Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les défis de l'éducation en Amérique latine

 | 
Jean-Michel Blanquer
, 
Hélgio Trindade

L'ouverture internationale le rôle stratégique des échanges

Vingt ans de coopération universitaire franco-brésilienne éléments de bilan concernant l’accord CAPES-COFECUB

Jean-Claude Martin

Texte intégral

  • * Recteur, président du COFECUB

1Note portant sur l’auteur*

PHOTOGRAPHIE N° 8 : L’HEURE DE LA LECTURE EN AMAZONIE (BRÉSIL). DANS SA CABANE DE PLANCHES, UN TRAVAILLEUR AGRICOLE AU REPOS LIT SON LIVRE À HAUTE VOIX (CLICHE : MARTINE DROULERS).

HISTORIQUE

2Comme toute grande aventure humaine, la coopération scientifique et technique franco-brésilienne a connu un temps de pionners : Antoine de saint-Hilaire, Claude-Henri Gorceix, Armando Sales Oliveira, Teodoro Ramos, Georges Dumas, Claude Lévi-Strauss, Roger Bastide, Oswaldo Cruz, Carlos Chagas sont les plus connus.

3La création de l’école des Mines d’Ouro Preto (1875) et celle de l’université de São Paulo (1934) ont été les premiers fruits emblématiques de cette coopération.

4À l’évocation des précusseurs, les acteurs d’aujourd’hui se sentent redevables mais fiers aussi de prolonger et de consolider leur œuvre.

5Les autorités brésiliennes, au premier rang desquelles figure l’empereur Dom Pedro II, montrèrent très tôt leur intérêt pour cette collaboration. Toutefois la reconnaissance des échanges universitaires entre les deux pays, comme élément important de leur politique étrangère, ne fut officialisée qu’après la seconde guerre mondiale, par l’accord culturel signé le 6 décembre 1948. Cet accord recouvrit pendant plus de vingt ans un ensemble d’activités et d’échanges qui débordèrent du strict cadre de la culture et conduisirent la France et le Brésil à décider, le 16 janvier 1967, de consolider et d’organiser la coopération scientifique et technique bilatérale, au moyen d’un accord spécifique.

6À partir de cette époque, les diplomates intervinrent dans la coopération. Après l’impulsion donnée par Gabrielle Mineur, leur action s’est poursuivie de manière constante jusqu’à nos jours. Ils ont favorisé la réalisation de programmes et parfois les ont même lancés.

7Par la création d’une commission indépendante d’attribution de bourses d’études à l’étranger, où Temistocles Cavalcanti joua un rôle important, le Brésil lança une politique de formation de ses cadres universitaires et de ses chercheurs qui n’a cessé de s’amplifier. La Capes en est aujourd’hui l’instrument.

8La volonté conjointe de développer la coopération scientifique et technique s’est traduite, entre 1978 et 1982, par la négociation d’une série d’accords complémentaires à l’accord de 1967. Ils organisent une collaboration entre agences et organismes des deux pays en matière de formation, de recherche et de développement dans les domaines de l’agronomie, de la gestion de l’espace, de la santé, etc. qui se caractérise par la réalisation de véritables travaux en commun, à l’occasion de séjours réunissant en équipes intégrées des universitaires et chercheurs brésiliens et français.

9L’accord CAPES-COFECUB, conclu le 5 octobre 1978 fut le premier d’entre eux.

L’ACCORD CAPES-COFECUB

10Alors qu’au Brésil, la CAPES était chargée du plan de formation à l’étranger des cadres universitaires du plus haut niveau, par la préparation d’un doctorat, il manquait en France, à côté du ministère des Affaires Étrangères, un organisme capable de mobiliser et de coordonner l’action des nouvelles universités autonomes. Le président de l’université de Paris-Val de Marne (Paris xii), Michel Guillou, prit l’initiative de proposer la création du comité français d’Évaluation de la Coopération universitaire avec le Brésil (Cofecub), à la suite de contacts et d’une demande d’appui de l’université du Parana.

11Par la sélection d’avant-projets de coopération présentés conjointement par des équipes universitaires brésiliennes et françaises, par le financement de missions de travail dans chaque pays et de mesures d’accompagnement, puis par l’évaluation des résultats, la Capes et le Cofecub ont mis en place, puis perfectionné un dispositif qui a développé, systématisé et pérennisé une collaboration, dont on nous fait l’honneur de la considérer comme efficace et exemplaire. Nous en rendons des comptes partiels chaque année, mais cet anniversaire nous fournit une occasion unique d’en présenter un bilan plus global et d’en faire ressortir aussi bien les points positifs que les perfectionnements possibles.

ÉLÉMENTS D’UN BILAN SUR VINGT ANS

L’évolution de la répartition géographique des projets CAPES-COFECUB

12Les accords CAPES-COFECUB ont visé tout d’abord à soutenir les universités du Nordeste, puis ils se sont rapidement étendus à tout le territoire brésilien. La quasi-totalité des établissements universitaires brésiliens et français s’y sont par la suite impliqués.

13La période 1978-1985 constitue une première phase de fondation de la coopération institutionnelle interuniversitaire. Débutée lors de la signature même de l’accord, le 5 octobre 1978, cette phase a connu une mise en œuvre rapide dès 1979.

14Vingt projets ont démarré la première année. Deux ans plus tard, quarante-sept étaient en fonctionnement. Une vingtaine d’entre eux concernaient la région du Nordeste brésilien, avec au premier rang l’université de Paraiba, d’où était partie l’initiative de l’accord.

15En France, Toulouse et, à un moindre degré, Paris, Grenoble et Rennes, ont été les villes universitaires les plus impliquées dans cette phase de démarrage.

16Un arrangement complémentaire à l’accord du 5 octobre 1978 fut signé le 9 mai 1985. Il renforçait la place de la recherche universitaire dans le dipositif d’ensemble de la coopération scientifique et technique.

17Une deuxième phase de consolidation de la coopération CAPES-COFECUB commençait. On peut la situer entre les années 1986 et 1993. La coopération a connu pendant cette période une meilleure structuration, mai sun essor relativement faible : le nombre annuel de projets a peu augmenté ; celui des nouveaux projets démarrant chaque année a parfois été limité à quelques unités et a rarement dépassé la dizaine.

18En 1988, le nombre de projets ne dépassait pas cinquante-huit. la courbe d’évolution de ce nombre marque un palier de près de six ans, mais les équipes en rapport ont fortifié leur liens et les ont inscrits dans la durée.

19En ce qui concerne la répartition géographique, on notait déjà un effacement du Nordeste et le début d’une concentration prédominante à Rio de Janeiro et Porto Alegre. Côté français, la région parisienne affirmait sa prédominance.

20Une troisième phase de croissance rapide intervint à partir de 1994. La coopération franco-brésilienne prit un nouvel élan, dont la lancée s’est maintenue jusqu’à ce jour. D’une part le Cofecub conclut un accord spécifique avec l’université de São Paulo, d’autre part, cinquante-deux universités françaises et brésiliennes signèrent la convention de dispense de diplômes d’admission en doctorat, qui fonda le réseau Santos-Dumont. Enfin, dans le cadre de l’accord CAPES-COFECUB, une action spécifique fut engagée avec les universités brésiliennes de la région de l’Amazonie (programme Norte) de façon à stimuler les formations à la recherche dans cette zone.

21En 1997, il apparaît clairement que la coopération menée dans le cadre de l’accord CAPES-COFECUB est passée, dans de nombreux cas, à un partenariat entre équipes de niveau national ou international. Aux projets consacrés au développement désormais classiques des formations doctorales, dès lors identifiés comme projets de type i, la Capes et le Cofecub ont ajouté des projets orientés plus nettement vers la recherche dits de type II.

22Cette évolution démontre à quel point la qualité de la recherche universitaire se trouve en situation de dynamiser le dispositif de l’ensemble de la coopération scientifique et technique dans lequel elle avait pourtant connu quelques difficultés à s’insérer vingt ans plus tôt.

23En 1998, cent trois projets étaient en fonctionnement, dont plus de 60 % du type II. La concentration dans le Sud-Sud-Est brésilien s’est encore renforcée, avec trois pôles qui se détachent : Rio de Janeiro, São Paulo et Porto Alegre. En France, la participation des universités s’est largement étendue à tout le pays. On peut considérer maintenant que l’engagement dans la coopération avec le Brésil est, sauf exception (ex : forte implication de Grenoble), approximativement proportionnelle à l’importance des villes universitaires.

24L’accélération des six dernières années a été nette : le nombre de projets fonctionnant annuellement est passé de soixante-trois en 1993 à cent treize en 1999.

25La proportion de projets de type II, à dominante recherche, témoignage d’un partenariat équilibré, ne cesse d’augmenter. Pour tenir compte de cette évolution, le Cofecub démarre cette année un programme d’attribution de séjours post-doctoraux (la Capes affectait déjà de tels moyens à cet effet, à côté de bourses de doctorat en nombre important).

26Au total, après vingt ans de coopération dans le cadre de l’accord CAPES-COFECUB, trois cent cinq projets ont été réalisés ou sont en cours de réalisation en 1999 (sur lesquels quatre-vingt-douze étaient arrivés à leur terme à la fin de 1998).

L’évolution de la répartition des projets par discipline

27L’importance des disciplines dans la collaboration universitaire franco-brésilienne CAPES-COFECUB a évolué sensiblement au cours du temps.

28Les sciences humaines qui constituaient une part considérable au début ont connu une décroissance lente mais constante : elles constituaient 25 % de l’ensemble des projets réalisés avant la fin de l’année 1997, aujourd’hui, elles ne représentent plus que 16 %, soit 20,2 % sur toute la période (1999 inclus).

29La part des sciences sociales, au contraire, a augmenté d’environ un tiers, jusqu’à 12,5 %, mais le domaine du droit ne comporte presque plus d’activités.

30Les sciences exactes (mathématiques, physique, chimie) étaient, dans un premier temps, trop peu impliquées. Elles atteignent aujourd’hui plus de 16 % (et, en moyenne sur toute la période, 12 %). Ce redressement est dû principalement à la chimie, mais le nombre de projets en mathématiques est faible.

31Les sciences de l’ingénieur, déjà présentes au début, ont connu un développement constant qui ne résulte pas d’un choix délibéré de favoriser les applications, mais de ce que les disciplines qui les composent se sont fortement développées, dans les deux pays parallèlement. De nombreuses équipes de qualité ont émergé dans des domaines de haute technologie intéressants tant sur le plan scientifique que sur le plan des retombées économiques possibles. Près de 26 % des projets en relèvent.

32Les sciences de la terre se sont développées fortement dans la collaboration franco-brésilienne jusqu’à atteindre, cette année, 12 % de l’ensemble des projets, alors qu’en France, elles subissent une certaine récession. On peut trouver deux raisons à cela : l’implication exceptionnelle de certains de ses leaders et l’intérêt important qu’elles conservent pour le Brésil.

33Les sciences de la vie qui conservent toutefois des programmes de grand intérêt (en parasitologie, par exemple), d’une part, l’agronomie, d’autre part et plus nettement, ont vu décroître le nombre de leurs actions. La raison vient sans doute de ce que des programmes spécifiques ont été créés dans ces champs disciplinaires par des agences de recherche nationales ou par des organisations internationales.

34La forte croissance du nombre de projets tempère en partie les diminutions relatives (en pourcentage) des domaines en décroissance. Les évolutions constatées ne sont toutefois pas sans poser un certain nombre de questions.

Les thèses de doctorat soutenues

35En ce qui concerne les thèses, bien qu’un recensement complet soit difficile à effectuer de manière sûre, on a dénombré deux cent soixante et une thèses de doctorat ont été obtenues par des Brésiliens en France, dans le cadre des projets CAPES-COFECUB. Le total exact doit être supérieur. En rajoutant les thèses soutenues au Brésil, on peut penser qu’en moyenne, au moins une thèse est effectuée au cours de chaque projet.

36Aujourd’hui la question qui se pose est celle du développement des thèses en co-tutelle. Ce type de préparation des doctorats, à direction partagée, s’inscrit dans la logique des progrès constatés et du partenariat dèjà bien établi à travers les projets de type II.

37Le séminaire du XXe anniversaire des accords CAPES-COFECUB (Rio, avril 1999) a été l’occasion non seulement de la présentation de ce bilan, mais d’échanges approfondis sur la nature même des relations entre les équipes partenaires, sur les avantages du dispositif d’appui fourni par la Capes et le Cofecub et les quelques améliorations à lui apporter. Il apparaît que les crédits sont trop limités au regard de l’élan existant, de la demande et des besoins. Les circonstances n’ont toutefois pas permis d’aborder la question de l’évolution et d’éventuelles nouvelles orientations qui relèvent des décideurs. Aucune annonce spectaculaire n’a été faite. Il faut dire que du côté brésilien, en raison de la crise économique, il eût été difficile d’envisager des développements. On sent que ce pays voudrait amener son niveau de coopération avec d’autres pays européens, notamment l’Allemagne, à celui de la coopération avec la France a atteint...

38Des questions de fond se posent, selon nous. Faut-il continuer à financer les projets selon un principe de compétitivité, avec la qualité des candidats et des projets comme critères principaux, ou introduire des directives programmatiques en faveur de certains domaines disciplinaires ou géographiques ? Faut-il appliquer des sortes de quota ? Le programme Norte, en particulier, doit-il être redynamisé ?

39Le bilan présenté ci-dessus, en ce qu’il donne une idée de la quantité et de la diversité des actions menées entre équipes brésiliennes et françaises, ne doit pas faire oublier que l’activité déployée vaut surtout par sa qualité — le niveau est sans cesse croissant — et l’enrichissement mutuel scientifique et humain des enseignants et chercheurs qui s’y impliquent.

40Dans beaucoup de domaines, se sont constitués des réseaux de relations qui fonctionnent généralement par l’organisation de séminaires et de colloques, alors même que les projets CAPES-COFECUB sont achevés. La forme de soutien à leur accorder reste à définir.

Notes de fin

* Recteur, président du COFECUB

Table des illustrations

Légende PHOTOGRAPHIE N° 8 : L’HEURE DE LA LECTURE EN AMAZONIE (BRÉSIL). DANS SA CABANE DE PLANCHES, UN TRAVAILLEUR AGRICOLE AU REPOS LIT SON LIVRE À HAUTE VOIX (CLICHE : MARTINE DROULERS).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1592/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 860k

© Éditions de l’IHEAL, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable