ancien, mais fluctuant. Pour nous en tenir à la période de l’après 1945, on a pu distinguer jusqu’à trois phases différentes. Certes, on avait pu relever les traces de l’héritage colonial ou néo-colonial jusque dans les années 1930. Mais la seconde guerre mondiale, avec le triomphe sans partage du modèle nord-américain dans tous les domaines, avait marqué la liquidation définitive de l’influence européenne quant à la formation des élites locales. Désormais, et pour toute la période 1945-1980, seuls quelques accords bilatéraux exclusivement commerciaux, devaient voir le jour. L’éducation et la culture n’en faisaient pas partie. On les appela « les accords de la première génération ».

4Cette situation devait commencer à se modifier dans les années 1980 du fait de deux facteurs. Le premier fut la progressive prise de conscience des gouvernements latino-américains de la vulnérabilité du sous-continent (du fait de sa fragmentation en États nationaux) face aux États-Unis. Cette conscience avait engendré, dès les années 1960, une série de processus d’intégration économique régionale, dont devait naître un nouveau type d’interlocuteur face au reste du monde : les organismes supranationaux d’intégration régionale (naissance de l’ALALC et du Marché commun centre américain en 1960, de la Communauté andine en 1969, etc.). Le deuxième facteur de changement fut l’entrée dans la CEE, en 1986, de l’Espagne et du Portugal. La présence ibérique au sein de l’espace communautaire européen, devait réactiver les rapports politiques et économiques du Vieux Continent avec l’Amérique latine. Les entités supranationales de chaque côté de l’Atlantique signèrent alors ce qu’on appela « les accords de la deuxième génération », mais dont la portée à cette époque se limitait encore au seul domaine économique.

  • 1 Dans cette perspective, la politique extérieure espagnole apparaît comme une véritable « tête de p (...)

5Dans les années 1990, et avec ce que l’on peut aujourd’hui appeler « les accords de la troisième génération », les actions diplomatiques européennes se trouvent en position de concurrence implicite avec les États-Unis. Actuellement, c’est l’Europe elle-même qui propose une alternative, dans le champ des rapports commerciaux et politiques de l’Amérique latine. Quand on sait qu’en 1995, 62 % de l’aide au développement que reçoivent les pays latino-américains provient de l’Union européenne1, on mesure l’intérêt des Européens pour le sous-continent. Mais au sein de cette nouvelle relation, quelles propositions pour la culture et l’enseignement l’Union européenne peut-elle faire aux Latino-américains ? On sait que l’Union européenne se présente devant l’Amérique latine comme le modèle achevé d’une intégration régionale qui a fait ses preuves. Elle présente donc un modèle dans les domaines de l’éducation et de la culture, et plus précisément dans celui de la formation des cadres, pour la construction de véritables entités supranationales intégrées. Mais jusqu’où peut réellement s’étendre l’influence des Européens dans cette formation des élites latino-américaines ? Les moyens réels de cette politique existent-ils vraiment ? C’est ce que nous essaierons d’analyser, dans un premier temps, par l’étude des programmes de l’Union européenne pour l’éducation et l’intégration en Amérique latine, et dans une seconde approche par l’étude de la politique spécifique de l’Espagne et du Portugal dans ce même domaine.

LES PROGRAMMES DE L’UNION EUROPÉENNE POUR L’ENSEIGNEMENT ET L’INTÉGRATION EN AMÉRIQUE LATINE

6La politique de l’Union européenne pour l’Amérique latine dans les domaines de la culture et de l’éducation est légitimée, d’un côté, par l’existence d’une communauté culturelle qui plonge ses racines dans l’histoire coloniale du sous-continent et d’un autre côté, par la défense de certaines valeurs considérées comme universelles, telles que le respect des droits de l’homme et celui de la démocratie. Ces argumentations revêtent une signification profonde, au moment où les dictatures militaires protégées par les États-Unis sont progressivement remplacées par des gouvernements civils, dans la presque totalité des États de la région. Dans ce contexte, les actions de formation sont considérées comme prioritaires, notamment celles relatives aux ressources humaines de haut niveau.

Les programmes de l’Union Européenne pour l’enseignement supérieur en Amérique latine

7L’intérêt que l’Union européenne porte à l’intégration latino-américaine dans le domaine de l’enseignement, apparaît dans le cadre des accords de coopération tels que les programmes Columbus, Nicolam et Alfa. La finalité de ces programmes est de créer des liens entre les institutions communautaires européennes d’enseignement supérieur, et les universités et organisations supranationales qui opèrent en Amérique latine.

8Le projet Columbus est un programme euro/latino-américain de coopération universitaire, destiné à développer la gestion institutionnelle de l’enseignement supérieur. Il est coordonné par la Conférence permanente des recteurs, présidents et chanceliers des universités européennes et les recteurs des universités latino-américaines. Il est destiné à optimiser l’impact que la recherche scientifique et la formation universitaire ont dans le secteur productif de l’économie.

  • 2 « Proyecto Columbus Seminario sobre cooperación universidad-sector productivo » Educación superior (...)
  • 3 Carmen García Guadilla, « Nuevas exigencias a la educación superior en América Latina », dans Educ (...)
  • 4 Voir « Coopération université-secteur public », Alizés, Réseau Amérique latine, CNRS, AFSSAL Toulo (...)

9C’est à partir de 1988 qu’on commença en Amérique latine à rédiger des rapports d’auto-évaluation des universités et à organiser des séjours d’étude destinés aux recteurs de ces centres d’enseignement supérieur d’Europe. En mars 1990, les premières missions d’experts européens se rendirent dans les universités latino-américaines2. Le programme Columbus proposa cette année-là un accord de coopération avec l’Unesco, à travers le Centre régional pour l’enseignement supérieur en Amérique latine et les Caraïbes3. Ce programme s’ouvrit avec le séminaire sur la coopération université-secteur public, sous les auspices de la Conférence permanente des recteurs, présidents et chanceliers des universités européennes, de l’Unesco et de la Comisión Estatai Quinto Centenario (Espagne) à l’Université centrale du Venezuela. Vingt-six établissements de l’enseignement supérieur latino-américain (représentant l’Argentine, le Brésil, le Chili, la Colombie, le Costa Rica, Cuba, l’Équateur, le Mexique, le Pérou, l’Uruguay et le Venezuela) et nombre d’institutions (belges, allemandes, espagnoles, françaises, britanniques, hollandaises, italiennes, portugaises et suisses) participèrent à ce séminaire4.

10Il faut remarquer que ce programme privilégie le développement des rapports entre l’Université et le secteur productif de l’économie. Ces relations posent effectivement question en Amérique hispano-portugaise, car l’influence que la recherche universitaire exerce sur l’économie de la région est plutôt faible. D’autre part, le programme Columbus permet de projeter vers l’Amérique latine une image différente de l’enseignement supérieur. Cette image contraste nécessairement avec celle que projette l’université nord-américaine. Il est évident que les universités européennes représentent un paradigme pour l’enseignement supérieur latino-américain.

  • 5 Consulter « Les nouvelles formes de coopération inter-universitaire entre l’Union européenne et l’ (...)

11Le deuxième programme communautaire est le réseau d’information Nicolam, (Network for Information Between the Community and Latin America) entre l’Union européenne et l’Amérique latine. Celui-ci s’intègre dans le programme Prometheus-Europe. Ce programme est promu par une association de jeunes professionnels européens bénévoles qui depuis la création de Nicolam, en 1989, travaillent en faveur de l’intégration communautaire. Son objectif est de proposer des solutions réalistes aux problèmes que posent la construction communautaire et les relations de l’Europe avec le monde extérieur. Prometheus-Europe lança au mois de mars 1993, le programme Nicolam dans le but de mettre en place un réseau d’information réciproque pour l’Union européenne et l’Amérique latine. Il s’agit également de travailler ensemble sur des thèmes communs, et de mener à bien des réflexions prospectives pour le développement et l’amélioration des efforts de coopération déjà existants et à venir5. En octobre 1994, le réseau Nicolam mit sur pied à Buenos Aires le premier colloque sur « La coopération universitaire entre l’Union européenne et l’Amérique latine ». Et en novembre 1995, avec l’appui de la Commission européenne, il organisa un deuxième colloque sur « Les nouvelles formes de coopération inter-universitaire entre l’Union européenne et l’Amérique latine » à la Universidad del norte de Barranquilla (Colombie).

12La thématique centrale de réflexion que ce programme proposa est bien significative de la fonction de paradigme que l’Europe s’attribue face au sous-continent. Son objectif clairement énoncé est d’étudier comment les programmes intra-communautaires européens peuvent servir de modèle aux programmes intra-latino-américains.

  • 6 Dont trente-deux millions apportés par l’Union européenne et huit millions par les institutions en (...)
  • 7 Commission européenne, Direction Générale I, Relations économiques extérieures, ALFA Cuide du prog (...)
  • 8 Dans le texte du Programa para la armonización de los curricula universitarios, Alfa, Comisión Eur (...)

13Finalement, le programme Alfa (Amérique latine formation académique) fut créé en mars 1994, par la Commission européenne en accord avec les pays et régions d’Amérique latine. Il était doté d’un budget de quarante millions d’écus et devait durer cinq ans. L’Union européenne assure près de 80 % du financement de ce programme6. Alfa vise à promouvoir l’amélioration du potentiel scientifique et technologique et, en général, du contexte économique, social et culturel, par des actions de formation et de transfert de connaissances. Il s’agit ainsi de favoriser la coopération régionale dans le cadre de la formation et la recherche7. Il est également intéressant de remarquer que dans les fondements du programme Nicolam, on met l’accent sur le rôle déterminant de la langue, de la culture et de l’identité dans les rapports entre l’Europe et l’Amérique latine8.

  • 9 Rumbos. Latinoamericanistas europeos. Carta de información del CEISAL. Toulouse, n° 2, sept. 1995, (...)

14Le programme Alfa propose trois sous-programmes. Le premier concerne la coopération pour la gestion institutionnelle, la reconnaissance académique des grades, titres et diplômes latino-américains en Europe et la coopération entre institutions de l’enseignement supérieur et entreprises. Alfa prévoit mille neuf cents bourses d’une part pour la formation avancée (doctorats, maîtrises et spécialisations professionnelles), et d’autre part, pour la formation complémentaire en matière de gestion d’entreprise, d’administration publique, d’économie, d’études environnementales, d’intégration régionale mais également de développement rural, de planification régionale et urbaine et de politique sociale et éducative. Il soutient par ailleurs des projets relatifs à l’ingénierie et à la médecine. Il met en outre l’accent sur l’organisation de séjours universitaires à l’étranger d’une durée de deux ans pour les doctorants ou pour les étudiants de maîtrise, et d’un an pour les diplômés du 3e cycle. Enfin, il prévoit trois cent cinquante bourses d’une durée de deux mois pour les étudiants non licenciés. Le programme Alfa organise en réseaux les universités européennes et latino-américaines. Chaque réseau comprend un minimum de cinq institutions d’enseignement supérieur de pays différents, parmi lesquelles trois au moins sont membres de l’Union européenne, et les deux autres originaires de deux pays latino-américains différents. Ceci se met en place dans un cadre de coopération décentralisé et multilatéral. Le premier appel à candidatures, lancé en 1995, a accepté soixante-seize projets de réseaux. Parmi ceux-ci, soixante-sept ont pour interlocuteur principal des universités ou des institutions européennes de l’enseignement supérieur, qui prennent en charge le contrôle financier de chaque projet. Les pays ibériques sont à la tête de la moitié des projets acceptés : vingt-quatre pour l’Espagne et onze pour le Portugal. Neuf projets seulement sont dirigés par des universités latino-américaines9. Six cent soixante-quinze projets ont été acceptés par la Commission européenne en 1996, lors du second appel à candidatures.

  • 10 Commission européenne, Direction Générale I, Relations économiques extérieures, ALFA Guide du prog (...)
  • 11 Ibid.
  • 12 Programa para la armonización de los curricula universitarios, Alfa, Comisión Europea, Organizació (...)

15Le programme Alfa correspond exactement au mode d’intervention que l’Union européenne a choisi pour la région. On peut considérer que cette option revêt un double caractère stratégique. Il est d’une part destinée à développer l’intégration latino-américaine par la création de « réseaux », chacun de ceux-ci regroupe en effet un minimum de deux pays latino-américains différents, évitant de la sorte le caractère eurocentriste et bilatéral des accords précédents (un pays européen / un pays latino-américain). D’autre part, et comme cela a déjà été dit, le fait d’inclure dans chaque réseau trois universités européennes, souligne le sens géographique de l’aide (de l’Europe vers l’Amérique latine), et la volonté de projeter l’image de l’intégration communautaire européenne sur le Nouveau Monde. L’Union européenne s’offre donc en modèle, face à un secteur de la population latino-américaine spécifique, celui des élites universitaires représentant l’une des composantes essentielles des élites intellectuelles nationales10. Ainsi donc, de même que le programme Columbus s’adresse aux recteurs des universités du Nouveau Monde, et Nicolam aux jeunes professionnels, Alfa met en œuvre « des actions destinées à la formation de ressources humaines de haut niveau »11. Il prétend également réunir les formations d’ingénieur et de technicien (des professionnels directement liés au secteur industriel), et celles relatives aux sciences sociales (les sociologues, les économistes, les politologues, etc.). L’Union européenne met ainsi en place une stratégie à long terme, pour la formation des cadres en Amérique latine. Comme l’exprime le programme Alfa, « planifier les stratégies de développement est la tâche des scientifiques sociaux [...]. C’est à partir des sciences sociales qu’on peut promouvoir une vision prospective permettant de détecter les éléments des processus de changement, qui dans le futur seront déterminants, et anticiper ainsi les effets indésirables »12.

L’Union européenne et le Mercosur dans la formation des ressources humaines

16Les accords entre l’Union européenne et le Mercosur représentent l’instrument le plus avancé de la coopération communautaire dans la région. Ils ne se limitent pas aux échanges commerciaux mais incluent aussi la coopération politique, scientifique et technique entre les deux continents. Ces aspects significatifs d’une grande diversité, étaient jusqu’alors presque exclusivement réalisés par l’action des États-Unis au sein du sous-continent. Cependant, l’Union européenne va encore plus loin dans son projet, car ces accords concernent par ailleurs quelques aspects moins classiques, propres à ce type d’échanges. On retrouve ici des propositions quant à l’environnement et à la coopération culturelle. Ce dernier trait est caractéristique des accords de la troisième génération. En ce sens, le vice-président espagnol de l’Union européenne, Manuel Martín, souligna l’intérêt de l’Europe pour le sous-continent. Il déclara à ce sujet, dès septembre 1997, que le Mercosur est pour l’Union européenne, le noyau central de l’intégration latino-américaine. L’accord-cadre entre l’Union européenne et le Mercosur est, de ce fait, propre à la stratégie communautaire en Amérique latine, notamment en ce qui concerne la formation des ressources humaines considérées. On l’a déjà dit, la Communauté européenne veut s’instituer en tant que paradigme de l’intégration régionale latino-américaine, en formant les couches dirigeantes de la région.

17Dans l’accord de coopération inter-institutionnel signé en mai 1992 à Santiago du Chili, on établit les bases d’une coopération pour la formation de fonctionnaires et de dirigeants du Mercosur. Ils participent à l’échange d’informations et reçoivent une assistance technique en matière d’intégration. Faisant preuve, en juin 1998, d’un dynamisme avéré les trois programmes concernant les trois domaines prioritaires de la coopération (agriculture, normes techniques et douanes), ont été lancés pendant la première réunion du Comité consultatif conjoint. À cette même occasion, on considéra la possibilité d’étendre l’accord à un quatrième domaine qui lui ouvrira la possibilité d’une homologation des diplômes et des titres.

18En 1993, les programmes de coopération et d’assistance technique pour l’agriculture, débutèrent grâce au financement de la Commission européenne (pour un total de dix à onze millions d’écus). Ce financement, prévu pour une durée de trois années, est une aide destinée à la formation, aux cours et séminaires permettant de normaliser la législation agricole et d’améliorer la qualité des produits alimentaires d’origine animale et végétale. En juillet, le champ de la coopération technique reçut un financement de trois millions quatre-vingt-quinze mille écus. Il est destiné au programme de formation d’experts du Mercosur en matière de qualité, certification, normalisation, métrologie légale scientifique et industrielle. Enfin, l’Union européenne finance un programme d’un million d’écus pour soutenir le processus d’harmonisation du Mercosur, processus qui comprend un certain nombre de stages et de voyages de formation en Europe.

  • 13 Accord-Cadre Union européenne/Mercosur, Madrid, 15/09/1995, CE/Mercosur/f 26.
  • 14 Par ailleurs, l’intérêt que le Mercosur suscite dans l’Union européenne, se manifeste par les voya (...)

19Le 15 décembre 1995, l’accord cadre entre le Mercosur et l’Union européenne fut signé à Madrid entre les ministres des Affaires étrangères de chaque pays. Au titre iv du dit accord, dans son article 20, « Autres aspects » (qui traite de la coopération en matière de formation et d’éducation), chaque partie accorde la priorité à l’amélioration de l’éducation et de l’enseignement en matière d’intégration régionale, aussi bien en ce qui concerne les jeunes (la formation professionnelle), qu’en ce qui concerne la coopération inter-universitaires et inter-entreprises. Les parties conviennent également de prêter une attention particulière aux actions qui favorisent la création de liens entre leurs propres entités spécialisées. Il s’agit de simplifier l’utilisation des ressources techniques et l’échange des expériences. Enfin, elles se proposent de favoriser la signature d’accords entre centres de formation, et l’organisation de rencontres entre organismes chargés de l’enseignement et de la formation en matière d’intégration régionale13. L’intérêt de l’Union européenne pour le Mercosur durant ces dernières années engendre de la sorte une politique des plus actives, qui se concrétise dans le domaine de l’éducation par des projets précis dotés d’un financement en conséquence. Tout cela se met en place dans une situation de réelle concurrence avec la politique des États-Unis. L’Union européenne soutient ainsi un pôle d’intégration qui a démontré pleinement sa capacité de développement, et qui, de surcroît, a la possibilité d’exercer efficacement un contrepoids au traité de Libre commerce nord-américain (Alena). Il constitue par voie de conséquence un mur défensif réel face à l’ « Initiative pour les Amériques », projet présenté en 1990 par George Bush14.

LES PROGRAMMES DES PAYS IBÉRIQUES POUR L’ENSEIGNEMENT ET LA CULTURE DANS LES PAYS IBÉRO-AMÉRICAINS

20Concernant cette politique générale des Européens, il convient maintenant de mettre en valeur l’action spécifique menée par les deux pays ibériques de l’Union européenne. Par l’entremise de l’Espagne et le Portugal, le Vieux Monde met en place une politique destinée à reconstituer un espace hispano-portugais. Sur le terrain de l’éducation et de la culture, celui-ci devrait être capable de s’opposer à l’espace anglo-américain. Cette volonté politique s’exprime non seulement par la tenue régulière depuis 1991, de sommets ibéro-américains de chefs d’État, mais aussi par un programme spécifiquement hispanique de coopération en matière d’éducation, avec les pays d’Amérique latine, et par la reconnaissance toujours plus affirmée en Espagne, des élites culturelles hispano-américaines.

Les sommets ibéro-américains de chefs d’État : du Sommet de Guadalajara à la déclaration de Bariloche

  • 15 Voir « España y América », El país. Madrid, éd. int., 23/10/95, p. 8. Les prétentions de l’Espagne (...)

21En juillet 1991, le premier Sommet ibéro-américain de chefs d’État et de gouvernement fut officiellement convoqué par le président mexicain Salinas de Gortari à Guadalajara. Mais l’initiative et la mise en place de cet événement reviennent de fait à la diplomatie espagnole. Celle-ci considère en effet que « l’Espagne — et dans une certaine mesure le Portugal — a toutes les raisons de rendre possible une rencontre de ce type relative à ses ex-colonies, et de s’ériger en promoteur de leurs intérêts au sein de l’Union européenne »15.

22Les Sommets mis en place par la diplomatie hispanique depuis 1991 sur un rythme annuel, ont été l’occasion de rencontres entre les chefs d’État (et de gouvernement) espagnol et portugais, et ceux des dix-neuf pays d’Amérique latine. Ces rencontres ont créé un espace de dialogue et d’entente, là où jusqu’alors dominait en exclusivité la diplomatie nord-américaine. En effet, les États-Unis et le Canada étant absents de ces réunions de haut niveau, les langues de communication utilisées dans la discussion sont par conséquent et logiquement l’espagnol et le portugais. Et depuis le début, la culture et l’éducation ont été des sujets importants dans les débats. Le Sommet de Séville, en 1992, fut axé sur la culture et la coopération scientifique. Celui de Salvador de Bahia, en 1993, fut consacré au développement social (problématique dont l’un des éléments les plus importants est justement l’éducation). En 1994, le Sommet de Carthagène des Indes aborda le problème du commerce et de l’intégration et soumit à discussion le projet de Développement de la jeunesse en Amérique latine (Prajdal). Enfin, en octobre 1995, à San Carlos de Bariloche (Argentine), eut lieu le vème sommet de la Communauté ibéro-américaine, entièrement consacré cette fois-ci à l’éducation.

  • 16 Quinta Cumbre Iberoamericana, San Carlos de Bariloche, Argentine, 1995, Declaración de Bariloche, (...)
  • 17 Ibid.

23Dans la deuxième partie de la Déclaration finale de Bariloche, les chefs d’État et de gouvernement affirment l’idée selon laquelle il faut renforcer l’espace culturel ibéro-américain face à l’espace anglo-américain. À Bariloche, on décide donc de « donner la priorité absolue à la construction d’un espace commun qui accentuera l’identité de la Communauté ibéro-américaine »16. On se met aussi d’accord sur « l’existence d’une base linguistique commune entre toutes les nations ibéro-américaines, produit de deux langues sœurs, l’espagnol et le portugais ; ainsi que dans leurs substrats historiques, culturels, moraux et éducatifs ». [Ces racines] « permettront à la Communauté ibéro-américaine de renforcer les liens unissant leurs sociétés ». C’est pourquoi on accorde que : « les programmes de coopération doivent constituer des instruments coopératifs de premier ordre qui contribueront à renforcer l’identité ibéro-américaine. » La coopération est en conséquence, « l’expression de la solidarité entre les pays ibéro-américains pour faire face à des problèmes communs »17.

  • 18 Cuadernos Iberoamericanos. Madrid, n° 563, mai 1997, p. 149.

24Pendant le Sommet de Bariloche, on recensa quelques-uns des projets en cours provenant des sommets précédents et ayant eu une incidence dans l’intégration éducative et le pari culturel que la diplomatie hispanique est en train de développer. Parmi ceux-ci, on remarque la production de programmes pour la télévision éducative ibéro-américaine. Cette dernière est dirigée par une association d’usagers. Elle compte actuellement avec la participation de deux cent cinquante institutions et se trouve pleinement engagée dans les actions des ministères de l’Éducation et de quelques universités hispano-américaines. Ce projet a permis la coproduction de films documentaires réalisés sur place. L’Espagne a contribué en 1993, par l’apport de trois cents millions de pesetas, à la mise en place de ce projet. Depuis lors, la diffusion des émissions de sa production se fait par satellite (Hispasat) à raison de deux heures par jour18.

25Le programme Mutis, signé lors du deuxième sommet ibéro-américain, s’occupe pour sa part de la mobilité des étudiants de troisième cycle dont les études de spécialisation sont les plus importantes pour le développement d’une communauté ibéro-américaine. Depuis 1993, l’Espagne finance quatre cents bourses annuelles, et beaucoup d’entre elles ont un caractère pluriannuel. En 1994, l’Argentine et le Mexique ont mis en marche leurs propres programmes concernant l’octroi de bourses. En 1995, la réalisation de programmes de doctorats conjoints entre deux (ou plus) universités ibéro-américaines et les programmes de mobilité (par brèves périodes) de doctorants qui se trouvent en phase de rédaction de leurs thèses, ont été développés.

26D’autre part, le Programme d’alphabétisation et d’éducation élémentaire pour adultes a pour but d’éradiquer au moins 25 % de l’analphabétisme dans les zones d’intervention. En 1993, ce programme comptait un total de 3 500 experts en alphabétisation pour 33 000 élèves participants au Salvador et plus de 40 000 en République Dominicaine. En 1995, le Paraguay sollicita, à son tour, son incorporation à ce Programme d’alphabétisation.

27Pour sa part, le programme ibéro-américain des sciences et technologies pour le développement profite de la participation de plus de 8 000 scientifiques et techniciens des universités, des entreprises et des centres de recherche et développement. Ce programme est actuellement en cours dans cent quarante réseaux thématiques sur des projets de recherche et d’innovation. Le programme du Centre ibéro-américain de développement stratégique urbain opère depuis 1993. En 1995, il intégrait déjà trente-trois villes faisant partie de quinze pays différents. On a déjà signé pour sa réalisation des accords avec la Banque interaméricaine de développement. Depuis lors, la formation de hauts fonctionnaires d’État compétents en planification et création de politiques sociales urbaines, a significativement augmenté. Enfin, le Fond indien est un programme destiné à établir un mécanisme de soutien des processus de développement des peuples autochtones. Il a été signé en 1995 par les onze pays membres concernés.

28La Déclaration de Bariloche approuve en outre une série de programmes et de projets dont les plus significatifs mettent en valeur l’image exemplaire que l’Europe veut projeter d’elle-même sur la région, et notamment dans le domaine de la défense des droits de l’homme et de la démocratie. Cette image contraste vivement avec le reflet désacralisé des États-Unis dans la région. Ainsi, lorsque l’Union européenne prend la décision d’occuper l’emplacement de l’École des Amériques au Panama (lieu qui évoque dans la mémoire des Latino-américains les interventions militaires nord-américaines dans le sous-continent, la répression, les disparitions et la torture) pour y implanter un centre de formation de maîtres d’école, elle accomplit un geste d’une réelle portée symbolique, renforçant le sens de la coopération européenne avec les pays latino-américains.

29Le programme Mistral développe quant à lui la mobilité des étudiants universitaires désireux de suivre une formation de niveau intermédiaire (entre un DEUG et un deuxième cycle) dans une université d’un autre pays du continent ibéro-américain. Il propose la reconnaissance du temps d’étude par l’université d’origine. Ce programme ressemble à s’y méprendre au programme européen Erasmus. De la sorte et une fois de plus, l’Europe se propose comme un exemple de l’intégration en matière d’éducation.

30Ibercampus est pour sa part, un programme de soutien à la mobilité des professeurs et des étudiants universitaires parvenus à la phase finale de leurs études, ou déjà en troisième cycle. Il leur propose un certain nombre de bourses dans l’espace universitaire ibéro-américain. Profitant des possibilités qu’offrent les calendriers académiques différés, ces enseignants et étudiants boursiers peuvent réaliser des travaux de coopération avec les départements universitaires d’accueil.

31En outre, le programme d’appui à la relation université-entreprise représente un soutien au développement de la recherche scientifique et technologique, et à son processus de modernisation. Ce projet s’articule à l’aide que l’Union européenne accorde aux pays de la région, par le biais du programme Columbus ou de l’Accord-cadre avec le Mercosur.

  • 19 Quinta Cumbre Iberoamericana, San Carlos de Bariloche, Argentine, 1995, Declaración de Bariloche, (...)

32On peut ajouter à cette série d’accords du Sommet de Bariloche, quelques initiatives qualifiées de « bien accueillies »19, parmi lesquelles la création des Archives visuelles des arts ibéro-américains. Bien évidemment, une initiative de cette nature va dans le sens du développement de la culture ibéro-américaine. Ainsi donc, la bien nommée Exposition Ibéro-americaine d’Arts Plastiques doit circuler pendant deux ans dans l’espace ibéro-américain. Elle est présentée dans les pays qui sollicitent cette Muestra Iberoamericana de Artes Plásticas et qui sont bien évidemment disposés à payer le coût de son déplacement.

33Enfin, les accords établis entre les différents pays membres concernés par le programme Ponts sur les Frontières (un projet qui développe un système d’échange d’élèves du primaire) ont également été signés. Ce programme s’adresse aux collégiens (de onze à quinze ans) des différents pays du continent. Ils peuvent séjourner dans un autre pays latino-américain, assister aux cours du niveau correspondant dans un établissement similaire, tout cela afin de développer une meilleure connaissance mutuelle entre les jeunes.

  • 20 Les chefs d’État valorisent également l’accord conclu le 29 septembre 1995 à Montevideo entre l’un (...)
  • 21 On peut également remarquer l’action d’un bon nombre de centres de formation, recherche et documen (...)

34La troisième partie de la déclaration de Bariloche aborde les « affaires d’un intérêt particulier ». Elle est la partie la plus politique de ladite déclaration. Elle souligne, en effet, les aspects qui permettent de fixer des positions claires par rapport aux États-Unis. Les chefs d’État insistent sur le fait que c’est à l’Espagne que revient à présent le droit d’exercer la présidence du Conseil des ministres de l’Union européenne, et que cela peut « donner un élan rénovateur aux rapports entre l’Amérique latine et l’Europe »20. Toutes ces prises de décision signifient finalement le rapprochement des pays latino-américains vers l’Union européenne, et renforcent en même temps le sentiment identitaire consolidant l’espace continental ibérique21.

Les actions espagnoles en matière d’enseignement et de culture

  • 22 Durant le premier semestre 1997, l’Amérique latine a bénéficié de 61 % des investissements extérie (...)
  • 23 Voir, depuis le mois d’octobre 1998, le cas Pinochet. Le général Pinochet a été arrêté à Londres a (...)
  • 24 D’après l’Organisation internationale du travail, vingt à vingt-cinq millions d’enfants de moins d (...)

35Comme nous avons pu le constater, l’Espagne est sans doute le pays de l’Union européenne le plus présent en Amérique latine. Il est aussi le pays qui manifeste le dynamisme le plus marqué dans cette volonté de réimplantation de l’Europe dans l’espace culturel de la région. Aujourd’hui, l’Espagne est le principal investisseur européen en Amérique latine, aussi bien dans le secteur banquier que dans celui des télécommunications, du transport aérien et du développement de l’exploitation forestière22. Ces relations commerciales de plus en plus intenses concordent, dans la politique extérieure de l’Espagne, avec de vrais programmes de coopération. Cela se manifeste aussi par une mise en valeur grandissante de la culture hispano-américaine et par la projection d’une image paradigmatique de sa propre transition politique vers la démocratie. L’Espagne se présente comme un modèle à imiter dans les processus de transition des pays hispano-américains, et s’institue, enfin, comme un exemple dans la volonté de défense de droits de l’homme. Cette image de l’Espagne et son action sont particulièrement significatives dans les rapports que ce pays européen entretient avec le Chili, Cuba ou l’Argentine23. Dans le cas des deux pays du Cône Sud, on a pu constater le rôle actif des juges espagnols, quand il s’est agi de retrouver les coupables de crimes perpétrés contre des citoyens espagnols au cours des dictatures ayant marqué la région après 1973. On peut relever, enfin, l’action de l’Agence espagnole de coopération internationale du travail, contre l’exploitation des enfants en Amérique latine24. Il convient de mettre en parallèle cette attitude de l’Espagne avec la prudente circonspection manifestée par les États-Unis face à ces problèmes.

  • 25 « Congreso OEI », Boletín Proyecto Principal de Educación en América Latina y el Caribe. Santiago (...)
  • 26 « Congreso OEI », Boletín Proyecto Principal de Educación en América Latina y el Caribe. Santiago (...)

36Le Secrétariat d’État pour la Coopération internationale et ibéro-américaine a, en 1996, destiné 42,7 % de l’aide bilatérale espagnole aux pays situés au sud du Rio Grande. Depuis la fin des années 1950, dans le domaine de l’éducation, l’Espagne coopère, à travers le Bureau de l’enseignement ibéro-américain (OEI), avec les pays de la région et les bureaux régionaux de l’Unesco, la Convention « Andrés Bello », et quelques centres privés de recherche et de formation. En juin 1984, l’OEI confirma l’accord de 1957 concernant la coopération avec l’Unesco25. L’Espagne soutient en effet le Projet principal d’éducation en Amérique latine et dans les Caraïbes. L’OEI participe, tout d’abord en tant qu’observateur, aux réunions que l’Unesco organise dans la région. Plus tard, elle soutiendra financièrement son Bureau de l’enseignement pour l’Amérique latine et les Caraïbes. Cette aide se matérialise notamment par la publication du bulletin sur le développement du dit projet. L’OEI propose un certain nombre de cours et de séminaires pour la formation du personnel dans les domaines de la planification, de l’administration et de la supervision des systèmes éducatifs. Dans la région de l’Amérique centrale et des Caraïbes, elle coopère à la réalisation des études, des inventaires d’institutions et des programmes existants26. Depuis les années 1980, l’OEI accueille les réunions sur l’éducation concernant la région hispano-américaine. Son objectif est éminemment intégrateur. Il se met en place progressivement, à travers la réalisation des Congrès ibéro-américains sur l’enseignement.

  • 27 Voir J. Regueira, « Por el corazón guaraní », El país. Madrid, éd. int., 21/11/94, p. 6 ; « La Rut (...)

37Préoccupée par la formation des élites et des générations de remplacement, la coopération ibéro-américaine participe aussi à la Ruta Quetzal-Argentaria. Il s’agit de l’un des programmes les plus en vue du monde hispanique. Le programme Ruta Quetzal-Argentaria est soutenu par le ministère des Affaires étrangères, et financé par le consortium bancaire Argentaria. Ce programme organise chaque année la rencontre et le voyage à travers l’Espagne et l’Amérique latine, de quelque trois cents à quatre cents jeunes des pays de la Communauté ibérique et ibéro-américaine. Par exemple, en septembre 1994, la Ruta Quetzal-Argentaria organisa un voyage à travers le Paraguay, l’Argentine et le Brésil, reproduisant l’itinéraire de l’expédition de Cabeza de Vaca au xvieme siècle27.

38Toujours inscrite dans cette volonté de formation des élites et des générations de remplacement, la Coopération espagnole (organisme d’État pour l’aide au Tiers Monde), conjointement avec les ministères des Affaires étrangères, de l’Éducation et des Affaires sociales d’Espagne, soutient depuis 1992 le Centre euro-latino-américain de la jeunesse (CEULAJ). La fonction de ce dernier est de canaliser les rapports entre les jeunes de l’Amérique hispanique et ceux d’Europe. En ce sens, il organise des rencontres, des forums et des projets dans le cadre du volontariat et de la coopération. Le CEULAJ a installé ses sièges sur les deux continents, à Málaga (Espagne) pour l’Europe et à Santiago du Chili pour l’Amérique latine. Le CEULAJ est en rapport avec l’Organisation ibéro-américaine de la jeunesse (OIJ), organisme fondé à Buenos Aires en août 1996 par quatorze ministres et dont le projet remonte à 1994, lorsque s’était tenu le ivème sommet de la Communauté ibéro-américaine de Carthagène des Indes (Colombie).

  • 28 « El CEULAJ abre su sede iberoamericana en Chile », El país. Madrid, éd. int., 28/04/97, p. 19 et (...)

39L’objectif de l’OIJ est de promouvoir le Programme régional d’action pour le développement de la jeunesse en Amérique latine. L’Espagne y participe et sa coopération concerne notamment le développement du programme de jeunes coopérants diplômés et licenciés ayant pu profiter d’un séjour de six mois en Amérique latine28. La création de la fondation Comillas est également significative de cette volonté. Elle s’adresse particulièrement à l’Amérique latine et a pour but de se consacrer à la formation de chefs d’entreprise.

  • 29 « Madrid reune a ministros iberoamericanos de Cultura », El país. Madrid, éd. int., 30/07/97, p. 1
  • 30 Lors de ce congrès, on a débattu l’audacieuse proposition de García Márquez, sur « le besoin de me (...)

40Par ailleurs, la diplomatie espagnole a mis en place la première réunion informelle des ministres ibéro-américains de la culture. Elle a lieu à Madrid en juin 1997, et s’occupe notamment du projet de création d’un « marché commun du livre latino-américain »29. En avril 1997, dans le prolongement de cette réunion, le premier Congrès international de la langue espagnole s’est tenu à Zacatecas (Mexique)30.

La valorisation de la culture hispano-américaine en Espagne

  • 31 El País. Madrid, 22/01/96 et J. Cuartas, R. Ruiz, « El instituto de biodiversidad », El país. Madr (...)

41Dans le but de renforcer la présence du champ culturel ibéro-américain en Espagne et en Europe, on a mis en place ces dernières années, un certain nombre de manifestations culturelles concernant le sous-continent. Car aider l’Amérique latine à former de nouvelles élites, c’est aussi l’aider à faire reconnaître ces dernières à l’extérieur. Ce processus accéléré de reconnaissance par l’Espagne de la culture du Nouveau Monde, est donc cohérent avec sa politique extérieure. On peut par exemple signaler en ce sens l’attribution du Prix Cervantes, en 1984, au narrateur argentin Ernesto Sábato, en 1990 au romancier paraguayen Augusto Roa Bastos, en 1992, à la poétesse cubaine Dulce María Loynaz, ou en 1994, à l’écrivain péruvien Mario Vargas Llosa. Ce dernier a aussi été admis à la Real Academia Española, en janvier 1996. Il faut certes souligner que même s’il est naturalisé espagnol, Mario Vargas Llosa, intellectuel d’origine péruvienne, est bel et bien le premier homme de lettres du Nouveau Monde à recevoir une telle distinction. D’un autre côté, le prix de la recherche scientifique et technique Príncipe de Asturias, fut octroyé, en mai 1995, à l’Institut de biodiversité du Costa Rica31.

  • 32 Quelques exemples de ces activités sont : l’hommage à José Martí en février 1995 (« Homenaje a Jos (...)

42Les activités qui se déroulent à la Maison de l’Amérique de Madrid vont dans le même sens. Elles renforcent la valorisation de la culture hispano-américaine par ses programmes, par l’accueil des intellectuels, par ses stages, séminaires, etc.32. Les arts plastiques latino-américains ont été, en 1997, les invités de marque de la Feria Internacional de Arte de Madrid (ARCO 97). cent quatre-vingts artistes latino-américains y ont participé. Ils provenaient de quatorze pays du sous-continent, et ont exposé leurs travaux dans trente-quatre salons.

  • 33 En 1990, le roi Juan Carlos se rend en visite au Mexique et au Paraguay. En juillet 1991, à Guadal (...)

43Enfin, et toujours dans cette stratégie diplomatique de reconquête culturelle de l’Amérique latine par l’Espagne, les voyages dans le Nouveau Monde de la famille royale espagnole et de ses chefs de gouvernement (entre 1989 et 1997) ont joué un rôle important33. Ceci contraste amplement avec les deux voyages que le président Bill Clinton a réalisé en Amérique latine pendant la même période.

44Aujourd’hui comme hier, l’intégration régionale latino-américaine est avant tout économique et politique, et secondairement éducative et culturelle. Les acteurs qui interviennent sur ce terrain, qui le définissent et qui le délimitent sont rarement originaires de cette même région. Mais les relations sont aujourd’hui plus riches, plus complexes et plus souples que dans l’ancien ordre bipolaire. Les grandes lignes préexistantes au soi-disant nouvel ordre mondial au sud du Rio Grande, se traduisent aujourd’hui par une rivalité larvée et de faible intensité entre les États-Unis et l’Europe. Néanmoins, les tensions culturelles que ce conflit éveille, se manifestent dans la dialectique de ce que représentent dans la mentalité des Latino-américains ce qui est nord-américain et ce qui est européen. Cette rivalité est celle qui existe depuis déjà plusieurs siècles, entre ce qui est anglo-américain et ce qui est latino-américain, notamment depuis le xixe siècle entre la formation du personnel militaire ou la formation du personnel civil, et aujourd’hui entre l’ALENA et le Mercosur. Se pose aussi la question de savoir s’il faut privilégier les sommets hémisphériques ou les sommets ibéro-américains, les relations avec l’Unesco et la Convention « Andrés Bello » ou les relations culturelles simplement bilatérales.

45Aujourd’hui, culturellement, l’Amérique latine serait à la croisée des zones d’influence. Mais de quelle force disposent réellement les espaces culturels ibériques, face aux espaces culturels anglo-américains, quand on prend en considération l’unité des uns et la fragmentation des autres, l’asymétrie des échanges commerciaux, le contrôle quasi hégémonique des moyens de communication de masse par les États-Unis, face à l’insignifiante capacité d’expression de l’autre camp ou bien encore la disproportion entre leur pouvoir de négociation respectif ?

Notes

1 Dans cette perspective, la politique extérieure espagnole apparaît comme une véritable « tête de pont » au Nouveau Monde. La diplomatie espagnole prétend renforcer une prise de conscience du caractère hispanique en tant que terrain d’entente face au monde anglo-américain. Voir J. L. Dicenta, « Iberoamérica : cinco buenas razones », El país. Madrid, éd. int., 22/11 /95, p. 10.

2 « Proyecto Columbus Seminario sobre cooperación universidad-sector productivo » Educación superior y sociedad. Caracas, s. d., CRESALC, vol 1, n° 1, p. 130.

3 Carmen García Guadilla, « Nuevas exigencias a la educación superior en América Latina », dans Educación superior y sociedad. Caracas, s. d., vol 1, n° 1, p. 70.
Voir aussi : Magistère des relations internationales DESS coopération et développement, 1996, Amérique latine ; État des lieux. Paris, L’Harmattan, coll. « Horizons Amériques latines », p. 499 sqq.

4 Voir « Coopération université-secteur public », Alizés, Réseau Amérique latine, CNRS, AFSSAL Toulouse, n° 7, avril 1991, p. 48.

5 Consulter « Les nouvelles formes de coopération inter-universitaire entre l’Union européenne et l’Amérique latine », Alizés, Réseau Amérique latine, CNRS, AFSSAL. Toulouse, n° 19, 1995, pp. 23-24.

6 Dont trente-deux millions apportés par l’Union européenne et huit millions par les institutions engagées dans le programme Alfa ou par des tiers.

7 Commission européenne, Direction Générale I, Relations économiques extérieures, ALFA Cuide du programme, p. 2/24.

8 Dans le texte du Programa para la armonización de los curricula universitarios, Alfa, Comisión Europea, Organización de Estados Iberoamericanos, Madrid, p. 5, on lit « traiter l’Amérique latine comme une entité homogène relève de la fiction dans la mesure où les facteurs de divergence l’emportent sur les facteurs de convergence. Les pays d’Amérique latine ont certes en commun deux langues et une longue tradition coloniale, mais à partir desquelles les pays ont construit peu à peu leur identité propre. »

9 Rumbos. Latinoamericanistas europeos. Carta de información del CEISAL. Toulouse, n° 2, sept. 1995, p. 35-39. Un nouvel appel à candidatures pour le programme Alfa a été lancé en octobre 1996.

10 Commission européenne, Direction Générale I, Relations économiques extérieures, ALFA Guide du programme, p. 2/24.

11 Ibid.

12 Programa para la armonización de los curricula universitarios, Alfa, Comisión Europea, Organización de Estados Iberoamericanos. Madrid, s. d., p. 7.

13 Accord-Cadre Union européenne/Mercosur, Madrid, 15/09/1995, CE/Mercosur/f 26.

14 Par ailleurs, l’intérêt que le Mercosur suscite dans l’Union européenne, se manifeste par les voyages récents dans les pays du Mercosur d’Alain Juppé (octobre 1996), de Jacques Chirac (mars 1997) et de Helmut Kohl (novembre 1996). Felipe González, le Roi Juan Carlos, la Reine Sophie et plus récemment José Maria Aznar ont eux aussi voyagé à maintes reprises dans la région. Voir « El jefe del Ejecutivo español, José María Aznar, predica las virtudes del liberalismo en Mercosur », El país. Madrid, éd. int., 21/04/97, p. 14.

15 Voir « España y América », El país. Madrid, éd. int., 23/10/95, p. 8. Les prétentions de l’Espagne doivent être rapprochées des rapports singuliers qu’entretiennent le Royaume Uni et la France avec le Commonwealth et la francophonie respectivement.

16 Quinta Cumbre Iberoamericana, San Carlos de Bariloche, Argentine, 1995, Declaración de Bariloche, Segunda Parte, « La cooperación derivada de las Cumbres de la Conferencia Iberoamericana », p. 1 sqq.

17 Ibid.

18 Cuadernos Iberoamericanos. Madrid, n° 563, mai 1997, p. 149.

19 Quinta Cumbre Iberoamericana, San Carlos de Bariloche, Argentine, 1995, Declaración de Bariloche, Anexo B. « Iniciativas aceptadas con beneplácito », p. 9 sqq.

20 Les chefs d’État valorisent également l’accord conclu le 29 septembre 1995 à Montevideo entre l’union Européenne et le Mercosur ainsi que les pourparlers entre le Chili et le Mexique, dont le but est l’approfondissement des rapports économiques. Parmi ces « affaires d’un intérêt particulier », les chefs d’État considèrent également la récente ouverture du dialogue avec Cuba. Et conjointement ils insistent pour que les pays développés consommateurs de drogues prennent les mesures nécessaires pour combattre le blanchiment d’argent provenant du « narcotráfico ». Ils regrettent, de plus, les essais nucléaires de la France dans le Pacifique. Enfin, visant directement la politique nord-américaine dans la région, ils refusent les mesures coercitives unilatérales affectant le bien-être des peuples ibéro-américains [et qui] violent les principes sur lesquels reposent la coexistence régionale et la souveraineté des États.

21 On peut également remarquer l’action d’un bon nombre de centres de formation, recherche et documentation dont le centre d’intérêt principal est latino-américaniste. Voir par exemple la création du Réseau de documentation et d’Information sur l’Amérique latine (Redial) en 1988. En juin 1996 le Conseil européen de recherches sociales de l’Amérique latine (Ceisal) réalise son premier congrès européen de latino-américanistes à Salamanque, et plus tard, en 1998 à Halle. Le centre interuniversitaire de Recherches sur l’Éducation dans le monde ibérique et ibéro-américain (Ciremia) de l’Université de Tours développe depuis 1985 une réflexion sur les problématiques de l’enseignement en Amérique latine.

22 Durant le premier semestre 1997, l’Amérique latine a bénéficié de 61 % des investissements extérieurs de l’Espagne. Cela représente des investissements deux fois plus importants que pour la même période, en 1996 (A. Gonzalez, « América latina recibe el 61 % de la inversión exterior española », El país. Madrid, ed. int., 11/08/97, p. 21) D’après l’Institut de Commerce espagnol, les investissements espagnols en Amérique latine ont été multipliés par quatre entre 1986 et 1990 — passant de cent trois millions de dollars à quatre cent onze millions de dollars — ; les exportations sont passées de un milliard cinq cents milions de dollars à deux milliards cent million ; parallèlement, les importations sont passées de deux milliards deux cents millions à quatre milliards de dollars. Actuellement, et par ordre d’importance, la Banque de Santander et la Banque de Bilbao et de Vizcaya sont respectivement la troisième et la quatrième banque de la région (voir l’éditorial « La hora americana », El país. Madrid, ed. int., 31/03/97, p. 6).

23 Voir, depuis le mois d’octobre 1998, le cas Pinochet. Le général Pinochet a été arrêté à Londres afin que soit examinée la demande d’extradition du juge espagnol Garzón.

24 D’après l’Organisation internationale du travail, vingt à vingt-cinq millions d’enfants de moins de treize ans sont exploités en Amérique latine. L’Espagne soutient la lutte contre ce fléau qui produit un million vingt-cinq mille dollars. Le protocole a été signé par le gouvernement socialiste de Felipe González et le nouveau chef du gouvernement, José Maria Aznar, l’a ratifié.

25 « Congreso OEI », Boletín Proyecto Principal de Educación en América Latina y el Caribe. Santiago du Chili, sept. 1985, n° 7, p. 23.

26 « Congreso OEI », Boletín Proyecto Principal de Educación en América Latina y el Caribe. Santiago du Chili, sept. 1985, n° 7, p. 8, et « Consulta técnica Iberoamericana sobre analfabetismo funcional (Salamanca, España, 17-21 octubre 1988) », Boletín Proyecto Principal de Educación en América Latina y el Caribe. Santiago du Chili, déc. 1988, n° 17, p. 65.

27 Voir J. Regueira, « Por el corazón guaraní », El país. Madrid, éd. int., 21/11/94, p. 6 ; « La Ruta Quetzal-Argentaria 95 se adentrará en la cultura inca », El país. Madrid, éd. int. , 2/01/95, p. 17 et « Ruta Quetzal-Argentaria. La disciplina y el trato educado distinguen a los alumnos americanos de la expedición », El país. Madrid, éd. int., 19/05/97, p. 17.

28 « El CEULAJ abre su sede iberoamericana en Chile », El país. Madrid, éd. int., 28/04/97, p. 19 et El país. Madrid, éd. int, 17/11 /96, p. 17.

29 « Madrid reune a ministros iberoamericanos de Cultura », El país. Madrid, éd. int., 30/07/97, p. 1.

30 Lors de ce congrès, on a débattu l’audacieuse proposition de García Márquez, sur « le besoin de mettre l’orthographe à la retraite ». Voir : « El rey Juan Carlos inaugura en Zacatecas el Primer Congreso Internacional de la Lengua Española. Don Juan Carlos afirma en México que España es el cauce entre Europa y América », El país. Madrid, éd. int., 7/04/ 97, p. 1.

31 El País. Madrid, 22/01/96 et J. Cuartas, R. Ruiz, « El instituto de biodiversidad », El país. Madrid, éd. int., 22/05/95, p. 17.

32 Quelques exemples de ces activités sont : l’hommage à José Martí en février 1995 (« Homenaje a José Marti », El país. Madrid, éd. int., 20/02/95, p. 16). Accueil des Rois d’Espagne et don du Diccionario de construcción y régimen de la lengua castellana, édité par l’Instituto Caro y Cuervo de Bogota (R. García, « Acabado tras un siglo el diccionario de Cuervo novela de la palabra », El país. Madrid, 10/07/85, p. 18). Le séminaire de la Commission européenne sur la controverse religieuse et les peuples amerindiens (M. Bayon, « Iglesias y sectas protestantes ganan terreno a los católicos en Iberoamerica », El país. Madrid, 17/06/96, p. 16), ou le séminaire sur la présence hispanique aux États-Unis en février 1997 (M. Bayon, « 40 millones de hispanos forzarán a EE.UU. a apoyar la educación bilingüe en castellano », El país. Madrid, 17/02/97, p. 19).

33 En 1990, le roi Juan Carlos se rend en visite au Mexique et au Paraguay. En juillet 1991, à Guadalajara, les rois d’Espagne assistent au premier sommet des chefs d’État ibéro-américains. En 1993, le roi Juan Carlos est invité au Brésil et, en 1994, en Colombie. Le 12 juin 1995, le prince Felipe réalise sa première visite officielle au Mexique (mais après avoir obtenu un master de relations internationales à Georgetown). En 1995, le roi Juan Carlos se rend en visite en Argentine. En août 1996, le prince Felipe assiste à la prise de pouvoir d’Abdalá Bucarán en Équateur, et, quelques jours plus tard, il est présent à celle de Leonel Fernández en République dominicaine (« El populista Bucaram revela al conservador Durán Bailén como presidente de Ecuador », El país. Madrid, éd. int., 19/08/96, p. 5). En novembre 1996, le roi Juan Carlos participe au sommet ibéro-américain de Santiago du Chili et se rend en Uruguay (« El presidente de Uruguay agradece al Rey su apoyo a la democracia », El país. Madrid, 18/11/96, p. 15). La reine Sophie se rend au Paraguay en mars 1997. Le roi Juan Carlos se rend au Mexique en 1997 (« El rey Juan Carlos inaugura en Zacatecas el Primer Congreso Internacional de la Lengua Española », El país. Madrid, 7/04/97, p. 1). Pour leur part, les chefs du gouvernement espagnol (F. González et J. M. Aznar) ont fait huit voyages en Amérique latine pour la même période. Voir à ce propos J.-J. Kourliasdsky, « Amérique latine et mondialisation. Intégration concurrentielle et bipolarité émergente », dans VAN EEUWEN, Daniel, 1997, Nouvelles intégrations latino-américaines et Caraïbes. Régionalisme ouvert et mondialisation. Aix-en-Provence, Annales d’Amérique latine et des Caraïbes n° 14-15, Crealc, pp. 85-86.

Notes de fin

* Université de Provence

© Éditions de l’IHEAL, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable