Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les défis de l'éducation en Amérique latine

 | 
Jean-Michel Blanquer
, 
Hélgio Trindade

L'Université dans une perspective comparative

Esquisse d’une histoire de l’Université en Amérique latine

Hélgio Trindade

Texte intégral

  • * Professeur de sciences politiques à l’université fédérale du Rio Grande do Sul ; Chercheur Post PA (...)

1Note portant sur l’auteur*

PHOTOGRAPHIE N° 2 : CLOITRE DE L’UNIVERSITÉ DE SAN CARLOS (ANTIGUA GUATEMALA). L’UNIVERSITÉ DE SAN CARLOS BORROMEO EST L’UNE DES PLUS ANCIENNES UNIVERSITÉS FONDÉES EN AMÉRIQUE HISPANIQUE (CLICHÉ : ALAIN MUSSET).

2Si l’on accepte la définition de Rouquié selon laquelle l’Amérique latine est l’« Extrême-Occident » (Rouquier : 1987), il faut reconnaître qu’une partie de nos institutions ont été à l’origine importées d’Europe et adaptées aux conditions locales. L’Université, institution sociale fondée en Europe au Moyen Age, est un exemple typique de ce processus de transplantation coloniale.

3Pour mieux comprendre l’implantation de l’enseignement supérieur en Amérique latine, il faut d’abord faire quelques remarques sommaires sur la dynamique universitaire sur le continent européen.

4En Europe, l’implantation territoriale des institutions universitaires est immédiatement assez large. Au xiie siècle, cinq universités sont fondées : Salerne et Bologne en Italie ; Paris et Montpellier en France et Oxford en Angleterre. À partir du xiiie siècle, on constate une expansion des universités en Europe : quatorze nouvelles universités voient le jour, dont Cambridge (1224) et les universités de la Péninsule ibérique, à savoir les universités de Palencia (1208), Salamanque (1220) et Séville (1290), en Espagne, et celles de Coimbra et de Lisbonne (1290), au Portugal.

5C’est aux xvie et xviie siècles, alors qu’il existe des universités dans presque toute l’Europe, que sont fondées des universités en Amérique espagnole. En analysant leur histoire dès le début de l’époque coloniale, on constate qu’il y a une différence très claire entre les Empires espagnol et portugais et ce, pour des raisons chronologiques et institutionnelles.

6La colonie portugaise n’a pas connu la tradition universitaire en vigueur depuis quatre siècles dans l’Amérique de langue espagnole et n’a eu d’enseignement supérieur que tardivement. Les premières institutions y ont été créées au xixe siècle seulement ; à la différence de l’ensemble de l’Amérique, le Brésil acquière son indépendance sans être dotée d’une Université. Alors que les universités espagnoles ont délivré, durant la période coloniale, 150 000 diplômes à des étudiants venus d’Amérique, Ribeiro estime que seuls 2 500 Brésiliens se sont inscrits à l’université de Coimbra entre 1577 et 1822.

L’UNIVERSITÉ EN AMÉRIQUE ESPAGNOLE

7Dans les colonies espagnoles, l’Université s’implante avec la Conquête. Selon le chroniqueur Vásquez, « moins d’un demi-siècle après la découverte [de l’Amérique], tandis que traîne encore l’odeur de poudre, que les colonisés nettoient les armes et mettent des fers aux chevaux, la première université du Nouveau Monde est établie à Santo Domingo en 1538. À l’époque de la fondation d’Harvard (1636), l’Amérique latine comptait treize universités. » (Tunnermann : 1996) Il s’agit d’universités qui, à la différence de celles des États-Unis, s’inspirent du modèle universitaire de la Contre-Réforme catholique, avec ceci de particulier que « l’union entre l’État et l’Église a donné lieu à des institutions à la fois publiques et catholiques. » (Durham : 1998)

8Construite entre le sabre et le goupillon, les universités coloniales reproduisent le modèle médiéval européen, dont la structure académique répond « à une conception et à un propos bien précis, ce qui leur a permis de former une institution unitaire [...] avec une certaine vision du monde, de l’homme et de la société. » (Tunnermann : 1996) Ces universités transplantées de l’Espagne impériale sont cependant captives des « courants culturels dominants, étrangers aux sciences et au génie et méprisant la technologie et le travail pratique » (Arocena, Sutz : 1999).

9Après leur indépendance, les pays hispano-américains modifient le schéma universitaire traditionnel et le transforme en institution de type républicain oligarchique : « tout au long du xixe siècle coexiste la décadence du modèle colonial et les tentatives des nouvelles républiques pour créer des institutions différentes », lesquelles devaient avoir une « responsabilité assez large dans l’ensemble du système éducatif ». Ce double processus est à l’œuvre, par exemple, lorsqu’en 1839, est fermée sur décision du gouvernement l’université de San Felipe (Chili) et lorsqu’est fondée en 1842 l’université du Chili.

10Toutes ces réformes sont très influencées par le modèle de l’Université impériale napoléonienne, modèle à partir duquel sont créées des institutions publiques et laïques. L’élite politique des nouveaux États nationaux et républicains commence à mettre en place de nouvelles structures ou à remodeler les institutions universitaires, ce qui donne naissance à l’université de Buenos Aires (1826), l’université centrale du Venezuela (1827), l’université centrale de l’Equateur (1827), l’université de Carthagène, en Colombie (1824), l’université de Cochabamba, en Bolivie (1832), l’université de l’Uruguay (1833) et l’université du Chili (1847). Dans la première moitié du xixe, dix-sept universités sont fondées et au total, quarante et une universités publiques et deux universités privées.

11Si cette hégémonie des institutions universitaires publiques, en rupture avec la situation de la période coloniale, s’explique surtout par la formation de nouveaux États républicains qui ont besoin d’universités d’un type nouveau, elle est aussi dûe à l’expulsion des jésuites par le roi d’Espagne en 1767 Lorsque cet ordre est rétabli en 1814, les révolutions pour l’indépendance sont déjà en cours.

12Les universités républicaines deviennent responsables de l’éducation nationale, à partir d’une conception de l’Université selon laquelle cette dernière a pour mission de « promouvoir l’enseignement à tous les niveaux, de former des professionnels, notamment des cadres pour le secteur public, et de stimuler le développement des disciplines académiques ». Ces institutions, cependant, se préoccupent assez peu de la science, de la technologie et de leurs rapports avec le développement de la production (Arocena, Sutz : 1999).

  • Ce tableau exclut vingt-deux universités publiques et cent treize universités privées dont la date (...)

Les universités latino-américaines : nombre et date de fondation

Les universités latino-américaines : nombre et date de fondation†

Source : GARCIA GUADILLA, Carmen, 1996, Situación y principales dinámica de transformación de la educación superior en América Latina. Caracas, Ediciones Cresalc/Unesco, p. 32.

LE RETARD UNIVERSITAIRE EN AMÉRIQUE PORTUGAISE

13Au xixe siècle, le Brésil a choisi une autre voie institutionnelle pour instaurer l’enseignement supérieur. Également sous l’influence du modèle napoléonien des facultés et écoles laïques et professionnelles, sont fondées les chaires de Chirurgie et d’Anatomie à Bahia et les chaires de Chirurgie à Rio de Janeiro (1808), les facultés de droit d’Olinda et de São Paulo (1827), la faculté de Pharmacie (1839) et l’École des mines d’Ouro Preto (1875), la faculté de Médecine et l’École centrale (1858) puis enfin l’École polytechnique de Rio de Janeiro (1874).

14Le mode particulier de développement de l’enseignement supérieur dans l’Amérique ibérique s’explique de plusieurs manières. Il a été conditionné par le niveau de civilisation des indigènes, lequel était plus avancé que sur le territoire portugais. Les Espagnols ont ainsi mis en place un enseignement supérieur ayant pour tâche de former des missionnaires dotés d’une connaissance approfondie de la langue et des coutumes des autochtones alors qu’au Brésil, en revanche, les jésuites enseignaient seulement la « langue commune » et délaissaient le grec et l’hébreu (Durham : 1998).

15Cependant la différence entre les systèmes éducatifs implantés respectivement par les Espagnols et par les Portugais est essentiellement dûe à l’importance du système universitaire espagnol, alors beaucoup plus développé que le système universitaire portugais : au xvie siècle, le Portugal comptait à peine deux universités (Coimbra et Évora) tandis que l’Espagne en avait déjà huit, dont la très prestigieuse université de Salamanque (Brunner : 1990).

16Malgré cette différenciation institutionnelle entre les deux colonies, il importe de savoir comment se formaient les élites brésiliennes en l’absence d’universités. Deux voies principales s’offraient à eux : l’université de Coimbra et les séminaires.

17L’université de Coimbra, et particulièrement sa faculté de Droit, a joué un rôle stratégique dans la constitution d’une élite. Le rôle politique qu’allait jouer cette élite dans la construction du nouvel État, qui était jusqu’alors un immense territoire régi par une monarchie constitutionnelle et parlementaire, est unique en Amérique du Sud (Faria : 1952).

18L’élite religieuse se formait dans les séminaires d’Olinda et de Mariana. Plusieurs prêtres issus de ces séminaires, influencés par le libéralisme américain et français, ont joué un rôle majeur dans les rébellions pour l’indépendance. Il y avait aussi un large réseau d’établissements d’enseignement secondaire catholiques de très bon niveau, implantés dans les principaux centres politiques et économiques du pays : Bahia, Rio de Janeiro, São Paulo, Pernambuco, Maranhão et Para.

19Le plus grand spécialiste de l’Université au Brésil, l’historien Cunha, soulève une question qui permet de relativiser les effets du retard pris par l’Université pendant la période coloniale : est-il possible que « plusieurs universités hispano-américaines aient eu le même niveau que celui des collèges des jésuites [...] ou que celui des séminaires d’Olinda et de Mariana, qui n’ont jamais été appelés « universités » ? » (Cunha : 1980).

20Sans nous attarder sur les circonstances qui ont empêché la création d’universités brésiliennes avant le xixe siècle, il faut toutefois mentionner l’existence de plusieurs projets en ce sens. Le premier a été conçu en 1637 dans l’État de Pernambuco, alors sous domination hollandaise, par une cinquantaine de professeurs, intellectuels, savants et artistes de la cour du Prince Maurice de Nassau (Carvalho). Par ailleurs, au xviie siècle, la Chambre de Salvador (Bahia) demande l’accord du roi pour ouvrir, avec l’accord des jésuites, une institution inspirée du modèle de la petite université d’Evora. Coimbra rejette la demande par deux fois : à cette occasion et juste avant l’indépendance, en 1822.

21Après la rupture avec la métropole portugaise, le projet le plus important est celui du patriarche de l’Indépendance, José Bonifácio. Il conçoit ce projet à partir de son expérience cosmopolite (Paris, Upsala et Lund), mais la dissolution de l’Assemblée constituante en 1824 empêche qu’il soit réalisé. En 1830, ce projet est provisoirement exhumé par le sénateur Bernardo José da Gama, doyen de la faculté de Droit d’Olinda. Il sera repris postérieurement en 1870, grâce au sénateur Paulino José Soares de Souza. Le projet de création d’une université le plus prometteur est celui de José Antonio Saraiva, président du Conseil et ministre des Finances, qui peut compter sur l’appui de l’Empereur Pedro II... Toutefois l’imposant bâtiment qui devait accueillir l’université sera finalement destiné à un asile d’aliénés (Cunha : 1980).

22Avec l’établissement de la République brésilienne (1889), on assiste à la lente émergence de l’Université. Selon Schwartzman, durant l’Empire et pendant les premières décennies de la République, les écoles et les facultés professionnelles étaient considérées comme suffisantes. Cependant « les premières décennies du xxe siècle constituent probablement la période de l’histoire brésilienne dans laquelle la présence et le potentiel les plus visibles de la science appliquée existent » sous l’influence des idées positivistes et du début de l’industrialisation (Carneiro : 1972). Il faut remarquer que les positivistes brésiliens, influencés par les thèses d’Auguste Comte, sont tout à fait contre la création d’universités destinées « aux pédantocrates de [la] bourgeoisie » et soutiennent que l’université n’est pas « une nécessité réelle au Brésil » (Cruz Costa : 1956 ; Pereira Soares, Diniz da Silva : 1992).

23Arocena a tenté d’évaluer l’influence du modèle napoléonien en Amérique latine : « Le Brésil, à la différence de l’Amérique espagnole, n’a pas eu d’université coloniale et pendant le xixe siècle, ce qui s’appelle le « modèle napoléonien » a été implanté avec ses travers, générant la création d’écoles professionnelles sans liaison entre elles » ; cependant la présence d’institutions spécialisées de recherche « a eu plus de succès dans le cas brésilien que dans les pays de langue espagnole ». Dans ces derniers, la tendance a été de faire de « l’université [une] institution unitaire, tandis que le Brésil, partant de l’autre extrême [...] produit un résultat comparable à une confédération de facultés » (Arocena, Sutz : 1999).

L’UNIVERSITÉ RÉFORMISTE DU DÉBUT DU xxe SIÈCLE

24Si l’on compare l’évolution des universités en Amérique latine, à partir des années 1920, on observe à nouveau une différence claire entre le modèle brésilien et celui des pays hispaniques. D’un côté, plusieurs projets d’universités régionales sont proposés dès le début de la République, mais celui qui deviendra le modèle de référence d’une université moderne est l’université de São Paulo fondée en 1934. À cette même époque, les universités des Républiques de langue espagnole subissent l’influence du Mouvement de la réforme universitaire (MRU) de Córdoba, influence qui se traduit par la mise en place d’une Université républicaine anti-oligarchique et politisée.

25Le modèle dominant de l’Université publique dans les pays hispaniques est généralement celui d’une institution nationale, laïque et autonome, tandis qu’au Brésil, prédomine le modèle d’une université régionale, publique, laïque et non autonome, illustrée par l’université née de la fusion des facultés professionnelles isolées (Droit, Médecine et Polytechnique) ou bien encore par la nouvelle faculté de Philosophie, Sciences et Lettres.

26En Amérique hispanique, la transformation de l’Université républicaine élitiste en une institution anti-oligarchique résulte du mouvement réformiste de Cordoba. Par rapport aux universités nationales (Buenos Aires ; La Piata) et aux universités de province, l’Université républicaine élitiste représentait l’institution la plus ancienne et la plus traditionnelle (Santa Fé ; Tucuman). Au début du xxe siècle, l’université de Córdoba, fondée durant la période coloniale, constituait « un des bastions du clergé et de l’oligarchie patricienne », du reste, « la Compagnie de Jésus, qui l’avait gouvernée à ses origines, continuait, en réalité, à diriger son orientation » (Tunnermann : 1998). La rébellion de Córdoba correspond à « l’ascension des couches moyennes et à la force du mouvement démocratique anti-oligarchique » (Donghi : 1993).

27La réaction des étudiants face à cette institution fermée aux changements de la société argentine explique l’origine du mouvement de Córdoba. Une grève générale des étudiants est déclenchée en mars 1918, en protestation contre la fermeture des postes d’« internes » de l’Hôpital et des Cliniques, contre le mode d’attribution des chaires de professeurs quasi héréditaires et en réaction contre les autorités universitaires. Après la publication du Manifeste de la jeunesse argentine, le recteur ferme l’université et les étudiants demandent l’intervention du gouvernement national. À cause de l’échec de cette première intervention, les étudiants empêchent l’élection du nouveau recteur et rédigent un nouveau Manifeste dans lequel on peut lire : « À la fraude, nous répondons par la révolution »

28La grève se poursuit jusqu’à la seconde intervention gouvernementale, menée par le ministre de l’Instruction publique du président Yrigoyen, qui se solde par la victoire du mouvement de Córdoba. Le ministre réforme les statuts de l’université en tenant compte des propositions des étudiants ; de nouvelles autorités sont élues et les cours reprennent. Les revendications les plus importantes du MRU sont : la co-gestion de l’université ; l’autonomie politique et administrative et la liberté d’enseignement ; l’élection des autorités universitaires par des assemblées tripartites composées de professeurs, d’étudiants et d’anciens élèves ; la gratuité de l’enseignement supérieur ; la responsabilité de l’Université devant la Nation et la Démocratie.

29Le mouvement de Córdoba va se répandre rapidement en Amérique latine — Pérou, Chili, Uruguay, Colombie, Guatemala, Équateur, Bolivie, Le Salvador, Paraguay — ; à la fin des années 1920, il gagne le Mexique, le Venezuela, Puerto Rico et l’ensemble de l’Amérique centrale. Les deux thèses dominantes héritées de Córdoba sont la co-gestion et l’autonomie universitaire. Au Brésil, les idéaux de Córdoba font des émules dans certains milieux dès 1928, mais les revendications de la réforme universitaire, l’abolition de la chaire à vie et la cogestion (sans anciens élèves) sont des thèmes qui seront repris par l’Union nationale des étudiants dans les années 1960. Ces revendications sont à l’origine de la grève nationale de l’UNE, en 1962, pour la participation du tiers des étudiants dans les instances de délibération de l’université.

30La principale caractéristique de l’Université latino-américaine après le mouvement de Córdoba est sa politisation ; l’université publique, au-delà de sa mission académique, remplit une mission sociale. Selon Ribeiro, « cette révolution académique [...] née à l’intérieur de l’université » a été importante pour la démocratisation de l’accès à l’enseignement supérieur, la rénovation des mandats académiques, la dé-féodalisation et la dé-bureaucratisation des chaires universitaires » (Ribeiro : 1971). Les universités latino-américaines, à la suite de Córdoba, ont créé une tradition de compromis social et le mouvement étudiant va désormais jouer un rôle majeur dans les luttes pour la transformation de la société.

31Le bilan fait par Brunner confirme l’impact de Córdoba sur l’Université latino-américaine : « Córdoba a rempli l’imaginaire politico-intellectuel de la jeune génération latino-américaine et a inauguré le cycle héroïque de la réforme universitaire. » Le discours des étudiants engagés dans l’esprit de Córdoba en Amérique latine était typiquement générationnel et « appartenait à cette couche des jeunes intellectuels, fils de cette classe moyenne en ascension ». « Il s’agissait de minorités actives et éclairées dans des sociétés qui venaient d’entrer dans la modernité et où il restait encore un peu partout l’esprit colonial oligarchique et arriéré aux côtés de larges masses rurales et d’une grande partie de la population analphabète. » (Brunner : 1990)

32L’influence de Córdoba, cependant, transcende l’Université et s’applique au champ politique, durant les années 1920 avec la fondation de l’APRA (Alliance populaire et révolutionnaire) de Haya de la Torre, au Pérou, et durant les années 1960 au Brésil, avec la mise en place de la réforme universitaire qui entraîne des « réformes de base » sociales et politiques. Dans cette perspective, l’historien argentin Halperin Donghi reconnaît que « sans doute le mouvement de la réforme ne s’épuise pas à l’intérieur de l’université : il conduit à une politisation continue du corps étudiant qui — devant la faible mobilisation politique des secteurs populaires — devient dans plusieurs pays le porte-parole de ceux qui n’avaient pas de voix. » (Donghi : 1993)

LA DYNAMIQUE UNIVERSITAIRE DANS LA SECONDE MOITIÉ DU xxe SIÈCLE

33Le trait le plus important dans l’évolution de l’Université en Amérique latine est sa rapide expansion dans la seconde moitié du xxe siècle. Il s’agit d’un phénomène plus général car ce qu’on appelle la « massification » de l’enseignement universitaire marque aussi des pays comme la France et l’Allemagne, suite au « baby-boom » de l’après seconde guerre mondiale. En ce qui concerne l’Amérique latine, quelques caractéristiques particulières permettent de mieux comprendre cette dynamique.

34Si l’on considère l’ensemble des pays de langue espagnole et portugaise on constate des évolutions très différenciées. Dans les premiers, on observe une expansion des universités publiques et leur massification progressive accompagnées d’une expansion relative des institutions privées à partir des années 1950. Au Brésil, l’université publique prend de l’ampleur entre 1930 et 1970, avant que l’enseignement universitaire privé ne connaisse une expansion spectaculaire (l’Université privée l’emporte sur l’Université publique en termes d’inscriptions). Ces rapports complexes entre massification et privatisation constituent le trait dominant de la dynamique universitaire en Amérique latine au xxe siècle.

Massification

35D’une façon générale en Amérique latine, on observe une forte croissance des inscriptions dans l’enseignement supérieur pour la population des 18-24 ans. En 1950, l’accès à l’université était hautement élitiste : on ne comptait pour l’ensemble du continent latino-américain que 266 000 étudiants, soit 2 % des 18-24 ans. En 1960, cette proportion est trois fois plus importante (6 %) et le nombre d’étudiants est de 1 640 000. Le début de la massification, cependant, se manifeste vraiment plus tard lorsque ce pourcentage atteint 13,5 % (1980) et 16,6 % (1990). Le nombre total d’étudiants inscrits passe de 4 891 000 en 1980 à 6 474 000 en 1990.

36En comparant le taux de croissance dans cinq pays représentatifs d’Amérique latine (Argentine, Brésil, Chili, Colombie et Mexique), on observe que l’accroissement des inscriptions est très forte.

  • Ce tableau a été élaboré à partir des données de Carmen Garcfa Guadilla, op. cit. (1996).

Évolution du nombre total d’étudiants inscrits et taux de croissance

Évolution du nombre total d’étudiants inscrits et taux de croissance‡

37La massification s’accomplit de manière différente selon la capacité d’expansion des secteurs public ou privé : elle se fait par l’expansion des institutions privés au Brésil, en Colombie et au Chili et par celle des institutions publiques en Argentine et au Mexique. Les données du tableau ci-dessous illustrent le phénomène.

  • § Ce tableau a été élaboré à partir des données de Carmen Garcia Guadilla, op. cit. (1996).

Pourcentage des étudiants inscrits dans des établissements privés
rapporté au nombre total des étudiants (1970-1991)§

Pourcentage des étudiants inscrits dans des établissements privésrapporté au nombre total des étudiants (1970-1991)§

38Parmi les pays d’Amérique latine, le Brésil est celui qui connait l’évolution la plus singulière. Quoique ses universités sont nées « modernes », du fait de leur création tardive, elles sont restées majoritairement publiques jusqu’en 1970. Il faut remarquer, cependant, un paradoxe dans cette évolution : la qualité de son enseignement universitaire public coexiste avec une expansion désorganisée d’un enseignement privé peu qualifié.

39À partir de cette époque, les universités publiques se modernisent grâce à la loi de réforme universitaire du gouvernement militaire (1968). Est créé un système national d’études de maîtrise et d’études doctorales ; ces deux formations, du reste, se développent largement (en deux décennies, elles passent de trois cents à plus de deux mille), grâce essentiellement à un large système de bourses d’études (quarante-cinq mille bourses environ sont accordées chaque année, tous niveaux confondus). Des agences de financement de la recherche et des études doctorales (CNPQ, CAPES etc.) garantissent le maintien et l’expansion du système fédéral d’enseignement public, ce qui fait de l’Université brésilienne l’Université la plus avancée d’Amérique latine par l’importance de production de maîtres et de docteurs, de capacité de formation et de croissance de sa production scientifique.

40Au Brésil, la « demande » concernant l’enseignement supérieur est très forte : le nombre d’inscrits passe de 44 000 en 1950 à 1,6 million en 1995. Il y a actuellement 2,3 millions d’étudiants ainsi répartis : 1,32 million (i. e. 57,4 %) dans le système privé en général, 410 000 (i. e. 17,8 %) dans les institutions publiques fédérales et 400 000 (i. e. 17,3 %) dans les universités publiques des États. Toutefois cette croissance n’a pas provoqué une massification des universités publiques comme c’est généralement la règle en Amérique latine. En réalité, le système public devient un enseignement de haut niveau, tandis que l’expansion se fait dans le secteur privé. La seconde vague de privatisation, à partir des années 1970, est une expansion rapide et chaotique stimulée par l’accroissement des demandes d’inscriptions refusées par l’enseignement public.

41Le paradoxe provoqué par cette dynamique est critique car sur les 10 % de jeunes de 18-24 ans qui ont accès à l’enseignement supérieur (pourcentage inférieur à ceux du Mexique, de l’Argentine, de l’Uruguay, du Chili, etc.) deux tiers intègrent le système universitaire privé. Actuellement au Brésil il existe 922 institutions d’enseignement supérieur parmi lesquelles 136 seulement (15 %) sont des universités — 72 publiques et 64 privées. Il faut ajouter 143 « fédérations de facultés », parmi lesquelles 132 sont des institutions non-publiques. Le tiers restants des étudiants font leurs études dans des universités publiques de haute qualification, malgré la crise prolongée qui les affecte gravement (Trindade : 1999).

42La politique des gouvernements militaires a produit une division du travail sur le marché de l’enseignement supérieur. Les universités publiques reçoivent la mission d’offrir des formations de haut niveau et de faire de la recherche scientifique et technologique avancée. Quant au secteur privé, après une première phase (1940-1960) au cours de laquelle ont été fondées des universités religieuses ou laïques selon des modèles de référence internationaux, il devient, dans les faits, le secteur qui répond à la forte croissance de la « demande » que connaît l’enseignement supérieur. Il s’agit d’une évolution fort dommageable car il y a combinaison d’un système public de haut niveau (malgré la crise liée au retrait financier progressif de l’État, entamé avec l’avènement de la Nouvelle République en 1985) et d’une hégémonie des institutions privées de qualité médiocre.

43La taille des principales universités en Amérique latine montre aussi le niveau de massification/élitisme des universités : les institutions « massifiées » avec plus de 100 000 étudiants (Mexique et Buenos Aires) ; puis à un deuxième niveau, celui des établissements qui comptent 50 000 à 100 000 étudiants (Guatemala, République centrale du Venezuela, Panama) ; enfin celles du troisième niveau qui accueillent entre 30 000 et 50 000 étudiants (São Paulo, Costa Rica, Équateur, Le Salvador, Honduras et Santo Domingo). La plupart des universités publiques et privés brésiliennes accueillent moins de 30 000 étudiants. Aujourd’hui, la plus grande université brésilienne n’est plus l’université de São Paulo (35 600 mille étudiants), mais l’université « paulista », privée, qui compte 44 500 étudiants.

Privatisation

44On a déjà remarqué qu’au xixe siècle, le rapport entre les universités publiques et privées est largement favorable aux premières, à l’inverse de ce qui se passait aux siècles précédents quand les universités étaient majoritairement contrôlées par des ordres religieux catholiques. C’est le processus d’indépendance nationale qui, au xixe siècle, a permis de renverser cette tendance : quarante et une universités publiques ont été créées et deux universités privées seulement. Cette tendance s’est maintenue jusqu’aux années 1950 : trente-huit universités publiques et neuf privées ont été fondées pendant cette période.

45À partir de la seconde moitié du siècle, débute l’expansion de l’enseignement supérieur privé : entre 1950 et 1960, vingt-cinq institutions privées sont créées, mais cette tendance s’accélère : elle double pendant la décennie suivante (cinquante-neuf nouvelles institutions) ; en 1980, le total atteint cent trente-quatre institutions privées pour cent cinquante-deux institutions publiques. Malgré cette expansion des institutions privées, il s’agit globalement d’une période d’équilibre relatif public/privé, la situation demeurant tout de même favorable aux institutions publiques jusqu’en 1980.

  • ** Ce tableau a été élaboré à partir des données de Carmen Garcia Guadilla, op. cit. (1996).

Nombre d’institutions d’enseignement supérieur** (1950/1980)

Nombre d’institutions d’enseignement supérieur** (1950/1980)

46Le grand tournant en faveur des institutions privées en Amérique latine a lieu à partir de la décennie 1980, lorsqu’on assiste à une explosion de leur croissance. Le nombre d’institutions privées fondées entre 1981 et 1995 est plus de quatre fois supérieur à celui du secteur public. Dans la période en question, sont créées deux cent trente-deux institutions privées et seulement cinquante et une institutions publiques.

47La comparaison des inscriptions dans l’enseignement supérieur, entre 1970 et 1994, permet d’observer la croissance remarquable du nombre d’étudiants dans le secteur privé. Dans certains pays, ces étudiants deviennent majoritaires (Colombie, Brésil et Chili) contrairement à d’autres pays (Mexique, Argentine et Uruguay) où le nombre d’inscrits dans le privé ne dépasse pas le quart des étudiants.

  • †† Ce tableau a été élaboré à partir des données de Carmen Garcia Guadilla, op. cit. (1996).

Pourcentage du nombre d’étudiants inscrits dans le secteur priv醆 (1970-1994)

Pourcentage du nombre d’étudiants inscrits dans le secteur priv醆 (1970-1994)

48Cette montée du privé se traduit aussi par la rapide multiplication des institutions d’enseignement supérieur non-universitaires : en 1994, si l’on étudie cette expansion selon le type (université/non université) et le secteur (public/privé), on constate la présence de trois cent dix-neuf universités par rapport à quatre mille six cent vingt-six institutions non-universitaires, ce qui signifie que 85 % des établissements du supérieur se trouvent dans cette seconde catégorie. Pour l’ensemble de l’Amérique latine, le nombre des institutions privées (2430) l’emporte sur celui des institutions publiques (2196).

  • ‡‡ Ce tableau a été élaboré à partir des données de Carmen Garcia Guadilla, op. cit. (1996).

Répartition des institutions par type et par secteur‡‡

Répartition des institutions par type et par secteur‡‡

49La dynamique de la distribution territoriale des universités latino-américaines peut mieux s’appréhender grâce à la carte géographique de synthèse élaborée par Guadilla. La localisation dans l’espace s’accompagne de la mention de la nature juridique (publique ou privée) et du moment de la création (avant ou après 1945). Cette date détermine la frontière entre les universités républicaines élitistes et les universités réformées anti-élitistes.

50L’ensemble de ces données montre qu’une double dynamique caractérise l’enseignement supérieur en Amérique latine avec les phénomènes de massification et de privatisation. Dans la plupart des pays, c’est la voie publique qui assure sa massification, sauf au Brésil, en Colombie et au Chili où le poids de l’enseignement privé est prépondérant. Cependant, on constate un peu partout une tendance à la croissance du secteur privé. Dans certains pays, l’hégémonie de l’enseignement supérieur public reste très forte, c’est particulièrement le cas au Mexique, en Uruguay et en Argentine, mais même dans ces pays, la présence des institutions privées. L’avenir seul dira si l’évolution de l’Université en Amérique latine continuera de dépendre principalement du secteur privé. Le cas échéant, qui sait quel sera son impact sur l’enseignement supérieur et sur les sociétés où l’Université a toujours joué un rôle si important.

Bibliographie

Bibliographie

AROCENA, Rodrigo, SUTZ, Judith, 1999, La universidad latinoamericana del futuro : tendencias, escenarios, alternativas. Montevideo, Universidad de la República.

BRUNNER, J. J., 1990, « Educación superior, investigación científica y transformaciones culturales en America Latina », dans Vinculación Universidad sector productivo, Santiago de Chile, BID-SECAB-CINDA.

CARNEIRO, David, 1972, Educação, Universidade. Curitiba, Imprensa da Universidade Federal do Paraná.

CARVALHO, José Murilo de, A Construção da Ordem. Rio de Janeiro, Campus.

CRUZ COSTA, 1956, Constribuição para a história das idéias no Brasil. Rio de Janeiro, José Olympio Editora.

CUNHA, Luiz Antônio, 1980, A Universidade temporã. Brasileira, Rio Civilização.

DONGHI, Tulio Halperin, 1993, Historia contemporanea de América Latina. Madrid, Alianza Editorial.

DURHAN, Eunice Ribeiro, 1998, « O ensino superior na América Latina : tradições e tendências », Novos Estudos do Cebrap, n. 51, juin. São Paulo.

FARIA, Julio Cezar de, 1952, Da fundação das universidades ao ensino na Colonia. Rio de Janeiro, Imprensa Nacional.

GARCIA GUADILLA, Carmen, 1996, Situación y principales dinámica de transformación de la educación superior en América Latina. Caracas, Ediciones Cresalc/Unesco

PEREIRA SOARES, Mozart, DINIZ DA SILVA, Pery Pinto, 1992, Memória da Universidade Federal do Rio Grande do Sul. Porto Alegre, UFRGS.

RIBEIRO, Darcy, 1971, La universidad latinoamericana. Caracas, Universidad Central de Venezuela.

ROUQUIÉ, Alain, 1987, Amérique latine : introduction à l’Extrême-Occident. Paris, Seuil.

TRINDADE, Hélgio (sous la direction de.), 1999, A universidade em ruínas na república dos professores. Petrópolis, Vozes.

TUNNERMANN, Carlos, 1996, « Conferencia introdutoria de la Conferencia Regional Politica y Estrategia para la Transformación de la Educación Superior en América Latina y el Caribe ». Caracas, CRESALC/UNESCO.

TUNNERMANN, Carlos, 1998, La reforma universitaria de Córdoba. Caracas, Educación Superior y Sociedad.

Notes de fin

* Professeur de sciences politiques à l’université fédérale du Rio Grande do Sul ; Chercheur Post PAST à l’EHESS (2000-2002) ; Professeur à l’IHEAL (Chaire Simón Bolívar, 1999) ; Coordinateur du CIPEDES (Centro de Pesquisa para o desenvolvimento da educação superior, Brésil) ; Coordinateur du livre : Universidade em ruinas na republica dos professores (1999).

Ce tableau exclut vingt-deux universités publiques et cent treize universités privées dont la date de fondation n'est pas connue, mais qui sont incluses dans le total (**)

Ce tableau a été élaboré à partir des données de Carmen Garcfa Guadilla, op. cit. (1996).

§ Ce tableau a été élaboré à partir des données de Carmen Garcia Guadilla, op. cit. (1996).

** Ce tableau a été élaboré à partir des données de Carmen Garcia Guadilla, op. cit. (1996).

†† Ce tableau a été élaboré à partir des données de Carmen Garcia Guadilla, op. cit. (1996).

‡‡ Ce tableau a été élaboré à partir des données de Carmen Garcia Guadilla, op. cit. (1996).

Table des illustrations

Légende PHOTOGRAPHIE N° 2 : CLOITRE DE L’UNIVERSITÉ DE SAN CARLOS (ANTIGUA GUATEMALA). L’UNIVERSITÉ DE SAN CARLOS BORROMEO EST L’UNE DES PLUS ANCIENNES UNIVERSITÉS FONDÉES EN AMÉRIQUE HISPANIQUE (CLICHÉ : ALAIN MUSSET).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1559/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Les universités latino-américaines : nombre et date de fondation
Légende Source : GARCIA GUADILLA, Carmen, 1996, Situación y principales dinámica de transformación de la educación superior en América Latina. Caracas, Ediciones Cresalc/Unesco, p. 32.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1559/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
Titre Évolution du nombre total d’étudiants inscrits et taux de croissance
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1559/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Titre Pourcentage des étudiants inscrits dans des établissements privésrapporté au nombre total des étudiants (1970-1991)§
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1559/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Titre Nombre d’institutions d’enseignement supérieur** (1950/1980)
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1559/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Pourcentage du nombre d’étudiants inscrits dans le secteur priv醆 (1970-1994)
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1559/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Répartition des institutions par type et par secteur‡‡
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1559/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 108k

© Éditions de l’IHEAL, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540