Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les défis de l'éducation en Amérique latine

 | 
Jean-Michel Blanquer
, 
Hélgio Trindade

Introduction

Les défis de l’éducation en Amérique latine

Jean-Michel Blanquer et Hélgio Trindade

Texte intégral

  • * Professeur de droit public, directeur de l’Institut des hautes études de l’Amérique latine (Univer (...)

1Note portant sur l’auteur*

  • Professeur de sciences politiques à l’université fédérale du Rio Grande do Sul.

2Note portant sur l’auteur

PHOTOGRAPHIE N° 1 : FRESQUE DE L’INSTITUT POLYTECHNIQUE NATIONAL (MEXICO). CRÉÉ EN 1936, SOUS LA PRÉSIDENCE DU GÉNÉRAL LAZARO CARDENAS, L’IPN AVAIT POUR BUT DE « FORMER LES CAPITAINES ET L’ÉTAT-MAJOR DES CLASSES OUVRIÈRES DU PAYS » (CLICHÉ : ALAIN MUSSET).

  • 1 Remerciements particuliers à Katia Coppola, Frédérique Héry, Alicia Merino, Nathalie Villemagne, q (...)

3Dans le domaine de l’éducation comme dans d’autres domaines, l’Amérique latine connaît de façon accentuée des problèmes qui se posent au monde entier. Le défi est celui du passage d’un système social à un autre, de l’ère industrielle (ou parfois directement de l’ère agricole) à l’ère de la connaissance. La mutation de l’éducation accompagne, et canalise, la mutation des sociétés, laquelle se produit à une échelle et à un degré inédits. Des phénomènes majeurs se produisent : fin des hiérarchies anciennes (où le capital physique et la compétence juridique assuraient la domination) et passage à des sociétés plus ouvertes (au prix souvent d’un certain désordre) où capital financier et matière grise sont les deux mamelles du succès. Alors que la société est plus fluide, les inégalités augmentent. La seule réponse solide qui peut être apportée à ce paradoxe contemporain est un développement de même ampleur de l’éducation, quantitativement et qualitativement. C’est la raison pour laquelle nous avions décidé d’organiser, à la fin du mois de septembre 1999, dans le cadre de la Cita de Biarritz, un grand colloque sur « les défis de l’éducation en Amérique latine »1. Il nous apparaissait en effet que le moment était venu de donner une impulsion aux études menées en Europe sur ces questions, afin que les expériences menées de part et d’autre de l’Atlantique soient mieux connues et que de cette connaissance puisse surgir une stratégie quant au développement de l’éducation dans un monde et dans des sociétés équilibrés.

4Pour tous les États, le défi est le même. À la base, il s’agit de réaliser des politiques massives d’alphabétisation et de développement de l’école primaire (voir, pour le Brésil, l’article de Carlos R. J Cury). Au sommet, il s’agit d’accompagner la massification de l’enseignement supérieur (voir l’article de Carmen Garcia Guadilla), en s’assurant de la qualité de l’ensemble par des mécanismes divers (notamment l’évaluation, dont on peut étudier les versions argentine et française dans les articles de Pedro Krotsch et Pascale Gruson).

5Dans ce contexte, comparer l’Europe et l’Amérique latine a de multiples intérêts. En premier lieu, les racines des conceptions et des systèmes d’éducation sont les mêmes. En second lieu, les problèmes rencontrés sont de même nature quand bien même ils ne sont pas toujours de même ampleur. Enfin, des deux côtés, l’internationalisation est une nécessité, avec comme perspective l’objectif d’entretenir des relations équilibrées avec les États-Unis, dans le cadre d’un « triangle atlantique ».

6L’Europe et l’Amérique latine partagent des traditions et des conceptions largement communes de l’Université. Cela tient d’abord à des raisons historiques : dès 1538, la première université du continent américain était créée par les dominicains, sur le territoire de l’actuelle République Dominicaine. D’autres ordres religieux allaient suivre cet exemple, les franciscains et les jésuites en particulier, et assez rapidement, de nouvelles universités (au Pérou et au Mexique, en premier lieu) allaient voir le jour (voir l’article de Helgio Trindade). Les clercs du début de la Renaissance exportaient ainsi en Amérique une institution qu’ils avaient façonnée eux-mêmes pendant le Moyen-Âge européen, soucieuse de l’unité des savoirs et de l’autonomie de la pensée par rapport au pouvoir politique. Cette racine commune a abouti ensuite à des évolutions comparables. Les indépendances latino-américaines ont été suivies, au xixe siècle, d’un processus de laïcisation qui a abouti à la création d’universités publiques nationales, conduisant à un dualisme entre l’Université publique et l’Université religieuse.

7Enfin, le xxe siècle a vu se produire une évolution remarquable, de part et d’autre de l’Atlantique, celle du développement d’un enseignement supérieur de masse. Ce phénomène a connu des traductions différentes selon les pays mais aucun n’a pu l’ignorer.

8Dans ce contexte, la coopération euro-latino-américaine a toujours eu un rôle essentiel parce que les élites latino-américaines se sont tournées vers le vieux continent pour développer leurs modèles d’enseignement supérieur. Un des exemples les mieux connus est celui du Brésil. Après avoir développé au xixe siècle un système de type napoléonien (et comtiste), fondé essentiellement sur les écoles d’application, le Brésil a cherché à créer de véritables universités généralistes au début des années 1930. Pour cela, il s’est adressé à différents pays européens, et notamment à la France, afin de créer l’université de Sâo Paolo. Fernand Braudel, Claude Levi-Strauss, Georges Dumas, Pierre Monbeig et bien d’autres (qui ont souvent participé aussi à la création de l’IHEAL...) ont fait partie de cette aventure, initiée par la bourgeoisie moderniste pauliste et qui, très vite, va évoluer vers la constitution d’une des plus grandes universités du monde.

9Bien entendu, le modèle nord-américain a eu sa part dans l’évolution du xxe siècle, particulièrement à partir des années 1950. De là vient aussi un fort développement des universités privées, non confessionnelles, qui n’ont cessé de croître jusqu’à aujourd’hui conduisant ainsi à dessiner un modèle reposant sur trois piliers (public, religieux, privé), dont les caractéristiques impliquent l’existence d’un système national (ou international ?) fiable d’évaluation des établissements (voir l’article de José Dias Sobrinho).

10Aujourd’hui les universités latino-américaines comme les universités européennes doivent relever un même double défi, quantitatif et qualitatif, celui de l’élargissement de l’enseignement supérieur à une population croissante et celui de l’excellence. Le premier enjeu est vital : le niveau d’éducation de la force de travail en Amérique latine a évolué moins rapidement que celui de l’Asie au cours des dernières années. La diminution des inégalités en Amérique latine passera en premier lieu par l’ouverture de l’éducation.

11Le second enjeu est tout aussi important : pour tous, il s’agit de maintenir un niveau scientifique et technologique suffisant, afin d’éviter la fuite des cerveaux (dont on chiffre le coût à trente milliards de dollars pour la décennie 1990) et d’irriguer l’économie et la société par des innovations constantes.

12Ces objectifs nécessitent des moyens que beaucoup d’universités, et même des États, n’ont pas, au moment où les universités publiques, notamment celles de très grande taille (comme la UNAM au Mexique), connaissent une grave crise de croissance. L’État est confronté au modèle de l’économie de marché, dans un domaine où, à l’évidence, on ne peut laisser fonctionner sans régulation la loi de l’offre et de la demande (voir les articles de Luis Antonio Cunha et de Jaime Lavados). La seule solution est de s’unir, d’organiser les universités en réseaux afin de leur permettre de mettre en commun leurs avantages, d’internationaliser les formations et de permettre à chaque pays de tenir son rang et de multiplier les échanges (voir les articles de Pablo Berchenko, de Jean-Claude Martin, de Florentine Petit et d’Angela Xavier de Brito). Cela peut se traduire par des échanges bilatéraux, par une organisation en réseaux (ce à quoi incitent les programmes ALFA de l’Union européenne), ou par une vision internationale globale (voir l’article de Fernando Leyton Soto). Cela nécessite aussi une philosophie de l’éducation, dont on a l’exemple d’une piste fructueuse avec les propositions présentées par Edgar Morin à l’Unesco (voir l’article de Nelson Vallejo Gomez).

13Confronté à la concurrence du secteur privé, le secteur public doit trouver, notamment par l’insertion dans les réseaux internationaux, les moyens de répondre aux défis qui lui sont lancés en Europe et en Amérique latine (voir les articles de Luis Antonio Cunha et de Jaime Lavados). C’est le sens de la création d’un « Espace universitaire commun Europe-Amérique latine-Caraïbes » qui se dessine à l’occasion de la grande conférence (UEALC) des ministres de l’enseignement supérieur réunie à Paris un an après notre colloque (les 2 et 3 novembre 2000). De nouveau, la rencontre des deux continents sera riche de fécondations nouvelles. L’Europe voit, comme par un « effet retour » l’Amérique latine lui montrer de nouvelles façons de concevoir la mission et les moyens de l’Université — que l’on regarde par exemple la compétence développée au Mexique en matière d’enseignement à distance. Des expériences novatrices sont à étudier (voir les articles de José Clovis de Azevedo, de Jon Landaburu et d’Odile Renault-Lescure). L’Amérique latine peut aussi procéder à un « retour aux sources » lui permettant d’équilibrer ses relations intellectuelles internationales. On peut dresser un bilan contrasté de la situation de l’éducation en Amérique latine (voir l’article de Jorge Brovetto). Mais, en dialoguant avec l’Europe en matière d’éducation, au-delà des pures questions économiques et commerciales, l’Amérique latine place au plus haut niveau l’ambition de son développement et elle montre, à ceux qui l’ignorent encore, que, malgré les inégalités, malgré les injustices, elle reste la région de l’ouverture, de l’innovation, de la liberté, et donc du savoir.

Notes

1 Remerciements particuliers à Katia Coppola, Frédérique Héry, Alicia Merino, Nathalie Villemagne, qui nous ont aidés à organiser ce colloque, ainsi qu’à Jean Cazenave et Xavier d’Arthuis, Président et Directeur général de « La Cita ».

Notes de fin

* Professeur de droit public, directeur de l’Institut des hautes études de l’Amérique latine (Université Paris III- Sorbonne Nouvelle)

Professeur de sciences politiques à l’université fédérale du Rio Grande do Sul.

Table des illustrations

Légende PHOTOGRAPHIE N° 1 : FRESQUE DE L’INSTITUT POLYTECHNIQUE NATIONAL (MEXICO). CRÉÉ EN 1936, SOUS LA PRÉSIDENCE DU GÉNÉRAL LAZARO CARDENAS, L’IPN AVAIT POUR BUT DE « FORMER LES CAPITAINES ET L’ÉTAT-MAJOR DES CLASSES OUVRIÈRES DU PAYS » (CLICHÉ : ALAIN MUSSET).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1554/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M

© Éditions de l’IHEAL, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540