Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

S'affirmer Lacandon, devenir patrimoine

 | 
Julie Liard

Chapitre 2. Le patrimoine : des hommes et des ruines

Texte intégral

1Le patrimoine existe en tant que témoin matériel et immatériel du passé. Le processus de patrimonialisation permet de donner une nouvelle fonction aux objets, coutumes et traditions considérés comme devant être préservés. Le patrimoine devient support de communication, de connaissances. Il est aussi un lieu de contemplation esthétique. Il est parfois moteur de développement local et régional à travers l’activité touristique, ou encore support pour les stratégies identitaires et politiques.

2Cependant, quelles raisons font accéder un objet au statut de patrimoine ? Par quel processus les ruines de Bonampak changent-elles de statut ? Qui sont les acteurs de cette transformation ? Quel rôle jouent les guides lacandons dans la patrimonialisation, passage des vestiges en patrimoine ?

3L’étude de ce processus fait appel aux concepts spécifiques de la muséologie, tels qu’ils sont décrits par un spécialiste reconnu Jean Davallon, enseignant chercheur en médiation culturelle, muséologie et culture et communication à l’université d’Avignon. Il stipule le fait que la patrimonialisation s’effectue à travers trois étapes : une mise en communication, une mise en exposition et une mise en exploitation [Davallon, 2002 : 74-77]. Cette méthode d’analyse s’applique aux ruines de Bonampak pour comprendre le rôle des archéologues et des Lacandons dans le processus de patrimonialisation et percevoir la mise en scène construite autour des ruines de Bonampak.

4Quelle responsabilité l’archéologie et les archéologues ont-ils dans la patrimonialisation des ruines de Bonampak ? Quel rôle les Lacandons jouent-ils dans ce processus et quelles sont les conséquences économiques et sociales sur leur communauté ?

5Dans les trois chapitres qui suivent nous aborderons les trois moments de la construction du patrimoine : sa fabrication, sa préservation et son exploitation.

6Dans un premier temps, nous étudierons le processus de transformation des vestiges de Bonampak en patrimoine et les acteurs de cette production patrimoniale. Dans une deuxième partie, nous analyserons la relation des Lacandons avec les archéologues à travers la formation de guides locaux des vestiges archéologiques. Enfin, nous nous attacherons à la mise en exposition et en exploitation du site de Bonampak et aux conséquences sur la communauté.

Du vestige au patrimoine

L’œil de l’expert

7Bien que les ruines de Bonampak soient connues (et utilisées comme lieu de culte) depuis des centaines d’années par la communauté lacandone, la construction patrimoniale ne commence qu’en 1946, lorsque Charles Frey et Giles Healey découvrent ces ruines. Les ruines sont alors vues sous un nouveau jour, avec le regard du professionnel et du connaisseur. La découverte n’incombe pas aux Lacandons, puisque, non seulement ils n’ont révélé ni l’existence, ni la situation du site, mais ils n’ont pas ce regard considéré comme celui d’un expert. De plus, le nom attribué aux ruines, « Bonampak », est donné par un archéologue, Sylvanus Morley, ce qui révèle le début du processus de patrimonialisation. Cette découverte relatée comme celle d’un trésor correspond à la première étape de la patrimonialisation.

8La découverte de l’objet est insuffisante pour lui reconnaître immédiatement la valeur de patrimoine. Un savoir sur cet objet et sur son origine est indispensable pour reconnaître sa valeur scientifique. Une série d’expéditions se sont succédé à Bonampak dans les années 1950 pour certifier son origine et son authenticité. C’est grâce à l’œil expert des archéologues que les peintures rupestres et les ruines de Bonampak ont été datées de la période allant de 250 ap. JC jusqu’à 792 ap. JC, ce qui correspond à l’ère maya. Ainsi la présence des Lacandons près des ruines montre clairement l’origine de la complexité car ces derniers ressemblent aux figures représentées sur les stèles et sur les murs peints, ce qui est décrit avec précision par les archéologues, ethnologues, peintres ayant parcouru la zone à cette époque. Cela correspond donc à la deuxième étape de la patrimonialisation, celle que Jean Davallon appelle la « certification de l’origine » : on est certain à présent que cet objet trouvé a son origine dans un monde particulier, connu.

9Les Lacandons sont alors considérés comme les héritiers de ces ruines antiques et donc comme les derniers Mayas. Une fois que le lien avec le monde d’origine est scientifiquement établi et certifié, le statut social de l’objet change. Il existe un lien physique entre nous et le passé de ces hommes qui ont peint les murs. Nous sommes donc, à travers les ruines, les peintures rupestres de Bonampak et les Lacandons, matériellement en contact avec les Mayas.

10Mais, pour que l’objet acquiert pleinement le statut de patrimoine, il doit être mis en exposition. De fait, un dispositif de présentation autour de ce patrimoine est mis en place, les ruines sont restaurées, aménagées, afin de conserver les vestiges et de les rendre accessibles aux visiteurs. La restauration des vestiges fait partie de la politique nationaliste que mène l’État mexicain, car l’éducation passe aussi par la réhabilitation des sites archéologiques afin d’intégrer une identité collective partagée, ce qui correspond à la dernière étape de la patrimonialisation, « la célébration de l’objet par son exposition ». C’est surtout à l’intérieur de ce dispositif de présentation que les Lacandons deviennent acteurs de la patrimonialisation des ruines archéologiques de Bonampak, formés par les archéologues à la gestion et à la préservation du site.

11La première étape dont parle Jean Davallon dans le processus de patrimonialisation est la communication. Elle consiste à mettre en valeur l’objet au moyen d’une mise en scène rendant au visiteur plus aisée l’entrée en contact avec celui-ci. Tous les moyens de diffuser du savoir sur l’objet, techniques, ethnographiques, voire mythiques, ou autres, sont des éléments de la patrimonialisation. Ce sont tous ces moyens de mise en relation avec le patrimoine qui orientent notre vision et notre prise de contact avec l’objet.

12La littérature ethnologique et archéologique, dont le contenu est analysé dans le chapitre précédent, aide à la création de l’image que nous avons des sites archéologiques, de la civilisation maya, de la jungle foisonnante et des Indiens Lacandons [Rautenberg, 1998].

« Si en el pasado los Lacandones eran, a la vez “salvajes” y “señores de un inmenso reino”, estas contradicciones actualmente se expresan en su imagen como un grupo corrompido por el gobierno, el materialismo y el protestantismo, por un lado ; y como un pueblo a punto de esfumarse, portador de sabidurías arcaicas, por el otro » [Trench, 2005 : 49].

13Néanmoins, il est intéressant de constater que l’image « grand public » de cette société ne semble pas en être affectée. Dans la presse, écrite comme audiovisuelle, les Lacandons jouissent toujours de leur notoriété en tant que société traditionnelle, immuable et harmonieuse, « authentique » [Géraud, 2002 : 447-459].

14Depuis quelques années, des spots publicitaires défilent à la télévision mexicaine à propos de la jungle lacandone comme exemple de biodiversité, pour sensibiliser la population mexicaine à la protection de l’environnement. La communauté lacandone comme héritière maya est aussi très médiatisée pour promouvoir l’écotourisme et la sauvegarde des cultures indigènes. Malgré des études critiques sur la communauté lacandone, les représentations de celle-ci dans les médias et dans la littérature reproduisent au fil du temps le même discours enchanteur.

15Ces publicités, spots médiatiques et représentations contribuent à créer une image particulière des ruines de Bonampak, directement associée à la communauté lacandone. Ce que disent les promoteurs touristiques s’appuie sur les productions scientifiques précédemment citées. On constate actuellement une dynamique de tourisme dit « culturel », qui se tourne vers les sociétés réputées « authentiques ».

16Les agences touristiques de Mexico, San Cristobal de las Casas, Villahermosa, et surtout celles de Palenque, véhiculent elles aussi une image idéalisée et exceptionnelle du site archéologique maya et des Lacandons. Elles proposent des tours dans la jungle pour visiter les ruines de Bonampak et de Yaxchilan et proposent de loger dans un campement écotouristique lacandon. D’après elles, « on peut même, guidé par les derniers Mayas, vivre une expérience unique dans les ruines archéologiques de la jungle lacandone ».

17Une des agences de Palenque ayant pignon sur rue affiche sur sa porte et distribue sous forme de prospectus cette description d’un séjour dans la communauté lacandone :

« Vive una experiencia única en el corazón de la Selva Lacandona, hospedandote en el campamento Tucan Verde y compartiendo la vida diaria de Ismaël Chansaap Naykin Yuk, hijo de un shaman conocido, y su familia. Dejate llevar a conocer los tesoros escondidos en la selva en una de las caminatas que te propone Chansaap. Tucan Verde es el lugar ideal para los que busquen una experiencia auténtica a precios económicos. En el campamento hay cabañas rústicas de palma al lado de una cascada, dos casas de árbol a la orilla del río Lacanjà para los que busquen la soledad y mayor contacto con la naturaleza, area para acampar o colocar hamaca, baño, cocina, comedor donde Chanuk te sirve una comida casera rica y variada o puedes cocinar tu mismo. Que puedes hacer y aprender ? Visitar los sitios arqueológicos de Yaxchilan a 30 kilómetros y Bonampak a 9 kilómetros. Bañarte en las aguas virgenes de los ríos y cascadas. Ayudar en las actividades cotidianas de la familia : buscar leña, trabajar la milpa, desgranar y tortear, cocinar, etc. Caminatas guiadas a cuevas, lagunas cascadas pyramides y otros lugares sagrados de los antiguos mayas en los cuales no solo aprenderas sobre los animales, pájaros y plantas medicinales de la selva sino también te sorprenderas de las muchas leyendas y anecdotas que Chansaap te podría contar sobre la vida en la selva. Aprende como hacer artesanía con materiales de la selva : collares, y pulseras hecho de semillas. »

18Le vocabulaire utilisé relève de « l’exotisme », défini par Tzvetan Todorov comme une nostalgie des temps où les individus savaient rester « humains » et communiquaient avec la nature [Todorov, 1992]. Todorov caractérise l’attitude « exotique » comme une volonté de transformer la diversité des peuples en une sorte d’exposition des différences. Nous sommes là véritablement dans l’esthétique : « une expérience unique », « trésors cachés », « expérience authentique », « véritable contact avec la nature », « les eaux vierges », « les lieux sacrés »… sont des termes destinés à attirer les touristes. Le contact avec la nature vierge est mis en valeur ainsi que la simplicité et le côté rustique des lieux et des gens. Il est même proposé de participer aux activités quotidiennes de la communauté : travailler la milpa (la terre à cultiver), égrener, cuire des tortillas de maïs, etc. Ces activités sont peu pratiquées par les Lacandons aujourd’hui, ce sont surtout les personnes les plus âgées qui continuent à travailler leur milpa par exemple, ou bien les plus jeunes accompagnés des touristes. L’expérience à vivre est mise en valeur. Le récit joue sur la rusticité du lieu et des gens. Le rapport à l’argent en serait même presque oublié.

19Avant même le moindre contact, ce sont la littérature scientifique, les médias et les publicités touristiques qui orientent le rapport avec les ruines de Bonampak et la communauté lacandone. Ce sont eux qui peuvent être considérés ensemble comme un outil de communication, car définissant la vision de l’objet et la prise de contact avec lui. S’ajoute un élément totalement différent mais qui peut être lui aussi considéré comme un outil de communication : les aménagements permettant d’accéder au lieu orientent, à leur manière si évidente, la façon d’entrer en contact avec le patrimoine. Ils facilitent l’accès aux ruines et à la communauté, agissant comme un dispositif de présentation, orientent le regard et donc l’expérience vécue par le visiteur.

Une restauration instrumentalisée

20Le site de Bonampak a été très modifié. Un petit retour en arrière montre les aménagements qu’il a subis depuis les premières restaurations dans les années 1950.

21Ces modifications sont à considérer sous deux aspects. D’une part, on rend l’accès plus aisé (voirie, aménagements), d’autre part la réhabilitation des ruines tend à leur redonner un aspect majestueux et authentique. Si la restauration est minutieuse, les reconstitutions ne sont pas toujours fidèles car les interprétations archéologiques évoluent, et elles servent un projet politique nationaliste qui cherche à mettre en valeur le passé préhispanique. Les objets sont donc re-façonnés et mis au service de l’agenda politique.

« … el templo de las pinturas en la acrópolis ha sido el elemento de interés principal desde esa fecha [1946], las investigaciones de las dos últimas décadas han permitido conocer que Bonampak no es un asentamiento de cuarto nivel, tal y como lo calificó en su momento el mayista S. Morley, ya que el sitio no está constituido solamente por una acrópolis y una enorme plaza que se extiende a sus pies como lo muestran las restauraciones, sino de una ciudad con un patrón de asentamiento disperso » [Tovalin Ahumada, Velazquez de Leon Collins : 1999].

22L’archéologue Alejandro Tovalin Ahumada note que les restaurations sont concentrées essentiellement sur l’acropole. Or cet édifice immense, sans doute le plus important par sa superficie, n’est pas pour l’archéologue le plus intéressant du complexe. Cependant, on n’a reconstitué que l’acropole : il s’agissait de montrer la splendeur et la grandeur des civilisations préhispaniques et la marque laissée par les Mayas à travers le temps. Cette reconstitution prouve une certaine utilisation politique de l’archéologie. On a traité d’une manière similaire les sites de Palenque et de Teotihuacan, où le dernier étage de la pyramide du soleil a été inventé, etc. La réhabilitation du site est instrumentalisée pour légitimer les projets politiques en vigueur.

23Dans les années 1990, des aménagements tout à fait différents, correspondant aux agendas politiques nationaux et internationaux de cette époque, apparaissent dans la zone de Bonampak. Autour des ruines est créée en 1992 une aire naturelle protégée (ANP), le « monument naturel de Bonampak » (MNB), dans le but de sauvegarder le site archéologique et la zone de forêt qui l’entoure, considérés comme menacés.

24Institutionnellement, le MNB dépend de la CONANP. Le rôle des conservationnistes dans la création du MNB a toute son importance. Ils sont les alliés des Lacandons, ils ont donné énormément d’importance médiatique, scientifique et politique à la communauté afin de porter leur projet d’ANP [Trench, 2002]. En 1997, soit cinq ans après sa création, est ouverte la route en bitume allant de Palenque jusqu’à Lacanjà Chansayab et jusqu’aux ruines de Bonampak. Le MNB acquiert alors une existence réelle.

25Cette date est celle d’un grand bouleversement dans la communauté lacandone et pour le site archéologique de Bonampak. La route amène un véritable changement dans l’activité économique de Lacanjà Chansayab et pour la région en général. Cet accès permet d’atteindre Lacanjà depuis Palenque en deux heures au lieu de neuf, ce qui engendre une forte augmentation du tourisme, notamment autour des ruines de Bonampak et de Yaxchilan et dans les villages lacandons. Des agences de voyage voient le jour, proposant le circuit Bonampak-Yaxchilan. Le flux touristique de ces sites augmente en 1997 (jusqu’à 8 500 visiteurs) et en 1998 (plus de 12 000 visiteurs) [Tovalin Ahumada, Velazquez de Leon Collins : 32].

26Une fois le MNB créé, se met en place le « projet écotouristique de Bonampak » avec l’aide des autorités environnementales, comme l’INE (Institut national d’écologie, aujourd’hui la CONANP : Commission nationale des aires naturelles protégées) afin de contrôler l’accès à l’ANP et au site archéologique. Il est important de signaler le rôle clé de ces autorités qui, les premières, ont promu les activités éco-touristiques de la zone. En 2000, l’INE impulse l’écotourisme dans l’aire protégée de Bonampak, construisant le centre d’interprétation environnemental et des services à l’entrée du chemin qui mène au site archéologique. Dans l’espace muséographique de ce centre, les visiteurs peuvent s’informer sur les relations « traditionnelles » entre les Lacandons et l’environnement, des pancartes signalent où trouver des « milpas traditionnelles » dans la communauté. L’infrastructure touristique de Lacanjà Chansayab reçoit l’aide de plusieurs agences officielles, telles que l’ONG Conservation Internationale, l’Association civile des espaces naturels et du développement durable, mais aussi l’aide de la Ford Motor Company. Elles soutiennent le développement de l’écotourisme dans la communauté au nom de la conservation de la forêt.

27Pour gérer au plus près ces activités, des « sociétés coopératives » se sont créées. Ces structures associatives, fondées avec l’aide d’un organisme extérieur (comme la CONANP ou la SECTUR), ont pour objet de gérer des projets, notamment des projets écotouristiques. Elles font entre autres appel à des fonds gouvernementaux.

28L’accès au MNB est géré par une de ces coopératives, du nom de Hach Winik, appartenant aux Lacandons eux-mêmes. Aujourd’hui elle a plus de dix ans d’existence. Elle conduit les touristes depuis l’entrée du MNB jusqu’aux ruines de Bonampak, sur une distance d’environ dix kilomètres. Afin de limiter le nombre de véhicules dans le monument naturel, ce trajet est effectué dans un minibus de la coopérative.

29Aujourd’hui, selon Augustino Chanbor, un des conducteurs lacandon, cinquante-six personnes travaillent au sein de la coopérative, alors que, dans une étude de 2003, Tim Trench en compte treize.

« Existen alrededor de veinte hombres lacandones que dependen de trabajos asalariados. Tres jefes de familia trabajan como guardas ecológicos para la Reserva Biosfera de Montes Azules ; tres como guardas de la PROFEPA (Procuraduría Federal de Protección Ambiental), trece trabajan en el módulo en la entrada del camino a Bonampak ; dos lacandones trabajan como custodios en el sitio arqueológico… » [Trench, 2002 : 28].

30Une quinzaine de Lacandons conduisent les minibus, les autres travaillent pour el camino interpretativo. Le « chemin interprétatif » est un parcours dans la jungle effectué en compagnie d’un guide lacandon qui transmet son savoir sur la nature.

31L’exemple de la coopérative Hach Winik illustre parfaitement le fait qu’en quelques années les Lacandons ont pris une part croissante dans la gestion du site et la préservation de la nature. Nous verrons par la suite d’autres exemples confirmant la forte professionnalisation des Lacandons.

32Dans chacun des entretiens avec les guides, la date de 1997 et la construction de la route représentent un véritable point de départ. C’est à ce moment-là que la plupart d’entre eux ont obtenu un emploi rémunéré, travaillant pour des institutions diverses : CONANP, INAH etc. Cette route a créé des opportunités de travail : vente et transport de produits de la forêt pour commencer mais aussi et surtout, des emplois dans l’activité touristique : guide dans les sites archéologiques, hôte dans les campements écotouristiques qui hébergent les visiteurs. Les activités de préservation de la nature et de conservation du patrimoine naturel et culturel sont elles aussi pourvoyeuses d’emplois.

33La science (archéologie et ethnologie) a une fonction de patrimonialisation. Les archéologues, ethnologues, sociologues… qui travaillent à la restauration des sites sont chargés de ces missions par l’État (à travers l’Institut national d’anthropologie et d’histoire [INAH]). Ils préparent ainsi le terrain aux promoteurs touristiques et aux autorités environnementales qui mènent jusqu’au processus de patrimonialisation.

34Les Lacandons jouent un rôle spécifique dans la préservation du patrimoine. Certains d’entre eux suivent une formation de guide archéologique, dispensée par deux archéologues représentants de l’INAH. Voilà qui met en évidence des interactions particulières et significatives entre ces deux acteurs de la patrimonialisation : les scientifiques, et les Lacandons eux-mêmes.

Les nouveaux guides

La participation locale

35La préservation du patrimoine historique passe aussi par la participation des populations locales. Non seulement elles deviennent les premières actrices de la protection de leur patrimoine, mais les objectifs de leur participation sont aussi d’améliorer leur niveau de vie et de redynamiser les savoirs locaux. Ces principes sont ceux du développement durable évoqué dans le premier chapitre.

36Le Conseil international des monuments et des sites (ICOMOS) publie en 1999 la Charte internationale du tourisme culturel au Mexique, document intitulé « La gestion du tourisme sur les sites de patrimoine significatif ». Les principes énoncés insistent sur l’engagement des populations locales dans la participation aux programmes de mise en valeur touristique des sites patrimoniaux.

« Ils doivent participer à l’élaboration et à la mise en œuvre des projets de mise en valeur du patrimoine en définissant les enjeux, les stratégies, les politiques et les procédures permettant d’identifier, de conserver, de gérer, de présenter et d’interpréter leurs ressources patrimoniales ainsi que leurs pratiques culturelles traditionnelles et actuelles, et ceci dans un contexte touristique » http://www.international.icomos.org/​chartes/​tourism_f.htm].

37La charte stipule que les programmes de développement touristique du patrimoine doivent encourager la formation et l’emploi de guides et d’interprètes de sites issus des communautés d’accueil :

« … Afin de favoriser les savoir-faire des populations locales pour présenter et interpréter leurs valeurs culturelles propres… Ces programmes doivent promouvoir la connaissance et le respect de leur patrimoine par les populations locales et les encourager à s’intéresser directement à leur prise en charge et leur conservation » [http://www.international.icomos.org/​chartes/​tourism_f.htm].

38Les Lacandons répondent véritablement à ces principes dans leur rôle de guides de leur propre patrimoine ancestral et de protecteurs de leur environnement.

39La perspective d’une participation aux retombées économiques de l’exploitation des sites contribue largement à accroître la sensibilité des populations locales à leur patrimoine et à en assurer plus aisément la protection et l’entretien. Pour l’essentiel, l’intégration des communautés aux processus de valorisation passe par l’intégration au marché à travers les emplois divers générés par l’activité touristique.

40Alejandro Tobalin Ahumada affirme clairement, dans un article rédigé en 1999, la nécessité de transposer les principes que nous venons d’énoncer aux acteurs de Lacanjà Chansayab. Ceci, afin de préserver le patrimoine des dangers de l’affluence touristique, mais aussi de protéger la culture traditionnelle lacandone, qu’il considère comme affaiblie et envahie par des forces extérieures générées par le tourisme.

« Nos encontramos a un punto sin regreso : o se regula adecuadamente el flujo turístico a Bonampak, así como a las fuerzas externas que lo promueven, o se perderá la forma de vida tradicional de los lacandones. Esto implica la estructuración de un plan de desarrollo local, en donde el lacandon tendrá que ser parte en el aprovechamiento económico que genera el turismo, pero a la vez estimulando dicha forma de vida » [Tovalin Ahumada, Velazquez de Leon Collins, 1999 : 36].

41Les Lacandons, héritiers d’un savoir ancestral préhispanique et vivant à proximité de ruines archéologiques célèbres, sont amenés à collaborer de différentes manières avec les archéologues, notamment à travers des excavations de ruines. Cette collaboration débouche dans les années 2000 sur des formations leur permettant de gérer le patrimoine archéologique selon les principes de l’INAH.

42L’Institut national d’anthropologie et d’histoire est responsable de plus de vingt-neuf mille zones archéologiques au Mexique. Une procédure de gestion des sites, de protection, de surveillance et de tarification est relative à chaque site. Dans le cas de Bonampak, ce sont les Lacandons eux-mêmes qui sont en charge de sa gestion. Bien que la demande de participation à la gestion du site de Bonampak n’ait pas été une revendication forte de leur part, ils se sont exprimés concernant leur statut de propriétaire légitime du patrimoine de Bonampak. La gestion en elle-même a été décidée en collaboration entre l’INAH et les Lacandons. L’INAH, en tant qu’organisme étatique étant en accord avec les principes du développement durable, a incité les populations locales à participer à la gestion du site.

43Les Lacandons aujourd’hui occupent tous les postes : conducteurs dans le MNB, gardiens, guides, agents d’entretien, etc. Cependant l’entrée aux ruines proprement dites est du ressort de l’INAH, c’est-à-dire de l’État. Le site est donc en cogestion et la tarification est doublée : à l’entrée de l’ANP (aire naturelle protégée, cf. supra), le tarif est de 70 pesos (revenant à la coopérative) pour accéder au MNB (monument naturel de Bonampak, cf. supra). Une fois sur le site, pour accéder aux ruines il faut payer 35 pesos de plus (revenant à l’INAH).

44La situation actuelle est le fruit d’un processus d’une dizaine d’années. Avant que les Lacandons ne prennent en charge la gestion du site avec l’INAH, ils sont passés par différentes expériences de collaboration avec les archéologues, notamment lors d’un projet d’excavation de pierres antiques.

Les excavations : une première expérience professionnelle

45À travers l’implication de deux archéologues : Alejandro Tobalin Ahumada et Victor Trujillo, les Lacandons sont amenés dès 1990 à participer à la gestion du patrimoine matériel. Quelle relation les archéologues et les Lacandons vont-ils entretenir ? Quelles conséquences l’implication des archéologues dans la zone aura-t-elle sur la relation des Lacandons avec le patrimoine archéologique ?

46Le trajet étant long pour atteindre Lacanjà Chansayab, les archéologues établissent des campements près des ruines. Ils font travailler les habitants qui sont sur place, c’est-à-dire les Lacandons. L’excavation des ruines, financée par l’INAH, est menée en collaboration par les archéologues et les Lacandons.

47Cette expérience m’a été relatée tout d’abord par deux guides lacandons qui y participèrent. Ensuite, j’ai rencontré les deux archéologues à Tuxtla Gutierrez, au musée régional du département d’archéologie. Ces derniers m’ont, à leur tour, fait partager leur expérience vécue lors de ces excavations. En extrayant des pierres antiques archéologues et Lacandons se rencontrent.

48Daniel Chankin, le premier guide lacandon avec qui je me suis entretenue lors de ses visites guidées aux ruines de Bonampak, est le premier à m’avoir parlé de sa relation avec les archéologues et de la manière dont il a été formé à ce métier. Il m’a raconté que l’archéologue Alejandro Tobalin Ahumada en 1993 a engagé sur place à Lacanjà Chansayab des Lacandons (ceux qui le souhaitaient) pour des excavations à Bonampak et dans les ruines de Bahia Lacanjà, en échange d’une rémunération. Apparemment, pour Daniel, l’excavation est un travail difficile et dangereux, les pierres étant lourdes et enfouies sous les racines des arbres.

49Cette première expérience a permis à Daniel de participer à son tour à la formation de guides locaux pour la visite des ruines de Bonampak. Dans son discours, les archéologues sont des patrons, des chefs de chantier qui paient leurs ouvriers selon le travail effectué. Son récit se concentre essentiellement sur l’aspect travail. C’est en effet pour lui, sa première véritable expérience professionnelle. Les archéologues, Daniel les voit aussi comme des hommes d’opportunités, qui lui ont permis de trouver un travail : guide touristique sur les ruines.

50La relation de départ entre Lacandons et archéologues s’est construite autour du travail. Alejandro Tobalin Ahumada le confirme : il lui a été difficile de recruter des Lacandons car, en dehors de leurs occupations quotidiennes de subsistance (agriculture, pêche, etc.), ils n’avaient pas la notion de travail au sens où on emploie généralement ce terme. Pour la majorité des recrutés, ce fut leur première expérience de salaire. Il est intéressant de noter que les plus dynamiques, et, partant, les plus efficaces, étaient ceux qui habituellement cultivaient la terre de leurs parents, en d’autres termes, ceux qui étaient habitués à un certain effort et à une certaine méthode.

51Alejandro Tobalin Ahumada explique qu’il a eu un rôle de formateur, d’enseignant, d’éducateur lors de cette période d’excavation. Au cours de l’entretien il insiste sur le fait qu’il a sans cesse tenté de leur faire prendre conscience de l’importance de l’activité qu’ils étaient en train d’effectuer, de réveiller l’histoire à travers la découverte des vestiges. Cet homme ressent une forme de déception face à l’attitude des Lacandons durant cette période. D’après lui, ils accordaient peu d’importance aux vestiges. Il y a même eu quelques problèmes avec certains employés lacandons qui buvaient beaucoup d’alcool durant le chantier. Mais, en même temps, il fait part d’une certaine nostalgie. Au cours de cette expérience, il s’est lié avec les Lacandons, ils ont partagé beaucoup de bons moments. Il donne l’exemple de l’installation d’une petite télévision sur leur campement avec un système d’antennes fait de bric et de broc pour regarder tous ensemble un match de football important.

52Cependant, Alejandro Tobalin Ahumada parle d’une culture qui « se perd », conséquence du tourisme ; il évoque le désastre de l’alcool, de la telenovela (séries populaires à la télévision) et l’attitude des jeunes filles lacandones qui s’identifient aux touristes ou aux actrices de ces séries télévisées (il existe à Lacanjà Chansayab un local Internet. Des jeunes filles lacandones, exagérément maquillées âgées de 12 à 16 ans, y sont en permanence, écrivant sans cesse sur MSN des messages sexy, voire osés, aux touristes dont elles ont pris, parfois à leur insu, les adresses e-mail). Déçu, l’archéologue parle de tradition perdue et d’une culture qui s’effrite.

53Ces expériences montrent bien deux visions distinctes. D’une part, l’archéologue vu par les Lacandons comme le « patron », celui qui donne du travail et d’autre part, l’archéologue s’autodéfinissant comme « formateur », « enseignant » de la culture maya à travers les vestiges matériels. Lacandons comme archéologues décrivent cette expérience comme une opportunité professionnelle. Ainsi, après l’excavation, les Lacandons ont la possibilité de poursuivre leur collaboration avec les archéologues à travers une formation de guides locaux.

54La gestion du site archéologique par les Lacandons provient d’un contexte mondial incitant les populations locales à participer à la protection et à la gestion de leur patrimoine. C’est donc dans une collaboration étroite avec les archéologues que les Lacandons acquièrent les compétences de guide archéologique.

Devenir guide

55Les guides travaillent surtout durant la haute saison, c’est-à-dire les périodes de Pâques, de Noël, et les mois de juillet et août. Il y a neuf guides, tous lacandons. Seul un Lacandon peut prétendre à un poste de guide sur le site. Ils travaillent de 8 heures à 16 heures. Il n’y a jamais les neuf guides sur place, car ils se relaient pour être présents à trois ou quatre chaque jour.

56Les Lacandons que j’ai interrogés sur le parcours qu’ils ont effectué pour accéder à leur emploi de guide ont tous eu, à peu de chose près, la même trajectoire. Leur premier emploi fut celui de gardien sur le site, puis celui de guide. Durant les périodes creuses, ils redeviennent gardiens et participent aux travaux d’entretien du site. La plupart d’entre eux ont travaillé aux excavations organisées par les archéologues dans les années 1990 et sont devenus guides quelques années après, en 2000. En 1998, ils ont également reçu une formation de secouristes (primeros auxilios), organisée par l’INAH et par la réserve biosphère de Montes Azules.

57Comme l’illustre cette trajectoire de vie, l’entrée dans ce métier s’est constituée sans projet préétabli : il n’est jamais vraiment question de vocation. On est en présence d’un choix « en creux » dans un contexte de développement de l’économie touristique.

58Le gardien, ayant suivi le cours de secourisme, est ensuite invité à participer à l’atelier de formation de guide archéologique, « taller de capacitación de guía de la zona arqueológica de Bonampak », ouvert en priorité à ceux qui ont participé aux excavations puis à tous les Lacandons qui le souhaitent. Il semble bien que, de la trentaine d’auditeurs présents au départ, il n’en soit resté qu’une moitié au bout de quelques jours. D’après certains d’entre eux, il n’était pas évident de rester assis toute une journée à écouter l’archéologue donner autant d’informations.

59La formation, animée par Alejandro Tobalin Ahumada et Victor Trujillo, dure trois mois. Ses thématiques correspondent au déroulement de la visite du site. Ils commencent par étudier l’histoire de la découverte de Bonampak, puis l’architecture, le type de pierre, la configuration de l’espace et la fonction des édifices. Ensuite, ils étudient les stèles et leurs représentations, l’histoire de Bonampak, les dates et la vie de Chan Muan II, roi de Palenque, et les relations que Bonampak entretenait avec Yaxchilan et Palenque. Enfin, dans le « temple des peintures », ils étudient les représentations picturales. C’est là le module le plus important de la formation. S’ajoutent des contenus plus techniques sur la gestion du site et l’accueil des touristes.

60On a aussi fait appel à des étudiants de l’Université nationale autonome de Mexico (UNAM) pour leur dispenser des cours d’anglais, mais l’expérience n’a rien donné, faute de volontaires pour assister aux cours. Elle a pris fin après deux ou trois mois.

61La plupart des guides m’ont décrit avec précision le contenu de l’atelier et leur parcours professionnel, concentré sur les ruines de Bonampak. Pour la moitié d’entre eux, cela commence par l’excavation.

62Ce qu’ils disent des archéologues est marqué par une véritable distance. Il n’y a pas, entre les deux groupes, de relation vraiment égalitaire, les scientifiques gardant un poids symbolique. Grâce à ces derniers, les Lacandons ont trouvé du travail et appris un métier mais, quoi qu’ils en disent les uns et les autres, le rapport entre le guide et le scientifique est bien de l’ordre d’ouvrier à patron, d’élève à maître. Pour Alejandro Tovalin Ahumada et Victor Trujillo, apprendre l’histoire de Bonampak aux Lacandons participants avait une utilité concrète et pratique : pérenniser un savoir culturel. Les Lacandons reconnaissent que cette formation a été importante pour eux, qu’elle leur a permis d’avoir du travail ; les guides, notamment, se savent héritiers du patrimoine ancestral. Pourtant aucun d’eux ne manifeste d’une façon ou d’une autre que cette formation et cet emploi de guide leur aient fait acquérir un savoir permettant une certaine pérennisation de leur culture. Or, c’était bien, à l’origine, le but de la mission dont les archéologues s’étaient investis.

63Le cas des Lacandons n’est pas unique. La question de l’enseignement de leur histoire ancestrale aux populations indigènes par les archéologues est un sujet traité dans les études sur leur relation avec les indigènes. Cette activité se répand de plus en plus chez les archéologues, avec des résultats variés. La mayaniste américaine Linda Schele enseigne la transcription du maya ancien aux indigènes mayas d’aujourd’hui, comme elle l’a évoqué dans son ouvrage [Schele, 1990]. David Freidel, archéologue américain, partage aussi sa connaissance approfondie des anciens Mayas avec les Mayas modernes [Freidel, 1995 : 386-391]. Il narre comment il a partagé ses connaissances avec les indigènes à propos de l’histoire de Chichen Itza. Dans ces cas précis, la relation entre indigènes et archéologues est une relation de coopération. Les archéologues consultent les groupes indigènes à propos de la signification de site culturel ou de vestiges précolombiens, et inversement leur enseignent la transcription des glyphes. La relation entre l’archéologie moderne et son sujet (les populations héritières) est de fait plus égalitaire, plus participative. Il n’empêche que la collaboration rencontre toujours des obstacles.

64Cette relation avec les archéologues a fait prendre conscience aux Lacandons du potentiel économique que représente le site de Bonampak à travers une mise en exposition que concrétisent les visites guidées, entre autres. Les archéologues insistent sur le savoir ancestral, car c’est ce qui légitime le statut de guide des Lacandons. Ceux qui exercent ce métier ont un rôle complexe et comportant de multiples dimensions.

65La relation entre archéologues et Lacandons, avant tout professionnelle, engage ces derniers dans une activité les menant à redéfinir leur rapports aux autres et leur identité en tant que Lacandon.

66Les archéologues concernés deviennent en quelque sorte des médiateurs ou, comme les nomme Jean-Pierre Olivier de Sardan, « des agents de développement de terrain »

« Les agents de développement constituent l’interface incontournable entre un “projet” et ses “destinataires” qui varie selon leurs domaines d’intervention et leurs compétences : agent d’alphabétisation, etc. […] Ce sont eux qui doivent faire passer le “message technique” aux “populations cibles” » [De Sardan, 1995 : 153-165].

67Les relations entretenues par les Lacandons avec les archéologues, et inversement, ont toujours eu comme intermédiaire les ruines archéologiques. Celles de Bonampak deviennent donc des « zones de contact » entre eux et les archéologues, entre indigènes et scientifiques. Cependant le rapport construit autour des ruines s’est inversé. Au moment de la découverte de Bonampak, de la fin des années 1940 au début des années 1950, les Lacandons étaient les guides des archéologues pour accéder aux ruines et comprendre la fonction de celles-ci. Aujourd’hui la relation s’est inversée. Ce sont les archéologues qui conduisent les Lacandons vers le lieu des ruines à découvrir, comme pour les excavations décrites précédemment. Ce sont les archéologues aussi qui enseignent l’histoire de Bonampak aux Lacandons, en tout cas l’histoire officielle telle qu’elle doit être relatée aux touristes, ceci par le biais des ateliers de formation de guides archéologiques.

68L’usage même des ruines s’est totalement modifié depuis leur découverte jusqu’à aujourd’hui. Auparavant, d’après Enrique, les Lacandons allaient fréquemment sur les ruines afin d’y déposer des encensoirs et effectuer des cérémonies. Il se rappelle qu’il s’y rendait quelquefois avec son père. Mais, cela fait bien longtemps, d’après lui, que tout cela ne se fait plus à cause de la présence des touristes.

69Les Lacandons considèrent les ruines comme témoin matériel des civilisations ancestrales, comme le définit le mot patrimoine. La relation qu’ils entretenaient avec le site ne comportait pas cet aspect de préservation-exposition.

70La patrimonialisation des ruines de Bonampak a clairement modifié leur rapport avec les vestiges. On passe de leur utilisation symbolique et religieuse à leur utilisation économique. Pour les Lacandons, l’une n’est pas moins légitime que l’autre. Auparavant, entretenir des ruines antiques, c’était pratiquer des rituels sur celles-ci, effectuer des prières et déposer des encensoirs. Aujourd’hui, entretenir les ruines, c’est limiter au maximum les contacts avec les pierres, les protéger, car elles sont dans un état de dégradation extrême d’après Alejandro Tobalin Ahumada (selon lui, il faudra que le nombre de visiteurs au temple des peintures soit restreint car le degré d’humidité dû à la transpiration de centaines de visiteurs quotidiens affecte déjà l’équilibre de la température et de l’humidité à l’intérieur des pièces, pouvant provoquer la dissolution de la couche microscopique de carbonates qui couvre et protège la pellicule picturale).

71Les ruines sont en quelque sorte « muséifiées » en plein air afin de les préserver au mieux. Cependant, le dispositif de mise en exposition ainsi engendré oriente notre relation au site archéologique. Les guides mayas lacandons y jouent un rôle particulier.

72La patrimonialisation modifie le statut des pierres et révèle leur potentiel économique. Ces processus, créateurs de liens sociaux, mettent en avant des dynamiques relationnelles et interactives entre les Lacandons et les archéologues mais aussi entre les Lacandons et les touristes.

Du patrimoine au produit

« [La patrimonialisation est une] valorisation touristique – censée leur conférer un attrait, une force, une lisibilité qu’ils n’avaient pas, pas assez, ou plus. On peut dire que ces objets se trouvaient ainsi médiatisés, c’est-à-dire pris en charge par un dispositif destiné à les rendre encore plus présents au visiteur par le biais de leur “mise en scène” » [Davallon, 2006 : 36].

73Jean Davallon dans sa définition de la patrimonialisation parle de médiatisation, qu’il définit comme le dispositif mettant en scène les ruines archéologiques. Quelle est donc la mise en scène construite autour de la visite des ruines ?

Revivre la découverte

74L’organisation du site archéologique, l’emplacement des objets, les stèles à observer, le discours de la visite guidée… relèvent de la mise en exposition. Celle-ci comprend tous les éléments qui orientent la manière dont le visiteur va entrer en rapport avec l’objet. L’objectif est de produire un effet sur les touristes et leur offrir une certaine image du site. « Le site devient un lieu “aménagé pour le visiteur”, un espace pensé, traité et construit en vue d’une pratique de visite et non plus un lieu visitable “naturellement” ». [Davallon, 2006 : 45]

75Arrivé à Bonampak, on ne perçoit rien encore des ruines antiques. On est accueilli par un guide lacandon. En chemin, il évoque l’histoire de la découverte de Bonampak et la mort dramatique de Charles Frey dans les eaux de la rivière Lacanjà. On avance doucement dans la jungle, sans rien voir d’abord puis on arrive sur une étendue d’herbe ressemblant à une piste d’atterrissage où se trouve un petit avion très ancien. Le guide explique : « c’est l’avion des explorateurs, archéologues, anthropologues venus dans la zone lorsqu’elle était encore très difficile à atteindre ». On apprend que c’est cet avion qui a amené Franz Blom et Gertrude Duby dans la communauté. Le guide raconte l’histoire de ce couple extraordinaire : le grand explorateur qu’était Franz Blom et tout ce que Gertrude Duby a apporté à la communauté lacandone.

76Puis on continue à avancer tout en écoutant les récits du guide à propos de la découverte. Tout à coup surgit la pyramide de Bonampak, jaillissant de cette jungle foisonnante qui la cachait. On ressent une grande émotion face à cet immense édifice. On a l’impression d’être le premier et le seul à le découvrir. Devant les premières stèles, les explications du guide nous projettent alors dans la vie de Chan Muan II roi de Palenque et dans le Bonampak de l’époque Maya. Puis on aborde le temple des peintures, le lieu le plus prisé du site.

77Dans ces pièces humides et sombres on perçoit des couleurs, des figures couvrant toutes les parois. Puis c’est l’immersion dans les scènes peintes, avec le discours du guide incitant à écouter les sons… Sans les entendre réellement, on les imagine parfaitement.

78Le guide reprend alors l’histoire des glyphes et des représentations, propose des interprétations, donne les raisons ayant poussé ses ancêtres à réaliser ces fresques. Il étaie cet exposé de reproductions picturales tirées de la revue Arqueología Mexicana, du n° 55 de mai-juin 2002 intitulé « La iconografía del México antiguo ».

79Le guide est le médiateur entre le visiteur et l’objet. La première scène est « la préparation de la bataille », la deuxième pièce renferme la « scène de la bataille ». Le visiteur se laisse emporter : pour un peu, il entendrait les cris, le bruit des lances, le son des instruments à vent. Dans la troisième pièce sont exposées les peintures du « triomphe et [de la] célébration de la victoire ».

80Le guide anime le lieu patrimonial. « La visité guidée est un principe organisateur, une idée, qui va, plus ou moins consciemment, orienter la manière dont le visiteur entre en rapport avec l’objet » [Davallon, 2006 : 38].

81Par son physique maya, sa manière de s’exprimer et sa tenue vestimentaire, il anime le lieu archéologique, il transporte le visiteur dans la civilisation maya, il l’arrête devant la stèle immense de Chan Muan II. Il décrit le personnage et insiste sur les traits du visage. Il montre les particularités du physique maya authentique en comparant les traits du roi de Palenque aux siens, la forme du nez, les yeux bridés de Chan Muan ou des autres personnages représentés, comparables à ceux des Lacandons. Pour le visiteur c’est une expérience plus qu’une simple visite.

82Le guide lacandon peut être perçu comme une « stèle vivante », expression qui fait référence aux discours des archéologues et anthropologues des années 1970.

« Vemos que los personajes representados en los relieves, tan riquisimamente ataviados, son positivos retratos de los lacandones. El parecido es tan enorme que nuestros ojos resisten a creer lo que ven : relieves que caminan, que nos hablan, a los que podemos tocar… » [Margain, 1972].

83Les guides mayas lacandons savent manipuler les mots et les gestes pour permettre à chaque visiteur de vivre une expérience inoubliable. Ils doivent savoir entretenir une certaine ambiance, traiter chaque visiteur comme s’il était unique. Cette question de la « bonne distance » à avoir avec un client a été développée par le sociologue Hugues Everett Cherington [Everett Cherington, 1996].

84Le guide joue ce rôle de « pont ethnographique » avec le passé préhispanique : c’est son image dans la majorité des études ethnographiques depuis les études pionnières d’Alfred Tozzer. Cependant on ne peut le réduire à une stèle vivante, à un patrimoine vivant, son rôle social – que nous analyserons plus loin – est plus complexe.

85La patrimonialisation engendre une commercialisation touristique du site archéologique mais aussi de la jungle et du mode de vie des Lacandons à Lacanjà Chansayab. Elle est également porteuse d’une nouvelle économie dans la communauté, donnant lieu à de nouveaux emplois, de nouveaux rapports sociaux, mais aussi à une reconfiguration de l’espace.

Le tourisme à Lacanja Chansayab : entre profit et conflit

« L’existence d’un concept de médiatisation qui articule la mise en communication et la mise en exposition ouvre la voie non seulement à la commercialisation du site ou du monument, mais encore à la création d’un véritable “concept-produit” selon une stratégie marketing » [Davallon, 2006, 43].

86L’exploitation du site archéologique s’accompagne d’un ensemble d’éléments qui font toute la réputation du lieu et sont indissociables : les ruines, la jungle et les Lacandons.

87Après la construction de la route en 1997, le site reçut un nombre considérable de visiteurs. Or, plus de visites, c’est aussi une dégradation accélérée. C’est pourquoi l’INAH souhaite que d’autres points d’intérêt soient mis en valeur et développés lors des visites. Ainsi le site, et surtout les peintures, seront mieux protégés. Le but est aussi de désengorger le tourisme massivement concentré à Palenque et d’impliquer les populations rurales dans l’exploitation des activités culturelles et touristiques. La participation aux activités induites par la fréquentation touristique de la zone procure de nombreuses possibilités de travail aux populations locales. L’accueil et l’hébergement chez l’habitant dans les campements écotouristiques, la vente d’artisanat etc. se développent. Mais aussi un intérêt pour des zones comme la lagune de Lacanjà (à trois heures du village de Lacanjà Chansayab), les cascades du Rio Cedro (affluent du Lacanjà), les randonnées en pleine jungle, et des sports à sensation comme le rafting ou l’escalade. Des formations sont proposées destinées à renforcer ou à créer les qualifications nécessaires à l’accueil et à la gestion des visiteurs.

88De nombreuses activités annexes voient ainsi le jour à côté du tourisme archéologique. La plupart des touristes avec lesquels j’ai discuté au village ont effectué en deux jours une visite de la zone archéologique, une nuit chez l’habitant dans un campement écotouristique et une incursion en forêt avec un guide Lacandon jusqu’à la lagune de Lacanjà.

89La gestion des activités et la répartition des gains sont également source de conflits. En effet, les habitants de Lacanjà Chansayab n’en sont pas tous originaires. La population est composée de Lacandons de la vallée de San Quintin, de Monté Líbano, de Santo Domingo, de Nahá et Metzabok [Marion, 1990 : 31-32]. Comme nous l’avons vu, la communauté lacandone n’existe juridiquement que depuis 1972. C’est pour avoir un accès à la forêt lacandone que le gouvernement l’a créée. Jouant de cette situation, les familles originaires de Lacanjà Chansayab se permettent de revendiquer comme étant strictement leur propriété certains espaces ayant un potentiel touristique (cascades, lagunes, etc.). Elles seraient les héritières légitimes de ces espaces. Cette question de l’origine maintient donc un accès différencié aux ressources naturelles locales. Par exemple, une famille de Lacanjà demande des droits exclusifs d’utilisation de la lagune Lacanjà (à trois heures de marche de la communauté), au bord de laquelle auraient vécu ses ancêtres. Or, la lagune est devenue une attraction touristique potentielle, et la contrôler procure un avantage économique.

90Un « concept-produit » « ruine, jungle, Lacandons » existe à Lacanjà Chansayab. Les indigènes font partie intégrante de cette mise en exploitation tout comme les ruines ou la forêt tropicale. Cependant ces concepts mis en place avec l’aide d’acteurs extérieurs s’ancrent dans une réalité sociale qui n’est pas forcément celle qu’on nous laisse imaginer. L’instauration du tourisme à Lacanjà a fait naître des conflits et des rumeurs entre Lacandons et a aussi clairement dessiné deux villages en un.

91Il existe aujourd’hui cinq sociétés coopératives à Lacanjà Chansayab : Hach Winik (module d’entrée au MNB) ; Yach Chan (onze campements de Lacanjà Chansayab) ; Sak Nok (chemin en pleine jungle jusqu’aux cascades Las Golondrinas) ; Crucero San Javier (du nom du rond-point situé avant l’arrivée à Lacanjà Chansayab ou à Frontera Corozal ou à Nueva Palestina). Les Lacandons y passent des heures pour accueillir les touristes ; enfin la Sociedad cooperativa de guías, plus récente, regroupe les guides des ruines de Bonampak.

92Cette dernière coopérative s’est constituée en 2000. Son objet est l’obtention d’un statut officiel pour les guides de Bonampak, facilitant les financements de la part d’ONG ou d’institutions étatiques et leur donnant plus de moyens, afin d’améliorer leur activité. Le président et le secrétaire de la coopérative représentent l’association devant le secrétariat du tourisme du Chiapas (SECTUR). Des conflits de pouvoirs minent son fonctionnement, différents guides briguant le statut de représentant.

93La mise en exploitation du site de Bonampak génère donc des conflits de gestion et de répartition des gains. Un autre exemple de mauvaise organisation est la coopérative Hach Winik (module d’entrée du MNB). Certaines de ses activités sont totalement laissées à l’abandon (randonnées à vélo dans la forêt, chemin d’interprétation environnemental). Seul le transport en minibus jusqu’aux ruines est assuré. Cette coopérative emploie cinquante-six personnes mais la répartition des tâches reste très floue.

94À Lacanjà Chansayab, la représentante du SECTUR, organisation qui aide à la création de quelques coopératives, qualifie ces projets de « façade » servant à récupérer de l’argent des institutions et des ONG. D’après elle, il existe beaucoup de compétition et de disparité entre les diverses coopératives de Lacanjà Chansayab.

95En ce qui concerne la Sak Nok, on peut voir sur le chemin menant aux cascades que plusieurs projets ont été entrepris, notamment la montée sur un arbre centenaire par un système de poulies pour profiter de la vue magnifique sur la canopée. Ce projet est complètement laissé à l’abandon à cause des risques d’accidents.

96Plusieurs projets ont été abandonnés à Lacanjà Chansayab, ce qui n’empêche pas les touristes d’y passer un agréable moment. Des ONG et des promoteurs touristiques dans la zone depuis déjà plus de dix ans ont développé un maximum de projets de manière intensive. Des campements écotouristiques, mais aussi des projets de protection environnementale, ont vu le jour et se sont multipliés très rapidement, leurs promoteurs ayant fait des propositions très alléchantes aux Lacandons. C’est ce que m’expliquait Arturo, directeur de projet de l’ONG Na Bolom. Cependant, une majorité de projets étaient inadaptés aux réalités de la zone et ont peu à peu été délaissés. C’est une des raisons des disfonctionnements actuels.

97De surcroît, la relation des Lacandons avec leurs voisins est conflictuelle. Ils ont beaucoup de mal à coopérer pour la mise en place de projets communautaires. Ainsi, la SendaSur a impulsé un projet d’écotourisme d’expédition dans la jungle entre le village lacandon de Lacanjà Chansayab et le village tzeltal de Frontera Corozal. Or les deux populations ne s’entendent pas sur sa mise en place. Ces désaccords proviennent des conflits de territoire existant depuis les années 1970, depuis que les Lacandons et eux seuls, ont obtenu la cession de quelque 600 000 hectares. [Trench, 2005]

98À l’intérieur même de la communauté naissent des conflits. Les critiques et les « rumeurs » entre Lacandons m’ont interpellée dès le début de mon séjour, surtout au sein de la famille d’Ismaël. Les activités touristiques, comme les campements écotouristiques, attisent la jalousie de chacun. Chacun a son anecdote pour dire que telle personne touche plus de financement que telle autre. Ismaël, originaire de Lacanjà Chansayab, estime qu’il a plus de légitimité que les autres à percevoir des financements ou bien à mener des projets écotouristiques, du fait de ses origines. Nombre de discussions portent sur la fréquentation des touristes : « Pourquoi ce minibus s’est-il arrêté dans son campement et non pas dans le mien ? », etc.

99Cette pratique de la rumeur se retrouve dans le discours de la plupart des Lacandons, ce que Marie-Odile Marion appelle le chisme (la rumeur, en espagnol) « un instrument de pouvoir du contrôle social » [Marion, 1991 : 57]. Elle explique que cette pratique, surtout utilisée à propos de l’adultère, s’est ensuite étendue aux activités économiques et politiques, du fait sans doute qu’il existe dans la communauté un certain individualisme, dont parlent les premiers auteurs qui ont étudié les Lacandons, comme Alfred Tozzer et Jacques Soustelle. Ils insistent sur l’absence d’esprit communautaire. En effet, les Lacandons vivaient auparavant par petits groupes séparés, contrairement à l’idée reçue. L’identité des Lacandons comme groupe uni et homogène est une construction imaginée par les anthropologues et par l’État.

100Tous ces éléments conflictuels – rumeurs, différences d’origine et d’accès aux espaces – ont dessiné petit à petit deux espaces en un seul au sein du village de Lacanjà Chansayab.

101Le tourisme à Lacanjà Chansayab a donc deux visages. Le village est construit autour d’un axe central sur lequel se dessine le « monde d’en haut » et le « monde d’en bas ». Ces deux mondes sont séparés par le centre du village.

102Les campements d’en bas sont beaucoup moins bien entretenus, et les Lacandons y sont très différents de ceux d’en haut. Les campements d’en bas sont ceux d’Ismaël, de Martin et Carmelo, tous les trois sont installés depuis très longtemps à Lacanjà Chansayab. Ils sont parmi les premiers à avoir impulsé des projets de tourisme dans la communauté. Même leur apparence est différente car, outre qu’ils n’ont pas les mêmes origines que ceux d’en haut, ils ne portent pas la tunique.

103Dans la partie haute, à l’inverse, les campements sont bien entretenus : la majorité des touristes s’y concentre d’ailleurs. L’herbe est tondue, les chambres sont dotées de lits et non de hamacs, avec accès à des sanitaires. On y trouve deux petits restaurants et un local Internet. Ce dernier existe depuis un an et, là encore, j’ai été surprise de constater que les Lacandons étaient reliés à Internet. Les Lacandons qui tiennent les campements d’en haut sont tous originaires de Nahá (village lacandon plus au nord). Apparemment le tourisme est une activité plus récente pour eux que pour ceux d’en bas. La plupart d’entre eux portent la tunique et ont les cheveux longs.

104Ces deux formes de tourisme montrent les disparités qui existent dans la communauté lacandone. Dans un microcosme de quelques centaines d’habitants on distingue clairement des mondes distincts.

105La mise en exploitation de la communauté lacandone engendre de nouveaux rapports sociaux et tente de créer une communauté là où celle-ci n’a jamais existé que juridiquement. L’harmonie décrite dans les publicités touristiques n’existe pas à Lacanjà Chansayab. Certes, la communauté lacandone semble vivre paisiblement, mais ce n’est pas un monde à l’harmonie immuable que certains promoteurs touristiques mais aussi anthropologues, biologistes, conservationnistes et autres décrivent.

106L’activité touristique engendrée par la production scientifique et la patrimonialisation amène les guides lacandons de Bonampak à jouer un rôle important dans la forêt lacandone. Leur statut comporte plusieurs dimensions. L’activité touristique est à l’origine chez ces guides de reformulations identitaires adaptées aux circonstances.

© Éditions de l’IHEAL, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540