Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les défis de l'éducation en Amérique latine

 | 
Jean-Michel Blanquer
, 
Hélgio Trindade

L'ouverture internationale le rôle stratégique des échanges

Les échanges universitaires entre la France et l’Amérique latine

Florentine Petit

Texte intégral

  • * Délégation des relations internationales et de la coopération, ministère de l’Éducation nationale

1Note portant sur l’auteur*

2Les pays d’Amérique latine sont, notamment par les liens historiques qui les unissent à l’Europe et à la France, ainsi que par leur potentiel culturel, scientifique et économique, des partenaires importants pour la France. Il a ainsi été mis en place, en particulier dans le domaine de la formation, des structures de coopération riches et diversifiées avec plusieurs pays d’Amérique latine. Ces dernières tendent, du reste, à s’accroître chaque jour davantage.

3De jour en jour se construisent de véritables courants d’échanges universitaires et scientifiques qui unissent nos pays par une étroite complicité intellectuelle et des relations de confiance de plus en plus institutionnalisées.

4Lors de ses voyages au Mexique en 1998 et au Brésil en avril 1999, le ministre français de l’Éducation nationale, de la recherche et de la technologie, Monsieur Claude Allègre, a tenu à souligner la vitalité des coopérations mises en place et à affirmer que notre solidarité avec ces pays, au delà des crises financières, s’inscrit dans de véritables partenariats en matière de formation et de recherche.

5Ces voyages auront également permis de cerner les axes de coopération prioritaires afin de développer des projets d’intérêt commun, s’appuyant sur nos compétences respectives et tirant parti aussi bien de nos différences que de nos proximités culturelles.

6J’articulerai mon propos autour des grands dossiers de la coopération universitaire qui existent entre la France et les pays d’Amérique latine.

UNE COOPÉRATION UNIVERSITAIRE SUBSTANTIELLE

7Le développement de la mobilité constitue un volet important de la politique de coopération universitaire mise en place entre la France et les pays d’Amérique latine. Cette mobilité des étudiants et des enseignants est significative et institutionnalisée.

Une coopération significative

81) La densité des échanges se traduit dans les chiffres relatifs aux échanges individuels.

9En 1998-1999, 4 695 étudiants latino-américains étaient inscrits dans les universités françaises. Malgré l’éloignement et la barrière des langues, ils représentent 4 % des 121 600 étudiants étrangers inscrits cette année en France. Leur nombre est supérieur aux étudiants nord-américains qui ne sont que 3 400.

10À ces 4 695 étudiants s’ajoutent les stagiaires et boursiers effectuant des séjours d’études et de recherche en France d’une durée plus ou moins variable, sans que ceux-ci soient sanctionnés par un diplôme français. Si leur nombre total est difficile à apprécier, à titre d’exemple, les Brésiliens dans cette situation, sont environ 2 000.

11Depuis de nombreuses années, les Brésiliens représentent le contingent le plus important des étudiants latino-américains accueillis en France. Cette année, la France reçoit près de 1 250 étudiants brésiliens, soit 26,5 % des étudiants venant d’Amérique du Sud. Ils devancent les étudiants mexicains (17 %) et colombiens (16,5 %). Viennent ensuite les Argentins avec 9,4 % puis les Chiliens avec 7,3 %.

1210 % des étudiants d’Amérique latine effectuant des études à l’étranger choisissent la France, plaçant notre pays au deuxième rang des pays d’accueil d’étudiants latino-américains, après les États-Unis.

13Il est à noter que plus de la moitié (57 %) de ces étudiants suivent un troisième cycle, l’autre moitié se répartissant à part presque égale entre le premier et le second cycles.

14Ces étudiants sont inscrits pour 55, 5 % en Lettres et Sciences Humaines, 33 % dans les matières scientifiques et médicales et 13,5 % en Économie, Droit et Gestion.

152) Les 561 accords inter-universitaires conclus entre des établissements d’enseignement supérieur français et d’Amérique latine, témoignent également de la volonté, de part et d’autre, d’établir des partenariats.

1666 % de ces accords ont été signés depuis le début des années 1990. Avec 30 % du total des accords, le Brésil devance le Mexique et l’Argentine (15 %) et le Chili (10 %).

17Les sciences exactes et appliquées, la médecine, la pharmacologie, la physique, la chimie la biologie et les sciences de l’ingénieur représentent la moitié des accords, devant les lettres et les sciences humaines.

Cette coopération bénéficie également d’un cadre institutionnalisée

18Aux accords de coopération établis par les établissements d’enseignement supérieur viennent s’ajouter des programmes de formation plus globaux, faisant l’objet d’un cofinancement par les pays partenaires.

19Cette structuration constitue une spécificité que l’on retrouve peu dans les modalités de coopération inter-universitaire et scientifique existant entre la France et les pays d’autres régions du monde.

20La gestion et le pilotage de ces programmes sont confiés pour la partie française à des comités chargés d’évaluer et de sélectionner, sur la base d’appels d’offres, des projets conjoints de formation à la recherche.

21À ce jour, trois comités fonctionnent.

221) Le Cofecub (Comité français d’évaluation de la coopération universitaire avec le Brésil)

23À l’origine, le Cofecub, avec la Capes, entre autres partenaires brésiliens, visait à favoriser l’émergence ou la consolidation d’équipes universitaires brésiliennes grâce à la formation doctorale et post-doctorale d’étudiants et d’enseignants-chercheurs, dans le cadre de recherches conjointes. Les universités du Nordeste étaient particulièrement concernées. Aujourd’hui, la quasi-totalité des établissements universitaires brésiliens et français sont impliqués dans ce système de coopération qui a évolué au fil du temps vers un partenariat de recherche scientifique entre équipes confirmées.

242) Les deux comités ECOS

25Montrant son efficacité, le programme CAPES-COFECUB a fait des émules. De là la création des comités ECOS (Évaluation de la Coopération Scientifique) qui organisent les échanges universitaires et scientifiques au niveau doctoral. Le Mexique, la Colombie et plus récemment le Venezuela relèvent de la responsabilité du comité ECOS Nord. L’Argentine, le Chili et l’Uruguay sont pris en charge par le comité ECOS Sud.

26Cette extension géographique de l’implication des comités traduit la volonté du gouvernement français de donner une impulsion et une meilleure visibilité à la coopération scientifique conduite avec ces pays.

27On peut en effet dire que ces programmes répondent pleinement aux objectifs initialement fixés, ainsi qu’aux attentes des différentes communautés scientifiques comme en témoigne le nombre croissant des dossiers déposés.

28Au total, près de deux cents projets ont été engagés aussi bien dans les domaines des sciences exactes, sciences de la vie, science de la terre et de l’univers que dans ceux des sciences humaines et sociales.

29Les programmes ont aussi su s’adapter aux priorités de nos partenaires. Ainsi, si la dimension « recherche » domine avec le Chili et l’Uruguay, dans les projets mexicains et argentins, c’est en revanche la dimension « formation » qui l’emporte, ces pays privilégiant la formation doctorale des personnels de l’enseignement supérieur (perfectionnement du personnel en place et formation de nouveaux professeurs).

303) Par ailleurs la création de réseaux d’universités s’intègre dans le cadre des initiatives prises en faveur de l’échange d’étudiants doctorants et de chercheurs post-doctoraux. Le réseau Santos Dumont, par exemple, permet à trente universités françaises de s’engager à accorder, a priori, la dispense de DEA pour l’inscription en doctorat, aux étudiants brésiliens titulaires d’un mestrado de même spécialité. Réciproquement, vingt-six universités brésiliennes s’engagent à inscrire directement en doctorat les étudiants français titulaires d’un DEA.

31Le Mexique par le biais de l’association nationale d’universités et institutions d’enseignement supérieur — Anuies — et, plus récemment, le Chili avec la Cruch (Conférence des recteurs d’universités chiliennes) ont signé des conventions avec la CPU (la Conférence des Présidents d’Université), dont les objectifs sont comparables à ceux du réseau Santos Dumont.

324) D’autres programmes existent avec l’Amérique latine. On peut citer par exemple les programmes qui mettent l’accent sur les partenariats inter-universitaires et scientifiques, en liaison avec les entreprises. Le programme PCP (Programme Coopératif Postgradués) associe ainsi les équipes de recherche à des actions de valorisation industrielle en assurant simultanément la formation des ressources humaines au niveau post-gradué (DEA, Doctorat, post-Doctorat).

33Des projets existent avec le Mexique dans les domaines de la biotechnologie, de l’agro-industriel et du génie des procédés ; avec la Colombie dans ceux de l’automatisation industrielle, la biotechnologie, la catalyse du gaz naturel ou le traitement de eaux ou bien encore avec le Venezuela essentiellement dans le domaine du pétrole.

34Le programme PRI (Programme Recherche Industrie), quant à lui, associe également des entreprises et des chercheurs français et latino-américains en « quadripôles » afin de développer des projets à finalité technologique.

35Actuellement, sept projets sont en cours avec le Brésil (en informatique et procédés industriels, matériaux, agroalimentaire, etc.). Récemment, ce programme s’est aussi ouvert à la Colombie.

L’INTENSIFICATION ET LE RENOUVELLEMENT DE LA COOPÉRATION FRANCO-LATINO-AMÉRICAINE

36Si les programmes existants fonctionnent bien et donnent satisfactions aux différents partenaires, la France continue à adapter sa coopération universitaire et scientifique avec ses interlocuteurs d’Amérique latine.

37Plusieurs projets devraient s’intensifier, dans les années à venir.

Le développement des filières technologiques courtes en Amérique latine

38De nombreux pays d’Amérique latine (Mexique, Argentine, Venezuela) soucieux de pallier le manque de techniciens supérieurs et de cadres moyens, préjudiciable à leur économie, ont mis en place des filières technologiques inspirées du modèle des IUT (Institut universitaire technologique) français.

391) Le Venezuela a été l’un des premiers pays à s’inspirer du modèle des IUT. Les Instituts technologiques venezueliens ont été créés avec l’aide de la France, il y a vingt-cinq ans.

40Aujourd’hui, une rénovation de l’enseignement supérieur technologique court est souhaitée, notamment par les entreprises. La création d’un système national de suivi pédagogique, la formation continue des enseignants et la modernisation des équipements figurent parmi les axes d’une politique nouvelle qui devrait fonder les bases d’un programme de collaboration continue avec la France.

412) Au Mexique, une déclaration conjointe du secrétaire mexicain à l’enseignement public et du ministre français de l’Éducation nationale, de la recherche et de la technologie a été signée à Mexico en 1998 afin d’étendre notre coopération dans le domaine des filières technologiques de niveau BAC + 2.

423) D’autres pays, comme l’Argentine où un premier IUT a été créé à Mendoza avec une forte implication française, ou comme le Brésil et le Chili devraient mettre en place dans un proche avenir des partenariats avec la France afin de s’inspirer de son expérience dans la formation de techniciens supérieurs.

43Un projet de coopération avec le Brésil est actuellement en cours d’étude. Il devrait permettre à des étudiants français et brésiliens d’effectuer sur une période de treize mois des séjours d’études comprenant une formation suivie d’un stage professionnel validés par l’institution d’origine, dans le domaine, cette fois, des formations technologiques courtes de type STS ou IUT. Ce projet s’inspire d’un modèle de formation intégrée d’élèves ingénieurs brésiliens en France.

La formation des ingénieurs

44Depuis fort longtemps, la France a contribué à former de nombreux ingénieurs latino-américains.

45C’est le cas avec le Mexique mais aussi, dernièrement, avec le Brésil.

46L’un des axes forts de notre coopération avec ce pays, est l’expérience pilote menée sur trois ans, de formation intégrée d’élèves ingénieurs brésiliens en France, cofinancée par la confédération nationale de l’industrie brésilienne et la Capes.

47Vingt-six écoles d’ingénieurs françaises (Ensam, les INSA, les INP, les écoles Centrales, l’UTC, etc.) a formé à partir de février 1999 la première promotion de quatre-vingt-dix neuf élèves accueillis en France de janvier 1999 à janvier 2000.

48À leur arrivée en France, les étudiants brésiliens sélectionnés par la CAPES dans leur pays ont un niveau BAC + 3. Leur année de formation en France, entrecoupée par un stage industriel de deux à trois mois, sera validée par les établissements brésiliens dans leur cursus ; les contenus ainsi que les conditions pédagogiques du déroulement de la formation en France sont définis par une convention conclue entre les établissements français et brésiliens concernés par le programme.

49Cette première promotion a quitté la France en janvier 2000 et a croisé la seconde promotion qui arrivait à ce moment-là.

50Le Menrt et le MAE qui pilotent ce programme avec l’appui de la conférence des directeurs d’écoles et formation d’ingénieurs (Cdefi), la Conférence des Grandes écoles et le Cnous s’intéressent particulièrement à cette opération considérée comme prioritaire et essentielle pour le développement des relations scientifiques entre la France et le Brésil. De plus, ce programme crée une nouvelle modalité de coopération universitaire qui, si elle est une réussite, pourrait ensuite être étendue à d’autres pays partenaires.

La mise en place de chaires d’études constitue un autre axe porteur de la coopération

51Les chaires d’études correspondent à une pratique issue d’une étroite relation culturelle entre nos pays. Ainsi au Brésil, une chaire « Lévi-Strauss » tournante, placée à l’institut des études avancées de l’Université de São Paulo a été inaugurée en 1998. Elle permet d’inviter des professeurs du Collège de France ou d’autres institutions comme l’EHESS ou l’École Normale Supérieure, pendant une à deux semaines, dans les domaines des sciences sociales et des sciences exactes.

52Dans le sens Brésil-France, une chaire de sciences sociales « Sergio Buarque de Holanda » vient d’être créée à l’initiative du gouvernement brésilien et avec l’appui de la Banque du Brésil. Rattachée à la Maison des Sciences de l’Homme (MSH), cette chaire « itinérante » ouverte à toutes les disciplines, permettra alternativement à d’éminents spécialistes brésiliens en sciences sociales, choisis sur dossier par le conseil scientifique de la chaire, d’effectuer un enseignement régulier dans un établissement d’enseignement supérieur en France, pour des périodes d’un semestre.

53Pour le Mexique, les sciences humaines et sociales sont à l’honneur avec la création cette année de deux chaires d’études mexicaines au sein des instituts sur l’Amérique latine, à l’institut pluridisciplinaire d’études sur l’Amérique latine (Ipealt) de l’Université de Toulouse ii-le Mirail et à l’institut des hautes études de l’Amérique latine de l’Université Paris iii-Sorbonne Nouvelle. Ces chaires permettront de présenter la modernité mexicaine et de traiter des thèmes relatifs aux grands défis économiques, politiques et sociaux du Mexique.

54Par ailleurs, un projet de « Maison du Mexique » devrait voir le jour à Toulouse. Elaborée par le pôle universitaire européen de Toulouse en liaison avec les partenaires régionaux, la Maison du Mexique sera une vitrine du Mexique en France et un foyer français pour les Mexicains, ce qui facilitera leurs relations avec la France.

L’augmentation du nombre d’assistants de langue vivante latino-américains en France

55Un autre moyen permettant d’intensifier nos échanges avec les pays d’Amérique latine consiste à encourager la venue d’assistants de langue vivante.

56C’est le cas notamment pour les étudiants assistants colombiens qui seront une quinzaine à être accueillis en France en 1999, soit deux fois plus que les années précédentes.

57Cela concerne également les Mexicains : cent assistants sont venus du Mexique en 1999 ; ils ont été affectés dans des établissements d’enseignement du primaire et du secondaire afin de soutenir les professeurs de langue espagnole. Parallèlement, vingt étudiants français sélectionnés dans les départements d’espagnol de nos universités ont obtenu un poste au Mexique.

58Comme nous l’avons constaté, la coopération universitaire avec les pays d’Amérique latine a été largement structurée ces dernières années. L’effort doit maintenant également porter sur l’accueil des étudiants latino-américains en France et sur leur information concernant les formations universitaires française. L’Agence ÉDUFRANCE, créée en 1998, doit relever ce défi.

59La présence aux côtés d’ÉDUFRANCE dans les salons au Mexique, au Brésil ou plus récemment en Argentine et au Chili, des établissements d’enseignement supérieur donne à la France les moyens de mieux faire connaître son système éducatif et de mieux évaluer la demande de formation, afin d’être en mesure de répondre aux besoins réels des étudiants originaires d’Amérique latine.

60Assurément, la coopération universitaire avec les pays latino-américains continuera à se renforcer et à se diversifier, notamment par le biais des programmes de l’Union européenne et par des actions à mettre en œuvre dans le cadre des priorités définies lors du sommet de Rio en juin 1999 ou dans le cadre de grands programmes financés par les organisations multilatérales.

PHOTOGRAPHIE N° 9 : L’INSTITUT D’HISTOIRE DU NICARAGUA ET DE L’AMÉRIQUE CENTRALE. INSTALLE SUR LE CAMPUS DE L’UNIVERSITÉ CENTRAMÉRICAINE, L’IHNCA ENTRETIENT DES LIENS ÉTROITS AVEC PLUSIEURS INSTITUTIONS UNIVERSITAIRES EUROPÉENNES (CLICHE : ALAIN MUSSET).

Notes de fin

* Délégation des relations internationales et de la coopération, ministère de l’Éducation nationale

Table des illustrations

Légende PHOTOGRAPHIE N° 9 : L’INSTITUT D’HISTOIRE DU NICARAGUA ET DE L’AMÉRIQUE CENTRALE. INSTALLE SUR LE CAMPUS DE L’UNIVERSITÉ CENTRAMÉRICAINE, L’IHNCA ENTRETIENT DES LIENS ÉTROITS AVEC PLUSIEURS INSTITUTIONS UNIVERSITAIRES EUROPÉENNES (CLICHE : ALAIN MUSSET).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1594/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 576k

© Éditions de l’IHEAL, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540